Interview Edmond Tourriol

The reading Ed...

The reading Ed…

Si vous êtes un assidu des volumes français de Walking Dead chez Delcourt, vous avez forcement pu en apprécier la traduction d’Edmond Tourriol. Fasciné à la fois par ce métier et la série de Robert Kirkman, l’occasion était trop belle pour moi pour ne pas l’inviter à l’interview Bruce Lit.

Le contact est pris via Facebook au mois de juin 2015, et la finalisation de ce travail se fait dans une certaine urgence ! Edmond répond à mes questions jusqu’à 3 heures du matin la veille de sa publication et je fais la mise en forme sur du matériel lamentable au fin fond de mes vacances bretonnes entre deux barbacs et des enfants qui n’ont jamais eu aussi besoin de moi qu’à ce moment….Et un certain Patrick Marcel fait la relecture à 1 heure  du matin ! 

La raison ? Edmond est aussi scénariste, fondateur  du studio Makma et projette de réaliser un manga facon Olive et Tom: l’Equipe Z. Pour ce faire, il fait appel à la générosité des internautes. Il s’agit de trouver 7000€ pour assurer la publication du premier volume. Et la campagne de donation se termine lundi soir. Il manque encore  45 % de la somme sous 48 heures avant la fin de partie pour Edmond et son équipe !

Histoire de joindre l’utile à l’agréable, Bruce Lit vous propose donc de connaitre les coulisses du métier du traducteur de Walking Dead ainsi que de participer au financement de l’équipe Z dont tous les details vous sont expliqués ici

Bonjour Edmond. Peux-tu décliner ton identité secrète ?

Salut, Bruce. Eh bien, le jour, je suis traducteur de comics, et la nuit, je suis scénariste de manga. Je suis tiraillé entre les deux rives du Pacifique. C’est pour ça que j’habite en France. Normal.

Comment en est tu venu à faire traducteur ?

Eh bien, en 1999, j’avais lancé un studio de fanzines. On faisait de la BD en amateur, mais on se prenait très au sérieux. On allait sur les festivals, on exposait et on vendait nos productions sur nos stands, on dédicaçait, tout ça… et on rencontrait régulièrement les gens de l’équipe Semic (dont Thierry Mornet, Jim Lainé, Jeff Porcherot) sur ces salons.

Un jour, j’ai eu l’opportunité de faire un test de traduction pour cet éditeur. Au départ, je croyais que j’avais rendez-vous parce qu’ils voulaient éditer nos fanzines de façon professionnelle, et finalement, je suis reparti avec un bout d’essai sur The Tenth. C’est Jérôme Wicky qui voulait lever le pied, à l’époque, qui m’avait mis sur le coup. Et comme les mecs me connaissaient déjà, ça s’est très bien passé. Essai concluant. Et depuis, j’ai fait mon petit bonhomme de chemin, de série en série…

Avec Patrick Marcel   Sandman, Game of Thrones) : le crossover des traducteurs !

Avec Patrick Marcel ( Sandman, Game of Thrones) : le crossover des traducteurs !

Nous avons récemment interviewé ton ami Patrick Marcel. Existe-t-il une congrégation des traducteurs ?

Hahaha… presque ! Chacun a ses affinités. Par exemple, on est plusieurs à faire ce boulot à Bordeaux : Patrick, mais aussi Laurent Queyssi et moi. Et si j’ajoute mes collègues traducteurs du portugais et de l’espagnol, on a aussi Philippe Dos Santos et Stephan Boschat (qui est également le lettreur d’une grande quantité de comics traduits).

Et sinon, de manière non géographique, j’échange quasi-quotidiennement sur une espèce de mailing list secrète, avec quelques collègues. Je ne peux pas en dire davantage, puisque c’est secret !

Plus sérieusement quels sont les traducteurs que tu admires en France ?

Les pionniers, ces héros inconnus et non crédités qui adaptaient et créaient des répliques inoubliables (« ça va chauffer »). Et Jérôme Wicky. Lui, il transforme tout ce qu’il touche en or. C’est dommage, tout le monde ne l’apprécie pas à sa juste valeur.

 On connaît la censure de Lug des années Strange. Au-delà de cela, que pense tu des traductions de l’époque ?

Il y avait de tout. Comme aujourd’hui. Des gens qui étaient là pour bouffer, qui faisaient n’importe quoi. Et des gens qui adoraient leur travail, et ça se voyait. Difficile de savoir qui, vu qu’ils étaient très peu crédités, à l’époque.

Nostalgie ?

Nostalgie ?

 Quelles sont les qualités indispensables à ce métier ?

La passion pour ce qu’il traduit. Le goût de la curiosité. Le sens de la réplique. Il s’agit d’écrire des dialogues, pas de traduire un brevet ou un mode d’emploi. Il faut que ça sonne bien, que ça fasse mouche. Donc il faut savoir réécrire. Parce que la traduction littérale, c’est naze.

Est’il possible d’en vivre ?

Oui. Nous sommes plusieurs à en vivre correctement. Après, celui qui fait ça en dilettante, forcément, il gagne moins. Il faut quand même abattre au moins un épisode par jour ouvré pour avoir une paye correcte à la fin du mois. Ce n’est pas un boulot pour les fainéants.

Ta journée type ?

En ce moment, c’est n’importe quoi, ma journée type. Depuis que j’ai commencé la promotion du manga de l’Équipe Z, je n’ai plus le temps de rien. Sinon, en temps normal, je fais du sport avant de bosser. J’essaie d’écrire le matin et de traduire l’après-midi, mais il m’arrive souvent de traduire toute la journée. Mon rêve, c’est de ne plus travailler le soir et le week-end. Je pense que je vais y arriver en 2016 (ma femme vous dirait que ça fait trois ans que je lui promets de ralentir)

Quelles séries suis tu actuellement ?

Walking Dead. Invincible. Savage Dragon. Et les trucs que je traduis. Sinon, je lis beaucoup de TPB de chez DC Comics. De tout, selon l’inspiration du moment. J’essaie toutes les séries, pour ma culture, vu que je bosse beaucoup pour Urban.

Le saviez vous ? Walking Dead est dabord paru chez Semic !

Le saviez vous ? Walking Dead est d’abord paru chez Semic !

Te rappelles tu ta découverte avec Walking Dead ?

Ouais. La couv’ du #1 dans le catalogue Previews. Ça avait l’air chouette, alors je l’ai commandé. J’ai toute la série en V.O. ! J’ai tout de suite adoré, et j’ai harcelé les gars de Semic pour qu’ils me confient la trad. J’ai bien fait !

Comment qualifierais-tu l’écriture de Kirkman ?

Naturelle. J’adore ce qu’il fait. Ses dialogues sonnent juste. Les persos parlent comme des vrais gens et pas comme des connards avec un balais dans le cul. J’achète.

As-tu déjà été en contact avec les auteurs  ?

Oui, j’ai rencontré plusieurs fois Charlie Adlard. Il vient souvent en France, notamment à Angoulême. Quant à Kirkman, hélas, non. Alors que je suis super fan de son boulot. Je me souviens, le temps qu’il m’ajoute comme ami sur MySpace, la plateforme était déjà démodée. La vache, ça remonte…

Le poids des mots, le choc des photos...

Le poids des mots, le choc des photos…

Ton moment préféré de la série ? Ton personnage culte ?

Quand Michonne s’échappe et se venge du Gouverneur. Le perso ? Negan, pardi. J’adore sa façon de parler. Je m’éclate, avec lui.

Que penses-tu du show TV ?

Pas mal. J’aime bien Daryl. C’est bien que ça soit différent des comics.

Tu donnes de la voix à tous les survivants de la série. Comment qualifierais-tu celles de Rick et des autres ?

Humaines. Ils ne parlent pas comme des super-slips. Ils parlent comme des vrais gens qu’on aurait plongés dans un univers abominable. Mais des vrais gens quand même.

La réaction de Negan à ce que vient de lui dire Rick

Negan ne laisse pas beaucoup d’options de traduction sur ce coup là !

Negan, le psychopathe a un langage très ordurier. Ce genre d’exercice est amusant à traduire ?

Carrément, ouais. C’est ce que je préfère, même. C’est la seule série où je peux faire ça, aussi. Dans Green Lantern, même Guy Gardner se doit de respecter certaines limites !

Repasser derrière le scénariste de la plus célèbre série du monde, ce n’est pas trop stressant ?

Non, parce que quand j’ai commencé, personne ne connaissait la série. Le tome 1 a fait un four chez Semic avant d’être relancé avec brio chez Delcourt. Et aux USA, le #1 était tiré à 7000 exemplaires, je crois. Bref, c’est comme à la piscine. Au début, t’as pied, et tu avances, tu avances, et hop, sans t’en rendre compte, tu as franchi la limite du grand bain !

Tu es aussi scénariste. Tu repères plus facilement les tics de Kirkman ou tu gardes l’innocence du lecteur lambda ?

Disons que je vois un peu mieux certaines ficelles, mais même dans ce cas, je reste bon public. J’apprécie les histoires différemment, forcément, mais je ne suis pas blasé. Pas encore.

Sur Facebook tu as présenté ton projet Équipe Z. C’est quoi exactement ?

Un manga de foot. Sauf qu’au lieu de se passer au Japon comme Captain Tsubasa ( Olive et Tom, le célèbre animé de la 5, Ndlr) , ça se passe à Bordeaux ! On le finance via une plateforme de crowdfunding, et d’ailleurs, il y a urgence parce que la campagne se clôture lundi à minuit, et il faut qu’on ait bouclé notre budget à 100% d’ici là. Sinon, on perd tout !

D’où te vient cette fascination pour Olive et Tom ?

Eh bien, quand j’étais au lycée, je jouais au foot avec mes potes, et ça nous faisait marrer de regarder la New Team contre la Toho : ça nous changeait du classique Bordeaux-Marseille !

Mais quand même à l’époque déjà l’animation était ringarde, Edmond tout de même…

Peut-être, mais je ne regarde pas un dessin animé pour l’animation. Ce que je recherche, c’est l’émotion et l’amusement. Si l’histoire et les personnages me font vivre quelque chose, c’est gagné.

Julian Ross qui fait une crise cardiaque à chaque épisode, les acrobaties des jumeaux, les filets troués par Mark Landers, Olivier estropié en permanence, ça te faisait rêver ?

Carrément, ouais. Et ça me fait encore rêver, aujourd’hui.

Equipe Z, première !

Equipe Z, première !

Bon…bon, j’ai compris ! que retrouver t’on comme composante de cette série dans l’équipe Z ?

Le ballon rond. Les personnages hauts en couleur. Le dépassement de soi. Le travail d’équipe.

Comment ton scénario est il élaboré ?

Autour de la caractérisation de l’intrigue ou des personnages. On a d’abord conçu la trame générale du héros et de son rival (qui est en fait le deuxième héros de l’histoire). Ensuite, on a créé une liste de persos secondaires qui vont permettre à ces deux protagonistes d’avancer dans leur histoire. De changer. De franchir des seuils.

Prends ça dans les dents !

Prends ça dans les dents !

Tu nous présentes tes héros ?

Pour faire simple, disons qu’Hugo est le héros. Il est timide mais très doué, balle au pied. Il manque de confiance en lui et il souffre de la mésentente entre ses parents. Le seul moment où il peut échapper à l’atmosphère oppressante de chez lui, c’est quand il sort jouer au foot. C’est justement en sortant qu’il rencontre Majid. Lui, c’est un mec très confiant. Beau gosse. Hyper fort techniquement. Cristiano Ronaldo, en plus branleur. Il a l’air un peu superficiel, mais ce gars-là cache son jeu.

Ton dessinateur ?

Albert Carreres. J’ai travaillé avec lui sur trois albums de  Banc de Touche  et trois albums de  Zlatan Style . Il a déjà dessiné plusieurs mangas : Hand 7 chez les Humanos et Urban Rivals chez Delcourt. Je travaille aussi avec un co-scénariste, amateur de foot et supporteur des Girondins, comme moi : Daniel Fernandes.

Le casting

Le casting

Quelle marge te donnes-tu entre l’appel à finance des internautes et la réalisation du manga ?

Eh bien, on n’a pas le choix. Il faut obtenir ce financement. Je ne me vois pas renoncer au projet après tous les efforts de promotion que j’ai dû accomplir (quasiment un plein temps pendant six semaines).

C’est excitant ou angoissant de sen lancer dans un tel projet ?

Enthousiasmant au début. Déprimant au milieu. J’espère que ça sera chouette à la fin…

Il est mignon Hugo, non ?

Il est mignon Hugo, non ?

Es tu tenté par le Web-comic ? Last Man de Bastien Vivès est un franc succès.

Possible. Mais je l’ai lu dans son édition papier, alors je ne me rends pas compte. Mais oui, nous serons bien publiés en numérique, pour l’équipe Z !

Un dernier mot pour les lecteurs de Bruce Lit ?

Soutenez le projet de l’équipe Z ! Il nous reste encore un peu de temps… sivôplé !

Vous avez aimé cette interview ?  Le projet de l’équipe Z vous botte ? Ou vous souhaitez soutenir la création de mangas indépendants made in France ?  Alors chers Bruce Liseurs, allez droit au but participez à la campagne de don et/ou faites tourner !

Les créateurs de l équipe Z comptent sur vous !

Les créateurs de l’équipe Z comptent sur vous !

12 comments

  • Bruce lit  

    Le teaser du jour :
    Pour la dernière interview de la saison, Bruce Lit rencontre Edmond Tourriol, le traducteur de Walking Dead qui nous parle de son travail pour la série de Robert Kirkman. Puis évoque son projet de création d’un manga made in France, « L’Equipe Z », une histoire de foot co-financée par les internautes nostalgiques d’Olive et Tom. Un projet indépendant qui a besoin de toutes les bonnes volontés pour exister. Une interview à lire et partager !

    La BO du jour : Pour tous les fans de foot et de pop…https://www.youtube.com/watch?v=894L0gdss1k

    • Bruce lit  

      Une interview atypique urgente et directe au franc parler appréciable. C’est avec plaisir que je lirais ce premier volume de l’équipe Z s’il a la chance d’exister comme le premier Foxboy. C’est un immense honneur de servir de plate forme à des auteurs indépendants autant de fois que je le pourrais.
      Je garde aussi malgré mes moqueries un bon souvenir du DA Olive et Tom qui transposait l’esprit des chevaliers du zodiaque sur un terrain de foot ! Et qui n’a pas essayé de trouer un filet avec un tir de l’aigle ! Bonne chance à toi, Edmond ! May the force, etc, etc.

  • Présence  

    C’est toujours passionnant de pouvoir bénéficier d’un coup d’œil dans la longue chaîne complexe qui permet d’aboutir à des comics en kiosque ou en librairie.

    Dans un premier temps, la forme de l’interview déconcerte un peu : une suite de question courtes et de réponses brèves, peu développées. Mais au fur et à mesure de l’entretien, la clé de lecture apparaît : la forme est à l’image de l’interviewé, des réponses brèves pour que ça sonne bien et que ça fasse mouche, avec une relecture impeccable pour éviter les fautes et aboutir à un travail de professionnel. Respect au vu des délais.

    Finalement de réponse en réponse, Edmond Tourriol dessine un portrait assez impressionnant d’un métier où règne le professionnalisme, la polyvalence et l’adaptabilité, avec le reste du studio Makma assurant des tâches complémentaires à la traduction.

    Je suis très impressionné par l’énergie dépensée pour pouvoir faire aboutir le projet participatif de l’équipe Z. Finalement le financement participatif, ce n’est ni une baguette magique, ni de tout repos, et cela nécessite un investissement en communication gigantesque.

  • Edmond Tourriol  

    Merci, les gars. Je vous aime. Être cité par les deux meilleurs chroniqueurs Amazon, c’est un rêve qui devient réalité ! Croyez-le si vous voulez, vous avez influencé mes achats plus d’une fois !

    Et contribuez à l’Équipe Z !! http://fr.ulule.com/lequipe-z/

  • Tornado  

    Quand je pense que j’évoque parfois l’idée de me remettre à faire de la BD. Fou je suis !
    On comprend bien, avec le témoignage d’Edmond, à quel point cela peut-être difficile et demander du travail et de l’abnégation !
    Je lui souhaite de tout mon coeur de réussir son projet !

  • Bruce Lit  

    @ Tornado : Au contraire, mon grand, je trouve que depuis le début les interviews Bruce Lit, les auteurs interrogés montrent que s’il n’est pas possible de vivre de ce métier, il est possible d’en faire une activité parallèle nécessitant de nombreux sacrifices. Ce n’est pas impossible, comme le montrait l’histoire de Laure Garancher. Et l’expérience de ce blog qui nous prend beaucoup de temps disponible pour un résultat économique proche du zéro absolu…..

    @ Edmond : Wow ! C’est toujours étrange et amusant de savoir que tous nos échanges avec Présence et Tornado à l’époque où l’on se prenait pour un petit club de lecteurs anonymes étaient lus ! Tu me dois une journée de congés ( et surtout une explication à ma fille qui n’a rien compris le rush de son papa qui lui avait promis de ne pas approcher un compu de la semaine) 🙂

    @ Présence : Oui, comme je le disais une interview atypique qui valait la peine d’être vécue. L’exercice ne devait pas seulement porter sur la promo de l’Equipe Z pour garder de son intérêt dans quelques mois. Je ne pourrais pas non plus fournir ce travail pour tous les projets de financements sur le net….. Mais autant que possible comme ce fut le cas de RL Comics lorsqu’il y a aussi du background.

  • JP Nguyen  

    Ce matin, le projet en est à 84%, j’espère sincèrement qu’Edmond et ses potes arriveront à 100%. Leur passion est sincère et leur enthousiasme est communicatif.

    Cependant, pour ma part, je n’ai pas participé à la collecte. Pourtant, j’ai moi aussi été fan d’Olive et Tom, avec cette vision romantique et héroïque du football… Et j’étais aussi supporter du « vrai » foot… Mais les dérives du sport-business-spectacle dont le foot est assez emblématique, ainsi que la récupération médiatique de France 98 suivie du psychodrame du mondial Sud-Africain ont achevé de me désintéresser de ce sport.
    Du coup, je n’ai pas trop envie de lire une BD là-dessus, qui contribuerait à véhiculer une image positive de ce sport alors même qu’il renferme pour moi un tas de défauts (sélection des gamins, compétition à outrance, recherche du fric).

    Désolé pour ce message un peu « casse ambiance » (j’ai hésité à le poster) mais comme le blog est aussi un lieu d’échange, je voulais m’exprimer là-dessus.

    Anyway, best of luck to Ed…

    PS : et pis de toutes façons, quand j’aimais le foot, je supportais l’OL 😉

  • Bruce Lit  

    @ JP : on a tous nos désenchantements ….Pour ma part, vous aurez compris que c’est la politique éditoriale de Marvel….
    L’interview a été très suivie en tout cas. Merci à tous nos lecteurs. J’aime à penser que vous n’êtes pas étrangers au passage dans la journée de 40 à 80 % de contributions.

    Bonne chance à toute cette équipe sympathique.

  • Jyrille  

    J’ai adoré lire cette interview. Edmond sonne comme un personnage qu’il traduit, c’est tellement différent d’une interview papier… C’est marrant, toutes les interviews que j’ai lues ici sont différentes dans la forme, je trouve ça génial, cela donne une voix vraiment personnelle à chaque interviewé.

    Sinon j’espère que le projet va aboutir même si comme JP je ne participerai pas. Je n’ai jamais été fan d’Olive et Tom et de foot en général. Le foot, je le conçois comme une soirée avec des amis avant tout.

  • Lone Sloane  

    92% ce soir, ça sent bon pour L’équipe Z. Le crowdfunding, c’est aussi terrible pour les nerfs que les soirées électorales quand l’enjeu est incertain.
    Mais si, comme JP ou Jyrille, je passe faute d’intérêt pour le shonen de foot, je souhaite que le projet soit finalisé demain soir.

  • Présence  

    Je viens de jeter un coup d’œil sur le compte Ulule de l’équipe Z : ils ont réussi. Bravo !

  • Bruce Lit  

    Yep ! pire que les prolongations !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *