Collants sur le divan : Namor chez le psy !

Collants sur le divan #4 : Namor

TEAMUP : OMAC SPYDER – JP NGUYEN

Un patient qui souffle le chaud et le froid…

Un patient qui souffle le chaud et le froid…

Notes du docteur Alex HIVENCE :

Un patient prétendant s’appeler Namor McKenzie se présente à mon cabinet dans une tenue très légère : un simple slip de bain vert à la texture écaillée. Il a les oreilles pointues et des ailettes aux chevilles. Si c’est un Cosplay, c’est très réussi quoique assez impudique. Mais s’il expose volontiers son corps, il dissimule davantage ses pensées. Dans les premières minutes, il est reste aussi fermé qu’une huître, puis, peu à peu, il parvient à s’ouvrir à moi…

Docteur : Ainsi donc, vous avez déjà consulté d’autres confrères ?
Namor : Oui, tout d’abord le Docteur Strange mais la piscico-thérapie n’était pas son domaine de prédilection. Il m’a donc orienté vers le docteur Leonard Samson. Pour un être aquatique comme moi, il pensait que ce serait le professionnel idéal.
Docteur : Pourquoi cela ?
Namor : Sous la mer, c’est le monde du silence… Qui de mieux placé pour l’appréhender qu’un doc… sans son ?
D : Oh, vous faites de l’humour, monsieur McKenzie ! Cependant, la parole me semble essentielle pour explorer les sentiers tortueux de la psyché.
N : Dans mon cas, il s’agirait plutôt de plonger en eaux troubles.
D : Et de quels troubles pensez-vous souffrir exactement ?
N : Je ne parviens jamais à m’intégrer nulle part. Lorsque je suis dans mon royaume d’Atlantis, sous l’Océan, où je fus élevé par ma mère, j’ai envie de rejoindre le monde de la surface, auquel appartenait mon père. Et lorsque je suis parmi les humains, il me tarde de repartir vers les profondeurs. Chez les peaux bleues, la vie n’est pas rose et chez les peaux roses, j’ai le blues.

Si on ne trouve pas sa place sur Terre, on peut finir amer…

Si on ne trouve pas sa place sur Terre, on peut finir amer…

D : A Atlantis, vous occupez pourtant une place de choix, en tant que souverain…
N : Oh, à première vue, mon sort est très enviable. Mon statut m’octroie des serviteurs aussi zélés que mes chevilles. Mais ma couronne n’est qu’un fardeau de plus à porter. Elle me sépare encore plus de mes compatriotes atlantes. Je suis supposé les guider mais comment me faire accepter comme l’un des leurs alors que mon altérité est si évidente ? La différence de race casse toute possibilité de réelle empathie. Je me sens piégé, pris dans la nasse.
De plus, à la Cour, nombre de seigneurs, comme Byrah ou Krang, cherchent à me renverser tandis que sans cesse, je dois aussi repousser des invasions barbares, comme celles de ce m’as-tu-vu d’Attuma.Non, ce n’est vraiment pas facile, d’être moi ! D’ailleurs, tous les acteurs de télévision qui ont essayé s’y sont cassé les dents !

Solitude aquatique

Solitude aquatique

D : Ah ? Pouvez-vous développer ? Vos propos sont un peu vagues…
N : Namor est unique ! Personne ne possède sa majesté, son éminence même en slip de bain. Il flotte bien au-dessus de tous les autres et nul ne lui arrive à la cheville (ben oui, sinon, ça pourrait le faire tomber).

Oh, je sais que la majorité d’entre vous souhaiteraient qu’il ne soit pas né. Ou alors ils se sont lassés de ses éternels rêves de conquête et le trouvent grillé. Mais Namor a toujours la pêche et rien ne l’arrête ! Il n’est pas venu le temps où il partira se dorer la tranche dans les mers du sud parmi les papys-yacht !

Soudain, le patient parle de lui à la 3ème personne et se lance dans une tirade à sa propre gloire, qui ferait passer Alain Delon pour un parangon de modestie. Enfin, il se ressaisit et répond plus précisément à ma question.

« Patrick : Namor, je ne pourrais jamais jouer ce rôle ! Leonard : Ni moi ! »

« Patrick : Namor, je ne pourrais jamais jouer ce rôle !
Leonard : Ni moi ! »

N : Vous vous souvenez de cette série Man from Atlantis  ? Ils avaient embauché un gringalet brun en slip jaune pour jouer ce qui n’était qu’un pale ersatz de mon auguste personne. Et il y a eu cet autre acteur qui s’était grimé comme moi, mêmes oreilles, mêmes sourcils, mais au moins, lui, il a eu la décence de se rhabiller et de partir explorer les profondeurs spatiales.

D : Mmh, Mmh, on peut dire que le thon était différent, ne trouvez-vous pas?
N : Le cinéma est un monde de requins, Docteur! Il tente d’envahir les plateaux télé de programmes qui manquent de profondeur…
D : Voilà qui est intéressant, vous voilà critique d’Hollywood et son panier de crabes!!
N : Oseriez-vous me mettre en boîte, Docteur?! Sachez que je ne laisserai pas votre analyse de surface envahir mon monde sous-marin!! ImperiusRex!!
D « Sex?
N : Comment?
D : Vous avez dit Un-phallus Sex…
N : Vous raillez mon cri de ralliement?
D : Vous avez un problème avec le sujet? Est-ce que vous craignez de nager en eaux troubles, ou en eaux froides, si vous voyez ce que je veux dire..?
N : Remettriez-vous en cause ma personne et sa puissance?

Namor se saisit alors de son trident et se dresse d’un coup, frappant de son objet brillant sur le parquet de mon bureau…Il reformule sans cesse cette phrase en la clamant comme une poissonnière…

Piqué au vif, le Namor ?

Piqué au vif, le Namor ?

D : Ressaisissez-vous, Majesté. Votre façon de vous emporter me méduse. Avez-vous avec le sujet un quelconque souci?
N : Je n’ai aucun souci sur le sujet! Aucun souci sur le sujet!
D : Prenez garde à ce que votre langue ne fourche…

Namor saisit son trident, le pose au sol et se rallonge sur le divan. Ouf! Il a l’air d’être mal luné ce jour, je risque de ne pas me…marrer! Bon, je dois reprendre le contrôle de la situation…

D : Vous voilà apaisé? Petit, aviez-vous déjà ce complexe du homard? Cette façon d’enfermer vos émotions sous une carapace et de pincer quiconque s’en approchait?
N : J’ai lu les ouvrages du Docteur Tourteau, oui
D : « Dolto », voulez-vous dire?
N : Dans ma cité sous-marine, c’est le Docteur Tourteau qui l’a traduite.
D : Ah?! Je ne savais pas… Elle en serait certainement très honoré… Mais revenons à nos moutons…
N : Justement, vous savez que je fais des rêves étranges, Docteur. Pas plus tard que la nuit dernière… Je vous le soumets : J’étais dans une grotte sombre, qui d’un coup s’est trouvée recouverte de sang… D’un coup est apparue ma mère qui avait la bouche close, j’essayais de lui parler mais rien n’y faisait! J’ai alors été prise d’une sorte de crise de convulsions sur tout le visage, et là, ma mère a réagi en me giflant!.. Elle s’est énervée et a pris les amphores de la grotte et les a jetées avec colère au sol. Il y avait une inscription étrange sur ces amphores de terre cuites…elles étaient recouvertes d’un chiffre : 3,14159265 etc. J’étais perdu, je cherchais de l’aide alentour mais la terre ferme était trop éloignée, j’avais l’impression que le voyage pouvait prendre des années… Vous voyez comme mes rêves me submergent, Docteur, c’est un vrai raz-de-marée…

Un des rêves humides de Namor…

Un des rêves humides de Namor…

D : Voyons, ça n’est pas si compliqué, Majesté. Revenons sur ce que vous décrivez à la lumière de la psychanalyse, science des abysses : Vous arrivez dans une Mer, Noire, puis soudain elle se retrouve Rouge, la Mer, toujours. Là, votre mère est mortellement muette comme une… Mer Morte ; l’instant d’après, face à votre crise, votre mère « bat le tic » qui vous tétanise. Vous suivez toujours? Là, elle casse les amphores de Pi avec haine : la Mer Casse-Pi-Haine… Vous voulez appeler à l’aider mais vous vous demandez : qui m’aide si la terre est à des années : M’aide-terre-année. Vous voyez, votre inconscient est comme un livre ouvert, Prince des Sept mers… D’ailleurs il en manque…M’auriez-vous caché une partie de votre rêve?
N : Vous vous méprenez, je ne cache rien. Voyez comme je suis vêtu, Docteur.
D : Oui, mais votre carapace est épaisse : revenons à ce que nous disions juste avant cette petite…distraction…
N : Oui, le complexe du homard, donc? Vous pensez que je me ferme comme une huître à chaque allusion à mon petit…oursin? Pourtant, la liste de mes conquêtes féminines est plus longue encore que celle de mes campagnes militaires victorieuses !
D : Oh, voilà bien une vraie prouesse !
N : Et pourtant…

 Entre Haine & Amor

Entre Haine & Amor

Namor sort (ne me demandez pas d’où) une vieille photo en noir blanc, d’une assez jolie femme aux cheveux clairs…

D : Qui est-ce ?
N : Elisabeth « Betty » Dean. La première femme de la surface à m’avoir fait chavirer. Elle se faisait appeler Betty mais moi j’aimais la nommer Beth. J’ai volé et gardé précieusement cette photo. J’aimais bien la bouille à Beth…

D : Vraiment ?
N : Oui, mais après une succession de refus, j’en eus soupé… Plus tard, j’ai convoité le cœur d’une autre blonde, Susan Richards. Je lui faisais des yeux de merlan frit mais elle m’a préféré un autre prétendant. Elle pouvait se rendre invisible mais pourtant c’est moi qui était transparent pour elle. Mais j’ai mis du temps à m’en rendre compte.
D : Un aveuglement révélateur. Enfant, vous aimiez jouer à Colin-Maillard ?
N : Allons, ne me lancez pas sur des enfantillages. Je suis un homme. Et un homme bien meilleur que celui que Susan a choisi. Un être mou et sans forme. Il s’en est bien tiré, celui-là !
D : Un être sans forme déterminée peut aussi les adopter toutes ; tout comme… l’eau. Une constante dans votre vie, Namor !
N : Oui, je ne sais pas pourquoi je m’aventure aussi souvent à la surface. Je n’y rencontre que des déceptions. Pourtant, toujours j’y reviens, comme poussé par les marées. A une époque, j’ai même joué les hommes d’affaires, à me déguiser en pingouin et à brasser de l’oseille. Et puis quand c’est assez, je me recache à l’eau.

Replonger pour souffler un peu…

Replonger pour souffler un peu…

D : Poussé par les marées ? Ce côté lunatique expliquerait-il vos accès de colère, vos déclarations belliqueuses et vos tentatives d’invasion répétées ?
N : Oui, cela m’a joué des tours, d’ailleurs. En reprenant mes esprits, j’ai parfois voulu m’absoudre en passant devant votre justice prétentieuse. « Nous vous sommons de répondre de vos actes ! » clamaient les agents venus procéder à mon arrestation. Nul ne contraint Namor à se soumettre à une quelconque autorité. Si je me présente devant un jury, c’est de mon propre chef.
D : Un besoin d’être jugé, de comparaître devant la foule ?
N : Je ne sais pas. Heureusement, j’ai toujours été soutenu par les abolitionnistes.
D : Les abolitionnistes ?
N : Ceux qui jamais n’accepteraient que l’on condamne Namor !

De la Cour d’Atlantis à la Cour de justice

De la Cour d’Atlantis à la Cour de justice

D : Et si vous me reparliez de vos rêves ?
N : Et bien… Il y a ce songe où je remonte le temps, jusqu’à cette époque, dans votre pays, du temps de rois de France ? J’y fréquente une certain Mme Poisson, favorite de Louis XV. Et puis le temps s’accélère, je me retrouve pendant votre révolution, allongeant ma tête devant le bourreau.
D : Ah, ça me rappelle un cas d’étude ! Le cas billot !
N :Epargnez-moi vos piètres traits d’esprit !
D : Vous n’y couperez pas ! Cependant, puisqu’il me revient de vous aider dans votre thérapie, voilà quelques éléments d’analyse. Vos allers-retours incessants entre Terre et Mer sont symptomatiques d’une indécision découlant d’une enfance problématique. Vous n’êtes pas vraiment parvenu à dépasser le stade anal et c’est pourquoi vous retournez fréquemment sous le séant euh, sous l’océan.

 Ne pas confondre : se maintenir sur le trône et rester au stade anal…

Ne pas confondre : se maintenir sur le trône et rester au stade anal…

D : Bien, je pense à une technique mise au point par un confrère il y a longtemps: , je vais vous proposer un mot et vous devrez répondre par un autre mot qui vous vient en tête. D’accord ?

N :…
D : Qui ne dit mot qu’on sent à bonne haleine, comme on dit par chez moi. Premier mot : Oracle
N : Destin
D : Maillot
N : De bain
D : Bateau
N : Ivre
D : Radeau
N : Méduse
D : Père
N : Absent
D : Mer
N : Nourricière
D : Poisson
N : Avril !

Hé oui, il ne s’agissait pas vraiment d’un numéro classique de « Collants sur le divan » mais d’un teamup entre OmacSpyder et JP Nguyen (qui l’eut-Skrull ?), histoire d’honorer la tradition du 1er avril. Merlan sur le divan, en quelque sorte ! Les poissons-clowns vous saluent bien et souhaitent vous avoir fait sourire en sortant toutes leurs bulles. Nous pouvons à présent fermer le ban… de poissons !

En espérant vous avoir donné la pêche !

En espérant vous avoir donné la pêche !

BONUS LIT

Le retour du refoulé de Figure Replay 6

na_0

—-
Il sent plus mauvais que Fillon, il est aussi loyal que Valls et il sort des abysses bleues Marine en quête de belles blondes : Namor, l’homme poisson en avait des choses à se reprocher ! Ne manquez pas sa séance chez le psy par Anthony Uår et Jean-Pascal Nguyen pour Bruce Lit, le blog qui n’arrête jamais…

La BO du jour : Namor animé de noirs désirs est souvent amer…

43 comments

  • PierreN  

    Eh bien, le moins que l’on puisse dire c’est que le sujet a inspiré JP, l’article est véritablement truffé de calama…de calambours pardon, et quand en plus Omac est en verve, cela donne un premier avril mémorable.
    L’épisode de DD par Wally Wood (qui correspond à la case située au tribunal) où Matthew perd face à Namur ne va pas rendre l’homme-poiscaille plus populaire auprès de Bruce.
    Étant donné son goût pour les blondes, si ça se trouve, le prince des mers à fait du gringue à Karen.

    • Bruce lit  

      Bon le Pierre N, il commence sérieux à m’énerver là, à connaître cet épisode de DD dont je n’ai aucun souvenir ? Il se passe quoi là dedans ? Pierre en repentance tu me pondras deux articles avant la fin de semaine !

      Je n’ai pas senti d’écoute bienveillante de Alex Hivence sur ce coup là, vu que c’est lui qui suggère le lapsus Imperius Sex. Je me disais bien que sa déontologie me dérangeait par moment. Le Dr Tourteau le confirmerait.
      Enfin, le nul en maths que je suis a eu du mal les histoires de Pi dans toute cette bouillabaisse de calembourg et de jeu de mots. On sent que vous vous êtes fait plaisir ! La bouille à Beth….ça c’est du grand !

      BLague à part mon aversion pour ce personnage me fait réaliser que je connais rien de sa mythologie, si ce n’est qu’effectivement il sort constamment de sa flotte pour trahir et être trahi….
      Et comme une phobie ne va jamais seul j’ai horreur du poisson. En fait, tout ce qui sort de la mer….régale toi Omac….

      • OmacSpyder  

        Il faudra qu’on en parle en effet, Bruce… 😉 Un « collants sur le divan » spécial Boss?
        Tu as été servi pour le coup! Un vrai plateau de fruits de mer!

        https://youtu.be/PnRkInROhp4

        • Bruce lit  

          @Omac: m’enfin je veux bien parler de ma mère, mais pas avec un hymne au cunnilingus en arrière fond ! Cette chanson d’Elli reste une folie comme celle des Sucettes…

          • OmacSpyder  

            @Bruce: (moi en position assise et mains jointes) C’est bien, on avance…

        • Matt  

          Ce run de Stern, il faudrait que je le lise un jour.
          C’est du old school mais il est souvent cité comme faisant partie du haut du panier.

          • PierreN  

            @Matt: Si jamais tu as envie de tenter une histoire du run de Stern, en picorant sans avoir à forcément acquérir l’ensemble, il a ce célèbre back-up, qui peut très bien servir d’apéro avant le plat de résistance…
            Bruce en parle ici : http://www.brucetringale.com/un-heros-normal/
            Reste à savoir à qui la traduction a été confié (si je me souviens bien, tu y attache une certaine importance).
            En plus je crois qu’il y a un « Hulk vs Spidey » par Golden dans ce numéro VF…

          • Matt  

            J’ai lu l’enfant qui collectionnait Spider-man. Il est dans l’anthologie Spider-man.
            Si tout est du même niveau dans son run, c’est cool. Mais j’ai un doute.

            Pour la trad…bah j’attache juste de l’importance à ce que ce ne soit pas Coulomb^^ Mais c’est bon pour cette histoire. Même pour les intégrales contenant le run de Stern, Coulomb était partie.
            Il y a 2 intégrales pour le run de Stern. Le tome 21 et 22. ça me gonfle juste de devoir sortir 60€. Il n’y en a pas une des deux qui est meilleure ?^^

            http://www.bulledair.com/index.php?rubrique=album&album=spiderman_21

        • Bruce lit  

          Ah oui, mais je l’ai en plus dans l’arc Widow je crois de Bendis. Je l’ai jamais lu, tellement je m’en fous de ce petit despote. Voir Emma Frost plus haut. Ça ne m’étonne pas qu’ils se sont attirés ces deux là….

  • Matt  

    Et Omac qui disait qu’il n’avait pas d’humour et qu’il ne ferait pas l’article du premier avril…

    Bon avec l’aide de JP on dirait que ça change alors. C’est une avalanche de jeux de mots. Je ne sais pas comment il fait le JP. Quand j’essaie de faire un jeu de mots, ça me prend 2h de réflexion, j’en trouve un seul, et il est un peu naze. Est-ce que les rois du calembour ont le cerveau monté à l’envers ?
    En tous cas bravo pour ce team-up comique très inspiré.

    Je connais mal Namor aussi. Je ne suis pas bien fan du personnage.

    • OmacSpyder  

      Dire que je n’ai pas d’humour, c’est mon style d’humour à moi… 😉 Tu vois le genre!^^

  • Tornado  

    Dans l’avalanche de calembours, il y a de tout ! Mes préférés :
    J’aimais bien la bouille à Beth…
    Et puis quand c’est assez, je me recache à l’eau.
    Ah, ça me rappelle un cas d’étude ! Le cas billot !

    Le petit refoulé du Figure Replay 6 est excellent. Bonne idée de le remettre !!! 😀

    J’aimais bien le « Submariner » quand j’étais gamin. Mais j’étais gamin…
    Aujourd’hui il me gonfle, comme tous ses petits copains old-school… 😉

    • Matt  

      Il n’a pas eu droit à des histoires plus modernes lui ? A part le graphic novel de Milligan et Ribic (ou il n’apparait pas trop d’ailleurs) ?

      • PierreN  

        En plus récent il y a la mini série post-Civil War dont une des couvertures a servie pour cet article.
        Lorsque il était chez les X-Men, l’éditeur a essayé de surfer là-dessus, avec un titre « the first mutant » (chronologiquement parlant, le premier ce serait pas plutôt Apocalypse ?).

  • JP Nguyen  

    Un grand merci à OmacSpyder pour m’avoir laissé squatter le cabinet du Docteur Alex Hivence afin de souffler quelques répliques au docteur et à son patient. Malgré une petit réticence initiale, Omac s’est pris au jeu et est même l’auteur de la partie la plus délirante (selon moi) de l’article…
    Petit regret, Bruce a annoncé la couleur dès le début en collant mon nom… j’aurais été curieux de savoir combien de paragraphes étaient nécessaires avant que le lecteur ne se doute d’un t(h)on inhabituel.

    @Matt : une recherche rapide m’a fait tomber sur un article laissant supposer des connexions spécifiques favorisant l’identification des jeux de mots
    https://books.google.fr/books?id=rY3Oxlqs-PYC&pg=PA123&lpg=PA123&dq=connexions+cerveau+jeux+de+mots&source=bl&ots=x1feBPFaOF&sig=DhL2BF0DqFaZgCluFRNX6NtZyHQ&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj6wL_91oLTAhUCyRQKHfygBYUQ6AEITzAH#v=onepage&q=connexions%20cerveau%20jeux%20de%20mots&f=false
    Ceci dit, ce n’est pas très glorieux pour moi : j’aurais donc des prédispositions à la schizophrénie et serais plus sensible aux similarités de surface plutôt qu’à celles plus profondes…

    Une petite question pour le psy Omac : c’est grave, cette volonté de faire plein de teamups avec tous les contributeurs du blog ?

  • OmacSpyder  

    Merci à JP d’avoir insisté pour utiliser Collants sur le divan comme terrain de jeux. J’étais un peu le parent terrifié craignant que le môme prompt à mettre tout à l’envers ne vienne squatter son coin comics! Ça parle un peu ça, non..? En plus un coin que je viens juste d’installer… Et puis JP m’a envoyé un petit essai et j’ai vu sa capacité à s’immiscer dans le t(h)on des articles en copiant le style du Doc. Un vrai copycat!! Un genre de métamorphe stylistique! Alors j’ai cédé en me disant qu’on pouvait jouer à deux… C’est mon premier team up, vous comprendrez que j’étais frileux! 🙂

    Sur les jeux de mots, que Freud analyse à travers ce qu’il nomme les Witz : mots d’esprit, la psychanalyse les situe comme une capacité à lever un temps donné ce qui est refoulé à travers un petit moment, le Witz, qui lève l’inhibition provisoirement. Cela permet un allègement du Surmoi : le censeur de notre inconscient, un peu comme un môme fait un pied de nez au gendarme en passant en dehors des clous… C’est donc très bon pour la santé, psychique! C’est une petite soupape de l’enfance qui s’ouvre pour soulager le sérieux de l’adulte, en jouant avec les mots comme les enfants savent le faire lorsqu’ils découvrent le plaisir du langage.
    Et ceci nous amène au plaisir du team up :
    « Il s’agit de découvrir les sources du plaisir du Witz et, d’autre part, d’expliquer que ce plaisir ne puisse surgir que dans certaines conditions : en particulier, le fait qu’il me soit absolument nécessaire, pour prendre plaisir à mon propre mot d’esprit, de le communiquer à une seconde personne, qui doit l’approuver et manifester son plaisir pour que le mien devienne possible. » dit Sigmund! Il expliquait donc déjà le lien entre jeux de mots et team up! Il est trop fort!
    Donc aucun élément de schizophrénie. Les anglo-saxons confondent schizophrénie et clivage de l’esprit. L’une est une maladie mentale, l’autre un processus psychique dont l’humour est une des élaborations mentales parmi les plus élevées. CQFD 😉
    Merci JP pour être venu jouer sur mon terrain de jeu avec autant d’esprit et d’à-propos!

    • Matt  

      Intéressant en effet.
      Mais tu as quelqu chose sur la « capacité » à faire des jeux de mots ? Y’en a qui ont envie mais n’y arrivent pas. Comme ceux qui galèrent à trouver des rimes pour des sortes de poèmes alors que d’autres sortent ça facilement. ça cache quelque chose ou c’est juste des prédispositions de l’esprit qui diffère chez chacun ?

      • OmacSpyder  

        Dans la suite de ce que je disais, il peut s’agir d’une censure psychique trop élevée, ton Surmoi (le fameux gendarme de l’esprit) qui n’autorise pas à ce que ta pensée « sorte des clous ». Après ça devient comme la gym, c’est une souplesse qui s’acquiert en se laissant aller… La poésie comme le trait d’esprit sont des lâchers de pensée incontrôlée.
        Ça fera 70€ (tarif week-end!^^)

  • Léo Vargas  

    Hello camarade,

    Voilà une avalanche de jeux de mots hilarantes que mon frangin-amateur aurait apprécié !
    Dommage que Namor n’ait pu rencontrer le commandant Couteau. Ce dernier l’aurait bien aidé à sortir de sa coquille !!!

  • JP Nguyen  

    Merci Omac pour ton analyse Freudienne du jeu de mots et des teamups… Grâce à ça, je peux encore me convaincre de ne pas être totalement fou !

    • OmacSpyder  

      De rien JP. MAIS… si c’était un poisson dans le poisson… Ta -Dam! D’ailleurs c’est toi qui as utilisé « délirante » pour ma partie du Team up… 😉

  • Présence  

    N’ayant pas prêté beaucoup attention au qui fait quoi à ma première lecture (parce que le docteur Alex HIVENCE, c’est signé), il m’a fallu un peu de temps avant de me douter de la participation d’un comparse bien connu pour ses jeux de mots. J’ai commencé à avoir des doutes à partir de la référence à Leonard Samson. J’ai eu des certitude avec les serviteurs’ailés.

    Un simple slip de bain vert – C’est vrai qu’il aurait pu faire l’effort de revêtir sa combinaison bleue. D’un autre côté, sur la plupart des illustrations, il n’a pas d’aréole ni de papille mammaire, peut-être que du coup, il a l’impression d’être moins indécent ?

    J’aime comme l’impression que la référence à Alain Delon est cousue main pour caresser le chef dans le bon sens. 🙂 C’est vrai que cette habitude qu’ont certains personnages de comics de parler d’eux à la troisième personne du singulier m’a toujours dérouté, mon cerveau refusant de le prendre au premier degré (sauf peut-être pour Cerebus).

    Je ne m’attendais pas du tout à ce que le rêve débouche sur une liste de mers, bravo pour avoir su ménager la surprise. Parmi cette débauche de jeux de mots, j’ai beaucoup apprécié la bouillabaisse, et le lapsus sur Imperius Rex, expression sans laquelle cette séance n’aurait pas été complète.

    Non seulement ce passage sur le divan est très drôle, mais en plus il atteste d’une connaissance pointue du personnage.

    Je serais très curieux de savoir qui a dessiné les cases avec la légende Entre Haine & Amor.

    • OmacSpyder  

      Merci Présence!
      C’est Bill Everett qui signe ce dessin de Namor tiré de Submariner#50 de juin 72!
      C’est bien que tu aies lu sans lire l’intro, tu as ainsi réalisé l’idée de départ de JP. Ça répond à la question de savoir à partir de quand on s’aperçoit de poisson. Et c’est donc Samson qui te met la puce à l’oreille…
      Quant à l’impudeur, ça reste subjectif cette affaire.
      Moi je trouve le personnage intéressant parce que c’est un vrai personnage. Il aurait pu rencontrer vraiment le Docteur Hivence… Ici, ce sont juste deux Skrulls qui se bien sont amusés 😉 Ah ces oreilles pointues!!

      • Matt  

        Si tu aimes les personnages complexes qui ne sont pas parfaits, quand nous fais-tu une psychanalyse d’Emma Frost ?^^ Toi qui l’aime bien d’ailleurs.
        Je me sentirais moins seul à la trouver intéressante malgré ses travers.

        • PierreN  

          « Je me sentirais moins seul à la trouver intéressante malgré ses travers. »

          On est deux !

          (attention spoiler pour les chanceux qui n’auraient pas lu le run du scénariste chauve, non pas celui avec de l’embonpoint , mais plus l’écossais à l’air grave qui aime Flash, les chats et la magie)
          J’ai relu le run de Momo, et dedans je ne la trouve pas antipathique, il arrive même à concocter un portrait touchant du personnage lorsque les Stepford Cuckoos prennent leur indépendance, et également lorsque Jean s’immisce dans son esprit, en découvrant qu’entre elle et Cyke ce n’est pas qu’un plan cul, elle a vraiment des sentiments pour lui…
          (fin du spoiler)

          • Bruce lit  

            Moui, enfin ça c’est Morrison qui l’affirme, parce qu’on ne peut pas dire qu’il en montre autre chose… Cette nana qui s’obstine à allumer Cyclope dans des positions lascives, va emprunter l’apparence de Phénix pour baiser Scott c’est d’un mauvais goût absolu tandis que notre pauvre Jean se bat pour sauver son mariage avec l’énergie du désespoir qui se transforme en force Phénix…Et pendant ce temps, Scott qui a quand même été sauvé par cette femme de l’influence d’Apocalypse préfère batifoler avec cette espèce de….Spice Girl, une nana qui lorsque possédée par la Force Phénix ne change ab-so-lu-ment pas de caractère : narcissique, dominatrice et égoïste.
            Voilà ! ho, pourquoi vous m’énervez dès le matin avec cette pétasse !

          • Matt  

            Déjà elle ne baise pas Scott^^ Pas encore. Elle l’allume oui.
            Et la « pauvre » Jean qui veut sauver son mariage semble hyper possessive à surveiller les pensées de Scott et va défoncer Emma en allant dans son esprit pour lui faire revivre ses traumatismes. Sympa !
            De plus, oui, Scott n’est pas innocent là dedans hein. On met tout sur le dos de Emma. Mais déjà avec Psylocke, le Scott il avait des idées coquines.
            Pour moi, Emma est surtout pas douée et s’y prend comme une méchante pour séduire. Ah bah ça tombe bien : c’en était une. Elle ne pouvait pas devenir super sympa d’un seul coup. ça n’aurait aucune cohérence niveau évolution psychologique.
            Et enfin…bah oui elle est manipulatrice car obsédée par le contrôle à cause de sa peur de l’échec. C’est humain.
            Mais bon je me répète^^ Je trouve juste ce genre de perso plus intéressant par leur aspect « non-lisse ». Jean a toujours été trop pure et parfaite pour moi, du coup je me fous de son personnage. Je dirais même que sa jalousie chez Morisson la rend plus humaine.
            Et puis bon…on n’est pas dans « les feux de l’amour ». Les histoires de cœurs des X-men ne me font pas aimer ou détester les persos. On peut très bien imaginer qu’un truc n’allait plus dans le couple Jean/Scott, ce qui a pu les éloigner l’un de l’autre (surtout Scott). Ce n’est pas très différent d’un couple de potes que tu verrais se séparer. Est-ce qu’on en sait assez sur leurs problèmes persos pour juger s’ils ont tort ou raison ?

          • Matt  

            Tiens tu pourrais lire la mini série de Karl Bollers.
            Commentaire de Tornado ici :

            https://www.amazon.fr/Emma-Frost-Ultimate-Collection-Bollers/dp/0785155104/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1491114999&sr=8-1&keywords=emma+frost+bollers#customerReviews

            Certes, comme il le dit, c’est de la rétro continuité visant à rendre le personnage moins méchant et montrer qu’elle avait déjà en elle les racines de sa rédemption. Mais c’est un parcours que je trouve intéressant. Plus que celui d’un personnage qui aurait été parfait toute sa vie sans faire d’erreurs.

        • OmacSpyder  

          @Matt : Il suffit qu’elle prenne rendez- vous avec le Docteur Alex Hivence. Entre son nom, ses relations ambiguës et sa mutation secondaire, il y aurait à creuser en effet…

  • Jyrille  

    Ah ah ah mais quelle bonne idée de fêter le 1er avril ainsi ! Je ne connais pas bien ce personnage mais c’est un vrai festival de calembours, de jeux de mots et d’associations d’idées qui me rendent pantois et admiratifs : je suis incapable de penser de cette façon. Sérieusement, en ajoutant le bonus FR, je pense qu’il faudrait recenser tous les bons mots de cette séance pas très psychologique finalement, mais qui pourrait être un forme de parodie à la Monthy Python (même si ce n’est pas leur humour, c’est un peu le même principe parodique). Un gros, un grand, un énorme bravo à Omac et JP, un bravo de la taille d’une baleine !

    • OmacSpyder  

      Merci Jyrille! C’est une parodie en effet, tu as vu juste. Et ça a été l’occasion (qui fait le poisson paraît-il, selon la formule atlante^^) d’une association avec JP et d’associations d’idées qui frôle l’association de malfaiteurs sur ce coup. Chacun pourrait tenter de deviner quoi revient à qui, ça serait amusant. Même moi des fois je ne sais plus…
      Je vais aller écouter tes Petits Lapins… ça va trancher (du filet) avec les sombreuh-z-héros de la mer!^^

        • OmacSpyder  

          C’est assez savoureux! J’aime bien l’image des éléphants… de mer? Sont-ils les animaux ou les grosses vagues? Je ne connaissais pas, en tout cas ça fait une b.o. qui colle bien à notre petit rocher!

          • Jyrille  

            Quelle version préfères-tu ?

        • OmacSpyder  

          Je préfère celle de Jazz Butcher, pour « the pewtit accent anglwais » et la voix féminine en fond comme une voix de sirène… mais c’est bien de pouvoir comparer les deux.
          L’air reste un peu en tête quand même… c’est comme un air de vacances, mais avec les Monty Python 🙂

          • Jyrille  

            Ah ah bien dit !

  • Matt & Maticien  

    Hé hé je lis en dif

  • Matt & Maticien  

    Hé hé je lis en différé mais avec plaisir et je suis le premier à écrire que je suis Namor de rire à la lecture de cet excellent article.

    J’ai commencé l’article sans regarder l’auteur mais j’ai vite reconnu la verve de JP. Cependant persuadé qu’il n’y avait qu’un auteur je me disais que OmacSpyder avait décidément tous les talents. Ce n’est qu’en lisant les commentaires que j’ai découvert que vous étiez deux…. à moins que OmacSpyder et JP ne soient les deux pseudos d’une même personne…. 😉

    • JP Nguyen  

      @Matt&Maticien : même si on pourrait parfois penser que je ne suis pas tout seul dans ma tête, je t’assure qu’OmacSpyder et moi sommes deux entités différentes (sauf peut-être dans une autre dimension quantique…)

  • Matt & Maticien  

    Dans une réalité quantique nous sommes tous un visage de Bruce Lit 😉

  • OmacSpyder  

    Ah! Un lecteur pris dans les filets! C’est bien M&M que tu aies lu ainsi pour découvrir l’affaire après! La verve de JP est reconnaissable en effet même si ses talents de métamorphe sont impressionnants. Mais comme il l’a formulé ailleurs, ce fut écrit à quatre nageoires…
    Et non, je n’ai pas mangé de JP au petit déjeuner 😉

    Pour le scénario quantique : BruceLit est l’invariant, donc! 😉

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *