10 guitaristes Métal qui ont marqué les années 90

10 guitaristes Métal qui ont marqué les années 90

Un article de Emmanuel Ballandras

Où un fidèle lecteur du blog et musicien averti décide de rentrer sur le ring.

Où un fidèle lecteur du blog et musicien averti décide de rentrer sur le ring.

Je me préparais ce soir-là à entrer en studio d’enregistrement  quand Bruce me contacta au téléphone avec sa voix reconnaissable entre toutes :

- Ah, salut coco ! Bon, ‘faut passer la vitesse supérieure en terme de rédaction là ! Parce que tu vois, c’était mignon ton p’tit bout d’essai avec Barbe Rouge, mais je sens qu’il y a du potentiel pour autre chose et j’ai un imprévu de dernière minute : un p’tit trou à combler dans mon planning de publication déjà bien surchargé de jeunes talents en devenir. Bon, j’ai que toi sous la main, mais ça fera l’affaire !Alors, t’as quoi en stock ?
- Qui, moi ? Heuuuu mais rien, j’allais grattouiller un peu de musique là, et…
- De quoi ? De la musique ? Tu m’intéresses, coco ! * il tire sur son havane et recrache la fumée * Quel genre ? C’est quoi ta musique favorite ?
- Bin, j’aime bien le métal et j’en joue un peu depuis les années 90 mais je ne voulais…
- Et bin voilàààà ! Tu vois quand tu veux ? Allez c’est décidé, tu vas m’causer des guitaristes qui ont été marquants pour les années 90. Et tu m’ fais ça pour avant-hier, dernier délai, hein ?
- Non, mais moi je ne demande rien, je voulais juste…
- Tutututut ! Tu réfléchis trop, coco ! Laisse l’inspiration venir, et t’as qu’à suivre le flow, je sais que tu peux le faire ! Bon allez, j’te laisse parce que j’ai encore du boulot : des interviews importantes à faire avec de vrais artistes, gérer de vrais rédacteurs, et j’ai un bullshit detector à préparer ! Allez, à la prochaine, et rends-moi fier de toi, hein ?
- Non mais je…
- *clic*
- Allô patron ? Allô ?

Le Boss n'aimerait pas mon home-studio. Qui devinera pourquoi ?

Le Boss n’aimerait pas mon home-studio. Qui devinera pourquoi ?

Je précise tout de suite que cette liste est un habile mélange d’objectivité et de parti-pris volontaires, et que l’on pourra trouver matière à discussion. Mais gardez en tête qu’il me faut rester dans les clous des 2 objectifs fixés par le boss du site :

-  rester dans la période 1990-2000,
-  se cantonner au monde du métal

Il m’aura donc fallu faire des choix, et mettre de coté certains groupes qui ne sont pas réellement « métal » mais qui auront marqué l’époque pour leur coté rock, comme Nirvana, Rage Against The Machine, Guns’n’Roses, Extreme, Alice In Chains, ou encore Faith No More.  

D’abord c’est quoi le Métal ?

C’est une excellente question, et je vous remercie de me l’avoir posé ! Surtout que chez Bruce Lit, on a plutôt le goût du rock ! On pourrait résumer  très basiquement ce style par du « hardrock en plus énervé ».

Hard-rock, métal, etc… C’est la même chose pour le grand public. Les néophytes s’y perdent, tandis que les amateurs éclairés connaissent parfaitement la différence, sans compter les « experts » qui arrivent à parfaitement distinguer les particularités et les parentés des divers styles. C’est vrai qu’il y a de quoi s’y perdre au début…
Pour tous ceux qui n’y entendent vraiment rien en la matière, voici un petit récapitulatif d’exemples qui vont crescendo dans la violence des divers styles musicaux : pop- pop-rock- rock- hardrock- heavy-metal – thrash-metal etc.

A tout cela, il faut aussi préciser que « métal » est le nom assez commun de ce qu’on peut trouver dans la galaxie métal. En effet, on y trouve plein de styles différents, car c’est comme en cuisine : chacun a sa propre recette. C’est pourquoi on vous parlera de « Speed-metal » (spécialisé dans la vitesse), de « Metal Fusion » (fusion de plusieurs genres), de « Métal symphonique » (avec l’emploi d’instruments de musique classiques), etc.

Pour préciser davantage cette vulgarisation, disons :
1- que le son du métal est bien plus agressif dans son spectre sonore que le hardrock. Les fréquences aiguës ( surtout pour les guitares saturées) sonnent un peu plus agressives tandis que les fréquences graves sonnent plus percussives et martiales, donnant l’impression que les guitares sont presque des scies sauteuses. Quant aux médiums, ils sont souvent mis en retrait !
2- Le gain du son des guitares peut être très élevé. Le gain ? Oui, mais on ne parle pas d’argent là ! Le gain sert à saturer le signal d’une guitare.

Pour faire simple, il existe plusieurs façon de tordre le son des guitares, et on pourrait classer le son ainsi :
- le son clair : on a le son de la guitare propre, très pur ( exemples : « Sultans of Swing » de DIRE STRAITS, « Blue Hotel » de Chris ISAAK, le solo d’intro de « Shine On You Crazy Diamond » de PINK FLOYD ). Le gain est quasiment à zéro.

Le secret du son métal ? Le gain et l'égalisation sur l’ampli!

Le secret du son métal ? Le gain et l’égalisation sur l’ampli!

- le son crunch : l’ampli guitare commence à monter dans les tours. Le gain est d’environ à 3 sur une échelle de 10. Le son devient un peu plus sale mais reste encore limite clair ( exemples : « La Grange » de ZZ TOP, « The Jack » d’AC/DC, « Start me up » des ROLLING STONES).

-  le son overdrive : on monte d’un cran ! Cette fois on monte entre 4 à 6 sur 10. Selon la quantité de gain, une overdrive peut aller d’un son crunch à un son limite distordu. On va du blues au gros rock ( exemples : « Smoke on the water » de DEEP PURPLE, « Paranoid » de Black Sabbath, « Sweet child o’ mine » de Guns’n’Roses).

-  le son distorsion : bon, là on a atteint le maximum ! Le son ressemble à un tronçonneuse et grince comme s’il voulait mordre. On commence carrément du hardrock jusqu’au Grind le plus inintelligible ( exemples : « Rock like a hurricane » de SCORPIONS, « Hostile » de PANTERA, « Inner Incineration » de NAPALM DEATH).
Bref, ajoutez à cela un tempo souvent élevé, et vous obtiendrez grosso modo ma définition du genre « métal ».

Je finirai mon laïus d’intro en précisant que les groupes cités ci-après ne sont pas du tout placés dans un ordre de préférence. Vos ceintures sont accrochées ? Let’s go !

KK DOWNING et Glenn TIPTON de JUDAS PRIEST sur l’album « Painkiller » ( 1991)

Si le Hard Rock est né grâce à Led Zeppelin, et que le Heavy Metal est né sous l’influence de Black Sabbath ; Judas Priest restera pour beaucoup de monde le mètre-étalon du Heavy Metal en fusion. Beaucoup l’ignorent, mais le cliché du métaleux biker entouré de cuir, de motos, de chaînes, et des guitares saturées en furie, c’est grâce à eux !

Dans la fin des années 80, la plupart des groupes de hardrock et de métal déjà en place ont du mal à suivre l’émergence des nouveaux groupes qui sont « faster, better, stronger ». De plus, certains groupes sortent du carcan établi du hardrock et commencent à faire de la fusion entre plusieurs styles ( Faith No more, Suicidal Tendencies, Extreme…) pour ratisser un plus large public.
Le prêtre de Judas n’échappe pas à la règle, d’autant que leurs disques sortis entre 1981 et 1988 ont eu un bon succès relatif mais n’ont pas atteint le niveau de « British Steel ». Il faut donc cogner plus fort ! Et c’est ainsi qu’arrive le titanesque Painkiller ! Le titre éponyme tue dès la première salve et lorgne pratiquement vers le style thrash !

Sur cet album, les anglais ne font pas semblant ! J’ai envie de parler d’hystérie parfaitement contrôlée. Riffs rapides, chant techniquement parfait et qui ne laisse personne debout, double pédale de batterie martiale ! Tout est là pour le retour gagnant !
Les guitaristes Glenn et KK se connaissent depuis assez longtemps pour savoir comment fonctionner ensemble et rester complémentaires. A l’instar d’Iron Maiden, ils utilisent souvent les soli de guitares qui se suivent en prenant le relais l’un de l’autre. Glenn reste super précis, méthodique, et sonne très shredder  terme désignant un guitariste ayant une maîtrise technique qui va bien au-delà de la moyenne) là où KK en fait des tonnes et marque bien les esgourdes.

Bien que restant mélodiques, ils reluquent du coté des petites dissonances et des contre-temps bien placés sur cet album ! Fini les mid-tempo, il faut envoyer du boulet rouge ! En sortant de leur zone de confort, ils ont franchi un nouveau cap, et prouvent à nouveau qu’ils sont les rois du Heavy.

Dave MURRAY et Janick GERS de IRON MAIDEN sur l’abum « Fear of the dark » ( 1992)

Bon, puisque j’ai parlé de Judas Priest, je dois parler aussi d’Iron Maiden pour rester impartial, hein ?
Tout comme leurs compatriotes cités précédemment, Iron Maiden a un peu de mal à sortir du creux de la vague au début des années 90, surtout que leur dernier album « No prayer for the dying » a donné des résultats de ventes couçi-couça d’après le groupe. Et ce dernier n’a pas apprécié le résultat sonore final de cet album.
Mais c’était sans compter sur les excellentes qualités de compositeur du bassiste/leader Steve Harris ( qui fait pratiquement office de 3ème guitariste) et de ses 2 guitaristes Dave et Janick.

Janick a un jeu plus shred là où Dave est plus bluesy et mélodique. Mais c’est surtout grâce à la marque de fabrique du groupe qu’ils se font remarquer : les célèbres twin-guitars ! Le principe est simple : on joue la même mélodie à l’unisson mais en la doublant à la tierce. Je vous renvoie aux traités de musique si vous avez du mal à suivre et qui…Euh…… Non, en fait, c’est trop barbant à lire, écoutez plutôt les morceaux d’Iron Maiden, et vous comprendrez plus vite de quoi je parle !

Yngwie MALMSTEEN sur l’album „Fire and Ice“ ( 1992)

Alors le suédois volant, c’est le genre de mec qui énerve BEAUCOUP de monde. Lorsqu’il découvre enfant Jimi HENDRIX, il sait quel sera son métier plus tard : guitariste! Biberonné par la suite à tous les chef-d’oeuvres de la musique classique, il découvre rapidement DEEP PURPLE, et commence à porter une admiration sans bornes à son guitar hero : Ritchie BLACKMORE. Plus tard, les nouvelles découvertes du hardrock ( comme SCORPIONS, VAN HALEN…) achèvent de le convaincre qu’il sera une rock-star un jour! Travaillant d’arrache-pied, il devient un véritable shredder et compose ses chansons en mélangeant la musique classique et le hardrock qui frise souvent le métal. Cette approche influencera d’ailleurs une quantité astronomique de guitaristes affiliés à la scène néo-classique.

Yngwie a deux caractéristiques qui l’ont rendu mondialement célèbre :
- il peut véritablement jouer à la vitesse de la lumière des milliers de notes ( au point même de souvent jouer BIEN TROP de notes et de vite saouler l’auditeur),
- une très haute estime de lui-même, et parfois même assez caractériel! Il est d’ailleurs souvent méprisant avec les autres guitaristes du monde entier, et plein de journalistes appréhendent de l’interviewer.

J’ai choisi l’album „Fire and Ice“ car c’est celui qui ratisse le plus large dans sa discographie… et que je suis capable de réécouter en entier avec plaisir ( contrairement à tous ses précédents opus qui sont techniquement très bons, mais sans être forcément indispensables)! Il y a de VRAIES chansons sur cet album, la production est excellente, et les instruments classiques ajoutent un vrai plus aux compositions!

James HETFIELD et Kirk HAMMETT de METALLICA sur « Live Shit, binge and purge » (1993)

Impossible pour moi de ne pas citer le groupe qui m’a fait sauter à pieds joints dans le monde de la métallurgie sonore avec les albums « Master of Puppets » et « Ride the lightnings » !

Bien sûr, pour la période qui nous intéresse, j’aurai pu citer le très célèbre « Black Album » du groupe que le monde entier connaît ( ne serait-ce qu’avec la balade « Nothing else matters »), mais naaaaan ! Ça m’embêtait de citer en exemple cet album qui reste certes dantesque, mais qui n’est pas le réel reflet de la carrière des Four Horsemen. Alors je cite l’album live peu connu du groupe qui est un pot-pourri de leurs meilleures chansons. Comment ça je triche ? Hé, ho, mais c’est mon article non ?

Pour James : sa grande force vient de ses rythmiques puissantes et parfaitement calibrées comme des Magnum 44 ainsi que sa capacité à chanter en même temps sur des rythmes différents de sa guitare. Sa main droite gratte toutes les notes vers le bas à la vitesse d’un TGV là où d’autres guitaristes préfèrent les allers-retours ( mais du coup, le son perd un peu en puissance ). James est régulièrement cité en parfait exemple de rythmicien par plein de guitaristes métal.

Quant à Kirk : ancien élève de Joe SATRIANI, il s’est rapidement forgé un statut de soliste très habile, et très friand de gammes exotiques. Par contre ; il manque de concentration et son utilisation abusive de la pédale wha-wha lui vaut d’être souvent moqué dans la communauté des guitaristes métal ( même un peu trop à mon goût). Cependant, il ne faut pas oublier qu’il est lui aussi un excellent riffeur et qu’il a écrit certaines mélodies très accrocheuses du groupe.

Kerry KING et Jeff HANNEMAN de SLAYER sur l’album « Seasons in the Abyss » ( 1990)

Z’en voulez du glauque ? Slayer répond présent ! Jusqu’à présent, le groupe donnait dans la surenchère avec des tempos toujours plus élevés en écrasant tout sur son passage avec la douceur d’un rhinocéros lancé au galop. Mais avec cet album, on ralentit et on part dans des mélodies pesantes, bien malsaines, qui illustreraient sans problème des films d’horreur. Outrageux, provocateurs, même le son des guitares n’est pas qualifiable de vraiment métal, mais plutôt de « sale », qui gratte bien les tympans, et donne malgré tout envie de secouer la tête en tapant le tempo du pied.

Si Jeff compose la plupart des riffs avec une attitude très « keupon » et aux allures de rafales de mitraillettes, les soli de Kerry sont… euh… assez spéciaux puisqu’on devrait davantage parler de bruitages que de notes. L’utilisation abusive du vibrato et les notes choisies assez bizarrement rendent l’ensemble encore plus malsain. Pour les musiciens, sachez que l’utilisation de la gamme tritonique est obligatoire ici !
J’avoue que SLAYER n’est pas mon groupe favori pour plein de raisons, mais il fallait bien en parler pour rester objectif.

Richard Zven KRUSPE de RAMMSTEIN sur l’album « Sehnsucht“ (1997)

Comment ne pas parler de ce groupe germanique ?  Dès ce deuxième album, les teutons deviennent les chef incontestés de l’Indus Metal, mêlant habilement les styles Métal et Electro avec des riffs basiques mais écrasants, et soutenus par des mélodies de synthé. Les riffs saccadés de « Engel » et surtout de « Du Hast » restent bien entêtants une fois qu’on les a écouté.

Le chant de Till est bien reconnaissable, surtout lorsqu’il roule les „R“ ( alors qu’en allemand, la diction n’a rien à voir avec l’espagnol).
En associant leurs mises en scène pyrotechniques devenues célèbres et leur textes corrosifs ( voire très contestables pour certains), RAMMSTEIN appartient définitivement à la scène métal mais pas seulement, puisqu’il n’est pas rare de voir plein de gothiques et de technoïdes venir à leur concert!
Si Richard reste (non-officiellement) la tête pensante du groupe, il laisse quand même une marge de liberté aux autres membres. Mais la formule reste la même sur tous les albums : les guitares doivent être tranchantes, syncopées, abruptes et lourdes. Pas de vrais soli ici, juste des riffs! Tout doit être prévu, millimétré, avec une ambiance glaciale, et des mélodies qui reviennent de façon hypnotique. L’approximation et l’improvisation n’existent pas ici ! D’ailleurs Richard recommande souvent des idées à ses camarades, y compris à Paul LANDERS l’autre gratteux de ce groupe de joyeux drilles.

Dave MUSTAINE et Marty FRIEDMAN de MEGADETH sur l’album „Countdown to extinction“ ( 1992)

L’ancien soliste de Metallica qui se fit jeter pour ingestion trop fréquente d’alcool est un gars parfois compliqué. Les journalistes qualifient souvent le rouquin de mauvais client en interview, souvent mal luné… mais il a en lui un côté attachant, et question gros riffs, il a largement prouvé de quoi il était capable. Sur cet album, on quitte les rivages du thrash des débuts, et on va plus vers le heavy.

Tout comme les gars de Slayer, Dave tire son jeu de guitare de l’attitude punk avec un coté frénétique et syncopé, mais pourtant pas dénué de mélodie. Le bougre se fend même parfois de soli pas mal du tout.
Pour Marty, c’est complètement l’inverse : shredder dans l’âme depuis sa jeunesse, le gars a oublié d’être manchot! En puisant dans des gammes très orientales et en décornant du médiator à vitesse grand V, Marty fait preuve d’une dextérité ( à mon sens) bien plus appuyée que Kirk HAMMETT.

Max CAVALERA de SEPULTURA sur l’album „ROOTS, BLOODY ROOTS“ ( 1996)

La recette du jour :
- prenez une pincée de sonorités dissonnantes façon SLAYER,
- ajoutez des riffs simples et hypnotiques façon RAMMSTEIN mais en plus crus et bien moins propres,
- mélangez en saupoudrant le tout avec des symboles typiquement brésiliens, des percussions tribales,
- et vous obtenez l’albums les plus viscéral et primitif de cette liste!

Le chef du groupe, Max CAVALERA, est très sensible à tout ce qui touche à son pays, avec parfois des prises de positions politiques fortes ( il aura connu quelques déconvenues avec des policiers véreux, chose malheureusement assez courante au Brésil), mais aussi avec tout ce qui peut promouvoir en bien son pays ( y’a pas que le foot dans la vie d’un brésilien, mais ‚faut pas déconner sur ce sujet avec eux)!
Le concept de l’album est venu immédiatement à Max après avoir vu le film « En liberté dans les champs du Seigneur“.
Techniquement parlant, rien de révolutionnaire… mais ce côté organique et primitif, ce son cru ( on frise parfois le hardcore et le punk), ces rythmiques qui restent gravées dans la tête… Pffff, impossible de ne rien ressentir! Pour jouer ces rythmes, il vous suffit d’un seul doigt car les guitares sont accordées en Drop de Ré.
Très simple, mais efficace comme une rafale de mitraillette!

Dimebag DARRELL de PANTERA sur l’album « Far Beyond Driven » ( 1994)

Lorsque j’ai découvert PANTERA, j’avais à peine 17 ans et je ne connaissais rien du monde Heavy metal. Je demandais à un ami comment il fallait caractériser PANTERA, et il m’a répondu « C’est du bourrin très bourrin, mais très intelligent ». Heuuu… C’est possible ça ? Puis j’ai découvert Dimebag sur mon album préféré du groupe « The Great Southern Trendkill ». Mais j’ai préféré choisir « Far Beyond Driven » qui a réellement marqué au fer rouge le style Groove-Metal pour cette période.
Dimebag… Alors lui, c’est un cas complet ! Mais genre VRAIMENT ! Rien que son surnom en dit long sur le bonhomme ( un « dimebag » désigne la plus petite quantité de marijuana qu’on puisse acheter aux USA).
PANTERA avait la réputation d’être un groupe complètement incontrôlable et plein de folie.  Si tout cela ne vous fait pas peur, alors regardez le documentaire « Pantera : 3 watch it go » et vous comprendrez rapidement que l’expression « Sex, drug, and rock’n’roll » était parfaitement adaptée au groupe, et que Dimebag était loin d’être le dernier en terme de déconnade irresponsable !

A part ça, DARRELL était véritablement doué à la guitare ! Fan de VAN HALEN, de ZZ TOP, et de KISS ; Dimebag avait compris que pour être un bon guitariste, il fallait d’abord être un excellent rythmicien. Et c’est ce qu’il est parvenu à devenir bien avant ses 17 ans. Comme il était le seul guitariste du groupe, il fallait qu’il soit parfaitement en place dans ses notes lorsqu’il jouait ses riffs, et il y arrivait parfaitement… même en étant sous l’emprise de stupéfiants.
Ses marques de fabrique ? Un son très agressif (Dimebag jouait sur des amplis à transistors plutôt qu’à lampes ; chose assez rare pour le souligner), l’accordage presque exclusif en Drop de Ré, l’utilisation très intelligente des pédales wha-wha et surtout whammy, des soli plein de groove et dignes des meilleurs shredders, et des harmoniques sifflées à outrance !

Kai HANSEN de GAMMA RAY sur l’album « Heading for Tomorrow » ( 1990)

Pour finir, voici un petit plaisir que je m’accorde pour rendre hommage à celui qui est surnommé le « parrain du power-metal »! Kai n’est pas un inconnu puisqu’il a contribué à rendre célèbre le fameux groupe allemand HELLOWEEN. Imaginez un groupe qui aimerait jouer des twin-guitares comme IRON MAIDEN mais encore plus vite et avec un chanteur amateur de JUDAS PRIEST ! Avec des hymnes comme « I want Out », « Eagle fly free », ou « Future World », HELLOWEEN a eu une renommée plus que rapide ! Mais vers la fin des années 80, des tensions diverses apparaissent. Fatigué de tout cela, Kai préférera prendre le risque de partir fonder son projet solo qu’il nommera GAMMA RAY.

Ce premier album, sorti en février 1990, est une suite logique de ce que HELLOWEEN faisait alors : tempo très élevé, guitares et batterie au taquet, mais toujours en respectant une vraie mélodie qui reste dans la tête.
En 1996, je ne connais ni HELLOWEEN, ni GAMMA RAY, ni le speed metal ! Je tombe par hasard dans un magasin sur une cassette audio d’occasion  qui n’est autre que cet album. Je l’achète à l’aveuglette sans me douter que lorsque je vais appuyer sur le bouton « lecture » de mon walkman, je vais prendre une énorme baffe mélodique dès les premières notes de l’introduction. Popopoooooo mais c’est quoi ce truc-là ? C’est puissant mais très mélodieux ! C’est rapide mais intelligible ! Je passe en boucle « Lust for Life » et son intro 8 fois d’affilées avant de me prendre une autre mandale sonore avec « The Silence » ! Arrive enfin la chanson éponyme de l’album qui me fera une fatality digne de Mortal Kombat avec ses 14 minutes qui sont un vrai orgasme sonore !

Kai, en bon teuton, est un excellent rythmicien, et un sacré compositeur ! Non seulement il joue vraiment très vite ( sa vitesse d’exécution des notes est impressionnante), mais en plus ses soli sont flamboyants ! Ses talents d’arrangeurs seront aussi bien utilisés pour mettre en valeur les compositions que son chant ( il devra chanter sur plusieurs albums). Des groupes mélodiques tels que SONATA ARCTICA ou encore HAMMERFALL se réclament de l’école « Kai HENSEN » pour leur style de musique!

Merci beaucoup de m’avoir lu, et… Ah tiens, c’est vous patron ? Comment ? Plus besoin de mon article parce que vous vous êtes débrouillé autrement ? Mais mais mais… Hein ? Que c’est pas grave et que je n’ai qu’à proposer mon « papelard » aux Inrockuptibles ou à Rolling Stones ? Arghhh… Ma tête tourne, je, je…
*BOUM !!!*

Remerciements spéciaux à ma femme Sonia pour sa précieuse aide, et à mon ami Jean-Bernard avec qui nous parlons si souvent des comics, jouets, et de tout ce qui nous aide à rêver encore un peu…

63 comments

  • Eddy Vanleffe  

    Féliciations Manu,

    voici une véritable photographie d’une décennie où ces albums sont véritablement rentrés dans le maquis et pourtant quand on aimait pas le rap en 1992, le seuls albums qu’on s’échangeaient entre potes du collège, c’était Use your Illusion de Guns, Le greatest hits de Queen, le black Album de Metallica et Fear of the dark de Maiden…

    le slayer que tu as choisi fait très black sabbath, mais alors un truc de dingue.
    et un grand merci à toi de citer Kai Hansen, qui est pour moi un très grand, toujours mélodique mais sans trop de notes, de fils de Brian May et de KK Donwning sait toujours trouver l’harmonie pour ses ponts etc…
    HEADING FOR TOMORROM est juste une superbe album, très varié en plus.(c’est moins le cas par la suite, il faut l’avouer).

    YNgwie, je fais partie de ceux qui ne le supportent pas….il fait des démonstrations, ça peut bluffer, mais rien ne reste vraiment… n’est pas Blackmore qui veut…^^
    power metal est un terme qui arrivé quand c’était trop « suspect » de parler de Speed metal allemand quand il fallait mettre des trucs « euro » partout.

    • Manu  

      Aaahaaaa! Merci beaucoup pour ta réaction que j’attendais Eddy. Il me semblait bien avoir compris que tu étais amateur de la chose.
      et je suis d’autant plus content que je suis absolument d’accord avec tout ce que tu dis :D
      c’est vrai que le terme « power métal » est arrivé beaucoup plus tard, mais je trouve qu’il devient un peu trop passe-partout. Et puis le quarantenaire que je suis a commencé à prendre ce style avec le terme « speed métal »…

  • Présence  

    Respect pour cette introduction sur la définition de Métal : je n’aurais pas osé. Elle s’avère très instructive et très éclairante, en autres grâce à l’apport du regard du musicien que tu es. Je n’avais jamais lu quelque chose d’aussi claire et cohérent. Merci.

    Je me souviens encore du choc que fut Painkiller après le très commercial Ram it down. Le titre en lui-même est très marquant, grâce également à l’arrivée de Scott Travis en remplacement de Dave Holland.

    Fear of dark : je me souviens que j’avais été étonné à l’écoute de l’album, en particulier parce que Martin Birch avait semblé évoluer dans son approche de la production, concoctant un son moins limpide que précédemment.

    C’est marrant : je n’aurais pas mis Yngwie Malmsteen dans le métal, mais plus dans le hard rock. L’album de lui que je réécoute sans difficulté : Trial by Fire: Live in Leningrad.

    Metallica : à chaque fois que je réécoute Kill ‘em all, je reste sidéré par la vitesse d’exécution.

    Slayer n’est pas non plus mon groupe favori, mais je ne me suis toujours pas remis de Decade of Aggression.

    Je reviens plus tard pour la suite.

    • Manu  

      Merci d’avoir discerné ma tentative de vulgarisation de ce style de musique pas évident du tout. D’habitude quand on le fait, on voit apparaître des hordes sauvages de fanatiques qui défendent bec et ongle leur style de prédilection et de dire qu’on a été très imprécis et pas complet .
      J’ai essayé d’être clair, précis, mais pas saoulant…

  • Eddy Vanleffe  

    RAM IT DOWN de Priest a été une déception de dignue,plus encore que TURBO qui avait le son hard-FM de l’époque et qui me fait sourire…
    En revanche PAINKILLER installait une seconde mutation réussie pour le groupe (ils ont commencé heavy seventies, opéré un changement de braquet New wave of british of heavy metal en 1980 et là boum un nouveau tournant « Pantera » pour la décennie à venir…) par contre
    j’e suit mitigé pour Scott Travis..; c’est vrai c’est parfait, technique, pleins de double pédales tacatacatac…pavant la voie à toue les Mike Portnoy du monde…
    mais je préfère Les Binks et son approche « organique » de la batterie… c’est personnel, rien de très réfléchi de ma part…
    En tout cas pour la définition du Heavy metal….je ne veux pas teaser mais… :)
    on aura l’occasion de tailler le bout de gras les gars…

    • Présence  

      J’arrive encore à écouter Turbo en entier. Parental Guidance et Hot for love ont un peu de mal à passer, mais Turbo et Out in the cold sont toujours aussi agréables.

      • Eddy Vanleffe  

        Parental guidance… la chanson la plus lol… ^^

  • Présence  

    Rammstein – Un groupe que ma fille m’a fait découvrir. Je n’arrive pas à m’y intéresser sur la durée d’un album en entier.

    Countdown to extinction – Mon album préféré de ce groupe. Je me souviens que la version que j’avais acheté à l’époque était accompagnée d’un CD bonus avec une version de Symphony of Destruction qualifiée de Extended Gristle Mix que j’écoute encore avec grand plaisir. http://www.youtube.com/watch?v=8KSYkcDcA_g

    Sepultura – Quel album !!! Énorme et unique !!! L’adjonction des percussions des indiens Xavante génère ce côté organique et primitif, ce son cru, comme tu l’écris si bien.

    Pantera – Pour des raisons que je ne m’explique pas, je n’ai jamais eu l’occasion de découvrir ce groupe, ou la curiosité de les écouter.

    Gamma Ray – Alors que je ne connaissais pas encore Helloween (j’étais passé à côté), je suis tombé sur cet album, ma préféré étant Space Eater. J’ai un peu moins aimé Sigh no more même si j’ai encore Rich and famous en tête). Du coup, j’ai laissé filer et je suis revenu pour Power Plant que j’écoute encore régulièrement.

    Merci beaucoup pour cette visite guidée côté guitare de ces morceaux et albums.

    • Manu  

      J’ai découvert Rammstein avec l’album Mutter… Autant dire tardivement, même si j’avais déjà entendu passer Du Hast chez un pote. Je n’aime pas toutes les chansons bien évidemment mais leur hits sans indéniablement super a écouter.

      Gamma Ray… Pfff… Que de souvenirs liés à cet album! Mais rapidement je trouve que les autres albums qui ont suivi étaient moins joyeux que ce qui avait été fait dans Helloween, plus sombre…

      • Eddy Vanleffe  

        J’ai une tendresse particulière pour INSANITY AND GENIUS, je le trouve bariolé et donc très vivant, après le départ de SCHEPERS, ça redevient du speed metal plus ou moins réussi.
        SOMEWHERE OUT IN TIME et POWERPLANT sont sympa…

        mais j’ai retrouvé la pèche avec UNISONIC le projet HANSEN/KISKE… ça donne envie de sautiller, ça…

        • Présence  

          Je suis en train d’écouter le live United Alive in Madrid, de la tournée Pumpkin United avec tout le monde sur scène. C’est sympathique, sans être aussi formidable que ce que j’avais espéré.

          • Manu  

            Les grands esprits se rencontrent : moi aussi j’ai trouvé ça sympa mais sans plus.

          • Eddy Vanleffe  

            trop long à mon avis et le break où Kai ne sait plus chanter, c’est pas la joie…
            par contre j’ai vraiment apprécé que les chanteurs se partagent le tout de chant et certaines chansons… c’est très convivial et ça rend crédible la bonne humeur des « retrouvailles »
            j’ avais vu le concert à wacken…

  • Tornado  

    Alors bon, je ne suis pas fan de la liste (le détail plus bas), mais j’ai adoré l’article !
    C’est frais, c’est rigolo et en plus, j’ai appris une tonne de choses. Merci M’sieur ! :)
    Je ne suis décidément pas un fan de métal. Mon amour pour le hard rock, de toute manière, se limite aux classiques : Led Zeppelin (un des mes groupes préférés de toute l’histoire Durock), ACDC, Black Sabbath, Aerosmith, un peu Deep Purple, Blue Oyster Cult et Dream Theater. Voilà.
    Dans les 90′s, ma relation avec le genre a été comblée avec Rage Against the Machine, mais ce n’est pas vraiment du hard-rock ni du métal. Garbage, Muse, Nirvana, Placebo, Smashing Pumpkins. Niveau hard-rock, ça s’est limité à peu-près à ça.
    Aujourd’hui j’écoute beaucoup de métal-prog, avec des groupes comme Riverside, Sylvan, Porcupine Tree. Mais ce sont des formations beaucoup plus aériennes que ce qu’on trouve dans la liste ci-dessous.
    Encore merci pour la chronique, car pour moi l’âge d’or du hard-rock c’était les années 70/80 et je m’aperçois désormais que les 90′s ont été très riches également, car en fait, avec le recul, je connais 8 groupes sur 10 de cette liste !

    - Le 1° : Juda Priest. Le riff est terrible ! Mais la batterie est surchargée (l’immonde double-pédale de grosse caisse, je la hais), et le chant surraigu est une torture pour mes pauvres oreilles. Le solo de guitare est très chouette aussi. Dommage pour le reste…
    - le 2 : Je n’ai jamais réussi à entrer dans un album d’Iron Maiden. Je m’y ennuie très vite.
    Idem avec le titre choisi ici : Je ne peux pas dire que c’est mauvais, mais pour moi il ne se passe rien. Rien de spécial.
    - le 3 : Yngwie Malmsteen (jamais entendu parler). Comme pour le 1°, la batterie est un vrai tue-l’amour pour moi. Et en plus le jeu de guitare n’a rien d’excitant. L’incursion de la musique classique est hors sujet selon moi, comme ça à une première écoute. Elle ne parait pas intégrée au morceau. Ça me donne très vite mal à la tête. Je n’aime pas du tout.
    - Le 4 : Je ne suis pas du tout un fan de Metallica mais là, après les précédents, ça m’a trop fait du bien d’écouter une vraie chanson, et pas une grosse démonstration d’effets comme je l’ai ressentie avec les précédents !
    - Le 5 : Slayer. Le trip malsain, c’est bizarre, non ? :D
    Ce n’est pas du tout mon truc, mais dans un film, ça peut le faire. C’est pas mal en fait, même si je préfère Black Sabbath.
    - le 6 : Ah, Ramstein. Je déteste et j’aime bien à la fois. Trop bizarre. Les riffs sont d’enfer. La rythmique techno est surprenante mais c’est original. Le chant par contre, avec ces intonations connotées, c’est au dessus de mes forces ! J’ai un copain militaire qui est fan.
    - le 7 : Megadeth. Ah oui. Là c’est nettement plus mon univers. Ça fait du bien. Merci !
    - Le 8 : Sepultura. Ah non. Là ça va pas être possible. Jamais compris le délire : Dès qu’il y a ce chant Doom, là, moi je me tire…
    - Le 9 : Panthera. Idem tout pareil que le précédent. Comprends pas. Comprendrais jamais…
    - le 10 : Gamma Ray. Largement trop binaire pour moi. Ce rythme quasiment punk là, je l’ai en horreur. Dommage, pour une fois que le chant me plait assez…

    • Eddy Vanleffe  

      RAMMSTEIN pour moi sont ceux qui ranimé la flamme…mais en France ils sont encore vu comme un groupe « louche » mais les textes sont justes de textes de New wave assez ironico/glauques… quand je lis que des militaires aiment Rammstein, ça ma fait bizarre ^^. il n’y a rien de militariste dans ce groupe tant ils sont ironiques et glaçants… ils ne sont que provocation et sales gosses, rien de très ambivalents…
      ils ont aussi les premiers à revendiquer les Ramones et Kraftwerk, Depeche Mode et les Stooges en même temps…il ont décomplexé le metal et c’était la seule voie à prendre…
      Tornado t’as déjà entendu parler du Stoner Rock? une étiquette à la con pour parler de ceux qui perpétuent la tradition du hard seventies , on a eu Monster Magnet, Kyuss ou plus récemment des trucs comme Kadavar, Wucan, Blues PIlls, Queens of the Stone age, Greta Van Fleet et Dana Fuchs et ce gars tout bizarre Brant Bjork…

      • Tornado  

        Non, tu m’apprends le terme de Stoner Rock. Je ne connais aucun groupe que tu cites. J’y jetterai une oreille à l’occasion.

          • Présence  

            Oups ! Je n’avais pas fait attention à ton lien. Je n’avais jamais regardé le clip de la version studio : Dave Grohl a l’air de souffrir en termes de concentration et de changement de rythme. Ça ne me surprend pas que vous ayez souffert pour tenir le rythme en phase.

        • Présence  

          Queens of the stone age est très étonnant. Mon album préféré : Songs for the deaf (déjà un titre bien second degré).

          Une chanson des QOTSA, avec Dave Grohl en mode batteur fou du Muppet Show :

          https://www.youtube.com/watch?v=dTalAdaXEzc

          • Jyrille  

            Ah ben on a eu la même idée Présence :D

        • Eddy Vanleffe  

          Moi perso, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour WUCAN dont la chanteuse flûtiste donne au groupe des airs de Jethro Tull avec un bon panachage de Black Sabbath…
          si ça t’intéresse, je mettrais des liens ce soir…

          • Manu  

            C’est vrai que le stoner, je suis pas grand connaisseur, mais ce côté crasseux typé 70′s, ça donne envie de taper du pied!

          • Tornado  

            La vache ! Classique et vintage ! :D
            Sympa. Petite préférence pour le 3° (Kadavar). Je pense qu’il faut écouter ça quand on a une grosse envie d’écouter ce genre précis. J’y penserais dès que ce sera le cas !
            Merci pour l’intention. C’est noté ;)

    • Manu  

      Mon cher Tornado, tu ne pouvais pas me faire plus plaisir en acceptant de subir les assauts soniques des joyeux ménestrels que je présente. :D
      Et en plus tu t’es fendu de donner une remarque pour chaque chanson bravo !!!
      J’écris mon article en essayant de faire en sorte qu’il soit catchy et pas ennuyeux, surtout pour les non initiés.
      Je me répète mais tant pis : merci beaucoup

  • Jyrille  

    Je passe vite fait, juste pour dire qu’il est grand temps que je refasse un article musical : y a trop de heavy metal sur ce blog ! Ca manque de Thurston Moore et de Nick Drake.

    Et pour info, ce soir je vais voir Vanessa Paradis, et demain soir, je vais voir Ultra Vomit. Deux concerts dans des salles de mille places.

    • Eddy Vanleffe  

      ouarf Jyrille

      C’est pas fini d’ailleurs Ultra Vomit…c’est y pas du metal ça?

      • Jyrille  

        J’écoute plein de trucs… Et non, c’est pas fini, ils viennent de sortir un live à l’Olympia !

        Cela dit, Manu, sois certain que je repasserai commenter sérieusement une fois l’article lu et écouté !

        • Manu  

          Je suis inscrit sur la page Facebook de ultra vomit, et ils sont complètement fous ces mecs ! Ils sont à l’image de leurs chansons : super marrants, et ce sont de super musicos !

        • Manu  

          Ah non je ne connaissais pas Beatallica. J’ai écouté deux morceaux vite fait pour voir et je me suis bien marré. je vais potasser un peu plus le sujet

  • Présence  

    Une évocation un peu plus large de l’évolution des jeux de guitare dans le rock dans les années 1990, par Rick Beato, un musicien/producteur dont j’aime beaucoup la chaîne : https://www.youtube.com/watch?v=6VjliNISkEg

    • Manu  

      Super bien fait ce documentaire, très complet ! merci beaucoup pour le partage.

  • Kaori  

    Aaaah Manu, ça fait plaisir de te trouver de l’autre côté !!
    J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça en ouvrant le blog ce matin.
    Au final, j’ai pu apprécier un article très sympathique et drôle, tout en étant très didactique. Tu m’en as appris beaucoup. Tu m’as fait penser à un chirurgien diagnostiquant un patient et expliquant les différents troubles à ses internes… Tu as une analyse très fine mais très intéressante !

    Bon, passons aux choses sérieuses et à mon avis de néophyte…
    J’ai écouté presque tous les morceaux. Presque parce que comme Tornado, tout ce qui est « doom » (chant guttural me dit wiki), je ne peux pas.
    En fait, c’est amsant comme chacun écoute les morceaux en axant son écoute et son plaisir en fonction de ses connaissances et habitudes… Toi c’est par la guitare, Tornado par la batterie. Moi c’est la voix, et c’est là où le bas blesse, je vais expliquer pourquoi plus bas…

    1- Painkiller : une découverte. Eddy m’avait déjà mis du Judas Priest suite à mon article sur le Hard FM.
    Bon, y a rien à faire, niveau voix, je n’accroche pas du tout. Mais je reconnais qu’en terme de guitare, c’est très impressionnant. D’ailleurs, j’aime bien le terme de Shredder, ça me rappelle les Tortues Ninjas (chacun ses références !!), et ça évoque ce côté tranchant et maître à la fois.

    2 – Fear of the dark : bon, sans surprise, un titre que j’aime beaucoup.

    3 – (attends faut que je remonte pour le nom, « le Suédois » ça le fait pas…)Yngwie MALMSTEEN : ben moi ça me fait penser à Dream Theater. Niveau vocal il m’embrouille. J’ai l’impression que dans tous ces groupes, c’est le même chanteur… Mais sinon, musicalement j’aime bien.

    4 – Metallica : ah bah là, que dire… tu nous as bien eu avec ton live de 2h !! Mais entendre les premières notes de Enter the sandman, ça fait toujours beaucoup de bien…

    5 – Slayer : je connaissais de nom (comme la plupart des groupes juste après) mais pas du tout de son. C’est sympa, j’aime bien.

    6 – Rammstein. Pareil, je connaissais de nom. J’ai découvert le groupe grâce à l’ami Patrick (je crois) sur FB, et ce morceau, Deutschland, que j’aime beaucoup. Sinon je ne connais aucun autre morceau. Et DU HAST, je ne suis pas fan. Y a un côté electro auquel je n’accroche pas.

    7 – Megadeth : hum… non j’accroche pas…

    8 – Sepultura : oulà non !! Je n’arrive pas à profiter du « spectacle » de la guitare, impossible de faire abstraction de cette « voix ».

    9 – Pantera : bah pareil, sauf que ça m’a fait penser à Lofofora… et le fait que tu parles du guitariste au passé m’a intriguée, du coup je suis allée faire mes recherches… Ouah quelle horreur… J’avais oublié les horreurs que pouvaient commettre les fanatiques…

    10 – Gamma Ray : ben là je pense à Angra… du coup j’ai fait mes petites recherches et j’ai trouvé un featuring de M. Kai sur un titre de Angra, amusant :)

    Donc voilà, ce qui m’agace dans la plupart de ses groupes, de Judas Priest (qui lui m’évoque ACDC) à Gamma Ray, c’est que vocalement, c’est tout pareil !!
    Heureusement qu’il y a James Heatfield et le chanteur de Rammstein ! Parce que sinon pour moi tous ces groupes, c’est kif-kif bourricot !! (bon à part les deux « bourrins » mais là encore, impossible de les distinguer… )
    Je sais qu’ailleurs je me serais déjà faite lyncher et portée au piloris pour outrage de lèse-majesté, mais ici ça va, on est entre gens respectueux, tolérants et civilisés ;) (n’est-ce pas Bruce ????)

    Ah et grâce à mes petites recherches, je suis arrivée jusqu’à Eddie Van Halen… Eddy, en fait ton pseudo c’est une manière de crier ton amour à la musique et la bière ?? ;)

    En tout cas ça fait vraiment plaisir de lire ici Manu :) (et tu racontes tellement bien notre Boss !! )

    • Manu  

      Ahhhhhh merci Kaori d’avoir fait l’effort de commenter et d’avoir eu le courage de tenter de tout écouter :D
      Que de compliments, j’en suis vraiment touché! Et en prime, tu as fait un long commentaire ( j’adore lire les pavés, si si).

      Comme je disais plus haut, je savais que cet exercice était périlleux car le métal est un style vraiment particulier ( et je le conçois entièrement). Du coup j’ai voulu rendre l’article plus limpide et accessible. Ça n’a pas été évident car j’ai toujours tendance à partir dans des termes très techniques ( c’est en partie à cause de mes vidéos-test de matériel pour guitare que je fais sur ma chaine Youtube).

      Le croiras-tu? Je n’aime les chants gutturaux ( appelés « growls » dans le jargon musical) qu’à petite dose seulement. Mes groupes préférés actuellement sont Nightwish, Within Temptation, et tous les groupes de métal symphonique où on mélange les grosses guitares électriques avec des envolées lyriques. Ah oui, et les 2 premiers albums de SONATA ARCTICA… Et vouiiiii!

      Sinon, dans ma voiture, je me fais régulièrement des cures de hardrock bien 80′s ( en ce moment, c’est « Rebell Yell », « Holy Diver », « Surfin’ with the alien », « Dream on », et tout l’album « 1987″ de Whitesnake). Parce que les 80′s, c’est la vie :D

      • Eddy Vanleffe  

        Eddy est mon vrai prénom Kaori et Leffe est aussi un lieu dit belge près de Dinant. bien sûr j’aimerais y vivre parce c’est un magnifique village….j’ai un pseudo afin d’effacer au maximum le nom de mon père de ma vie…et je ne suis pas fan du tout de Van Halen… leur coté dragueurs californiens, très peu pour moi..^^

        Gamma Ray et Angra… ce sont des potes, mais en terme de production je trouve que les groupes comme Helloween et gamma ray incomparable, Angra je double le volume pour arriver à la même intensité…
        Manu on aime décidément les mêmes groupes: Nightwish et Within Temptatation pour moi Wishmaster et Mother Earth sont les meilleurs disques de metal à voix lyriques.

        enfin en 80′s moi c’est intuitivement ACCEPT, SCORPIONS, DIO, MAIDEN, HELLOWEEN, METALLICA, AC/DC, JUDAS PRIEST (écoute les albums 70s Kaori, on est pas dans le cri suraigu mais dans le chant), PRETTY MAIDS aussi… WARLOCK évidemment…^^

        • Manu  

          Dans mes bras! Un pote qui aime la binouze et le bon son! ^_^

        • Kaori  

          Ah non mais c’est décidément pas mon univers, tout ça. Y a des morceaux qui vont me plaire, mais je ne suis sensible qu’à la voix et à la mélodie. Ou alors faut que ça déménage, mais sans que je puisse expliquer pourquoi. Là, toutes vos discussions sur les groupes de metal que vous citez, ces histoires de production, etc, c’est une langue extra-terrestre… Même Van Halen, je ne connais que de nom…

          Je me retrouve paradoxalement plus dans les goûts de Tornado, entre Muse, The Smashing Pumpkins, même RATM (bon, un peu plus Audioslave niveau voix, mais niveau son, RATM ça arrache). Je parle en terme de rock… Sinon je suis plus pop-rock, voire variété…

          • Tornado  

            Paradoxalement ? Pourquoi paradoxalement ? :)
            Apparemment, en musique, si j’en crois mes potes putains de puriste de rock, j’ai des goûts de gonzesses. J’ai envoyé un Top 10 à Bruce sur la question…

          • Eddy Vanleffe  

            Moi c’est la guitare la clé,et puis a basse oh et puis la batterie aussi…^^

          • Kaori  

            Tes puristes de potes seraient pas mes potes ^^
            Bon, c’est vrai que quand je cherche des amateurs de Muse, je trouve plus de filles que de garçons et que si on écoute bien les paroles, il est assez romantique le Bellamy.
            Mais à l’époque où ça s’est fait connaître, je trouvais plus des amatrices de Michael Jackson, de Hip-hop, de Tryo et Matmatah et cie…
            Et aujourd’hui où je suis entourée de femmes, c’est Patrick Bruel, radio France Bleu, les Enfoirés ou la musique classique, les goûts musicaux… Bref…

            Sinon, c’est quoi ton album préféré de Muse ?
            J’ai les 5 premiers albums (ce qui est assez révélateur sachant que j’achète un album par an…).
            THE RESISTANCE est pour moi le meilleur, et j’ai tendance à penser qu’il est inégalable. Les titres sortis après m’ont laissée indifférente…

          • Tornado  

            Muse est un bon terrain d’entente entre ma moitié et moi lorsque l’on part en vacances en voiture, au grand dam de notre fils qui déteste littéralement la musique. C’est un de mes drames ! J’ai réussi à lui faire aimer plein de trucs, mais pas la musique. Il me demande tout le temps de la baisser ! Lorsque je lui ai proposé de lui apprendre à jouer de la batterie, il y a de cela plusieurs années déjà, il m’a simplement répondu : « Tu sais papa, c’est très intéressant, mais non »… :D
            Ma fille a l’air moins rétive pour le moment. Mais elle est encore trop petite pour s’exprimer clairement sur la chose. Disons qu’il y a encore de l’espoir de son côté…

            Sinon mes albums préférés de Muse sont les trois premiers. Origin Of Simetry est un album parfait je trouve. Je me suis arrêté après Resistance. Il faudra que j’y revienne un jour pour écouter ce qu’ils ont fait depuis.
            J’ai envoyé un Top 10 à Bruce sur le sujet (rock de filles Vs puristes). Mais vu la densité de Top 10 et d’articles musicaux qu’il reçoit de nous tous et de tous les invités, j’ai peur qu’il soit publié la semaine des quatre jeudi ! :D

          • Kaori  

            Ah la musique et les enfants… Pareil, mon fils n’aime pas écouter de la musique… J’ai tenté Queen, ils ont droit à Depeche Mode à chaque trajet de voiture (en plus des musiques d’anime et de films, playlist de mon cher et tendre), mais non. A 11 ans, il n’écoute jamais de musique de lui-même.
            Ma fille, elle, se voit chanteuse. Elle aime Calogero et les chansons de dessins animés (Disney, La Cinq…). Elle a passé sa période Louane. Bon, elle a 7 ans, ça a le temps de changer ;)

            Pour Muse, je mets ORIGIN OF SYMMETRY juste derrière THE RESISTANCE. Il est génial mais je le réécoute beaucoup moins souvent que THE RESISTANCE. En troisième je mets SHOWBIZ. J’ai beaucoup moins accroché aux 2 autres, ABSOLUTION et BLACK HOLES & REVELATIONS.

            J’ai hâte de lire ton article, avec un peu de pression, ça va le faire ;) .

          • Tornado  

            Tiens une anecdote : Ça devait être au tout début des années 2000. En 2001 ou 2002. J’ai bu un coup juste à côté de la table où Matthew Bellamy se faisait interviewer. C’était à un festival de rock en Normandie. Un de mes meilleurs amis (rocker puriste) avait des passes VIP et il m’en avait filé un. Du coup on était au milieu de tous les artistes. Donc Bellamy était interviewé juste à côté de moi, à 3 mètres. Muse n’était pas encore très connu à l’époque. Je les avais déjà vu en concert à l’Aeronef, à Lille. Là ils sortaient à peine Origin of Simetry.
            Purée, le mec est une vraie crevette ! Il doit m’arriver au plexus ! Il ressemble à rien ! :D Quand tu vois ce su’il dégage sur scène, c’en est presque surhumain ! Le même après-midi ils ont joué leur concert. C’était énorme ! J’avais l’impression de voir un Led Zep ressuscité ! Je les ai revu à Marseille pour la sortie de leur 3° album. la prestation scénique était encore assez impressionnante, mais déjà on sentait qu’ils s’économisaient par rapport à la fois précédente. Du coup j’avais été déçu et je ne suis plus retourné les voir en concert (mais il est vrai qu’aujourd’hui je ne vais plis voir de concerts).
            Autre anecdote (pendant que j’y pense) : Ma future femme était là, quelque part, le même soir, au concert de Marseille…

            A l’époque, tout le monde trouvait Muse génial. Quelques années après, après que la presse rock ait commencé à les ratatiner comme tous les groupes qui passaient en boucle sur MTV (avec Placebo, par exemple), les mêmes personnes qui trouvaient le groupe génial au début des années 2000 on fini par dire que c’était de la musique de filles… Un truc lyrique, c’est pas du rock, etc…
            Tiens, aujourd’hui même (là en écrivant l’article) j’écoute un truc typique que les puristes qualifieraient de rock pour gonzesses : https://www.youtube.com/watch?v=avpGD06JZOg

          • Kaori  

            Il est chouette ton morceau :)
            Il me font rire, ces puristes. Et donc, c’est des gonzesses qui ont écrit et composé le morceau ?

            Pour Matthew Bellamy, oui, j’avais déjà remarqué qu’il était tout petit, je ne sais plus comment je m’étais rendue compte de ça, car sur scène effectivement, ça ne se voit pas !
            J’ai le coffret DVD Hullabaloo, justement la tournée de 2001. Une copine me l’avait offert en me disant « tu vas voir, Matthew Bellamy tient sa guitare d’une façon très particulière, j’avais jamais vu ça ». Bon, moi qui n’ai jamais touché une gratte, j’ai jamais compris de quoi elle parlait. J’ai juste remarqué qu’il avait plusieurs guitares, mais comme plein de guitaristes…

            Je me rappelle bien de l’engouement suscité par Muse, Placebo. Aujourd’hui je découvre qu’ils sont persona non grata dans le milieu. Allons dans le sens du vent, c’est plus sûr… Pfff. J’aimais bien Placebo, et ça n’a pas changé.

          • Bruce lit  

            @Nicolas : merci du passage
            @Tornado : Je crois que tu te méprends. Muse n’est pas considéré comme de la musique de gonzesse, pas du tout. C’est un groupe très populaire qui remplit des stades et ce n’est pas donné à tout le monde de la faire.
            ils avaient une formule post grunge assez intéressante sur leurs deux premiers albums, le troisième commence déjà à montrer ses limites : le chant épuisant de Bellamy qui semble se préparer à souffler son gâteau d’anniversaire entre chaque strophe, une évolution d’un groupe post grunge en neo prog’ pompier, chiant et bavard. Ce n’est pas de la merde mais clairement, plus très passionnant pour « les puristes  » dont je fais partie qui préfèrent quand c’est plus méchant.

          • Tornado  

            An non, je ne me méprends pas ! J’étais là, j’ai tout vu (ou tout entendu) : Les mêmes personnes que j’entendais dire que Muse étaient les mecs qui avaient tout compris les toisent aujourd’hui comme de la musique chiante et pompeuse. Quand tu lis des bouquins sur le prog, Origin Of Simetry est cité comme un album de new prog. et c’est leur 2°. J’ai réécouté les 5 premiers albums récemment et, même s’il y a un passage ou le prog est plus important (le 4° album), l’ensemble reste très homogène et le 5° album (Resistance) est très proche du 2nd.
            Quant au fait que Bellamy faisait des grosses inspirations entre les couplets, il a gommé ça assez vite.
            Je ne vois pas une grosse scission entre les deux premiers albums et les suivants. Mais alors vraiment pas.

          • Bruce lit  

            les mecs qui avaient tout compris les toisent aujourd’hui comme de la musique chiante et pompeuse
            C’est bien ce que je te dis (et ce que je pense, on en reparle bientôt). Mais jamais Muse n’a jamais été perçu comme un groupe à minettes. Plutôt comme un groupe de rock qui aurait mal tourné en pop comme U2 et Coldplay.

          • Kaori  

            Team Tornado : les grosses inspirations de Matthew Bellamy sont audibles sur le premier album (et encore, moi ça ne m’avait jamais choquée, j’ai appris ça récemment, que c’était un reproche qu’on lui avait fait et qu’il avait corrigé par la suite, et effectivement, ça s’entend, mais franchement… bref…), mais sur les suivants, beaucoup moins.

            Je n’ai pas écouté les derniers albums, mais mis à part le 5ème qui part plus dans le mélange classique (gros air de Queen et BOHEMIAN RHAPSODY sur UNITED OF EURASIA d’ailleurs), on est toujours dans le même genre (envolées puissantes, voix perchée, bref style Muse).

          • Tornado  

            Ce n’est peut-être pas écrit ou dit de manière officielle mais, franchement, quand on regarde la fanbase de Muse, Colplay ou Placebo aujourd’hui, c’est quasiment que des nanas. Les rockers les toisent complètement. Ça je ne l’invente pas.
            Après, ce qui serait intéressant c’est d’essayer de comprendre pourquoi. Si ce sont des arguments de rocker puriste pour moi c’est inaudible de mauvaise foi ^^
            J’ai remarqué par exemple qu’à partir du moment où ces groupes sont passé sur MTV et ont brassé un large public, qu’on les a entendu dans des séries TV tout ça, ça a commencé à partir en couilles.
            Mais on en reparle effectivement plus tard ;)

  • Vindicator  

    Bruce c’est vraiment un tyran ? Il boude ?

  • Bruce lit  

    Ok, donc, après deux jours de formation, la préparation en catastrophe de l’interview de Dysart demain au comic con, je suis ENFIN disponible.
    Tout d’abord, je suis toujours ravi d’avoir des invités et lorsqu’ils livrent un texte de cet acabit, encore plus.
    Puisque tu sors les gros dossiers Manu, je trahirai à mon tour le secret professionnel, en révélant que ce n’est pas du tout l’article que j’avais commandé puisque à la base je voulais justement que tu abordes tous les groupes que tu as souhaité mettre de côté : Guns, FNM et surtout Alice in Chains.
    Ceci dit on n’y perd pas au change car je me suis régalé aussi bien dans ta définition du genre que dans la liste ci-dessous.
    J’avoue : il fut un temps où j’avais guitares électriques, ampli, basse, pédales, sampler et modulateur d’effets. Et j’ai fini par tout revendre pour ne garder que ma folk fétiche et ma 12 cordes. Tout simplement parce que avec le temps, je préfère empoigner ma sèche et jouer plutôt que de passer 2 heures à choisir le son adéquat. Au bout d’un moment j’en ai eu marre, n’ayant pas l’âme d’un technicien.

    Alors? Cette liste ? Je connaissais tous ces groupes mais je voulais réécouter, 90 % de ces groupes ayant été expurgés de mes étagères au moment du grunge .

    Judas Priest : insupportable, ils avaient très bonne réputation, musique sans aucun intérêt. L’album solo de Halford produit par Reznor était ok.

    Maiden : le seul morceau d’eux que j’aime. La voix de Dickinson m’horripile, c’est tellement incantatoire et stéréotypé. Cependant c’est très pro, le solo est mélodique, bonne ambiance, je prends (pour cette foix)

    Malmsteem : le mec à abattre, putain c’est pire que ce que je me rappelais de lui…J’aimais bien Rising Force. Au risque de facher Eddy, je suis vraiment heureux que Nirvana nous ait débarrassé de cette racaille.

    Slayer : je n’ai jamais compris la fascination pour ce groupe, le son est puissant, mais il manque la verve mélodique de Megadeth et Metallica. Ceci dit Angel of Death est un chef d’oeuvre, les lyrics sont juste incroyables, la meilleure chanson jamais écrite sur le nazisme. Ceux qui en ont condamné l’apologie sont de sombres crétins qui n’ont rien compris. Effectivement, les solis de Slayer n’ont aucun intérêt.

    Metallica : groupe immense, même dans les mauvais albums ils sont bons. Les patrons, uen carrière incroyable. Oui, je n’ai jamais compris comment Hetfield jouait ses rythmiques. Je ne savais pas que Hammett était la risée du milieu. Ceci dit, de lui , je ne retiens que l’incroyable descente de One. La musique de Metallica m’est essentiellement rythmique

    Megadeth : j’aurais retenu le riff impressionnant de Holy Wars. Countdown est déjà en deça. MAis c’est un groupe que j’aime jusque 13, après le line up du groupe devient n’importe quoi. Un groupe qui a bcp compté à mon adolescence. Alice Cooper est le parrain de Dave Mustaine.

    Rammstein : pachydermique ! j’ai découvert ce groupe avec Lost Higway ! Ils ont des morceaux très efficace. Je ne suis pas convaincus par leurs albums sur la durée, c’est très linéaire, mais des singles incroyables. J’adore Amerikka.

    Sepultura : j’ai toujours détesté , le mec semble avoir envie de vomir. Non

    Pantera : très efficace musicalement, il y a du Alice in Chains là dedans. Mais pareil, Anselmo semble avoir un doigt dans la gorge. Je ne garderai d’eux que THIS LOVE.

    Gamma Ray : j’aimais bien SIgh No More. Cet album bleu, je l’avais aussi, il y avait un morceau dessus, Money, juste pathétique. 25 ans que je n’avais pas écouté cette chose. C’est épouvantable….

    @VIndicator : je ne suis pas celui que tu crois, je suis pire….

    Le Stoner : aucun de ces groupes ne m’enthousiasme. Josh Homme est un personnage sympathique, l’album qu’il a fait avec Iggy, Post Depression est bien.

    • Eddy Vanleffe  

      pourquoi me fâcherais-je?
      je pense à peu près la même chose que tout le monde d’Yngwie Malmsteen…
      il n’y a pas eu de titres vraiment mémorables, de refrains catchy, c’est vraiment des démonstrations de guitare et c’est saoulant… je ne suis pas fan non plus de Satriani ou de Steve Vaï non plus… à dose homéopathique, oui mais sur un album entier…
      toute la différence avec BLackmore justement , où tu entends un de ses riffs le lundi et tu passe ta semaine à le fredonner, et dont le don « mélodique » nous fait admirer un solo, pas bailler…

      j’ai appris aussi ici que Kirk Hammet n’était pas bien vu…
      mais bon la célébrité rend suspect…
      il paraît que: Lars Ulrich ne sait pas jouer de batterie, Trujillo était bon …AVANT, que Hetfield a perdu sa voix et que Hammet n’est pas précis… comment font ils leurs albums alors? pourquoi remplissent-ils des stades? on se le demande…:)

  • Nicolas B  

    Comme disait tonton Zegut, merci ça nettoie la cage à miel ! Je vais me refaire une piqûre de rappel de Pantera et de Judas Priest cela me changera de mon pain quotidien qui est souvent agrémenté d’un petit Metallica ou d’un long Maiden aux mélodies qui vont et viennent comme les vagues de Rime of the ancient Mariner !

    Bel article !

  • JP Nguyen  

    Très instructive, ton intro ! Pour le reste, je n’ai pas trop la bonne tournure d’esprit ce soir pour essayer l’écoute… Mais, parmi tous les morceaux cités dans l’article, j’ai un faible pour « Du Hast » de Rammstein, utilisé dans la BO de Matrix.
    Merci Manu !
    (Et il faudra un jour fonder un club des contributeurs Brucelisiens anonymes, exploités par l’intraitable Boss…)

    • Bruce lit  

      Puisque il faut tout faire ici, je vous propose le nom sous lequel vous fédérer (Roger ?) :

      NON AU BRUCELISME !

  • Manu  

    Purée mais ça continue à s’agiter par ici, c’est génial !

    Alors pour commencer ( je prends ma voix de remerciement lors des victoires de la musique) je voudrais remercier Bruce pour m’avoir laissé cet espace pour étaler ma culture de musicos… À vrai dire ce n’était pas très évident, puisque le boss m’a demandé de parler « métal » mais qu’il me dit ensuite qu’il voulait que je parle de groupes « alternatifs »… On ne s’est pas compris pour le coup. Mais il a eu la gentillesse de garder l’article malgré tout. Comme quoi il n’est pas si méchant que ça hein? ( entre deux coups de knout…). Je pensais sincèrement que mon article allait faire un four, vu que ce sont surtout des rockeurs qui traînent par ici.

    J’avoue mon plaisir coupable d’aimer Mickaël Jackson, Nolwenn Leroy, la musique celtique, et la musique dire « ambiant » ou atmosphérique a grand renfort de piano et synthé ( j’écoute beaucoup de BO de jeux vidéos où on trouve des perles trop méconnues). D’ailleurs c’est marrant, chaque fois que je veux composer un truc bien bourrin, je fini par écrire de la musique douce et planante. Muse j’aime bien mais pas tout. Ça me lasse vite.

    Pour mes goûts personnels, comme dit plus haut, je marche avec le mood du moment : soit du ultra violent, soit du tout gentillet pas du tout métal… Ça dépend l’humeur. Les growls, ça me fatigue assez vite. Ça dépend des groupes. Je déteste viscéralement le death, le black, et le grind qui, non content de proposer des messages malsains, ne sont que des borborygmes incompréhensibles. Berk berk berk !
    Mais comme pour Bruce, je trouverai toujours Metallica comme les Big Boss du métal : mêmes leurs albums pourris restent bons. Sinon mon groupe favori reste Nightwish.

    Tiens, si vous aimez le Rock, Pink Floyd et la musique atmosphérique, et que vous n’êtes pas à tendance suicidaire, écoutez donc le groupe anathema et notamment l’album Alternative 8. Sensations garanties !

    • Eddy Vanleffe  

      Bon arrête de piquer mes disques toi^^

      Alternative 4 est un super album… le suivant aussi….

      les boss du metal? pour moi c’est Maiden Number of the Beast, Powersalve et Seventh son of the seventh son sont insurpassables…^^
      si taimes le celtique, t’aimes aussi le pagan metal avec IN EXTREMO, MAGO DE OZ, FAUN voir même GRAVE DIGGER?

      • Manu  

        Ouais, Alternative 4; il m’a beaucoup remué comme skeud! C’est très profond et ça remue les émotions!
        Grave Digger, la voix est spéciale, meme si j’admets aimer beaucoup la chanson « Rebellion » :D
        In Extremo, j’ai écouté plein de trucs mais ca ne me touche pas. Mago de Oz, j’en ai entendu parler, je vais de ce pas écouter de suite!!!
        Faun, inconnu au bataillon…

  • Bumbledore  

    Bonjour,

    C’est un comble : lecteur régulier, c’est pour un article ne traitant pas des comics que j’interviens pour échanger avec vous ! Je suis un metalleux repenti, guitariste depuis moultes années et j’écoutais et jouais de tout ça bien avant d’avoir mon premier x-men entre les mains. Bref, la guitare metal, c’est mon amour de jeunesse.

    En préambule, je n’ai pas grand chose à dire sur la qualité des groupes et morceaux proposés : tous ces groupes et morceaux sont respectés pour une bonne raison.

    Mais je ne suis pas fan des étiquettes. Personne ne s’étant jamais fait lyncher pour avoir porté un t-shirt de Bon Jovi à un concert de Metallica, je considère que le metal est une grande famille aux goûts variés. Je n’ai donc aucun problème à considérer qu’un groupe atypique comme Faith No More est, entre autres choses, un groupe de metal. Pareil pour RATM.

    Ma conception plus large du genre entre en contradiction avec la liste de guitaristes proposée car celle-ci laisse de côté des musiciens influents des années 90 au profit d’autres qui sont pourtant essentiellement des musiciens de la décennie précédente. Une bonne partie des groupes proposés a en effet connu ses heures de gloires dans les années 80, voire carrément les années 70. Pour certains, les années 90 ont été le signe d’une renaissance réussie, ce qui rend Painkiller d’autant plus remarquable. Pour d’autres, c’est le début du déclin, comme pour Metallica (pour info, il n’y a eu aucun album de Metallica après …and Justice For All :-)). J’ai un profond respect pour ce que ces artistes ont proposé quand ils étaient à leur top niveau, mais ça ne rentre pas dans le cadre des années 90.

    Ce coup de balai me permet de laisser de la place à d’autres qui méritent d’être cités. Dans le metal des années 90, je pense qu’il faut parler de metal progressif et en particulier de Dream Theater et de son guitariste John Petrucci. C’est une influence majeure pour beaucoup de groupes qui ont suivi. Je ne suis pas spécialement marqué par les parties guitare de Faith No More mais Tom Morello de Rage Against the Machine est une des plus fines et originales lames de la décennie. Plutôt que citer Malmsteen qui a flambé tout son talent sur Rising Force, son premier album, je me permet de proposer Michaël Romeo de Symphony X, clairement influencé. Sans aimer ce qu’ils font, je pense qu’il serait également juste de citer Meshuggah. J’ai une tendresse particulière pour le personnage d’Ozzy Osbourne qui, entre autres qualités, a toujours su s’entourer de guitaristes exceptionnels : dans les années 70 avec Black Sabbath, c’était Tony Iommi, au début ses années 80, le regretté Randy Rhoads et dans les annés 90, Zakk Wylde. Pour le reste, je veux bien concéder que ça ferait bizarre de mettre du glam à côté de Meshuggah donc je vous épargne Sambora de Bon Jovi :-). Et il y a tous ceux que je ne cite pas parce qu’il y a tellement de groupes que je n’ai pas pu tout écouter.

    De manière plus générale, sur les guitaristes que j’ai écartés et d’autres :

    - je suis un gros fan de Kirk Hammett, il a suscité mon envie de jouer de la guitare. J’ai sué sur je pense l’intégralité de ses solos de Ride the Lightning, Master et Justice. Mais clairement, il s’est ensuite reposé sur ses lauriers et aujourd’hui, son niveau est assez embarrassant à écouter en live. Dans les années 80 en revanche, immense respect.
    - Malmsteen : je ne peux pas écouter. Mais c’est un technicien hors paire, doué d’un toucher exceptionnel. Depuis qu’il a créé son style, il a souvent été imité, rarement égalé. Respect pour les morceaux Black Star et Far Beyond the Sun qui ouvrent son premier album. Mais ça reste de la musique pour guitariste, je ne vois pas qui d’autre pourrait écouter ça.
    - Marty Friedman : Symphony est un bon album mais pour moi, le meilleur de Megadeth est le précédent, Rust in Peace. Tornado of Souls, pour moi, est dans le top 5 des plus grands solos guitare du metal.

    Je ne peux pas m’empêcher de citer pour conclure mon chouchou. Depuis 20 ans, je suis un gros fan de Bumblefoot. Plutôt inconnu à ses débuts, il a pu booster sa carrière en jouant avec Axl Rose pendant pas loin de 10 ans dans un groupe qui ne méritait pas de s’appeler Guns’N’Roses. Aujourd’hui, il joue dans une dream team appelée Sons of Apollo et leur deuxième album doit sortir début d’année prochaine. Je prête le flanc à la critique en citant ce groupe car c’est encore une équipe de virtuoses dont la musique peut sembler inutilement prétentieuse. Reste qu’à ma connaissance, Bumblefoot est le seul guitariste à jouer sur une fretless ce qui, ajouté à son style déjà particulier, en fait un artiste unique en son genre. Pour rester dans les années 90, vous pouvez tendre une oreille par exemple sur son album Hermit. Si un seul lecteur de ce commentaire le découvre et l’apprécie, je n’aurai pas écrit cette tartine en vain :-).

    Merci à ceux qui auront lu ce message jusqu’au bout !

    • Bruce lit  

      Welcome Bumbledore,
      Un lecteur même discret capable de citer Megadeth, Metallica et Faith no more en guise de bonjour, on a pas envie de lui dire au revoir.
      Si personne n’est mort d’avoir porté un teeshirt Bon Jovi, les gars se faisaient quand même bien gentiment chambrer. Les groupes n’étant jamais les derniers à jouer le jeu en portant des teeshirts ou des inscriptions anti-bon jovi sur leurs guitares.
      Je n’y vois rien de répréhensible, on rencontre après tout le même phénomène pour les équipes de foot et si lon peut aimer de tout, on peut aussi s’autoriser le luxe d’être sélectif. C’est mon cas. On ne peut pas aimer tout ni tout le monde.
      Je fais partie de ceux pour qui l’album noir de Metallica est leur Dark Side of the moon. Avant, c’est bien aussi, mais pas aussi abouti et je ne me lasse jamais de Load quand Kill’em all me paraît suranné.
      Tornado of souls : monstrueux. Il manquait à ce groupe une vraie aura live, dommage.

  • Bumbledore  

    Merci pour l’accueil, c’est sympa !

    Kill’em all est pour moi un album fun, j’aime l’énergie qui s’en dégage. Je me rappelle la première fois que j’ai entendu l’intro de hit the lights, avec ce fade in sur un gros power chord suivi du riff le plus rapide que j’avais jamais entendu à l’époque, j’ai du ramasser ma mâchoire tombée au sol. Accessoirement, quand j’ai acheté et écouté en boucle cet album, je lisais le Seigneur des Anneaux et l’un est irrémédiablement devenu la bande son de l’autre dans mon esprit. Même des années après, l’association demeure. Mais je suis d’accord, cet album n’est rien par rapport à ce qui vient ensuite.

    Le Black album, je l’écouterais plus s’il était amputé de ses moins bons morceaux. Dans Dark Side of the Moon, il n’y a rien à jeter. Même les morceaux de transition servent l’album dans sa globalité. Pour moi, le Black album est trop long et pas assez contrasté dans ses ambiances. Par contre, je comprends qu’ils aient du prendre un virage après …and Justice For All car je ne vois pas comment ils auraient pu aller plus loin dans cette direction. Load et même Reload, je les ai appréciés et défendus à l’époque. Ils contiennent certains morceaux magnifiques mais il aurait du n’y avoir qu’un album au lieu de deux. Au final, même si j’ai écouté et apprécié ces albums, quand j’ai envie d’écouter du Metallica, ce ne sont jamais ceux-là que j’ai le plus envie de sortir. Mon album de coeur est Ride the Lightning, le premier que j’ai écouté. J’ai eu le plaisir il y a longtemps de jouer (modestement) en concert Fade to Black et Call of Ktulu, c’était un pied magistral !

    En vieillissant, je suis passé à autre chose. Mais à la sortie du dernier album… j’étais le jour même chez mon disquaire avec mon cd dans les mains et honnêtement, je l’ai trouvé pas mal du tout. On ne se refait pas :-)

    • Bruce lit  

      J’avais rejeté en masse ST ANGER à sa sortie notamment à cause du son de batterie. Avec le temps, je le trouve très bon, même si les morceaux auraient gagné à être raccourcis.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *