Persuasion

Extraordinary X-Men par Jeff Lemire et Humberto Ramos

Un nouveau départ ou un écran de fumée ?

Un nouveau départ ou un écran de fumée ?©Marvel Comics

Par BRUCE LIT

VO : Marvel

VF : Panini (kiosque)

Cet article passera en revue les 5 premiers épisodes de la nouvelle série X-Men post Secret Wars intitulée X-Haven. Le fameux Jeff Lemire est au scénario et la superstar (oui, il semblerait qu’il soit adulé partout dans le monde) Humberto Ramos est aux crayons.  

Marvel n’hésitant jamais à s’arc-bouter tous orifices ouverts pour de nouveaux lecteurs, il s’agit encore une fois d’une porte d’entrée idéale pour qui voudrait commencer les Xmen, sauf que dans les faits, c’est tout bonnement impossible. Et voici pourquoi.

Des spoilers tout sauf extraordinaires viendront muter sous le bout de votre nez durant la lecture de cet article.

Lorsque Jeff Lemire arrive sur la franchise mutante dans le Marvel 2016, on ne sait plus s’il faut le féliciter, le plaindre ou lui demander sa fiche de paie…
Autrefois maître étalon de l’écurie Marvel, les mutants durant les années 2000 auront souffert de l’amateurisme de scénaristes n’ayant rien d’intéressant à leur faire vivre, du syndrome House of M transformant nos gentils pacifistes en militants radicalisés et d’une purge nommée Brian Michael Bendis qui aura livré une prestation fascinante : écrire une série sans connaître ni les personnages, ni l’univers dans lequel ils évoluent et encore moins la direction à suivre.

Des monstres baveux, des costumes pourris et les planches irrespirables de Ramos...

Des monstres baveux, des costumes pourris et les planches irrespirables de Ramos…©Marvel Comics

Autant dire que lorsque Lemire, auréolé de son statut d’auteur indépendant arrive sur la franchise, il a autant de boulot que le chancelier Adenauer après la chute du mur de Berlin : poursuivre la continuité éjaculée par Axel Alonso consistant à faire s’affronter au gré de crossovers débilitants les famille de héros, intégrer la nouvelle hype en vue du prochain film (X-Men : Apocalypse, les Inhumains) et redistribuer les cartes avec des nouveaux personnages à intégrer dans les équipes. Ici la jeune Jean Grey dont on avait jamais autant souhaité la mort chez Bendis. Et le retour de Wolverine version Old Man Logan, rescapé du bordel des terres numérotées au grattage, remplaçant notre héros classique (après une humiliation totale du couillon-en chef Charles Soule) décédé dans la mort de Wolverine.

Lorsque commence X-Haven, Storm reprend (enfin) le leadership des Xmen constitués de Iceberg (sûrement une des raisons pour laquelle j’ai craqué, la seconde étant que ce sadique de Présence m’a offert le TPB), Illyana et Peter Raspoutine, Jean Grey et Wolverine et Nightcrawler qui passe ici ces 5 épisodes en captivité à réciter la bible.
Scott Summers est mort lors d’une guerre (oui, encore….), déclenchée contre les Inhumains et les mutants sont (entonner la mélodie habituelle)  craints et hais plus que jamais.

Le genre de page qui sera has been dans 10 ans...

Le genre de page qui sera has been dans 10 ans…©Marvel Comics

Durant X-Haven, Illyana devra persuader son frère d’arrêter la vodka et de s’Xmaniser de nouveau, Tornade devra se persuader qu’elle est à la hauteur du Leadership de Charles avant de persuader à son tour Jean Grey de réintégrer les rangs laquelle tente à son son tour de persuader ce vieux Logan de se faire les griffes sur les mauvais mutants.  Euh, les gars, faut pas se bousculer comme ça et déborder d’enthousiasme… Outre leurs vieux démons ès autoflagellation, nos héros devront affronter pêle-mêle les démons des limbes, une nouvelle génération de Maraudeurs ainsi que Mr Sinistre himself. Enfin, la brume terraogène des Inhumains les vouent -de nouveau- à l’extinction….

Il y a quelque chose de touchant à lire cette histoire. Pour un oeil attentif, la licence se raconte elle même : sa gloire passée désormais intangible lorsque Storm dans les instants de désarroi s’adresse au fantôme de Charles Xavier;  les gimmicks qui ont fait sa gloire puis sa chute (hein Tornado ?) à base de paradoxes temporels lorsque Iceberg constate que les Xmen ne seraient rien sans réalités alternatives; les phases de recrutement  du Canada jusqu’en Russie qui rappelle bien sûr X-Men Genesis de Lein Wein.

Le fantôme de Charles Xavier

Le fantôme de Charles Xavier (et les horribles lunettes de soleil d’Iceberg)….©Marvel Comics

Et puis la chute des podiums. Détrônés par les super flics incarnés par les Avengers, les rebelles du monde Marvel sont devenus has-been. Leur idéalisme ? Jetés dans les latrines par un Scott Summers Jack Bauerisé et qui en lieu et place de coexistence pacifique a déclaré la guerre à toutes les équipes Marvel. Ici, ce sont les Inhumains, plus hype désormais qui détonnent les mutants. Un procédé tellement malhonnête de la part de Marvel que c’en est passionnant  : cocufions les Xmen par les vedettes du prochain blockbuster.

Jadis dans un manoir luxueux, le QG des XMen a souvent été délocalisé au fil des ans et parfois dans des endroits incongrus : sur l’île de Magneto et celle de Muir, dans l’Outback australien, dans le vaisseau d’Apocalypse et même dans le complexe Weapon X !
Mais jamais l’emplacement de nos héros n’a jamais été si symbolique de la perte de leur aura : dans les limbes ! Autrement dit sous terre, aux oubliettes, les Xmen sont devenus la poussière embarrassante rangée sous le tapis…

Une domination féminine même pas sexy : une fille anorexique dont les pieds pèsent plus lourd que lensemble du corps...Qui donnera à Ramos des leçons danatomie...

Une domination féminine même pas sexy : une fille anorexique dont les pieds pèsent plus lourd que l’ensemble du corps…Qui donnera à Ramos des leçons d’anatomie ?©Marvel Comics

Les Xmen tentent de persuader les humains qu’ils peuvent les aider et se persuader eux-même qu’ils ne sont pas has-been. Leurs champions ? Une ado décédée qui veut sortir du casting et un vieillard taciturne qui dans un futur proche…a massacré les Xmen. Autrement dit ces All new, all different Xmen, comme ils sentent la naphtaline puisque outre certaines intrigues de Lobdell (le retour du virus Legacy, réactualisé, la division en deux équipes or et argent, les machinations de Sinistre) , on déjà lu ça quelque part, du côté de Chris Claremont au moment de l’arrivée de Rachel Summers comme ange punisseur d’un futur traumatisé. Ou Bishop chez Lobdell justement.

Ce pauvre Lemire est épaulé en plus par ce balourd de Ramos qui, comme Bachalo, livre des planches totalement illisibles, sans aucune marge de respiration pour le lecteur durant les bastons et dont le style cartoon est totalement inaproprié au drama qui se déroule sous nos pages. Par moment on y voit du Silvestri (l’apparence-classe- de Storm), d’autre moment l’exagération et l’outrance de Liefeld.
Quant à ses talents d’habilleur…ses costumes sont d’une laideur surhumaine n’égalant que ceux de Larocca au début des années 2000 et de Dodson lors de l’inénarrable crossover Utopia. Ses scènes de baston sont épouvantables, celui-ci étant nettement plus à l’aise dans les scènes d’intimité entre les personnages.

ex_4

Jean Grey, enfin capable d’articuler 3 phrases(mais qui continue de violer les pensées des autres) ©Marvel Comics

Et bien, Lemire, il s’en sort pas si mal en fait….Après une décennie assez désastreuse, le lecteur a fini par apprendre à se contenter de peu.  Lemire s’approprie les voix des personnages, les dialogues et les interactions entre eux sont crédibles et qu’importe qu’ils affrontent des menaces tellement peu interessantes, que se planquer dans les limbes pour prôner une coexistence pacifique avec les humains est totalement absurde  et que dépendre d’Illyana Raspoutine pour pouvoir y vivre témoigne d’une naïveté confondante.

Il parvient à faire de Jean Grey autre chose que la pisseuse de service. De Logan, un personnage tragique attachant et charismatique. D’Ororo une femme expérimentée déchirée entre doutes et illusions. Et rend une copie acceptable en se rappelant que Les Xmen, c’est avant tout une affaire de gestion des personnages. Une gageure quand on sait que Lemire en interview avoue avoir lu essentiellement que du DC. Ces Xmen, à défaut d’être extraordinaires sont acceptables. Reste à savoir si Lemire parviendra désormais à les sortir des limbes….

Illyana, même débérassée de sa frange se taille toujours autant la part du lion

Illyana, même débarassée de sa frange légendaire se taille toujours autant la part du lion©Marvel Comics

—–

« Special Jeff Lemire » 2/4
Jeff Lemire est il venu enterrer les Xmen ou les sauver après des années de Bendisseries ? Verdict chez Bruce Lit !

La BO du jour : Lemire rend sa copie d’une copie d’une copie d’une…..

60 comments

  • Présence  

    Lorsque Jeff Lemire arrive sur la franchise mutante dans le Marvel 2016, on ne sait plus s’il faut le féliciter, le plaindre ou lui demander sa fiche de paie… – Exactement ce que fut ma première réaction : hésiter entre tous ces choix !

    Je partage ton avis sur tout (je ne devais pas avoir l’air bien fin à opiner du bonnet au fur et à mesure de ma lecture de cet article). Ce sont des X-Men acceptables, pas enthousiasmants, mais un retour à l’ordinaire. Comme toi, j’ai eu l’impression que Jeff Lemire faisait un effort conscient pour évoquer des situations passées (un hommage à Lobdell et à Claremont) pour montrer qu’il serait respectueux de l’héritage historique de la série.

  • Matt  

    Roo il y a eu de bon dans les années 2000 quand même.
    Moi j’ai bien aimé le complexe du messie (et même second coming, tiens), la moitié du run de Whedon sur Astonishing X-men, les New X-men de Morrison et les mini séries de Ellis sur Astonishing aussi (ouh le blasphème) Ah oui et les X-men Legacy de Carey.
    Bon ok c’est pas tout génial mais bon…quand on reconnait des qualités à Onslaught, je saisis mal qu’on puisse défoncer sans pitié Messiah Complex par exemple^^ Il n’y aurait pas un peu de nostalgie là dedans ?
    Et puis les années 90 avaient leur lot d’étrons avec Byrne au scénar, le crossover Phalanx. Même AoA est bourré d’épisodes pourris qui m’ont fait revendre le truc.

    Mais bref…^^
    Bel article en tous cas, mais dont la série jugée ne m’intéresse guère. Trop de bazar avec des persos d’autres réalités dont je me fous (tiens, la jeune Jean est restée ? Et comment c’est censé marcher selon Bendis un truc pareil si elle venait du passé de la même réalité ?)
    Le seul truc qui pourrait me plaire c’est Storm avec sa coupe punk en leader comme au bon vieux temps. mais ça fait léger si le reste des intrigues est un copier coller de vieilles aventures et avec des persos que je n’ai même plus l’impression de connaître.

    Sinon pour Ramos, moi j’aime bien mais là si c’est bien lui qui dessine Illyana, je constate qu’il a revu à la baisse son exubérance cartoonesque et le truc c’est qu’à présent que ça se veut plus réaliste, les problèmes de proportions font vraiment dessins mal foutus. Alors qu’avant on pouvait se dire que c’était volontaire et que ça ne choquait pas par rapport à son style exagéré. C’est comme s’il voulait faire plus soft à présent mais sans avoir jamais dessiné de manière réaliste. Donc ça coince…

    • Bruce lit  

      @Présence : qu’as tu pensé de la prestation de Ramos ?
      @Matt : dans mon article Mutant Massacre j’évoquais au tout début avoir aussi aimé Messiah Complex et Second Coming. Concernant Ramos, c’est même plus une question de réalisme que de respiration dans ses planches.
      Pour avoir lu, hélas, le deuxième tome hier, les Xmen retombent dans la médiocrité avec une rencontre avec Apocalypse totalement idiote et un scénario rarement bordelique.
      Pour faire vite : Lobdell n’est pas Alan Moore, je ne crois pas qu’il ait d’ailleurs produit autre chose de grand par la suite et il a été comme les autres soumis aux exigences du crossover dont Onslaught. Il n’empêche que les personnages étaient respectés et leurs valeurs identifiables. Par moment, avec Lemire on entre voit un peu ça.

      • Matt  

        Ah ok…j’avais le souvenir d’un commentaire où tu disais « mais qui a envie de relire Messiah complex maintenant ? »
        Euh…ben…moi^^
        J’apprécie Ramos et Bachalo que tu sembles ne vraiment pas aimer. Je reconnais que 300 pages de ces dessinateurs ce serait épuisant. Mais ça ne me déplait pas à petites doses.
        Ramos n’est pas toujours bordélique non plus. Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu des problèmes dans ses planches sur Spidey (il est bien présent dans Superior non ?)

        • Bruce lit  

          Oui et il continue d’être le dessinateur principal sur Spider Man. Autant ses scènes de dialogues sont plutôt correctes, autant l’action est too much pour moi.
          J’aime bien le Bachalo des premières années, celui de Death notamment.

      • Présence  

        La version courte – Humberto Ramos insuffle une incroyable vitalité à chacun des personnages, avec une petite touche amusée qui rend la narration graphique très agréable sans être moqueuse.

        La version longue – Pour ces 5 épisodes, Humberto Ramos est tout feu, tout flamme, ses planches dégageant une énergie de tous les instants. Colossus est incroyablement massif, avec une présence lourde et pleine de force dans chaque page où il apparaît, une grande réussite. Storm a retrouvé toute sa grâce, même si elle semble un peu jeune. Magik a conservé une partie de son apparence baroque que lui avait attribuée Chris Bachalo dans la précédente série, lui conférant une présence remarquable dans chaque case. Les dessins de Ramos transcrivent à la perfection la jeunesse de Jean Grey, son caractère décidé de jeune femme qui ne s’en laisse pas conter.

        En début de chaque séquence, l’artiste fait l’effort de planter le décor de manière détaillée, en décrivant l’environnement correspondant. Comme il est d’usage dans les comics de superhéros, il s’affranchit de dessiner les arrière-plans pendant les scènes de combat, mais il est possible de ne pas s’en apercevoir du fait du crépitement d’énergie et de prises de vue plaçant le lecteur au milieu des personnages. La mise en couleurs d’Edgar Delgado participe à habiller ces séquences d’affrontements physiques, avec des effets pyrotechniques qui fonctionnent bien. Humberto Ramos n’hésite pas à exagérer le côté gracile ou massif des personnages, ainsi que les morphologies déviantes ou monstrueuses. Ainsi le lecteur voit bien qu’il y a une forme de dérision dans l’apparence bestiale d’Aries, mais en même temps, dans le contexte d’un comics de superhéros, c’est un personnage qui en impose. Il applique également une touche d’exagération (mais plus légère) dans les scènes normales pour un résultat impressionnant, sans verser dans la parodie, par exemple avec la frêle Jean Grey recrutée sous un rideau de pluie, ou l’énorme Colossus en train de labourer son champ.

        Dans le cadre de la présentation de la situation de Logan, le scénario prévoit plusieurs dessins montrant les cadavres des superhéros morts pendant Wolverine: Old man Logan de Mark Millar & Steve McNiven. Humberto Ramos se retrouve à devoir dessiner le corps d’individus costumés, sans pour autant toujours dévoiler leur identité afin de ne pas anticiper les épisodes de la série Old man Logan de Lemire & Sorrentino. Il s’acquitte plutôt bien de sa tâche, même si par voie de conséquence le lecteur ressent une impression d’imprécision du fait qu’il ne peut pas les identifier.

        • Bruce lit  

          Ramos : Toute cette énergie qui déborde de partout, dégouline sur les pages, me a fit penser à quelque chose pas très propre….Je déteste ça (les dessins, pas la chose pas très propre….).
          Les Xmen et surtout chez Lemire ne respirant pas la joie de vivre, c’est assez inapproprié pour la partie graphique. Sérieusement Présence, je veux bien moi la présence (sic) massive mais ces costumes ! c’est hideux. Les deux premiers scans, il faut froncer les yeux pour déchiffrer ce qui s’y passe. Pas parce que c’est du Dave Mc Kean ou la symbolique de ce qui y est représenté, mais tout simplement parce que c’est bordélique quoi. Ses monstres n’ont aucune consistance, texture. ce ne sont que dents pointues et écailles. Un test ? Essaie de le dessiner de mémoire….

          • Matt  

            C’est vrai que c’est le bordel mais je me dois d’approuver la version courte de Présence. Pour la version longue, je n’ai pas lu cet album donc je ne sais pas. Ramos ne me semble pas livrer son meilleur boulot dans ces scans.

          • Présence  

            Je pense que les dessins ne peuvent pas être tout à la fois. Je ne peux qu’abonder dans ton sens concernant concernant le degré assez faible de cohérence descriptive dans les dessins de Ramos (tout en étant totalement incapable de réaliser le test que tu me proposes). Effectivement, les dessins de Ramos apportent une touche de bonne humeur, ou une forme d’insouciance qui allège la tension dramatique véhiculé par le script de Jeff Lemire. L’autre côté de la pièce est qu’ils n’alourdissent pas le drame, qu’ils n’essayent pas de faire passer la tension dramatique de Lemire pour du Shakespeare (avec le risque bien présent du ridicule) et qu’ils embrassent l’une des conventions des comics de superhéros qui est le bruit et la fureur (faut que ça pète les superpouvoirs !).

            Du coup, je rejoins le jugement de valeur de Matt sur le plaisir à lire une histoire racontée sur un ton moins crispé et déprimant que d’habitude. Je reconnais aussi que Tornado a raison. Ces dessins juvéniles et enthousiastes sont plus adaptés aux épisodes Spider-Man (qu’il ne dessine plus depuis qu’il est sur Extraordinary X-Men) qu’à ceux-ci où ils constituent une forme de racolage un peu infantile. Mais comme tu me le faisais observer hier en pointant du doigt la couverture du tome 2, c’est clairement annoncé sur la couverture. Le lecteur sait dans quoi il s’engage. Il n’y a pas tromperie sur la marchandise et ça ne peut pas plaire à tout le monde.

            Cela renvoie, comme souvent, à l’horizon d’attente du lecteur. Est-ce que je veux des X-Men sérieux et sombres ? Si oui, par principe fuyons les épisodes dessinés par Humberto Ramos. Or comme tu l’as bien exprimé, mon horizon d’attente pour cette nouvelle série était assez bas : un retour à une normale basique, après le massacre opéré par Bendis. Sinon, faisons l’effort de laisser sa chance à la sensibilité développée par Ramos. Pour le lecteur que je suis (= point de vue particulier), le risque est que je me lasse vite de cette série de Lemire & Ramos s’ils sont condamnés à réaliser des épisodes bouche-trou entre 2 événements… ce qui semble bien être le cas (oui, je sais, Tornado l’avait bien dit). Je me demande si je peux commander un teeshirt avec l’inscription « Tornado war right », sur le modèle de « Cyclops was right »… 🙂

          • Bruce lit  

            Beau Lapsus la Tornado War….

          • Présence  

            Zut ! Beau lapsus en effet. Tant pis, je boirai la coupe jusqu’à la lie.

            Tornado was right.

  • Matt  

    Tiens c’est pareil j’ai même pas suivi comment Diablo est revenu à la vie. Ouais je sais ça date, c’était dans second coming. Et puis je sais qu’il faut juste considérer qu’ils ont une petite grippe quand ils meurent ces persos…mais c’est encore un exemple qui prouve que je suis largué face aux nouvelles compositions des équipes. Scott est mort ? Euh…ok. Jean est restée…ok. Quoi d’autre ? Hank a changé de sexe ? Malicia est redevenue un bébé et Emma Frost a fusionné avec le corps du crapaud ?

    • Bruce lit  

      (Rires)
      Hank a clamé être gay chez Morrison, Emma a fusionné avec Iceberg dans les 90’s et Ororo elle, est redevenue une petite fille :). Cherche encore !
      La résurrection de Kurt : j’ai feuilleté Amazing Xmen et n’y ai rien compris. Je ne sais donc pas les motifs de sa résurrection.

      • Matt  

        Ce n’est pas lié aux sortes de mini-Diablo qu’on voit dans Wolverine & les X-men ? Les « BAMF » ? Je n’ai pas lu assez loin pour savoir s’il y avait une explication sur ces bestioles.

      • Piste  

        L’histoire de Diablo a été publié dans l’un des magazines des mutants, mais je ne sais plus exactement quand (histoire un peu bordélique qui part dans tous les sens avec la présence d »‘un » paradis et Azazel, mais fun). C’était l’un des premiers numéros d’une nouvelle série sur les mutants qui s’enchainait ensuite sur une infestation de Windigo. Si quelqu’un se souvient quel est le nom de la série ou les numéros de magazines, je suis preneur.

        • Présence  

          L’explication de la résurrection de Nightcrawler et de la vraie nature des Bamfs se trouve dans les premiers épisodes de la série Amazing X-Men (2014) écrite par Jason Aaron et desinée par Ed McGuinness. Sinon, il est possible de lire les 2 entrées wikipedia qui explique comment le premier est revenu d’entre les morts, et ce que sont les seconds.

          Nightcrawler – Nightcrawler spends his sojourn in Heaven alongside Professor X, but despite enjoying paradise, Nightcrawler continues to feel as though he had unfinished business, remaining on the periphery rather than actually joining the heavenly choir. When Azazel mounts an attack on Heaven using his connection to Kurt as a door, Nightcrawler instructs a few Bamfs to create a portal to Heaven inside the Jean Grey School of Higher Learning, allowing him to summon the X-Men to aid him in his fight. Having gathered his friends, Kurt uses the Bamfs and his connection to Azazel to restore himself to life back on Earth, thus preventing Azazel from attacking Heaven again by tying them both together, although this results in Kurt sacrificing his own soul to ensure that Azazel will not be able to return to Heaven.

          Bamf – Bamfs were eventually revealed to be creatures born in the depths of Hell. Their mother is a giant maggot, and their father is a changeling in the form of a face-eating lamprey. As soon as they were born, they were left on the brimstone plains to die but against all odds they survived as scavengers, as things lower than the lowest beast of the Pit, until they were found by Azazel during one of his raids on Hell.

  • Tornado  

    Quand on regarde juste en passant les scans, je trouve ça ATROCE. En règle générale, je hais Ramos. Je le range dans le même sac poubelle que Skottie Young, car il incarne pour moi le retour des comics Marvel dans leur sphère infantile et une tendance ado-fétichiste ultra prononcée ces dernières années chez les fan-boys qui lisent du super. Hystérique et régressif, dans le mauvais sens du terme.
    Cependant, je me suis surpris à lire du Ramos et à trouver ça bien une fois immergé dans la lecture de certains Spiderman. A petite dose, donc… Et il faut que le scénario soit adapté à son style, sinon…
    Je suis quand même d’accord avec Bruce : Certaines planches proposées plus haut rappellent les planches atrocement illisibles des 90’s. Et les personnages sont méconnaissables. Et moches. Et infantiles. Et fun-fétichistes…

    C’est gentil de me citer dans l’article. Mais… heu… je ne suis pas certain d’avoir compris la question…

    • Matt  

      Je ne suis pas forcément d’accord sur l’idée qu’un style de dessin comique et cartoony signifie forcément style infantile.
      C’est surtout l’histoire qui définit le ton (infantile ou adulte), pas le dessin. Enfin pour moi. Après je comprends qu’on n’aime pas trop ce dessin exagéré et déformé (je hais le Ramos du deluxe « spider man le cauchemar » où là il est vraiment too much et donne des allures d’ados de 15 ans à tous les personnages, mais d’après ce que j’ai compris les histoires ne sont pas niaises)

    • Matt  

      Ici Ramos n’est presque pas assez exagéré, ce qui fait que ses personnages sont laids car à mi-chemin entre le réaliste (raté) et le cartoony (trop soft)
      Dans « le cauchemar », question de gouts personnels : je n’aime pas. Bien trop cartoony. C’est son style de « jeunesse » (aucune idée de son âge)
      Dans « Spider Island » ou « superior spider-man » j’aime bien par contre.

      • Tornado  

        Le style cartoony n’est pas forcément infantile. Il le devient immédiatement, par contre, lorsqu’il illustre des histoires racoleuses basées sur le fun. En tout cas, pour moi.

        Je confirme que « Le Cauchemar » est très bien. Scénario de Paul Jenkins !
        Du coup, j’ai acheté les séries « Révélations » et « Fairy Quest » par Jenkins & Ramos. Mais je ne les ai pas encore lues.

        • Matt  

          ça fait du bien quand même son style je trouve, face aux styles grim & gritty sales et sombres. Un peu de bonne humeur, m’enfin !
          Mais on est d’accord qu’il ne faut pas que l’histoire soit niaise sinon on a l’impression d’avoir acheté un bouquin pour les moins de 6 ans.

          Sinon je t’ai répondu sur les épisodes des revues Titans.

  • Fab_5  

    Ouais, c’est le retour de Bruce le méchant, celui qui je préfère lol !
    Mon expression préférée : le retour de Wolverine version Old Man Logan, rescapé du bordel des terres numérotées au grattage. C’est le résumé de Secret Wars ??

    • Bruce lit  

      Hello Fab_5.
      Merci du passage même si je ne suis pas sûr de bien apprécier le fait d’être méchant ou gentil. Toutes les critiques publiées ici sont subjectives, bâties sur une expérience de lecteur vraies à l’instant T où se mélangent nos vies de lecteurs et vies intimes.
      Je ne me sens pas méchant. Critique oui. Sarcastique et moqueur, certainement. Mais pas méchant. Même avec mes bêtes noires et elles sont connues ici. On peut ne pas apprécier le travail d’un artiste sans porter atteinte à sa personne, ou à sa famille. Bien sûr voir son travail critiqué peut bien évidemment blesser. Mais je ne vois rien de méchant ici ou ailleurs, au sens propre du terme, c’est à dire de faire du mal à l’autre, attenter à son honneur ou son intégrité. C’est au contraire quelque chose de très éloigné de ma personnalité.
      Je comprends ce que tu veux dire néanmoins. J’aime Desprosges par exemple. Gamin, je le trouvais méchant c’est à dire à l’inverse du politiquement correct, sans tabou, tirant sur tout ce qui bouge. Mais avec l’âge, ce n’est pas l’idée que je me fais de la méchanceté. Mais d’une certaine idée de la liberté de critiquer, celle du Canard Enchainé ou de Charlie. Les vrais méchants, ce sont ceux qui les ont assassinés non ?

      • Bruce lit  

        @Fab _5 Néanmoins, c’est toujours sympa de voir son style apprécié 🙂

        @Tornado : le clin d’oeil / et bien que la complexité de la continuité des Xmen a bâti son fanbase avant d’être indigeste et d’en rejeter les lecteurs lassés (souvent à juste titre) comme toi.

  • Matt  

    J’ajouterai que je suis assez sensible aux styles de dessin. C’est pourquoi j’apprécie les styles plus fun et colorés pour une lecture plus décontractée.

    Par exemple je viens de finir Scalped. C’était excellent, je le range dans un des meilleurs comics que j’ai lu. Mais je n’ai pas ressenti ce que Tornado disait en lui attribuant de « récit le plus noir jamais lu ». J’ai trouvé ça réaliste, sans exagération. Certes sombre, mais sincère et avec des personnages intéressants, humains et non-manichéens.
    A l’inverse, Garth Ennis joue parfois dans la surenchère de noirceur et comme il ne me fait pas rire, il arrive à me convaincre que le monde est encore plus pourri qu’il ne l’est et me déprime. De plus, le dessin de Scalped n’en fait pas des caisses non plus. C’est réaliste. Si on associe Ennis avec Clayton Crain comme dans la mini-série « Ghost Rider la vallée des larmes »; eh bien ça a beau être du Ghost Rider surréaliste, il s’en dégage une telle noirceur que j’étais pas bien à la fin de la lecture.

    Les types comme Ramos ont l’avantage de me faire sourire avec leur style.

  • Tornado  

    @Matt : Oui oui, j’ai lu. Je ne pense pas que ça me plaira de toute manière… 😉

    @Bruce : Ah ben en fait j’avais compris alors ! 😉

    Je me rends compte que je n’aime pas le dessin fun en fait. Je préfère le trait torturé ou expressionniste de mecs comme R.M. Guerra ou Danizel Zezeldj. Je déteste le style bien rond et bien propret de Terry Dodson par exemple, qui dessert rapidement le scénario dès que ça devient un poil sérieux ou tragique. Pour les super-héros, mes dessinateurs préférés restent Frank Miller, Joe Quesada, Brian Bolland, Tim Sale, John Romita Jr, Alan Davis pour les plus mainstream, Mike Deodato, Bryan Hitch, Gene Ha, Travis Charest, Jérôme Opena pour les plus réalistes, David Mack, Alex Maleev, David Aja, Jae Lee et J.H. Williams III pour les plus artistiques, et Jock, Sean Murphy et Kelley Jones pour les plus expressifs. Et j’en oublie certainement quelques uns.

    • Bruce lit  

      C’est pas Dodson qui illustre le SM de Kevin Smith ?

    • PierreN  

      Parmi la liste des artistes que tu mentionnes, Davis est sans doute celui qui se débrouille le mieux avec ce côté fun par ailleurs (sur Excalibur). Mais bon il faut dire aussi qu’il maîtrise très bien également le versant plus dramatique.

    • Matt  

      @Tornado : C’était plus pour savoir si tu avais connu que si tu avais aimé. J’en déduis que tu n’avais pas ces numéros de Titans.
      Sinon j’aime bien les deux moi. Le style de Dodson tout en rondeur est très agréable à l’oeil. Mais ceux que tu cites j’aime bien aussi. Je pense que j’ai des gouts assez éclectiques en ce qui concerne les styles de dessin.
      Bon…sauf pour les erzats de Jim Lee et les Rob Liefeld. Faut pas abuser hein.

      • Matt  

        Au passage, ça ne change rien au fait qu’en effet certains styles peuvent briser l’aspect dramatique d’une BD. A ce moment là, ce n’est peut être pas le dessinateur le plus approprié pour l’histoire en question. Mais pour ma part je n’ai rien contre le style de dessin en lui-même.
        Tiens bah le style de Frank Cho est un peu fun aussi. On ne l’imagine pas sur Scalped, mais pour Shanna ça va super bien.

        • Tornado  

          J’avais effectivement pensé à Frank Cho, en me disant que, même si j’adore son taf sur des séries comme Shanna, il peut être complètement à côté de la plaque sur d’autres trucs.

          • Matt  

            Bah c’est juste que tout style ne convient pas à toute histoire. Ce n’est pas vraiment la faute du dessinateur. Et puis bon il faut bien gagner sa croute donc je ne les vois pas dire « non » à un projet pour lequel leur style est peu approprié^^
            Je ne sais pas comment ça se passe. Qui fait appel au dessinateur dans un cadre comme celui de Marvel ?
            Pour les prod indé, j’imagine que c’est le scénariste qui choisit son dessinateur mais chez Marvel ?

  • Tornado  

    Oui, hélas…

  • sam331  

    Je suis en partie d’accord avec l’article.
    Tout d’abord sur le fait qu’il faille plaindre Lemire, cela semble évident. On sent qu’il a de bonnes intentions, mais que niveau histoire cela ne suit pas vraiment.

    Pour ce premier arc, à la fin j’étais raisonnablement optimiste, voyant dans les différentes menaces affrontées une espèce de synthèse des dernières décennies, les maraudeurs symbolisant les années 80, Sinister les années 90, et l’hybride/clone Cyclope les années 2000 où la franchise a commencé à se cannibaliser tout en entament l’évolution de Cyclope.

    Il y a du potentiel un peu partout, mais qui n’est pas vraiment développé. Au final Lemire aura signé 3 arcs et un event sur la franchise avant de se barrer. Comment développer quoique ce soit en si peu de temps. Et le fait qu’il soit parti sans réel réaction publique en dit long sur son sentiment sur la franchise.

    Je suis par contre en désaccord sur Ramos, j’ai beaucoup aimé son travail sur le titre. Avec Bagley c’est le seul qui à mon sens tirait son épingle du jeu. Bien évidemment Bagley avait tiré la courte paille et s’est retrouvé sur le pire titre de la franchise…Il essaye de sauver ce qu’il peut sur All New X-Men, mais le scénario est tellement mauvais …

    On pourra bien évidemment rigoler du fait que en parallèle Marvel se soit planté en essayant d’imposer les Inhumains qui continuent de ne pas se vendre, mais leur politique a aussi entrainé la chute des X-Men au plus profond des abysses. Le simple fait qu’il n’y ait plus de titre X-Men dans le Top 50 des ventes témoigne de l’ampleur du désastre…

    Je n’ai de fait que peu d’espoirs pour 3e relaunch des X-Men en 5 ans avec resurexxion, aucun auteur majeur, une foule de personnages importants toujours aux abonnés absents et une indifférence désormais claire de l’éditeur.

  • Jyrille  

    Vous le savez, je ne suis rien ni ne connais réellement ces univers Marvel et X-Men. Mais je peux cependant dire que je trouve le débat sur le dessin de Ramos intéressant. Je pencherai du côté de Matt, et même celui de Présence. Peut-être Ramos n’est pas le bon dessinateur pour cette série, et je suis assez d’accord pour dire que les planches sont trop chargées, mais son trait ne me déplaît pas, et son côté cartoon et fun apporte sans doute une distanciation par rapport à l’histoire, mais est-ce vraiment un mal ? Après tout, ce sont des histoires irréalistes. Je ne connais que quelques épisodes de Wolverine and the X-Men, où c’est un peu le même problème : un dessin chargé et cartoon de Bachalo, avec un fond souvent triste, mais aussi pas mal d’humour, et c’est sans doute pour cela que j’ai bien apprécié les deux tomes que j’ai, malgré mon inculture totale de cette série.

    Lorsque je regarde la liste des dessinateurs que cite Tornado, je le rejoins totalement (même si je ne les connais pas tous), mais comme en musique ou toute forme d’art, je suis assez éclectique pour apprécier différents styles, genres, mouvements, intentions. Cela ne me paraît pas incompatible.

    Alors oui, Ramos a un problème avec les pieds et l’anatomie, mais lorsque je vois la couverture mise en avant, je ne trouve pas ça repoussant ou déplacé si j’ai envie de lire du super-slip : au contraire, cela m’attirerait bien plus que beaucoup d’autres dessinateurs de ce genre.

    Dans ton article, ce que j’ai le plus apprécié, c’est ta mise en abyme de la série avec sa situation et l’histoire qu’elle raconte. C’est touchant.

    Pour la BO, encore une fois, belle pertinence, surtout que depuis The Fragile, aucun album de NIN ne m’a intéressé. Il est vrai que celui-ci est plutôt réussi, c’est la mue achevé de la version 2.0 de NIN, mais cela me parle beaucoup moins qu’avant. Le titre est parfaitement efficace cela dit. As-tu tenté d’écouter les nouvelles versions de Dwnward Spiral et The Fragile sorties récemment ? Ce sont des remasters, apparemment le son est vraiment intéressant, mais je n’ai pas eu le loisir d’essayer.

    • Bruce lit  

      ben mince alors, Ramos compte de sacrés supporters quoi !
      The Fragile est un album immense. Incomparable. Depuis Reznor me déçoit d’album en album. je n’ai pas acheté le dernier. Et suis même parti avant la fin de son concert la dernière qu’il est passé à Paris. Il n’est pas aussi mauvais que Manson actuellement. Mais With teeth est son dernier album interessant.
      Je ne connais que la version 5.1 de The Spiral. Il en a sorti d’autres ?

      • PierreN  

        « ben mince alors, Ramos compte de sacrés supporters quoi ! »

        Parmi les artistes phares du label Cliffhanger de Wildstorm, je trouve que Ramos est le plus talentueux des trois, devant Joe Madureira et J. Scott Campbell, tous plus ou moins inspirés par les dessinateurs des 80’s, aux styles à la fois cartoony et très détaillés, tel Art Adams par exemple. Bachalo s’inscrit lui aussi dans cet héritage je trouve (même si c’était moins le cas à l’époque de Death et Shade the Changing Man).

        • Matt  

          Oh c’est pas mal Madureira aussi. Tout dans l’exagération des proportions mais pas dans le mauvais sens.
          Le problème c’est surtout qu’il n’a pas illustré grand chose avec une bonne histoire derrière…

          • sam331  

            Il faut aussi noter, que des trois c’est aussi Ramos qui a le plus bossé de manière générale. Autant Mad et Campbell n’ont guère évolué en 15 ans, faute d’avoir dessiné, autant Ramos a vraiment grandi sur cette période.

      • Jyrille  

        « Sacrés supporters » : je vais le prendre pour un compliment.

        Pour les NIN oui ce sont des versions « définitives », sorties il y a moins d’un mois.

        Malheureusement je n’ai jamais vu Reznor en concert, c’est un vrai regret…

        • Bruce lit  

          La tournée « The Fragile » était émotionnellement exceptionnelle. Celle de « With Teeth » pêchue et chaleureuse. « Question Mark » bof…

          • Jyrille  

            Quel veinard… Tiens j’ai écouté son EP qui vient de sortir, Not The Actual Events, étonnamment j’ai trouvé ça très très bon. Peut-être ce qu’il a fait de mieux depuis The Fragile. Bon, je ne l’ai écouté qu’une fois…

  • OmacSpyder  

    Ordinary X-Men, donc!
    Visiblement l’Xtra n’est pas de la partie, mêmê dans cet eXtrait sauce Lemire&Ramos. L’ami Ramos ne me convainc guère sur ce genre de titre. Ou alors il faudrait des teenagers… Une oeuvre à la Crimson sauce mutants! J’ai trouvé intéressant ce parallèle entre les limbes où vivent ces X-Men et le sort qui leur est fait depuis quelques lustres. L’ADN du titre semble avoir du mal à trouver sa mutation. Alors c’est vrai, les clins d’oeil aux mutations passées c’est bien vu, mais ça nous entraîne plus du côté de la nostalgie que de la révolution, ça. La suite du titre ramènera les équipes bleu et or, comme lors de belles périodes. Mais depuis les personnages sont devenus des déclinaisons d’eux-mêmes… Les champions de la révolution et de la mutation sont-ils devenus ceux du recyclage et de la répétition? L’émir de la nature semble passé à côté de sa feuille de route, à défaut de sa fiche de paie.

    • PierreN  

      Dans mon souvenir, Ramos était plus en forme sur les X-Men de Carey juste avant Messiah Complex.

      • sam331  

        Oui, mais il faut dire que la première année de Carey sur les X-Men était exceptionnelle à tout point de vue : originale, risquée, bourrée d’idées à chaque épisode…avant qu’on lui demande de se renier et de jouer aux pilleurs de tombes avec Legacy…ou comment gâcher le talent d’un scénariste…

        • Matt  

          J’ai beaucoup aimé son Legacy moi. Toute la partie sur Xavier est très bien fichue selon moi.

  • Wildstorm  

    Je suis aussi assez d’accord avec l’analyse. Un effort de caractérisation qui fait du bien mais des histoires qui ne décollent pas assez. Par contre, c’est un (dés?)équilibre qui m’a fait pensé à une période de Lobdell avec d’ailleurs des dessins parfois déconcertants au même titre que ceux de Madureira à l’époque (je vais me faire massacrer^^).

    • Bruce lit  

      Je te pardonne Wildstorm….Certains épisodes de Lobdell notamment après Onslaught sont assez catastrophiques. Je pense notamment à des épisodes associant Sinistre, Bishop et Gambit.

    • Matt  

      Les pires dessinateurs des années 90 pour moi ce sont ceux qui ont voulu faire du Jim Lee. Madureira et les artistes qui ont débarqués durant AoA ne sont pas les pires. Le style est souvent exagéré mais ce n’est pas du Liefeld. C’est surtout les couleurs et les costumes qui étaient parfois dégueulasses dans les années 90.

      Look at this :

      http://www.bulledair.com/index.php?rubrique=planche&album=x-men_marvel3

      • Jyrille  

        Oh Bulledair ! Je suis encore inscrit là-bas… Sinon ça va, c’est mieux que du Liefeld.

        • Matt  

          Je suis d’accord mais c’est affreux les couleurs et ces costumes de power rangers.

          • Bruce lit  

            Ah oui….il s’agit du fameux épisode concluant Zero Tolérance : c’est la débâcle….Lobdell s’en va, Kelly et Seagle arrivent et doivent boucler le mystère Gambit et Pachecco pas au meilleur de sa forme…

          • Matt  

            Mais comme je le dis, si on met ça en noir et blanc, ça passe mieux. Le costume de Malicia reste débile mais au moins il n’est plus rose…

            D’ailleurs oui, toi qui connait bien les 90, quand est-ce qu’il est censé être révélé le rôle de traitre de Gambit ? En lisant le prélude d’Onslaught je me suis dit qu’on allait le savoir vu que Sinistre lui fait coucou parfois, mais rien…

          • Bruce lit  

            C’est révélé dans Xmen 350.
            Rogue, GAmbit, Joseph, Beast et Angel étaient dans l’espace, ce qui explique leur tenue naze. Ils s’écrasent en Antartique, sont capturés par Magneto déguisé en Eric le Rouge (!) qui révèle le secret de Gambit : c’est un traître qui a participé au mutant massacre. Rogue le sauve des griffes de MAgnus mais l’abandonne ensuite torse poil en plein désert de glace à des milliers de Km de la civilisation.

          • Matt  

            Ah bon l’espace ça explique les tenues nazes ?^^ Curieux.
            Merci pour l’info en tous cas.

      • Wildstorm  

        A qui tu le dis^^ Ils m’avaient fait arrêter les comics ces gens là 😉 Mais Lobdell et Madureira aussi. A l’époque, je les mettais tous dans le même sac…

        • Jyrille  

          Et qu’y as-tu donc découvert, Wildstorm, comme bds, sur bubulle ?

          • Wildstorm  

            Je n’ai pas compris la/le question/rapport ?

          • Matt  

            Jyrille aurait-t-il pensé que tu lui répondais par rapport à bulledair alors que tu semblais réagir à mon commentaire sur les ersatz de Jim Lee ?
            Je sais que j’suis transparent des fois mais là je pense qu’il y a erreur^^

          • Jyrille  

            Ah oui ! Matt a raison. C’est mon incompréhension, sorry guys.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *