33 tours en concert

RACONTE-MOI 33 CONCERTS par Loïc Stephan

Une interview menée par BRUCE LIT

Piger pour BEST a du bon : être sollicité par des auteurs indépendants qui publient de beaux livres pour parler de rock, de décibels et ici des plus beaux concerts auxquels il a été donné d’assister. La parole est à Loïc Stephan, auteur de RACONTE-MOI 33 CONCERTS toujours disponible ICI.

Salut Loic, tu te présentes à nos lecteurs ?

Oui, bonjour, je suis Loïc STEPHAN…que dire ? que je fais de la photo de concerts depuis 2009, que par ailleurs pour payer les factures, je suis chef de projet en informatique. Que j’ai une passion depuis tout petit pour la musique – j’ai acheté mon premier BEST en octobre 1981, j’avais 12 ans, cette claque ! -, les concerts, particulièrement le métal et que j’ai créé ce livre Raconte-Moi 33 Concerts parce que j’avais envie de développer un projet « artistique » dans ma vie.

Tu entreprends de raconter 33 concerts de rock et de les compiler dans un beau livre. Les éditeurs ont dû te regarder comme un Alien !

Alors, les éditeurs, ils ne m’ont pas encore regardé en fait parce j’ai auto-produit le livre, auto-édité en indépendance totale. Je l’ai financé moi-même, c’est une démarche un peu « do it yourself ». Pas d’éditeurs dans la boucle donc.

A chaque concert son illustration de Charlotte Rodon
© Loïc Stephan / Charlotte Rodon

Tes compte rendus sont de taille variable : les concerts de Kiss et des Stranglers couvrent largement deux pages, d’autres beaucoup moins. Quels ont été tes critères pour voir figurer ces concerts dans ton ouvrage ?

De base, c’est 33 concerts que j’ai adorés. Ca, c’est très important. Ensuite, je collabore beaucoup avec RadioMetal, j’ai aussi collaboré avec un webzine qui s’appelle Fonkadelica qui n’est plus trop en activité, aussi avec Among The Living et un peu Rockurlife, donc je voulais retrouver une diversité par rapport à ça, je voulais aussi retrouver une diversité de style, je ne voulais pas que cela soit que metal même si cela aurait été probablement plus facile à vendre. Derrière ce livre, c’est un projet, la marque Raconte-Moi 33 Concerts m’appartient, j’aimerais arriver à faire un Raconte-Moi 33 Concerts spécial metal mais s’il devait n’y en avoir qu’un, je voulais qu’il me ressemble et qu’il soit diversifié dans les styles. Un côté un peu « brûlons les chapelles » et un peu provoc car passer de Saez à Morbid Angel demande une belle curiosité.

Sur la longueur des textes, c’est vrai, il y a des concerts où il se passe plus ou moins de choses, plus ou moins riches à raconter. Typiquement, Motörhead que j’adorais en concert, globalement, il ne se passe pas grand-chose.

Le lecteur s’attend à trouver des monuments du rock comme David Gilmour, Metallica ou Alice Cooper lorsque tu choisi de causer de Lazzy Bird, Shuggie Otis ou Flying Colors peu connus du grand public.

Déjà, je suis pas fan des Pink Floyd, donc désolé [rires]. Après, ce sont des concerts coup de cœur, je ne me suis pas trop posé la question de la notoriété des artistes. C’était essayer de me faire plaisir au départ. Et oui, Lazzy Bird, c’est très très confidentiel mais c’était un chouette concert, je voulais aussi mettre en avant du connu, du moins connu. Ce qui économiquement n’est pas forcément très porteur [rires]. Après, si je fais un volume métal, j’ai plus de pointures.

© Loïc Stephan / Charlotte Rodon

As-tu des attentes particulière à l’entrée d’un show live ?

Prendre du plaisir, vibrer, c’est tout ce que je demande. Toutes les configurations peuvent être bonnes, j’aime autant un concert avec plein de flammes et de pyrotechnie que quelque chose de plus sobre mais c’est vrai que tout ce qui est habillage lumineux est quelque chose qui me frappe, qui peut bonifier un concert. Le premier concert que j’ai fait, c’est Dire Straits au Palais des Sports sur la tournée Love Over Gold et je me rappelle de la lumière qui irradiait de la scène et inondait le public. Ca m’a marqué. Donc oui, l’habillage lumineux, ça fait partie du concert mais pas indispensable. Typiquement, Metallica au Hellfest, ils ont mis du temps à mettre les flammes, c’était un peu frustrant [rires] mais c’était bien quand même. Tellement bien qu’il serait dans mon volume spécial métal.

En te lisant, j’ai été surpris d’apprendre que Tanita Tatikaram se produisait encore en concert. Pour moi, c’est la femme d’un tube.

Pour moi aussi en fait. Et c’est ce tube-là, « Twist In My Sobriety », qui m’a amené dans la salle de concerts. Parfois, j’ai des impulsions sur un titre, un artiste qui m’a marqué parce qu’il y a eu un titre, et c’est là où le concert révèle toute sa saveur, c’est que, si Tanita Tikaram est dans le livre, ce n’est pas par surf sur ce titre, c’est que j’ai adoré le concert, c’était très beau.

A part Saez et Mass Hysteria, les artistes français sont très peu représentés dans ton livre…

Quand même, il y a Matmatah, Nina Attal, Caravan Palace, Lazzy Bird. Après, je n’ai rien ni pour ni contre les artistes français, rien ni pour ni contre les artistes internationaux. Ca c’est fait comme ça, je n’ai pas fait de calcul par rapport à la nationalité des artistes.

© Loïc Stephan / Charlotte Rodon

Chaque chapitre est illustré par Charlotte Rodon. Comment s’est passée votre collaboration ?

C’était plutôt trop cool en fait. J’ai connu Charlotte Rodon par l’intermédiaire de l’agence Fabian Fisher. On a été présenté par cet intermédiaire-là, la collaboration s’est déclenchée, ce que me proposait Charlotte me plaisait et a priori, le projet que je proposais à Charlotte lui a plu. C’était assez marrant, Charlotte avait un cahier des charges assez strict [rires] sur les illustrations parce que les illustrations, c’est moi qui les ai conçues, la scénographie, tout ça, et c’est Charlotte qui les a réalisées avec talent. C’était très agréable. Moi, je suis chef de projet en informatique dans une entreprise et donc je fais des projets que je ne choisis pas forcément. Par contre, là, c’était un projet que j’ai choisi, que les gens ont choisi parce qu’il y a aussi Lamy Tcha qui a bossé sur ce projet pour tout ce qui est maquettes. Ces personnes avaient choisi le projet donc ça a donné des bonnes émulsions, des bonnes réunions de travail, de la créativité et j’étais le maître à bord ce qui était un positionnement assumé et agréable. Donc collaboration très bonne.

Le showman ultime c’est… ?

James Hetfield de Metallica.

Ton palmarès de tes pires concerts ?

Pires concerts ? Et bien, sans mentir, j’en ai pas vraiment en fait. Je n’ai pas souvenir de m’être ennuyé à un concert genre « ça me soule, je me barre ». J’étais très fan avant de collaborer avec RadioMetal et consorts et j’en ai vu pas mal en tant que fan, là, je les ai choisis. Alors, si, il y a un concert, un groupe japonais, L’Arc-En-Ciel, c’était au Zénith, le son était tellement pourri, c’était inaudible et insupportable. Peut-être Deep Purple sur la tournée Perfect Strangers dans la salle qui s’appelait encore Bercy où ils n’ont pas joué Smoke On The Water. Aussi Muse à Musilac il y a quelques années, un 14 juillet il me semble. Un peu déçu par la prestation. Mais pas tant que ça en fait ou alors je les ai effacés de ma mémoire [rires]. Je suis assez ouvert en fait en concert, j’allais dire bon public mais pas forcément. Assez ouvert.

Un tome 2 en prévision ?

Alors oui et non. J’ai toute la matière, cela serait un Tome 2 spécial métal. Comme je le disais, je m’attacherai plus à mettre des grosses pointures, toujours dans ce cadre de concert que j’ai adoré. Ce n’est pas parce que c’est les Guns que je vais les mettre. Typiquement le concert des Guns au Hellfest 2022 était bien pourri donc voilà.

Tu parlais d’éditeur, là, il faudrait que je croise la route d’un éditeur parce que le faire tout seul en autoédité indépendant, cela demande du temps, de l’énergie, des points de vente, il faut faire attaché de presse, community manager et ça j’aime pas trop tout ce qui est réseaux sociaux, il faut être aussi son créatif. Donc si je devais le faire, cela serait plutôt en rencontrant une maison d’édition, il faut que je vois, je vais continuer l’aventure de ce premier volume et voir où cela me mène.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Merci de m’avoir lu. Et puis merci d’aller acheter mon livre [rires]. Sur les réseaux sociaux, même si je n’aime pas ça, je mets quelques infos quand même, je vais avoir quelques dates encore en 2022 pour des dédicaces, des rencontres.

30 comments

  • Surfer  

    « Le lecteur s’attend à trouver des monuments du rock comme David Gilmour, Metallica ou Alice Cooper lorsque tu choisi de causer de Lazzy Bird, Shuggie Otis ou Flying Colors peu connus du grand public. »

    Ah ben moi je connais Shuggie Otis et… j’adore 👍. J’ai quelques vinyles du guitariste.
    Parler de concerts d’artistes peu connus c’est justement cela qui rend le bouquin intéressant 😧.
    J’ai assisté à un concert confidentiel de Léon Bridges à l’Olympia en juillet et c’était génial.

    Bon, après les concerts de grosses stars valent aussi le coup aussi…hein. Je ne suis pas un fan inconditionnel de Bruce Springsteen. Pourtant ces concerts sont mémorables : Le mec fait le show. Son dernier concert à Bercy c’était quelque chose.

    Sinon je suis frustré d’avoir raté Macca ☹️: ( A cause du Covid le concert avait été annulé)
    Mais, j’ai déjà mes places pour Elton John en juin 2023… Et oui, il faut prendre les places bien à l’avance pour cet artiste. Au risque de ne plus en avoir.

    Je me pencherai sur ce bouquin parce que …SHUGGIE OTIS est évoqué 😉👍

    • Bruce lit  

      Je ne sais pas du tout qui est ce SHUGGIE Bidule

      • Surfer  

        Cela ne m’étonne pas 😀😀😀. C’est pas ton genre de musique

  • JP Nguyen  

    L’auteur de ce livre est l’homonyme exact d’un collègue de boulot ! Heureusement, la photo à la fin de l’article m’a permis de lever le doute…
    Les récits de concerts, c’est pas trop ma came, mais c’est chouette de voir des projets artistiques personnels se concrétiser en de jolis livres.

  • Fletcher Arrowsmith  

    Bonjour Bruce,

    comme JP, pas trop mon délire de lire des récits de concerts des autres sauf si c’est mythique ou associé à un évènement précis voire historique. Je trouve cela assez intime en fait mais je salue l’idée, surtout en autoédition. Cela fait du bien de voir et lire qu’il y a encore des gens qui s’investisse, qui font fis des grosses structures, d’un formatage permanent.

    L’illustration qui accompagne les textes m’intéressent beaucoup plus par contre.

    Entretien concis, court, allant à l’essentiel : parfait. Je continue de rechercher ce modèle d’écriture. On sent que ton travail dans BEST porte ses fruits dans ton écriture. EXCELSIOR

    Ah : de mon côté je me rappelle très bien avoir été déçu par MUSE (mon pire concert). Je n’ai rien oublié. C’était fade et lisse (2006).

    @Surfer : Springsteen en concert c’est en effet mémorable (SDF en 2013 de mon côté). C’est complet pour l’année prochaine, je suis frustré.

    • Tornado  

      J’ai vu Muse trois fois. Une première fois dans une « petite » salle (l’Aéronef à Lille) pour leur premier album. Super concert. Ils n’étaient pas encore connus. Une seconde au festival Rockomax (je crois que ça s’appelait comme ça), en Normandie, pour leur deuxième album. Un concert en plein air, extraordinaire, dantesque, fabuleux. Led Zeppelin ressuscité. J’ai bu un coup la table à côté de Matthew Bellamy en train de se faire interviewer (j’avais un passe VIP (quand je dis à côté c’est littéralement la table à côté (purée le mec doit m’arriver à l’épaule et en concert c’est un géant !))). Puis je les ai vus une troisième fois à l’Olympia de Marseille pour leur troisième album. Et là j’ai été déçu. Concert routinier, son dégueu. Je ne les ai pas revus depuis.

      • Bruce lit  

        Muse c’est le cauchemar ultime pour moi. Même pas si tu me paies, j’y vais.

    • Bruce lit  

      Merci.
      Effectivement la concision est de mise.

    • Surfer  

      Pour Springsteen, tu prêches un convaincu 😉. D’autant plus que les musiciens qui l’entourent sont exceptionnels. Le E Street Band mérite vraiment le détour en concert .
      Je comprends ta frustration. Je vais encore plus te frustrer en te disant que mon beau frère a réussi à avoir des places pour 2013… il s’y est pris longtemps à l’avance. Cette fois ci je n’irai pas avec lui… et je regrette.

      • Surfer  

        Je voulais dire 2023…mais tu m’as compris Fletch 😉

  • Jyrille  

    Je rejoins mes petits camarades pour l’originalité et l’engagement relaté ici, je respecte tellement que je me demande si moi-même j’arriverais à faire quelque chose de ce genre un jour. Ca peut être bien cool à lire, même si je ne connais pas les groupes, c’est toujours intéressant si il y a une plume ou un fond captivant ou simplement des anecdotes. Le vécu par quelqu’un de non formaté, c’est toujours gratifiant je trouve, et d’ailleurs c’est ce que nous faisons ici-même. Je sais que Tornado n’aime pas trop l’utilisation de ce terme, mais que ce soit dans ce projet ou dans nos articles, je pense qu’il y a une honnêteté qui nous absout de toute conviction partisane et invite aux débats.

    Pour le fond, je passerai plus tard, je vous mets juste un lien avec un vieux petit compte-rendu [http://trhansat.blogspot.com/2019/07/rock-werchter-june-28th-2019.html]

    • Surfer  

      Salut Jyrille, ton lien ne fonctionne pas☹️

      • Jyrille  

        Il faut copier-coller 😉

        • Surfer  

          Comme à l’ancienne donc…. Merci, j’y jete un coup d’œil 👍

  • Steve  

    J ai vu Muse en première partie des red hot et j ai piqué un petit somme. Le concert des red hot était mou avec un paysage de route qui défilait…
    J aurai aimé savoir pourquoi une préférence pour hetfield à qui j ai j ai tapé ds la patte à un concert à Bercy!

    • Loïc STEPHAN  

      Pourquoi Hetfield ? Parce qu’en toute subjectivité, je trouve que c’est une bête de scène, qu’il sait vraiment mener, harranguer une foule, et que j’aime son attitude sur scène.

      • Steve  

        Entièrement d accord! Merci pour la réponse.
        Apparemment il aurait déclaré récemment qu en vieillissant il commençait à avoir du mal à assurer les rythmiques… ça m a fait chier … avec mon frère on les a vus pour la première fois à Vincennes avec the Cult et suicidal tendencies puis 2 fois à Bercy avec MINISTRY !!. Hélas la dernière fois c était au stade de France pr St Anger (1 ère partie Slipknot) et j avais récupéré la place d une copine au… dernier rang
        Décalage sonore d une dizaine de seconde, trop loin; j ai du renoncer et partir car je souffrais trop de ne pas pouvoir rentrer dans le concert… depuis je me suis juré de ne plus voir un concert dans une grande salle et/ ou en extérieur 😂

        • Loïc STEPHAN  

          hé hé Vincennes j’y étais, au premier rang. Et le concert au HF 2022, c’était énorme.

    • Surfer  

      Salut Steve, tu parles du concert des Red Hot au stade de France ? J’aurais adoré y assister ( Rien que pour le retour de John Frusciante )👍.
      Malheureusement, cela ne s’est pas fait à cause d’un problème d’emploi du temps ☹️

      • Steve  

        Hello surfer
        Planche oblige j étais sûr que t étais fan des red hot ! 😂 non encore un concert à Bercy… cela devait être pour Californication si ma mémoire est bonne (pas sûr à 100%😜)

        • Surfer  

          Ah OK… je pensais au concert de cette année.
          Mdr…😀😀😀. Bien joué pour la planche.
          Effectivement je suis fan des Red hot

          • Jyrille  

            Depuis que j’ai vu les Red Hot en concert aux Eurockéennes de Belfort en 96 sur la tournée du ONE HOT MINUTE, je n’écoute plus les Red Hot.

          • Tornado  

            J’étais fan des Red Hot durant toute ma période étudiante, jusqu’à CALIFORNICATION. Et puis je ne sais pas, d’un coup, j’ai trouvé que ça vieillissait très mal. C’est rare que ça me fasse ça (idem et plus encore avec Mano Negra). En général quand j’aime une musique, c’est pour la vie.

          • Surfer  

            On dit souvent que personne n’est irremplaçable !
            Concernant les Red Hot, cela n’a jamais été vérifié. Sans John Frusciante ce n’est pas du tout la même chose.
            Entendons-nous bien : je suis fan du groupe avec Frusciante ! Il fait à lui seul la différence… Il est revenu récemment et ça change tout 😉

          • Jyrille  

            Désolé Surfer mais tous les extraits que j’ai pu voir ne me font pas changer d’avis, Kiedis n’assure pas sur scène et leurs compos me sont insupportable depuis CALIFORNICATION. Leurs trois premiers albums sont sans plus (avec un son dégueu, ce qui en général ne me dérange pas mais là si) et seuls MOTHER’S MILK, BLOOD SUGAR SEX MAGIK (le meilleur) et ONE HOT MINUTE sont encore à mes oreilles dignes d’être écoutés.

          • Bruce lit  

            C’est drôle, on a un peu le même ressenti.
            Au moment de BLOOD SUGAR, les Red Hot étaient ce groupe de rock alternatif un peu barré adorable. Et puis, je n’ai pas compris comment ces mecs ont rempli des stades. Leur musique était bonne mais de là à devenir une institution, ça je n’ai jamais compris. Tout ce qui est sorti pour la suite m’a semblé être une recette plus ou moins opportuniste. CALIFONRICATION contient de très bonnes chansons et je m’arrête avec ça. Je trouve le disque assez mal mixé et je ne supporte plus la voix de Kiedis.

  • Kaori  

    Rah j’avoue, j’ai copié l’image du concert de Saez pour pouvoir l’agrandir et lire le récit. Rah quel plaisir, ça fait regretter de ne pas y avoir été !! La rumeur circule qu’il s’est mis aux lumières tamisées pour que ses spectateurs ne passent pas le concert en train de filmer via leur téléphone…

    Ah, et James Hetfield comme meilleur showman, ça fait tellement plaisir !

    Merci à Monsieur Loïc Stéphan pour le partage de ses émotions en tout cas, jolie initiative !

  • Loïc STEPHAN  

    merci pour ce retour. Si cela donne des regrets, j’imagine que cela donne envie et c’est une partie de la mission !
    Quant à vivre les concerts au travers d’un interface entre nos sens et la réalité, c’est d’une tristesse…mais j’imagine qu’il y a là un débat sans fin 😂

  • Eddy Vanleffe  

    En retatd comme d’habitude.
    Très bonne interview pour une vraie découverte…Je surveillerais ce livre!

  • Présence  

    Je n’avais pas entendu parler de cet ouvrage et c’est un grand plaisir de pouvoir le découvrir ainsi, avec le commentaire de son auteur.

    Comme à chaque, je suis admiratif des talents d’intervieweur de Bruce : un déroulé de questions qui semble comme une évidence, amenant l’auteur à parler tout naturellement de sa démarche, de sa motivation, de sa passion, avec un naturel et une proximité extraordinaires, comme si ça allait de soi, une conversation riche et tranquille entre deux personnes qui se connaissent de longue date. Respect.

    Saez à Morbid Angel demande une belle curiosité : je m’incline devant une telle ouverture d’esprit. Respect total.

    Le concert de Deep Purple à Bercy pour Perfect Strangers : il est possible que j’y ai assisté également.

    J’ai beaucoup aimé l’explication de ce qu’implique d’être auto-éditeur : assumer tous les métiers connexes du monde de l’édition.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *