Milady Insane (Effet Aladin)

L’effet Aladin par David Michelinie et Greg Laroque.

Un article de BRUCE LIT

VO : Marvel

VF : Lug

Des filles et des particules Kirby
©Marvel Comics

L’EFFET ALADIN est une Graphic Novel parue en 1985 chez Marvel et éditée par Lug l’année suivante avec une traduction de Geneviève Coulomb. Cette histoire scénarisée par David Michelinie, illustrée par Greg LaRoque et encrée par Vince Coletta n’a jamais été rééditée par Panini.

Notre ami Jay Lordinator a également fait sa review il y a quelques années sur le site LESBIAN GEEK auquel « j’ai emprunté » quelques uns des scans.

Les filles aussi aiment les comics !
©Marvel Comics

Parti d’un pitch de Jim Shooter alors Éditeur en chef chez Marvel, L’EFFET ALADIN met en scène pour la 1ère fois chez Marvel une équipe féminine improvisée. Celle-ci est constituée de 3 Avengers : Tigra, Miss-Hulk et La Guêpe ainsi que de la X-Woman la plus emblématique de l’époque voire de toutes les époques confondues : Tornade. Devant la popularité du personnage, c’est d’ailleurs Ororo qui se taille la part du lion avec un nombre de pages et de tirades plus importantes que ses consœurs.

L’EFFET ALADIN a souvent été raillé pour son intrigue jugée artificielle et ce Teamup à forte valeur ajoutée commerciale. Des arguments étranges lorsque l’on sait que tout ce qui sort de chez Marvel n’a jamais prétendu à une intégrité artistique absolue et que l’alliance entre Super-Héros est la sève du genre, encore aujourd’hui.

Quant à la trame de l’histoire imaginée par Shooter et développée par Michelinie, elle met en scène un dôme invisible qui en isolant un village Etats-Unien fait sombrer ses habitants dans la sauvagerie la plus totale et transforme des voisins autrefois amicaux en bêtes sauvages. Soit ce qui deviendra le squelette de l’intrigue du DÔME de Stephen King voire de GIRLS des frères Luna. Il y a pire comme influence…

Des menaces de viol bien réelles.
©Marvel Comics

Sous ce dôme donc, règne un régime de terreur : la faim est terrible, les habitants doivent brûler les comics de leurs enfants pour se réchauffer et notre petite héroïne Holly-Ann, une fillette d’une dizaine d’années est fréquemment menacée de viol par des ordures que la reluquent comme une proie sexuelle. Nous sommes dans les années 80, un an avant WATCHMEN et DKR et on ne peut que constater l’audace des auteurs qui appellent un viol un viol et ne procèdent pas, comme souvent dans ce medium longtemps soumis à l’auto-censure, à des métaphores.

Holly-Ann déplore la lâcheté de ses habitants, en premier lieu celle de son père, Sheriff de la ville, et s’en vient à rêver que les super-heroïnes qu’elle admire le plus viennent la secourir. Il se trouve qu’Holly-Ann est une mutante qui s’ignore et que son désir va devenir réalité : l’EFFET ALADIN est avant tout une illustration terriblement efficace de ce que la psychanalyse appelle La pensée magique, ce mécanisme à vouloir faire apparaître ou disparaître ce qui arrange l’enfant.

A l’unisson avec la fragilité de la fillette, Ororo, Jennifer, Janet et Greer apparaissent par magie, vulnérables, souvent dans le plus simple appareil et dépossédées de leur identité avant de recouvrer leurs souvenirs. En moins de 60 pages, Michelinie priorise une psychologie d’ensemble plutôt que individuelle. C’est sans doute le point faible de l’histoire : Holly-Ann brille par son insignifiance. Psychologiquement comme physiquement, l’enfant n’en impose pas et personne n’a à ma connaissance songé à ramener ce personnage sur le devant de la scène.

Ororo amnésique aux couleurs virginales en osmose avec la pureté de l’enfance.
©Marvel Comics

On se rappelle que dans le même format, Claremont réussissait dans GOD LOVES, MAN KILLS un véritable thriller mais aussi des portraits saisissants de Charles Xavier et Scott Summers. Ce n’est pas le cas ici même si Michelinie parvient à rappeler le potentiel de Leader de Storm.

Sa véritable histoire, pas si différente de sa célèbre DOOMQUEST (des héros piégés dans une dimension étrangère qui participent à un conflit local avant de rentrer chez eux), c’est la lutte de femmes de toutes les couleurs (noire, blanche, verte et orange), de toutes les tailles (une lilliputienne, une enfant et une géante) contre l’oppression masculine. On dira Patriarcat aujourd’hui avec tout ce que ça pourra induire par la suite en dérive SJW.

Michelinie y va fort avec le dos de la cuillère : Wasp passe l’intégralité de l’histoire en tenue d’Eve, il multiplie les plans où l’on voit les petites culottes de nos amis, il déshabille Storm plus qu’à son tour pour permettre à David Laroque d’en restituer toute la majesté. Il s’agit de touches gentiment érotiques sans vulgarité ni outrage au corps féminin.
La violence et l’immoralisme des civils est par contre clairement dénoncée : Janet est attachée à genoux à hauteur des braguettes de ses agresseurs dont il est évident que le dezzipage eut retenti différemment sans les particules Pym,

Storm dans toute sa féminine majesté
©Marvel Comics

Pour le reste, les vilains responsables du Dôme est un couple hétérosexuel et le papa de Holly-Ann finit par retrouver courage et inciter ses habitants à se battre à ses côtés. Au temps pour le mal = mâle…
La vraie force de L’EFFET ALADIN se situe ailleurs : sur le terrain des valeurs qui animaient encore les héros Marvel : Ne jamais abandonner, le respect de la vie humaine quelle qu’elle soit et surtout le courage capable d’inspirer une petite fille ou une ville démunie de tout.

S’il fallait trouver un message, il est ici : les super-héros sont nos amis imaginaires et il ne tient qu’à nous de nous inspirer de leur héroïsme de nos vies ordinaires. Un message qui aura un écho particulier dans des albums des 00’s comme LE POUVOIR DES REVES ou encore le 1985 de Millar qui raconte peu ou prou la même histoire.

A l’aune où les super-héros Marvel sont désormais une oligarchie brutale et fascisante et dont la sexualité précède l’essence, qu’il fait bon de gratter cette lampe bien huilée d’un héroïsme bienveillant, d’un féminisme universaliste.

Des femmes au secours du renoncement masculin
©Marvel Comics

—-

La BO du jour

Chechez pas, j’avais juste envie de mettre du Nina SImone.


21 comments

  • Présence  

    Une histoire que je n’ai lue qu’en VF lors de sa parution initiale (la seule VF comme tu le rappelles). Mon ressenti de l’époque était exactement celui que tu décris : intrigue artificielle et team-up à forte valeur ajoutée commerciale. Ou plus précisément comme tu le pointes du doigt : une absence de psychologie des superhéroïnes dans une histoire qui ne leur apporte rien.

    Personne n’a à ma connaissance songé à ramener ce personnage sur le devant de la scène. – J’ai bien sûr pris cette phrase comme une mise au défi. 😀 Tu as 100% raison : elle n’est jamais réapparue depuis.

    https://marvel.fandom.com/wiki/Holly-Ann_Ember_(Earth-616)

    Michelinie n’y va pas avec le dos de la cuillère : je ferais porter une bonne partie de la responsabilité Petite culotte sur LaRocque, et non je ne vois pas d’excuse à ce fan service de mauvais aloi qui vient plutôt contredire le principe d’une histoire avec des héroïnes dans les premiers rôles, comme si les responsables éditoriaux s’étaient qu’il fallait quand même en donner pour leur argent aux lecteurs mâles jeunes adolescents forcément incapables de se projeter dans des personnages féminins.

    Les super-héros sont nos amis imaginaires et il ne tient qu’à nous de nous inspirer de leur héroïsme de nos vies ordinaires. – Entièrement d’accord sur le besoin de modèles qui inspirent.

    • Bruce lit  

      Mince…
      Présence noterait cette histoire moins largement que moi ?
      Je ne connais pas le travail de LaRoque. Tu as d’autres exemples ?

      • Présence  

        Greg LaRocque a illustré la série Legion of SuperHeroes de 1985 à 1988, et la série The Flash de 1988 à 1993. Chez Marvel, il a dessiné les épisodes 1 à 5 de la série Web of Spider-Man (1985).

        https://en.wikipedia.org/wiki/Greg_LaRocque

        • Bruce lit  

          ça ne me dit pas, s’il faisait dans l’érotisme ça 😉

  • Eddy Vanleffe  

    Semaine aux débats et aux thèmes intéressants.
    Le Super héros et son apport sur l’enfant et la vraie vie….
    Ce Graphic Novel a une mauvaise réputation d’histoire naïve pour ne pas dire neuneu…

    Le fan service ou l’évocation du corps de la femme…
    surtout dans les années 80. avec un comics code quand même très présent, je ne vois pas ce qu’il y a d’excitant à moins d’avoir été enfermé 5 ans dan un goulag auquel cas, un demi cercle sur le sable peut donner des idées…
    il est vrai cependant que les artistes voulant pousser les limites des « bd-enfants », avaient tendance à « sexualiser gentiment » les comics… On se souvient d’un mamelon malencontreux réapparaissant dans les X-Men de Byrne version Noir et blanc là où la couleur avait opacifié le détail. Ça leur paraissait être un « combat » contre le réactionnaire de l’époque.
    Avec le recul et des héros passant désormais plus de temps dans la chambre à coucher qu’à sauver le monde, tout ceci apparaît bien sage. (vous voulez faire un inventaire des coucheries gratuites depuis 10 ans?)
    De plus, c’est pas Playboy non plus, je n’ai jamais vu de gens développer de fétichisme sur des super héroïnes non plus ou alors depuis le développement du cosplay qui crée justement parfois une collision malencontreuse avec le réél. Je me souviens que les pages culottes de LA REDOUTE provoquaient plus de scandale dans les foyer que les comics…

    • Bruce lit  

      Je découvre effectivement la mauvaise réputation de ce GN. Je trouve l’érotisation de l’album très gentille. Enfant, j’aurais même cherché à en voir plus. Pour le coup, les filles avaient plus de chances de voir de jolis garçons musclés torse nu.
      Je ne savais pas cette histoire de Byrne.
      Concernant les menaces de viol sur une mineure, on est quand même dans les thématiques de l’époque. C’est exactement ce qui arrive à notre amie Kitty sur le point d’être victime d’une tournante dans GOD LOVES MAN KILLS.
      CLASS 1984 : je l’ai revu il y a quelques années. J’avais trouvé le film stupide et réac’ à l’inverse de ceux de John Hugues qui, sur la jeunesse américaine, restent d’actualité.

      • Jyrille  

        Ah oui, fin nul CLASS 1984.

  • JB  

    Dans les années 90, à l’époque où je traquais dans les brocantes les numéros de Strange, Nova et autres Titans, la couverture de cet Effet Aladdin me faisait rêver, avec cette jeune fille qui invoquait par sa seule force de volonté ses héroïnes auprès d’elle. Je dois dire que j’ai déchanté lorsque j’ai acquis le Top BD en question. Tout d’abord pour le principe un peu prétexte de la rencontre entre superhéros. Des personnages téléportés dans un lieu sans échappatoire sans qu’ils sachent comment ? Déjà vu avant dans CONTEST OF CHAMPIONS ou SECRET WARS. Et même à l’époque, le fait que les héroïnes entraient dans l’intrigue en position de faiblesse (amnésiques, ignorant parfois jusqu’à leurs pouvoirs) me gênait pas mal – notamment la fameuse scène avec Janet, extrêmement malaisante.
    Le gang qui menace Holy-Ann me rappelle un peu le quatuor de Class of 1984

    • JB  

      Par contre, en termes de groupe purement féminin, les auteurs ont un regard moins caricatural qu’avec les Lady Liberators, 15 ans plus tôt, ou la Fem-Force de Mandrill !

    • Bruce lit  

      Bon, là c’est de la mauvaise foi.
      Depuis quand les rencontres entre nos héros sont rationnelles ?

      • JB  

        C’est surtout que le pitch de Jim SHooter n’était pas des plus révolutionnaires ^^

  • Tornado  

    Comme beaucoup d’entre nous cette couverture me faisait rêver quand je la voyais sur les quatrièmes de couverture de mes Strange (et j’avais sûrement dû la voir également sur les étagères de mon libraire de quartier), au même titre que LE PHARAON DU FUTUR et d’autres crossovers du même genre.

    Aujourd’hui j’irais droit au but : le seul nom de Michelinie me fera d’emblée renoncer à tenter la chose. Style narratif old-school nettement trop infantile pour moi.
    Mais j’ai adoré l’article, bien tourné (ah… ces piques anti-SJWs, j’adore ! 🙂 ), qui décrit fort bien ce que j’ai raté.

    La BO : Aussi étonnant que ça puisse paraitre, je n’ai jamais accroché à Nina Simone. Sa voix me crispe et ça passe pas. Et je ne sais même pas pourquoi. Du coup je préfère largement la version de Muse…

    • Kaori  

      Ah oui la version de Muse est top ^___^

    • Bruce lit  

      Gouré myself à ce point ? musique noire + référence au 1985 de Millar = special for you !

      • Tornado  

        Effectivement je n’ai jamais aimé Nina Simone et je trouve Michelinie complètement neuneu… 🙃

      • Matt  

        Même moi Michelinie je peux pas, c’est dire !^^

        J’ai quoi de lui dans ma collec ? hum…le premier épisode avec Venom.
        Et la mini série de Zeb Wells Venom dark origins aura ma préférence si je veux relire les origines de Venom.

        Ah si je crois que le seul truc qui m’avait surpris (en bien) c’était Fatalis Imperator.
        Mais encore faut-il que je le relise.
        Le concept était bien, avec un Fatalis pas si méchant que ça en maitre du monde qui mettait fin au racisme et à la guerre…mais par contrôle mental et sans libre arbitre.

        • Eddy Vanleffe  

          Fatalis en SJW? Formidable

          • Matt  

            Bah ça reste le méchant hein…

  • JP Nguyen  

    Michelinie, j’aimais bien quand j’étais gosse. Son premier run sur Iron Man, avec JRJr et Bob Layton, son retour sur le titre avec Armor Wars, et puis effectivement le Fatalis Imperator cité par Matt.
    Sur Amazing Spider-Man, il ne m’avait pas emballé.
    L’effet Aladin : je me souviens avoir vu la couverture en publicité au dos des revues Lug sans que cela ne m’attire grandement. Je passe sans regret.

  • Jyrille  

    Très belle conclusion sur une bd que je ne lirais sans doute jamais et dont je n’avais jamais entendu parler. Merci Bruce pour la culture.

    Les dessins ne me branchent pas du tout et je suis très étonné de voir de la nudité même si elle rappelle la nudité lavée de tout apparat réaliste comme cela se fait dans les mangas non hentais.

    « les super-héros sont nos amis imaginaires et il ne tient qu’à nous de nous inspirer de leur héroïsme de nos vies ordinaires » Superbe message, et oui le 1985 de Millar y est complètement affilié.

    La BO : j’adore. Tiens d’ailleurs on ne voit plus Surfer, il boude ?

    • Bruce lit  

      Merci pour ce retour.
      Plus le temps passe, plus j’étudie le back catalogue de Marvel. Ce genre d’histoire bénéficie à mes yeux d’une mise en scène plus soignée que les parutions mensuelles. C’est très intéressant à lire à titre sociologique. Mais trivialement, c’est une bonne et simple histoire de Super- Héros comme je les aime : les enjeux sont terrestres, faciles à résoudre sans conflit cosmique et mettent en valeur les super-pouvoirs.
      CLASS 84 : on s’est gentiment accroché avec Alex Sindrome sur ce film qu’il porte au pinacle.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *