Opération : Baston (Big Man PLans)

BIG MAN PLANS par Eric Powel et Tim Wiesch

SPECIAL GUEST : LAURENT FERREIRA

VO : Image Comics

VF : Delcourt

Rencontré lors d’une conférence comics, Laurent a 2 qualités : il habite à côté de chez Nikolavitch et de chez moi et en outre d’être éminemment sympathique (malgré son teeshirt Cinderella) en nous offrant bières et whisky et sous la pluie, il débute dans la critique comics (CritiKomics) avec l’aplomb d’un pro.
Welcome to lui !

©Image Comics / Delcourt

Alerte Météo : il va pleuvoir rouge ! Critique sanglante du petit BIG MAN PLANS sur Critikomics. NON !!! Pardon…l’habitude… Critique sanglante du petit BIG MAN PLANS sur Bruce Lit. Eh oui, quel honneur me fait ce Mister Bruce Lit…
BRUCE LIT !!! Attends…j’viens de comprendre ! Je vais peut-être intituler cette critique La fureur du Powell ! Ou Opération Baston !
J’laisse les anciens réfléchir un peu à ces parodies de titres de films. Les plus jeunes, j’suis désolé, je ne connais pas trop les films de Jet Lit. Jet LI ! Mince, je m’y perds.

Donc revenons à nos nains, et à la Fureur du Powell : BIG MAN PLANS. Big Man plans, publié par les éditions Delcourt, est écrit par le big Eric Powell son ami Tim Wiesch (scénariste de ce seul livre et vice-président du développement chez Oni Press).

Eric Powell qui a remporté plusieurs prix Eisner  avec The Goon (meilleur numéro ou one-shot, meilleure série, meilleure publication d’humour, meilleur auteur) et The Goon : Chinatown (meilleur peintre ou artiste multimédia). Cette pépite qu’est The Goon se pavane bien en évidence sur les étagères de ma bibliothèque, et je ne l’ai pas encore lue (bouuuuuuhhhh) car il y a des œuvres que vous savez que vous allez adorer (déjà rien que le trait du dessin je suis fan) et du coup on se les réserve pour LE bon moment.

En attendant j’ai craqué pour son Ed Gein (également paru chez Delcourt cette année) et  dont la critique est disponible sur ma page également. J’essaie du coup d’être objectif avec un auteur que j’affectionne tout particulièrement.

©Image Comics / Delcourt
Le pitch :

C’est l’histoire d’un homme de petite taille…ça commence comme une blague mais le ton humoristique s’arrêtera là.
Notre héros termine de lire une lettre (dont le contenu sera révélé tout du long de ce comics) qui le met bien vénère. Vénère de chez vénère hein…comme une bonne sœur à qui on aurait prêté un vélo sans selle. S’en suit une histoire de vengeance en bonne et due forme, dont la folie ne prendra fin qu’à la toute dernière case.

 Le dessin :

C’est du Powell, juste excellent. Ce trait un peu cartoonesque, détaillé, parfois fin, parfois gros, mais toujours explicite. Powell mélange encore une fois plusieurs styles et ambiances (60’s, burlesque, moderne, guerre) et des cadrages différents et percutants. Il se fait plaisir et nous fait plaisir. Mais bon je suis fan, donc quelle objectivité ais-je encore ?

Mention spéciale à ce petit détail : à partir d’un certain point ça devient de plus en plus sanglant, et vous pourrez voir sur les bords des pages que vous feuilletez des empreintes couleur sang, comme si la violence était telle qu’elle déborde sur vos doigts depuis le livre. Juste dingue !

©Image Comics / Delcourt
 Ça vaut quoi ?

C’est costaud mon pote ! Le logo Pour public averti a trouvé son Comic. Dès les premières pages le ton est donné. Vous savez que vous n’êtes pas dans la barque de It’s a small world à vous balader sur cette douce rivière (oui vas-y, chante…nanana-nana-nanana-nana…). Là c’est sur un lac d’entrailles que vous naviguez avec un tibia en guise de pagaie !

J’ai beau tout lire (sauf les super-slips) j’ai plutôt un penchant pour les comics rudes (team Ennis on est là, OKLM ). BIG MAN PLANS Plans a réussi à me percuter. Pour ceux qui ont lu Ed Gein, bin ça passe pour un conte de fée à côté ! Là où il laissait l’horreur s’installer de façon subjective, ici elle est visuelle, sans concession aucune. Voilà le tableau.

L’histoire va nous plonger dans la jeunesse de notre héros à travers des flashbacks qui apporteront toujours de l’ampleur au chapitre concerné et le tout se lit avec une telle simplicité. C’est vraiment agréable et c’est bien étrange de dire ça ici !

C’est rythmé, violent, gore, triste…mais jamais vous n’aurez de haine envers ce petit bonhomme qui au final évolue dans un monde bien plus pourri qu’il ne l’est lui ! Powell ne cherchera jamais à justifier ces actes violents, mais vous les comprendrez. On en ressort choqué, presque apaisé avec la fin crépusculaire de cette croisade, mais la dernière case vous remet un dernier coup au moral.

©Image Comics / Delcourt

Vous vous direz que le monde est triste et moche, mais après avoir pris une bonne bouffée d’air frais vous serez contents que le Comics Code Authority n’existe plus et que Powell ait pu vous raconter cette histoire complètement déjantée et tellement immersive ! Si c’était un film, ce serait sûrement un Inspecteur Harry écrit par Tarantino et réalisé par Verhoeven.

Alors coup de cœur ? Non, car l’histoire se lit beaucoup trop vite (j’suis pas un pervers violent) et j’ai besoin d’espoir moi, les amis. Mais c’est un bon gros soleil sur lequel je reviendrai un jour pour me défouler avec plaisir, et qui a toute sa place dans ma bibliothèque !

PS :
– Mais c’est un malade ce gars !!!
– Qui le gars de CritiKomics ?
– Oui ! Il aime la violence…

Aaaaah la violence. On pourrait en faire tout un article. Je vous invite d’ailleurs à aller sur les sites de pas mal d’éditeurs qui en ont parlé. La violence dans les comics existe depuis leur création, la guerre mondiale ayant fortement influencé les scénaristes. Bien sûr cela a évolué et aujourd’hui on retrouve ce thème à travers des histoires poignantes, parfois vraies, grâce au talent des auteurs et dessinateurs qui grâce à ce thème dur, apportent aussi de la profondeur. Ce n’est plus seulement le gentil Batou contre le méchant bonhomme vert, le bien contre le mal.
Violence graphique, scénarisitique et j’en passe, cette violence est là pour dénoncer notre société et ses systèmes, et souvent elle n’est pas gratuite.
Alors ne vous en faites pas, vous n’êtes pas des dingues.
Même les éditeurs vous font confiance : vous ne voyez jamais écrit « merci de ne pas reproduire les scènes de ce comics ».
Lisez ce que vous aimez, découvrez de nouveaux horizons, le monde du Comics est riche et surprenant !

©Image Comics / Delcourt

28 comments

  • Alchimie des mots  

    Ouah! C’est plus une petite case mais une giclée d’encre et Bruce en est littéralement complice.
    Cela fait deux ans que j’entends parler de Éric Powel notamment avec Goon mais je ne me doutais pas d’un tel palmarès.
    Et pareil, c’est une longue série qui me fait de l’œil depuis un bon moment.
    Je vis un peu dans le monde des bisounours et je suis plus friand des Happy End mais tu donnes envie d’avoir les crocs 🙂
    C’est vrai qu’on lit des comics depuis longtemps mais on ne se doute pas de toutes les étapes qui ont été mises en place en amont.
    Je plaide coupable, le comics code Authority, j’en ai entendu parlé mais je l’ai survolé, genre ça ne concerne pas alors que certains auteurs ont dû batailler pour imposer leurs idées.
    Dû coup, cette histoire de nain massacreur donne vachement envie.
    Merci pour ce bel article, d’ailleurs, il se peut que j’ai d’autres comics à te faire acheter 😉

    • Laurent CritiKomics  

      Salut l’ami !
      Merci 🙂 T’as vu, finalement on va réussir à se ruiner l’un à cause de l’autre ahah
      Je te dirai quand je commencerai The goon. C’était prévu là mais il y a quelqu’un qui m’a incité à investir chez le Label 619 !!!

  • JB  

    Bienvenue sur le blog !
    Eric Powell, chez moi, ça va ça vient. J’ai commencé avec plaisir son Goon, mais après ce que je pensais une courte pause, je n’ai pas repris ma lecture. J’ai dévoré son Big trouble in Little China mais bon, il écrivait la suite de mon film préféré.
    Il va vraiment falloir que je me plonge dans sa série phare pour me faire une opinion. Peut-être que ce BIG MAN PLANS va m’aider à me remotiver ^^ Merci pour cette découverte !

    • Laurent CritiKomics  

      Salut, merci 🙂
      Bah tiens Big Trouble est sur mon étagère. Bientôt la lecture.
      Je te conseille quand même Ed Gein. Style bien différent mais les dessins sont superbes en nuances de noir et de gris.

    • Eddy Vanleffe  

      alors toi aussi tu peux voir des choses que personne ne peux voir et faire des choses que personne ne peut faire?

      • JB  

        Des choses vraies ?

  • JP Nguyen  

    Ce titre me disait vaguement quelque chose : recherche faite, il est sorti en 2016.
    L’article est très clair sur le contenu du bouquin. Et la conclusion sur la violence graphique est bienvenue. Sauf que… ce n’est pas trop ce que je recherche en ce moment. J’ai été un amateur de ce type de récit façon « il revient, il est pas content et il bute des affreux ». C’est l’ingrédient principal de certains Sin City et de tout le Punisher Max de Garth Ennis, entre autres.
    De temps en temps, j’aime bien regarder des films défouloirs comme John Wick. Mais en BD, avec la place limitée sur les étagères, j’essaie d’être plus sélectif. Je le prendrais peut-être en médiathèque…
    Sinon, belle plume et joli effort de mise en scène dans tes photos !

    • Laurent CritiKomics  

      Salut JP. Merci pour la plume 🙂
      Ah les goûts et envies du moment, c’est aléatoire.
      Moi pour le moment j’arrive à alterner les ambiances, mais après BLP j’ai eu besoin de lire un truc mignon ahah.
      Tout pareil pour les films, j’aime bien des fois ne pas penser. Par contre j’ai fait tous les John Wick à la suite, euh le dernier il était de trop mdr. Du coup ça fait du bien de pas, mais pas trop longtemps 🙂

  • Fletcher Arrowsmith  

    Welcome aboard,

    un bien beau album que tu présentes là avec un style bien à toi, nerveux, correspondant bien, à priori, à ta personnalité et tes références.

    Si c’était un film, ce serait sûrement un Inspecteur Harry écrit par Tarantino et réalisé par Verhoeven. : là cela me parle complètement. TOUS CE QUE J’AIME.

    Bon par contre je ne lis toujours pas d’Erik Powell. Je n’ai pas adhéré à THE GOON. Toujours pas essayé ED GEIN, lui préférant cet été la lecture des romans de Thomas Harris (nb : la série Hannibal est médiocre au passage). Néanmoins graphiquement j’aime bien les planches que tu présentes, qui titillent plus ma curiosité que celle de The Goon par exemple.

    Maintenant ai je envie de lire ce type d’ovni récréatif et surement un poil régressif qui fait du bien ? Pas en ce moment, sauf éventuellement à emprunter dans une bibliothèque. Malgré les excellentes références cinématographiques, je passe donc mon tour.

    Mais merci pour cette découverte.

    • Laurent CritiKomics  

      Salut Fletcher. Merci pour tes mots 🙂
      T’as bien raison, faut jamais se forcer, c’est un coup à passer complètement à côté d’un bon comic. T’auras peut-être l’envie un de ces 4. Tu me feras un retour. Je suis pas pressé, j’ai répondu à des posts d’il y a 7 ans sur le blog ahah

      Ps : des fois je suis calme mdr

  • Doop O'Malley  

    Bienvenue sur le blog. Super article et quel style ! Ça donne envie même si personnellement, Éric Powell j’ai jamais adhéré. The goon m’a définitivement éloigné de cet auteur. Trop de violence pour rien. La seule exception : Ed Gein ou pour une fois il met son talent de dessinateur extraordinaire au profit d’une histoire intéressante.

    • Laurent CritiKomics  

      Salut Doop 🙂 Merci beaucoup !
      Reste peut-être sur Ed Gein, c’est bien différent. Powell a dit que BMP avait été écrit à une période un peu sombre de sa life (il a pas détaillé).
      Et oui, le dessin sur Ed Gein est génial. Je me suis surpris à contempler certaines cases pour découvrir tous les détails et nuances.

  • Nikolavitch  

    Bon, un Powell que j’ai pas et dans lequel il va falloir que je mette le nez !

    • Laurent CritiKomics  

      J’ai influencé le grand Nikolavitch pour une lecture. J’vais en chier des bulles !

  • Zok.  

    Ha ben voilà un truc qui me parle ! Un défouloir de rentrée.
    En parlant de découvrir de nouveaux horizons, je viens de lire Métaphysique de la viande de Christophe Siébert, du coup je suis (vraiment) prêt pour une virée gore, en plus avec le côté burlesque qui me permettra de conserver, cette fois, ma santé mentale.

    • Laurent CritiKomics  

      Salut Zok.
      Yep tu me diras ce que t’en as pensé 🙂

  • Présence  

    Bienvenue à Laurent Fereira ! Ni une, ni deux, j’en ai profité pour m’abonner à ton instagram.

    C’est un vrai plaisir que de pouvoir me replonger dans cette lecture bien extrême, bien malsaine, et de la relire par les yeux d’un autre. Merci beaucoup.

    Une vraie histoire de vengeance qui va jusqu’au bout, exécutée par un personnage principal assez étoffé pour qu’il soit crédible. Les auteurs devaient avoir des sentiments négatifs intenses à exorciser, et ça se voit sur les pages, à la fois dans les situations, mais aussi dans la force graphique des dessins que tu mets bien en valeur.

    • Laurent CritiKomics  

      Salut Présence. Yep bienvenue sur mon modeste insta alors 🙂
      Oui ils devaient être bien au fond. Powell l’a dit (dans le comic d’ailleurs de mémoire) que c’était une période sombre. C’est un artiste, comme un musicien : ils pondent selon ce qu’ils absorbent de la vie. Ça influence le quotidien. J’espère qu’il va mieux le Powell ahah

  • Laurent CritiKomics  

    Bruce au passage tu m’as fait rire avec la présentation. Elle est top 🙂
    La prochaine fois je mettrai mon T-shirt Sticky Boys tiens !

    • Bruce lit  

      Merci à toi Laurent. Il me faut absolument cette BD avant qu’elle ne soit interdite par Peter Dinklage.
      Prochaine étape pour toi : Le Punisher de Garth Ennis et plus particulièrement l’épisode 16 et 17 de Marvel Knights où Wolverine et lui s’attaquent à des nains enragés.

      • Laurent CritiKomics  

        Yep, je comptais me faire la série Punisher de Garth Ennis.
        C’est prévu dans ma liste de Noël 🙂 Bah Garth Ennis quoi !

        • JB  

          Et puis l’histoire en question est illustrée par Darick « The Boys » Robertson, si je ne me trompe pas.

          • Laurent CritiKomics  

            Aaaaaah. La fine équipe alors 🙂

  • Heddi  

    Oulala,
    merci Laurent pour cet article musclé !
    Je pense que je vais me laisser tenter.

    • Laurent CritiKomics  

      Salut Heddi 🙂
      Je t’en prie. Tu me feras un retour, même si c’est dans longtemps. À bientôt.

  • Jyrille  

    Bienvenue Laurent ! Désolé j’arrive après la guerre mais j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ta prose pleine d’humour et de références ! J’ai lâché The Goon après 4 tomes VF mais je ne la rejette pas du tout, c’est de la bonne came. Je ne connaissais pas du tout cette bd qui m’a l’air d’étre avant tout un bon défouloir cathartique, pourquoi pas. Merci donc pour la présentation, reviens quand tu veux ! (oui je sais c’est pas moi le boss…)

    Pas de BO ?

    • Laurent CritiKomics  

      Salut Jyrille, si tu connais les références c’est que soit t’es bien cultivé, soit t’es pas très jeune ahah
      Pour que je puisse éventuellement revenir je te propose un putsch ! On en reparle en privé 😉
      Si je te réponds pas c’est Big brother m’a eu…

  • Eddy Vanleffe  

    Welcome again.

    Rigolo quand je voix les scans, j’ai l’impression de voir Peter Dinklage en pleine vengeance furieuse, bon ce sera toujours mieux qu’en Cyrano.
    la violence du comics, c’est vrai que c’est inhérent au genre…
    Bon sinon, ça a l’air bien bourrin comme une sorte de John Wick quoi..il avance et flingue tout le monde, pourquoi pas, à lire un lendemain de vote je suppose…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *