La fin des super-héros européens

La Brigade Chimérique par Serge Lehman, Fabrice Colin et Gess

Iron man ? Non, Marie Curie !

Iron man ? Non, Irène Curie !

Première publication le 26/10/14- Mise à jour le 01/05/17

AUTEUR : TORNADO

VF : L’atalante / L’hypermonde

La Brigade Chimérique est une maxi série de 12 épisodes scénarisée par Serge Lehman et Fabrice Colin avec Gess aux illustrations. L’histoire propose une histoire complète avec une fin en bonne et due forme.

Toutefois il est possible de poursuivre l’aventure via les préquelles et spin off issus de cet univers dont nous parlerons demain.

Je vais tâcher d’être concis, ce qui n’est pas facile étant donné la densité de l’œuvre… La Brigade Chimérique est une création française, mais elle est conçue comme une série de comics. Douze épisodes d’une vingtaine de pages chacun, équivalant à ce que l’on nomme, outre-Atlantique, une maxi-série ! Et pour cause : notre histoire parle de super-héros, les super-héros européens ! Ceux-ci ont disparu, y compris de la mémoire collective…

Le Spirit ? Hé bé non : Garou-Garou le passe-muraille !!!

Le Spirit ? Hé bé non : Garou-Garou le passe-muraille !!!

C’est un fait historique : Les super-héros d’Europe ont disparu avec l’arrivée de la seconde Guerre mondiale. Auparavant, ils existaient aussi bien qu’en Amérique. Nous avions les « feuilletonistes » tandis qu’ils avaient les « pulps ». « Doc Savage » et « The Shadow » (modèles primitifs de « Superman » et « Batman ») étaient les contemporains du « Nyctalope », de « Felifax » et de… la « Brigade Chimérique », un authentique feuilleton littéraire de la première Guerre mondiale, qui voyait des soldats, irradiés par les gaz infiltrés dans les tranchées, devenir des surhommes avec des superpouvoirs…

Au carrefour des pulp et des comics… Mais à la française !

Au carrefour des pulp et des comics… Mais à la française !

L’auteur Serge Lehman, assisté du scénariste Fabrice Colin, n’invente quasiment aucun personnage. Tous, ou presque, ont existé dans les pages des feuilletons de l’entre-deux-guerres. Il ne fait que les connecter et développe, en les faisant cohabiter avec certaines figures historiques bien réelles, une mythologie fantastique typiquement européenne, teintée de ses authentiques couleurs locales.

Le Nyctalope, un authentique héros de la littérature française d’avant guerre !

Il crée ainsi une uchronie passionnante en reliant réalité et fiction, l’une nourrissant l’autre, offrant à l’arrivée une relecture de la montée du nazisme particulièrement intéressante du point de vue de la psychanalyse ! Certains n’ont pas été d’accord sur la notion « d’uchronie », lui préférant celle « d’allégorie », considérant qu’une uchronie prend une direction différente que celle de l’histoire, ce qui n’est pas le cas à la fin du récit, mais qui est pourtant le cas à long terme si l’on considère la série Masqué comme la suite de La Brigade Chimérique

La montée du nazisme selon Serge Lehman : entre Histoire et métaphore !

Deux points forts viennent hisser cette série au rang d’œuvre majeure de la bande-dessinée :
- Le premier est son twist final qui parvient, comme une métaphore, à justifier la disparition des super-héros européens de la conscience collective. On pense alors, sans que la référence soit proprement un modèle, à Sentry de Paul Jenkins & Jae Lee, un comics ! Et surtout, on reste impressionné par la cohérence de cette disparition : Après la seconde Guerre mondiale et les abominations de l’idéologie nazie, le « surhomme » était soudain devenu une notion horrible ! Résultat : ceux-ci ont disparu du continent et ils ne connurent leur essor qu’en Amérique (allégorie à peine déguisée de ces artistes et savants qui, fuyant le nazisme, ont déporté tout le savoir et les acquis de l’ancien continent vers le nouveau) !

La voici la voilou ! La Brigade Chimérique ! Des surhommes européens, avant que la notion de « surhomme » ne soit pervertie par la montée du nazisme !

La Brigade Chimérique : des surhommes européens, avant que la notion de « surhomme » ne soit pervertie par la montée du nazisme !

- Le second est cette densité référentielle ébouriffante, qui se dissimule dans les moindres recoins de chaque vignette, et qui vient insuffler au récit une toile de fond mythologique d’une richesse typiquement européenne que l’on ne soupçonnait même pas, tant il est vrai qu’elle a disparu de notre patrimoine culturel en termes de connaissance naturelle. Dans les annexes disposées en seconde partie de la version intégrale, on prend conscience du travail de titan effectué par Lehman afin d’exhumer tout ce patrimoine science-fictionnel.

L’auteur, qui en possède désormais une connaissance encyclopédique, a pris soin de le disséminer tout au long de son intrigue en le faisant cohabiter aussi bien avec des personnages historiques connus (Marie Curie, André Breton, Jean Ray), des figures imaginaires encore célèbres (« Superman », « Fantômas », le « Dr Mabuse », le « Golem », le « Juif Errant », « Bob Morane »), ainsi que le contenu de certaines œuvres essentielles de la littérature de science-fiction (Wells, Kafka, Orwell) !

Personnages historiques et figures de fiction coexistent harmonieusement !

Personnages historiques et figures de fiction coexistent harmonieusement !

Ainsi, avec La Brigade Chimérique, Serge Lehman développe un florilège de la culture littéraire populaire et marche sur les pas d’Alan Moore et de ses travaux chez ABC Comics (Tom Strong, Promethea, La ligue des gentlemen extraordinaires), de Warren Ellis avec sa série Planetary et de Darwyn Cooke avec sa relecture de l’univers DC Comics La Nouvelle Frontière (bref, que des comics !).

Le dessin de Gess : faussement simpliste, et hautement mythologique !

Le dessin de Gess : faussement simpliste, et hautement mythologique !

Son récit est ample, maitrisé et original, qui échappe au manichéisme primaire et aux habituelles structures narratives. Le dessin de Gess est sommaire mais puissant. Les couleurs de Céline Bessonneau offrent une palette subtilement contrastée. Une véritable ŒUVRE, mélancolique, dépaysante et nostalgique, absolument incontournable, dont vous ressortirez bien plus cultivé que vous ne l’étiez avant d’y entrer…

Comme dit plus haut, Serge Lehman s’est ensuite attelé à la série Masqué, qui imagine le retour des super-héros en France dans un futur proche ainsi qu’aux séries Metropolis et Nyctalope, qui se situent avant la Brigade Chimérique, tout en développant la même mythologie.

L’Europe et ses surhommes : Une véritable cour des miracles d’un autre âge !

L’Europe et ses surhommes : Une véritable cour des miracles d’un autre âge !


—-
La BO du jour : Lorsque les Teutons de Krawftwerk chantaient l’Europe dans un morceau légendaire.

50 comments

  • Matt & Maticien  

    Viens de terminer le dernier tome de la brigade. Quelle claque! Impressionnant ! Je suis soufflé. Quelle cohérence et quelle audace de convoquer une telle singularité de l’histoire (au sens d’anomalie unique dans l’histoire ) ! Je ne m’y attendais pas. J’avais vu un spoiler dans les commentaires sur la disparition de la brigade mais là. Merci à Bruce Lit et Tornado pour cette découverte !

    Je suis heureux de savoir qu’il reste autant de prequel et son off. Superbe. Merci

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *