Life Begins at 40 ( Special Goldorak)

Focus : les 40 ans de Goldorak

Par STEPHANE MAILLARD PERETTI

©Toei Animation Source: http://www.fantasyplanet.it/2011/12/05/ricordando-shingo-araki-tra-spadaccine-e-cavalieri/

© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video
Source: Fantasyplanet

UFO Robot Grendizer…
Goldorak, arrivé il y a 40 ans sur nos chaînes, en juillet 1978, est à l’origine de l’engouement en France pour la culture Japonaise… J’exagère à peine.
Le sujet de la série, ses qualités et défauts, ont déjà été étudiés sur ce blog.
Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à des faits moins connus chez nous. On entend « Goldorak est une série mal-aimée des Japonais, c’est une série mineure, c’est un animé désavoué par son auteur… » Tout cela est vrai. Et pourtant, faux, aussi.

Est-ce que les pires ennemis du robot de l’espace, plutôt que les hommes de Véga, ne furent pas avant tout les forces à l’origine de sa création?

Asseyez-vous confortablement, c'est parti C Toei Animation Source: http://fr.tinypic.com/view.php?pic=2dkn6gp&s=8

Asseyez-vous confortablement, c’est parti
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video
Source: Tinypic 

Revenons en 1973, à Mazinger Z (MZ) création de Go Nagai et du studio Dynamic, appartenant à ce dernier.
Commandé par la Toei Animation, le dessin animé a généré des ventes plus que colossales pour la firme Bandai, fabriquant de jouets depuis les années 1950.
Comme il faut toujours plus vendre, il faut aussi un nouveau produit pour pousser à l’achat, donc un nouveau robot, et un nouvel animé (dans l’ordre que vous voulez).
D’où décision de passer à une suite du géant piloté par Koji Kabuto -Alcor chez nous.
Sans trop avoir le choix, Nagai doit donc abandonner ce personnage vénéré dans son pays. Dans un climat de tension et d’orgueils contredits grandissants, et après plusieurs refus sur ses propositions de scénario, l’auteur en pleine gloire accouche de Great Mazinger (GM), se pliant ainsi aux deux géants, Bandai et Toei.
Non sans développer une certaine rancune.
Koji Kabuto est donc viré au profit de Tetsuya Tsurugi, personnage somme toutes assez peu intéressant: GM obtient un succès honorable mais inférieur à Getter Robot, la nouvelle création de Dynamic Studio, un robot modulable aux trois pilotes, et avouons le, au design assez hideux.

Les raisons pour ce succès mitigé, selon les têtes pensantes de la Toei et de Bandai viendraient du fait que MZ et GM ont un design trop semblable entre eux et que Tsurugi manque d’épaisseur.
Les jouets ne se vendent pas suffisamment, ce qui sonnera le glas de la série.
Nagai, forcément, n’apprécie pas la demande d’une 3eme refonte (!), et, changeant détail sur détail, se voit refusées ses nouvelles idées pour la suite qu’il avait imaginée, God Mazinger, dont les croquis se rapprochent de ce que l’on connait aujourd’hui de Goldorak.

 God Mazinger aurait dû servir de suite à Mazinger Z puis à Great Mazinger: un air de Goldorak dans le design, déjà C Toei Animation Source: http://mazinger.wikia.com/wiki/God_Mazinger_(Original_Concept)

God Mazinger aurait dû servir de suite à Mazinger Z puis à Great Mazinger: un air de Goldorak dans le design, déjà
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video Source: Mazinger wikia

Pour la Toei et Bandai, il faut du neuf, mais pas trop tout de même.
Car pour continuer de surfer sur le succès originel de MZ. Il faudrait un design plus différent (mais pas trop tout de même²) et, vu l’audience de Getter Robot et de Raydeen, robot d’un studio concurrent inédit en France, que le nouvel arrivant soit transformable ou modulable.
Et bon sang, on dirait que Alcor, cher aux enfants, soit obligatoire. Oh, et un ennemi complètement nouveau, si possible.
Comme le crédo du moment est l’invasion extraterrestre, les aliens semblent les bad guys idéaux.
Ainsi, la Toei sort Uchû Enban Daisenso (La Grande Guerre des Soucoupes de l’Espace) , moyen métrage créé avec l’aide de Dynamic Studio, comme un coup d’essai, moins risqué que toute une série. Le robot ici présent, le Gatiger, se déplace en soucoupe volante et on trouve les grandes lignes de ce qui fera UFO Robot Grendizer: Aliens belliqueux, prince adopté par les terriens, gimmicks comiques.

Les éléments sont rassemblés. La Toei demande un nouveau design, un rappel des codes de MZ et GM, jambes rappelant Raydeen, un petit quelque chose de Jeeg Robot et enfin, le retour de Koji Kabuto. Mais le dernier « détail » ne plait vraiment pas à Nagai, qui rechigne à mêler son héros bien-aimé à une histoire qui, finalement, n’est pas la sienne.
Nagai va garder un droit de regard sur le scenario, la production est lancée.
L’équipe englobe des sommités de l’époque, du chara-design à la musique en passant par la réa. La qualité du dessin animé est d’ailleurs indéniable, le succès ne peut que suivre.

On s'approche du design final  Source Antani

On s’approche du design final
Source Antani © Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video

La publicité entourant le lancement du probable chef-d’oeuvre, vend le retour de l’enfant prodige, Koji/Alcor…
Quelle n’est pas la déception des fans de le voir vêtu de bleu, réduit au rang de sidekick, alors que Daisuke Umon/Actarus porte la couleur rouge des héros, couleur primordiale du drapeau nippon! Au Japon, la rétrogradation d’un héros à un tel statut n’est pas une mince affaire.
D’ailleurs, Koji n’apparait même pas au générique. Et il est rossé, puis sauvé par l’inconnu venu d’Euphor. La Toei reçut bien des lettres de critique des fans de l’époque.
C’est un revers que n’a pas senti venir la Bandai qui a commencé de son côté la production de jouets de Goldorak en voyant… très gros. Trop gros.

Le rôle d’Alcor sera réajusté, il obtiendra son « Alcorak » pour être jumelé au géant du héros, le second générique ré-équilibre la donne mais le mal est fait. Un chassé-croisé s’effectue dans l’audimat: les anciens fans abandonnent la série mais de nouveaux arrivent, donnant un succès suffisant pour continuer.
Malheureusement, l’impression de déjà-vu dans les situations ou les adversaires, et l’arrivée de Vénusia, le rôle féminin, plombent à nouveau la réputation du DA. Les jouets ne se vendent pas suffisamment alors que c’était là le bien-fondé de la nouvelle saga.

DukeFleed, Actarus, un héros vêtu de rouge...Mais pas celui qu'ils espéraient! C Toei Animation Source: http://www.popflock.com/learn?s=Goldorak ou https://www.google.com/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fwww.dailymotion.com%2Fthumbnail%2Fvideo%2Fx6i0qca&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.popflock.com%2Flearn%3Fs%3DGoldorak&docid=vkQEf2xScFWnPM&tbnid=g1SaVBn2SB1J6M%3A&vet=12ahUKEwjEx8DYz5TdAhWMuIsKHfyvAWE4ZBAzKE4wTnoECAEQTw..i&w=320&h=240&client=firefox-b-ab&bih=654&biw=1060&q=duke%20fleed%20actarus%20shingo%20araki&ved=2ahUKEwjEx8DYz5TdAhWMuIsKHfyvAWE4ZBAzKE4wTnoECAEQTw&iact=mrc&uact=8

DukeFleed, Actarus, un héros vêtu de rouge…Mais pas celui qu’ils espéraient!
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video Source: Popflock

Alors même si l’audimat reste acceptable, les chiffres de vente de Bandai, en deçà des attentes du fabriquant, présagent une fin bien proche.

On pensera sans doute chez Toei et Bandai, à faire participer les Mazinger (le film Grendizer VS Great Mazinger pointe vers cette idée, intercalé à la série à l’épisode 23) mais Go Nagai restera inflexible.
On demandera aussi, pour rappeler le lien avec MZ, l’arrivée en renfort de Sayaka Yumi, ancienne acolyte d’Alcor, comme 4eme Aigle de la patrouille, mais là aussi, refus de l’auteur. D’où création du personnage de Phénicia, tombée un peu de nulle part, par Shingo Araki et Michi Himeno.
Mais rien n’y fait et Bandai jette l’éponge.

les plans initiaux pour le cosmorak, alors extension des 3 spacers C Toei Animation Source: https://goldoraknostalgie.wordpress.com/divers/

Les plans initiaux pour le cosmorak, alors extension des 3 spacers
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video / Source: Goldorak Nostalgie

Prévue en 78 épisodes, la série est raccourcie de 4 épisodes et sa fin est précipitée. L’attaque sur la Lune est à peine esquissée, et le final manque totalement du côté épique prévu à l’origine. On notera d’ailleurs l’existence de croquis concernant le « Cosmorak » , auquel on prévoyait initialement de greffer les Alcorak, Venusiak et Fossoirak.

Si l’on regarde le dernier épisode en VO, notons qu’il est clair que l’ultime sursaut de Véga n’est pas de partir sur Terre pour l’envahir avec ce qu’il reste de ses forces, mais pour l’empoisonner au lasernium avant de mourir, un baroud suicidaire.

Tous ces conflits internes entacheront à jamais la réputation de UFO Robot Grendizer qui restera un souvenir amer pour Nagai et une promesse avortée de retrouver leur héros aux fans nippons.
Les choses, ensuite, se compliqueront entre la Toei et Nagai qui ne travailleront plus ensemble pendant des lustres, et figeront le destin de Goldorak, empêchant toute suite ou spin-of. A partir de cette époque, la Toei se tourne vers d’autres cieux, et surtout d’autres auteurs tels que Leiji Matsumoto, qui d’ailleurs crée Danguard Ace, le programme qui prend la place de Goldorak dans les diffusions, à peine une semaine après la fin de ce dernier… Matsumoto n’est pourtant pas fan des super-robots, et l’audimat de Danguard Ace sera moins conséquent que celui de son prédécesseur.

Pourtant, affirmer que cet animé est mal-aimé est faux. Il ne tient juste pas la comparaison face à Mazinger Z dans le coeur des fans dans l’archipel.
C’est simple, peut-être simpliste et c’est ainsi: les pires ennemis du prince d’Euphor furent son créateur et les 2 méga-entreprises exploitant ses aventures, et les 3 se sont toujours voilé la face sur leurs torts respectifs.

Sans doute prévue en 78 épisodes, raccourcie de 4, la série se voit tronquée d'une fin épique C Toei Animation Source: http://www.goldorakgo.com/wiki/index.php?title=Les_cons%C3%A9quences

Sans doute prévue en 78 épisodes, raccourcie de 4, la série se voit tronquée d’une fin épique
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video / Source: Goldorakgo

Et pendant ce temps, en France…

Eh bien en France, Jacqueline Joubert, directrice des programmes jeunesse sur Antenne 2, voyait le géant nippon et ses aventures (qui n’avait pas coûté grand-chose) comme bien trop violents. Elle accepte tout de même de les jeter dans les diffusions de l’été, dans la nouvelle émission Récré A2.
Mais en juillet 1978, la météo est à l’orage. Coincés au sec à la maison, les gamins furent exposés à la série vouée aux gémonies, celle qui déclenchera un enthousiasme sans nul précédent: 100% d’audimat, demande de jouets tellement énorme que les magasins furent rapidement en rupture de stock -ce qui arrangea bien Bandai qui commença à rentrer dans ses comptes, et ce n’était que le commencement.
Début, enfin, de « l’invasion japonaise » qui agaça tant la même J. Joubert (et pas mal d’autres), sur le petit écran. (Il y avait eu quelques animés auparavant, tels Le Roi Leo ou Le Prince Saphir de Tezuka, mais rien de comparable, même de loin, à Goldorak.)
Quand les préposés aux programmes jeunesse Italiens reçurent les films envoyés de France, il semblerait que le colis était nommé Atlas UFO Robot Grendizer. Ils pensèrent que le mot « Atlas » (guide, en somme, « guide pour UFO Robot Grendizer ») faisait partie du titre et la série fut ainsi baptisée de l’autre côté des Alpes. Certains produits dérivés aux boîtes Italiennes faisant le chemin inverse vers chez nous portaient donc ce curieux titre « Atlas UFO Robot Goldrake »

 Et , en France... "aujourd'hui, Goldorak dans..." C Toei Animation Source: http://dvdmotion.free.fr/dossiers/goldorak.htm

Et , en France… « aujourd’hui, Goldorak dans… »
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video / Source:  dvdmotion

Un petit mot d’un fan de la première heure (à peu de temps près)

Bien sûr, UFO Robot Grendizer n’a rien créé. Mazinger Z a établi les codes et Goldorak n’est qu’ un parmi la légion de super-robots géants Japonais, les méchas.
On peut tout à fait penser, même, que la série Mazinger Z aurait rapporté le même engouement, ici.
Pourtant…
Pourtant, ça ne regarde que moi, mais je me dis que pour un occidental, la tête brûlée, le héros typique Japonais, ce cliché du jeune fonceur un peu voyou, héritier de Joe Yabuki -le boxeur de Ashita No Joe- cet archétype si cher aux nippons, n’aurait pas autant ému les gosses que ce prince solitaire n’ayant plus rien à perdre.
Goldorak baigne dans la mélancolie d’un peuple et d’une patrie assassinés, d’une existence à la durée menacée par les radiations, d’une quête de paix touchante, absente des aventures de Koji Kabuto. Sans compter la réalisation bien supérieure à celle de MZ, qui aurait pu jouer, encore, contre la renommée européenne du dessin animé.
Soutenue par des musiques inoubliables, la saga d’Actarus avait et a toujours des atouts indéniables pour gagner le coeur de nombreux fans, peu habitués à l’esprit martial du héros de nekketsu si typique au jeune Japonais.

Étranger et peu aimé au Japon, essuyant l’animosité des adultes en France, Actarus fut adopté il y a 40 ans par les enfants de ce pays et le prince et son robot trouvèrent enfin l’amour et la fidélité du public.
Il y a, je trouve, une certaine beauté dans ce tour du destin qui fit de Goldorak la légende qu’elle est encore aujourd’hui dans de nombreuses contrées.
Alors bon anniversaire, Actarus, vieil ami… Reviens quand tu veux.

Pour Go Nagai, la suite officielle de Goldorak est Dynamic Heroes, une série en 2 tomes au Japon C Toei Animation Dynamic Studios Source: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/e/e7/Dynamic_Heroes.jpeg/300px-Dynamic_Heroes.jpeg

Pour Go Nagai, la suite officielle de Goldorak est Dynamic Heroes, une série en 2 tomes au Japon
© Toei Animation /Go Nagai / Dynamic Planning / AB Video Source:  Wikipedia 

——-
En 1978, UFO Robot Grendizer débarque en France, avec l’unique survivant de la planète Euphor, Duke Fleed…
Mais la genèse de la série n’est pas un long fleuve tranquille et a marqué autant Go Nagai, le créateur, que les deux méga-firmes Toei Animation et Bandai qui la commandèrent…
Comment et pourquoi le prince d’Euphor le mal-aimé se trouva une famille d’accueil en France, c’est aujourd’hui chez Bruce Lit

La BO du jour : https://www.youtube.com/watch?v=cuzoWAcppjE

29 comments

  • Patrick 6  

    Je croyais tout savoir sur notre ami cornu et bien ton article prouve que je me trompais !
    J’ignorais tout des tensions entre l’auteur, le studio et le fabriquant de jouets !
    Du reste

    • Patrick 6  

      …du reste ton article explique en partie que, si je n’ai jamais rencontré de Japonais se rappelant de Goldorak, je vois cependant régulièrement à Tokyo des jouets à son effigie : il s’agit sans doute des invendus de l’époque !

      • Stéo...Léphane... Euhh...  

        J’ai rencontré des Japonais, grands fans d’animés rétros, qui m’ont dit l’avoir vu et apprécié. Peut-être aussi qu’ils m’ont dit ça pour ne pas vexer le Français tout content de parler d’animés avec eux ^^

  • Eddy Vanleffe....  

    Et pourtant a &crit en paralèlle un manga sans doute plus fidèle à ce qu’il avait en tête… en relation étroite avec Mazinger, Sayaka et comme souvent chez Nagaï la fin du monde par holocauste nucléaire…

    • Stéo...Léphane... Euhh...  

      Difficile de savoir… Le manga avec la fin apocalypse qui est paru en France n’est pas à proprement parlé de Nagai… Souvent, au Japon (et donc dans les mangas traduits chez nous) on aura le nom du créateur des personnages crédité comme scénariste, alors qu’il n’a rien fait que relire et accepter le boulot du dessinateur. C’est comme ça que Kurumada est crédité du scénario de Lost Canvas alors qu’il n’y est pour rien.
      La suite de Mazinger Z, ça devait être God MAzinger, dont on voit l’un des aspects dans l’article. Il devait y avoir aussi un Mazinger géant, si je me rappelle bien, le Big Mazinger, allié au premier.

  • JP Nguyen  

    Un chouette redémarrage de saison. Leo-rak, Go !

  • Vindicator  

    Ah enfin finies les rediffusions . C’était long cette année.
    Je ne connais pas gokdorak mais l’article est suoer

  • Ben Wawe  

    J’ai très peu vu Goldorak, mais l’article est passionnant sur ses coulisses. La preuve que, souvent, nul n’est prophète en son pays.

  • Stéo...Léphane... Euhh...  

    JP, Vindicator, Ben, merci ! :)

  • OmacSpyder  

    Une belle déclaration d’amour pour démarrer la saison!(des amours aussi?)
    Un article sous forme de mise en abyme, illustrant par le menu comment le Prince d’Euphor s’est réfugié à l’intérieur de nos petites têtes (encore) blondes tandis que sa planète nippone natale le bannissait.
    Voici donc un exil dans la réalité, et nos yeux sidérés d’alors comme autant de refuges pour notre princier Actarus.

    J’aime beaucoup ton analyse sur l’attrait dû à la mélancolie du personnage, ne correspondant pas aux canons des héros nippons davantage aux prises avec une dimension agoniste, tourné vers l’action. Cette mélancolie du personnage aurait ainsi trouvé davantage d’écho dans la vision occidentale du héros…

    L’article nous explique sous un angle encore différent comment les petits français d’alors ont accueilli ce réfugié comme un prince qu’il était et qu’il est resté.
    Merci Stéphane pour cette vision supplémentaire!

  • Manu  

    Encore un super article passionnant à lire dans Bruce Lit, bravo à l’auteur !
    Étant né fin 1977, je ne peux qu’aimer ce sujet.

  • Jyrille  

    Merci Leo de parfaire encore ma culture ! Même si je dois avouer que j’ai un mal fou à retenir tous ces noms… je crois que je n’apprendrai jamais, entre tous ces Mazinger.

    Content également que tu lances la saison 6 de Bruce Lit sur de tels hauteurs : 40 ans pour Goldorak, ça se fête !

    Je te rejoins complètement sur la mélancolie du héros qui doit mieux seoir aux européens qu’aux japonais. Mais je dois te croire sur parole car je suis vraiment peu au fait des habitudes nippones.

    Je me souviens bien d’avoir regardé Le Prince Saphir de Tezuka, mais je suis incapable de fournir une chronologie à mes visionnages d’enfant. En été 78, j’allai sur mes 5 ans, pas sûr que j’ai pu découvrir Goldorak à ce moment-là.

    Y a pas de BO du jour ? Bah alors ?

    • Présence  

      Sur le facebook apparaît Sole Survivor, de Blue Öyster Cult, tiré de l’album Fire of unknown Origin, un choix d’homme goût (et ce n’est même pas moi qui ait choisi :) ).

      • Stéo...Léphane... Euhh...  

        Non, c’est moi! :D

        J’adore cet album (mais pas sa couverture!)

        J’ai tout de même failli mettre du Queen.

        • Jyrille  

          Aaaah oui Présence, je n’ai pas fait attention sur le FB ! Je vais aller écouter ça car je ne connais pas Blue Oyster Cult à part leur titre qui a mené à un sketch du Saturday Night Live (MORE COWBELL !!).

          • Présence  

            Le célèbre Don’t fear the reaper.

            J’ai eu un sourire franc en croisant un visiteur dans un musée qui portait un teeshirt avec le slogan More cowbell ! Je ne pensais que ce sketch avait eu un tel impact culturel.

            J’aime beaucoup la discographie de Blue Öyster Cult, à part 3 albums, avec une préférence pour Spectres, Cultösaurus Erectus, Fire of unknown Origin, ExtraTerrestrial Live et Imaginos.

  • Tornado  

    Avec le recul, je me rends parfaitement compte que Goldorak a été mon vrai premier héros absolu, avec Tarzan (version Weissmuller). Ces deux là passaient pour moi avant tous les autres quand j’étais gamin. Avant Bruce Lee, Spiderman, Luke Skywalker ou Rahan.
    Je suis tenté par le coffret blu-ray (notamment celui en forme de vaisseau Goldorak !). Mais parait-il qu’il n’a bonne presse car la qualité est très bof. Quelqu’un est au courant de la chose ?

    • Matt  

      Je peux pas te mettre le lien (enfin je peux…mais le temps que Bruce débloque le message…)
      Mais voilà ce que j’ai lu sur un forum :

      « Les disques sont les même que précédemment édités toujours le même portage des dvd basse resolution mais en progressif et 0 bonus , 1 seul générique fr…  »

      Apparemment, t’as que le support blu-ray pour une question de place sur les disques, les épisodes sont en résolution DVD 720×576

      Aucun intérêt donc pour ma part^^

      • Tornado  

        D’autant plus que le prix des blu-ray… Non merci !
        Tant pis pour eux, je vais rester avec mes vieilles versions dématérialisées…

        • Matt  

          Bah ouais, si tu paies le prix des blu-ray c’est pour avoir une qualité blu-ray^^
          Moi perso je m’en fous un peu de la HD, mais ça m’empêche pas de me dire que si t’as de la qualité DVD en achetant des blu-ray…ben…autant acheter les DVD^^

  • Bruce lit  

    Actarus, un héros mal aimé des ses créateurs et producteurs ? C’est fou cette histoire et merci de l’avoir si bien racontée Léo.
    Je suis très content d’ouvrir la saison avec toi en espérant que nous pourrons réhabiliter tes vieux articles animés au plus vite et te refaire ainsi apparaître dans les hastags du blog où tu avais refait une timide apparition avant l’été.

    Tu m’apprends que la soeur d’Actarus a été créé par Araki. Non seulement j’ai hâte de lire cet article que tu nous promets depuis 3 ans mais as tu d’autres anecdotes sur Phénicia, c’est un personnage que j’aimais bien. Son doublage était moins cruche que cette pauvre Vénusia.

    J’apprends aussi que la fin de la série a été baclée. Mais qu’est ce qui avait été prévu alors ?

    Dernière chose : j’aime beaucoup ton titre optimiste !

    • Stéo...Léphane... Euhh...  

      Je n’aime pas trop ce personnage… Vénusia trouve plus facilement grâce à mes yeux, vue son évolution.

      Ce qu’il y avait de prévu? Une attaque sur la lune, durant laquelle les 4 persos détruisaient sans doute le camp de la Lune Noire, comme on voit dans la 7eme image…

      Ha, l’article sur Araki… Euh… Disons à Noël? ^^

  • Présence  

    Royal !!! Un début de saison extraordinaire avec un article qui coule tout seul et passionnant pour une personne comme moi qui était en âge de regarder la télévision à l’époque en 1978 et qui a pu apprécier l’arrivée du Prince d’Euphor, une révolution dans le paysage audiovisuel français.

    C’est un grand privilège de pouvoir ainsi découvrir les coulisses de la construction de la série, et d’avoir enfin le fin mot sur cette histoire de série dédaignée par les japonais, avec un éclairage culturel aussi limpide qu’éclairant.

  • Stéo...Léphane... Euhh...  

    Merci pour tous vos retours!

    (On m’a offert il y a deux ans les dvds de la série. La qualité est bonne sans plus. Donc je peux imaginer que les blurays sont dispensables. Et puis si c’est pour donner du blé à AB productions…. )

  • matt & Maticien  

    Démarrage nostalgique et passionnant. j ignorais la vie de famille compliquée de notre héros mélancolique qui est effectivement le point de départ d’une nouvelle culture du Da. mais au fait avant il y avait quoi sur nos écrans (

    • Stéo...Léphane... Euhh...  

      Eh bien… Le Manège Enchanté… Vik le Viking… Spider-Man… Oum le Dauphin… et autres dessins-animés comme les Hannah Barbara, je suppose.

      A noter, tiens, en 1981, Capitaine Flam était prévu pour Récré A2, mais la même Jacqueline Joubert a confondu Captain Future l’animé venu du pulp des années 1940 avec une bd érotique… Et ce qui aurait pu être un autre gros succès pour Antenne 2 s’est retrouvé sur TF1!

      • matt & Maticien  

        Effectivement, mais tout cela a disparu de ma mémoire (sauf spider man mais je ne l’ai découvert que bien plus tard). j’ai un vague souvenir du manège enchantée. je crois qu’à l’époque ma soeur aimait mais cela m ennuyait un peu. merci pour ces réponses

        • Jyrille  

          Aaah oui j’adorai Vik le Viking ! Quant aux Hannah Barbera, la qualité variait beaucoup et l’animation était assez moche. Tout le contraire des débuts de Miyazaki (je crois) arrivant par la suite (Les trois mousquetaires, Sherlock Holmes…).

          • Stéo...Léphane... Euhh...  

            Ou son boulot sur Lupin the 3rd , Conan the Future Boy et même Heidi a Girl of The Alps!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *