Pasta al mutants ! (Days of Future Past : le film)

 

Days Of Future Past par Bryan Singer

Publié le 01 juin 2014- Mise à jour le 18/11/18

L'affiche française du film

L’affiche française du film
(C) 20th Century Fox

AUTEUR :  STEPHANE MAILLARD PERETTI

Je voulais l’aimer, ce film. Encore maintenant, je veux me dire qu’il est bon. Non. Qu’il n’est pas mauvais ! Il y a quelques jours, je me suis trouvé une place avec des potes, assez près de l’écran pour être bluffé par les effets spéciaux, pas trop pour m’exploser les yeux. Et j’ai évité les horaires de projection de cette foutue 3D de mes deux.

Ah, Bryan, Bryan. Je n’ai jamais aimé tes films. Le premier X-men, avec sa moto gadget et son turbo ridicule, sa Jean Grey aussi sexy qu’un bulletin de vote du FN, incapable de soulever le griffu dans la statue de la liberté, le plan stupide de Magneto… Mais les années passent, et on s’améliore. Enfin, à part quand on s’appelle Rob Liefeld ou Patrick Bruel, bien sûr.

Mais voilà. Au contraire de l’énorme masse de spectateurs qui ont encensé le film, malgré les critiques dithyrambiques, et surtout l’envie d’aimer, d’y croire, de CRAINDRE pour les mutants, Mr Singer a encore une fois planté son sujet, à mon goût. Le film, comme la BD, s’ouvre sur le futur, un New York sombre et désolé, et des files sans fin de prisonniers.

Bienvenue dans l'enfer du réel

Bienvenue dans l’enfer du réel 
Source Comic Vine
(C) 20th Century Fox

Une machine déverse des monceaux de cadavres dans une fosse. Et je me dis : Bon sang, oui ! Oui, vous avez osé le faire, sombre, désespéré, comme il le faut ! L’action débute rapidement, les X-men sont en mission et on découvre Bishop, Solar, Warpath, Blink (qui se fige en usant de ses pouvoirs comme le ferait un acteur de sentaï, force mauve en action!) pour les nouveaux, ainsi que Iceberg, Colossus et Kitty Pryde.

Les sentinelles (des unités semblant presque organiques, un léger air de Nemrod sur leur faciès) les découvrent, le combat est livré, les mutants tombent plus vite que des mouches. Et Kitty, grâce à un nouveau pouvoir qui ne sera jamais expliqué, désamorce la scène avec Bishop en retournant quelques instants dans le passé pour prévenir ses comparses. Rien n’est alors arrivé, le présent s’efface. Comme elle l’explique à une seconde faction de mutants composée de Tornade, Xavier, Magneto et Wolvie, bien loin de là, en Chine. Le sauvetage via le passé peut débuter.

Faites-moi confiance, vous ne sentirez rien

Faites-moi confiance, vous ne sentirez rien
Source Bustle
(C) 20th Century Fox

Les 70s: Logan est donc de retour dans son corps. Il trouve Xavier et le Fauve et je vous passe les détails. Grâce à Vif Argent, (Evan Peters de American Horror Story) Magneto rejoint l’équipée. Mention spéciale à cette scène présentant le véloce et hautain Hermès du 20eme siècle !

A partir de là, le film se penche sur les atermoiements assez gonflants de Xavier, drogué à son sérum lui permettant de marcher et lui sucrant ses pouvoirs, malgré la mort de certains de ses anciens élèves et d’autres mutants enlevés et disséqués (!) par Bolivar Trask (Peter Dinklage de Game Of Thrones). Et sur une course poursuite pour arrêter Mystique dans son entreprise: tuer le dit-Trask, déclenchant la création de Sentinelles surpuissantes utilisant l’ADN de la mutante.

On ne sait plus alors qui chasse qui, entre Magneto ridiculement idiot, décidant que, d’une manière ou d’une autre, Raven est LA menace pour le genre mutant, l’exécutant presque sous les caméras françaises, ou Mystique qui le blâme de l’avoir faite ce qu’elle est. Xavier, lui, ne se fait pas suffisamment confiance pour utiliser Cerebro, et tout cela livre des scènes assez gratuites qui auraient pu être remplacées pour dépeindre ce qui reste l’inconnue X: le futur.

Car le principal problème pour un fan des X-men, pourrait être là: Dans le comic book, nous suivions l’équipe des X-men du futur, et chacune de leurs paroles était imbibé de désespoir.

Un jeune Striker veille sur Bolivar Trask

Un jeune Stryker veille sur Bolivar Trask 
Source Standbyformindcontrol

(C) 20th Century Fox

L’élipse sur Magnéto couvrant la fuite des prisonniers, la désintégration sans appel de Franklin Richards, les tombes des héros, la froideur de Peter Rasputin, ses enfants assassinés par les robots. Une X-woman était balancée dans le passé et avait 24 heures pour sauver le présent (qu’importe en vérité que ce soit Kitty ou Wolverine, nous n’en sommes pas aux détails, c’est une adaptation). Le fait est que futur ou pas, chaque mort comptait. Parce que nous y étions. Ce futur avait une réalité palpable. Implacable.

Ici, à part une vue rapide de NYC et le résumé des faits par Xavier en début de séance, force est de constater que l’on ne se sent pas vraiment impliqué dans ce désastre qu’est l’avenir. La quasi-totalité des scènes futuristes se passe en Asie, dans un temple (la cité des morts, peut-être, un essai de métaphore ? ) et si le coin est plutôt beau, il ne dépeint en rien l’atmosphère oppressante des rues de la Big Apple désertée des New Yorkais. C’est même plutôt zen.

Bloody Hell!  Nul échange conséquent de paroles entre les personnages, leurs espoirs, leurs regrets! Se connaissent ils vraiment? Comment s’attacher à la mort de ces gens que nous ne connaissons pas, et dont même le nom restera inconnu à la plupart des spectateurs?

Ici, les humains se sont battus pour les mutants, nous dit-on. Un contre-pied aux autres films, et un autre à la BD où les dits purs et hybrides dévisagent la pauvre Kate Pryde en chemin vers son foyer d’infortune. Enfin, après un jeu du c’est ta faute pas la mienne dans le triangle Xavier-Magneto-Mystique, le climax oppose de nouveau Erik Lensherr aux mutants. Une seconde fois dans le film, ce dernier choisit l’agression et la bêtise, et déclare pratiquement la guerre aux humains. Indécrottable crétin décrit par Bryan Singer qui n’a jamais compris les X-men et leur némésis.

image9

Solar, devenu par simplification, une torche humaine.
Source Daily Mars

(C) 20th Century Fox

Connaissez-vous les prouesses d’acteur de Peter Dinklage ? On ne lui laisse pas les déployer ici, son rôle étant plat, et ne lui laissant que peu de finesse dans son jeu, si nuancé dans la série HBO. Reste une scène basée sur Vif-Argent assez savoureuse, un combat désespéré dans le futur en fin de film aux effets spéciaux sympas, quelques lignes bien écrites (Tu as pris un acide?), des sentinelles plutôt crédibles, et enfin une musique moins claironnante, en adéquation avec le reste (je hais les ambiances sonores des premiers X-men, ou encore de Spiderman).

Et la continuité est assez élégamment ré-instaurée. Oh, et bien sûr, restez jusqu’à la fin du générique, comme toujours. Je ne pourrai pas dire que DOFP est un mauvais film. Mais je ne l’encenserai pas. Car il y avait tant à faire, tant à dire. Quel impact la mise à mort des héros, un futur, aussi sombre soit-il peuvent-ils avoir lorsqu’il sont abolis?

Ce qu’il manque aussi ici, c’est de la tristesse, lorsque beaucoup de place est faite au rire.Vous trouvez ça idiot? Enlevez à des films tel que Blade Runner la scène de résignation de Rutger Hauer… La lettre à Roberta Sparrow de Donnie Darko, dans le film éponyme, sur fond de reprise de Mad World… Les mots de Swoff, repensant à la guerre du Golfe dans Jarhead ou encore la mélancolie imprégnant Stand By Me de Reiner ou Outsiders de Coppola.

Days Of Future Past restera donc un joli blockbuster qui ravira les non-initiés et même les autres, et c’est ce que doit faire un blockbuster. Un poil plus fin que les autres films à gros budget, il pêche par son manque d’émotion, et là où son modèle de papier marquait les esprits par sa violence et son inéluctabilité, le film oublie la mise en garde de la version originale: Certaines choses ne changent pas et la lutte pour le futur ne s’arrête jamais. J’entends la cohorte des fans, mais comme le disait un chanteur de mon adolescence : Papa, quand je s’rai grand, je sais c’que je veux faire, je veux être minoritaire

44 comments

  • jyrille  

    Bon, ça y est, je l’ai vu. Alors, tout d’abord, je ne suis pas du tout un spécialiste de X-Men et j’ai détesté les trois premiers films de la franchise. Le nouveau cast apparu avec Le Commencement me plaît déjà beaucoup plus.

    Deuxièmement, je n’ai jamais lu l’histoire originale. Je dois l’avoir en copie PDF mais il faut encore que je la lise.

    Enfin, j’y suis allé avec mes enfants, 10 et 13 ans.

    Je comprends donc beaucoup mieux ton commentaire et je te rejoins sur beaucoup de choses : notamment les réactions de Magneto et le discours incohérent de Trask, le scientifique fou. Tout comme toi, la scène de Vif-argent est sans doute la meilleure du film.

    Mais tu te trompes sur le désespoir. Mes enfants et moi-même ont été terrifiés par les pouvoirs des Sentinelles, les mises à mort sont horribles et on a peur pour eux. Pas besoin de les faire se balader dans un New-York dévasté, la menace pèse vraiment, on sait que lorsque les sentinelles viendront, aucun ne survivra.

    J’ai adoré le film jusqu’aux dernières scènes en France. On est dans les années 70, une reconstitution qui ressemble aux récentes adaptations de films de gangsters de cette époque (American Gangster, Les Lyonnais…) avec une vraie mission et une mise en oeuvre d’une équipe presque nouvelle. Après, c’est un gros coup de mou, on aurait pu faire bien plus rapide et écrire quelque chose de plus intelligent, car Magneto agit encore comme un crétin. Mais bon, il manquait un gros climax, alors on allonge la sauce. On base le scénario sur Jennifer Lawrence qui est la plus bankable en ce moment (j’adore sa bouille). Ca reste une adaptation avec des critères très précis à fournir.

    Donc il n’est pas loupé. Compare-le aux trois premiers X-Men, tu verras qu’il s’en sort beaucoup mieux, y compris au niveau du scénario (qui ressemble furieusement à Terminator). On est loin des réussites Captain America et Avengers mais on s’en approche beaucoup. Du très bon grand spectacle même si tout n’est pas parfait.

  • jhudson  

    Singer n’aime pas les super héros ,il l’a dit assez souvent dans le passé ,donc il n’a que faire de respecter le comic d’origine.

    A part Usuals suspect j’apprécie peu ses films (il ne sait visiblement pas diriger ses acteurs, et dans ces conditions il leur est très difficile de rendre crédible leur personnage a l’écran ), et quand il a le malheur de se prendre pour un scénariste comme dans les films XMEN ,c’est encore pire car il fait alors du grand n’importe quoi ,vu qu’il ne comprend pas le genre !

    Le film a peu marché aussi USA aux USA (Budget 200M$ ,recette aux USA 227 M$) mais a cartonné a l’international ,la ou le public n’a jamais ouvert un comic de leur vie .

  • Erik 5  

    J’avais repris espoir avec First Class, qui était une véritable bonne surprise, mais dés que j’ai su que se serait Bryan Singer qui serait en charge du second volet, j’ai eu plus de réserve.

    Comme toi, j’ai voulu y croire en ce film, malheureusement Singer retombe très vite dans ses travers, une caractérisation simpliste des personnages, une méconnaissance de son sujet et surtout, il est toujours pas foutu de faire des scènes d’action convenables.

    Sans être mauvais, il fait quand même mieux que le 1 et 2, ce ne sont toujours pas les X-Men que je rêve de voir un jour.

    Mis à part, le futur, peu exploité et, comme tu le fait remarquer, délocalisé en Chine, l’apport des sentinelles dans les 70′s et une vaste blague et la façon dont singer s’en débarrasse est une insulte à l’intelligence. Le seul point positif du film, c’est cette nouvelle continuité, qui laisse carte blanche au futur en invalidant la première trilogie dans son ensemble et pas seulement le troisième film.

    Maintenant, une question me taraude, après avoir vu le site viral de DOFP, on se rend compte que le passé à été modifier, permettant l’avènement des sentinelles bien avant leur heure, ce que font d’ailleurs comprendre à Logan, Xavier et Magnéto à la fin de The Wolverine.

    Donc, Quid de ce qui c’est passé ?, qui est intervenu pour effectuer ce changement ? et surtout pourquoi le problème n’est pas soulevé dans le film ? Brian Singer c’est-il fait un sac de nœuds, a t’il simplement pensé que personne ne relèverait cet oubli ou en fera-t-il un ingrédient pour sa suite ?

    Suite au prochain volet, avec malheureusement toujours Singer aux commandes.

    Je serais tout de même intéressé de savoir , ce qu’aurai pu faire Matthew Vaughn si il avait été aux manettes de la suite de First Class

  • Leo Swampy  

    Salut! Merci pour vos points de vue.
    Ce n’est pas parce que la plupart pensent différement qu’on a tort :D

    Non, franchement, je reste très peu fan de ce film qui n’est pas mauvais. Il trahit juste l’esprit de la saga. Et effectivement, Singer ne capte rien aux X-men.

    On peut espérer un mieux pour Apocalypse, et un pieu pour Singer.

    • Bruce lit  

      Leo, tu apparais désormais dans les tags, en haut à droite tu cliques sur le + . Tu Vois ensuite Leo Swampy. Plus tu écris plus il grossit ! C’est plus facile pour rechercher tes articles. C’est Google Analitic qui me l’a dit ;)

  • Bruce lit  

    Je l’ai vu ! Je te rejoins sur le manque d’interactions entre les personnages. Il y a combien d’acteurs oscarisés dans ce film ? Cette pauvre Halle Berry qui n’a rien à jouer et dit une phrase au bout de 98 minutes !
    Bishop ne dit rien non plus , Omar Sy n’a pas du plancher bcp sur des cours d’anglais ni des nuits à apprendre ses dialogues. On est encore dans une configuration de film Wolverine featuring The Xmen. Quant à Peter Dinklage, il est évident que son rôle aurait pu être tenu par n’importe qui et qu’il n’est là que pour la plue-value des fans de Game of Thrones dont je ne fais plus partie.
    Certains décors semblent en carton pâte ce qui semble vraiment surréaliste au vu du budget du film. La forme bestiale de Hank est vraiment pas terrible et je n’ai pas reconnu sa personnalité.

    Pourtant, j’ai trouvé certaines scènes très réussies : pas de débauche d’effets spéciaux que j’ai trouvé sobre, la personnalité de Magnéto ressort bien et Mystique est bien plus intéressante à l’écran je trouve. Xavier accor à « l’héro » est une bonne trouvaille aussi. Ce quatuor fonctionne vraiment à merveille. Je ne regrette pas de l’avoir vu, je trouve que c’est du Marvel plutôt bien fichu avec un véritable effort concernant les paradoxes temporels.

  • Bruce lit  

    J’ai du respect pour Singer. Son Xmen, je ne l’ai pas beaucoup aimé, mais à l’époque il a été le premier à essuyer les plâtres des adaptations ciné. N’oublions pas que Xmen est le père de tous les films des Super Héros et qu’il fut sans doute à l’origine du déferlement pour la nouvelle génération de nouveaux fans. Pour ma part, je l’associe souvent à l’apparition du TPB qui est un format que j’affectionne et qui changea aussi l’écriture des scénaristes.

    Il suffit de me conditionner désormais avant un film Marvel pour me dire que je ‘y verrai qu’un simple divertissement et ça passe….

    • Jyrille  

      Pourtant le dernier Captain America va un peu plus loin que le simple divertissement non ? Même Avengers, un peu…

      • Bruce lit  

        Je vais couper la poire en deux. Comme Stéphane, en tant que puriste je trouve la plupart du temps mes héros et les histoires dénaturées…. Les films Marvel appliquent tous la même recette, il n’ y a pas de place pour la surprise. Je suis même nostalgique des premiers Marvel complètement raté comme Daredevil qui gardait un droit à l’echec et donc un effet de surprise. J’aimais beaucoup cette époque, on y trouvait pas tout ce qui merde, cette obsession du crossover qui a fini par flinguer la qualité du Comics Marvel. Les Avengers sont pour moi le pas dans la mauvaise direction…..Je suis un grand fan du Hulk d’Ang Lee, le meilleur compromis à mon sens entre le film d’auteur et la licence. La touche de Kenneth Brannagh pour Thor ? Pliiiiiizzzz’ !

        Maintenant , Stéphane, j’ai longtemps tenu une position aussi indéboulonnable que toi à propos des films. Demande à Tornado et Présence qui ont connu mon époque « les films Marvel, c’est de la merde ! J’ai mis depuis de l’eau dans mon vin en voyant à l’expo Marvel les yeux des gamins briller devant les planches exposées. Leurs portes d’entrées, c’étaient les films, pas les Spidey que plus personne n’oserait lire aujourd’hui ! Comme pour le foot, ces films ont enfin accueilli les femmes dans l’univers des Super Héros. Angélica adore les films Marvel, c’est le seul moment où elle me pose des questions sur les Super Héros. Et bien sûr, les gens comme Cyrille qui n’ont pas envie de se taper 50 ans de continuité….Lorsque l’on sait la croix et la bannière pour se trouver des VF digne de ce nom, comment l’en blamer.

  • Jord Ar Meur  

    Bruce, je croyais que le vrai père de tous les films des Super Héros (et qui fut un succès et permit l’adaptation en superproductions, bonnes ou mauvaises, d’autres Comic Books au ciné) était « Blade » de Stephen Norrington, (1998). Il est vrai que Blade n’est qu’un personnage secondaire et peu utilisé dans l’univers Marvel (Tomb of Dracula, Dr Strange, Nightstalkers, Captain Britain, Ghost Rider, Avengers, etc…). Même Panini n’a pas publié ses séries MAX.

    • Bruce lit  

      Monsieur Ar Meur, pour la peine d’avoir contredit le chef, votre prochaine article portera sur Blade à me remettre avant la semaine prochaine !

  • Jord Ar Meur  

    Faudrait déjà avoir lu de lui autres choses que ses rares apparitions en VF sur des dessins de Gene Colan dans les années 70… je n’ai contredit personne, Bruce, j’ai juste mis « je croyais… » :)

  • JP Nguyen  

    En fait, je trouve que les films actuels sont des divertissements de bon niveau mais manquent d’ambition.
    On sent parfois le discours sous-jacent « on s’excuse d’être un film de super-héros » ou « désolé, on a été sérieux 15 secondes, rassurez-vous les explosions et les vannes à deux balles reviennent tout de suite… »

    Dans le Days of Future Past par Claremont, l’important ce n’est pas tellement les sentinelles mais la dérive politique et populiste qui a mené les anti-mutants au pouvoir… Dans le film, on axe pas mal le scénar sur l’avantage technologique d’adaptation au pouvoirs que les sentinelles auraient tirées de Mystique. C’est une approche « technicienne »/scientiste qui dénature un peu le message de l’oeuvre initiale, plus humaniste.

  • Sylerin  

    Avant tout, c’est très bon comme papier.
    Y’a de l’émotion plus que de la prise de tête, de la simplicité qui rattrape ton avis tranché.

    Dans le contenu en lui même, je trouve que même une adaptation n’a pas réellement l’aplomb de s’appeler ainsi si c’est pour qu’en faite tout se ramène a une simplification.
    (Solar qui devient La Torche, les détails comme New York dont tu parlais.)
    Mais ce qui est marrant , c’est de voir que même si au final les libertés prises permette un rendu accesible a tous, il y’a eu cette volonté générale des scénaristes de rendre le tout complétement en vrac en ce qui concerne les enjeux, les psychologies comme les buts de personnages..

    Quand je suis ressortis de la salle de ciné , mon avis c’était que Le film semble avoir été fait par deux équipes distinctes de scénaristes et de réalisateurs qui n’ont pas réussis a s’accorder et pris chacun un pan du film.

    Ps : J’ai bien apprécié la dédicace a D.Darko.

  • Sa seigneurie majestueuse Leo Peretti  

    Donnie Darko est un joli ovni.
    Le propos du film Days Of Future Past est le voyage dans le temps.
    Celui de la BD du même nom est le danger de la dérive politique comme dit JP et les monstres que nous laissons se créer.
    Merci pour ton commentaire, Sylerin!

    • Bruce lit  

      A l’époque où j’avais vu Donnie Darko, le parallèle avec les Xmen m’avait sauté aux yeux.
      L’ayant revu il y a quelques années, j’ai trouvé çà nettement moins bien.

  • Tornado  

    C’est rigolo, je viens d’acheter « Donnie Darko » en blouré !

  • Stéphane Peretti, your friendly leo.  

    Tant que vous ne regardez pas la suite…

  • Sim Theury  

    Voilà ce que j’ai répondu à un de mes potes avec lequel j’ai un différent d’appréciation sur XMDOFP

    Pour commencer, je dois avouer que je n’ai pas vraiment aimé les films X-men (à part le deux et un peu First Class).
    Mais je reconnais qu’il n’était pas facile en 2000 de trouver un équilibre entre le respect du matériel d’origine et un certain réalisme pour éviter un coté trop kitsh. Ils ont eu le mérite d’ouvrir la voie à ce genre de films et d’avoir permis la réalisation d’autres adaptations.

    En visionnant Days of Future Past, j’ai vraiment essayé de faire abstraction de ce que je connaissais du comics. Je suis parti du principe qu’on avait confié une série de personnages à la Fox qui se chargeait d’un droit d’inventaire sur leurs passés, relations, pouvoirs etc.

    Pour bien comprendre l’histoire, j’ai du déjà m’accrocher et lire pas mal d’explications au préalable http://xmenmovies.wikia.com/wiki/X-Men_Movies_Wiki.
    Primo, le Prof X est bien vivant puisse que son esprit a été transféré dans le corps de son frère jumeau vivant dans un état végétatif (dans la scène finale de X3)

    Secundo, il faut comprendre en recoupant des indications éparses (et la scène de Wolverine – l’immortel) que les sentinelles Mark X n’ont été activées qu’en 2013 après 40 ans d’expérimentation basées sur les pouvoir de Mystique (dont on doit comprendre qu’elle a du s’échapper en cours de route puisqu’elle apparait à partir de 2000 dans X-men 1/2/3.

    La aussi, on peut se demander pourquoi Mystique, métamorphe visuelle, aurait le pouvoir d’adaptation et de création de pouvoirs.
    D’autant plus dommage d’aller lui inventer ce pouvoir que Synger avait sous la main Darwin (First Class) qui collait parfaitement à ce rôle.
    Sa résurrection n’aura pas été un problème vu son pouvoir (et après les explications du retour de Xavier, tout passe)

    Ok, donc on arrive en 2023 où la quasi-totalité des mutants sont morts ou emprisonnés ainsi qu’une partie des humains. Check

    Sauf qu’on a l’impression que seul Wolvie a vieilli avec ces deux mèches blanches, alors que par ailleurs Kitty, Iceman, xavier, magneto, storm ont l’air d’avoir le même âge que dans le présent. Pourquoi pas mais ça aide pas à s’imprégner de l’ambiance.

    Kitty, la passe-muraille, a donc le pouvoir d’envoyer l’esprit des gens dans le passé.
    Franchement pourquoi ne pas avoir utilisé un autre personnage comme Magik ? Ça aurait été quand même moins tarabiscoté.

    Pour le voyage dans le temps, c’est Wolvie qui s’y colle parce qu’il a un pouvoir qui peut aider à guérir son esprit des dégâts d’un tel périple … ouais.
    Sinon, y’avait Charles Xavier le plus grand télépathe de la planète mais bon Wolvie est plus bankable donc…

    Allez, en tassant bien ça rentre.

    Et maintenant, direction 1973 pour empêcher Mystique de tuer Trask et de fournir le matériel génétique qui transformera les sentinelles en T2 mixés avec le destroyer de Thor.

    … pourquoi 1973 ? Il n’aurait pas été plus facile de revenir plus tôt pour neutraliser Trask (meurtre, lavage de cerveau …) ?
    Genre quand Wolvie a refusé de rejoindre la first Class par exemple.

    Évidement si on part par là y’a plus de film.
    Admettons que la limite du pouvoir de Kitty c’est 50 ans.

    Je suis plutôt conciliant jusqu’à présent, non ?

    Wolvie va devoir régler plusieurs problèmes : le prof X n’a plus ses pouvoirs parce qu’il prendre une drogue pour pouvoir remarcher (toujours basée sur le sang de mystique, qui a déjà abouti à la transformation de Hank en Fauve bleu)
    Franchement Mystique c’est la panacée universelle, elle devrait penser à se faire breveter et bosser dans l’industrie pharmaceutique.

    Je m’arrête 5 min sur la perte des pouvoirs de Xavier qui ne sert qu’à gagner (ou perdre) du temps pour le film.
    Ah oui, il souffre d’entendre des voix dans sa tête ? Il a ce pouvoir depuis ses 9 ans et c’est maintenant qu’il craque ?

    Wolvie réussit à convaincre Xavier de l’aider et pour ça il faut libérer Magneto.
    Erik enfermé pour avoir tué Kennedy. (En fait il voulait l’aider mais il n’a pas pu dévier la balle – soulever des stades il peut mais dévier ou stopper une balle c’est plus compliqué)
    Il parait qu’il y a un petit film qui explique qu’il a été distrait et tout et tout … sauf c’est bête, l’explication elle n’est pas dans le grand film.

    Et pour sortir Magneto de sa prison faite à l’âge de pierre sans aucune armature métallique, on nous sort Quicksilver.

    Le perso est parfait, ces pouvoirs sont parfaits, visuellement ça pète (encore que je ne comprenne pas comment il peut écouter de la musique en une demi-seconde d’action)

    Mais bon, ils ont un super atout qui pourrait leur résoudre un paquet de problèmes à Paris tout en revenant à temps pour le petit déj’ … qu’ils laissent aux USA au lieu de l’emmener avec eux. (ok, je fais du mauvais esprit)

    Dans l’avion pour Paris, Magnéto nous fait la grande scène du 3ème acte. « Tu nous a abandonné ! » Ce qui a titre perso tombe à plat puisqu’on peine à savoir ce qu’il s’est passé durant ces 10 ans, qu’on se demande d’ailleurs comment Magnéto est au courant de tout ces morts et qu’aucun flasback ne vient donner un peu de matière à tout ça.

    Pendant ce temps, on suit Mystique au Viet-nam qui tombe sur un groupe de soldats mutants. Ras … sauf le petit mutant qui rend les gens malades avec un symbole biohazard dans sa main. On peut comme si la torche humaine était né avec un symbole « inflammable ».
    Mais bon, on le voit dans la scène d’intro et puis ça fait un lien avec le prochain film. Pestilence : Check. Reste plus qu’à trouver Famine, Guerre et Mort.^^

    Et hop, Mystique se rend chez Trask Industries, réussit par je ne sais quel miracle à imiter les empreintes digitales de Trask et tombe dans une pièce secrète dont les tiroirs et les dossiers (d’ailleurs sacrement haut pour un mec qui fait 1m30) font état d’horribles expérimentations sur les mutants dont certains connus.

    C’est clair, il faut tuer Trask. Un « Stop au nom de l’amour » plus tard, Mystique est stoppée, mais contre toute attente, Magnéto cherche à la tuer avant que ses pouvoirs soient utilisés contre tous les mutants.

    Et là il est capable de diriger une balle sans la voir et de l’attirer sans qu’elle ne traverse la peau de mystique.
    Plus tard il fera encore plus fort en injectant du métal dans les sentinelles avec des rails en ficello (ce qui donne encore une occasion à Synger de faire un joli plan en enfilade pour la 4ème fois).

    Xavier reprend alors ses pouvoirs pour ne pas en faire grand chose mis à part tchatcher avec lui-même et taper la discut’ avec Mystique au lieu de l’arrêter directement en prenant le contrôle de son esprit.

    Passons rapidement sur le « plan » de stratégie de la terreur de Magnéto qui aurait aussi bien pu se contenter de faire déconner les sentinelles pour discréditer Trask aux yeux du monde.
    Tout aussi zarb, de voir Mystique s’interposer alors qu’elle avait enfin l’occasion de tuer Trask.
    Xavier tape encore la discut à Mystique au lieu de prendre possession de son esprit pour l’empêcher de tuer.

    Mystique renonce ce qui fait d’elle une sorte gentille héroïne mutante pour les médias et suffit à faire renoncer le gouvernement au projet « sentinelles ».
    Sérieusement je serais le secrétaire d’état à la défense, je signe tout de suite pour 10 000 sentinelles devant une telle démonstration de force de Magnéto.

    Wolvie est repêché par Mystique / Stryker qu’on vient de quitter il y a 5 min à la maison blanche. Tout va bien.

    Pendant ce temps, dans l’indifférence général, tous les mutants du futur se sont fait massacrés comme dans la scène d’intro.
    De toute façon, on les connait pas ou si peu, que ça peine à émouvoir.

    Kitty continue à maintenir l’esprit de Logan dans le passé (on se demande bien pourquoi vu qu’il est sous l’eau en train de se noyer.)

    Et quand sonne l’hallali, Wolverine se réveille apparemment en 2013 ? (va comprendre Charles).
    Évidemment Jean et Scott sont en vie, c’était quand même l’un des buts du film.

    Alors oui, les décors et les costumes de Paris en 1973 sont jolis, les sentinelles sont relativement réussies, les acteurs jouent bien et les persos gagnent en profondeur.
    Mais je trouve dommage qu’au delà de ses incohérences inhérentes aux paradoxes temporels et aux limites floues des pouvoirs des persos, on passe à coté de l’ambiance apocalyptique du comics et du vrai choc de voir les personnages qu’on connaissait et qu’on aimait se faire massacrer par des sentinelles.
    On en revient d’ailleurs au principal problème de la licence. En 5 films, la gestion d’autant de personnages n’aura malheureusement pas permis de donner à chacun un minimum d’épaisseur pour qu’on puisse s’y attacher. Et hormis le quatuor Prof X/Magneto/Wolvie/Mystique, les autres figures iconiques des X-men peinent à s’imposer (n’est-ce pas Colossus ? ^^)

    Voilà « rapidement » ce qui m’empêche d’apprécier ce Days of Future Past en tant que simple spectateur / amateur de comics

    • Bruce lit  

      « encore que je ne comprenne pas comment il peut écouter de la musique en une demi-seconde d’action » ahahah, excellent ! Globalement je ne maîtrise absolument pas la continuité X au cinéma. Il faut aussi dire que je m’en fous total….C’est quoi cette histoire de frère jumeau Xavier ?

      • Sim Theury  

        Dans X-Men 3, le Prof X est désintégré par le Phoenix.
        En post générique, on voit un homme qui ressemble à Xavier dans un lit d’hôpital
        En guise d’explication sur sa résurrection, on expliquera dans Wolverine, l’immortel qu’il s’agissait du jumeau de Xavier en état végétatif. Xavier a transféré son esprit dans le corps de son frère.

        Encore un truc qui me fait sortir la licence par les yeux.
        Et c’est pas le prochain X-men qui devrait me faire changer d’avis je pense ^^

        • Leo Peretti  

          Merci Sim Theury…
          Très bon démontage du film!

          Quand mes potes, ceux qui connaissent mon attachement aux X-Men me demandent « Alors, quand est-ce qu’il sort, Apocalypse? » , ils savent qu’ils risquent un « Je m’en fout » sans aucune méchanceté.
          Faut ce qu’il faut!

          • Bruce lit  

            Pareil, en fait pour tous les films de super héros….

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *