Dr Feelgood (Witch Doctor)

WITCH DOCTOR par Brandon Seifert et Lukas Ketner

Ouvrez la bouche et faîtes « aaaah »  ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Ouvrez la bouche et faîtes « aaaah »
©Skybound Entertainment ©Delcourt

AUTEUR : MATTIE-BOY

VO : Skybound Entertainment

VF : Delcourt

WITCH DOCTOR est scénarisé par Brandon Seifert et dessiné par Lukas Ketner. La série est publiée en 2 tomes en VF, contenant les épisodes WITCH DOCTOR #0 à #4, le one-shot RESUSCITATION puis les épisodes #1 à #6 de WITCH DOCTOR : MALPRACTICE

C’est un comics indépendant publié entre 2011 et 2013 qui emprunte beaucoup au cinéma d’horreur des années 80 et ses ambiances gores et gluantes, comme les films FROM BEYOND, HELLRAISER ou RE-ANIMATOR, eux-mêmes souvent inspirés des récits de H.P Lovecraft  . Et le comics ne cache pas non plus son amour pour les bestioles Lovecraftiennes étranges.

D’ailleurs, tout commence dans la ville d’Arkham (qui pour ceux qui l’ignorent, est une ville fictive inventée par H.P Lovecraft, dont le nom sera plus tard repris par les auteurs de BATMAN pour nommer l’asile d’Arkham. Les protagonistes sont le docteur Vincent Morrow, et ses assistants Eric Gast, infirmier, et Penny l’affreuse (Penny Dreadful en VO), une jeune femme qui partage son corps avec un démon nécrophage qui a le pouvoir d’anesthésier les gens avec ses griffes. En fait, avant d’être l’assistante de Morrow, Penny était une patiente. Car la spécialité du docteur Morrow, c’est d’exorciser ou soigner toutes sortes de « maladies » liées à des possessions démoniaques, des parasites gluants de l’enfer ou autres trucs complètement dégueulasses et bizarres.

Le quotidien du Witch Doctor  ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Le quotidien du Witch Doctor
©Skybound Entertainment ©Delcourt

Le ton choisi par les auteurs est celui de la comédie. Même s’il est évident qu’il ne faut pas mettre ce comics entre toutes les mains pour cause d’éclaboussures de sang et de mucus nauséabond, de corps dévorés et autres monstres écorchés répugnants, il s’agit d’une comédie d’horreur.

Le personnage de Vincent Morrow est une sorte de mélange entre Dr House pour son caractère un peu cynique et prétentieux, et Dr Strange  pour son côté mystique et la nature de ses travaux. Il possède divers artefacts qui lui permettent de faire face à certaines créatures démoniaques, comme une épée anti-démons qui « apprend » à tuer, ou un parapluie orné de symboles qui repoussent les démons. Mais il ne peut pas toujours soigner tout le monde. Penny en est un exemple. Elle et Morrow ont un deal : Morrow lui fournit à manger (donc parfois les corps des bestioles) et Penny lui file un coup de main quand c’est nécessaire. Car la miss est dangereusement forte. Cet arrangement offre du temps à Morrow de trouver un moyen de la séparer de son démon.

Penny et sa dualité humaine/démon  ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Penny et sa dualité humaine/démon
©Skybound Entertainment ©Delcourt

Le comics se présente comme une succession de courtes histoires. Morrow et ses assistants vont sauver un enfant qui attire les démons, comme si son système immunitaire était vulnérable à la possession. Ils vont enquêter sur un bébé très étrange qui s’avèrera être un enfant de fée qui a été échangé à la maternité (les fées sont d’horribles bestioles aussi dans ce comics), ils vont étudier une créature du Lac noir et tomber sur un culte d’hommes-poissons, etc. Beaucoup de choses tirées de l’univers de Lovecraft avec notamment la mention des Archaeons, des énormes créatures aux pouvoirs immenses qui sont venus à l’aube des temps et ont éradiqué les dinosaures, et sont à présent en sommeil. Mais tout ceci est traité de manière plus légère puisqu’on est dans une comédie horrifique.

A un certain point, on va apprendre l’existence de l’Université invisible, une sorte de conseil qui distribue les licences mystiques et auquel Morrow a des comptes à rendre. Il n’est donc pas le seul docteur mystique. Morrow rencontrera notamment Catrina Macabrey, une femme séduisante qui travaille sans licence et qui a ramené à la vie sa fille mort-née Ophelia sous forme d’ectoplasme qui ressemble à un bébé déformé. Evidemment cela fait partie de l’humour de la série de voir ces personnages faire des trucs dingues de ce genre. Lorsque Morrow lui demandera pourquoi elle a fait ça, Catrina lui dira seulement « parfois c’est difficile de tourner la page ». En tous cas ce nouveau personnage féminin ne laissera pas notre bon docteur indifférent même s’il ne voudra surtout pas le reconnaître.

 ça, c’est un enfant de fée  ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Ca, c’est un enfant de fée
©Skybound Entertainment ©Delcourt

Les personnages sont développés au fil des histoires. On aura l’occasion de comprendre que malgré son grand savoir, Morrow est nul socialement avec les gens, et surtout le sexe opposé. Et on en apprendra davantage sur Penny et son conflit intérieur avec sa partie démon et sa partie humaine. L’infirmier Eric Gast est le type le plus rationnel, celui avec lequel on découvre un peu cet univers puisqu’il ne travaille pas depuis longtemps pour Morrow. C’est un peu le personnage qui se rapproche le plus du lecteur.

Le tome 2 contient la seconde mini série qui est une suite directe WITCH DOCTOR : MALPRACTICE. Il contient également un one-shot THE RESUSCITATION qui fait le lien entre les deux séries. C’est notamment dans ce récit qu’apparait le personnage de Catrina.

Un docteur plus à l’aise avec les démons qu’avec les femmes ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Un docteur plus à l’aise avec les démons qu’avec les femmes
©Skybound Entertainment ©Delcourt

Cette fois la 2ème série ne raconte qu’une seule histoire, plus longue, dans laquelle Morrow est confronté à un « collègue » sorcier. Morrow se retrouve la cible d’une dénommée Charlotte Fever qui est infectée par un Strigoi (à la base c’est une sorte de vampire ou de mort-vivant dans le folklore roumain, mais dans le comics c’est un ver qui remplace la langue.) Seulement cette femme ne semble pas consciente qu’elle est infectée, et a parfois des absences. Notamment quand le ver prend le contrôle. Mais quelqu’un semble se servir d’elle pour infecter Morrow. Pendant ce temps, des gens sont retrouvés assassinés par des monstres que le docteur identifie comme une Soucouyant (Dans le folklore des Caraïbes, la Soucouyant est une vielle femme qui retire sa peau la nuit et, sous l’apparence d’une boule de feu avec un visage, entre dans les maisons et suce le sang de ses victimes.) et un Penanggalan (un vampire du folklore de l’Asie du Sud-est comme les Philippines ou l’Indonésie, et qui se caractérise par une tête flottante d’où pendouille les boyaux qui se détache de son corps pour aller dévorer les fœtus dans le ventre des mamans.) En gros les plus mignons des obscurs monstres de mythologies peu connues.

Il va s’avérer que ce sont les assistants du sorcier Peter Tiberius Nostrum qui sont maudits et ce trio de vilains essaie de dérober des secrets au bon docteur. L’intrigue menace cette fois dangereusement la vie de Morrow, il y a une évolution des rapports entre les personnages, un passage de baston « mystique » entre la forme astrale du docteur et le Strigoi, et également une jouissive référence à HELLRAISER lorsque Morrow convoque des créatures étranges d’une autre dimension appelés les Chirurgiens. Ils sont détenteurs de secrets mais également extrêmement dangereux et ont clairement une allure de Cénobites.

Nous sommes les chirurgiens. Qui nous a appelés ?  ©Skybound Entertainment ©Delcourt Un docteur plus à l’aise avec les démons qu’avec les femmes  ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Nous sommes les chirurgiens. Qui nous a appelés ?
©Skybound Entertainment ©Delcourt

Bref, en gros les antagonistes de ce récit cherchent à se libérer d’une malédiction mais sans devoir en payer le prix et usent de méthodes discutables. Nos héros vont donc devoir les arrêter, aidés de Catrina et aussi de Charlotte une fois qu’ils auront réussi à lui faire comprendre qu’on se sert d’elle.
Bref vous l’aurez compris, c’est du délire horrificomique (oui j’invente des mots si je veux !) très divertissant avec des personnages amusants, un dessin très efficace pas du tout glamour qui convient très bien à l’ambiance. Seul défaut : ce n’est pas plus long. Apparemment ça n’a pas rencontré de franc succès et même si le format « courtes histoires » garantit que vous n’allez pas vous retrouver avec un « à suivre » frustrant à la fin du tome 2, eh bien on aurait apprécié encore de lire quelques histoires avec ces personnages, et peut être avoir une évolution de certains statuts (Penny va-t-elle rester possédée ? Le docteur Morrow va-t-il trouver l’amour ? etc.)

Mais bon ce n’est pas bien grave. Le tome 2 a une conclusion. Et c’est toujours mieux d’avoir une courte série originale que n’avoir rien du tout.
En gros je conseille. Ce n’est pas un chef d’œuvre ni une lecture profonde et intello, mais un très bon divertissement politiquement incorrect à l’humour noir et référentiel. Si vous êtes fan d’horreur, des séries B des années 80, de Lovecraft, c’est un comics à tenter.

Oups, Penny a mangé le corps du Penanggalan  ©Skybound Entertainment ©Delcourt

Oups, Penny a mangé le corps du Penanggalan
©Skybound Entertainment ©Delcourt

——
Amateurs de Lovecraft et de Hellraiser, de démons, de body-horror et de mucus comme s’il en coulait, Mattie-Boy vous a dégoté le  Démon de minuit : Witchdoctor, paru chez Delcourt.  Une review complète à découvrir chez Bruce Lit.

35 comments

  • Présence  

    Ce comics m’avait tenté à plusieurs reprises, mais je n’avais pas sauté le pas faute d’en savoir plus dessus. Merci donc pour cette présentation très vivante. Horrificomique : je retiens et je trouve ça très parlant.

  • Léo Deroclès  

    Hello,

    J’en ai entendu parler mais je n’ai jamais sauté le pas pour le lire.
    En lisant ta description du strigoi dans le comics, j’ai tout de suite pensé à des similitudes avec les vampires de la saga du Necroscope dont l’auteur est également un fan de Lovecraft…

  • Tornado  

    Mais que se passe-t-il cette semaine où chaque article me donne envie d’acheter immédiatement un truc dont je n’avais jamais entendu parler !
    Evidemment, entant que lecture purement divertissante, il y a tout ce que j’aime ici !
    Je le mets dans une file d’attente alors…

    « Strigoi » Il me semble que c’est ce que crie Gary Oldman au loup blanc échappé du zoo dans le Dracula de Coppola.

    • Bruce lit  

      C’est la thématique « Délirant » n’oublie pas !
      Beaucoup de monstres pour moi, mais je vais faire un effort si je trouve ça chez Delcourt. Après tout pas mal de planches ressemblent à du Ito.
      Je finis ce soir la deuxième saison de PENNY DREADFULL. C’est toujours aussi bien, même si je trouve que ça commence déjà à faire du surplace.

      • Matt  

        La saison 3 est plus rythmée, ça bouge beaucoup, et certains trouvent même que c’est précipité. Normal ils ont du boucler le truc faute de suffisamment d’audience. Donc tu n’auras pas le sentiment que ça fait du surplace dans la saison 3.
        Tu pourras trouver la fin trop rapide aussi. Mais bon…moi ça me va parce que lorsque les séries ont suffisamment d’audience, elles durent 40 saisons. Donc bon…au final je préfère que ça se termine comme ça^^

        • Bruce lit  

          OK je verrais.
          Je trouve que à part Vanessa Yves, on perd u peu de vue les autres personnages. Frankenstein est sous développé mais ça reste très très correct.

          • Matt  

            On s’intéresse à Chandler dans la saison 3 et l’histoire de son père en Amérique.
            Frankenstein va juste continuer sa relation qui tourne au vinaigre avec son monstre féminin.
            Dorian Gray va rester un immortel amoral, qui trompe l’ennui…mais au final seul.
            La créature de Frankenstein va retrouver sa famille et va continuer d’être déchiré entre son bon fond et sa colère.

            Y’a Jekyll qui se pointe dans la saison 3 et c’est peut être un truc inutile vu qu’il ne sera pas là assez longtemps pour que ça serve à quoi que ce soit.
            Mais les autres persos ont davantage de temps d’écran dans la saison 3.

          • Jyrille  

            Merci Mattie pour la présentation, je ne connais ni les auteurs ni la bd. Cela a l’air très sympa et en dehors des horreurs décrites, les dessins semblent de très bonne facture (comprendre : ils ne me déplaisent pas). Peut-être à l’occasion mais bon. Merci pour le portefeuille !

            Les Archaeons ne me disent rien dans les Lovecraft que j’ai relus… Tu as une référence ? Je ne connaissais pas non plus la Soucouyant, terrible.

            La BO : je ne connais pas assez mais en général j’aime bien. Je l’écouterai.

          • Jyrille  

            Tu as raison Bruce, par contre je trouve toujours admirable la bible graphique : les costumes, décors, l’ambiance, la photo sont vraiment très belles et travaillées.

      • Matt  

        Tiens alors d’après Tornado, la référence à Penny Dreadful vient de petits magazines horrifiques cheapos qui coutaient un penny.

        « The expression is American and came into use in the late 19th century as a pejorative term for the numerous cheap crime magazines that purveyed poorly written and hackneyed storylines. »

        C’est pour ça que dans la série TV, en fait, Penny Dreadful ne veut rien dire et ne désigne personne^^
        Par contre dans ce comics c’est le diminutif de Penelope l’assistante possédée super dangereuse.

    • Matt  

      « Bien qu’il n’y a pas de mention écrite de légendes de strigoï avant le XVIe siècle, pour l’auteur protochroniste Adrian Cremene dans son livre Mythologie du strigoï en Roumanie, les strigoï sont des créatures de la mythologie dace, comme une représentation des esprits des morts dont les âmes n’étaient pas dignes d’entrer dans le paradis de Zalmoxis, à cause de leurs mauvaises actions. Il appuie cette supposition sur l’étymologie, car le mot strigoï a la même origine que stryge et fait partie du même fond mythologique que le vârcolac qui désigne, dans la langue courante, un loup-garou. On retrouve ces légendes à travers tous les Balkans, mais, comme elles ont été transmises uniquement par tradition orale, des transformations ont eu lieu. Ainsi, les strigoï sont devenus, comme les vârcolaci, des créatures maléfiques détruisant et pervertissant l’âme des vivants. Les strigoï sont des morts-vivants assoiffés de sang, tandis que les vârcolaci sont des entités immatérielles qui ne se nourrissent que d’esprits et, au moment des éclipses, de la lumière du soleil et de la lune »

      Voilà^^
      Mais dans le comics, c’est un gros ver dégueu qui se substitue à la langue.
      Pour les autres bestioles mentionnées, par contre, c’est assez proche du folklore des pays mentionnés : le Pennangalan est très fidèle à la description du monstre mythologique. La Soucouyant n’est pas une boule de feu par contre mais une boule de chair à moitié transparente^^ Mais j’ai trouvé ça sympa d’aller chercher des monstres obscurs mais qui existent dans des cultures lointaines. Surtout qu’ils sont complètement WTF comme monstres. Le choc des cultures, tout ça…

      Tu dis souvent que les lectures purement divertissantes ne sont pas trop ta came, tu veux du réflexif et tout ça…mais si tu penses que ça peut t’intéresser, il y a clairement tout ce que tu aimes dedans^^ Du Warren Publishing en mode comique et clairement plus graphique niveau gore. Et la courte histoire sur le culte des hommes poissons et les Archaeons c’est complètement du Lovecraft. Avec une créature du lac noir au design revisité d’ailleurs (visible sur le 3eme scan, avec Penny qui veut le bouffer)

      • Tornado  

        Je préfère les lectures qui sont, soit :
        1- Riche d’un sous-texte.
        2- Conceptuelle, avec une ambiance.
        Dans cette seconde catégorie, un truc purement divertissant et référentiel, c’est très bien.
        Je n’aime pas :
        1- Les récits naturalistes.
        2- Le divertissement fun avec rien derrière.

        • Matt  

          Mais avant de pouvoir faire un truc référentiel, il faut faire un truc sans rien derrière^^
          Par exemple, t’aimes pas les super héros old school, mais tu peux aimer un comics conceptuel mieux fichu et mieux raconté qui fait des références à un genre super-héroïque. Donc au final tu peux aimer un truc qui fait référence à un truc que tu n’aimes pas^^
          Donc en gros…les trucs que tu n’aimes pas ont besoin d’exister quand même :-P

      • Présence  

        Merci beaucoup pour la page culturelle, car j’avais la flemme d’aller chercher par moi-même.

  • Eddy Vanleffe  

    Bravo Mattie Boy d’exhumer ce titre peu connue et sans lendemain.
    Il est bien fun et bien original comme comics.
    C’est rigolard et assez bien foutu en terme d’atmosphère…
    Bien sûr ça a le parfum d’un pitch de série TV mais bon…
    une corde supplémentaire à l’arc de Bruce lit.

  • Jyrille  

    Merci Mattie pour la présentation, je ne connais ni les auteurs ni la bd. Cela a l’air très sympa et en dehors des horreurs décrites, les dessins semblent de très bonne facture (comprendre : ils ne me déplaisent pas). Peut-être à l’occasion mais bon. Merci pour le portefeuille !

    Les Archaeons ne me disent rien dans les Lovecraft que j’ai relus… Tu as une référence ? Je ne connaissais pas non plus la Soucouyant, terrible.

    La BO : je ne connais pas assez mais en général j’aime bien. Je l’écouterai.

    • Matt  

      Non les Archaeons sont inventés dans le comics mais leur description est la même que les grands anciens de Lovecraft.

      • Jyrille  

        Aaah ok je comprends mieux. Les hommes-poissons par contre je connais. Je t’ai dit que Cauchemar à Innsmouth est une des meilleures de Lovecraft ?

        • Matt  

          J’ai lu beaucoup de Lovecraft. Mes nouvelles préférées doivent être :

          -le cauchemar d’Innsmouth
          -celui qui chuchotait dans le noir
          -la couleur tombée du ciel
          -je suis d’ailleurs
          -la musique d’Erich Zann
          -le temple (où un sous marin allemand découvre une cité sous marine)

          • Tornado  

            « Celui Qui Hantait les Ténèbres » est ma nouvelle préférée.
            Toutes celles que tu as citées sont super aussi. J’ai également adoré « L’Horreur à Red Hook » et « La Maison Maudite ».

          • Matt  

            Je ne me souviens plus de quoi parle « celui qui hantait les ténèbres »

          • Tornado  

            Un écrivain s’enferme dans une grande chambre et repère un clocher noir qui surplombe la ville. Attiré, il va entrer dans une immense église délabrée et réveiller un dormeur d’un autre monde…
            Il y a une ambiance dingue dans cette nouvelle. Je l’adore.
            Ah ! Et bien évidemment il y a « L’Appel de Cthuluh » aussi dans mes préférées.

            @Cyrille : Je change de sujet mais j’ai vu que l’intégrale CAPRICORNE par Andreas est en noir et blanc, alors que les albums étaient en couleur. Que penses-tu de ce choix ?

          • Eddy Vanleffe  

            J’aime bien La musique d’Erich Zahn et celui qui chuchotait dans les ténèbres et Je suis d’ailleurs m’a terriblement marqué et les MOntagnes Hallucinées qui est aussi ma première de lui…

          • Jyrille  

            La musique d’Erich Zann ne m’a pas, après relecture, parue tellement marquante. Je ne vois plus trop les autres (je dois mélanger les titres, à part évidemment L’appel de Cthulhu) mais la dernière que j’ai relue, Les montagnes hallucinées, est beaucoup moins pénible que dans mon souvenir. Elle est totalement épique, érudite, moderne, c’est une somme !

            Le trait de Andreas se marie parfaitement avec le noir et blanc mais pour Capricorne je trouve ça dommage, surtout que certains albums jouent justement sur la couleur (celui sans titre qui est totalement muet et New York, où la ville est coupée en deux mondes distincts, dont un totalement rouge).

          • Eddy Vanleffe  

            ANDREAS un des auteurs les plus marquant graphiquement parlant, toujours en train de tester, de tenter de faire des choses…
            un story teller hors pair.

          • Matt  

            Oui les montagnes hallucinées et l’appel de Cthulhu sont à ajouter à ma liste.
            Et je persiste à dire que la musique d’Erich Zann est bien^^ Pour moi.
            Je sais pas, y’a un truc poétique et inquiétant, même s’il se passe pas grand chose. J’aime bien.

            Le temple, je l’ai découverte récemment dans les nouvelles trad Bragelonne. Et là je me suis dit que le concept de l’équipage qui devient fou à cause d’une influence maléfique, ça date pas d’hier^^ Et Dorison s’en est bien inspiré pour la BD Sanctuaire.

          • Matt  

            Faut toujours que je lise Cromwell Stone de Andreas.
            Mais faut qu’on arrête de parler en fait, car à chaque échange la liste de trucs à lire ou acheter s’allonge. Et au bout d’un moment, faut dire stop^^

  • Tornado  

    Andreas : Je pense quand même me prendre l’intégrale en NB. 4 recueils à 29 euros publiés en un an regroupant chacun 5 albums, c’est trop tentant. Même si effectivement c’est dommage pour la perte de la couleur. Mais bon, c’est Andreas. Ça envoie du lourd en NB quand même.

    Lovecraft : Horacio Lalia a (entre autres) dessiné une adaptation assez réussie de « Celui Qui Hantait les Ténèbres.
    « Les Montagnes Hallucinées » et « Dans L’Abime du Temps » : Je les ai trouvées un peu pénibles parce que je les ai lues en premier. Je pense qu’il faut faire l’inverse (les lire en dernier, une fois qu’on est bien familiarisé avec l’univers des Grands Anciens).

    • Matt  

      C’est pas un peu trop littéral les adaptations de Horacio Lalia ? Enfin c’est pas lui qui colle des extraits du texte original sur des images, tout simplement ? Toi qui aime les adaptations plus libres…c’est pas contradictoire ?

    • Jyrille  

      Ah mais tu as raison pour l’intégrale, si j’étais dans ta situation je ferai pareil. De mon côté il faudrait que je m’offre ARQ et CROMWELL STONE…

  • Tornado  

    J’ai dit ça moi ? Il me semble que j’aime bien les deux. J’aime beaucoup les adaptations très littérales de Conan par Roy Thomas (qui colle également le texte originel sur les vignettes). Et j’aime tout autant celles de Dark Horse, souvent plus libres.

    • Matt  

      Ah ok. Bon…j’ai rien dit^^

    • Bruce lit  

      A propos de Conan, j’ai lu cette semaine celui de Robin Hecht. Pas le chef d’oeuvre du siècle mais un excellent divertissement.

      • Matt  

        C’est le tome 4 de la série Conan le cimmérien c’est ça ? Les auteurs varient selon les tomes.
        Le truc c’est que la fille du géant de gel, j’ai lu la nouvelle et aussi la version de Thomas et Barry Windsor Smith…je commence à connaître^^
        Enfin…c’est surtout une excuse à la con pour que j’arrête de m’intéresser à tout. Parce que manque de place, les finances, tout ça…

        • Bruce lit  

          Oui, c’est ça.
          J’ai bien aimé ressentir cette impression de relire mes premiers THORGAL.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *