Retour vers le Futur : la Genèse Mutante de Bishop

Bishop’s Crossing par Scott Lobdell et collectif

Première publication le 22 octobre 2014- Mise à jour le 24 avril 2015.

Ouvrez la bouche, dîtes aah !

Ouvrez la bouche, dîtes Aaah !©Marvel Comics

 AUTEURS: NICOLAS GIARD + BRUCE LIT

Cet article reprend les épisodes Uncanny X-Men 281 à 291 parus en 1991-92, scénarisés par Jim Lee et Scott Lobdell et dessinés par Whilce  Portacio, Art Thibert et John Romita Jr.

Réédités dans le TPB  The coming of Bishop, ils l’ont été de nouveau dans le très complet et luxueux hardcover Bishop’s Crossing.

En 1991, après le départ par la grande porte de Chris Claremont remercié après 17 ans de bons et loyaux services, de profonds changements survinrent dans les équipes mutantes qui devaient changer le visage de la locomotive Marvelienne pour la décennie à venir.

Ces changements prirent le nom de Genèse Mutante, orchestrés par Bob Harras, Jim Lee et une poignée d’autres qui changèrent la face des X-Men, de X-Factor et des New Mutants.

Un personnage central des 90s

Un personnage central des 90s©Marvel Comics

Et quel personnage pouvait le mieux représenter ces changements à venir que Bishop, un authentique fan des X-Men nourri dans son enfance de légendes perpétuant le mythe de ces valeureux héros. Bishop n’était autre qu’un rescapé du futur ayant grandi dans une époque terrifiante, ultérieure à celle de Days of Future Past mais dans laquelle la rébellion Summers avait permit l’émancipation de la race mutante, auto-policée par une force d’intervention, la XSE (Xavier Security Enforcers) aux méthodes violentes semblables à celle d’un Judge Dredd. En quelques épisodes, Bishop imprima sa marque sur la continuité des X-Men, changeant leur monde pour le meilleur et pour le pire.

En 2071 approximativement, Bishop est donc un membre de la XSE fondée d’après les légendes entourant le rêve de Charles Xavier d’harmonie entre humains et mutants.  A cette époque les descendants des rescapés des persécutions de 2013 ont plus ou moins réussi à s’intégrer dans la société Americaine, mais au prix d’une liberté surveillée par les impitoyables brigadiers de la XSE qui emprisonnent ou exécutent froidement les éléments criminels de leur communauté. Le jeune Lucas Bishop, secondé par ses équipiers Randall et Malcom, découvre les restes de la Salle de Guerre des X-Men pendant une course-poursuite après le criminel Trevor Fitzroy. Tout à fait par hasard, il découvre un secret enterré depuis des années : l’enregistrement vidéo des derniers instants de Jean Grey, révélant l’assassinat des X-Men par un traître caché au sein de leur équipe. Bishop restera imprégné par ce souvenir et piégé à notre époque, il n’aura de cesse de démasquer le traître.

Qui as tué les X-men ?

Qui a tué les X-men ?

Le seul problème c’est que Scott Lobdell et Fabian Nicieza vont s’amuser à brouiller les pistes. Tous les soupçons convergent vers Gambit mais très vite, il est clair que cela pourrait être n’importe qui : Sabretooth que Xavier échoue à réhabiliter, Iceman dont les pouvoirs sont des plus inquiétants, Colossus en pleine dépression, l’inquiétante Psylocke ou Bishop lui-même ! Très vite, les aventures des Bishop vont prendre un tournant de polar fantastique qui vont enflammer le lectorat de l’époque. Le  Qui a tué Xavier ?  rappellera les grandes heures d’un autre soap légendaire : Dallas !  et son qui a tué Jr ? Amusant lorsque l’on sait que cette séquence était mise en scène par un autre Jr : John Romita Junior !

En 1991, l’équipe d’origine de X-Factor fusionne avec les X-Men, créant ainsi deux équipes : la Blue Team et la Gold Team composée de Tornade, Jean Grey, Archangel, Iceberg et Colossus dans des aventures mises en scène par le trait élégant et énergique de Whilce Portacio (mouais…. ndt) avec le ton résolument moderne de Jim Lee. En quelques épisodes, ces deux hommes apportent un souffle nouveau à ces super-héros enlisés depuis des années dans une continuité compliquée tout en essayant de respecter les œuvres de Chris Claremont pour lequel Jim Lee a toujours professé le plus grand respect.

Bob Harras décide tout de même de marquer cette genèse par la destruction de vieux ennemis : ce sont donc les Reavers, le Club des Damnés, les Morlocks et les infortunés Hellions qui passèrent à la casserole lorsque Trevor Fitzroy venu du futur et Shinobi Shaw, fils bien caché de Sebastian Shaw, s’unirent pour fonder les Parvenus dirigés en secret par Séléné, la Reine Noire du Club des Damnés.

C’est Emma Frost qui appellera les X-Men au secours  après le meurtres de Sebastien Shaw lui-même. Ce qui ne sauvera pas les Hellions d’une fin atroce : leurs forces vitales aspirées par Fitzroy, lui permettant d’ouvrir un portail spatio-temporel par lequel s’évaderont 93 mutants des geôles du XSE. Pour les retrouver Bishop et ses équipiers se retrouvent piégés à leur tour dans notre monde en important leurs méthodes violentes. Bishop liquide sans pitié ces criminels et sa première rencontre avec les X-men est houleuse, chacune de ses interventions faisant des victimes collatérales parmi les civils !

Bishop : la finesse en action !©Marvel Comics

Bishop  intègre les X-Men pour les transformer insidieusement  et altérer la personnalité de Xavier qui usera de ses méthodes pour éliminer Magneto  laissant la voie ouverte à Onslaught. Lobdell bouclera admirablement la boucle : le traître  assassin des X-Men n’est autre que le Professeur Xavier influencé par qui avait juré d’empêcher le carnage !

John Byrne appelé à la rescousse après le départ précipité de Chris Claremont va écrire une intrigue aujourd’hui datée et illisible : Sunfire enquête sur un portail dimensionnel en Russie dans lequel les X-Men vont s’engouffrer pour y découvrir une peuplade guidée par un autre leader charismatique : Mikhail Rasputin, mutant surpuissant et atteint de folie des grandeurs.  Présumé mort, il est devenu un ermite après la destruction de la communauté qu’il guidait. Byrne va quitter la série, ne pouvant suivre le rythme capricieux de Jim Lee et Scott Lobdell, recruté au pied levé dans les couloirs de la Marvel fera le ménage, débarrassant le bazar de celui qui couvrit les X-Men de gloire.

Les épisodes éprouvants de John Byrne...

Les épisodes éprouvants de John Byrne…©Marvel Comics

En quelques épisodes, Bishop va intégrer l’équipe et Lobdell  va disséquer chaque membre de l’équipe avec beaucoup de psychologie : Charles Xavier joue un enfin un rôle pro-actif et  devient un X-Man à part entière, Jean Grey s’interroge sur le sens de sa présence chez les X-Men, Forge  démontre à Tornade qu’elle n’est qu’ une petite fille terrifiée par un monde qui la dépasse, Iceman découvre qu’il peut faire mieux que se vêtir d’une carapace de glace.

En parlant d’Iceman, c’est Mikhail qui va utiliser son pouvoir pour montrer au jeune mutant tout le potentiel gâché de ses pouvoirs : avec un peu d’entraînement il pourrait acquérir  une telle maîtrise du froid et de la glace que lui, le petit gars jadis ridicule en bonhomme de neige, pourrait se ranger aux côtés de mutants surpuissants et rendre des compte à un immortel comme Thor !

Un potentiel de Mutant Alpha !

Un potentiel de Mutant Alpha !©Marvel Comics

Mickael Rasputin est un sociopathe en puissance que Xavier intègre aux X-men sans imaginer que celui-ci va massacrer les derniers Morlocks et être le deuxième X-man à se suicider après Jean Grey. Colossus en sera profondément meurtri, et l’assassinat de ses parents en Russie puis la mort d’Illyana achèvera de transformer le plus pacifique des X-Men en brute tourmentée qui rejoindra Magnéto.  Archangel enfin, se rend compte que s’il n’apprend pas à contrôler ses ailles de métal ce sont elles qui finiront par le contrôler et se comporte en enfant capricieux.

En deux coups de cuillère à pot, Lobdell installe donc des pistes pour l’exploration psychologique de ces personnages, règle le sort des Morlocks, de Mikhail, flingue la relation de Tornade et Forge et pose les bases d’une intrigue majeure des années 90 : qui est le traître des X-Men ? Ne serait-ce pas Gambit que Bishop reconnait comme le témoin, le dernier homme à avoir vu les X-Men vivants ?

Rémy Lebeau, le dernier à avoir vu les X-Men vivants

Rémy Lebeau, le dernier à avoir vu les X-Men vivants©Marvel Comics

Il faut bien dire les choses, Bishop va mettre un beau bordel à l’hôtel Xavier : Gambit a la confiance de ses amis, mais c’est un traître potentiel. Les événements donneront partielement raison à Bishop : Gambit a participé au Mutant Massacre en recrutant les Maraudeurs, mais ça personne ne le sait encore !

Bishop va jouer un rôle majeur dans toutes les sagas de l’époque. A la manière d’une Rachel Summers, Lobdell s’amuse à en faire un marginal qui doit s’accoutumer à une époque plus pacifique et être constament recadré par des Xmen exaspéré par ses méthodes de Cow-Boy.  Autoproclamé garde du corps de Xavier, il ne pourra le protéger de Stryfe lors d’X-Cutioner’s Song. Il en gardera une sourde culpabilité, le rendant encore plus déterminé à protéger Xavier et ses X-Men d’eux-mêmes quitte à intervenir sur le continuum temporel.

Charles Xavier va jouer chez Lobdell un rôle pro-actif. Son destin entrainera le salut ou la chute de lhumanité.

Charles Xavier va jouer chez Lobdell un rôle pro-actif. Son destin entrainera le salut ou la chute de l’humanité.©Marvel Comics

Lorsque Legion alternera la réalité, c’est Bishop qui convaincra Magneto pendant l’Ere d’Apocalypse de remettre le continuum en bon état, mais il en gardera des séquelles psychiques qui altéreront son jugement encore plus. Le lecteur doutera progressivement : Bishop est t’il le sauveur ou le fossoyeur de notre continuité ?

Mais finalement, lorsque Xavier/Onslaught tentera d’assassiner les X-Men, c’est Bishop qui les sauve d’une mort certaine et réalisera que rien n’est gravé dans le marbre. Il se réconciliera  avec Gambit qui, s’il n’ a pas trahi les X-Men, finira par s’en faire chasser après la révélation de son passé honteux…

Bish_14

Bishop accomplit son destin : sauver les Xmen de Charles Xavier©Marvel Comics

Plus tard, se retrouvant sans but réel, il va rejoindre le FBI et redeviendra flic pour mutants dans le District X de New-York, bouclant une sorte de boucle temporelle lors du crossover Mutant Messiah lorsque son futur sera restauré par les actes de Hope Summers, la future inspiratrice de la Rebellion Summers.

Bendis a eu l’idée complètement stupide de ramener les anciens X-Men à notre époque dans le but de changer le présent. Manquant de ligne directrice, il fait figure d’amateur au regard du travail de Scott Lobdell et plus tard de Peter David qui ont offert à Bishop, cet authentique fan des X-Men, une influence majeure sur la vie de ses idoles, changeant leur monde et, au final, préparant le sien propre. Incarné au cinéma par  un Omar Sy muet, Bishop, rendu complémentent idiot voire psychotique par les auteurs des années 2000, est un personnage qui, comme son frère ennemi Gambit, mériterait réhabilitation lorsque l’on sait le passé glorieux de l’homme du futur…

42 comments

  • Matt  

    J’ai découvert les X-men durant la période pendant laquelle tu as du décrocher^^
    Grosso modo entre 1980 et 1990. Mais en décalage. J’avais des années de retard. Pendant que les comics de la fin des années 90 sortaient (et que j’en ignorais jusqu’à l’existence), je lisais la pile de Strange et compagnie que mon cousin m’avait laissés.
    Et une fois terminées ces lectures, quand j’ai fini par lire ce qui était d’actualité, les 90 c’était fini.

  • Matt  

    « John Byrne appelé à la rescousse après le départ précipité de Chris Claremont va écrire une intrigue aujourd’hui datée et illisible : Sunfire enquête sur un portail dimensionnel en Russie dans lequel les X-Men vont s’engouffrer pour y découvrir une peuplade guidée par un autre leader charismatique : Mikhail Rasputin, mutant surpuissant et atteint de folie des grandeurs. »

    Je confirme, c’est illisible. Et ça représente 5 épisodes, donc la moitié de ceux chroniqués ici. Les épisodes 281 à 285. Comment expliquer la note de l’article alors ?^^ Vous notez le personnage de Bishop ou les épisodes en question ?^^
    J’ai pas aimé ce passage.
    Je me suis laissé entrainer dans cette période par les articles du blog et c’est vrai que j’ai aimé le chant du bourreau ou Fatal Attractions, mais ce passage là sur Bishop…urgh ! Les parvenus sont un groupe de méchants complètement nazes aussi.

    • Bruce lit  

      Salut Matt,
      De mémoire, je notais avec Nicolas l’ensemble des histoires de l’omnibus.
      Le groupe des parvenus n’a jamais été exploité correctement. Dommage, car j’aimais bien l’idée de ce système de points entre super vilains.
      De toute façon, même Claremont ne m’avait jamais réellement convaincu avec son club des Damnés.

  • Matt  

    Sinon, je sais que ça ne doit pas intéresser grand monde, mais quelqu’un sait à quel moment et quelle foutue série Psylocke (encore britannique à l’époque) a été capturée par Mojo et s’est fait implanter des yeux mécaniques ?
    Psylocke doit avoir l’histoire la plus compliquée et chiante à suivre de toute l’histoire de Marvel. Enlevée on ne sait pas quand, revenue on ne sait pas quand, a intégré l’équipe des X-men, a franchi le seuil du péril pour se faire changer de corps, avec explications à venir plus tard comme quoi Matsuo et Spirale ont échangé ou fusionné son esprit avec celui d’une ninja Kwannon, etc.
    Et le corps original de Psylocke, a présent en possession de Kwanon, crève suite au virus Legacy. Pfiou…

  • Matt  

    Je demande juste par curiosité parce que j’ai surtout suivi les séries X-men et il y était mentionné que Psylocke avait des yeux artificiels et on voyait même Mojo ricaner à un moment alors qu’il diffusait les images retransmises par ses yeux…mais ça sort d’où ça ?
    Elle était dans quelle série avant la british ?

    • PierreN  

      Captain Britian sans doute (puisque Brian Braddock est son frangin).

      • Matt  

        Ah je viens de trouver ! Dans New mutants annual 2, elle se fait enlever par Mojo et Spiral et se fait doter de nouveaux yeux.
        Ce truc n’a jamais été réédité et il est coupé en 3 dans des revues Titans. Tu m’étonnes que je l’ai loupé…

        Je me suis toujours demandé pourquoi c’était un tel merdier ce personnage. J’ai l’impression que Claremont a juste voulu lui changer son look et comme c’était durant la période du siège du péril ou il fumait la moquette (Jean Grey avec tentacules, Storm en gamine, etc.), les explications sont complètement dingues et compliquées.

        • Bruce lit  

          Oui, c’est un personnage qui a la poisse…
          Il n’y a que chez Remender que je l’ai trouvée intéressante .
          Dans le lien que je t’ai envoyé, j’ai appris que Claremont voulait rebooter le personnage avant que Marvel de l’époque l’en empêche : il y a avait une charte : les morts restent morts !

          • Matt  

            Oui, à part ses courbes et son maillot de bain, elle n’a pas vraiment eu d’intérêt avant Remender. Après je n’ai rien contre le perso non plus, elle n’était pas agaçante ou inutile pour autant. Mais elle n’avait pas trop de développement. C’était le perso secondaire qui filait un coup de main quoi.
            Pour le coup j’ai trouvé les épisodes de Nicieza qui expliquent son merdier de changement de corps assez sympas, parce que justement elle avait enfin une occasion d’avoir des états d’âme et des inquiétudes. Mais bon ça restait léger. Et après ça plus rien jusqu’à Remender…

      • PierreN  

        Elle est essentiellement présente dans la série de son frérot (co-créé par Claremont) entre 1976 et 1986 dans le titres UK Captain Britain puis The Daredevils (des couvs avec DD par un jeune Davis, c’est rare donc ça vaut le coup d’oeil).
        Sa première incursion clé dans les comics US, c’est dans le second annual des New Mutants (par Claremont et Davis justement, l’équipe créative d’Excalibur, avec un dessinateur habitué à illustrer ce personnage) puis dans le dixième annual des X-Men (avec les X-Babies et Mojo).
        Sa présence devient régulière à partir de Mutant Massacre, jusqu’à sa redéfinition avec le Seuil du Péril et Acts of Vengeance (temporaire d’après Claremont, mais il est parti avant de pouvoir lui redonner son corps de britannique aux cheveux violets).

        • Matt  

          Bon ben il me reste plus qu’à me procurer le TPB VO New mutants classics 6, qui contient l’annual 2 des new mutants et l’annual 10 des X-men (l’arrivée de Longshot)
          La série régulière des new mutants, je peux pas dire que je suis fan, mais oui j’assume je suis fan de Mojo et Spirale^^ Ces méchants me font planer tellement ils sont déjantés (surtout Mojo en fait)

          Et c’est tellement publié et traduit n’importe comment en VF…
          J’espère juste que les épisodes 41 à 47 des new mutants sont sympas à lire. ça fait un gros volume si je ne kiffe que les annuals. Je vais peut être rien capter aux personnages mais bon…je ne sais pas dans quel autre volume on pourrait trouver ces annuals.

        • Matt  

          Ah oui et j’aime bien Longshot aussi bien sûr^^
          Je le trouve marrant aussi avec sa naïveté de gosse. Grosso modo j’aime bien la mythologie du Mojoworld, grosse parodie et critique des pires travers de l’industrie du showbiz.
          J’aurais bien aimé une VF pour la mini série Longshot de Nocenti. Mais hélas je crois que je suis le seul. Tant pis, j’ai la VO.

    • Bruce lit  

      Toutes les réponses à tes questions ici

        • Matt  

          C’est vrai que c’est le bordel la continuité des X-men…

          • Bruce lit  

            Pas tant que ça si tu ignores les spinoff

          • Matt  

            Mais il arrive des trucs aux personnages principaux dans les spin off.
            Et il peut aussi y avoir de meilleures histoires dans les spin off que dans la série principale^^

          • Bruce lit  

            Au temps où j’étais à fond sur la continuité X, je t’assure que la série mère suffisait. Oh, de temps en temps je faisais un tour ailleurs (quand Colossus revient sur terre pour enrôler Kitty chez les acolytes dans Xcalibur), mais la plupart du temps de toute manière il y avait un résumé. C’est Marvel hein, pas James Joyce…

          • Matt  

            Oui mais je veux dire que par exemple, la saga de l’ours démon des New mutants ou le début de Excalibur, ça reste vachement mieux que le X-tinction Agenda de Claremont^^
            Moi les machins illisibles je les vire. Et ça laisse de la place pour de bons récits tirés de spin off.

          • Matt  

            Tiens Panini a inclus cet épisode de Xcalibur avec Colossus qui vient recruter Kitty dans leur dernière intégrale.
            ça peut paraître logique certes…mais c’est pas forcément dans leurs habitudes. En général les histoires pleines de trous, ça ne les dérange pas.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *