Roulage de mécanique (Lady Mechanika)

LADY MECHANIKA par Joe Benitez et Marcia Chen

Vous aimez le steampunk ?  ©Benitez Productions ©Glenat

Vous aimez le steampunk ?
©Benitez Productions ©Glenat

AUTEUR : MATTIE-BOY

VO : Benitez Productions

VF : Glenat

L’article d’aujourd’hui portera sur les miniséries LADY MECHANIKA. Plus précisément les 4 premiers tomes publiés en VF, qui contiennent LADY MECHANIKA : THE MYSTERY OF THE MECHANICAL CORPSE #0 à #4, LADY MECHANIKA : THE TABLETS OF DESTINY #1 à #6, LADY MECHANIKA : THE LOST BOYS OF WEST ABBEY #1 à #3 et LADY MECHANIKA : LA DAMA DE LA MUERTE #1 à #3.

Lady Mechanika, qu’est-ce donc ? Eh bien c’est la création de Joe Benitez. Une série composée de courtes histoires dans un univers steampunk et mettant en scène une héroïne détective privée dans une Angleterre victorienne de la fin du XIXème siècle (fictif, car très avancé technologiquement…c’est le principe rétro-futuriste du steampunk : tout plein de machines improbables bourrées d’engrenages en tous genres plus proches des automates à la Jules Vernes que des technologies modernes.)

Bref, Lady Mechanika (car c’est elle) dispose de membres en métal à la place de ses bras et jambes. Elle est amnésique et ne sait donc pas comment elle a fini dans cet état, si ce n’est un vague souvenir qu’elle a été une expérience d’un scientifique tordu. Mais au fil de ses aventures, elle va trouver des indices.

Un passé cauchemardesque  ©Benitez Productions ©Glenat

Un passé cauchemardesque
©Benitez Productions ©Glenat

Cette série, j’avais un peu peur de la commencer. Dans un sens j’adore le steampunk et son ambiance rétro-futuriste, les aventures rocambolesques et une héroïne au passé trouble qui a subi d’horribles mutilations avaient un côté prometteur. Mais d’un autre côté, les images que j’avais pu en voir me donnait une vague impression d’un comics de chez Top Cow, la maison d’édition spécialisée durant les années 90 dans les comics un brin racoleurs aux scénarios prétexte à dessiner plein de nanas à moitié nues aux poitrines énormes qui passent leur temps à prendre diverses poses sexy au fil des pages. Et après tout Joe Benitez a bossé un peu sur des séries comme THE DARKNESS (scénarisé au début par Garth Ennis), MAGDALENA ou encore WITCHBLADE, donc ce n’est pas très étonnant.
Non pas que le dessin de Benitez soit vilain, loin de là. Mais la composition de ses planches n’est pas sans rappeler les séries Top Cow. Mais je vais développer.

Un joli cadre victorien  ©Benitez Productions ©Glenat

Un joli cadre victorien
©Benitez Productions ©Glenat

Première chose : passé un petit temps d’adaptation, la série fut une bonne surprise pour moi. Je ne suis pas tout de suite entré dedans, mais ça va en se bonifiant au fil des tomes. Il faut dire aussi que les premiers tomes sont bien minces. Je n’ai pas bien compris la technique marketing de Glenat mais le premier tome contient 3 épisodes, et le 2ème, 2 épisodes. Woah ! Même Panini n’a jamais été aussi radin sur le nombre de pages pour des bouquins qui approchent les 15€. Heureusement les tomes 3 et 4 contiennent chacun 6 épisodes. Ce qui est dommage, c’est que la première enquête/aventure tient donc sur 2 tomes et c’est surement la moins passionnante puisqu’elle sert surtout de mise en place de l’univers et de l’héroïne et son passé.

Le concept des mini histoires est déjà très appréciable. Plutôt que de nous proposer une série au long cours qui ne permet pas de juger de la qualité du scénario avant d’avoir atteint les 30 épisodes et ensuite être déçu par les errements d’un récit confus écrit au fur et à mesure qui se perd dans du n’importe quoi (comme pas mal de séries Top Cow en fait), nous avons ici des petits histoires très sympathiques. Elles ne révolutionnent rien mais font penser à du Indiana Jones (surtout le tome 3 qui se déroule en Afrique) ou autres récits d’aventures du genre. Le tome 4 contient une chouette histoire prenant place durant la fête des morts mexicaine et se permet quelques digressions culturelles pour nous présenter ces croyances. En gros la série nous fait voyager un peu.

El dia de los muertos, un cadre dépaysant  ©Benitez Productions ©Glenat

El dia de los muertos, un cadre dépaysant
©Benitez Productions ©Glenat

En gros c’est agréable car malgré le fil rouge que constitue le passé de l’héroïne qui se dévoile au compte gouttes indice par indice, il est possible d’arrêter la série quand on le souhaite sans craindre un scénario trop alambiqué qui se finirait en pétard mouillé. Même si les explications sur le passé de l’héroïne se révélaient peu passionnantes au final, ce ne serait pas préjudiciable aux enquêtes précédentes.

Je ne vais pas me pencher sur le synopsis de chaque histoire puisque ce serait un peu long et difficile de ne pas spoiler. Mais en gros Lady Mechanika est engagée pour enquêter sur des affaires diverses, et à l’occasion, notamment dans les tomes 1, 2 et 4, elle tombe sur des individus qui semblent avoir été des cobayes comme elle d’un « maître » mystérieux. Elle rencontre divers personnages, amis ou antagonistes, et parfois son parcours la rapproche de la vérité sur son passé lorsqu’elle croise des personnages comme l’ingénieur Elias Cain mais sans obtenir de réponses. Et parfois les enquêtes qu’elle mène ne sont pas spécialement liées à son passé (le tome 3, et la 2ème histoire du tome 4). Les personnages secondaires sont plutôt réussis également. Ils ont de la personnalité, la relation entre Lady Mechanika et son assistant Archibald « Archie » Lewis est assez réussie. Lors de la première histoire, il y a également une touche d’humour qui vient d’une petite fille Allie qui est une grande fan de Lady Mechanika, au point qu’elle est persuadée de mieux la connaître que tout le monde, et par conséquent s’imagine que celle qu’elle rencontre n’est pas la vraie mais un imposteur.

Un univers visuellement très détaillé  ©Benitez Productions ©Glenat

Un univers visuellement très détaillé
©Benitez Productions ©Glenat

La narration est engageante, avec une alternance de tons bienvenue. Parfois humoristique, parfois violent. On pourrait tout de même trouver que Benitez et Marcia Chen (la scénariste des tomes 3 et 4) ont tout de même un peu trop tendance à être bavards. Beaucoup de dialogues et d’explications. Ceux qui estiment qu’une BD doit avoir un certain quota de choses à lire pour ne pas être dévorées en 10min seront ravis, mais parfois ça fait un peu remplissage. Même si les dialogues restent souvent prenants. La VF est d’ailleurs de bonne qualité. Je n’ai pas comparé avec la VO pour pouvoir juger de la fidélité de la traduction, mais disons qu’en eux-mêmes, ils fonctionnent bien.

Revenons à présent au dessin. En lui-même, même s’il est soigné, il n’est pas spécialement intéressant au niveau de la manière dont sont représentés les personnages. On peut parfois en effet penser à du Top Cow avec héroïne à la poitrine généreuse, lèvres charnues, taille de guêpe, etc. Ce n’est pas vilain mais pas très original. Par contre, là où le dessin est enthousiasmant, c’est au niveau de la grande créativité insufflée dans l’univers steampunk et la composition de certaines planches. Benitez fait preuve d’une grande imagination pour confectionner des armes, des tenues, des décors ou véhicules magnifiquement détaillés et originaux. Le monde en lui-même est très séduisant. Que ce soit le style vestimentaire ou toutes les technologies imaginées. Tout ceci bénéficie d’ailleurs d’un très grand soin du détail. Des petits engrenages partout, des vêtements qui laissent penser que Benitez aurait pu faire styliste steampunk pour des cosplays, etc. Même la mise en page de ses planches est parfois très inventive et stylisée avec des contours de cases très souvent ornées de mécanismes en tous genres.

Une mise en page stylisée  ©Benitez Productions ©Glenat

Une mise en page stylisée
©Benitez Productions ©Glenat

Là où cet amour pour cet univers lui joue des tours par contre, c’est que même si certaines planches sont juste magnifiques et très créatives, il y a aussi beaucoup de planches sur lesquelles son héroïne Lady Mechanika prend les ¾ de la page juste pour qu’on puisse admirer en détail sa nouvelle tenue, et le quart restant laisse peu de place aux autres cases. Ce n’est pas toujours gênant, mais parfois on a le sentiment que Benitez nous présente ses dernières créations vestimentaires dans un défilé de mode, et en bonus à côté 3 petites cases qui font avancer l’histoire.

Alors les tenues en question sont souvent très belles, et je dirais qu’au moins il ne s’agit pas de montrer l’héroïne à moitié nue (de toutes façons la pauvre est à moitié robot, donc ce ne serait pas hyper sexy) et n’est pas la seule à bénéficier de ce traitement puisqu’on verra d’autres personnages représentés ainsi, mais disons que Benitez nous fait le coup un peu trop souvent, ce qui rend son style un brin « poseur ». La quantité incroyable de variantes de ses couvertures prouve d’ailleurs qu’il s’éclate à dessiner son personnage habillé de mille façons différentes. Et c’est souvent réussi. Mais il semble oublier parfois que l’intérieur d’une BD ne doit pas ressembler à un art-book.

Un automate oiseau aux détails impressionnants. Mais ça fait un peu livre d’images, non ?  ©Benitez Productions ©Glenat

Un automate oiseau aux détails impressionnants. Mais ça fait un peu livre d’images, non ?
©Benitez Productions ©Glenat

Au-delà de ça, c’est vraiment une question de goûts personnels. Pour moi le bilan est positif sans être fabuleux. De bonnes petites aventures dont le format court garantit une satisfaction immédiate sans devoir suivre une intrigue lassante qui se terminerait en eau de boudin, des personnages suffisamment attachants, des idées visuelles très inventives même si le style de dessin en lui-même reste assez conventionnel, et…ben c’est déjà pas mal !

Pas une série extraordinaire, mais tout de même bien sympathique qui parlera davantage aux amateurs de steampunk grâce à son univers visuel confectionné avec passion et un souci du détail bluffant. Elle ne mérite peut être pas le grand succès qu’elle a, mais d’un autre côté elle ne mérite pas non plus qu’on la boude à cause de cette « hype » démesurée (c’est surement la faute des cosplayeurs ça…) A tester.

Il y a aussi de l’action et des robots  ©Benitez Productions ©Glenat

Il y a aussi de l’action et des robots
©Benitez Productions ©Glenat

—–

Bavard et inventif, joli et poseur le LADY MECHANICA de Joe Benitez et Marcia Chen ravit et agace à la fois notre contributeur Mattie-Boy. Découvrez pourquoi dans sa revue à l’orange mécanique chez Bruce Lit.

La BO du jour : you’were my mechanical bride….

69 comments

  • Matt  

    C’est marrant, avec Bruce on peut voir son article publié une semaine près l’avoir écrit, et parfois attendre 1 an leur publication^^
    Pour info, j’ai jeté un oeil aux histoires suivantes en ligne sur un site et si je ne peux absolument ps me prononcer sur le scénrio (je ne les ai pas lues non plus), j’ai trouvé le trait de Benitez moins soignée hélas. D’une certaine manière, il se calme un peu sur les mises en avant des tenues de l’héroïne avec des poses fréquente, mais c’est peut être aussi parce qu’il soigne moins le rendu des tenues en tous genres.
    Je me demande si c’est une question de rythme de parution. Les premières mini séries ont mis du temps à être publiées mais depuis quelques mois, c’est plus rapide…et moins méticuleux visuellement.

    Ah oui et puis j’ai bien l’impression que Glenat va nous refaire le coup d’un contenu de 3 pauvres épisodes pour le prochain tome. Parce que l’histoire suivante n’est pas terminée en VO. Donc à moins de couper en plein milieu d’une histoire…ça va à nouveau être un album bien mince. Avec ce genre de politique éditoriale, je dois dire que ça me refroidit un peu.

  • Bruce lit  

    Je ne suis pas tout de suite entré dedans, mais ça va en se bonifiant au fil des tomes. Il faut dire aussi que les premiers tomes sont bien minces. Je n’ai pas eu ta persévérance, le tome 1 m’étant tombé des mains. Je ne suis pas hélas un fan acharné d’univers steampunk

    Beaucoup de dialogues et d’explications Voilà : l’histoire me paraissait aussi mince que jactante. Je fais marrer Présence à chaque fois là dessus : même les Garth Ennis sur ses nouvelles séries, je peux plus…Peut-être que c’est du fait de l’inondation du marché du comics….J’ai envie d’être immédiatement happé par un style, un ton, choppé à la carotide.

    A y réfléchir ma seule incursion dans le steampunk qui m’ait plue est BAYONETTA et dans une moindre mesure GRANDVILLE de Talbot.

    Quant à la parution des articles, c’est comme un Tetris : je me décide sur les thémathiques souvent au dernier moment et arrive à faire ma ligne-éditoriale- la veille pour le lendemain. Xpect the unexpected.
    J’espère que le titre te convient.

    • Matt  

      Oui le titre est bien. Je n’y ai même pas pensé. J’suis nul pour les titres.

  • Matt  

    Honnêtement je m’attends à ce que ça ne plaise à personne ici. Vos grilles de lecture face à cette surproduction de comics sont devenues hyper exigeantes et vous cherchez juste les perles rares avec des récits super profonds.
    Moi je n’ai pas les mêmes exigences puisque j’ai des goûts assez éclectiques. Je peux préférer lire un Shanna de Frank Cho qu’un From Hell de Moore si je préfère le dessin et que je suis d’humeur à lire un truc plus léger et graphiquement joli. Peu importe si au final Moore met la barre plus haut, j’ai juste pas envie de lire que des trucs comme ça (et puis lui aussi est bavard tiens^^ Z’aimez pas lire ou quoi ?)
    Je m’attends donc à de l’indifférence, surtout que j’ai mentionné que c’était sympa mais pas génial non plus.

  • Matt  

    C’est marrant que tu n’aimes pas que ça jacte. Tu tolères les dialogues des comics old school qui ne font que décrire ce qu’on voit à l’image mais le blabla moderne qui raconte des trucs plus utiles, ça te dérange ?^^
    Pour préciser ma pensée, ce n’est ps le fait que ce soit bavard le souci. C’est le fait qu’il y a parfois un gros dessin et 15 bulles autour, un peu à la méthode Bendis, il le faisait pas mal dans son DD. La dimension enquête justifie les réflexions, les déductions en dialogues, il y a des explications culturelles sur la fête des morts dans LA DAMA DE LA MUERTE, il y a des références aux mythes israelites du Golem dans THE LOST BOYS, pas mal de références à l’alchimie et les sociétés secrètes des rosicruciens dans THE TABLET OF DESTINIES, etc.
    Il y a ce côté enquête occulte qui est chouette, mais c’est une question d’équilibre. Soit il faut plus de pages pour aérer le texte, soit il faut synthétiser un peu plus ce qui est expliqué.

    • Bruce lit  

      Je ne tolère pas plus que ça les séries old school en fait.
      Comme Tornado, il est difficile de m’immerger dans des séries dans lesquelles je ne suis pas émotionnellement investi. Je peux relire de vieux Xmen ou Spidey oui, mais question Avengers c’est très très difficile.

      • Matt  

        T’es émotionnellement investi quand tu regardes Indiana Jones ou le premier Pirates des Caraibes ?
        C’est une exigence de lecture que tu n’as pas dans le cinéma peut être ?

  • Présence  

    Tu as mis en plein dans le mille : quand j’ai vu passer ce comics à Album (après des mois de matraquage dans les sites spécialisés), j’avais déjà un fort avis négatif, pas pour le style Top Cow (années 1990 parce que ça a évolué depuis) mais pour la forme.

    Là où cet amour pour cet univers lui joue des tours par contre, c’est que même si certaines planches sont juste magnifiques et très créatives, il y a aussi beaucoup de planches sur lesquelles son héroïne Lady Mechanika prend les ¾ de la page juste pour qu’on puisse admirer en détail sa nouvelle tenue, et le quart restant laisse peu de place aux autres cases. Ce n’est pas toujours gênant, mais parfois on a le sentiment que Benitez nous présente ses dernières créations vestimentaires dans un défilé de mode, et en bonus à côté 3 petites cases qui font avancer l’histoire. – C’était déjà exactement mon ressenti face aux pages de preview et ça me donnait l’impression que Joe Benitez vendait des des dessins pleine page, plutôt qu’une histoire en bande dessinée.

    Les tenues en question sont souvent très belles […] mais disons que Benitez nous fait le coup un peu trop souvent, ce qui rend son style un brin poseur. + La quantité incroyable de variantes de ses couvertures […] Mais il semble oublier parfois que l’intérieur d’une BD ne doit pas ressembler à un art-book. – Ces 2 paragraphes que j’ai condensés exprime exactement ce qui m’a retenu de tenter cette lecture. Encore une fois, tu as raison de pointer du doigt que je supporte cette mise en forme chez d’autres créateurs (à commencer par Bendis que tu cites), mais là ça représentait un a priori trop fort chez moi. Quand on ajoute que Joe Benitez s’est désengagé rapidement de la partie dessins, ça faisait trop d’a priori négatifs pour moi.

    Du coup, ton article rétablit dans mon esprit de plus justes proportions quant à cette série, à commencer par le fait qu’il y a bien un scénario, car oui j’étais de mauvaise foi à ce point là en mon for intérieur. 🙂

    • Matt  

      ça rejoint en fait une réflexion que je me fais depuis 2 ou 3 semaines. Des trucs que les lecteurs vont supporter chez certains auteurs parce qu’ils mettent en scène un super héros dont ils sont fans et qui a un passé déjà établi qui donne envie de suivre l’histoire, et à côté des séries qui seront regardées de haut à cause des mêmes tics de narration ou de mise en forme, tout ça parce que le personnage n’a pas gagné l’intérêt des lecteurs précédemment.
      Un récit comme 1234 des FF également très poseur graphiquement, si c’était pas les FF, ç’aurait attiré qui par exemple ?

      • Présence  

        Fantastic Four 1234 m’aurait attiré avec n’importe quel personnage, parce que je suis la carrière de Grant Morrison, et pas les personnages. D’ailleurs, c’est en partie pour ça qu’il a été mal accueilli : parce que certains lecteurs appréciant les personnages n’ont pas retrouvé les caractéristiques qu’ils attendaient.

        • Matt  

          Oui bon ok, bah alors si ce n’était pas les FF ni Morrison ^^
          Ce que je veux dire, c’est qu’il ne doit pas être évident pour de nouveaux auteurs de se faire une place avec de nouveaux personnages si même les lecteurs aguerris qui supportent certaines façons de procéder ne le supportent pas en dehors de leurs auteurs et persos favoris.

          • Eddy Vanleffe  

            Alors bizarrement pour 1234, c’est surtout le graphisme de Jae Lee qui m’attire. l’équipe qu’il forme avec le coloriste Villarubia offre des planches vraiment très belles au service des névroses du scénariste et le résultat est vraiment pas mal.
            Objectivement, l’histoire n’abîme pas les perso durablement, il s’agit d’une péripétie. peu importe qu’ils n’agissent pas tout à fait comme d ‘habitude.
            Non c’est un beau volume. je ne dis pas ça souvent, mais ici le graphisme me suffit pour aimer le reste.

          • Présence  

            Il ne doit pas être évident pour de nouveaux auteurs de se faire une place avec de nouveaux personnages. – Oui, c’est le constat de l’état du marché : c’est très dur pour les nouveaux. Précédemment dans le monde des comics, les nouveaux auteurs se faisaient un nom en travaillant pour DC ou marvel, puis ayant acquis assez de notoriété se lancer dans une série dont ils conservaient les droits d’auteur chez Image, Dark Horse ou IDW, ou encore Dynamite.

            Aujourd’hui, ils doivent d’abord faire leur preuve avec un comics qu’ils sont bons pour financer eux-mêmes pour faire leur preuve et être embauchés par DC ou Marvel (Donny Cates est un bon exemple de ce parcours). Quand on regarde les chiffres de vente des séries indépendantes Image Comics, seuls les scénaristes avec déjà une bonne notoriété arrivent à vendre assez d’exemplaires pour pouvoir dégager une marge significative.

          • Eddy Vanleffe  

            Ne peut on pas voir non plus des auteurs « obligés » de faire du super-slip pour continuer à écrire ce qu’ils veulent.
            Matt Fraction, Ed Brubaker, Mark Millar, Brian Vaughan ou Rick Remender ayant passé par Marvel pour avoir de la visibilité avant de pouvoir claquer la porte.
            les dessinateurs finalement ont de plus en plus un rôle d’exécutant, mettant les crayons là où leur dit de les mettre.

            Image, c’était con; mais il y avait un vent de liberté foldingue là dedans…

            Je suis sîr que dès qu’ils le pourront Cullen Bunn, Lemire ou ce Donny Cates se tireront vite fait…

          • Matt  

            Bah ça m’étonne pas. En même temps avec tous les vétérans qui placent la barre haut, la surproduction de comics, comme on l’a vu hier et aujourd’hui, les exigences des lecteurs sont vachement hautes aussi.

  • Eddy Vanleffe  

    C’est amusant comment les grilles de lectures, terme plus que galvaudé chez Bruce Lit devient une cage.
    le style 90-top cow ne me dérange pas plus que ça…
    le coté personnage mannequin, et bien le manga, en particulier le sôjô en est blindé et ça ne me choque pas pas non plus…
    En fait je suis assez certain que cette BD est une excellente bd steampunk, facile d’accès.

    D’ailleurs Withcblade a je pense souffert d’un « préjugé » similaire. c’est l’un des 3 seuls titres avec leading rôle féminin à avoir dépassé les 100 numéros (les deux autres étant Wonder Woman et Spider-Girl). c’est un indice de popularité et de stabilité. la valse des auteurs l’a fortement éloignée de la « good girl gone bad art » des débuts. Je ne pense pas que le run de Ron Marz soit mauvais ni « dégradant » ni quoi que ce soit.
    ils ont tellement honte de cette imagerie à Top Cow qu’ils ont relancé le concept façon « féministe-col roulé ». Je ne suis pas sur non plus que ça fonctionne d’avantage.

    • Matt  

      Witchblade c’est surtout le côté « nana tout le temps quasi à poil » qui me dérange. Ou alors à la limite faut assumer et en faire une BD érotique avec un perso démoniaque à la sexualité exacerbée ou un truc du genre, façon succube. Mais le fait que ce soit une flic qui se balade comme ça avec une « armure » qui ne cache rien comme si de rien n’était, ça sent trop le prétexte aux poses sexy sans que la dimension sexuelle du perso ne soit même abordée.
      Après cela dit je n’ai pas lu des masses d’épisodes.

      Oui Lady Mechanika est une sympathique BD de divertissement avec des enquêtes occultes avec références à la magie, l’alchimie, de jolis décors. C’est pas THE comics non, mais j’ai passé un bon moment. J’ai préféré les tomes 3 et 4 aux 2 premiers. Mais la publication Glénat est bizarre. 2 tomes pour 5 épisodes…puis 2 tomes pour 12 épisodes. Cherchez l’erreur. Punaise le tome 2 semble aussi épais que les autres, jusqu’à ce qu’on remarque qu’à la moitié, c’est fini, et qu’il y a autant de pages de dessins, d’interview, 6 pages de preview du prochain tome (qu’on retrouve dans le tome suivant, donc aucun intérêt)…

      • Eddy Vanleffe  

        Tu vois j’ai lu quelques Witchblade chez Delcourt (qui a il est vrai commencé la republication au 75) mais je ne vois même pas le rapport avec ce que tu dis…
        Je veux dire qu’elle n’a pas plus ses fringues arrachés que tous les super héros des 90’s (les haillons de Malicia…)
        on revient sur ce qu’on supporte si c’est truc qu’on connait déjà et un autre qu’il faut aborder…
        Si ce n’est les errements vestimentaires, Witchblade racontant les déboires d’une héroïne, scénarisée par une UNE scénariste (Christina Z) avait peu ou prou 20 ans d’avance sur ce qui se fait tous les jours aujourd’hui…

        • Matt  

          Oui bon après je sais pas quels épisodes j’ai lus hein. C’était pas le début.

          • Eddy Vanleffe  

            Bon après c’était pas non plus un chef d’oeuvre d’ingéniosité mais c’est du bon actionner ésotérique avec dragons et démons et anges infiltrés…
            J’avais bien aimé le graphic Novel Ôbakemono qui se passe dans le japon médiéval, une version des sept samouraï version féminine pas mal du tout dessiné par Billy Tan…
            https://www.bedetheque.com/BD-Witchblade-Hors-Serie-Semic-Tome-10-Obakemono-21280.html

  • Eddy Vanleffe  

    Par contre.
    Ce que tu dis sur l’univers donne vachement envie, dessin et concept. ça me rappelle un peu les « Steam Détectives » de Kya Asamyia
    mais alors les délires de Glénat, c’est déjà plus gênants.

    • Matt  

      Le tome 5 arrive en octobre et comme je l’ai dit, je crois que le tome va encore contenir à peine 3 épisode de « the clockwork assassin »
      Parce que l’histoire suivante « la belle dame sans merci » (en français dans le texte) n’est pas achevée.
      Je comprends pas leur délire.
      Quand ils ont commencé la publication, il y a eu le tome 1 avec 3 épisodes, le tome 2 avec 2 épisodes, et direct derrière une édition « collector » à tirage limité (qui coute 200€ sur le net maintenant) qui contenait les 5 épisodes dans un seul tome (houlàlà, trop gentil)
      Sérieux WTF Glénat ? Les TPB VO respectent le découpage des histoires certes, donc il y parfois des TPB de 3 épisodes mais ils coutent 7€…pas 15 !

      • Eddy Vanleffe  

        Nous conseillerons donc la VO à ceux qui le peuvent donc…

        • Matt  

          Moi ça m’emmerde de lire en VO quand j’ai un autre choix mais bon oui, dans l’absolu, pour ceux que ça ne dérange pas, ça vaut mieux financièrement.

  • Matt  

    Alors en fait après vérification, l’épisode 3 de « la belle dame sans merci » est dispo depuis fin septembre en VO.
    Donc Glénat POURRAIT la publier dans le tome 5, en faisant une traduction éclair et en précédant la VO pour la publication en recueil (peu probable).
    Mais sur leur site, ils annoncent 112 pages pour leur tome 5. C’est trop peu pour 6 épisodes d’une vingtaine de pages.
    Donc ce sera probablement les 3 épisodes de « clockwork assassin » + du remplissage…
    Franchement à leur place j’aurais attendu décembre et sorti les 6 épisodes d’un coup, surtout que le tome va encore couter 15€

  • Matt  

    Y’a des gens de Glénat qui passent par ici ? Je vais me faire taper moi^^

  • Matt  

    Bruuuuce, dis donc, tu ne « corrigerais » pas les textes qu’on t’envoie ?^^
    C’est quoi cette phrase « il ne s’agit pas de montrer l’héroïne à moitié nue (de toutes façons la pauvre est à moitié robot, donc ce ne serait pas hyper sexy) et n’est pas la seule à bénéficier » ?

    J’avais pas écrit ça moi, article en main je peux confirmer que j’avais mis « L’HEROINE n’est pas la seule à bénéficier »
    M’enfin c’est même plus français si t’enlève ce mot…
    Ok ça fait répétition, mais faut mettre un « ELLE n’est pas la seule » au moins sinon ça n’a plus de sens^^

  • JP Nguyen  

    @Eddie : sur les premiers Witchblade, de mémoire, il y avait quand même pas mal de scènes-prétextes pour la voir peu habillée. Plus que dans la moyenne de l’époque…

    Pour la BD du jour : euh… Même avis qu’hier. Désolé, c’est tiedasse mais je ne ne ressens ni attirance forte ni rejet total. Sorry.

  • Tornado  

    Ah flûte. Tu arrives à me donner envie de lire cette série sur laquelle je ne m’étais même pas penché, pensant que ce n’était peu ou prou que du racolage (probablement à cause de cet esprit Top Cow qui semble effectivement traverser les visuels de manière lascive furtive).

    Au delà de ma blaguouille, je vois ce que tu veux dire avec cet héritage Top Cow. Même si Eddy affirme que Witchblade était chouette (je n’en ai jamais lu en dehors d’un crossover avec Darkness je crois), c’est une époque qui témoigne d’une forte inclinaison de la part d’une grosse et très grasse partie du lectorat de comic books pour un certain état d’esprit fétichiste. C’est une réflexion que je me suis toujours faite : Les lecteurs ne se dirigent-ils pas massivement vers les comics parce qu’ils sont attirés par un état d’esprit et un visuel à base de « panoplies », plus que par autre chose ? (pourquoi aujourd’hui des hordes de geeks se ruent sur une couverture Harley Quinn ou Deadpool sans se soucier du contenu par exemple ?). Et je suis persuadé que c’est la raison du succès apparemment important de Lady Mechanika.

    Maintenant, sans être fétichiste (cette lady-là avec sa mécanique me laisse complètement indifférent), je suis un très gros amateur des récits à ambiance et j’adore le steampunk. Donc, si tu me dis que le scénario reste léger et fun mais que c’est du bon boulot, et bien je suis très intéressé.
    Mais, heureusement pour mon porte-monnaie et mes pauvres étagères alourdies, la publication putassière de Glénat (‘se prennent pour Panini ou quoi ???) fait que je continuerai à zapper la chose. Une réédition en intégrale, un jour, peut-être ?

    • Matt  

      Bah voilà tu résumes bien ce que je dis^^
      Le tome 3 fait penser à du Indiana Jones, THE LOST BOYS fait penser à un récit ésotérique avec des références au Golem (un peu comme un épisode de X-files) dans une intrigue à base d’enlèvements d’orphelins dont la police se fout. La dama de la muerte est un récit de vengeance plus classique contre des bandits qui pillent des villages en profitant des croyances locales pour effrayer les gens. Mais l’histoire baigne dans un folklore mexicain très sympa.

      Oui on peut percevoir le truc comme un peu fétichiste, mais pas bien plus qu’un Frank Cho qui dessine une Shanna sexy. Et pour le coup l’accent n’est pas mis sur le cul de Mechanika, mais plutôt son look avec tenues d’époque. Un peu trop poseur quand même comme je le dis, c’est pourquoi je n’insiste pas non plus en disant que c’est super génial. Non, c’est juste bien sympa.

    • Matt  

      Je crois aussi que le problème Top Cow c’était la surenchère. Une série dessinée comme ça, un brin poseuse ou fétichiste de temps en temps, why not ? Mais leur catalogue entier ressemblait à ça (enfin d’après ce que j’ai pu en juger…libre à quiconque de chroniquer des séries Top Cow pour me convaincre du contraire, je suis open^^)

  • Eddy Vanleffe  

    Alors oui Witchblade était racoleur avec une sorte d’érotisme à la M6, bien innocent. surtout que bon Frank Cho fait plus ou moins pareil et que les mutants des années 90 je le répète se baladent en sac poubelle la plupart du temps. rappelez vous le costard de Susan Storm…
    J’y vois bien plus l’air du temps qu’un délire vraiment fétichiste.
    surtout que rapidement Paul Jenkins, Christina Z et Ron Marz s’efforcèrent d’étoffer l’ensemble un peu comme dans tous les comics en fait…
    C’est pour ça que je n’ai jamais trop compris la pudibonderie pour ce titre là…
    Après, c’est du mainstream, pas du Alan Moore, c’est sûr…

    • Matt  

      Fais nous une chronique et je promets que je rangerais ma mauvaise foi au placard. Je ne connais pas assez. C’est juste une impression générale que j’avais avec le catalogue Top Cow.

      • Eddy Vanleffe  

        Si je fais un effort je pourrais faire ça sur OBAKEMONO…de Fiona Avery et Billy Tan

  • Matt  

    Pourquoi ça surprend tant de gens qu’il y ait un scénar ?
    C’est pas le scénar du siècle mais pour le coup on est sur un blog de super slips. Et j’ai envie de dire que les scénar des trucs de super slips, c’est pas toujours le point fort. Bad guy veut se venger de good guy = manipulations, baston.
    Je ne dénigre pas car ça s’accompagne souvent de moments intéressants à vivre pour les persos, mais pour le coup pourquoi faire la fine bouche après ?^^

    Je ne pense pas que ce soit une question de démontrer son savoir faire le détail des dessins. Les détails ce n’est d’ailleurs pas le plus difficile, c’est juste long. Je vois ça plutôt comme une manière de donner du caractère au machines pour les inscrire dans une époque. La quantité de petits engrenages partout par exemple, plutôt qu’un robot aux contours plus simples, ça renforce vraiment le côté « automate d’une autre époque »

  • Matt  

    Et je dis ça alors que je suis également fan de dessin plus « évocateur » comme tu dis. Mais je ne cherche pas la même chose partout. Pour le coup l’univers steampunk avec toutes ses fanfreluches et ses mécanismes qui font la marque de fabrique du concept, ça se prête bien à la surcharge de détails (je trouve, personnellement moi-même selon mon opinion à moi subjective ^^)

  • Matt  

    Ah oui je vois. Le côté un peu figé des autres scans par rapport au dernier, je comprends. Bah après j’ai mis que 7 scans quoi^^ Les scènes d’action ont plus de mouvement, mais les scènes où ça cause, ben ouais c’est plus figé et stylisé. Dans un sens c’est une technique pour rendre un dialogue agréable visuellement.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *