Le défi Nikolavitch : Ennis soit qui mal y pense

Le défi Nikolavitch : Ennis soit qui mal y pense

A nos Zemmour par  : ALEX NIKOLAVITCH

Illustration de MATTIE BOY

1ère publication le 18/04/19- MAJ le 22/08/19

enn_0

Le téléphone sonne alors que je suis aux toilettes. Ma femme me passe le combiné au travers de la porte entrouverte, alors que j’ai le froc en bas des jambes et que je peste et blasphème en plusieurs langues. Il se trouve que c’est pour moi. Et que pour une fois, c’est pas un pakistanais tentant de me convaincre que mon tableau électrique ne peut pas être aux normes et qu’il faut m’envoyer quelqu’un pour faire un bilan et proposer des solutions mais si c’est gratuit monsieur nous ne sommes pas une entreprise.

Mais là, curieusement, en fait, à l’autre bout du fil c’est Monsieur Bruce. Qui du coup n’a pas l’accent bizarre d’un pakistanais tentant de me convaincre qu’il s’appelle Frédéric et bosse pour l’EDF. Monsieur Bruce me convoque de façon péremptoire à une réunion de travail improvisée avec un autre membre du blog. L’adresse qu’il me donne m’est vaguement familière. Quand j’arrive devant, dix minutes plus tard (et après avoir remis mon pantalon, parce que même si les beaux jours reviennent, il fait encore froid le soir), je me rappelle d’un coup pourquoi l’adresse me disait quelque chose. C’est dans ce bar qu’il m’a lancé sur la piste du fourbi de la Batcave, ça me revient.

C’est là que j’ai su qu’il y avait une couille dans le potage. © Vertigo

C’est là que j’ai su qu’il y avait une couille dans le potage.
© Vertigo

J’entre. À une table m’attendent Bruce et Patrick6, arborant de belles mines de conspirateurs. Ou alors c’est qu’ils sont déjà bien entamés, c’est possible aussi. D’un geste, Bruce me fait signe de m’asseoir. L’affaire est sérieuse.
« Bon, finalement, me dit-il, Garth Ennis, il est de gauche, ou il est de droite ? »
Woputé.
Comment vais-je me tirer de ce traquenard ?

Pour garder une contenance, je fais signe au serveur de me rapporter un truc fort. Je le bois sans quitter Monsieur Bruce des yeux. Il faut montrer que je n’ai pas peur. Ils sentent la peur. Je dois soutenir son regard. Sans ciller. Ça pique. Les yeux. Et le truc dans le verre, aussi.
Je repose mon verre, déjà vide. Je crois que j’ai battu un record, je viens de me mettre une race en moins de quinze secondes.
« Alors voilà… »

Garth Ennis, nom d’une bite… Moi, mon premier contact remonte à son arrivée sur HELLBLAZER juste après le départ de Delano, ça ne nous rajeunit ni les uns, ni les autres. Le changement de ton était radical. Ennis rappelait que John Constantine avait été punk et donc, son Constantine à lui distribue des gros doigts à tout le monde et sait oublier le thé pour retourner se mettre minable à la bière. Quitte à ce que ce soit de la bière magique. La biture est-elle de gauche ou de droite ? Ça c’est une autre question.

Ce qui est bien, c’est que ce n’est pas prise de tête, Hellblazer. © Vertigo

Ce qui est bien, c’est que ce n’est pas prise de tête, Hellblazer.
© Vertigo

C’est intéressant, d’ailleurs, ce run d’Ennis sur HELLBLAZER. Il sait y cultiver la shock value, la référence détournée de façon destroy, les étripages et la vomissure, mais il y développe aussi une belle histoire d’amour compliquée et émouvante, celle de John et Kit. Il n’y a pas que l’histoire de l’ange et de la démone qui préfigure ce que sera PREACHER. C’est tout le run qui sert de galop d’essai à la suite, de laboratoire thématique.

« Ton père suce des bites en enfer, Constantine !
— Ah ? Et il suce bien ?
— …
— Non, je m’informe, c’est tout… »

Avec PREACHER, on rentre dans le dur. C’est de l’avis général le Magnum Opus d’Ennis, et très clairement, l’avis général n’est pas absurde. Le mix Ennis, son style, y trouve sa forme achevée, son dosage qui ne bougera plus beaucoup par la suite. Provocation sans borne, hommage aux soldats, tripaille, émotion, humanisme, amitié. Et un premier indice : si Ennis aime bien le soldat du rang et le sous-off, il n’apprécie pas beaucoup l’officier supérieur et pas du tout le Ku-Kux-Klan. Dont acte. En général, il se range du côté du populo.

Il les aime vraiment pas. © Vertigo

Il les aime vraiment pas.
© Vertigo

Mais à côté de ça, le surmoi fantasmatique de Jesse Custer (rien que son nom est évocateur de saloperies racistes, entre le prénom de guérillero sudiste devenu bandit de grand chemin et le nom d’un général exterminateur de peaux-rouges) n’est autre que John Wayne. Voilà un personnage bien réac, John Wayne, qui ferait passer Charlton Heston pour un bolchevique au couteau entre les dents, ce qui n’est pas, vous en conviendrez, donné à tout le monde. Pourtant, la droiture de Custer n’a rien à voir avec une posture moralisatrice d’un abbé tendance Manif pour Tous, et sa souplesse quant à certains problèmes moraux n’est pas l’approche cauteleuse d’un Jésuite. Le Preacher cherche une position éthique tenable, et tente d’en déblayer les incohérences et les scories tout le long de la série, quitte à assumer le poids de terrible erreurs de jugement. Si Custer se veut droit, il n’est pas pour autant parfait, et il est le premier à le savoir et à le dire.

Mais où qu’il soit, Custer choisit son camp, et ce n’est jamais celui des Quincannon, ou du shériff Root qu’il envoie se faire foutre avec un résultat prévisible. Custer pisse à la raie de puissants et des bullies.

En tout cas, on a toujours le spectacle son et lumières. © Vertigo

En tout cas, on a toujours le spectacle son et lumières.
© Vertigo

Dans HITMAN, on voit bien bien le même phénomène, la même attitude, le même goût du prolo qui tient tête : que Tommy Monaghan parvienne à survivre au fait d’avoir vomi sur les bottes de Batman en dit long (et vous, les rageux qui n’aimez pas le dessin de McCrea, regardez la tête que fait Oreilles Pointues à ce moment-là, et dites-moi en face si ce n’est pas de l’expressivité brute, ça) et plus globalement, on assiste tout au long de la série à la résistance de pauvres gars du Cauldron (l’équivalent Gothamien de Hells Kitchen) face à de mieux nantis qu’eux : super-héros installés, mafiosi, soldats des Forces Spéciales déployés par des coteries politico-financières pour leur faire la peau… On retrouvera certaines de ces storylines dans Punisher, d’ailleurs. Ennis est un écolo dans l’âme, il recycle beaucoup. Ses séries sont traversées de personnages qui se ressemblent peu ou prou, aux ressorts similaires. Des gens qui ont connu le malheur et le traumatisme et n’en sont jamais complètement sortis. Ce type n’est pas spécifique à Ennis, et il en propose d’autres, bien entendu, mais il est sans doute une clé majeure.

Est-ce à dire que l’imper vert du HITMAN est sa version à lui du gilet jaune ? N’allons peut-être pas jusque là. Mais même une petite ordure comme Tommy Monaghan a un sens de la justice. Et une revanche à prendre avec l’univers qui l’entoure.

Car c’est un des leitmotivs de l’œuvre d’Ennis : le personnage abimé par la vie. La façon dont il surmonte ou pas la tragédie le définira. L’opposition Hughie/Butcher, dans The Boys, est basée là-dessus, sur la façon dont ils surmontent leurs deuils. Frank Castle et Jesse Custer se placent aux extrémités opposées de ce spectre-là. La solidarité, le fait de pouvoir compter sur ses amis, ou sur la bonté fugace d’un inconnu, compte beaucoup là-dedans. Mais assez souvent, c’est la détermination et la force d’âme qui sont l’élément déterminant. In fine, chacun est seul devant le malheur. Recevoir l’aide de ses amis, c’est déjà commencer par l’accepter, ce qui n’est pas facile pour tout le monde. Cette résilience personnelle, c’est plutôt, de notre point de vue, une valeur de droite. Dans les meilleur des cas, les personnages d’Ennis ne jouent collectif que dans le cadre d’un petit groupe.

Bon, ça fait quelques paragraphes que je parle sérieusement, là. Sur un sujet comme Ennis, il faut rétablir la formule du maître. Veuillez donc convoquer l’image mentale d’un pit-bull sodomisant un yorkshire pendant les cinq prochaines secondes. Merci à vous.

Genre ça. © Dynamite Comics

Genre ça.
© Dynamite Comics

Reprenons. Une chose qui transpire d’un bout à l’autre des séries d’Ennis et de sa carrière, c’est l’humanisme profond de l’auteur. Il est capable de trouver des qualités (pas toujours rédemptrices, ceci dit) aux pires crapules, à charge pour elles d’en faire quelque chose.

Et ses personnages plus purs sont humains, très humains. C’est Hughie avec ses doutes et ses petites lâchetés, c’est l’officier de HULK SMASH qui se reprend au dernier moment et tient tête au monstre après avoir abandonné ses hommes, c’est ce connard de Kev qui lui aussi a ses moments de grandeur discrète. C’est Kit qui préfère quitter Constantine parce qu’elle l’aime, mais a pris conscience de la nocivité foncière du personnage.

Par ailleurs, les récits de guerre interrogent. Ennis a beaucoup, beaucoup œuvré dans le genre, et même ses séries pas directement liées à la guerre nous prodiguent des arcs entiers de flashbacks militaires : THE BOYS avec les souvenirs de Mallory pendant la Seconde Guerre Mondiale et ceux de Butcher aux Malouines, le Punisher avec le lourd passé de Castle, Hitman avec ses gaffes pendant Tempête du Désert, le père de Custer au Vietnam… Il y a dans chaque série un ou deux arcs qui reviennent sur des batailles, traitées aussi comme un révélateur des caractères.

Faut reconnaître, il a un talent pour mettre dans le mille.

Faut reconnaître, il a un talent pour mettre dans le mille.

Pour nous, franco-Français qui ont grandi avec Cabu ou le Déserteur de Vian, cette obsession du récit de guerre est naturellement le signe d’une personnalité réac. Mais dans les îles britanniques, la BD de guerre est une forme majeure, un genre en soi, et pendant très longtemps, il a été aussi important dans le paysage que le super-héros aux Etats-Unis. Les auteurs de BD ont appris leur métier dans Battler Britton et d’autres de ces magazines dans lesquels de vaillants Tommies ont exterminé au moins cinq fois de suite la totalité du Troisième Reich.

Le petit Garth a grandi avec ces histoires, et ce sont probablement elles qui lui ont donné envie de faire de la BD. (Bon, nous savons aussi que, comme pas mal d’Irlandais, il a grandi avec ASTERIX, d’où sa vanne sur le Professeur Uderzo et ce seau de potion magique dans lequel est tombée La Fille quand elle était petite) et il doit y avoir pour lui un puissant côté madeleine à jouer avec ça quand un Pat Mills, par exemple, pratique le genre dans le but évident de le subvertir. Ennis est très souvent subversif, mais les comptes qu’il a à régler se situent ailleurs. Pour lui, le soldat est le prolo de la guerre, quelqu’un qui fait un travail, et essaiera pourquoi pas de le faire avec cœur et compétence. L’homme de rang et le sous off ne sont des victimes que s’ils acceptent de le devenir. Le reste du temps, ils font tourner la machine. En ce sens encore, Ennis se met du côté du petit et du sans grade. Et pas à la manière d’un fasciste qui prétend défendre le peuple pour mieux l’embrigader. Mais le côté individualiste, ou tout au moins en petit comité, des destins ellisiens démontre qu’il n’est pas marxiste pour autant.

Revoilà que je redeviens sérieux. Insérez ici l’image d’un soldat qui beugle en brandissant son fusil vide depuis longtemps, et dont la baïonnette est brisée.

 C’est jamais glamour, chez lui, faut reconnaître. © Marvel Comics

C’est jamais glamour, chez lui, faut reconnaître.
© Marvel Comics

Dans Fury, Ennis prend un malin plaisir à explorer toutes les crapuleries de l’Oncle Sam au fil des guerres de la seconde moitié du vingtième siècle. Là encore, Le point de vue préférentiel est celui du bidasse le nez dans la gadoue, ou de l’officier qui l’accompagne sur le terrain. Les vrais ennemis, ce ne sont pas les soldats d’en face, ce sont les politiciens véreux qui profitent du conflit pour avancer leurs pions ou s’enrichir.

Dernière pièce à conviction en date : JIMMY’S BASTARDS. Ennis s’amuse à nous présenter son James Bond comme un connard extrêmement suffisant, dernier rempart du conservatisme à l’anglaise, celui des clubs de gentlemen, de la hiérarchie sociale et des conventions. L’introduction d’une assistante qui résiste à son charme et développe un discours de justice sociale semble au départ l’occasion de se moquer de certaines postures progressistes. Mais rapidement, Jimmy se montre bien plus fin et moins superficiel qu’il n’y paraissait au début. Il montre qu’il est tout à fait conscient de défendre des structures à bout de souffle. Quand M/Judy Dench reproche à Bond/Brosnan d’être un « dinosaure de la guerre froide », ce dernier s’ingénie à démontrer à sa chef qu’il est encore pertinent ; au contraire, Jimmy Regent profite tant qu’ils durent des agréments d’une situation dont il n’est absolument pas dupe. Comme pour d’autres personnages antipathiques au premier abord, Ennis se refuse à réduire Jimmy à un simple connard. Il nous donne à ressentir son point de vue. Tout en bâtissant tout son récit sur le fait que la sexualité débridée du personnage a quelque chose d’irresponsable et de pathologique. Il refuse de penser en termes de conséquences, et quand ces conséquences finissent par le rattraper, le choc est rude et il y laisse beaucoup de sa superbe. Le fait de nous avoir donné accès au point de vue de son héros rend d’autant plus efficace sa chute ultérieure.

Difficile donc de résumer Ennis à une opposition droite-gauche. Mais en tout cas, il n’est pas macroniste, contrairement à Millar. C’est déjà ça de pris.

Les débats politiques, présentés comme ça, c’est plus marrant que sur BFM.

Les débats politiques, présentés comme ça, c’est plus marrant que sur BFM. ©Aftershock

Ah, que ma réponse est belle. Ça va le moucher, le Monsieur Bruce.
« Ça va, Alex ? »

Je regarde le plancher du bar, curieusement proche. En lieu et place de la réponse qui me semblait tellement bien, dans ma tête, c’est autre chose qui est sorti de ma bouche : j’ai vomi par terre, une grosse galetouze bien immonde avant de m’effondrer. Le patron m’attrape par le paletot et me sort sans ménagement.
Bon, je ferai mieux la prochaine fois. Ailleurs. Ça m’étonnerait que le patron me laisse à nouveau rentrer dans son établissement.

Prêts pour de nouveaux défis ? (c) Hips !

Prêts pour de nouveaux défis ?
(c) Hips !

——

73 comments

  • Bruce lit  

    Tout ça c’est de l’égoïsme : poser les questions qui me taraudent pour que Alex accouche d’un article somptueux, forcément celui que je préfère en raison de l’adulation que je porte aux ouevres de Garth Ennis.
    Merci de démontrer que le type est un humaniste, un poète, un sensible, un type épris de justice malgré ses provocations !
    Le titre : Honnis soit qui mal y pense fait partie des proverbes auxquels je n’ai jamais rien compris.
    Et malgré la provocation du titre, je connais des gens de droite très biens et bien plus humains que d’autres baltringues de gauche.
    Et Bravo Mattie – Boy ; je goute l’ironie de la force d’un instant Ennis dessiné par un anti Ennis et Anti Punisher.

    Du coup je te pardonne l’exhumation des dossiers secrets et te ramène 6 litres de brune ce soir :)
    Cheers Mate !

    • Matt  

      Dans un registre moderne, la phrase signifie donc « Honte à celui qui y voit du mal »

      « ‘Honnir’ est un vieux verbe qui, comme nous le dit le Robert, signifie : « Dénoncer, vouer à la détestation et au mépris publics de façon à couvrir de honte ».

      Notre expression est à l’origine la devise de l’Ordre de la Jarretière, en Angleterre, le plus important ordre de la chevalerie britannique.
      La légende dit que la comtesse de Salisbury, qui était la maîtresse d’Edouard III, laissa tomber sa jarretière au cours d’un bal de la cour. Lorsque le roi la ramassa et la rendit à la comtesse, les plaisanteries des courtisans fusèrent ; alors il s’écria :  » Honni soit qui mal y pense » et promit à sa favorite de faire de ce ruban bleu un insigne si prestigieux et désiré que les courtisans les plus fiers ou ambitieux s’estimeraient plus qu’heureux de le porter. Ce qui est effectivement devenu le cas, l’admission dans l’ordre donnant droit au titre de « Sir ».

      Cette expression s’emploie maintenant à l’attention de ceux qui suspecteraient des intentions malicieuses ou malveillantes derrière des paroles prononcées ou des actes accomplis sans aucune arrière-pensée »

    • Matt  

      Et je suis un anti-rien du tout^^
      Si tu savais…je suis capable de dessiner des trucs trash aussi. Le truc c’est que lorsque ça vient de toi, tu y es préparé, tu te dis « allez je vais faire ça, c’est trashouille mais bon… »
      Quand ça vient de quelqu’un d’autre, c’est toujours plus choquant. On peut pas trop se choquer soi-même en fait, parce qu’on y réfléchit avant.^^ Et Ennis en met toutes les 3 pages donc…overdose.

      Ennis me fait penser à une version hardcore de moi-même (je ne parle pas en termes de talent, merci de ne pas me faire remarquer que je suis une merde à côté, c’est pas le but de ma phrase), à en faire des caisses et avec sa vision aussi noire et pathétique des êtres humains…
      D’où le fait qu’il ne m’amuse pas mais me déprime^^ J’y vois un mec qui n’a aucun espoir. Et essaie d’en rire avec de grosses vannes grasses. Marche pas avec moi.

    • Matt  

      Je suis un mec qui veut préserver sa santé mentale en essayant de se focaliser sur des trucs positifs, et qui veut s’émerveiller sur des trucs irréalistes comme des super héros.
      Ennis est le mec terre à terre qui va s’efforcer de te montrer ce que les super héros seraient réellement dans notre monde de merde : des pervers sadiques qui abusent de leurs pouvoirs.
      Sauf que ça je le sais déjà oui, merci ! Stop ! Laisse moi rêver et m’évader, foutu ange noir de la déprime !

      • Bruce lit  

        Tu as désormais tous les arguments et les configurations pour apercevoir ce qui séduit dans l’écriture de Garth Ennis. Ton honnêteté toujours un peu abrupte mais fondamentalement authentique t’amène à t’en protéger ce qui est tout à fait respectable. On sent que c’est personnel cette opposition pour les raisons que tu exposes. Comme c’est mon cas avec Morrison ou Ellis (même si j’ai tenté de les aimer pour le coup).

        • Matt  

          Eh oh ! J’ai acheté Red team volume 1 hier. J’ai dit que je voulais plus entendre que je n’essaie pas !^^

      • Nikolavitch  

        c’est pas toujours vrai : justement, il y a toujours des personnages pleins de vertus rédemptrices chez Ennis : dans The Boys, Huggie et Starlight (mais aussi le couple improbable formé par le Français et la Fille), dans Hitman, le côté très humain de la vie courante dans le Cauldron, etc. voir aussi le portrait d’officier dans Hulk Smash.

        c’est beaucoup plus positif que ça en a l’air.

  • Présence  

    J’aime beaucoup l’illustration d’ouverture de l’article qui retranscrit parfaitement l’esprit Ennis, bel exercice de style.

    Cet article fait la part belle à une rétrospective sélective de la bibliographie de Garth Ennis, très agréable par les réminiscences qu’elle provoque. Étrangement, Alex donne l’impression de tourner autour du pot, dressant essentiellement un portrait qui converge naturellement vers une réponse sans équivoque : Ennis est de gauche (parce qu’on peut être socialiste sans être collectiviste).

    N’étant pas très sûr de moi, je suis allé consulter wikipédia pour savoir ce qui définit une pensée de droite : une tradition ou une idéologie plutôt conservatrice, économiquement libérale ou non, manifestant un certain attachement à la liberté, mais aussi à l’ordre, réprouvant les changements brusques sur les questions de société et les questions éthiques.

    En gardant à l’esprit la rétrospective d’Alex et cette définition, les œuvres d’Ennis, il n’est pas si facile que ça de trancher. L’auteur prend quasi systématiquement le parti du prolétaire, de l’ouvrier, mais il y a aussi des ouvriers de droite. Sa conviction politique sur la forme de a société, l’ordre, les changements ne se lit que comme une incidence du personnage mis en scène. John Constantine est de gauche, éternel rebelle, mais sans proposition politique pour remplacer le pouvoir en place. Jimmy Regent est de droite, avec un discours clair et pénétrant sur la nécessité d’un ordre pour que les gens puissent vivre ensemble. Tous ses personnages sont épris de liberté, mais les différents soldats apprécient également de pouvoir se réaliser dans le cadre très rigide de l’armée. Sur le plan économique, Ennis met surtout en scène le caractère oppressif du libéralisme et du capitalisme, mais ses personnages ne proposent pas de programme alternatif. L’auteur préfère mettre en scène soit des individus opprimés par le système et se révoltant, soit des individus servant de contre-pouvoir, ou de système de contrôle des puissants pour les châtier de leurs dérives, de leurs abus. Qui plus est, ses personnages sont souvent attachés aux traditions, à une forme de culture ou une autre.

    • Bruce lit  

      Pour moi Ennis est Le Canard Enchaîné du Comics : un organe neutre terrorisant aussi bien les travers des héros de droite ou de gauche avec une vision sarcastique mais non dénuée de profondeur sur l’humanité. Je veux pour exemple les trois justiciers que Castle abat dans Welcome Back Frank : Elite qui incarne l’extrême droite et le Prolétaire avec sa vision violente de la justice sociale. Castle refuse de rentrer dans cet échiquier et c’est comme ça que je vois Ennis (j’avais donc déjà ma réponse mais l’occasion de torturer et de saouler -dans tous les sens du terme- Alex était trop forte.)

  • Kaori  

    Et bien, en voilà un article qui met de bonne humeur le matin !

    Merci pour l’humour Alex !
    J’adore ces petites tranches de vie, où on se pose la question de la frontière entre l’imaginaire et la réalité.

    Et bravo pour ton talent, Matt. Entre les Matt, Mattie-Boy et Matt ématicien, je n’étais pas sûre que c’était toi à l’oeuvre des chroniques d’Alex. Surtout que tu n’étais pas à l’oeuvre pour la Batcave.
    Non, ce n’est pas du tout de la merde, ce que tu fais. J’ai toujours été incapable de dessiner autre chose que des formes géométriques. Et des yeux. Alors franchement, bravo.

    Quant à la question, la réponse de Bruce me rassure un peu.

    Il y a une part de moi qui dit « mais qu’est-ce que ça peut faire (pour rester polie) de savoir s’il est de gauche ou de droite ? »
    Bon, je savais que Bruce avait dans l’idée de réhabiliter le bonhomme, mais quand même, ces trucs de politique, ça m’échappe.

    Et oui, en lisant l’article, je n’y trouve pas de réponse tranchée : il défend des valeurs humanistes.
    Ça se saurait si c’était le cas de la politique… ;-)

    • Matt  

      Alors Matt et maticien, c’est pas moi (pour simplifier les choses^^)

    • Nikolavitch  

      sur les tranches de vie, le coup des, chiottes est malheureusement rigoureusement authentique.

    • Kaori  

      @Matt, c’est ce que j’avais cru comprendre ;)

      @Alex Nikolavitch : ça sentait le vécu, effectivement ;-). Le rapprochement avec les coups de fils habituels m’a beaucoup fait rire. Ça aussi, ça sent le vécu !

  • Tornado  

    Super article. On sent que c’est du sérieux parce que ça déconne un peu moins que d’habitude. Quoique…

    J’ai exactement le même point de vue que Bruce sur cette question en tout cas. Ayant un esprit volontiers anar, ce clivage gauche-droite m’emmerde sévère et j’ai tendance à voir du bon et du pas bon des deux côtés (souvent du pas bon, hélas. Mais c’est le côté anar, ça…). Comme Ennis en fait. C’est une des raisons majeures qui fait que je me sens vraiment bien en lisant ses oeuvres. J’ai l’impression d’être avec un frère ! :)

    En tout cas, il est vrai que le dessin de Matt est rigolo (mais très réussi) car on assiste à un étonnant paradoxe du gars qui semble prendre un malin plaisir à illustrer ce qu’il déteste ! :D

    • Nikolavitch  

      sur le fait d’illustrer ce qu’on déteste, mes histoires mettent souvent en scène mes propres phobies. ça a un côté thérapeutique, je crois.

      • Matt  

        C’est complètement ça oui.
        Je me suis déjà forcé dans une de mes BD à dessiner un truc qui me répugne. Je suis pas censé trouver ça plus agréable après, mais c’est comme si tu l’avais sorti de toi^^

      • Matt  

        Et c’est toujours moins choquant quand ça vient de toi que d’une BD inconnue qui te prend par surprise. Donc c’est un moyen d’y aller en douceur^^
        Y’a un peu de ça avec Junji Ito aussi.
        Je crains le body horror mais je lis du Ito. Pourquoi ? Parce qu’au bout d’un moment, on s’y habitue. ça fait moins peur. Et en BD c’est peut être plus « doux » qu’en film, même si Ito est doué pour représenter des saloperies. Ajouter du mouvement, des cris, de la musique et ça peut être moins facile à supporter.

  • Eddy Vanleffe....  

    >Comme Grant Morrisson, Garth Ennis n’est pas un auteur qui me fascine et je me reserve un droit d’inventaire sur so oeuvre…
    la question s’il était de droite ou de gauche m’a effleuré aussi tant p

  • Eddy Vanleffe....  

    Je recommence… grmlbl
    donc la question m’a effleurée parce que sa fascination récurrente pour les amitié viriles de comptoir fans de foot et John Wayne, de guerre et de vintage me donnent l’impression de lire des bds écrites par le beauf à cabu…
    Alex point très bien le truc sur le fait que le clivage gauche/droite c’est très important chez nous en France, on est biberonné à ça…
    Aux States, c’est plus simple…il y a pas de gauche au sens où on l’entend… c’est simplement une question de libéralisme contrôlé ou non…
    le gars est anti raciste, ça en fait pas quelqu’un de gauche, le racisme n’est pas une valeur nulle part en fait…
    par contre je n’ai pas d’affinité avec ses personnages, son humour s,i mais pas du tout avec sa dramaturgie, vous avez l’air tous de le trouver « émouvant » mais je me demande où vous allez chercher ça… ses persos sont tous des connards paumés dans un cartoon…

    • Nikolavitch  

      Ich bin ein connard paumé dans un cartoon.

      • Eddy Vanleffe....  

        Heu…no offence…
        Je parle bien de ses personnages que je trouve repoussoir au possible, et je ne parle pas des « arseface’ ou autres pathétiques très bien dépeints mais bien de ses héros. Chez Preacher, j’ai du mal à m’intéresser aux trois héros et surtout à Cassidy…

        • Nikolavitch  

          haha, non, ce que je voulais dire, c’est que justement, se reconnaissent dans les personnages d’Ennis, et les trouvent donc émouvants, des lecteurs qui se sentent ballotés dans un monde mauvais, en cherchant ici et là les derniers îlots de bienveillance et de bon sens.

          • Tornado  

            C’est exactement ça en ce qui me concerne.

          • Tornado  

            (bonjour l’ambiance ) :D

          • Matt  

            sérieux vous trouvez des ilots de bienveillance et de bon sens chez Ennis ?
            Je ne vois que la confirmation que le monde est mauvais^^

            Question de perspective peut être. Mais s’il faut déjà être optimiste pour voir le positif chez Ennis, on peut pas dire que son écriture soit bénéfique aux déprimés^^ ça n’invite pas à être positif.

          • Bruce lit  

            Matt, tu es têtu hein…
            Avec tous les articles pondus sur le bonhomme dont celui-ci qui est une très bonne synthèse, on a pas sorti tout ça de la cuisse de Jupiter. Tu trouves la même tendresse le bon sens chez un Coluche par exemple qui était aussi trash et désespéré que Ennis.

          • Tornado  

            On en a déjà parlé plein de fois. Ennis c’est le mec qui te prend par l’épaule et qui te dit : « le monde est pourri, t’es d’accord, hein ? Allez, viens, on s’en fout, on fait tout pêter, on va se marrer et on va en mettre plein la gueule à tous ces connards, et après on va boire un coup ! ». Et le fait est qu’il fait ça avec un talent fou, en égrainant l’air de rien, sous le vernis de la farce, une oeuvre avec des thématiques récurrentes passionnantes.
            Quand tu entres vraiment dans son univers, tu t’aperçois qu’il sait écrire et qu’il arrive à habiter ses personnages par le sens du détail. C’est un véritable écrivain. Et doué. Ainsi, au final, ses personnages ont beaucoup d’épaisseur. Qui plus est, ses histoires ont une tonalité unique. C’est un créateur.
            Maintenant on le sait : En déglinguant systématiquement les super-héros chéris de tout un lectorat, Ennis s’est fait des ennemis. Et ils ont la dent dure ! ;)

          • Matt  

            Dis donc…on reparle de Ellis ?
            C’est pas une question d’être têtu, je ne ressens pas ce que vous dîtes, voilà !
            M’enfin c’est toi la tête dure^^ On n’a pas tous le même ressenti.

            Je ne vois pas Coluche aussi trash non.
            C’est même pas comparable, c’est pas le même genre de trucs.
            Ennis crée des persos, très souvent d’horribles tas de merde. Et déjà il faut avoir envie de le suivre sur 25 tomes. Rien à voir avec un sketch de 10min.

            Peu importe le nombre d’articles que vous pourrez pondre, ça ne change rien au fait que c’est VOTRE ressenti. Qui correspond peut être aux intentions de l’auteur certes, mais ça change quoi ? Que vous avez raison ? Grand bien vous fasse^^ ça ne me fera pas plus aimer son humour.

          • Matt  

            Mais vous m’agacez avec cette histoire de parodie des super héros. Vous résumez les détracteurs d’Ennis à ça ? On est forcément des défenseurs des super héros de mauvaise foi et on n’a pas le droit de trouver son attitude de « on s’en fout, on fait tout péter » déplaisante ? Comme si c’était un gros motard édenté puant qui vient te prendre par l’épaule avec une haleine de phoque pour te proposer de te mettre une race au bar ?
            Moi ça me fait pas envie, merci^^
            Et peut être que je préfère songer à la nature, à trouver la paix en m’éloignant de tout ça plutôt que d’aller plonger la tête dans la merde pour mieux m’en moquer.

            ça ne m’amuse pas ! Je trouve ça aussi déprimant que de regarder les infos avec viols et meurtres à tout va. Ennis ne propose pas de voir le positif dans le monde, loin des villes et des connards. Il te plonge la tête dans la fange. Moi je veux bien, c’est un parti pris et il peut parler de ce qu’il veut. Mais je ne vois pas d’espoir ni de rires !

            Fuck à la fin !

          • Bruce lit  

            Mattie,
            Cette discussion n’aboutira à rien tant, tu l’as dit ce matin, le rapport à la vision du monde de Ennis t’est personnelle / antipathique et c’est ton le droit le plus absolu.
            Ce qui m’est difficile par contre à saisir de la part d’un p’tit gars aussi intelligent que toi, c’est que tu le descends alors que de ton propre aveu tu n’as rien lu / voulu lire de lui. Ca ne te ressemble pas ;)
            Je t’assure que descendre Bendis, Millar Morrison et Ellis devient plus intéressant quand tu te tapes une dizaine de leurs bouquins (chacun).

          • Matt  

            Tout ce que je vois c’est que ça semble vous bloquer que je ne pense pas comme vous. On critique l’effet tribu mais si on ne vous suit pas, c’est qu’on est borné, têtu et de mauvaise foi…un comble !
            En plus je le dis pour la 3eme fois, j’ai pris Red team hier. C’est bien que je ne suis pas complètement borné. Alors oui c’est un de ses travaux plus sages, mais j’ai pas l’obligation de m’infliger les trucs qui me gonflent le plus non plus ! Je suis obligé de rien d’ailleurs, même pas de me justifier.

            Je vois pas trop où vous voyez de l’espoir et de la bienveillance dans tout ça, c’est tout. C’était une interrogation. Vous allez la chercher là ou elle est difficile à trouver quand même la bienveillance, ensevelie sous la pire merde de l’humanité.
            Ben moi je ne franchis pas la couche de merde chez Ennis, j’ai envie de mourir avant d’atteindre la lumière au fond du tunnel, voilà.

            Donc je n’adhère pas à cette idée que ses lectures s’adressent à des gens à la recherche d’ilots de bienveillance non. Ou alors à ceux prêts à passer d’abord par une phase de noirceur repoussante. Donc pas trop déprimés non plus^^

          • Bruce lit  

            Tout ce que je vois c’est que ça semble vous bloquer que je ne pense pas comme vous
            Pas du tout Matt. Au contraire, je ne sais plus dans quel bilan / édito j’ai salué ta capacité d’empêcheur de penser en rond. Moi ça me fait marrer d’être le seul à vomir Grant Morrison ici. C’est juste que la conversation tourne en rond et que tous les arguments ont déjà été échangés. Ce qui la ferait avancer, je le répète serait que tu lises quelques Garth Bouquins.

          • Tornado  

            Alors là, tu n’y es pas du tout. On ne cherche plus à te convaincre. Il y a prescription sur ce côté là. C’est juste que lorsqu’on lit « il est où le bon sens il est où le positif ? », on argumente en essayant de montrer ce qui est positif dans ses comics. La catharsis est un élément positif. Le fait qu’il sache écrire de très beaux personnages en quête de rédemption et d’autres qui, bien que bousillés par la vie, sont portés par un idéal se heurtant à la corruption en est un autre.

          • Matt  

            @Bruce : ou t’as vu que j’ai rien lu ? Tu crois que je sors tout ça de nulle part que son univers me déprime ?
            J’ai lu son Crossed, j’ai lu quelques tomes de The Boys avant d’abandonner, j’ai lu The pro (que j’ai déjà dit avoir apprécié, mais en 60 pages ça suffisait, tout était dit alors que the Boys se complait dans la crasse), j’ai lu son Punisher « welcome back Frank » sur lequel j’ai même laissé un commentaire sur l’article en question après l’avoir lu, j’ai lu son Ghost Rider.
            Et j’ai bien compris que son humour trash me dégoutait et sa vision noire me déprimait.
            Du coup après les articles sur Preacher, tout ça…oui ça ne m’a pas fait envie en effet.
            Et je vais essayer Red team parce que ça semble plus sage.

            J’ai juste dit que je n’avais pas lu ses War stories ni son Preacher ou Hellblazer (et techniquement je n’ai pas lu tous ses Punisher puisque Tornado me disait que « welcome back Frank c’était le plus soft et que j’ai pas trouvé ça ouf même si sympa)

          • Matt  

            Le ghost rider « road to damnation » ferait surement marrer Tornado.
            Par contre son « ghost rider trail of tears » sur un Ghost Rider du temps de la guerre de sécession (donc pas de moto, Bruce^^) est d’une noirceur terrible. J’étais mal à la fin…

            Et encore une fois, j’ai jamais dit qu’il était nul le mec. Jamais ! Donc je ne le « descends » pas.
            Je pense même être plus tendre que vous dans mes propos sachant que Bruce tu n’es pas avare en adjectifs du genre « tacheron » « gros naze » pour désigner des auteurs que tu n’aimes pas^^

          • Tornado  

            Sans vouloir me ranger du côté de Bruce (plutôt de celui d’Ennis), ses oeuvres phares sont :
            - Hellblazer
            - Preacher
            - Hitman
            - Battlefields
            - War Stories
            - The Boys
            - The Punisher

            Sachant que The Boys a un gros passage à vide avec quelques fulgurances, avant de connaitre un final en deux temps extrêmement réussi (voir mon article pour plus de détails).
            Sachant que le Punisher MK est très bon, mais que le Punisher MAX est encore meilleur et, malgré sa noirceur, un chef d’oeuvre.
            Il a également écrit un très long run de Judge Dredd au début de sa carrière.
            J’ai lu ses deux mini-séries Ghost Rider, je ne m’en souviens pas bien.
            Enfin, voilà quoi. :)

          • Matt  

            @Tornado ; tu veux dire que j’ai pas lu es bons trucs ?
            Le truc c’est que toi tu aimes son humour. Et tu aimes the Boys qui m’a fait fuir.
            Donc je ne peux guère me fier à toi à ce niveau^^

          • Tornado  

            Encore une fois, je ne cherche pas à te faire lire du Ennis. Tu es libre. Tu as bien le droit de ne pas aimer et de ne pas lire un auteur. Juste à répondre ce qu’on trouve bien dans son écriture.

        • Bruce lit  

          @Eddy
          Je peux facile dresser un top 10 des moments émouvants chez Garth Ennis. Mais pas dans l’immédiat. La main dans le nez.

  • Matt  

    A propos de la photo, cette fois le Bruce a la barbe, alors mes dessins de lui sont fidèles^^

  • Matt  

    Sinon moi j’aime pas l’humour trop vulgaire, voilà !
    Je sais qu’en disant ça, je prends le risque qu’on me considère comme une petite nature sensible, un prude facilement choqué mais je vous emm…euh…je m’en fous^^
    En plus il ne s’agit pas d’être choqué, on parle de faire rire ! On peut supporter de voir des trucs trash mais sans les trouver drôles. Et je n’ai jamais été amusé par cette idée que « le vulgaire, c’est cool »
    Les blagues bien grasses et dégueux, je les ai surtout subies en contact avec de gros beauf insupportables et je ne trouve pas ça drôle. Bite, couilles, poil, ça va 2min.

    Il y a des nuances entre le bourgeois stéréotypé qui s’offusque d’un gros mot et le prolo crade et vulgaire débile et analphabète qui parle de cul et de foot toute la journée.
    Or Ennis les compromis…et l’humour qui va avec, plus subtil sans être intello, ou couillon sans être trash, il ne connait pas.

    Je sais qu’il n’est pas bête, il se moque et critique des gens, mais il le fait avec un humour de gros beauf crade. Et j’ai cet humour en horreur. J’ai entendu assez de saloperies pour une vie déjà. De la part de gens bien plus cons que Ennis certes, mais c’est comme si cet auteur me demandait de trouver de l’humanisme parmi des connards vulgaires, et via un humour super crade.

    C’est comme demander à Bruce de trouver de la poésie dans un problème mathématique avec des formules de physiques quantiques hein !

    • Nikolavitch  

      non, mais t’as raison, la vulgarité, ça fait chier la bite, en fait.

  • Jyrille  

    « Woputé » : merci pour la nouvelle formulation ! Sois sûr que je la réutiliserai.

    Merci beaucoup pour cette question pertinente et surtout pour ton développement si fin et argumenté. Cela ne me donne pas toujours envie de tenter le Punisher via Ennis, mais pour avoir découvert et lu ses Hellblazer et Preacher à peu près au même moment, les parallèles et le recyclage y sont évidents. Et son humanisme, attaché à des personnages très punks (Jesse Custer malgré son patronyme et Constantine) m’ont toujours fait pencher la balance Ennis à gauche. Mais je ne connais pas tout de l’auteur, et les deux Punisher que j’ai lu de lui (le dernier étant cette histoire de guerre au Vietnam pré-Punisher récemment commentée par Présence) donnait une image un peu plus floue… mais toujours à gauche, au fond. Tu expliques très bien ce côté militariste. Il a vraiment grandi avec Astérix ?

    Et comme d’habitude, j’ai bien rigolé ! Merci msieur Nikolavtich !

    La BO, je me la garde pour plus tard…

    • Nikolavitch  

      on m’a confirmé cet automne qu’Astérix est très populaire en Irlande.

      • Jyrille  

        Un truc de plus appris grâce à ce site !

        Sinon en lisant Tornado, je rejoins sa vision : Ennis est un anar. Ca me plaît, parce que je pense moi-même n’être ni de droite ni de gauche (même si historiquement, je le suis, par héritage) mais bien anar. Mais je n’ai pas lu assez de Ennis…

    • Bruce lit  

      Lady Gaga…..
      J’ai vu son rockumentaire sur Netflix. La vache, elle est attachante mais alors constamment dans la plainte la nénette.

      • Nikolavitch  

        vous voyez ce que c’est, les enfants, je vous ai tellement habitué à des bandes-son aberrantes que vous mouftez même plus…

        • Jyrille  

          Tu as raison. J’ai écouté le titre, c’est une énorme merde.

  • Jyrille  

    Ah et bravo Mattie pour le dessin !

  • JP Nguyen  

    Il fut un temps où j’aurais été très intéressé pour savoir ce que Bruce et Alex avaient bu avant de se faire prendre en photo. Ca avait l’air d’être de la bonne…

    C’est marrant car Bruce se mettrait presque à dire que Ennis n’est « ni de droite, ni de gauche », ce qui reviendrait presque à contredire la conclusion de l’article, où Alex affirme qu’Ennis n’est pas macroniste…

    Je ne suis pas un inconditionnel de ce scénariste mais il a écrit Preacher et Punisher MAX, deux séries/runs qui ont marqué ma vie de lecteur de comics. Et, sous prétexte de répondre à la question de son orientation politique, cet article fournit une belle rétro partielle de son oeuvre, en faisant ressortir le fait qu’il y a autre chose à y voir que simplement du trash.

    • Bruce lit  

      @JP : dégustation d’absinthe…Un alcool savoureux mais très sucré.
      Sans vouloir troller et parler politique, tout le monde sait que Macron n’est pas centriste…

  • Fred Le Mallrat  

    En effet, il y a un peu des deux camps chez Ennis. J’aime beaucoup son coté prolo ou en tout cas qui soutient le trouffion face au planqué.
    Le truc qui me dérange parfois et dont Niko ne parle pas, c’est aussi qu’il a tendance à « classer à la naissance ». Il le dit plusieurs fois dans Preacher avec Jesse qui note que certains sont mauvais à la naissance quelque part. Chose qui sera sanctifiée par Cass’ à la fin. Mais dans Preacher, ca ne m’a pas dérangé plus que cela.
    Par contre, dans Punisher et en particulier Born, ca me sort du récit. Que Castle soit un gros salaud dés le départ.. ca casse un peu le concept voulu par Conway mais surtout magnifiquement développé par Grant, Baron puis Potts (où on trouve même un Castle ayant voulu rentrer dans les ordres, choses qu’il partage avec Bushwacker).

    Moi je le vois un peu comme Miller comme un anar de droite.. Ces choses profondément anglosaxonne où même le plus gauchiste d’entre eux a gardé des traces de Ann Raynd et son objectivisme.

    Au fait Macron est de droite… comme Hollande… S’ils ne le savent pas, il faut leur dire.

    • Fred Le Mallrat  

      Apres Ennis, j ai une passion pour Preacher dont l’arret m’avait laissé orphelin (comme Sandman ou Hellstorm..) à l’époque, ses Hellblazer (où je le découvris.. ainsi que Constantine d’ailleurs..), son Unknown Soldier, Heartland.. J’aime bien son punisher malgré Born, sa deuxieme série Punisher (la première est une honte comme son Thor). Par contre, Just a Pilgrim, Bllody Mary ou ses Boys par exemple sont un peu bancals je trouve.
      Bref, comme beaucoup, il la joue parfois un peu facile.. et cela fait tomber largement la qualité de ses récits quand il est comme cela.

      • Bruce lit  

        @Fred : un article autour des éditions Le Téméraire est en cours.

        • Eddy Vanleffe  

          C’est cool ça. :)

        • Fred Le Mallrat  

          Trés bonne collection dont le seul défaut (comme toutes les collections librairies de l’époque) était le prix (Zenda, comics USA, Humanos, Bethy..) par rapport à la pagination (96 pages de mémoire).
          Oui je suis trés attaché au côté populaire de la BD et des comics en particulier : le recul du kiosque où sa montée en gamme m’attriste.
          Qu’il y ait des editions de luxe ne me choque pas mais il devrait toujours y avoir un pendant plus abordable.

          • Eddy Vanleffe  

            totalement d’accord…
            de manière générale que la BD ait perdu la notion de « prépbulication » me chagrine un peu…
            bon je me console avec les parpaings assez économiques pour leur volumes de chez Urban ou Bliss…

      • Matt  

        « (la première est une honte comme son Thor »

        La première série Punisher ? C’est laquelle celle-là ? De quelle année ?

        • Bruce lit  

          Punisher kills the marvel Universe puis Welcome back Frank.

        • Fred Le Mallrat  

          Je voulais dire sa seconde série Nick Fury (la premièere étant une honte)

    • Bruce lit  

      Chose qui sera sanctifiée par Cass’ à la fin
      Je ne comprends pas cette phrase.

      • Fred Le Mallrat  

        De mémoire, il me semble que cassidy valide le fait de ne jamais avoir été un mec bien.

    • Nikolavitch  

      ouais, y a un peu d’essentialisme chez Ennis, mais ses chemins de rédemption permettent parfois de casser ces schémas

  • JB  

    Je me demande, le surmoi de Jesse Custer est-il bien John Wayne (qui donne à papa Custer son fameux briquet) ou Tom Doniphon (son personnage dans L’Homme qui tua Liberty Valance), comme l’indiquerait son « Pilgrim » ? Mais je dois avouer ne pas être aller plus loin que les éditions Le Téméraire sur cette série…

    Sinon, Ennis fustige également les personnages pour lesquels la guerre devient une fin en soi : Unknown Soldier, la première mini sur Fury notamment.

  • Eddy Vanleffe  

    comme il existe une troublante unanimité pour considérer Garth Ennis comme une machine « zéro défaut »…
    Ça me fait l’effet d’une piscine dans laquelle j’arrive pas à plonger…
    vraiment des thèmes qui ne me parlent pas (comme l’amitié de bistrot…l’ultra violence rigolote…)

    • Fred Le Mallrat  

      J’ai quand même cité des défauts et des séries honteuses… (et j en ai oubliée)

      • Eddy Vanleffe  

        oui je lis nos posts dans le désordre….^^

        la première série FURY de chez MAX avec Robertson au dessin a été ma douche froide chez Ennis… il y a sans doute du second degré mais un Fury qui se tape des putes mineures asiatiques et qui méprise ostensiblement tout ce qui n’es pas militaire et qui rêve de donner son neveu dégénéré aux tigres du Zoo m’a fait me poser des questions sur les opinions de l’auteur…
        Derrière l’ironie anar, avions nous un vrai facho?

        • Fred Le Mallrat  

          Oui. Je trouve qu’il redresse bien la barre à la suite où Fury reste differend de celui qu on connait mais devient alors un personnage Ennsien mais pas allant jusqu’à ses points qui me paraissent totalement déplacés vu le personnage. C est un peu comme Pro qui devient tellement potache et « outrancier » que ca a peu d’interet. Il n ya même pas de discours..

          • Matt  

            Ah moi the pro c’est un des rares trucs de lui que j’ai bien aimé. Mais surtout parce que c’est court. C’est une parodie de super héros, et pour moi ça suffisait pour donner une vision ridicule et tordue des héros.
            Alors que The boys ça dure 60 épisodes et…non merci quoi, stop, pas drôle, trop trash, trop long, complaisant.
            Les blagues les plus courtes sont les meilleures^^

            Et un autre truc que j’ai aimé c’est son Red team, bien plus réaliste et moins outrancier, sérieux.
            Ses mini séries Ghost Rider ça va aussi. Même si la vallée des larmes n’est pas à lire quand on a déjà le moral à zéro tellement c’est sombre.

            Mais en fait ses séries longues…je peux pas. Son Punisher Welcome back Frank j’ai apprécié le début mais ça traîne, c’est trop caricatural aussi, Frank est trop fort, le temps passé à humilier Soap me fait me poser des questions sur le but du truc…etc.

            Et puis voilà en gros son trash hyper violent et qui est censé être drôle, ce n’est pas ma came.

        • JB  

          Il me semble que Stan Lee avait peu apprécié les performances de Fury

          • Bruce lit  

            La légende veut que Michelle Pfeifer ait débarqué avec Clooney dans le bureau de Quesada avec un exemplaire de Fury à la main, la scène où il étrange un terroriste avec ses tripes en demandant si c’était l’esprit Marvel.

    • Nikolavitch  

      j’aime beaucoup Ennis, mais oui, il a des défauts comme tout le monde, des fixettes, des travers d’écriture.

Répondre à Nikolavitch Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *