Cet été là (Jessie de Stephen King)

Jessie de Mike Flanagan

Ils s'aiment, eux non plus

Ils s’aiment, eux non plus (C) Netflix

Une review menottée par BRUCE LIT

Distributeur : Netflix

Tous les scans de cet article sont la propriété de Netflix et Albin Michel.

Adapté du roman de Stephen King, Jessie (Gerald’s Game en VO) est un film financé par Netflix, réalisé par Mike Flanaghan et sorti en 2017.  C’est ce même réalisateur qui sera chargé de réaliser la suite de Shining prochainement avec Ewan McGrégor.

Passez-moi les menottes, je plaide coupable : il y a du spoil à tout va…

Le pitch : Pour redonner une seconde chance à leur  vie sexuelle,  Gerald et Jessie s’isolent dans un bungalow en forêt. Voilà longtemps en effet,  que Gerald ne bande plus pour sa jolie femme.
Gavé de Viagra, il attache sa femme avec une paire de menottes et s’apprête à mettre en scène un simulacre de viol. Jessie panique, réalise que ce fantasme ne lui plait pas et l’invective violemment. Gerald furieux fait alors une crise cardiaque et meurt aux pieds de sa femme, toujours attachée.

Jessie reste seule, menottée, sans une âme alentour pour la libérer tandis que dans l’appartement, un chien affamé dévore le cadavre de son mari sous ses yeux; sans oublier une présence mystérieuse qui la regarde dormir quand vient la nuit… Sombrant dans le désespoir et la folie, Jessie va tenter de se libérer tout en conversant avec les fantômes de son passé.

On l’a peut-être désormais occulté avec la surabondance de films de super héros, mais il fut un temps où c’était l’oeuvre de Stephen King qui squattait pour le meilleur et pour le pire les écrans, grands et petits; du chef d’oeuvre Shining renié par le King himself en passant Carrie  et une flopée de téléfilms plus ou moins fauchés, la liste des adaptations du maître de l’horreur est…effrayante !

Aussi, lorsque Jessie,  un roman de 1992 est adapté…26 ans après, il convient d’être dubitatif : mais pourquoi autant de temps ? Le roman est plutôt court (moins de 400 pages, pour du King, c’est de la rigolade), pas compliqué à mettre en scène (ben, il faut quoi un lit ? une nana ?) et pas ruineux en effet spéciaux (une paire de menottes même pas en adamantium).  Les adaptations du King allant de la terreur pure au grand-guignol, cet abandon de Jessie  au rayon adaptation est incompréhensible.

A moins que, ce soit dans la simplicité que réside sa difficulté. C’est un roman que j’ai lu à sa sortie et dont je me rappelais chaque étape au fil du visionnage.  C’est dire la force de son impact. Il alternait entre la situation dramatique d’une femme qui va devoir lutter contre la déshydratation, l’asphyxie de ses membres et la peur de mourir et  des flashbacks sur sa vie de couple et d’un été où son père se livra à des attouchements sexuels sur  notre héroïne adolescente.

Hé, mais cest mon bouquin !

Hé, mais c’est mon bouquin !

La force du bouquin était de décrire tout cela en monologue intérieur, en un huis clos suffocant où Jessie réalisait que sa soumission vis à vis de son mari avait des racines bien plus profondes. Jessie « profitait » de cette immobilité forcée pour voyager mentalement au pays de sa vie en nous y emmenant comme passagers clandestins, sans quasiment aucune interaction avec d’autres personnages.

Voilà surement ce qui a fait fuir les nababs pendant longtemps : Jessie fait partie des œuvres sociales du King qui abordent de manière frontale l’inceste et le viol, un sujet plus que tabou à Hollywood si l’on se rappelle de l’onde de choc Weinstein. Alors que Stand by Me délaissait l’horreur traditionnelle du King pour la sensibilité, alors que Les évadés et La ligne verte abordaient détention et peine de mort, Jessie est une adaptation ultra fidèle mais qui rebutera les amateurs de terreur pure : c’est bavard, très bavard, sans presque aucune action et encore moins de fantastique.

Bon, et maintenant, jfais quoi ?

Et maintenant, que vais-je faire, de tout ce temps ? 
(C) Netflix Source Ecran large

On pourra même arguer que Flanagan ne fait aucun effort pour rendre son film visuellement intéressant.  Alors que les séries TV ont sorti les productions télévisuelles du stigmate parent pauvre du grand écran, à tel point que beaucoup considèrent que c’est désormais ici qu’il faut trouver l’audace artistique d’antan, l’esthétique de Jessie nous ramène parfois 20 ans en arrière au niveau d’un téléfilm diffusé sur M6 un dimanche après midi…

Le choix de mettre en scène les monologues intérieurs de Jessie avec d’autres acteurs (histoire quand même qu’ils soient payés à quelque chose) pour incarner sa bonne et sa mauvaise conscience amène une impression de redite laborieuse qui empêche de se passionner pour ce qui se passe à l’écran : Gérald, sorte de Frank Dubosc sexagénaire et métrosexué, la fixe de son regard bleu d’enfer et lui chuchote tout un tas d’arguments visant à démotiver notre amie de s’échapper. Face à lui, une Jessie fantasmée, libérée, délivrée, qui ne mentira plus jamais et qui encourage notre héroïne à ne pas abandonner.

Un choix de mise en scène un peu plat où les personnages sont en conversation avec eux-mêmes. Les syndicats demandent s ils ont été payés double ?

Un choix de mise en scène un peu plat où les personnages sont en conversation avec eux-mêmes. Les syndicats demandent s’ils ont été payés double ?(C) Netflix / Source : Letstalkmotionpictures

C’est le grand défaut du film : transformer un dialogue intérieur en une pièce de théâtre ultra statique et prémâchée  : tous les mystères sont impeccablement éclaircis ôtant définitivement les zones d’ombres d’un film qui n’arrive jamais à installer son angoisse. Mise à part une éclipse solaire, l’éclairage est d’une fadeur dommageable, tout comme le Moonlight Man, dont la seule scène réellement effrayante serait de lécher les pieds d’une femme attachée depuis 36 heures…Sa dernière confrontation avec Jessie en plein jour, débarrassé du mystère de ses apparitions laisse son spectateur sur un sentiment de bâclage déjà présent dans le livre (mais mieux amené).

Pour autant, Jessie, le film n’est pas un nanar. Il est même très agréable à regarder pour peu que l’on fasse abstraction de sa mise en scène sans personnalité. C’est un survival domestique original qui s’inscrit parfaitement dans ce que Hollywood nous propose depuis  Open Water ou surtout le 127 Hours de Danny Boyle : un personnage est prisonnier pour un temps limité d’une situation en apparence inextricable et va devoir redoubler d’ingéniosité et d’abnégation physique pour s’en sortir (ou pas).

Même la chèvre de Fernandel faisait plus peur, non ?

Même la chèvre de Fernandel faisait plus peur, non ?(C) Netflix / Source Ecran large

A ce titre le livre de King est même précurseur puisqu’il préfigurait ces nouveaux thrillers. C’est aussi-et surtout- un film aux thématiques chères à l’auteur : le couple en crise à la Shining qui se réfugie dans un endroit perdu de tous, l’introspection d’une vie en situation de crise (Marche ou crève, La petite fille qui aimait Tom Gordon), l’enfermement et la terreur du réel (Misery dont la trame est quasi identique à celle de Jessie).

Que ce soit le film ou le livre, Jessie nous raconte une réinterprétation du XXè siècle de la légende d’Andromède, cette princesse, victime de l’orgueil de sa mère, qui pour calmer la colère de Poseïdon est enchaînée sur un rocher  en attendant d’être dévorée par un monstre qui sera terrassé par Persée.
Dans notre histoire, Jessie-Andromède est abandonnée par sa mère à la merci d’un père dévorant et manipulateur qui va orienter sa soumission aux hommes dominateurs et sadiques. Attachée sur son lit, elle est aussi menacée d’être dévorée par un chien, nouvelle incarnation de la baleine Céto et réminiscence du chien Cujo.

Tiens ? On a retrouvé le chef-opérateur !

Tiens ? On a retrouvé le chef-opérateur !(C) Netflix   Source Ecran large

Mais notre Andromède est une femme moderne. Au prix de son sang, de sa chair mutilée, elle parvient à se libérer sans intervention d’un prince charmant qui la maintiendrait à son tour sous emprise. Jessie accouche d’elle-même dans la douleur pour devenir une sage-femme, libérée de sa culpabilité de victime. Elle parvient à tuer mari et père jusqu’à se perdre dans les bois comme les personnages des contes de Perrault et y laisser son enfant intérieur.

Nul sur la forme,  le film de Flanagan est très efficace sur le fond et brosse le portrait complet d’une victime qui se libère des chaines que lui imposa son père un été où ses vacances se transformèrent en Vacancy, ce vide de soi face aux autres. Pas de quoi se déchaîner donc, mais une horreur domestique et féministe qui n’a jamais sonné aussi  opportune que dans ce combat actuel des femmes à sortir des chaines physiques, mentales et professionnelles des hommes, au risque de finir comme Jessie, triomphantes mais seules….

Andromède par Gustave Doré

Andromède par Gustave Doré- Source Wikipedia 


Il aura fallu 26 ans pour que Jessie, le thriller de Stephen King soit adapté au cinéma. Après que son mari l’ait menottée au lit et décédé d’un infarctus, une femme se retrouve confrontée aux fantômes de son passé.  Et si nous tenions ici un nouveau mythe d’Andromède ? Verdict chez Bruce Lit.

La BO du jour : elle est bien attachée et tu n’as plus qu’à la sauter. Un grand moment de poésie signé Gun’n’roses

59 comments

  • Jyrille  

    Je l’ai vu. Je te trouve un peu dur sur la notation, notamment parce que j’ai trouvé la photo plutôt réussie, même dans les passages un peu longuets et bavards, et parfois terrible, comme dans la voiture à la fin… Et puis bon j’adore Carla Gugino, je ne suis pas super objectif. Mais elle joue vraiment bien. J’ai même un peu eu peur par moments. Je ne lirai sans doute jamais le livre mais pour rebondir sur ton article décidément très bien construit, le féminisme de cette oeuvre me semble nécessaire.

    • Bruce lit  

      Dur, moi ?
      C’est bien la première fois qu’on dirait ça…
      Tiens, j’ai vu SERENITY et j’ai trouvé ça calamiteux…

      • Jyrille  

        Pas regardé, c’est a priori très mauvais oui. Par contre TRIPLE FRONTIERE c’est super bien !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *