BLACK PANTHER UN FILM AFRO, MAIS SURTOUT AMERICAIN

 

Black Panther  par Ryan Coogler

Une critique de Eddy Vanleffe

Un dialogue imaginé sur le film Black Panther des studios Marvel/Disney sorti le 14 février 2018 en France et deux jours plus tard aux Etats-Unis.

Un boulot graphique très riche où transperce ça et là encore l’influence du King Kirby © Marvel studios/Walt Disney Source:http://fr.web.img6.acsta.net/r_1280_720/pictures/17/10/16/15/40/0883250.jpg

Un boulot graphique très riche où transperce ça et là encore l’influence du King Kirby
© Marvel studios/Walt Disney

C’était un soir tranquille, je regardais un film à la télé, confortablement installé dans mon canapé, encastré entre mon chat et mon clebs. Je n’avais pas d’autre ambition que d’oublier mes 900 grammes de cervelle devant un blockbuster lorsque la part la plus médisante et la plus contrariante de mon être s’échappa comme un vulgaire pet nauséabond.
-Putain! T’es qui toi? M’écriai-je sous l’effet de la surprise et du bol de Uby que je tenais à la main.
-Homo Polémicus, enchanté!
-Ouais, t’as l’air de vouloir te friter toi.
-Ouais! J’ai un compte Twitter et je n’hésiterai pas à m’en servir. Qu’est-ce que tu regardes? me demanda-t-il en se servant une rasade de vin du sud-ouest.
-Un Marvel!
-Merde!
-Quoi?
-Rien je viens de résumer ta critique pour Bruce Lit en un seul mot, je suis un gars concis.
-Mais je ne veux pas faire de critique pour Bruce…
-Pas encore, insinua cet être pernicieux.
Messenger retentit soudain et il me suffit d’un bref coup d’œil vers l’écran blafard pour y voir le point vert de la connexion.
Bruce: Je n’ai plus rien en stock. T’as un truc prévu….?
Je soupirai de désespoir. N’arrivant pas à surmonter le démon de ma fainéantise, je me plaignais déjà.
-Mais qu’est-ce que je vais dire sur ce film qui n’a pas déjà écrit deux cents fois par de vrais journaleux?
-C’est quoi ton nanar? Me redemanda mon double goguenard.
-Black Panther.
- Qu’est-ce que tu comptes raconter?
-Ben… que c’est un film super important pour la communauté noire internationale…que les persos sont trop cooools…
-Et vachement trop fasciste aussi!
-Quoi?
-Ben ouais, quand t’auras fini de te secouer la nouille sur les jolis SFX qui racontent la back story du Wakanda, tu constateras que c’est une monarchie assez autoritaire qui place le pouvoir dans les mains d’un élu mystique pour maîtriser un système autarcique à mort! Le Wakanda est de plus le seul État africain préservé de la colonisation grâce à la manne que représente le gisement infini de Vibranium sur lequel le pays repose. Riches et libres les Wakandais ne voient du tout d’un mauvais œil que le reste du continent sombre à moitié dans l’esclavage. Ce sont des gens sympa quoi!

Aah la démocratie, quand le pouvoir s’obtient par le fight..

-Mais le héros va changer tout ça, non?
-Ben au début, il engueule sa copine parce qu’elle a trop de compassion. Sauver des femmes prisonnières, c’est un peu borderline comme attitude, il ne manquerait plus qu’elle soit altermondialiste.
-Il va avoir une révélation et changer le monde…
-Il va bien falloir parce que le film soit explicite sur ce coup-là. Au début le frère du roi-le père du héros- est convaincu de traîtrise parce qu’il a fait du trafic d’armes pour aider les afro-américains du ghetto à se défendre. Pour le punir, ce n’est pas un procès, une lourde peine, ou une punition qu’il aura, non c’est une exécution sur place. Boum! On ne partage pas les secrets militaires du Wakanda impunément! Le Vibranium ne sort pas des frontières, point!
- Il n’est pas en Vibranium le bouclier de Captain America?
-Aha! Si, et à moins qu’ils l’aient chouré, les Wakandais préfèrent vendre un échantillon de Vibranium à des blancs en pleine ségrégation des années 40 qu’à des blacks du ghetto! ils sont pas supers les héros là-dedans?
-Ne tire pas de conclusions hâtives, on ne sait pas bien comment le père de Stark a obtenu le Vibranium…
-Non, par ce que le film dès qu’il pose une question qui pourrait gêner, fait du rétropédalage pour revenir au discours qu’on peut entendre dans n’importe quelle chanson de rap…
-Tu digresses, le film aborde plein de thèmes grinçants, comme la scène du musée.
-Ouais, c’est rigolo, une vanne sur le pillage culturel de l’Afrique, et qu’est-ce qui l’intéresse le méchant? Une poterie, une peinture ou une mosaïque? Non, une arme! On sent la conviction du propos.

Des prétentions affichées. © Marvel studios/Walt Disney Source :https://pbs.twimg.com/media/DUPm9BNU0AAMH6d.jpg

Des prétentions affichées.
© Marvel studios/Walt Disney

-Bon ça suffit de persifler, tu vois bien le phénomène que ça a engendré. C’est le premier film Marvel et peut-être même film tout court à présenter des personnages noirs et africains sous un jour aussi positif. Ça fait du bien tout ça, ça permet l’expression de tout un pan de l’humanité, la mise en valeur décomplexée de la diversité dans un cinéma bien trop stéréotypé.
-C’est faux!
-Comment ça?
-BLADE !
-Qu’est-ce que tu racontes?
-BLADE date de 1999 et reprend avec une roublardise très ironique les standards des blockbusters américains des années 80-90. A savoir un héros blanc combat des blancs avec son meilleur ami noir qui meurt (souvent). Les méchants ont souvent aussi un sbire noir dans une certaine façon de remixer le yin et le yang. Dans BLADE, tous les héros sont noirs, sauf un (qui meurt) et tous les méchants sont blancs, sauf un. Porté par un Wesley Snipes totalement en roue libre, le film fut un succès générant deux suites, et surtout il est sorti avant Spider-man et les X-Men. C’est un film qui rend hommage de manière flagrante aux blaxpoitations des années 70, d’où était plus ou moins issu d’ailleurs le modèle papier. Mais il est vrai que la question des minorités est bien plus sensible à l’heure actuelle dans un monde où Trump fait figure d’épouvantail. Le film devient symboliquement un pied de nez, alors qu’il est le digne successeur de la façon de faire qu’avait déjà Stan Lee dans les années 60, qui avait bien mieux compris que n’importe lequel de ses concurrents, l’Amérique de Kennedy et qui a nommé par pure coïncidence son premier super héros africain Black Panther. Il a ainsi comprimé une réalité complexe en un slogan de t-shirt. En cela ce film est génial.
-Ah quand même! Un compliment, ça fait du bien… et puis t’en connais beaucoup des films qui se passent comme ça en Afrique?
-Threuh… Trerrheuu! Arglh! Ourkh!
-Quoi encore?
-Rien je ne pensais pas que l’Afrique, c’était un fond vert…
-Elle est facile celle-là!
-Sans rire, le boulot de pré-production concernant les décors, les costumes genre techno-Massaï , la musique urbaine-africaine, les monuments ou le langage inspiré du Buntu sont pharaoniques et très réussis. Mais la réalisation reste finalement très extérieure et se cantonne à nous décrire une société très SF dépendante du Vibranium. De plus, plusieurs scènes américaines ou britanniques amoindrissent l’impact et surtout, surtout: la plus grosse scène d’action se passe dans un casino à la James Bond en…Chine. On évite tout détour par un pays africain existant, un paysage réel et immersif…quelque chose d’organique, ce qui me fait dire que c’est un film Afro, mais surtout américain. Avec le swag propre aux quartiers… C’est vrai que faisait le Wakanda pendant l’Apartheid? La guerre au Rwanda? Ou n’importe quel conflit africain. Quel discours découvre t’on sur les intérêts européens néocoloniaux? Que dalle! La morale du film, c’est qu’il faut plus de panier de baskets dans les cours en banlieue. Un peu court jeune homme non? Une chose est sûre, ils sont peut-être bien riches, mais je ne suis pas sûr de vouloir déménager là-bas. Une métaphore du Qatar? Je plaisante évidemment.

-Tu me démoralises à la fin! Le propos est quand même osé pour un blockbuster de ce genre…ils dénoncent plein de trucs…

-Oui, c’est vrai d’ailleurs, mais c’est le méchant qui la le plus de corps dans le film. Killmonger, au-delà de son interprète joue le rôle d’un gosse injustement orphelin et exilé, qui grandit dans un pays qui lui chie dessus. Il n’a rien demandé le môme. Il revient au pays et il tombe sur les empereurs des égoïstes face à un gars tout benêt qui porte l’uniforme de La Panthère Noire parce qu’il est l’élu, beau gosse et élégant dans ses fringues? Il est le seul qui ait une vraie raison d’agir dans ce film.
- Qu’est-ce qui te gènes là-dedans?
-Et bien comme c’est le méchant et qu’il propose quand même une solution radicale, cela a tendance quand même à invalider son propos jusqu’à le noyer sous un certain consensus, à base de «Tu as raison, mais pas sur les moyens…». Je trouve que le fait de trouver un discours justifiable chez les fous fanatiques et une résignation complaisante chez les garants de la démocratie devient vraiment dangereux au sein des films de la pop culture. A un moment on valide les idées borderlines et on condamne la voie médiante-passive. Çà mène vers quoi à ton avis? Le film peut s’interpréter des deux façons, une jolie manière de ne s’engager qu’en surface…

Une bande annonce pleine de swag.
© Marvel studios/Walt Disney

-Putain! T’as vu où tu vas chercher? Mais t’es complètement taré, tu le sais? T’es incapable de regarder un film pour lui-même. T’as pas aimé l’histoire?
-Hyper banale: un héros-élu typé «mâle alpha» a des pouvoirs parce que c’est lui. Un méchant cherche à se venger parce qu’il s’estime spolié. Après une scène d’action où le héros se la pète, il découvre un complot bien plus vaste. Il mange méchamment avant de se remettre en question et de revenir victorieux, délivrer le peuple et rouler une pelle à sa gonzesse… générique… et oui : Scène post générique.
-L’action alors?
- Les petits pois sauteurs qui rebondissent devant des fonds verts?
-Snif, et les personnages, snif…
-Là encore les seconds rôles sauvent les premiers … Les gardes du corps contrebalancent la petite sœur-génie-tête à claque. Le méchant domine le premier rôle. Mais carrément!
-Mais il y a bien un truc que t’as aimé dans le film réclamais-je alors à genoux comme un suppliant du moyen-âge.
-Les acteurs:un florilège Angela basset, putain je l’adore depuis STRANGE DAYS… Martin Freeman déborde de gentillesse encore une fois, on l’adore. Danai Gurira est bad-ass. Lupita Nyonng’o et Winston Duke sont les arguments frais, convainquant et africains du film. Il y a plein de visages et de mimiques à découvrir, c’est réellement agréable. Encore une fois le boulot des créatifs qui ont bossé sur la pré-production du film sont vraiment balèzes. Visuellement, on passe un bon moment.
-Hé bien ouf, j’ai eu peur que tu ne trouves rien de gentil à dire…
-A défaut d’avoir un message profond, le film par l’intermédiaire d’un acteur important de la pop-culture qu’est l’empire Disney donne une visibilité indéniable à l’humanité noire. A ce niveau de notoriété et de rayonnement mondial, c’est la première fois. A ce titre le film devient important. La rumeur veut que le film soit poussé aux Oscars, mais en fait, cette distinction devrait aller à d’autres œuvres plus ambitieuses à la fois dans le message et l’exécution. Non la distinction qui conviendrait à ce film, malgré ses maladresses et ses défauts seraient bien plus de l’ordre d’une distinction en faveur de la paix mondiale. Un prix Nobel? Évidemment cela voudrait dire, que l’apparence est devenue plus importante qu’un fond vraiment concret, mais il faudrait n’avoir pas vécu sur terre ces cinquante dernières années pour nier les faits…
-Bref t’as aimé le film ou pas?
-J’en sais rien encore une fois le truc a beaucoup d’ambition, mais je crois qu’on dit plus de trucs en BD et là je pense à UN3 (Urgence niveau 3) qui parle de la détresse africaine…
-Ouais mais c’est bien aussi d’avoir un truc qui ne passe pas par le point de vue de l’humanitaire, quelque chose qu’on puisse brandir avec fierté…
-ouais, j’imagine.

Un symbole qui soudainement dépasse le format de la pellicule. © Marvel studios/Walt Disney Source :https://cdn.images.express.co.uk/img/dynamic/36/590x/secondary/black-panther-avengers-infinity-war-1223800.jpg

Un symbole qui soudainement dépasse le format de la pellicule.
© Marvel studios/Walt Disney
Source : cdn images

-T’es un putain de cynique…
-Non TU es un putain de cynique, je n’ai fait qu’ouvrir la vanne des réflexions que TU t’es faite pendant la vision du film… après libre à toit d’en retenir les gadgets à la con de la petite débile qui mâche son chewing-gum… Ce sont tes pensées, tu fais le tri comme tu veux…
-Félicitations, je ne sais plus où j’en suis…T’as d’autres projets comme ça pour ruiner ma journée, espèce de misanthrope…!
-.Là, j’attends Thanos…
C’est alors qu’un Donut géant apparut dans l’espace de l’encadrement de ma fenêtre (en banal pvc, mais tout le monde s’en fout). Je ne sais donc pas si cette chronique vous parviendra un jour…

Unknown soldier ou comment s'engager, mais avec des couilles. © DC comics/Urban Source : ttp://www.brucetringale.com/wp-content/uploads/2017/05/unksol_cov.jpg

Unknown soldier ou comment s’engager, mais avec des couilles.
© DC comics/Urban

—–

la BO du jour: une chanson revendicative, populaire et fédératrice.

47 comments

  • JP Nguyen  

    Well done, Eddy. Pas vu celui-là. Ton article donne pas trop envie, c’est trop classique comme scénario…
    Un bon film avec une « vraie » Afrique en décor ? Je propose « The constant gardener »…

  • Présence  

    Excellent : un exercice de déconstruction magistral.

    Faute de grives, on mange des merles : c’est le verre à moitié plein, mieux vaut un film promouvant une image positive des afro-américains, pour montrer un exemple auquel s’identifier, que rien du tout.

    Le miroir aux alouettes : c’est une discussion qui a souvent eu lieu sur le site. Le genre superhéros (en comics comme dans d’autres médias) est d’abord un genre d’évasion. On y cherche du spectacle, du divertissement, une vision simplifiée du monde avec des victoires cathartiques. Du coup, exiger de ce même genre qu’il soit aussi le support d’un regard critique et analytique, c’est un peu schizophrénique. Si je veux un pamphlet, une critique au vitriol, je vais soit me tourner vers la presse spécialisée, soit vers d’autres média. Bien sûr, il existe des auteurs qui réussissent la quadrature du cercle, et bien sûr en tant que lecteur et spectateur, j’ai le droit d’être exigeant et critique, et de vouloir tout tout de suite et en même temps. :)

    Ton passage en revue de tous les éléments de géopolitiques est formidable.

  • Matt  

    Intéressante analyse.
    Toujours pas vu le film. Et pas trop envie en fait. J’ai vu Infinity War et j’ai pas eu l’impression de louper un truc en ne voyant pas Black Panther donc je vais peut être bien faire l’impasse.
    Après je pense tout de même que tu en demandes trop pour un blockbuster.
    Encore une fois le principal problème semble être la réaction du public qui porte aux nues un truc pas si intelligent que ça, et qui n’a pas trop de couilles pour s’engager.
    mais après on a pourtant l’habitude que les blockbusters ne soient pas des films couillus qui portent des messages profonds^^

    Reste que pour moi l’idée que le méchant ait raison ne me pose pas de problème. Je ne pense pas qu’il faille y voir une justification d’actes criminels. Juste une possible remise en question d’une société qui vit fermée sur elle-même et qui estime ne devoir rien à personne.

  • Bruce lit  

    Diderot was right !
    Rien de tel avec un dialogue avec soi-même pour peser le pour et le contre d’un film que j’ai trouvé sans intérêt principalement pour ce que tu énumères : une sorte de suisse africaine où l’entre soi est préférable à la solidarité, un héros qui m’a gonflé dès le début, notamment avec cette intrigue absurde du mec qui perd ses pouvoirs pour les regagner dès le début du film et parce que tout, des affiches au design du film me semble fake.
    Mais c’est surtout parce que je me désintéresse totalement du MDCU que je n’ai fait aucun effort. Le film a semblé important à la communauté afro ce que je peux comprendre. Pour ma part au bout d’une heure j’ai estimé avoir fait le tour d’un film sans âme.

    • Matt  

       » une sorte de suisse africaine où l’entre soi est préférable à la solidarité »

      Oui mais ça c’est voulu, ils sont même comme ça dans le comics^^ Justement d’après ce que j’ai compris, c’est l’idée du film de dénoncer ça.
      Après…pas vu^^

    • PierreN  

      « MDCU’ »

      Sans « D » attention. MCU, à ne pas confondre avec MDCU, un site français sur les comics.

      Combien de films du MCU ont eu droit à leur article sur le blog d’ailleurs ?
      la trilogie Captain America, le 1er Gardiens de la Galaxie, Homecoming, Dr Strange et Infinity War. Le compte est bon ?

      « j’ai voulu aussi reparler de Blade, parce que ça m’a saoulé de voit partout que Black Panther était le premier…blablabla… C’est juste faux. »

      On peut même rajouter à la liste Spawn, Steel ou Meteor Man. Mais là, ce ne sont pas de véritables réussites contrairement à Blade et sa première suite.

      • Bruce lit  

        Oh Merci….
        Je me sens teeeeellllement concerné que je n’y ai jamais fait attention.

  • Jyrille  

    Excellent article, Eddy, super bien troussé, et qui sent bon le vécu (je vis exactement les mêmes… et j’ai des idées formelles presque identiques !). Je n’ai pas vu le film et n’ai aucune envie de le voir. Par contre cela fait bien longtemps que je dois voir BLADE…

    Totalement d’accord avec toi sur Angela Bassett (pareil, STRANGE DAYS) et Martin Freeman (depuis H2G2, je le vénère, et dans SHERLOCK il est génial).

    « Je trouve que le fait de trouver un discours justifiable chez les fous fanatiques et une résignation complaisante chez les garants de la démocratie devient vraiment dangereux au sein des films de la pop culture. A un moment on valide les idées borderlines et on condamne la voie médiante-passive. » C’est très bien dit et il me semble que c’est le coeur du problème, non ? Ce qu’on reproche à Miller, à tous les films Marvel en général ? Un manque flagrant de réalisme sur les actions des personnages, mais ce n’est pas historiquement ce qui se passe toujours dans les bd de super-héros ?

    La BO : j’ai toujours détesté cette chanson. Mais elle est super bien placée.

  • Tornado  

    Pas vu. Mon instinct m’a recommandé de zapper ce machin, je n’ai pas cherché plus loin et je ne m’en porte pas plus mal.
    La moitié de mes idoles en musique sont issue du peuple noir. Du coup je ne supporte pas de voir leurs héritiers s’enliser dans ce bling-bling vulgaire tel que le font les rappeurs.
    Comme dit Bruce, tout dans le film sonne « fake » (je n’ai vu que l’affiche, les images promotionnelles et la bande-annonce mais, déjà, c’était la nausée)., et pour moi c’est juste un amas de bling-bling comme il en pleut dans les autres films du genre, mais en pire.

    Bravo Eddy pour cet article frais et punchy, qui m’en appris suffisamment sur ce que j’ai raté je n’ai pas raté.

    • Surfer  

      Tout pareil, je dirais même plus : 80 % de mes idoles en musique sont issus du peuple afro-américain (Sam Cooke, Otis Redding, Marvin Gaye, Stevie Wonder, Donny Hathaway, Al Green…).
      Pour le reste, c’est le rock des années 60-70 (The Beatles, The Rolling Stones, Pink Floyd, Led Zeppelin, The Velvet Underground, The Beach Boys…).
      Je trouve, pour en revenir au film, que « A Change Is Gonna Come » de Sam Cooke et l’album « What’s Going On » de Marvin Gaye passe un message plus fort et plus pertinent.

      • Bruce lit  

        A l’excepté de Led Zep, tes groupes sont les miens Surfer !

        • Surfer  

          Ah content que l’on ait à peu près les mêmes goûts ! Dommage pour Led Zep, car, musicalement c’est quand même très fort ! Tous les musiciens sont des virtuoses et c’est difficile de rester indifférent aux riffs de Jimmy Page.
          Pour que notre digression fasse le lien avec le film, les racines du groupe sont le Blues afro-américain ;-)

          • Bruce lit  

            C’est justement ce côté virtuose qui me fait fuir Surfer. J’aime la simplicité en tout.
            Et la voix de Plant, peux pas….
            Et je n’ai aucune fascination pour l’occultisme.
            Deux chansons d’eux que j’adore et c’est les seules ; Since I ve been loving you : simple et humaine
            et Im Gonna leave you qui me touche beaucoup.

  • Matt  

    Je ne peux quand même que trouver que Présence a raison en disant cela :

    « On y cherche du spectacle, du divertissement, une vision simplifiée du monde avec des victoires cathartiques. Du coup, exiger de ce même genre qu’il soit aussi le support d’un regard critique et analytique, c’est un peu schizophrénique. »

    Jyrille aussi quand il dit que les BD de super héros ne sont pas réalistes.
    Du coup exiger un niveau d’engagement politique et super réaliste dans ce genre de film…c’est peut être trop en demander.

    Comme je l’ai dit, ce qui est finalement plus « choquant » c’est l’accueil reçu du film comme quoi c’est un manifeste politique incroyable, etc. Certaines critiques américaines sont abusées au niveau des éloges.

  • Patrick 6  

    Un article très réussi et très drôle !
    Pour le coup je suis totalement d’accord avec ta « flatulence » ! Car avant même de l’intellectualiser je me suis tout simplement ennuyé à le regarder ! C’est long c’est chiant… Heureusement ça se réveille sur la fin, mais dieu que c’est long pour en arriver là !
    Pour le reste la théorie selon laquelle le meilleur roi serait forcément le plus fort (le gorille dominant en somme) m’a beaucoup fait rire ! Et si on revoyait le mode de nomination de nos candidats présidentiels ?? ^^

  • Eddy Vanleffe  

    d’abord merci beaucoup pour la gentillesse de vos commentaires.
    et oui…
    ça paraît schizophrène de demander des messages au sein de ces objets de pop-cultures.
    MAIS
    ce film a largement été promotionné pour son message, on était en droit d’attendre un truc pas forcément plus corrosif mais au moins plus concret…
    cette réflexion que j’ai mis sous forme de dialogue est vraiment le reflet de ce que je me suis dit pendant tout le film oscillant entre enthousiasme devant le changement d’ingrédients tout en me disant « houlà, ils craignent en fait… »
    après je suis conscient que ce n’est qu’un film. j’ai voulu aussi reparler de Blade, parce que ça m’a saoulé de voit partout que Black Panther était le premier…blablabla… C’est juste faux. ce qui est vrai c’est que c’est le premier à avoir autant de succès…
    après j’ai trouvé ça tellement con cette fin à base d’aider les banlieues américaines. ils font rien chez eux mais l’ingérence aux states ne leur fait pas peur…

    • Matt  

      Non mais les promos…
      Il faut voir quand ils disaient que le remake de Ghostbusters était le premier film avec des rôles féminins forts et drôles.
      Alors déjà c’est pas drôle, c’est con et lourd.
      Et fuck you ! Et Ripley dans Alien ? Sarah Connor dans Terminator ? Et le film Annihilation dont personne n’a parlé et qui n’est même pas sorti en DVD chez nous, avec 5 premiers rôles féminins ?
      Et le magicien d’Oz, le silence des agneaux, Kill Bill, putain plein de trucs ! Et plein d’autres comédies nazes aussi ! (on ne parle pas forcément de qualités, mais d’existence de films avec des fammes en perso principal)

      C’est complètement con ce qu’ils peuvent sortir parfois. Je n’y prête même plus attention et je m’en tape des arguments de promo. Et tu devrais faire comme moi sinon tu seras toujours déçu^^

      • Eddy Vanleffe....  

        Dans le film le pays s’ouvre…pour ouvrir des ambassades aux USA…rien d’autres comme si il n’y avait qu’un pays sur terre.
        on aurait pu avoir une scène avec un musée contrait de rendre des objets volés par exemple… c’est arrivé en vrai ça. il me semble que l’Egypte a récupéré des trucs du British museum…
        pour ce qui est de la promo…TU as décidé que ça n’avait pas d’importance mais voilà, on a vendu ce film avec un argument massue qui s’est retrouvé être la raison du succès critique et commercial du film. on ne peut donc pas le mette sous le tapis…

        • Matt  

          Euh…si.
          JE n’ai pas décidé de quoi que ce soit.
          Pour moi une œuvre se suffit en elle-même. T’as pas à la juger en fonction de la publicité faite par des commerciaux.
          Sinon on peut dire que tous les comics old school portées aux nues par les fans sont nuls parce qu’à cause de ces fans, on en attend des chefs d’œuvres.
          Moi je veux juste voir ou lire un truc sans qu’on vienne me fausser mes attentes avec du blabla qui n’a rien à voir avec l’œuvre en elle-même.

        • Matt  

          Et sinon à ce compte là quand tu regardes un film des années 40, t’es censé trouver les journaux et magazines qui en parlaient à l’époque pour juger le film en fonction des pubs de l’époque ? Non, je ne marche pas comme ça^^
          Dans 10 ans, tout le monde aura oublié ce film et si un mec tombe dessus par hasard et le découvre pour la première fois, sans être pollué par les médias promotionnels, ben peut être qu’il appréciera (ou pas, mais en tous cas ce sera SON avis non-influencé par les couillons qui font le buzz)

          • Eddy Vanleffe....  

            ce film ne tient QUE sur sa renommée… dans le futur il restera pour avoir été le premier film …blabla…les noirs…blabla… comme Orange Mécanique reste dans l’histoire pour sa censure et son côté borderline…

          • Matt  

            Bah j’en sais rien je l’ai pas vu, mais moi qui me tient à l’écart des trucs promotionnels et qui vais juste voir un film, je ne supporterai pas qu’on me dise « mais naaann t’as pas compris pourquoi c’est nul, t’as pas suivi les pubs et les débats sur Internet avant sa sortie »
            Mais euh…trouvez vous une vie ! J’en ai rien à foutre moi de tout ce buzz médiatique.^^

  • Jyrille  

    Dans la bande annonce, on entend une version remixée du Revolution Will Not Be Televised de Gil-Scott Heron. J’aurai mis l’originale en BO du jour :)

  • Captain Cavern  

    Bonjour,

    Un billet très amusant et votre comparaison avec Le soldat inconnu est fort à propos.

  • Zelphur4  

    Très bonne critique, le dialogue avec soi même est bien trouvé et drôle. X) (Un bon concept à réitérer pour d’autres critiques à l’avenir )

    J’avais revu le film il y a peu et j’en retiens un film sympa. Mais avec une recette déjà vu si on a vu tous les films du MCU.

    « La rumeur veut que le film soit poussé aux Oscars »
    Tu a fait l’article avant ou après que le film soit annoncé aux Oscars dans la catégorie du « meilleur films de l’année » ? ^^

    • Eddy Vanleffe....  

      En vrai Disney a commencé à faire courir sur la possibilité des oscars bien avant que cela soit vraiment annoncé…ça me fait penser qu’il doit y avoir des affaires de gros sous…

  • SM  

    Film grotesque. Du cliché black pour des blancs ricains, mais aussi pour des blacks, mais ceux de NY, qui sont totalement blancs à l’intérieur… Ils ont trouvé ça génial et, lors de l’exploitation en salles, encourageaient même les leurs à retourner voir le film plusieurs fois de suite au prétexte que c’était « enfin » un vrai film de black et qu’il fallait encourager ça! Tu parles! Ils filaient encore plus de blé à la diabolique souris à bretelle oui! La même souris qui n’a jamais caché son mépris, et c’est peu dire, des blacks (son papa, les doublages vo des sidekicks dans les films etc.)

    Le scénario est plat, couru d’avance. J’ai été extrêmement déçu de voir que Klaw avait été sacrifié à Kill Monger. Cette histoire de famille était gavante. L’acteur jouant BP est insipide et ne semble pas comprendre ce qu’il joue. Quand j’ai vu les hordes de cyber-rhinos, je me suis demandé ce qu’allait être la suite. Des cannibales mutants avec un os dans le nez? Un véritable africain ne pourra que rire, au mieux, devant ce film ridicule. Allez hop, aux chiottes! Et tirez plusieurs fois la chasse dessus, ça flotte souvent ce genre d’étron…

    • Matt  

      Ne mêlons pas Mickey à tout ça hein !^^
      C’est pas parce que ce fut longtemps l’emblème de Disney qu’un personnage de cartoon devient un monstre.
      Quant à Walt et ses idées politiques, je ne les connais pas, et je m’en fous un peu à vrai dire. L’époque dans laquelle il a grandi, 80% des blancs américains étaient racistes.
      Et je respecte le mec pour son oeuvre. C’est comme Lovecraft.

      • SM  

        > Ne mêlons pas Mickey à tout ça hein !^^
        C’est pas parce que ce fut longtemps l’emblème de Disney qu’un personnage de cartoon devient un monstre.
        Ça c’est de l’argumentation! « Je suis fan alors on ne dit rien de mal! »

        > Quant à Walt et ses idées politiques, je ne les connais pas, et je m’en fous un peu à vrai dire.
        C’est fou comme lorsqu’on aime quelque chose ou quelqu’un, on peut accepter l’inacceptable ou pardonner l’impardonnable… Tu devrais quand même te renseigner un peu sur l’ami Walt. Raciste, délateur, ordure… Les qualificatifs ne manquent pas.

        > L’époque dans laquelle il a grandi, 80% des blancs américains étaient racistes.
        C’est vrai que ça a beaucoup changé depuis…

        > Et je respecte le mec pour son oeuvre. C’est comme Lovecraft.
        Quelles oeuvres? Des contes transformées en absurdes niaiseries (princesses poufs, princes châtrés, châteaux roses, bestioles demeurées parlant avec un accent black), pillages des japonais pour le Roi Lion ou Atlantide, des animations modernes qui ne sont là que pour véhiculer des idées mondialistes?

        • Matt  

          Je croyais que tu étais moins borné et agressif qu’avant, mais en fait non.

          « Ça c’est de l’argumentation! « Je suis fan alors on ne dit rien de mal! »  »

          ça n’a rien à voir putain ! C’est un personnage de dessin animé ! Tu vas rejeter la faute des magouilles d’une entreprise sur un personnage fictif ? T’es débile ou quoi ? Je dis juste qu’un personnage de cartoon n’a rien à voir avec les décisions de Disney actuelles.

          « C’est fou comme lorsqu’on aime quelque chose ou quelqu’un, on peut accepter l’inacceptable ou pardonner l’impardonnable »

          Je ne pardonne pas. Je dis juste que c’est facile de pointer du doigt et que même un type qui a des idées politiques que je ne partage pas peut avoir du talent et réaliser des dessins animés, des films, etc. J’en ai marre qu’on réclame toujours que les gens soient parfaits. Figure toi que même parmi les gens d’extrême droite, il n’y a pas que des cons. Je ne partage absolument pas leurs idées politiques mais les gens ne sont pas des 1 ou des 0, c’est plus compliqué que ça. Alors comme je ne connais pas le mec, que je n’ai pas vécu à cette époque, que je ne connais pas son éducation, je ne vais pas porter des jugements. Je sépare l’auteur des œuvres moi.

          « Quelles oeuvres? Des contes transformées en absurdes niaiseries (princesses poufs, princes châtrés, châteaux roses, bestioles demeurées parlant avec un accent black), pillages des japonais pour le Roi Lion ou Atlantide »

          Le roi Lion et Altantide ça date de bien après la mort de Walt ! Si quelqu’un doit se renseigner, c’est toi. Je suis le premier à ne pas aimer le fait que Disney ait pompé sur Nadia pour Atlantide aussi.
          Quant aux films produits, c’est ton problème si tu trouves ça con et débile et trop rose. ça s’appelle des films pour enfants ! Enfin merde quoi ! Et tu occultes TOUS les dessins animés sur les personnages créés par Disney comme Mickey, Donald, etc. T’aimes pas, t’es trop grand et adulte pour ces conneries ? C’est ton problème. Il y a des tas de gens également impliqués dans ces créations, des artistes et scénaristes. Et parce que Walt, un mec seul, avait peut être des idées limites politiquement, tu craches sur tout ? Belle ouverture d’esprit.

        • Matt  

          Si un de mes parents avait bossé chez Disney en 1952 et qu’il avait réalisé un film, alors forcément ce serait un con aussi et son film serait à boycotter parce que le grand patron n’aimait pas les noirs et que 60 ans plus tard Disney produirait Black Panther ?
          ça va bien oui ?

          • SM  

            Non mais t’as pas besoin de te justifier, c’est pas grave, et puis on s’en fout que tu sois un fan de Mickey à vrai dire…

  • OmacSpyder  

    Black Panther est un Roi. D’un pays africain. Riche. Forcément que le cahier des charges n’est pas aisé à utiliser à notre époque. Et pourtant ça fonctionne.
    Bien sûr c’est du divertissement, un amusement avec un personnage mêlant mystique et technologique. Là encore, l’équilibre est bien trouvé. La scène de transe dans laquelle T’challa revoit son père décédé est plutôt belle en soi.
    Devenir Roi comme devenir Homme. Voilà sans doute le message : Tu seras un Homme mon fils, voici la voie difficile de ce T’challa/Mowgli qui passe par l’échec, la perte de soi, la réconciliation avec des ennemis, la perte de ses convictions, l’appropriation de son héritage.

    L’article en double voix fait penser que le plaisir pris ici serait coupable, voire mortellement coupable ( Thanos arrive carrément à la fin! ). Le film n’embrasse en effet pas les complexités géopolitiques du continent africains et sociologiques des afros. Encore heureux!

    Un détail : le méchant du film dans le musée, s’il récupère une arme en effet, comme tu le dis dans l’article, récupère aussi… un masque. L’arme pour la mission, le masque pour la trans-mission. Le film raconte une histoire simple en respectant le personnage, avec des scènes d’action qui assurent à fond, et un décorum qui envoie du rêve!
    Le Roi est mort, vive la Panthère Noire!

  • Eddy Vanleffe....  

    J’ai toujours été embêté par l’aspect néo-colon du Wakanda qui est à peu de chose près décrit de la même manière que Tintin au congo, technologie ou pas. je me suis donc toujours interrogé sur la popularité du personnage qui au delà de son symbole m’a toujours paru suspect.
    le film prolonge ce malaise en ne parlant que du problème afro-américain pour le SEUL personnage vraiment africain qui devrait du coup s’occuper de son continent où il y a des choses à faire.
    le run de Christopher Priest ou Reginald Huldin et maintenant Ta-neshi Coates semblent aborder plus de sujets sensibles (intérêts européens en Afrique au hasard..)et ce qui est possible sur papier devrait être possible sur écran non?

    • OmacSpyder  

      C’est un premier film. Les runs des auteurs récents prennent sens parce qu’ils arrivent dans le prolongement d’une histoire déjà installée. J’ai vu le film comme un décor que l’on plante.
      C’est un film qui en effet part bien des questions afro-américaines parce que c’est l’abord ordinaire des américains : ils partent de leur point d’arrivée. Comme nous européens pensons fréquemment l’Afrique en partant de la décolonisation. Chacun son point de mire pour revenir à la Terre d’Afrique. Et encore une fois, je n’attends pas de Cosmos 1999 de vérité sur la conquête spatiale ;)
      Mais l’article dresse l’inventaire de ces ponts, c’est un abord partagé intéressant.

  • James  

    J’ai pas aimé du tout le film.Tout d’abord,je trouvais black panther transparent au bénéfice du power girl bien trop important(ex:la scène du casino ne montre aucune différence de force entre T’challa et sa fiancée ainsi que sa garde du corps!Alors bordel,c’est le héro du film)!Ensuite ce qui m’a gêné dans le film c’est que T’Challa utilise son autorité sur seulement les hommes !Il élève la voix sur son père (dans le monde des morts) et sur Zuri jamais sur les femmes!En outre,Klaue(klaw) est complètement raté et meurt à la moitié du film !!On parle de klaw qui est son némesis et qui non seulement meurt comme une merde mais en plus il n’a même pas ses « vrais » pouvoirs soniques(c’est un homme de son)!Enfin,tous les vilains « noirs »(Killmonger et M’Baku) ne sont pas aussi méchants mais klaw lui l’est à 100%!Ce qui n’est pas le cas dans le comic!Le film est clairement féministe et communautaire!Ah oui,Je supporte pas B Jordan,son air suffisant et arrogant qu’il prends dans ses films(comme Creed et ici) est insupportable!

    • SM  

      Enfin un commentaire éclairé et qui veut dire quelque chose! C’est rare ici!

      • Bruce lit  

        @SM : Enfin un commentaire éclairé et qui veut dire quelque chose! C’est rare ici!
        Pourtant conformément à ce qu’induit ton pseudo, tu continues de venir et revenir de manière addictive sur ce site de merde animé par des incapables qui ne comprennent rien et qui refusent de dialoguer avec ce modèle de courtoisie et de bienveillance que tu incarnes. Ce blog est tellement nul et en deçà de tes aspirations que ça ne fera que la troisième adresse IP que tu créés pour contourner la Blacklist des commentateurs bloqués en 6 ans. Une liste où tu dois te sentir bien seul puisque tu en es l’unique victime parmi nos milliers de lecteurs. De cela tu en tireras sans doute une sorte de fierté perverse… A ce stade, effectivement ce n’est plus de l’amour mais de la rage.
        Je te laisse donc continuer à te décrédibiliser SM dans ton fiel et ton autosatisfaction qui dure, oh mon pauvre garçon, depuis 24 mois… Le blog, qui en a vu d’autres, va continuer dans son obscurantisme joyeux. Sans toi bien entendu.

        • SM  

          Euh… Les IP, ça change tout seul, j’ai rien crée du tout là-dessus mon grand. Tu es juste pas très doué. Mais si ta vision des choses c’est de bloquer les gens qui ont une opinion contraire aux tiennes, y’a pas de problème. De toute façon, ça ne fait que confirmer ce que j’ai toujours dit ici: vous préférez nettement rester entre vous, entre copains de boisson, tous avec le même avis, et vous masturber sur vos critiques bidons. Entre l’autre qui dégomme la saga de Dark Phoenix et le fan de petits Mickey, bon, je pense que je devrai survivre, même si je n’exclus pas de revenir vu que tu as du mal avec me bloquer pour de bon… :)

          • Matt  

            « si ta vision des choses c’est de bloquer les gens qui ont une opinion contraire aux tiennes »…

             » Entre l’autre qui dégomme la saga de Dark Phoenix et le fan de petits Mickey »

            Visiblement nous avons des opinions contraires aux tiennes, et ça t’emmerde. Curieux quand on voit que juste avant tu nous reproches de ne pas tolérer les opinions contraires.

            Et on est loin d’avoir tous le même avis sur plein de choses au passage.

          • Matt  

            Ce qu’on n’aime pas ce sont les gens agressifs qui, au lieu de discuter gentiment, sortent directement des trucs comme « vous pardonnez le racisme parce que vous aimez des films Disney »
            Disney c’est 56 000 emplois générés chaque année, dont 15 000 employés par la Disneyland Paris.
            Et parce que le patron d’il y a 60 ans avait peut être des préjugés raciaux en 1940, faut surtout pas aimer Mickey ?

            Putain tu dois te faire chier dans ta vie. Si demain tu apprends que le patron d’un journal auquel tu es abonné à tapé sa copine en 1962, tu vas devoir arrêter de lire ce journal.

            ça prouve quand même que les pseudo justiciers qui s’érigent en défenseurs des droits des autres peuvent être beaucoup plus agressifs, haineux et vindicatifs que les gens qu’ils condamnent.

          • Bruce lit  

            @SM en plus d’être arrogant, agressif, mal élevé, maso, pervers dans tes échanges (se faire passer pour la victime une fois qu’on a bien cherché la merde), nous ajouterons à ce CV considérablement avantageux que tu es menteur et dissimulateur puisque, je n’ai rien inventé, ta précédente adresse mail de chez Yahoo est bel et bien bloquée. Tu postes actuellement sur du Hotmail.
            A ma décharge je pensais t’avoir bloqué sur cette deuxième adresse mais tu vois, finalement, je ne l’ai pas fait, j’en suis le premier surpris. Il faut dire qu’à l’époque notre psychologue Omac Spyder t’avait rabattu ton caquet et qu’on ne t’a plus revu depuis 2017.

            Pour le reste, je constate que, quoique affamé d’échanges comme tu le prétends et à tout à ta paranoïa tu ne réponds jamais à ces questions pourtant pas dures à la comprenette :
            Euh, mais pourquoi tu viens ici ? (attends en phonétique, j’ai un doute tout à coup : purkwa tu vjɛ̃ isi ?) et surtout qu’attends tu comme réactions à tes provocations, affirmations, invectives dégueulis commentaires ?
            C’est ta dernière chance de t’expliquer avant blocage, SMeur de troubles.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *