Big Bang Theory (L’empire de l’atome)

Souvenirs de l’empire de l’atome par Smolderen et Clérisse

1ère publication le 18 /06/14-MAJ le 21/07/18

souvenirs-l-empire-l-atome-tome-1-souvenirs-l-empire-l-atome

Franquin, es tu là ? ©Dargaud

AUTEUR : CYRILLE M

VF : Dargaud

Souvenirs de l’empire de l’atome est une bd en un seul volume, par Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse.

Décidément, Franquin est inusable à tous les niveaux : dessin, histoires, gags, personnages, personnalité. Son ton unique aura tellement traumatisé plusieurs générations que personne n’arrive à faire aussi bien.

Il suffit de lire les commentaires sur les nouveaux Spirou (au moins ceux depuis Tome et Janry) pour accumuler une somme non négligeable de pleureuses en colère, trahies par les temps modernes où même la voiture n’est plus un fantasme.

 

Seraient-ce des Zorglhommes ?

Seraient-ce des Zorglhommes ?©Dargaud

Mais rendez-nous donc la turbotraction ! Franquin est unique et inimitable, c’est un fait. Au mieux vous trouverez des copieurs doués, mais aucun sans le génie. C’est pourtant simple : il y en a plein d’autres. Différents, pour sûr, mais il faut ( ) sortir du franco-belge ( ) s’ouvrir à d’autres formes d’humour, d’aventure et de graphisme et enfin ( 3 ) grandir. N’allez pas me dire que Boulet, Blutch, Blain, Trondheim, Lisa Mandel et tant d’autres n’ont pas une once de talent ? Que la bande dessinée n’a plus rien à dire, même après les tristes (pour moi c’est certain, c’est super triste) disparitions de Franquin et de Moebius ?

Souvenirs de l’empire de l’atome constitue l’ultime réponse aux déçus des années 2000 et aux pleureuses d’André. Ici, on a grandi avec Franquin et grandi tout court !

It's a beautiful draw !

It’s a beautiful draw !©Dargaud

Dans les années 50, Paul, un brillant ingénieur qui travaille pour le Pentagone, commence à avoir des problèmes avec sa hiérarchie. Il doit avouer que depuis sa tendre enfance, il est en contact télépathique avec l’empereur d’une lointaine galaxie située dans le futur. Pendant plusieurs années, cet aveu va l’emmener de surprises en aventures.

Basée sur une histoire vraie, celle de la psychanalyse présumée d’un auteur de SF bien connu (Cordwainer Smith), Souvenirs de l’empire de l’atome imbrique des couches d’interprétation et se lit à plusieurs degrés.

Le méchant et son patronyme (mélange de De Mesmaeker et de Zorglub), les illustrations, le design et la période où se déroule ce roman graphique (même pas peur) d’une centaine de planches, tout rappelle l’univers de Franquin, y compris l’aventure tortueuse de l’empire de l’atome.

L'empereur en noir et blanc

L’empereur en noir et blanc©Dargaud

Cela va évidemment bien plus loin et accumule les références de l’époque, cinématographiques comme architecturales ; et puis la ligne claire n’a jamais la prétention de copier mais assume complètement sa singularité. Le blog des auteurs tenu avant la sortie de ce beau livre recense la plupart des influences qui donnent ce charme rarement vu ailleurs. Cela le rapproche de ce qui peut être édité chez les indépendants de L’Association, des Requins Marteaux ou de Cornélius, la couleur en plus.

Les chapitres sautent dans le temps sans continuité, demandant un effort constant de remise en place de l’action : le lecteur s’est aguerri, il s’y retrouvera. Les héros ont vieilli, ils suivent une analyse sur canapé, se sentent déprimés et hantés par des traumas de la petite enfance.

Un air de Car of tomorrow de Tex Avery

Un air de Car of tomorrow de Tex Avery©Dargaud

Pourtant, comme un bon vieux Spirou, tout ira bien, les multiples obstacles seront surmontés. Mais sur la longueur d’une vie, pas sur celle d’un album. On a le meilleur des deux mondes, des trois même :

La réalité (l’objet est soigné, l’impression et le papier impeccables), la modernité des bds adultes (des personnages matures et réalistes), et le divertissement de la science-fiction de l’enfance (une aventure prenante au rythme soutenu mais également fantastique et fantaisiste dans une ambiance rétro-futuriste), avec un parfait équilibre de tous ces éléments. Retrouver ce ton, c’est un tour de force !

L'Atomium plutôt que la Tour Eiffel ou le Chrysler Building

L’Atomium plutôt que la Tour Eiffel ou le Chrysler Building©Dargaud

20 comments

  • Matt & Maticien  

    Ça alors, cela devait être un de mes prochains commentaires…
    Hé bien tant mieux. Ce n’est plus à faire ;)
    Merci. J’ai une to do allégée !

  • jyrille  

    Sorry ! ;) Par contre j’aimerai avoir ton avis (ici dans les commentaires par exemple) parce que moi je pars sur un point de vue que je ne lâche pas, tu as sans doute plus de choses à dire.

    • Bruce lit  

      En tant que Fan absolu du Franquin des idées noires, voila qui a piqué ma curiosité. En tout cas un truc dont j’ignorais totalement l’existence merci !

  • jyrille  

    http://empiredelatome.wordpress.com/

    De rien, Bruce ! Il n’y a pas que Franquin (qui y fait également une apparition), mais un tas d’autres références. En tout cas, ça vaut le coup.

  • Présence  

    Le blog des auteurs tenu avant la sortie de ce beau livre recense la plupart des influences qui donnent ce charme rarement vu ailleurs. – Et en plus, il faut que je fasse l’effort d’aller sur le blog des auteurs ? C’est bien parce que la relecture de ton commentaire (avec les images) a piqué ma curiosité.

  • Tornado  

    Je ne connaissais pas non plus cet album, et le commentaire m’a donné vraiment envie de le découvrir.

    je le répète souvent : Je ne connais pas beaucoup Franquin. je n’ai jamais lu un « Gaston » !
    Tout ce que j’ai lu, c’est ses « Spirou & fantasio » (vous me direz, c’est déjà pas mal !). J’ai également feuilleté ses « Idées noires », mais juste un peu, il y a longtemps…

    Le référence à « Car of tomorrow » de Tex Avery est effectivement bien vue !
    Puisque j’y suis :
    Aujourd’hui nous avons gagné, avec mes élèves, le premier prix du court métrage de la ville de Hyères au festival « Court toujours », pour la troisième fois consécutive !
    Je dis ça parce que notre création est un remake (en live) d’un dessin-animé de Tex Avery…

    • Présence  

      Félicitations !

      3 fois de suite, ça va faire baver (qui a couché avec les membres du jury ?)

  • jyrille  

    @Présence : disons que je n’ai pas le bagage culturel pour saisir toutes les références que je renvoie à leur blog. Mais pas besoin d’y aller pour apprécier ce livre ! Merci pour ta remarque.

    @Tornado : haaan. Gaston, c’est toute mon enfance, c’est le début de mes lectures quasiment. Et c’est sans doute partiellement grâce à Gaston que je suis plutôt de gauche et que la musique m’importe autant. Gaston, c’est du grand art de bout en bout, même si les gags sont moins bons parfois, le dessin, la mise en situation, les personnages, tout est incroyable. Le dessin de Franquin tient du génie. Parfois, je ris simplement à cause d’une expression sur un visage, ou à cause de l’enchaînement de deux cases. Les idées noires, c’est comme Gaston mais pour les adultes, avec des considérations politiques affichées. Franquin était aussi un humaniste, mais à l’humour grinçant.

    Merci pour vos remarques et bravo pour le court-métrage ! On peut le voir quelque part ? J’ai offert le coffret DVD de Tex Avery (qui n’a pas tous les dessins animés et qui a censuré quelques morceaux, a priori) à ma fille il y a plusieurs années, elle et son frère adorent depuis longtemps; en voilà un autre génie qui a compté aussi pour moi dans ma jeunesse.

  • Tornado  

    Tex Avery est l’un des héros de mon enfance, avec Louis de Funès et Jerry Lewis.
    Le court métrage sera mis en ligne dès que possible. Je vous tiendrai au courant.

  • bruce tringale  

    Cyrille, tu pourrais nous faire du Gaston un de ces quatre avec ces petits quart d’heure d’émotion dont tu as le secret ?

  • jyrille  

    Wow, super idée ! Ca ne m’est jamais venu à l’esprit. Ah ah ouais, je vais vous faire ça. Bon je sais pas quand par contre, j’ai un autre truc sur le feu qui urge un peu plus.

    • Bruce lit  

      Les malheurs de Demesmaeker, êtes vous plutôt Prunelle ou Fantasio , Franquin ou l’éloge de le paresse. Rognotudju, c’est moi qui vais l’écrire si ça continue !!!

      • jyrille  

        Ah ah que d’idées donc ;) Ne t’inquitètes pas, je vais y penser, ce ne sont pas les angles d’attaque qui manquent !

  • Eddy Vanleffe  

    C’est une putain de super coïncidence de lire cet article j’ai du découvrir cette BD il ya deux mois…j’ai trouvé que c’était génial…
    Par contre je suis complètement passé à côté de Franquin au profit d’un hommage au « Prince des étoiles » de Edmond Hamilton qui raconte peu ou prou la même histoire d’échange de corps/conscience et de princesse du cosmos…

    • Jyrille  

      Merci pour ton retour Eddy ! Je ne connais pas du tout ce Prince des étoiles… il y aurait pas un article ici-même dessus ?

      • Eddy Vanleffe  

        Non…je ne crois pas.
        Edmond Hamilton fait parti des auteurs de vieille SF (que j’aime) issue des pulps à cheval entre « radio-play », nouvelles et même comics. Je crois qu’il a écrit du Superman.
        il s’est surtout illustré dans le pur Space opera avec le Loup des étoiles, les deux romans dont je parlais au dessus et surtout surtout surtout: Captain Future devenu très célèbre chez nous sous le nom Capitaine Flam…

        • Jyrille  

          Merci Eddy pour ma culture et les précisions ! Dans un commentaire non encore publié, je disais que j’avais confondu avec le Château des étoiles…

  • Matt  

    A propos de Thierry Smolderen, je me suis procuré l’intégrale de son Ghost Money. Pas encore lue mais je vais m’y mettre.
    Quelqu’un a lu d’autres trucs de lui ? Sa BD d’aventure Gipsy dessinée par Enrico Marini me fait bien envie (surtout parce que Marini c’est quand même classe comme dessin)

  • Eddy Vanleffe  

    les auteurs ont aussi signé L’ETE DIABOLIK qui est une vraie perle d’espionnage à la sauce art déco sixties…. j’ai beaucoup aimé aussi.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *