Elonan Heroes (ITW Fanzine)

Interview de H.Nico par CYRILLE M

Les quatre numéros

Les quatre numéros

H.Nico a fait les frais du planning chargé de Bruce Lit. Il m’a contacté en juin 2016 alors que j’étais en congés pour faire connaître sa fanzine Elonan Comics. L’interview s’est faîte pour notre ennoyé spécial Cyrille via mail pour que le résultat vous parvienne enfin en 2017. L’occasion était trop belle d’aider un peu nos artisans du comics -Bruce

H.Nico, fondateur de Elonan Comics, a gentiment voulu répondre à mes questions via la messagerie instantanée de Facebook, après des mois de patience et m’avoir envoyé deux numéros de Elonan Heroes, le premier et le quatrième.elo-bonus-2

Elonan Heroes, est-ce d’abord un fanzine, une association ou une bande de potes ?

Au début une association. Le fanzine en a découlé et depuis, on est une bande de potes, des vrais… qui se réunissent et s’éclatent à travers une passion commune : la bande dessinée !

Comment est née cette association ?

Quelques mois avant la création d’Elonan, j’avais sorti mon premier album BD « L’enfant lumière ». Grâce à cette auto-édition, j’ai commencé à promener mes crayons pour dédicacer sur des festivals BD. J’y ai rencontré divers auteurs et j’ai commencé à sympathiser avec bon nombre d’entre eux, qui galéraient aussi à se faire connaître. C’est ainsi que l’idée d’un projet collaboratif a commencé à germer.

J’ai demandé à ma femme si ça la bottait de devenir la présidente de notre association. Elle a accepté et en 2011, nous avons fondé Elonan Comics. Imanol Dameck fut le premier dessinateur à avoir été séduit par le concept et à rejoindre l’équipe. Aujourd’hui Elonan compte une trentaine d’adhérents (auteurs ou non) et une quinzaine d’auteurs a travaillé sur nos publications. L’équipe n’a de cessé de se développer et nous avons encore plein de place pour accueillir des petits nouveaux, avis aux amateurs !

elo_1
C’est pour cela que tu es le principal scénariste des aventures contées dans Elonan Heroes ?

Oui, je tiens à rester le scénariste, pour garder une continuité de l’ensemble. Mais même si j’écris les histoires, je ne suis pas pour autant fermé aux différentes idées et propositions des dessineux qui bossent avec moi.

Certains d’entre eux, comme Chezmi ou Pierre Champion sont de bon conseil et apportent beaucoup aux personnages !

Chaque dessinateur ayant un style bien à lui, j’essaie d’adapter mes histoires à leurs coups de crayons. Imanol étant parfait pour un Doc Magic délirant, et Zeddero pour un Borg bien violent, hors de question de les confronter à un scénario qui ne leur ressemblerait pas ! On essaie ainsi de plaire à tout le monde, à travers des histoires différentes, mais cohérentes (exercice difficile, mais je pense qu’on s’en tire bien).

Tu as donc créé ton univers de super-héros, qui regroupe différentes séries : Midknights, Doc Magic, Borg, La Bestiole… Tu collabores également avec d’autres fanzines, vous créez des cross-overs entre la série Barney et la série Borg. Tout cela tient-il de l’hommage ou d’un rêve ancien ?

Avant tout un hommage à toutes ces chouettes BD qui ont bercé mon enfance. Je rêvais de faire de la BD, pas forcément de créer une écurie de personnages. Ça s’est fait naturellement après la sortie sur le web du premier épisode de Barney, qui n’était pas encore estampillé « Elonan Comics ». Je me suis dit « pourquoi ne pas développer un univers de super-héros autour de Barney » ? Et voilà comment il est devenu le personnage central, notre mascotte ! Paradoxalement, cette mascotte est le seul protagoniste à ne pas avoir le look d’un super-héros. Je trouvais ça marrant de faire de lui un type en jean et marcel !

elo_2
Il a le look de Schwarzenegger dans Commando ou de Bruce Willis dans Die hard.

Tu as tout compris. Son look vestimentaire c’est John Mac Clane et beaucoup de ses répliques sont piquées à Arnold ! Hellthrasher s’inspire aussi de Schwarzie, car je suis un vrai fan ! Les films d’action m’influencent beaucoup. Quand j’ai créé Barney, j’ai pensé à Hellboy (version ciné) et à Savage Dragon. Résultat des courses, des lecteurs m’ont dit qu’il ressemblait à Hulk… pas facile de créer des personnages originaux de nos jours… Bien conscient de cette difficulté, j’essaie de la compenser par un traitement inédit de ce type de héros.

J’insère donc pas mal d’humour et de second degré dans mes BD. C’est devenu notre marque de fabrique. Mais cet humour ne signifie pas pour autant « parodie ». Beaucoup de gens assimilent nos productions à de la parodie. Ce qui est faux. Personnellement je ne vois pas ça comme de la parodie. Plutôt comme un fanzine, un truc fait par des fans qui veulent retrouver un certain esprit. Et oui, on a envie de retrouver l’esprit des publications qui nous plaisaient et qui nous manquent… en un mot, Strange !

Les logos, les couvertures, les tampons « Approved by the Elonan Code Authority », le type d’histoires, tout rappelle Marvel, à part Helltrasher (une sorte de Blade, le film) et la Bestiole, un personnage dépressif et alcoolique, qui tentent de donner une image un peu plus adulte du fanzine. Comptes-tu approfondir cette filiation, multiplier les héros, ou rester sur la même galerie ?

J’intègre de temps en temps quelques personnages secondaires (la Flèche, le Rider Rogers), pour étoffer l’univers. Mais je pense qu’ils resteront secondaires. On en est encore au stade où l’on essaie de se faire connaître, pas question pour l’heure de bombarder le lecteur avec une multitude de personnages différents. Nous resterons donc encore sur la même galerie de héros, pour l’instant…

elo_3

 

Je n’en suis pas certain, mais vous êtes tous amateurs non ? Où trouvez-vous le temps d’être si productifs, de courir les festivals, alimenter un blog, produire des histoires et les dessiner ?

On est des dingues ! Plus sérieusement je dirais que c’est une passion plus forte que tout, et ça nous donne des ailes ! On a une énergie débordante, on bosse dans une super ambiance et on fait tout pour que ça se ressente dans nos publications ! Plus on avance dans le temps et plus les retours des lecteurs nous poussent à aller encore plus loin !

Nous avons un solide noyau d’auteurs réguliers, et nous nous connaissons dans la vraie vie. Notre groupe de travail n’est pas juste virtuel. Les Elonan Boys, c’est une bande de potes qui se retrouvent dans des festivals pour créer, dessiner et déconner ! L’amitié est devenue la base de notre collaboration ! Et ça nous rend productifs, voilà (putain c’est beau).

elo_4
A part Marvel, les collaborateurs citent beaucoup d’auteurs de mangas, ou de bd franco-belge, cela se ressent surtout dans le style des traits qui rappellent les fanzines des années 80 en France, notamment Mino avec son humour potache. Il y a de grosses différences entre le premier tome de Elonan Heroes et le quatrième, comment vois-tu l’évolution prochaine du fanzine ?

On a commencé en douceur avec un illustrateur différent par histoire. On s’oriente de plus en plus vers des collaborations entre dessinateurs. Le coup d’essai a été le duel de 10 pages « Borg VS Barney » (dans Elonan Heroes 4), où chaque case est illustrée par un gars différent. Sur certains dessins, on peut découvrir des combos avec un crayonné et un encrage réalisé par deux auteurs distincts. Ça donne lieu à des perspectives intéressantes, que nous allons explorer de plus en plus !

Dernièrement nous avons renouvelé l’expérience avec une BD complètement dingue. Une histoire de douze pages réunissant à la fois tous nos personnages et une dizaine de nos auteurs. Elle est parue dans le dernier numéro d’un fanzine dont j’ai oublié le nom… Je crois que c’est « Ganesha », ou un truc comme ça… Un numéro consacré aux super-héros, nous ne pouvions pas passer à côté. J’aime expérimenter de nouvelles choses… et ce que l’on vous prépare pour Elonan Heroes 5 risque de vous surprendre !

Concrètement, comment travaillez-vous ? Par correspondance, dans un studio, tous ensemble ?

Par correspondance essentiellement, sur un groupe virtuel où chacun a droit à la parole. On s’échange plein d’idées, on se critique, on se motive, on s’en prend plein la tronche… et quand on se retrouve sur des festivals, ou autour d’une grillade, on en fait de même. J’aimerais bien avoir un studio, mais nous sommes des auteurs venus d’un peu partout en France… Réunir tout le monde serait donc compliqué. Du coup, je suis bien content qu’Internet soit là pour nous simplifier la vie !

Donc, à la place d’un studio en commun, chaque auteur bosse tranquillement chez lui, sur sa table à dessin, avec une deadline au cul… et nous nous montrons fièrement nos beaux dessins et nos planches lors de nos nombreuses rencontres ! Parfois, on se troque même nos illustrations (si si).

elo_5

Chaque dessinateur fait-il son encrage, ses couleurs et son lettrage ?

Chacun fait son encrage, sauf rares exceptions (par exemple Imanol m’a encré sur un épisode de La Bestiole). Le lettrage, c’est mon affaire. Je demande même aux auteurs de ne pas dessiner de bulles (dans un but d’ajouter une harmonie supplémentaire à l’ensemble du magazine). Quant aux couleurs, c’est une tâche assez difficile que tout le monde ne souhaite pas relever. Je colorise moi-même pas mal d’histoires sur Elonan Heroes. Pierre Champion a colorisé l’ensemble du duel « Borg VS Barney »… La couleur reste un exercice assez particulier (et assez ingrat en vérité). J’ai beaucoup d’admiration pour les coloristes BD, car ils font un travail monstre et ne sont pas forcément mis en avant !

Mypreciousnico, qui est coloriste sur le Elonan N°1, a son nom écrit sur la couverture, je trouve ça important… au même titre que le scénariste et le dessinateur ! Idem pour Stef De La Drago, la nièce de Chezmi… Idem pour Vanessa, la compagne de Jekyll. Elles font un super boulot et je veux que ça se sache, bon sang de bois (comme dirait Barney) !

Je suis entièrement d’accord… C’est un travail de titan que vous effectuez, la réalisation m’épate : la maquette est luxueuse, sans publicités, avec du beau papier brillant, des couvertures solides, un grand soin apporté à l’édition : je n’ai soulevé aucune faute de grammaire ou d’orthographe ! Comment soulevez-vous autant de fonds et d’attention ?

Je dirais qu’on est une bonne équipe, c’est aussi simple que ça ! Pour la grammaire et l’orthographe, j’ai juste de la chance d’être plus doué en français qu’en dessin !

elo_6

Mais la mise en page, l’impression, la distribution, vous faites tout vous-mêmes ?

Presque tout. On ne s’occupe pas de l’impression proprement dite. Par contre on met en place le fichier destiné à l’impression, avec un soin apporté à la pagination (c’est important que telle ou telle page soit à droite ou à gauche). Par contre on paye un imprimeur pour le reste (chacun son métier).

Quel est votre tirage ?

Des petits tirages de 50 exemplaires. Réédités en cas d’épuisement de stock (le premier Elonan a été imprimé, à ce jour, à pas loin de 300 exemplaires). C’est de la micro-édition hein !

C’est pas mal je trouve ! Quels sont vos lecteurs ? Quels sont les festivals auxquels vous participez ?

On s’est essayé à des festivals orientés comics mais on ne souhaite pas être sectorisé. On est aussi présents sur des salons du livre et en majorité sur des festivals BD qui favorisent les publications pour les jeunes. On a beaucoup d’enfants parmi nos lecteurs, mais aussi pas mal de nostalgiques de l’époque Lug/Semic… et pas mal de filles (eh oui).

Depuis 2011 et la création d’Elonan nous avons une quarantaine de festivals à notre actif. Nous arrivons à distribuer quelques BD par correspondance, mais l’essentiel de nos rencontres avec les lecteurs se font « sur le terrain ». Sur chacune de nos séances de dédicace, nous essayons d’apporter une touche d’originalité. Notre nouveau trip, c’est de venir sur un stand, habillé en Doc Magic ou La Bestiole. Ça plaît au public et ça lui montre que nous ne sommes pas tout seul dans nos têtes ! Cette année d’ailleurs, nous participons pour la première fois à un très gros événement : le festival « BD Boum » à Blois. J’avoue que ça fout le trac…

elo_7

Concernant le contenu, outre la nostalgie flagrante, il y a surtout une volonté de distraction, d’aventures épiques qui servent de défouloir, que ce soit par la violence, les dialogues ou les situations scabreuses. Penses-tu que le ton changera pour des histoires moins immédiates, ou préfères-tu améliorer le ton comme tu le disais avant ?

Oui, il y aura des changements, des histoires plus complexes, des situations inédites… Mais rien que ne pourra trahir l’esprit de l’ensemble, auquel nous essayons d’habituer nos lecteurs.

La Bestiole par exemple, qui reste pour l’instant une espèce de « Spider-Man alcoolique » … j’ai quelques idées en tête pour lui pourrir la vie… des situations qui risquent de beaucoup moins vous faire rire ! Mais tout en restant cohérent avec les épisodes précédents. Nos histoires demeureront distrayantes, vous n’y trouverez jamais de message à caractère politique ou de critique sur notre société (ou alors gentiment). Le but est de détendre nos lecteurs, qu’ils puissent poser leur cerveau et s’en prendre plein la vue, comme devant un bon blockbuster estival !

D’où vient le nom Elonan ?

De mes plus fidèles lecteurs, mes enfants Eloïse & Ronan. Du coup, il faudrait prononcer « EloNent » mais j’aime dire « Elonane », ça fait plus améwicain.

Alors il faut créer le complément Roïse !

Non, ça fait trop biblique.

elo_8

Dernière question, Nico : lorsque tu écris ou dessines, que mets-tu en bande son ?

Essentiellement du Prince, dont je suis un grand fan. Beaucoup de mes histoires ont donc été écrites sur fond de musique funky, même si j’écoute de tout, à partir du moment où c’est bon !

Et maintenant la question de mon boss que je dois poser sous peine de tortures : un petit mot pour les lecteurs de Bruce Lit ?

Un petit mot ? Bien sûr : lisez les articles de Bruce Lit, les gens ! Vous ne vous rendez pas compte de la chance de disposer d’une telle source d’informations offerte par de vrais passionnés ! C’est pour des sites comme ça que je suis content d’avoir internet !

elo_9

—–

La BO du jour : H.Nico, Imanol Dameck, Stef De La Drago… l’équipe Elonan regroupe des pseudos aventureux et imaginatifs ! Et toi, c’est quoi ton nom ?

 

7 comments

  • Bruce lit  

    Une interview très pro d’amateurs autoproclamés ! Good to have you back Cyrille !
    C’est mignon ce couple de geek : j’imagine trop la scène où HNico propose à sa femme…..Tu veux être présidente ?
    Je n’ai jamais investi dans des fanzines, à part Scarce ni en BD ni en musique. Tout simplement parce que, vas en trouver quand tu es ado à Epinay sur Seine !
    L’enthousiasme des gars de Elonan rappelle celle de ma team.
    Longue vie à vous Elonan et encore désolé pour le timing.
    Better Late than never ;)

    • Jyrille  

      Oui, j’ai adoré discuter avec H Nico, comme tu le dis, on sent une vraie ambition et émulation de cette équipe, sans doute plus fofolle que la nôtre, et je reste admiratif d’autant d’abnégation. Merci à lui d’avoir attendu si longtemps ma disponibilité (j’ai lu les numéros pendant l’été faute de temps) puis celui du planning brucien ! Et puis un peu de Prince ne fait jamais de mal. C’est marrant que tu dises une fanzine, moi je prends ce mot au masculin…

  • Matt  

    C’est intéressant et agréable de voir une bande potes se réunir autour d’une passion.
    J’avoue ne jamais avoir entendu parler d’eux cela dit. Mais j’imagine que c’était aussi remédier à cela que tu as fait cette interview.
    Je n’ai jamais non plus investi dans les fanzines. Mais on sait qu’il peut en sortir de bonnes choses. Eric Liberge a lui-même débuté là dedans.
    Merci à toi pour cette découverte Jyrille. Je ne suis pas certain d’être intéressé (ça paraît méchant de dire ça quand il s’agit de gens qui cherchent à se faire connaître…) mais en tous cas il est important d’en parler.

  • Tornado  

    Quand j’étais au lycée, on avait créé un fanzine avec les copains de ma classe. Il avait un nom vachement modeste : « Elite » ! (Hem…)
    Comme un couillon, je n’en ai gardé aucun exemplaire et il a donc aujourd’hui complètement disparu… Ma contribution y était toutefois très modeste. Je devais être davantage présent sur le 2° numéro, mais il n’a jamais vu le jour…
    Avec le recul, c’était très sympa mais ma contribution au blog est un peu dans le même esprit quand j’y pense.

  • Jekyll  

    Chouette article! ^^

    HNico est un vrai passionné, et c’est un plaisir de voir Elonan se développer ainsi!

  • Présence  

    Total respect ! C’est très impressionnant de découvrir ainsi des créateurs qui ont su faire exister leur rêve par le biais d’un fanzine.. Je suis épaté par ce mode collaboratif dématérialisé qui se renforce par des rencontres dans le monde réel au gré de salons de la bande dessinée, un mode de fonctionnement organique et chaleureux.

    Il y a plusieurs décennies de cela, j’ai également collaboré à un fanzine qui était, déjà à l’époque, un fanzine de critiques de comics de superhéros.

  • JP Nguyen  

    Pour paraphraser Présence, « Total respect », pour ces passionnés, même si, comme Matt, je dois avouer ne pas être spécialement tenté par leur univers.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *