L’académie des sept (Umbrella Academy)

The Umbrella Academy par Gerard Way et Gabriel Ba

1ère publication le 13/05/15- MAJ le 23/02/19

Tumac_cov : Des enfants destinés à sauver le monde…

Des enfants destinés à sauver le monde…©Delcourt

AUTEUR: JP NGUYEN

VO : Dark Horse 

VF :  Delcourt

The Umbrella Academy est un comics de super-héros écrit par Gerard Way, dessiné par Gabriel Ba et mis en couleurs par Dave Stewart.

A ce jour, douze épisodes sont parus, pour deux arcs en six chapitres : « Apocalypse Suite » (sortis en 2007-2008, avec des couvertures de James Jean), qui a remporté un Eisner Award, et « Dallas » (2008-2009), auxquels s’ajoutent quelques courts one-shots de 2 à 8 pages. Un troisième arc, « Hotel Oblivion », est dans les cartons et verra peut-être le jour, selon le bon vouloir des auteurs et l’alignement des astres…

En parlant d’étoiles, c’est sur une splash-page montrant un match de catch sur Rigel X-9 que commence la série… Cet évènement n’a à peu près aucune espèce d’importance pour la suite si ce n’est qu’il est concomitant avec la naissance sur Terre de 43 bébés aux pouvoirs extraordinaires. Sir Reginald Hargreeves, alias « Le monocle », extraterrestre ayant pris l’apparence d’un magnat industriel, va adopter sept de ces enfants et les entraîner pour sauver le monde.

Se voyant plus comme un mentor que comme un père, Hargreeves leur donnera des prénoms mais s’adressera à eux en les désignant par leur numéro, de 1 à 7. Le groupe de héros se fera connaître en tant que The Umbrella Academy dès leur dixième année, en jugulant une menace à Paris, et aura l’occasion s’illustrer à d’autres reprises avant de se séparer pour des raisons inconnues.

Certains font leur première mission contre Magneto, d’autres contre le Zombie-Robot de Gustave Eiffel…

Certains font leur première mission contre Magneto, d’autres contre le Zombie-Robot de Gustave Eiffel…©Delcourt

Quand débute « Apocalypse Suite », les membres du groupe ont trente ans et se réunissent pour les funérailles de Hargreeves. Numéro 1, prénommé Luther, est devenu Spaceboy. Sa tête a été transplantée sur un corps de gorille géant suite à un aléa de la conquête spatiale, il vit sur une base lunaire. Numéro 2, alias Diego, est borgne et mène une carrière de justicier urbain sous le nom de Kraken.

Numéro 3, qui se nomme Allison, est divorcée depuis huit mois. Elle possède le pouvoir de modifier la réalité lorsqu’elle énonce des phrases commençant par « J’ai entendu dire que… », d’où son nom de code : Rumeur.

Numéro 4, Klaus, est le baba-cool de la bande, il se fait surnommer Séance et possède les pouvoirs de télékinésie, lévitation et de communication avec les morts. Numéro 5 peut voyager dans le temps. Il revient du futur, âgé de soixante ans mais possédant toujours son corps d’enfant de dix ans. Il n’a pas de nom autre que Numéro 5 et c’est un assassin hors-norme.

Numéro 6, Ben, était surnommé Horreur à cause des tentacules lovecraftiens lui sortant du ventre. Il est décédé. Numéro 7, Vanya, est l’autre fille du groupe. Elle n’a pas de pouvoir notable et se passionne pour la musique, le violon en particulier.

Détruire le monde en jouant « La Suite Apocalyptique », tout un programme…

Détruire le monde en jouant « La Suite Apocalyptique », tout un programme…©Delcourt

Le premier arc verra cette joyeuse famille dysfonctionnelle empêcher l’Apocalypse en luttant contre l’Orchestra Verdammten et leur sœur Vanya, rebaptisée la Viole Blanche, qui a basculé dans la folie en réactivant son immense pouvoir inhibé par Hargreeves : ses notes de violon ont un pouvoir destructeur incommensurable.

Dans le second arc, intitulé « Dallas », il sera question de voyages dans le temps, de fin du monde (à nouveau), de la carrière de nettoyeur de Numéro 5 et de l’assassinat de JFK.

Après la Tour Eiffel, le Lincoln Memorial…

Après la Tour Eiffel, le Lincoln Memorial…©Delcourt

Pour l’anecdote, le scénariste Gerard Way a gagné sa renommée en dehors de la sphère des comics : de 2001 à 2013, il a été le co-fondateur et chanteur du groupe My Chemical Romance (que, dans sa crasse inculture musicale, votre serviteur ne connaît nullement…).

Sa relative inexpérience du medium ne constitue en l’occurrence aucunement un handicap puisqu’il nous gratifie de récits dynamiques, à la construction assez travaillée, utilisant beaucoup les flashbacks, avec un dosage équilibré entre intrigue et développement des personnages.

u détour d’un voyage dans le temps, la guerre du Vietnam revisitée avec des Viet-Congs vampires et une momie ensorcellée..

Au détour d’un voyage dans le temps, la guerre du Vietnam revisitée avec des Viet-Congs vampires et une momie ensorcellée..©Delcourt

Son influence revendiquée est la Doom Patrol de Grant Morrison mais on retrouve aussi des clins d’œil à bien d’autres œuvres (provenant des comics, du cinéma ou de la musique).

Il jongle plutôt bien avec la science-fiction et le polar, la violence et l’humour, le grand guignol et le rocambolesque pour nous livrer des récits très fun sans pour autant n’être que parodiques.

Hazel et Cha Cha, un duo de tueurs abominables mais au look ridicule et … amateurs de tartes aux pommes

Hazel et Cha Cha, un duo de tueurs abominables mais au look ridicule et … amateurs de tartes aux pommes©Delcourt

Gabriel Ba est un dessinateur qui, avant Umbrella Academy, s’est fait connaître sur la série Casanova et qui a depuis co-réalisé avec son frère Fabio Moon la mini-série Daytripper, qui leur a valu un Eisner Award.

Il utilise un trait épuré et cartoony, qui sied fort bien au rythme trépidant de la série. Ses visuels nous plongent parfaitement dans l’atmosphère légère et déjantée d’une série qui ne se prend pas trop au sérieux mais qui ne se moque pas du lecteur.

 Numéro 5, un tueur redoutable capable d’opérer des micro-sauts dans le temps

Numéro 5, un tueur redoutable capable d’opérer des micro-sauts dans le temps©Delcourt

Le style de Ba permet aussi de mieux faire passer certaines scènes de baston riches en hémoglobine et où les cervelles explosent. Par moments, les batailles rappellent un peu celles de Nextwave par Stuart Immonen, avec une débauche de violence désamorcée par un trait caricatural.

Dave Stewart assure une colorisation au diapason, renforçant l’esthétique « dessin animé », tout en ne négligeant pas les ambiances.

L’assassinat de JFK n’en finit pas de fasciner les auteurs américains…

L’assassinat de JFK n’en finit pas de fasciner les auteurs américains…©Delcourt

Au bout des deux arcs, on en redemande, sans pour autant être frustré, car les intrigues sont bouclées, tout en laissant des zones d’ombre à explorer dans l’histoire commune des héros. Les personnages sont en effet le ciment de la série. Leurs pouvoirs ne sont pas tous originaux mais leurs looks, leurs personnalités et leurs interactions rendent vraiment la lecture des épisodes très plaisante.

Même si c’est davantage une lecture de détente que de réflexion, avec son savant dosage d’outrances scénaristiques et de moments intimistes, le tout brillamment mis en scène, Umbrella Academy est une franche réussite qui arrive à renouveler et rafraichir un genre qu’on dit pourtant sclérosé et voué à l’autocitation.

Une famille dysfonctionnelle qu’on aurait plaisir à retrouver…

Une famille dysfonctionnelle qu’on aurait plaisir à retrouver…©Delcourt

16 comments

  • Tornado  

    Ça a l’air vachement bien.
    Si je n’étais déjà débordé par les lectures, je me laisserais certainement tenter.
    Un autre musicien (le guitariste du groupe rage against the machine) a écrit un comics et ça avait l’air bien aussi : « Orchid »
    http://www.amazon.fr/Orchid-T01-Tom-Morello/dp/2809429936/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1431520786&sr=1-1&keywords=Orchid+morello

    Si quelqu’un connait et veut bien nous faire un article, je suis preneur (et demandeur)…

  • Présence  

    Ça me fait plaisir de pouvoir lire un article bien argumenté sur ce comics, et qui justement ne soit pas coloré par le prisme déformant de la notoriété du scénariste au sein de son groupe. Comme Tornado, si je n’étais pas déjà débordé par d’autres lecture, je me laisserais également tenter.

    Je me laisserais d’autant plus tenter que j’ai beaucoup apprécié Daytripper, ainsi que la prestation sur Casanova.

    • Matt  

      Ah Daytripper !
      Ce comics m’a fait chialer. Jamais une BD ne m’avait fait ça. Même au ciné, je ne renifle pas bien souvent, et quand ça arrive je soupçonne l’influence de la musique. Pour que des dessins inanimés sans aucun son fassent cet effet, c’est un gage de qualité. Ce comics m’a touché.
      Hélas je ne suis pas sûr de le relire parce que j’en suis sorti pas mal triste. Et pas triste genre « oh non ce perso est mort ! », mais plutôt parce que le regard porté sur la vie, les opportunités manquées, les tragédies contre lesquelles on ne peut rien, ben au final c’est émouvant. Pas déprimant, il y a de l’espoir dans ce récit aussi, mais les thèmes abordés doivent résonner de différentes selon les lecteurs et leur vécu.
      C’est un beau comics mais qui m’a pas mal attristé.

      • JP Nguyen  

        Daytripper : j’avais bien aimé le concept, assez bien trouvé… Une lecture plaisante, des thèmes universels assez bien explorés mais un personnage principal paradoxalement un peu falot.
        Umbrella Academy est plus fun, sans pour autant être totalement bête…

        • Jyrille  

          J’ai adoré Daytripper alors qu’au départ c’était pas gagné : le rythme n’y est pas, la répétition n’est pas loin… Mais c’est une très bonne bd et je pense la relire. Alors que relire Maus ou Gen d’Hiroshima me semble très compliqué.

          Je ne connaissais pas cette série, a-t-elle un rapport avec Resident Evil ? En tout cas, avec Gabirel Ba et James Jean, cela a l’air bien comme dit Tornado. Pourtant le peu que j’ai entendu de Chemical Romance ne me donne pas envie (de l’emo pour ado, pauvre). A l’occasion donc…

          • JP Nguyen  

            Euh, à ma connaissance aucun rapport avec Resident Evil.

  • Matt  

    En fait, je viens de voir la couverture VF du tome 1 et je me suis souvenu que j’avais hésité à m’acheter ce Umbrella Academy il y a un certain temps. Mais j’avais trop d’autres trucs à lire.
    Je vais peut être tenter, puisque tu dis que ça ne se termine pas sur un cliffhanger à la fin du 2eme arc.
    Merci pour cet article.

  • Stan FREDO  

    J’ai préféré de loin le tome 1 au tome 2.

    • JP Nguyen  

      @Stan : qu’est-ce qui t’avait moins plu dans le second arc ?
      Pour ma part, j’avais retrouvé la même ambiance dans les deux récits, mais avec des intrigues suffisamment différentes pour ne pas avoir une impression de redite…

      • Stan FREDO  

        Je pense que je n’ai pas accroché du tout le truc avec les Kennedys.

        • JP Nguyen  

          @Stan : C’est vrai que quand on s’intéresse à l’Histoire, JFK est plutôt, au mieux, un beau salaud, au pire un individu médiocre, bien éloigné du mythe qui s’est constitué autour de sa personnalité. Mais dans l’arc Dallas de Umbrella Academy, c’est bien la figure mythique qui est évoquée, tout comme dans New Frontier de Darwyn Cooke. Ce choix scénaristique ne m’a pas gêné outre-mesure (ce qui me fait songer que je devrais peut-être réviser mes griefs à l’encontre de Mark Millar…)

  • holdwig  

    Gérard Way je l’ai connu d’abord en tant que chanteur de « My Chemical Romance » (Qui était un très bon groupe de Rock’n’Roll , pas pour rien qu’ils ont été vite repérés par Elvis Costello).En m’intéressant au personnage , j’ai appris qu’il n’était pas étranger au monde des comics , il a été stagiaire chez DC Comics avant MCR et qu’il avait un bon coup de crayon.C’est lui qui a dessiné les pochettes de « Three Cheers for Sweet Revenge » et « The black parade » (2ème et 3ème albums du groupe).
    Gérard Way voulait faire la partie dessin de Umbrella Academy , mais le temps que lui prenait le groupe avec les tournées et les promos lui ont vite fait comprendre qu’il ne pourrait pas assurer la partie dessin.Il a très bien choisi son dessinateur avec Gabriel Ba.Ces deux tomes ont été un grand plaisir de lecture pour moi , j’espère qu’il y aura un troisième tome un jour.C’est vraiment un comics à découvrir.(Adoubé par Grant Morrison et Neil Gaiman à sa sortie).
    A propos de Grant Morrison , il apparaît dans le rôle du méchant dans les deux derniers clips de MCR , « Na Na Na » et Sing ».
    https://www.youtube.com/watch?v=egG7fiE89IU
    https://www.youtube.com/watch?v=hTgnDLWeeaM

  • Matt  

    Tiens un ami a vu la série TV et a été emballé.
    Voilà…

    • Bruce lit  

      Le buzz est très positif sur les réseaux sociaux. Qui aurait parié un kopeck sur cette série ?

      • Matt  

        Mais comme toutes les séries, le succès va les pousser à faire 30 saisons et ce sera de plus en plus à chier et lassant^^
        Il n’y a que 2 tomes du comics, mais s’ils savent s’arrêter, ce sera étonnant.

        • Jyrille  

          Je confirme que cette première saison est super bien. Allez zou je vais faire un article !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *