Conférence de presse Glénat / Dragon Ball Super

Conférence de presse Glénat / Dragon Ball Super- Le 30/03/2017

AUTEUR BRUCE LIT

Si on nous prend par les sentiments....

Si on nous prend par les sentiments….

Nous sommes le 30 mars 2017 et votre serviteur, en plus de célébrer son anniversaire au regard de ce qui semble être les dernières RTT de l’humanité, a la joie d’être convié par les éditions Glénat au lancement de Dragon Ball Super version librairie.
Dragon Ball Super ? Euh…. pas si super quand même. On en avait déjà parlé ici il y a deux ans pour le meilleur et pour le pire.

Mais quoiqu’il arrive l’attachement de la bande à Goku est indélébile et rencontrer le grand Jacques Glénat himself, ça ne se refuse pas. Ça se déroule à la Maison du saké, une très jolie et très spacieuse bâtisse consacrée à…la dégustation du saké. L’accueil, assuré par la sémillante Fanny qu’on avait déjà croisée au Comic-Con 2015, est irréprochable. A l’entrée un petit déjeuner complet et à la sortie un sac de goodies conséquent constitué d’un livre consacré aux actions figures de Mangas, des posters, un porte clé et bien sûr ce premier volume de Dragon Ball Super que je passerai en revue en fin d’article.

Soif !

Soif !

Dans la salle une petite centaine de personnes de Skyrock, Libé, mais aussi du Figaro. Sur l’estrade Jacques Glénat donc avec, à ses côtés, Satoko Inaba, responsable éditoriale, Sebastien Abdelhamid journaliste pour Canal + et enfin Jhon Rachid, comédien et humoriste qui, avec sa verve et une gouaille désarmante va être en osmose avec Sebastien pour dire son amour de Dragon Ball.

Disons le tout net : il s’agit clairement de lancer le produit Dragon Ball Super. Le ton est forcément à l’honneur de Jacques Glénat. Ce n’est pas ici que l’on pourra entendre des analyses en profondeur, critiques et originales sur la série phénomène de Toriyama. Il y a désormais des blogs pour ça et ici même on en avait livré une analyse pas dégueu. J’avoue même avoir levé un sourcil de scepticisme lorsque les deux acolytes enfoncent les portes ouvertes de la nostalgie du club Dorothée.

 Sebastien-Abdelhamid Godelu et Jacques Glénat


Sebastien-Abdelhamid et Jacques Glénat

Pourtant, le plaisir à parler de cette saga aussi populaire que Star Wars est si réel, que l’on se prend vite au jeu surtout que les anecdotes éditoriales valent leur pesant de cacahuètes. Tout d’abord ce constat quoi: depuis le début de la série, Dragon Ball a vendu 30 millions d’unités ! Mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Glénat et Sakoto Inaba rappellent que l’éditeur fut précurseur en matière d’édition française de Mangas. Un format qui terrorisait aussi bien les librairies (Pas de ce truc dans mon magasin !) que les les auteurs franco-belges qui craignaient que la production asiatique ne les annihile.  La Belgique refusa ainsi la commercialisation de Dragon Ball sous prétexte que les blagues récurrentes autour de la culotte de Bulma était inconvenante pour les habitués du Franco Belge.

Jhon Rachid et

Jhon Rachid et Sakoto Inaba

Glénat raconte ensuite ses premiers voyages au Japon et rappelle qu’il y a 30 ans, rencontrer des auteurs nippons n’était pas si aisé du fait que le bloc soviétique empêchait tout vol direct. Le Japon était donc une province inconnue et incomprise des amateurs de bande dessinée quand il ne s’agissait pas de méconnaissance géographique tout court. Sakoto fait marrer l’auditoire en contant que, petite, ses camarades lui demandaient dans quelle partie de la Chine se trouvait le Japon ! Et que tous les garçons s’agglutinaient autour d’elle lorsqu’elle sortait dans la cour de récré ses exemplaires VO de Dragon Ball.

Pour Jhon et Sebastien, Goku fut le premier ambassadeur de la culture nippone. Sebastien avoue avoir visiter le Japon pour marcher sur les traces de son héros et assouvir sa passion pour ce pays. Jhon évoque quant à lui les valeurs d’abnégation, de sacrifice et de solidarité véhiculée par la série. Dragon Ball serait ainsi une série à consonance écologique puisque le Genkidama emprunte les forces de la nature. Intéressant. Plus insolite, la comparaison des valeurs de Goku avec celles du rap…

jacques Glénat ferme les yeux sur larrogance de Bruce Lit : ne pas être convaincu par Dragon Ball Super

Jacques Glénat ferme les yeux sur l’arrogance de Bruce Lit : ne pas être convaincu par Dragon Ball Super !

On voit défiler les successives éditions françaises de Dragon Ball. L’assemblée se marre à l’évocation des premiers volumes en noir et blanc que les gosses coloriaient ou les sueurs froides de Glénat lui-même lorsqu’il s’est agi de publier les volumes suivants dans le sens de lecture japonais.

Un point intéressant est la qualité des publications Glénat qui,à l’inverse des mangas originaux à peine meilleurs que du papier journal, a toujours proposé du papier et des couvertures de qualités. Au point même que les éditions françaises d’Akira inspirèrent les japonaises. Alors qu’ Ottomo,  un auteur que Jacques Glénat a pu inviter officiellement pour une dégustation de Bordeaux vient parfois en France, j’ai appris que  Toriyama n’apparaissait quasiment jamais en public. Glénat avoue même à demi mots avoir été surpris que le mangaka soit encore en vie !

Son successeur aux dessins Toyotaro semble à peine moins discret avec une visite en France à son actif. Une visite pas si évidente nous explique Sakoto lorsque l’on sait les cadences de travail infernales des Mangakas qui ne dorment que 3 heures par nuit. Un tour en Europe mettrait en péril leurs productions !

Vé les blogueurs !

Fuuuusion !

Après un échange malicieux entre les deux geeks et votre serviteur autour de la pertinence pour nos sayens de changer de couleur de cheveux à chaque arc , il est temps de se quitter après l’annonce officielle de Monsieur Glénat de la republication intégrale du catalogue Miyazaki d’ici la fin de l’année. Intéressant lorsque l’on sait que les aventures de Nausicaa sont épuisées depuis longtemps.

Je lis dans le train ce premier Dragon Ball Super. Rappelons qu’il s’agit de donner une suite officielle à la série interrompue en 1996. L’histoire reprend donc après quelques mois après la victoire contre Majin Boo.

Ouais ! Des Goodies !

Ouais ! J’ai 44 ans ! 

La qualité graphique est indéniable. Le trait de Toriyama a été digéré par Toyotaro, c’est super dynamique, le découpage limpide. Mais le scénario euh….c’est quand même assez euh.. bâclé? Pendant des années on nous a rebattus les oreilles avec la décompression exagérée de l’animé qui voyait Goku augmenter son ki pendant trois épisodes. Une décompression reconnue désormais puisque l’édition DVD Dragon Ball Z Kai commercialise la série débarrassée de ces scènes bouche trou.

Et bien, ici, c’est l’exact inverse…Je veux bien que les épisodes soient déjà sortis en amont en version animé, mais là c’est ni fait, ni à faire. A certains moments j’ai même repris ma lecture pour vérifier si je n’avais pas sauté des pages avant de réaliser que, non, il s’agissait vraiment d’ellipses et fautes de script embarrassantes.

Cest reparti !

C’est reparti !

Ainsi Goku atteint sa forme divine en quelques pages, Vegeta a atteint ce même niveau sans passer par la forme SSJ3. Nos amis acceptent de concourir et de plaisanter avec Beeruss un génocidaire de masse qui a quand même ordonné la destruction de leur planète natale.  Quant à l’affrontement contre Freezer, il est résumé à une note de page laconique et on croît rêver quand on voit que Pilaf et ses comparses assistent au tournoi d’arts martiaux…Tout donne l’impression que Toriyama n’a pas envie de s’emmerder avec les chapitres introductifs de cette nouvelle série.

Pourtant, après avoir introduit des univers parallèles dont le concept rappelle celui de Marvel,  le déclic se passe : certaines vannes sont proprement hilarantes et des comiques de situations, comme le test d’intelligence pour s’inscrire au tournoi que Goku manque d’échouer,  rappellent les grands moments de la série !

Pour ce premier épisode papier de Dragon Ball Super, Toriyama arrive à nous décevoir autant que nous enchanter. Le volume 2 qui paraîtra en juillet nous dira sûrement si l’ingestion d’un senzu s’imposera ou pas.

BASTON !

BASTON !

—–

« Comme quand j’étais petit 2/5 »
Glénat publie la suite officielle de Dragon Ball Z : Dragon Ball Super. Pour ce faire, le 30 mars dernier était organisée une conférence de presse sans Toriyama ni Toyotaro mais avec Jacques Glénat himself, Sebastien-Abdelhamid Godelu et Jhon Rachid.
Bruce Lit en était l’invité de marque (page) et vous en raconte tous les détails ainsi que la review de ce premier tome pas si super….

La BO du jour : entrez dans la légende !

26 comments

  • Matt &Maticien  

    Kamehameha! Énorme. Quelle chance de découvrir cette suite au coeur du temple qui le diffuse. Ton article donne envie de laisser sa chance à cette suite attendue.

    Sur le rap, il faudra que.tu expliques 😉

    J’ai découvert récemment que m’a petite nièce à qui j’avais montré le dernier film sur Dragon Ball (bon Ok c’est pas le meilleur ) avait un exemplaire papier de DB ! Eh oui elle lit encore sur papier.

    Je retiens la très bonne nouvelle de la réimpression de Nausicaa.

    Ps. Des nouvelles de C18;)

  • Tornado  

    Pareil que les Chevaliers du Zodiaque, en pire : DBZ, j’ai jamais vu, jamais lu, jamais bu. Le seul contact que j’ai eu avec cet univers, c’est quand j’ai dessiné un personnage pour mon neveu, il y a au moins 15 ans de ça. Et d’ailleurs j’avais réussi à le faire pleurer en écrivant au dernier moment « Sangokuku » au lieu de « Sangoku »…

    Tu as été invité à cette conférence ? Tu y es allé tout seul ?

    Bon, reste à savoir si l’intégrale de Miyasaki sera éditée dans le sens japonais ou pas. A mon avis, ça va être dans le sens japonais parce que tout le monde sauf moi s’y est habitué. ce qui signifie que je ne lirais plus de manga, et quelque part ça m’arrange car mes étagères sont déjà bien pleines (merci de ne pas essayer de me convaincre de lire à l’envers siouplé, je connais la chanson j’ai déjà essayé j’aime pas pis c’est tout…).
    J’essaie de commenter les articles, cette semaine, mais je suis presque autant largué que si c’était une semaine jeu-vidéo…

    • Bruce lit  

      @Matt et Maticien : la question sur le Rap a été posée par une petite nénette de l’assistance. Jhon et Sebastien ont opiné du chef laissant entendre leur connaissance de cette langue étrangère. Personne n’a cherché à en savoir plus…Pour ta nièce, il ne lui manque plus qu’à rencontrer le grand Bruce Lit…

      @Tornado: c’est sympa tout de même de jouer le jeu. Tu devrais vite t’y retrouver avec le reste de la programmation. Promis ! Pour ton information, les puristes disent directement Goku. C’est du coup moins difficile de se planter.
      La conférence : l’invitation étant nominative, oui, j’y suis allé seul. De plus c’était un matin en pleine semaine et je sais que Présence est peu avide de ces opérations de relations publiques. Mais après j’ai rejoins Patrick 6 pour notre repas d’adieu.

  • Matt  

    Pareil aussi que pour Saint Seiya ; je n’ai plus envie de voir de nouveaux trucs dessus. Pour moi c’est du passé. C’était bien comme c’était, je n’ai pas envie de voir des couleurs de cheveux vert, bleu, rouge, caca d’oie pour de nouveaux niveaux de puissance, ou de multiples fusions à 4, etc.
    Tout ça devenait déjà bien ridicule dans la saga Buu qui, heureusement a un côté comique qui la sauve.

    Je confirme que Glénat propose du papier de bonne qualité pour ses mangas. C’est presque les seuls avec Tonkam je crois (les Junji Ito ont du bon papier)

    Sinon je suis étonné quand même. Ce n’est pas le premier article sur cette époque que je lis ici mais c’est plutôt ma génération que la vôtre ça, non ? J’avais entre 7 et 9 ans quand ça passait à la télé DBZ. Mon frère suivant ça aussi mais il avait 14 ans. ça fait que vous suiviez ça à 20 ans ? Eh, c’est pas un reproche hein, mais je ne suis pas sûr que j’aurais aimé suivre ça à cet âge là. La preuve Naruto, Bleach et consorts ne m’ont jamais attiré, j’étais trop vieux pour ce genre de shonen interminable à base de grosses bastons.
    J’aime toujours aujourd’hui mais je pense qu’il y a une part de nostalgie.

    Enfin…j’ai quand même bien envie de relire le manga Dragon Ball tout court par contre. C’était rigolo, ça.

  • Bruce lit  

    @Matt: je comprends parfaitement ta position. Et elle est valable aussi pour l’univers étendu (amours et amitiés déçues) : quand c’est fini, c’est fini. Valable aussi pour Star Wars new generation…Tiens, à propos j’ai lu le Princess Leia de Mark Waid et Dodson. C’est plaisant et totalement inutile…

    @Omac: la symbolique culinaire dans Dragon Ball est effectivement très poussée. Bon Dieu, qu’est ce que j’ai détesté la saga BOo au moment de sa diffusion française. J’ai appris à l’apprécier avec le temps. J’aimerai bien l’avis du psy sur la personnalité de Goku telle que décrite dans Ca sent le goku.

    @Matt: tes calculs me semblent plutôt juste….J’ai continué de regarder DBZ jusque la FAC…Je me suis même fait gaulé lors d’un cours sur Goethe à la Sorbonne en train de lire le manga….

    • Matt  

      Moi j’ai redécouvet au collège alors que ça ne passait plus à la TV mais que des potes avaient des tomes du manga.
      J’ai relu avec plaisir les passages du DA en manga. C’est vraiment du copier/coller du manga l’anime (bon…comme souvent avec les mangas, sauf pour les fins) et du coup les mangas avaient un saveur toute particulière pour moi. C’était une grosse madeleine.
      Par contre je n’ai pas lu Dragon Ball tout court en manga, débarrassé des fillers pénibles (Dragon Ball Kai commence à partir de DBZ, on a toujours les passages gonflants dans DB) ça me tenterait bien avec la nouvelle perfect édition de Glénat (en sens japonais et plus grand format, meilleur papier, etc)

      • Bruce lit  

        Oui la Perfect Edition a été abordée. J’ai encore du mal à investir dans des Mangas que je connais par coeur l’animé, et le coût de la vie n’allant pas en s’améliorant….

        • Matt  

          Oui, c’est pour ça que je n’ai aucun manga DB…
          ça me tente, mais j’hésite grandement à cause des mêmes raisons.

  • Présence  

    Passionnante cette analyse. C’est vrai que cette immédiateté un peu naïve fait plaisir à voir à la lecture. Voilà un personnage qui n’est pas encombré par des hésitations, ou par des doutes. Ça a quelque chose de libérateur pour le lecteur de pouvoir prendre du plaisir par l’entremise d’un personnage aussi nature.

    • Matt  

      J’allais dire à peu près la même chose.
      Même si c’est un bourrin, on aimerait bien pouvoir être comme Goku des fois : pas de stress, d’angoisses, de doutes. Naïf mais du coup pas anxieux.

  • Présence  

    C’est toujours intéressant de pouvoir découvrir ainsi une étape commerciale réservée aux professionnels. Il est vrai que n’étant pas fan de Dragon Ball, ma motivation n’aurait pas été très élevée pour y participer (et mes obligations professionnelles à cette date ne m’auraient pas permis d’y être)

    À l’époque des premières éditions de Dragon Ball, il n’y avait effectivement que les mangas Glénat qui étaient facilement accessibles, les publications des éditions Tonkam ne se trouvant pas partout. C’est vrai que les éditions Glénat proposaient des ouvrages qui prenaient ces BD japonaises au sérieux, avec une belle édition. De ce que tu écris, il est difficile de mesurer le degré réel d’implication d’Akira Toriyama dans ce récit, ou le temps qu’il a passé à écrire ces épisodes, bien que son nom soit mis en avant.

    • Matt  

      Quand j’ai découvert le manga, c’était par l’édition rouge de Glénat avec un papier pour le coup assez pourri qui ne contenait que la moitié des tomes doubles. Il y en avait donc 84, en sens de lecture occidental comme le faisait Glénat avant.
      Il y a ensuite eu ces fameux 42 tomes double plus jolis, avec un papier plus blanc qui ont régné un moment.
      Puis encore des tomes double mais par rapport à l’édition précédente (donc quadruples^^, au nombre de 21) de couleur Orange.
      Et enfin une perfect Edition avec un découpage encore différent qui comprend je crois 34 tomes pour la série complète, en format un peu plus grand, en sens de lecture japonais avec une nouvelle trad et du papier encore meilleur.

    • Présence  

      Au temps pour moi, je n’ai connu que l’édition en 42 tomes. Finalement même en étant plus vieux, je ne me suis pas intéressé à la première édition. 🙂 Était-elle disponible en librairie ou en kiosque ?

      • PierreN  

        Dans mon souvenir, l’édition en 42 tomes était celle qui était la plus prisée dans les cours de recrées. Pour ma part, je préférais les gros volumes oranges en 21 tomes.
        Je me suis tellement habitué au nom Tortue Géniale, du coup j’ai toujours du mal à m’habituer au nom Kamé Sennin (celui utilisé dans la version perfect edition).

      • Matt  

        Alors dans mon collège, il y avait surtout des éditions en 84 tomes. Je crois qu’on les trouvait chez les marchands de journaux.
        L’édition en 42 tomes était plus luxueuse et surement juste en librairie. Mais du coup dans les cours de récré, il y avait surtout l’édition peu épaisse en 84 tomes au papier jauni…
        Mais par la suite j’ai chopé des gros volumes de l’édition double, plus jolie.

        Les gros volumes orange, je suis tombé dessus bien plus tard. Normal c’est plus récent. Et je n’avais que le tout premier. Donc en fait j’ai lu le tout début de Dragon Ball comme ça, mais je ne suis pas allé plus loin que le premier tome orange (donc les 2 premiers de l’édition précédente, vous suivez ?^^)
        M’sieur PierreN, c’est pas du tout de ta génération DBZ, Tu as connu quand et comment ? C’est toujours autant à la mode ? J’avoue que je me rends pas compte.

        • PierreN  

          J’ai connu ça dans les 90’s, par le biais des mangas et non de l’anime, contrairement à ceux de la génération Dorothée.

        • PierreN  

          Mais j’ai l’impression que DBZ est une oeuvre qui ne se limite pas à une seule génération (comme Tintin ou Gaston), et que les différentes strates successives de lecteurs ont su se l’approprier, là où Goldorak, Ulysse 31 et Nicky Larson restent à jamais affiliés à une époque, sans arriver (pas autant en tout cas) à bénéficier d’un même intérêt renouvelé au fil des générations.
          En tant que lecteur, la période que j’ai préféré, c’est celle qui se déroule sur la planète extraterrestre, avec l’apparition de Freezer et la première transformation en Super-Saiyan de Goku.

        • Matt  

          Je ne disais pas que c’était limité à une génération, mais je me disais qu’une fois les diffusions tv stoppées, ça devait être plus difficile de tomber dans « la mode » DBZ. Du coup je me demandais comment tu avais connu. Après je suppose que ça a été rediffusé depuis mais je ne suis plus les programmes…

          La saga Freezer est la meilleure de DBZ pour moi. J’aime bien Cell aussi mais pas autant que la saga des saiyans/Freezer.
          Je me souviens très mal de DB tout court par contre.

  • Jyrille  

    Je suis très impressionné Bruce : tu as été invité à un lancement d’éditeur ! Comme quoi, ton blog est une porte ouverte étonnante. Je suis vraiment curieux de ce genre d’événement, merci donc pour le compte-rendu, je trouve ça vraiment enrichissant. Sinon comme Présence je ne suis pas fan de DB, mais Maël a les 42 tomes, la version jaune donc. J’ai dû en lire une quinzaine avant que cela ne me fatigue par trop de bastons.

    Cependant l’analyse de Omac est passionnante et il est vrai que Goku est un personnage positif et naïf, mais un peu mystérieux : quelle est donc cette queue de singe ou de loup ? Est-ce un loup-garou ? A-t-il vraiment dévoré sa famille ? Pas si innocent il me semble, non ? Quoiqu’il en soit, c’est forcément une bonne série, elle est drôle et traverse les générations, c’est que tout le monde s’y reconnait un peu. Surtout les garçons je pense.

    • Bruce lit  

      @Jyrille: Goku est issu du peuple sayen, des extraterrestres singe- garous. Leur spécificité étant de se transformer en loup à la pleine lune. Goku est envoyé sur notre planète pour la conquérir dès sa plus jeune enfant. Son vaisseau a un accident et en tombant sur la tête, il en oublie sa mission et va à l’encontre de son destin en devenant le défenseur de la planète qu’il devait annihiler. Pendant son enfance, il tue par accident son grand père adoptif en se transformant en singe géant.
      A l’âge adulte, il reniera son héritage alien pour se revendiquer Terrien de souche en coupant sa queue (de singe hein…).
      Le surcroît de baston n’est supportable que si l’on accroche à l’univers chaleureux de Dragon Ball.

      @Pierre: il y aurait beaucoup à comparer entre Goku et Tintin : c’est une famille qui progressivement se constitue au fil des aventures. Goku est l’un des rares super héros qui viellit (presque) en temps réel (malgré les astuces scénaristiques de Toriyama pour le maintenir valide). La série commence lorsque il a une dizaine d’années. Il en a aujourd’hui une cinquantaine. Les multiples rediffusions mais surtout la richesse de l’univers de Toriyama en font une icône de la pop culture au même titre que Star Wars. Et j’en connais là au moins deux qui n’ont pas lu tout ce que j’expliquais déjà dans cet article….(probablement le plus visité du blog depuis sa création), c’est dire le phénomène Goku….

  • rewave  

    DB une franchise qui aurait du rester éteinte!

    • Bruce lit  

      Tiens ? redwave Returns ? On s’inquiétait presque. J’ai bien dit presque…..
      Pour info, redwave s’écrit avec un-D….

  • Leo  

    Eh bien… DB Super, j’ai aimé.
    Le dessin est un peu sage, mais autrement…
    Ouais, ça file vite au début, mais bon.
    Toriyama se risque à chapoter un manga alors que derrière lui, il y a cette daube de DB GT, et deux ou trois films. Si il se remet à faire traîner sans vite amener du neuf, je comprends qu’il puisse craindre le flop. Il faut vite aller vers une nouvelle histoire. Et puis soyons franc: c’est un manga, comme tout manga, il est créé avant tout pour le Japon. Et au Japon, ils suivent certainement l’animé au ciné comme à la télé. Donc, pas de soucis pour les retardataires.
    Nous, trentenaires ou quadragénaires, on suit à peine ou pas du tout ça. Donc, oui, notre intérêt est moindre, voire nul.
    Les blagues peuvent être cools (Vegeta qui balance à Goku « ramène pas les vieux dossiers » quand ce dernier le cite comme exemple comme ancien danger récurant pour la Terre) et voir un Freezer sympa et loyal , j’ai adoré…Tout simplement.
    Et puis… Franchement, comparé à Saint Seiya Next Excremention ou Goldorak : Grendizer Giga, ou… (attends, je cherche) ben, Dragonball GT, justement, qui sont/étaient infiniment plus faibles, ça marche.
    Je laisse donc une chance très facilement à ce « nouveau » manga. On verra bien!

  • JP Nguyen  

    DBZ, j’ai surtout suivi à la téloche, et quasiment pas en manga.
    « Le grand tournoi des arts martiaux va bientôt commencer », « La planète Namec va exploser »… la série pratiquait un étirement du temps qui n’était égalé que par les douze heures de la bataille du Sanctuaire dans Saint Seiya.
    En fait, je préférais Dragon Ball, la série quand Goku était encore petit et les intrigues un poil moins sérieuses et répétitives…

    • Bruce lit  

      Tu m’étonnes : J’ai 5 minutes pour te battre et regagner mon vaisseau Freezer pendant 10 épisodes….
      Pour le coup les 12 heures du sanctuaire me semblent mieux gérées…

      • Matt  

        Dans DB Kai ça va mieux le coup des 5 minutes. Mais elles paraissent longues quand même. 5 épisodes au lieu de 10 quoi^^

        A l’époque je préférais les bastons de DBZ mais je crois que maintenant le côté délirant de DB quand Goku est gamin me plairait bien. That’s why j’hésite à les acheter. Sinon faudra que je chope les épisodes pour revoir ça…et sauter les fillers.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *