Girl Power ! (Le kung-fu féminin au cinéma)

Encyclopegeek : Le kung-fu féminin au cinéma

Article de MATTIE-BOY

Le Girls with guns source : back-row

Le Girls with guns
source : back-row

Cet article se veut complémentaire de celui sur les films de Jackie Chan. Il est temps que je vous parle d’autres films de baston hong-kongais de cette époque, mais sans Jackie cette fois.
Je vous propose une rétrospective chronologique de films illustrant l’émergence d’un sous-genre du film de kung-fu qui a fait fureur à Hong Kong à l’époque : le Girls with guns (croyez-moi, la baston à mains nues est bien présente.)

Alors ça a commencé comment cette histoire de Girls with guns ? Eh bien sans parler des premières héroïnes des wuxia pian (films de sabre chinois) de la Shaw Brothers (Cheng Pei-Pei dans L’HIRONDELLE D’OR par exemple), les femmes commencèrent à débarquer dans des films martiaux contemporains de type polar/action sous l’impulsion encore une fois de Sammo Hung dont je parlais dans mon article sur son comparse Jackie Chan.

Vous avez tous surement déjà vu Sammo, cet artiste martial bedonnant (mais qui bouge bien pour sa corpulence !) C’était un réalisateur qui a renouvelé les genres du cinéma d’action hong-kongais dans les années 80 (westerns chinois, kung-fu comédies, polars d’action.) Avant de produire des Girls with guns, il était d’ailleurs le chorégraphe d’une des premières figures de ces films : Angela Mao (mal connue chez nous, elle joue la sœur de Bruce Lee dans OPERATION DRAGON .)

Des vedettes féminines : Cynthia Khan, Michiko Nishiwaki, Moon Lee et Yukari Oshima

Des vedettes féminines : Cynthia Khan, Michiko Nishiwaki, Moon Lee et Yukari Oshima

YES, MADAM de Corey Yuen (1985)

Justement, en 1985, Sammo produisit un film réalisé par Corey Yuen : YES, MADAM ( LE SENS DU DEVOIR 2 .) Ne réfléchissez pas trop à la numérotation, le 2 a été réalisé avant le 1, c’est le bazar, c’est…c’est comme STAR WARS, voilà !
Ce film nous raconte l’histoire de deux policières aux méthodes musclées, l’une hong-kongaise (Michelle Yeoh), l’autre anglaise (Cynthia Rothrock) contraintes de coopérer pour récupérer une preuve qui permettrait d’arrêter Mr. Tin, un caïd intouchable. Mais cette preuve est involontairement dérobée par 3 escrocs minables qui volent des passeports pour les refourguer.

Ce film marque l’arrivée d’une personnalité assez singulière dans ce type de films : Cynthia Rothrock, une américaine au palmarès impressionnant. Détentrice de six ceintures noires en Tang Soo do, Taekwondo, Eagle Claw, Wushu, Northern Shaolin et Pai Lum Tao (des arts martiaux coréens et chinois, anciens et contemporains), elle a également été double championne du monde en Taekwondo (à mains nues et armée) de 1981 à 1985. Son record est resté inégalé depuis, et suite à son succès, elle décrocha un rôle (qui devait être masculin…mais sans doute a-t-elle impressionné les producteurs) dans un film hong-kongais.

C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée à partager l’affiche avec une jeune Michelle Yeoh, qui débutait dans les arts martiaux mais s’impliquait beaucoup (une formation de danseuse l’aida dans son apprentissage.) Michelle est également complètement déchainée dans ce film et se la joue Jackie Chan en faisant toutes ses cascades elle-même sans doublure. En bref dans ce film qui est un des premiers piliers du Girls with guns, deux combattantes impressionnantes vont défoncer correctement du vilain.
Honnêtement, si l’histoire du film est sympa et le final carrément génial avec des combats ébouriffants, le film souffre tout de même d’une partie comédie trop envahissante et lourdingue (les 3 escrocs sont les comiques du film, mais ils en font trop.) C’est un peu dommage mais ce film propulsa en tous cas les deux actrices au rang de stars.

Parmi les premières : Michelle Yeoh et Cynthia Rothrock ©Fortune Star ©HK video source : screenslate

Parmi les premières : Michelle Yeoh et Cynthia Rothrock
©Fortune Star ©HK video
source : screenslate

MY LUCKY STARS de Sammo Hung (1985)

Parallèlement à ce film, la même année 1985, Sammo Hung réalise MY LUCKY STARS (LE FLIC DE HONG KONG), vendu en France comme un film de Jackie Chan alors qu’il apparait assez peu, et aux côtés de ses comparses de l’époque Sammo et Yuen Biao. Dans ce film Sammo met en scène quelques petites scènes d’action entre filles comme lorsque Sibelle Hu (qui n’est pas une combattante, mais le montage en donne l’illusion) affronte la japonaise bodybuildée Michiko Nishiwaki (cascadeuse et artiste martiale à la carrure mémorable.) Je passe rapidement sur le film puisque ce n’est pas un Girls with guns mais il fait partie de l’évolution de ce type de cinéma puisqu’on retrouvera Sibelle et Michiko dans d’autres films plus tard. Le film est bon mais c’est une comédie bien débile, il faut aimer le genre.

ROYAL WARRIORS de David Chung (1986)

En 1986, Michelle Yeoh reprend son rôle de flic dans ROYAL WARRIORS (qui sera ensuite déclaré premier opus de la saga LE SENS DU DEVOIR .)
En stoppant l’évasion d’un prisonnier extradé en avion, l’officier de police Michelle Yip (Michelle Yeoh) et deux hommes qu’elle rencontre dans l’avion (un ex-policier japonais et un agent de sécurité chinois) vont s’attirer la colère des frères d’armes de ces criminels. L’assassinat de la famille du japonais va déclencher une vendetta terrible.
Le film est bien plus sérieux que YES, MADAM et les innocents tombent sous les balles sans pitié.

En termes d’action, c’est la formule typique de ce qu’on trouve dans les polars urbains hong-kongais de l’époque : des cascades 100% réelles et dangereuses à bord de véhicules, des gunfight et des combats à mains nues impressionnants. On retrouve aux côtés de Michelle Yeoh, Hiroyuki Sanada (oui, le mec de SAN KU KAÏ) dans le rôle du père en deuil bien énervé qui s’en sort pas mal aussi pour foutre des high kick dans la gueule des méchants, ainsi qu’un Michael Wong dans le rôle du beau gosse un peu idiot et maladroit.
Le film est plus constant qualitativement parlant, mais à côté de cela, l’histoire est plus simple. On ne boude cependant pas notre plaisir devant les scènes d’action.

SHANGHAÏ EXPRESS de Sammo Hung (1986)

En parallèle, suite au succès de YES, MADAM , Sammo Hung donnera à Cynthia Rothrock un petit rôle secondaire dans SHANGHAÏ EXPRESS , sans doute un de ses meilleurs films.
Dans les années 1920, Ching (Sammo Hung), un hors-la-loi, décide de se racheter une conduite (à sa façon) en faisant fructifier les affaires de son vieux village perdu dans le désert. Il va réaménager l’hôtel et va faire sauter la voie ferrée pour pousser les passagers d’un train à venir trouver le gîte et le couvert dans le village. Mais dans ce train, il y a aussi des japonais en possession d’une carte menant à un trésor national. Et des truands attendaient leur moment pour la leur piquer. L’attentat de Sammo compromet leurs plans et ils vont devoir s’installer avec tout le monde dans le village.

Le reste du film est simple : pas mal de situations comiques improbables dans les chambres de l’hôtel entre les méchants qui espionnent et des maris qui trompent leur femme, et une grosse baston lorsque les truands décideront de passer à l’attaque et prendre le village en otage.
Cynthia Rothrock joue le rôle d’une des mercenaires aux ordres du grand patron et même si elle n’apparait pas longtemps, elle affronte Sammo Hung lors d’un sympathique combat. Dans le rôle d’une japonaise, on trouve également la future star Yukari Oshima qui deviendra une autre vedette des Girls with guns par la suite.
En tous cas SHANGHAÏ EXPRESS mérite d’être vu et j’étais obligé de le mentionner. C’est un film très rythmé qui a l’allure d’une grosse production. Le film bénéficie de beaux décors, d’une bonne ambiance de western dans ce village perdu, de beaucoup de stars de l’époque, de nombreux rebondissements et d’un humour efficace.

RIGHTING WRONGS de Corey Yuen (1986)

Devenue une star à Hong Kong, Cynthia Rothrock partagera l’affiche avec Yuen Biao la même année dans RIGHTING WRONGS (UNE FLIC DE CHOC .) Certes, Yuen Biao est quasiment le personnage principal, mais sans doute était-il difficile de donner le rôle titre à une gweilo (une étrangère) qui ne maitrisait pas la langue locale. Toujours est-il que cela reste un film important et surement le meilleur de la filmographie de Cynthia Rothrock (sans compter SHANGHAÏ EXPRESS où son rôle est mineur.)

L’histoire est celle d’un avocat (Yuen Biao) qui, tel un certain Daredevil (voire un Punisher), va s’énerver de voir la justice laisser filer certains pourris, et va décider de se faire justice hors-tribunal la nuit en trucidant du gangster. Sa rage vengeresse va attirer l’attention de la police, et une femme flic (Cynthia Rothrock) va se mettre à le traquer. Evidemment à un certain moment, après un jeu du chat et de la souris, ils vont trouver plus dangereux et vont devoir tous deux affronter un plus gros poisson.
On retrouve la formule assez classique de ce genre de films. Ce qui change ici, c’est le ton du film qui est plus sombre avec un humour assez en retrait. L’intérêt du film réside dans certains rebondissements osés qu’on ne voit pas venir. On nous berne pas mal avec des personnages légers caricaturaux (le méchant qui ricane, le flic maladroit), pour finalement mieux les faire mourir sans pitié et laisser place à d’autres personnages (un vrai méchant sérieux et des héros très en colère.) Quant à l’action, il y en a. Et de la bonne !

On regrettera par la suite que Cynthia Rothrock ait le mal du pays et retourne aux USA. Abonnée aux séries Z et nanars mal foutus made in USA, sa carrière ne décollera jamais et c’est bien dommage quand on voit à quel point elle est plus douée et impressionnante que certains gros nazes comme Chuck Norris ou Steven Seagal qui ont eu leur part de succès.
Et si les hong-kongais sont très doués pour faire de bons films avec de petits budgets (au détriment parfois de certaines mesures de sécurité, il faut bien l’avouer), ce n’est pas le cas des américains.

 Les japonaises : Michiko Nishiwaki et Yukari Oshima ©Movie Impact Limited source : senscritique


Les japonaises : Michiko Nishiwaki et Yukari Oshima
©Movie Impact Limited
source : senscritique

La relève de Michelle Yeoh (qui stoppa sa carrière jusqu’en 1992) et Cynthia Rothrock, ce fut Yukari Oshima, Cynthia Khan et Moon Lee. Cynthia Khan (de son vrai nom Yang Li-tsing) doit son nom de scène à la popularité de Cynthia Rothrock et Michelle Khan (le pseudo de Michelle Yeoh qu’elle a abandonné par la suite.) Danseuse et pratiquante de Taekwondo, elle a un jeu de jambes également impressionnant.
Quant à la sino-japonaise Yukari Oshima, elle a appris un style de karaté, le Gōjū-ryū en étant l’élève de Sonny Chiba (Chiba Shin’ichi de son vrai nom japonais), célèbre artiste martial qui a percé également au cinéma dans les années 70.
Moon Lee est une danseuse et n’a pas de formation aux arts martiaux.
Dans une moindre mesure je pourrais aussi citer Michiko Nishiwaki dont j’ai parlé rapidement, mais en réalité elle fera peu de films et sera souvent cantonnée à des rôles mineurs de méchante.

IN THE LINE OF DUTY 3 de Brandy Yuen et Arthur Wong (1988)

En voilà un autre qui tend davantage vers le polar sérieux et violent. Cynthia Khan joue le rôle d’une nouvelle recrue dans la criminelle chargée de surveiller un inspecteur japonais (Fujioka Hiroshi) très énervé et en dehors de sa juridiction. Ce dernier veut venger un collègue assassiné par un couple de braqueurs assassins (Stuart Ong et Michiko Nishiwaki.) Ils vont finir par collaborer pour les arrêter. Les tueurs en question sont particulièrement brutaux et n’ont rien à perdre (l’homme ayant un cancer en phase terminale.) Ils ont également un dangereux complice (Dick Wei), et chacun finira par devoir assouvir une vengeance personnelle lors des affrontements contre la police. Ces derniers n’en seront que plus violents et intenses, et souvent fatals. Cynthia Khan affrontera évidemment Michiko Nishiwaki qui cette fois ne se contentera pas de nous montrer ses muscles mais…la totale. Oui, le film contient également une scène érotique torride entre les deux tueurs, chose assez rare dans ce genre de cinéma. Mais au-delà de renforcer le ton sérieux et plus adulte, cette scène donne aussi un peu de profondeur aux méchants qui vivent intensément comme s’il n’y avait pas de lendemain. Le film se garde bien tout de même de nous les rendre sympathiques mais ils ne sont pas des caricatures, ils sont humains, acharnés et désespérés.

Les nombreuses scènes de nuit et la musique un peu jazzy rapproche l’ambiance du film de celle du manga CITY HUNTER .
Les défauts de ce film ? Quelques scènes comiques qui n’ont rien à faire là et qui dénotent avec le ton violent du film, et une vendetta qui prend un peu trop le pas sur le reste des péripéties. Cela reste un bon film malgré tout.

ANGEL TERMINATORS 2 de Chan Lau et Tony Liu (1993)

C’est à présent au tour de Yukari Oshima et de Moon Lee, deux autres stars du Girls with guns.

Elles ont techniquement joué dans pas mal de films. Moon Lee fut la star de la trilogie ANGEL , et Yukari Oshima a joué dans des films comme DREAMING THE REALITY ou THE OUTLAW BROTHERS (dans lequel Michiko Nishiwaki joue encore les méchantes), de bons petits films. Seulement ils ne sont disponibles qu’en import, et je me suis fixé comme règle de ne parler que de films sortis en France (pour éviter l’article en 3 parties aussi…)
Alors, ANGEL TERMINATORS 2 , c’est quoi ? Déjà ce n’est pas la suite du premier, donc me gonflez pas avec les numéros, j’ai déjà donné ! (mais le premier se regarde bien aussi…et Michiko est présente, et encore méchante dedans.)

C’est un film qui réunit Yukari Oshima, Moon Lee et Sibelle Hu (vue dans MY LUCKY STARS .)
Caidie (Moon Lee) et sa bande de jeunes potes viennent accueillir leur amie Bullet (Yukari Oshima) qui sort de prison. Celle-ci est en froid avec son père, Bao (Jason Pai), officier de police et partenaire de Dayima (Sibelle Hu.) Les deux officiers de police enquêtent sur un certain Dasang, commanditaire de plusieurs braquages qui ont fini en bains de sang. Caidie et Bullet vont se retrouver entrainées dans cette affaire après que la bande de Dasang ait forcé une de leurs amies à se prostituer.
A ce stade de l’article, vous connaissez la formule. Elle ne change pas. Action, fusillades, kung-fu. Tout est dans l’action. Et aussi le drame tout de même car là encore, le film n’épargne pas les innocents et les morts pleuvent, même parmi les personnages principaux. Pour le reste, ça bouge bien : Moon Lee est survoltée et concurrence Yukari au niveau des prouesses martiales. Les combats sont nerveux et les fusillades sanglantes. Seul l’affrontement final est moins convaincant (Pourquoi les tirs de fusil à pompe font tout exploser ? Et apprenez à viser bon sang !)

 Yukari Oshima et Moon Lee ©Spectrum films source : dvdfr</a

Yukari Oshima et Moon Lee
©Spectrum films
source : dvdfr

Les actrices sont également crédibles dans leur rôle. Yukari est la rebelle garçon manqué en conflit avec son père et Moon Lee la copine plus joyeuse qui va faire face à une descente aux enfers. En bref un bon Girls with guns.
On devine parfois que Sibelle Hu est doublée pour certaines cascades où, comme par hasard, on ne la voit que de dos, mais je l’ai déjà mentionné, Sibelle n’est ni artiste martiale, ni cascadeuse. D’ailleurs artiste martiale ne signifie pas cascadeuse, et c’est pourquoi dans RIGHTING WRONGS , on peut deviner aussi que Cynthia Rothrock a été doublée lors de chutes ou cascades du genre. Mais peu importe.

Bref voilà pourquoi j’aime ce cinéma : il est généreux et enterre facilement les ¾ des films d’action américains pauvrement chorégraphiés et au montage hyper découpé empêchant tout recul sur la qualité de l’action. Ces films hong-kongais des années 80/90 vont souvent très loin et n’ont pas vieilli au niveau de l’action. Evidemment, je l’ai dit, tout ceci a été possible « grâce » à un certain mépris des risques. Pas mal de cascadeurs de l’époque ont été sévèrement blessés (Moon Lee a même été brulée au visage dans un de ses films à cause d’une erreur d’un pyrotechnicien qui a fait exploser un truc trop tôt.) On peut trouver que c’était un peu exagéré pour du cinéma, mais c’est aussi parce que ce genre de choses ne serait plus possible aujourd’hui que le réalisme de ces films n’a pas pris une ride. Le Girls with guns a d’ailleurs bénéficié d’un dévouement assez incroyable des jeunes actrices. Du coup ces films en mettent encore plein la vue, et même si parfois les histoires peuvent faire un peu nanar, le fait est qu’ils sont souvent bien filmés et les acteurs à fond.

——-

Parce que il n’y a pas que Bruce Lee et Jackie Chan dans la vie, voici une rétrospective sur les films de Kung Fu où ce sont les femmes qui donnent les coups de tatanes ! 
BO du jour : parce que la musique un peu ringarde des années 80, ça va avec le genre :

56 comments

  • Présence  

    Voilà un article qui donne vertige : j’y ai découvert tout un genre cinématographique dont je n’avais même pas idée, merci pour ma culture.

    Cet article donne une bonne idée des types de scénario servant de support aux prouesses martiales, des conventions spécifiques de ce sous-genre. Je ne m’attendais pas au volet sur les conditions de travail, également très éclairant sur les la prévention des risques professionnels dans ce milieu, ou plutôt son absence).

    Je ne suis pas certain d’avoir compris : Cynthia Rothrock a tourné dans des films sans connaître la langue du pays, en faisant tout en yaourt ?

    • Matt  

      ça veut dire quoi ça faire en yaourt ?^^
      Ben ça cause anglais aussi un peu là bas hein, comme partout dans le monde. Surtout qu’avant 1997 je rappelle que Hong Kong « appartenait » au Royaume Uni. Donc elle devait parler anglais surement. Puis elle a du apprendre quelques phrases et tout, mais pas évident comme langue à apprendre.
      C’est comme les acteurs et actrices britanniques qui tournaient dans des gothiques italiens. Ils ne parlaient pas italien, c’est pourquoi il n’existe pas de « vraie » VO dans ces films, les acteurs anglais étant doublés en italiens ensuite.
      Comme là dans ces films hong kongais les acteurs américains sont doublés en cantonnais (ou mandarin)

      Ah ben oui les conditions de travail étaient spéciales là bas. Après c’était souvent souhaité ou connu. Jackie Chan voulait faire ses cascades lui-même, certaines actrices souhaitaient aussi faire leurs cascades elles-mêmes, donc je ne pense pas que c’était un truc « subi ». Mais clairement ça ne passerait plus aujoud’hui je pense, il y a des normes de sécurité qui ont évolué.

      • Présence  

        Parler en yaourt était une expression utilisée (peut-être tombée en désuétude) pour évoquer les chanteurs français enregistrant une version de leur album dans une langue qu’il ne parle pas, par exemple en japonais, à partir d’une transcription phonétique ou à base de syllabes plus ou moins approximatives.

        Merci pour le développement sur les vraies VO qui m’a permis de mieux comprendre.

        • Matt  

          Après il vaut mieux les voir en VO chinoise quand même parce que bon…même si on tolère les VF ringardes, les films, comme les Jackie Chan, sont quasi tout le temps amputé de certaines scènes. Parfois c’est 5min, parfois 20min de film en moins en VF…

  • Eddy Vanleffe  

    Bon c’est le bordel les films hong kongais du coup je ne suis pas certain de ne pas les avoirs vus…
    mais
    d’abord dans l’ordre:
    Je croyais être le seul fan de Cynthia Rothrock et de son rôle dans Shangai express (il existe en DVD ce film?)
    Le sens du devoir, j’en ai vu mais lesquels?
    un avec Michelle Yeoh (ça doit être le 2 ou alors c’est SUPERCOPS, je les confonds toujours)
    un avec Cynthia Khan (présenté sur la jaquette pour être la suite de ceux avec Michelle Yeoh).
    Et oui, si je me souviens vaguement de l’histoire, je me souviens du jeu de jambes de l’actrice, qui prennent des positions assurées à une vitesse de folie…
    Je me souviens aussi d’un super film WONDER SEVEN avec Michelle yeoh aussi…

    par contre ça ne t’agace pas cette manie qu’on ces films de s’achever à la seconde du dernier coup de tatane?
    l’héroïne défonce le méchant et il est même pas encore tombé au sol que le générique commence..

    en tout cas félicitations pour ce panorama pas très courant…

    • Matt  

      « Shangai express (il existe en DVD ce film?) »

      Oui, chez HK dans la même collection slim que les Jackie Chan, en version intégrale avec VO et tout^^

      « un avec Michelle Yeoh (ça doit être le 2 ou alors c’est SUPERCOPS, je les confonds toujours) »

      Supercorps c’est le 2 je crois bien. On voit Michelle et Cynthia sur les affiches.
      C’est le bordel à cause des divers titres pour l’exportation qui sont souvent de « fausses suites ».
      Les 4 « le sens du devoir sont cool à voir. Le 2 étant le plus lourdingue tout de même. Je n’ai pas parlé du 4 parce que…ben j’ai lutté pour ne pas faire un article super long.)

      « par contre ça ne t’agace pas cette manie qu’on ces films de s’achever à la seconde du dernier coup de tatane?
      l’héroïne défonce le méchant et il est même pas encore tombé au sol que le générique commence.. »

      C’est pas faux^^
      ça fait un peu ça aussi avec les Jackie Chan. Mais bon souvent je me suis bien éclaté devant le film donc pas grave.

      • Tornado  

        On a le même soucis avec les films de la Hammer : Sitôt le monstre mort (ou à peine tombé par terre comme dit Eddy), paf ! générique ! :D

    • Matt  

      « Je croyais être le seul fan de Cynthia Rothrock »

      Alors non t’es pas seul^^
      Même si techniquement j’ai entendu parler d’elle via une chronique d’un gros nanar US. Sauf que devant les extraits je me suis dit qu’elle bougeait bien quand même et je me suis dit « mais merde, pourquoi elle joue que dans des films pourris ? C’est pas Jackie Chan ou Bruce Lee mais c’est bien mieux que certaines « stars » masculines de l’époque »

    • Matt  

      Et c’est après que j’ai vu que le sommet de sa carrière en fait, c’était à Hong Kong. Et pas pendant longtemps.

  • Tornado  

    Ahhh ! Enfin un peu de karaté ! :D

    Bon, j’ai un peu honte de l’avouer : Je ne connais aucun de ces films, je n’en ai jamais entendu parler, et je n’ai jamais non plus entendu parler de « Girls With Gun » ou de Cynthia Rothrock. Quand je pense que je n’ai encore jamais vu un Jackie Chan (j’ai tous les films de l’article de Matt qui m’attendent dans ma pile de films à voir mais je ne les ai pas encore regardés…), je constate donc à quel point je suis inculte en cinéma d’action hongkongais…
    Alors un grand merci de me permettre ainsi de me cultiver…
    Je vais tâcher de voir au moins ce SHANGAÏ EXPRESS…

    • Matt  

      T’as bien pris des versions VO hein pour les films ?^^
      Non, je ne suis pas un puriste. Les VF peuvent être rigolotes, mais louper 20min de film c’est un peu naze. Tous ces films sont « coupés » en version française.

      Sinon pas de honte à avoir hein^^ Mon frère et moi on aimait bien les films de kung fu plus jeunes (enfin…on aime toujours mais disons que ça m’a permis de voir des Jackie Chan et Bruce Lee jeune, et un peu de Jet Li aussi)

      Et de mon côté j’ai testé pas mal de films de la Shaw Brothers aussi…qui ont quand même moins bien vieilli à l’exception de ceux de quelques réalisateurs comme Chu Yuan (le sabre infernal, la guerre des clans, le complot des clans, l’île de la bête, le tigre de jade) qui soignait beaucoup l’intrigue (souvent des adaptations de romans) et la photographie.
      mais je digresse.

      Oui essaie Shanghai Express, même si ce n’est pas vraiment un Girls with guns, mais c’est un super film avec une petite ambiance de western (même si ça ne veut rien dire parce que…ben…on est dans l’Est, pas dans l’Ouest^^)
      Si tu préfères les films moins orientés comédies burlesques, parmi les autres, tu peux tenter « Le sens du devoir » 1 et 3, ainsi que le 4 dont je ne parle pas ici.

      • Tornado  

        J’adorais ce genre de cinéma quand j’étais gamin, mais les VHS disponibles n’étaient pas légions (en dehors des faux Bruce Lee, mais ceux-là on les évitait comme la peste). Ma collection se limitait donc à tous les Bruce Lee, à LA RAGE DU TIGRE et à LA MAIN DE FER. (et j’étais également allé voir au cinéma LES GUERRIERS DE L’APOCALYPSE, mais là c’est un film de SF japonais avec des samouraïs contre des militaires du XX° siècle qui sont passés à travers une barrière temporelle, donc en fait ça n’a rien à voir ^^).

        • Matt  

          La rage du tigre est cool comme film^^
          ça n’a plus grand chose à voir, mais je ferais peut être un article sur les Shaw Brothers, en plus d’un article sur les films de samouraïs.
          Aujourd’hui je crois que mes préférés sont ceux que je cite de Chu Yuan. Je pense que tu apprécierais parce qu’ils sont très soignés plastiquement. Le complot des clans et l’île de la bête forment d’ailleurs un diptyque sympa avec le même perso principal.

    • Matt  

      Le seul jackie Chan que j’apprécie de voir en VF, c’est Soif de justice.
      Parce que je ne crois pas qu’il soit beaucoup « coupé », et je dois avouer que j’aime bien la bande son occidentale (ouais parce que souvent, ils changeaient les musiques aussi, pour que ça ne fasse pas trop « chinoiseries »…c’était une autre époque)

  • Vindicator  

    M Yeaoh, c’est l’actrice de Tigre et Dragon non ?

    • Matt  

      Tout à fait oui.
      Comme souvent les acteurs/actrices asiatiques sont connu(e)s tardivement chez nous via des films à la portée plus internationale.
      Enfin pour le coup Tigre et dragon n’essaie pas d’être occidental, mais je sais pas trop comment, il est sorti en grandes pompes partout.

  • Bruce lit  

    Tigres Dragons est le seul film de Karaté que j’ai vu en salles à sa sortie. J’en garde le souvenir d’un film exceptionnel.

    • Matt  

      « film de karaté » est un peu réducteur^^

      • Bruce lit  

        A propos j’ai vu j’ai fini GOYOKIN et c’est un film immense !
        Quelques longueurs, mais les acteurs ont une classe folle, même les salauds sont respectables. Le message est très pessimiste d’un point de vue social en déclinant toutes les échelles de corruption du Shogunat aux Samourais.
        Mais j’ai vraiment adoré, je pense même le revoir ce soir pour ce Samourai au regard triste et au delà de toute rédemption. Alors que le pardon lui aurait été accordé dans un film americain, ici le poids de sa trahison est réél, il ne s’en affranchit jamais malgré la légère note d’espoir final.
        J’ai beaucoup aimé aussi l’interaction entre samourais et les élements dans le duel final.

        Merci !!!!

        • Matt  

          C’est une thématique récurrente du cinéma de Hideo Gosha le pessimisme et la critique d’un système, ainsi que les personnages ambigus.
          Goyokin est un de mes films de samourais préférés.
          je pensais l’inclure dans un article à venir sur les chambara^^

          Les longueurs…je l’ai déjà dit, c’est typique du cinéma japonais, surtout de l’époque, moins influencé que maintenant par l’Occident. Je ne les vois pas comme des longueurs, mais une autre façon de faire. Akira Kurosawa c’était souvent lent aussi. Et pour les non-initiés ça peut barber un peu. Surtout quand le film fait 3h^^

          Content que ça t’ait plu en tous cas.
          On voit bien que tu n’es pas le cœur de cible de films de kung-fu vu que tu interviens ici pour me parler de films à la dimension sociale plus appuyée^^ Comme Tigre et Dragon aussi qui est loin d’être juste un film d’action mais une sorte de film de fantasy avec histoire d’amour et sentiments.

          • Bruce lit  

            Il y a un petit reportage sympa à la fin du film que tu m’as ripp….prêté.

          • Matt  

            Ah j’ai inclus le reportage ? Même pas fait gaffe, j’ai tout pris avec^^
            ça parle des autres films de réalisateur c’est ça ?

          • Bruce lit  

            Oui, ça fait envie.

          • Matt  

            Bon, et pas de réaction à mon article sur les kung fu fighteuses ? On me snob, c’est pas assez intello c’est ça ?^^

            Après si jamais tu veux tenter du Kurosawa, il y a évidemment le culte « les 7 samourais » mais c’est du noir et blanc et ça dure 3h avec des longueurs^^
            « le chateau de l’araignée » est bon aussi, une adaptation de MacBeth transposé dans le japon féodal.
            Dans un style un peu plus « manga-like » et action, il y a aussi les Baby Cart (je n’ai vu que les 3 premiers sur 6 films)
            Le Zatoichi de Takeshi Kitano (de 2003) est aussi un bon film si tu ne veux pas voir que des « vieilleries »^^

            Mais bon tu as déjà de quoi faire avec ce que je te…prête.

    • Eddy Vanleffe  

      Tigres et Dragons films de karaté?

      Aïe j’ai mouru ! :)

      Je reviendrai dans trois jours après ma résurrection :)

      j’ai beaucoup aimé ce film très esthétique ayant pas peur des câbles…
      Mon premier contact avec les films de kung fu fut sur ARTE avec Les arts Martiaux de shaolin avec Jet Li puis Police story 3 avec Jackie Chan ET Michelle Yeoh.
      amour instantanée. La notoriété de la belle lui a valut d’apparaitre dans un James Bond et le soupçonne le chara designer de Mulan de s’être inspiré notamment pour ce profil assez reconnaissable.
      avec l’arrivée de HK video, je me suis bouffé tout ce que mes sous pouvaient me permettre de film wu-xia-pian avant d’être récompensé en salle par ce fameux Tigres et Dragons…. superbe souvenir.

      • Matt  

        Oui déjà à la base on dit éventuellement film d’arts martiaux qui impliquent une philosophie derrière et ensuite on n’oublie pas les sentiments, la poésie du film, etc^^

  • OmacSpyder  

    Un article qui me fait découvrir tout un continent noir du cinéma de genre avec des femmes!
    A l’occasion si j’en vois un passer à l’écran je testerai.
    Je découvre ainsi en l’occurrence les débuts de Michelle Yeoh, superbe dans Tigre et Dragon.
    Zhang Ziyi est somptueuse dans ce film, et ceci m’amène une réflexion : les filles dans les films que tu as couverts avec ton article me semblent se caler sur des modèles masculins. La gestuelle, le style, l’accoutrement font penser à des femmes enfilant un rôle aux références masculines.
    Zhang Ziyi, par exemple, dans Tigre et Dragon présente une grâce féminine particulière qui la démarque par ailleurs de celle des hommes. Gestuellement et psychiquement.
    Est-ce que cela se confirme dans les films que tu connais ou y a-t-il des exemples de rôles tenus par des femmes qui présentent un caractère éminemment féminin, et non un côté « garçon manqué » ou dans une certaine imitation?

    • Eddy Vanleffe  

      De mémoire, Cyntihia Khan me semble être très féminine dans sa façon de se battre…

    • Matt  

      Alors oui Cynthia Khan fait plus féminine, tout comme Moon Lee. mais ce sont aussi des danseuses.
      Yukari Oshima fait plus costaude.
      Après comme je le mentionne, certaines sont de vraies artistes martiales et je doute qu’il y ait une façon d’apprendre un style de combat de manière plus féminine…
      On t’apprend des mouvements et si ça fait masculin ben…c’est comme ça^^

    • Matt  

      Cynthia Rothrock a défoncé même tous ses opposants masculins dans une compétition mixte en 1982.
      Yukari Oshima pratique un style de karaté qui fait masculin parce que…c’est comme ça^^ Et Michiko Nishiwaki est une cascadeuse musclée.
      Après moi je suis pas contre l’aspect garçon manqué, sont mignonnes quand même^^

    • Matt  

      Et je précise Omac que dans tigre et dragon par exemple, on n’est pas dans le réalisme du tout. Les personnages flottent, volent à moitié, il y a beaucoup de câbles, etc.
      Je ne pense pas d’ailleurs que Zhang Ziyi pratique un art martial quelconque. Même si les chorégraphies ont du demander du boulot.
      Du coup une représentation plus réaliste d’un combat devient fatalement moins gracieuse. Mais c’est aussi l’idée qu’on s’en fait que tout ceci est « masculin » non ? On a surtout l’habitude de voir des hommes bouger ainsi. Et sans doute sont-ce des hommes qui ont mis au point ces styles de combat.

      Alors certes il reste les accoutrements, mais bon…on est dans les années 80, les cheveux courts et tout ça c’était la mode…^^

  • Bruce lit  

    Euh…
    On veut mon avis alors que j’y connais rien…
    Disons que je trouve que Michèle Yeoh et Cynthia Bidule sont trop masculines pour moi. On les croirait sorties de Double Dragon…
    Ton article m’apprend que tu considères Chuck Norris et Seagle comme des ringards. Pourquoi ?
    J’ai regardé le trailer d’Angel Terminator : les combats ont l’air bien….
    Euh..
    Bonjour Tristesse ?

    • Matt  

      « Ton article m’apprend que tu considères Chuck Norris et Seagle comme des ringards. Pourquoi ? »

      Euh…je vais faire comme si c’était pas une question piège.

      Zéro charisme ? Films de merde ? Aucun effort dans les combats ?
      Seagal a l’air de bailler quand il donne des coups que ma grand mère pourrait arrêter (et elle est morte !)
      Ils ne savent pas jouer, ils ont l’air de roupiller, ils ne se donnent jamais à fond, c’est toujours écrit « je suis là pour mon chèque » sur leur front. Ils sont juste pas bons.
      Van Damme jouait mal la comédie aussi mais au moins il gueulait, s’énervait, on devinait qu’il faisait des efforts, il essayait d’y mettre du sien.

    • Matt  

      BOn…et puis bravo hein, ton intérêt pour ces films se résume au fait que les nanas sont ou pas ton genre ?^^
      T’étais plus enthousiaste sur Jackie Chan. Pourtant t’es pas gay je crois^^
      Et ça se dit féministe ?^^

      Et toc !

    • Eddy Vanleffe....  

      Le prends pas mal hein, c’est taquin…
      chaque genre a ses gardiens du temple….^^
      un film parle de la différence entre le karaté et le kung fu, c’est La fureur de vaincre avec Bruce Lee. c’est presque une fierté nationale là bas et c’est assez mis en exergue puisque ça se passe en chine pendant l’invasion japonaise. Ce film a fait un carton e à Hong Kong au point d’en avoir deux remakes, l’un avec Jackie Chan et l’autre avec Jet Li…
      bon par contre je trouve que le combat final et juste une bourinnade et je crois honnêtement qu’ils ne respectent pas les limites de leurs sports respectifs…

      • Matt  

        Ah oui c’est un film énervé celui là avec un Bruce Lee limite cinglé et des japonais très méchants. ça fait un peu nationaliste mais le film reste bon.

        • Eddy Vanleffe....  

          C’est très nationaliste

          • Eddy Vanleffe....  

            il ya pire comme film:
            Dr Waï est un film à la Indiana Jones avec Jet Li où le héros combat des espions japonais. a la fin les japonais sont décris comme « mauvais » mais les lois karmiques finissent toujours par rétablir l’équilibre même si ça peut prendre du temps et on voit Hiroshima en flash-forward.
            la morale est brutale :)

          • Matt  

            Putain dur !
            ça doit clairement pas plaire aux japonais ces films…
            Hiroshima c’est abusé quand même, j’aurais pas osé.

            Ces réalisateurs ont-ils encore une grosse rancœur envers les japonais pour faire ça ?
            La fureur de vaincre ça reste à échelle humaine et à une époque ou les jap avaient le mauvais rôle donc bon…ça passe encore. C’est surtout que je crois que les japonais du film sont joués par des chinois forcément, et sont bien caricaturaux.

  • OmacSpyder  

    Merci Matt pour ces compléments!
    En effet la formation de danseuse doit apporter une chorégraphie du corps.
    Il n’empêche que Uma Thurman dans Kill Bill a pour ma part une façon féminine de bouger tout en étant dans un mode de combat très rude. Il y a cependant des aspects de chorégraphie comme pour Lucy Liu qui n’est pas une artiste martiale non plus.
    La façon de bouger dans ces films est peut-être pour certaines actrices très copié sur la façon dont les hommes combattent.
    Je reste persuadé qu’il doit y avoir une façon féminine d’incarner l’art martial sans que ce soit une copie de la gestuelle masculine tout en n’étant pas dans une caricature chorégraphiée d’une danseuse.
    Ça reste des films, il y a aussi un côté représentation différent d’un tournoi…

    • Matt  

      Mais pourquoi cette distinction « masculin » ou « féminin » que moi-même je remarque à peine ?^^ ça te plait pas qu’une femme ait l’air de se battre comme un homme ?
      Il faut qu’une femme soit gracieuse sinon elle n’est pas féminine ?^^

      (houlà, je pose ces questions à un psy, je vais me faire remettre à ma place…)

      • OmacSpyder  

        C’était une réflexion à voix haute, donc pas de souci pour les questions : c’est ce qui fait avancer la réflexion ou la préciser:)
        Je me disais juste que je ne voyais aucune différence entre certains langages corporels des femmes artistes martiales et ceux dès hommes.
        Au-delà d’une distinction homme/ femme, une differenciation masculin/ féminin peut à mon sens se trouver dans le style.
        Après, chaque homme et femme prend dans le masculin et le féminin comme ça lui convient ou chante…
        Alors en effet, certaines femmes dans les extraits se battent comme des hommes. Je me demandais si c’était par choix, auquel cas c’est très bien, ou par défaut d’un autre modèle. Ce qui reviendrait à dire que si l’on se bat façon arts martiaux, il n’y aurait qu’une façon de le faire. D’autant plus que pour les hommes aussi les combats sont chorégraphiés.
        Or, la femme peut se battre, danser, écrire, chanter, diriger d’une façon qui se détache d’un modèle masculin. Sinon cela signifierait que ce modèle est la panacée. En ce jour international des droits des femmes, je me permettais d’estimer que les femmes avaient à tendre en effet à une égalité avec l’homme, une égalité qui leur permet de se distinguer plutôt qu’imiter. Je pense que la vraie égalité serait celle-ci.
        Et encore une fois, je ne réduis pas le masculin/ féminin à la question homme/ femme.
        Voici ma réflexion plus explicite… ;)

        • Matt  

          Ok.
          Bah aucune idée si c’est par choix ou non. Mais je constate qu’ils allaient souvent chercher des cascadeuses et des artistes martiales qui savent déjà bien bouger et enchainer des coups, donc je suppose que si on veut faire appel à leur savoir faire, ça n’aurait pas trop de sens de leur indiquer comment bouger. C’est chorégraphié certes mais ça aide quand la personne sait déjà porter des coups de manière convaincante. Si on leur réapprend comment bouger, ça me parait une perte de temps.

          Je pense qu’il y a une partie qui leur vient de leurs enseignements. Après je ne suis pas coach en arts martiaux, mais ça ne me parait pas déconnant que des adeptes d’une même discipline se battent de manière similaire.
          Et au final la différence se voit davantage entre les danseuses et les combattantes.

          Après j’ai rien contre leur manière de sa battre d’un point de vue purement divertissement. Elles font des enchainements cool^^

          « Sinon cela signifierait que ce modèle est la panacée. En ce jour international des droits des femmes, je me permettais d’estimer que les femmes avaient à tendre en effet à une égalité avec l’homme, une égalité qui leur permet de se distinguer plutôt qu’imiter.  »

          Mais quand tu apprends une technique de combat, il y a une part d’imitation d’un style créé depuis longtemps auquel on se conforme pour être efficace. Après peut être que les grands champions transcendent le truc et improvisent, s’adaptent pour surprendre, je sais pas…mais comme tu le dis ce sont des films, on improvise rarement^^ (moins que dans un tournoi en tous cas) et ce ne sont pas forcément de grandes championnes non plus (à part Cynthia qui semble avoir eu son heure de gloire)

          • OmacSpyder  

            A ceci près que ça n’est pas de la bagarre pour de vrai. Il pourrait y avoir une façon de « jouer » différente…
            Mais il est vrai que dans ces films ça ressemble fortement à des enchaînements appris tels quels. J’imagine cependant qu’il y a une part de mise en scène qui laisse un peu de place à la gestuelle propre.
            Encore une fois The Bride dans Kill Bill, elle a un langage du corps féminin.

          • Matt  

            Alors oui et non pour la bagarre pour de vrai^^
            Évidemment c’est un film mais dans des interviews j’ai appris que les acteurs ont des trucs sous les vêtements pour amortir les coups. Cynthia Rothrock en parlait notamment. Et ils se font mal parfois.
            Évidemment les réaction des acteurs sont exagérées, ils se jettent en arrière pour accentuer l’effet d’impact, mais y’a des coups qui frappent fort tout de même.

            Oui évidemment c’est chorégraphié mais j’estime ne pas être assez expert pour juger ce qui vient de leur enseignement ou de la direction des chorégraphies.

            « Encore une fois The Bride dans Kill Bill, elle a un langage du corps féminin. »

            Oui mais ceci n’empêche pas cela^^ Il y a surement des femmes qui ont un langage plus féminin que d’autres sans que ça signifie que les plus « masculines » soient forcées d’agir comme elles le font^^

  • OmacSpyder  

    Vu le monde et la place laissée aux stéréotypes de genre, permets- moi de faire l’hypothèse inverse d’autant plus vue la date du film.
    Et oui, comme je l’ai dit, je distingue bien homme/ femme et masculin/ féminin, et lorsque l’on est face à des films d’action et de bagarre avec les stéréotypes que cela comporte, on peut raisonnablement penser un instant qu’avant de trouver sa façon de jouer, des femmes ont pu répéter des façons de faire du masculin dominant.
    Michelle Yeoh par exemple dans Tigre et Dragon a une façon bien différente de jouer, différente du registre masculin.
    Ça n’est encore une fois qu’une hypothèse. Mais ce que nous connaissons de la domination masculine vis-à-vis dès femmes permet de la poser. Y compris dans une équipe faite d’hommes(+une)

    • Matt  

      Je sais pas trop au final ce que tu cherches à prouver. Qu’au final ça reste du cinéma macho parce que mâle dominant et tout ça ?

      Ben écoute…quand je vois les films US de l’époque ou les femmes restaient à la cuisine ou se cassaient des ongles (à quelques exceptions près lorsque sortait des films comme Alien ou Terminator, mais en tous cas il y a zéro rôle femme en tête d’affiche d’un film d’action, surtout des Stallone et autres gros musclés)
      Donc si tu veux c’est inspiré de films de kung fu masculins mais au moins ça varie un peu en permettant à des femmes de botter des fesses^^
      Et s’ils se donnent la peine d’aller chercher des pratiquantes de sport de combat, c’est qu’ils attendaient d’elle une agilité et des capacités physiques qu’ils pourraient mettre en valeur dans un film. Donc pour moi ça reste une bonne chose de montrer qu’il y a des femmes qui font ce genre de chose. Que ce n’est pas réservé aux hommes.

    • Matt  

      Surtout que voilà, tu prends toujours l’exemple de tigre et dragon qui est un film irréaliste avec certes des chorégraphies travaillées, mais plein de cables et de bonds aériens qui font passer les persos de toit en toit. Donc un exemple de combat pas réaliste du tout. Alors là évidemment tu peux même inventer un style de mouvement hyper gracieux, mais on est dans la fantasy. Je ne sais pas si tu as vu le film Hero également, les combats ressemblent à des balais, c’est joli et tout…mais ça ne marche pas en vrai^^ Sans parler des accoutrements plein de voiles et de longs habits surement pas pratiques du tout pour se battre.
      C’est pas une critique, j’aime aussi ce genre de films mais on peut aussi être moins cynique et imaginer que si les femmes sont en pantalon dans ces films, c’est que c’est juste plus pratique pour bouger qu’une tenue féminine^^

      • OmacSpyder  

        La Mariée dans Kill Bill est en pantalon eu castagne.
        Je ne cherche à prouver rien du tout. Comme je l’ai dit c’était une réflexion à voix haute. Et nul cynisme. C’était une façon de rebondir sur ton article en suivant un fil particulier, à savoir: est-ce que faire combattre des femmes comme des hommes est un signe d’émancipation ou de domination?
        Il aurait fallu un avis féminin dans l’équipe peut-être.
        Et encore une fois, les combats que j’aperçois sur les vidéos ne sont pas réalistes. Ou alors comme Batman est plus réaliste que Superman. Il y avait donc une place pour une part d’interprétation. Comme la Mariée dans Kill Bill ou ses adversaires féminines d’ailleurs.

        • Matt  

          « Et encore une fois, les combats que j’aperçois sur les vidéos ne sont pas réalistes.  »

          Je fais une distinction entre les combats à base de câbles et de sauts aériens et les combats de ces films. Tu dis qu’ils ne sont pas réalistes à cause d’une exagération des impacts et de figures spectaculaires inutiles, mais je dis « réaliste » dans le sens où ce sont des mouvements réalisables dans la vraie vie.
          Je sais pas si je suis clair, mais il n’y a pas de câbles, pas de rebonds sur des bambous ou autres trucs impossibles^^ Certes c’est pas comme ça que tu vas te battre dans un tournoi mais il n’y a pas de figures humainement impossibles. On fait donc bien appel à des capacités physiques de sportives ou cascadeuses.

           » est-ce que faire combattre des femmes comme des hommes est un signe d’émancipation ou de domination? »

          Ben déjà pour moi mettre en vedette des femmes dans des films d’action, et en faisant appel à de vraies sportives qui pratiquent des sports qu’on attribue souvent à des sports d’hommes, c’est une bonne chose je trouve. ça montre que certaines femmes ont les capacités de faire ça et que c’est pas réservé aux hommes.

          Sinon pour info, Uma Thurman est parfois doublée par la cascadeuse Zoë Bell (qui joue dans Boulevard de la mort)
          Et Michiko Nishiwaki dont je parle dans l’article a été la doublure de Lucy Liu dans Charlie’s Angels.

          Quelque part, ces films mettent aussi en vedette des femmes dont le boulot dangereux reste souvent dans l’ombre.

          • OmacSpyder  

            Je pense que nos commentaires se croisent mais ne se répondent pas.
            Je parle du plan psychique, tu parles visiblement de l’aspect sociologique.
            Je ne nie nullement l’intérêt de recruter des femmes dans des rôles d’action. J’interroge leur modalité psychique de s’y engager avec les références masculines en place à l’époque.

            Comme pour les arts martiaux, faisons un pas de côté pour attaquer sous un angle nouveau :

            Lorsque des femmes ont intégré luttez fonction de surveillant de prison dans des prisons pour hommes, c’était sur le plan social une avancée.
            Cependant au début elles n’avaient que les repères masculins pour incarner ce rôle. Et elles ont suivi ces références virilisantes pour faire face.
            Ça n’est que dans un deuxième temps qu’elles ont trouvé une façon particulière d’occuper cette fonction, avec des traits différents de la virilisation à outrance.

            Là pour le coup nous sommes les deux pieds dans la réalité. Et cette réalité montre bien que les modalités sociologiques d’accès à certains métiers ou rôles sont une chose. Et ton article éclaire entre autres cet aspect. Mais que les modalités psychiques permettant d’occuper ce rôle social en sont un autre, aspect. Et c’est celui-ci qui m’intéressait ici d’aborder en élargissant la discussion.

          • Matt  

            Ouh mais tu vas trop loin^^
            Là il te faut interroger les actrices directement, ou les réalisateurs d’époque pour avoir des réponses.

  • JP Nguyen  

    Désolé, je vous rejoins tardivement dans la discussion.
    Je n’ai vu aucun de ces films et l’actrice Cynthia Rothstock, j’aurais juré l’avoir vue sur Nanarland. Je ne pense pas trop aller chercher ces films là, sorry Matt !
    Sur les arts martiaux au cinoche, j’avais entendu un chorégraphe dire que l’esthétique était privilégiée par rapport à l’efficacité. Par exemple, les films des années 80-90 abondent en coups de pied retournés parce que le mouvement passe bien à la caméra, alors qu’il y a des mouvements moins amples mais aussi efficaces voire plus.

    • Matt  

      « Je n’ai vu aucun de ces films et l’actrice Cynthia Rothstock, j’aurais juré l’avoir vue sur Nanarland. Je ne pense pas trop aller chercher ces films là, sorry Matt ! »

      Elle est sur nanarland pour ses films US, j’en parle même. Faut pas faire direct un amalgame comme quoi les films dont je parle vont être des nanars…

      Évidemment qu’il y a un côté spectacle. Mais on n’est pas non plus dans le wuxia pian avec des personnages qui volent ou rebondissent sur des bambous, là c’est plus de la fantasy. Ici les combats font plus réalistes donc le sens ou ce sont des trucs faisables in real life. Et souvent ça implique aussi divert objets lancés à la gueule. ça a un côté plus « brut »

      • JP Nguyen  

        Pour être honnête, Matt, je dois avouer qu’en matière de cinéma ou série, j’ai une plus grande paresse intellectuelle et/ou une moins grande ouverture d’esprit.
        A savoir, je peux essayer un certain nombre de genres en BD, avec des styles graphiques différents. Sur écran, j’ai beaucoup moins de patience et de curiosité. Si une scène, une musique ou un acteur ne captent pas vite mon attention, je ne vais pas trop donner sa chance au film.
        En plus des goûts qui s’affirment au fil du temps et contribuent en partie à me donner des oeillères, je crois qu’il y a aussi l’illusion de mieux « contrôler le temps » dans la lecture, quand on « subit » davantage en tant que spectateur (certes, on peut faire avance rapide dans certains cas, mais ça ne rend pas pareil).
        Pour clarifier, non, je ne dis pas que les films listés dans ta chro sont des nanars, je dis juste que la seule actrice qui « me parle » (en fait, non, y’a Michell Yeoh, aussi, mais elle est plus connue) me renvoie aux nanars et que globalement, ce genre « Girls with guns » ne m’attire pas plus que ça.

        • Matt  

          Ok. Fair enough.
          Question de goûts et de curiosité.
          Moi c’est le contraire. Je suis très curieux niveau cinéma.^^

          J’ai réagi de travers surement parce que quand on se fend d’un article sur 7 films pour présenter un type de cinéma (avec des apartés sur des films comme Shanghai Express sans doute plus universel que le girls with guns), ça démoralise un peu ce genre de réaction indifférente et l’association rapide à des nanars^^
          Mais t’as le droit de ne pas être tenté, of course.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *