She’s not There

 

The  Wallking Dead : A new begining par Robert Kirkman et Charlie Adlard

Génération Z

Génération Z©Image Comics

Cet article traitera du volume 22 de la série qui compile les épisodes 127 à 132. La sortie française est planifiée pour le 25 janvier 2015. Il peut dévoiler des moments clés de l’intrigue en fonction du niveau d’attente du lecteur

Et voilà, c’est arrivé ! Après une dizaine d’épisodes bien mollassons, Kirkman avait fini par semer le doute dans les esprits les plus bienveillants envers ce qui est devenu le Comic Book le plus vendu du monde.

Ajoutez au fait que Kirkman a d’autres séries sur le feu ( Invincible, The Wolf Man) et qu’il participe activement à l’adaptation Tv de WD ( probablement le show le plus suivi de la planète bleue avec Game of Thrones), nombreux étaient ceux qui prédisaient et souhaitaient la fin de la série.

Votre serviteur ici  exprimait sa dubitation concernant son devenir qui semblait tourner en rond en répétant le même shéma Quiet / Violence qui fit le succés de la série (comme celui du groupe Nirvana).

Tout enclin que nous puissions être à la contrition, force est d’avouer que bon nombre de lecteurs trouvèrent interminables la quinzaine d’épisodes contre Negan malgré certains moments de qualité.

Et Kirkman en est conscient car ce nouvel arc qui ressemble à une nouvelle saison est intitulé A New Begining. Et mazette ! Kirkman est déchaîné et les pistes qu’il lance pour les arcs ultérieurs sont plus passionnantes les unes que les autres !

Une nouvelle distribution enfin à la hauteur !

Une nouvelle distribution enfin à la hauteur !©Image Comics

Tout d’abord il prend le contrepied de sa série. Depuis le début de WD, nous suivons l’évolution d’un groupe de survivants mené par Rick Grimes pour survivre puis pour reconstruire un semblant de civilisation. 22 volumes plus tard, ce groupe n’a plus rien à prouver à son lecteur. Kirkman l’acte dès le premier épisode avec une mise en scène originale : il introduit un nouveau groupe de survivants mené par une femme et qui demande asile à nos amis.

L’action est vue par ces personnages frais qui découvrent les actions de Rick. C’est à leur tour d’être les sceptiques : ce Rick Grimes si charismatique est il un honnête homme ? Et qui est ce mystérieux prisonnier Negan qui les supplie du fond de son cachot ? Très vite ces personnages à inégalité d’informations avec le lecteur amène une tension insoupçonnée. En voici enfin qui ne tombent pas immédiatement sous le charme de notre héros.

Negan Manson

Negan Manson©Image Comics

WD est une série axée sur la confiance et qui montre les conséquences catastrophiques que peuvent avoir son déficit ou son excès. Kirkman ne perd pas de temps : le groupe de         sont des gens biens mais leurs doutes vis à vis de Rick risquent de tout faire chavirer. Pour la première fois depuis l’épisode 100, la tension est de nouveau là et c’est un sentiment délicieux !

D’autre part, pour la première fois de la série, Kirkman effectue un saut dans le temps ! Une idée simple et efficace. Environ 3 ans ont passé depuis la fin du conflit contre Negan. Sophia et Carl sont des ados avec des poussées d’hormones, Maggie est devenue mère d’un petit Hershell et Rick Grimes est devenu une sorte de patriarche ventru, boiteux et barbu ! Oui ! ce héros qui aura tant souffert accède à une respectabilité qui le met en retrait… Il est devenu clair que la série à son image est devenue plus mûre et plus seulement axée sur l’affrontement physique. Les séquences de Charlie Adlard montre que notre héros qui aura été estropié, amputé et canardé n’est plus en mesure de se battre comme durant ses jeunes années.

Une nouvelle génération face au vieux lion

Une nouvelle génération face au vieux lion©Image Comics

Kirkman réussit un tour de force : il arrive à écrire 5 épisodes autour de petits riens : la production de céréales permettant les premières brioches, les premiers alcools, la renaissance de l’acier… La communauté est désormais organisée, mène des battues savamment répétées pour éloigner les zombies du camp. Et Carl souhaite quitter son père, le plongeant dans le désarroi du parent paniqué à l’idée de perdre son enfant.  Maggie peut enfin élever un bébé sans craindre qu’il ne se fasse dévorer. Il n’est plus question de survie mais d’une vie paisible et harmonieuse.

C’est de toute cette vie qui se réinstalle dans sa normalité dont il est question.  Et Kirkman parvient à écrire sur le bonheur sans que celui-ci ne soit ennuyeux. Bien au contraire, le lecteur partage trop les souvenirs des souffrances de ses héros pour ne pas jouir avec eux du plaisir d’un coucher de soleil. L’amour que ses personnages se portent entre eux n’a d’égal que l’attachement inouï que le public a développé envers ces créatures de papier.

Tu es un homme mon fils

Tu es un homme mon fils©Image Comics

Pourtant Kirkman continue d’instaurer de grands moments d’angoisse et de suspense : il y  est question de la disparition de Michonne sans que le lecteur n’ait assez d’indice pour savoir de quoi il s’agit. Negan en prison est toujours aussi dangereux et plus manipulateur que jamais. Le bref échange entre Rick et lui figure d’ores et déjà comme l’un des meilleurs écrits par Kirkman pour la série. Enfin, il attise la curiosité du lecteur autour de rumeurs terrifiantes : certains zombies auraient acquis la parole et la capacité de se servir d’armes. Le trade se termine avec la confrontation contre ces zombies new-age et finit sur un cliffhanger insupportable. La vérité est bien en dessous de ce à quoi nos amis s’attendaient !

Des nouveaux personnages secondaires enfin intéressants, un dessin qui soigne les expressions des émotions des personnages, un équilibre formidable entre horreur et normalité, son invitation au changement, une réelle évolution des personnages principaux et le retour des zombies ne font pas seulement de ce nouveau départ un retour en grâce d’une série qui avait perdu de sa superbe,mais, oui on peut le dire, l’un des meilleurs arc narratif depuis le début de la saga !

La question de confiance...

La question de confiance…©Image Comics

15 comments

  • Présence  

    Une matinée qui commence bien avec la découverte d’un mot que je ne connaissais pas : dubitation.

    La lecture de cet article est pleine de suspense du début jusqu’à la fin, transcrivant bien le plaisir que tu as pu avoir à la lecture de ce tome du renouveau. Non ! Résister, je le dois…

  • Bruce lit  

    Mais allez quoi !! En plus je t’ai spoilé la moitié la série ! Tu aimes les dessins d’Adlard ?

  • Thierry Araud  

    Ca y est je suis d’accord ! Mais je continue à penser que l’arc Negan n’est pas si mauvais que ça. En tout cas, il trouve sa nécessité dans le fait d’amener le nouveau statu quo : comme tu le notes très bien un seuil a été franchi et plus rien ne peut être comme avant.De plus cette nouvelle période regorge de surprises… Je n’ai que 2 épisodes d’avance (je devrai recevoir le n° 135 la semaine prochaine) mais je peux te dire qu’ à partir du 134… Non, en fait je vais rien dire ! Rick s’efface peu à peu et Kirkman se fait plaisir avec des personnages secondaires (Maggie, Carl, Sophia, la relation des deux derniers…) ce qui relance vraiment l’intérêt du lecteur. La période Negan aura eut cet avantage de servir de transition entre la période « paléolitique » de la série (errance, vie au jour le jour…) et la période « néolitique » (sédentarisation, agriculture…) en ce sens qu’elle cristalise la fragilité de l’organisation du groupe et le confronte à une situation de guerre dont il ne pourra sortir que par la violence. Il s’agit alors de « dompter » cette violence et de la dépasser pour construire. Kirkman est bel et bien un grand auteur et je recommande chaudement la lecture de « Outcast » qui me semble une série prometteuse.

  • Brucing Dead  

    Ouais ! Welcome Thierry ! On est mieux que sur Amazon ici.
    Je suis d’accord sur la transition que l’arc de Negan aura permis. Tout comme la saison 3 de Breaking Bad était aussi chiante que nécessaire ( la mise en place d’une faussa station essence et les magouilles comptables pour blanchir l’argent.
    Je suis un homme de parole, et je reconnais publiquement que j »avais tort de douter de Kirkman et que oui, avec ce genre d’arc il prouve que c’est un grand auteur.
    Je suis très friand de tes métaphores autour du paléolitique et néolitique. Où quand les commentaires des lecteurs de Bruce Lit sont meilleurs que l’article qui les inspire !!

  • Tornado  

    Dit celui qui n’a pas lu le comics mais qui a vu la série TV :
    A présent, je peux lire sans crainte tous ces articles, car la série TV a définitivement suivi une continuité distincte !
    C’est très intéressant, car cela me permet de découvrir un point de vue pénétrant sur cette oeuvre (celui de Brucing Dead), tout en me disant que la « partie » que je suis à la TV va prendre une orientation sensiblement différente !

  • Brucing Dead  

    Oh elle n’est pas si différente en fait, tu as juste quelques arcs de retards :)
    Par exemple dans la BD andrea et Dale ( le vieux) vivent une belle histoire d’amour avant que celui ci ne meure face aux cannibales…
    Actuellement Andrea forme un joli couple avec Rick. Et n’est pas la tête à claque de la série Tv. L’intérêt et la faiblesse de la série est justement de ne pas se focaliser sur Rick Grimes.

  • Tornado  

    Andrea est morte à la saison 3. Tandis que Daryl n’est pas dans les comics. C’est quand même pas pareil !

  • Brucie  

    Oh je vois que Mossieur s’est renseigné !

  • Tornado  

    Mon pote Fredspawn lit les comics et on regarde tous les deux la série TV. Alors il me tient au courant des différences et des similitudes, en essayant de ne pas spoiler !

  • Stan FREDO  

    Je trace un trait qui exclut ce truc de Zombies. Même ‘Odessey And Oracle’ (en version vinylique rééditée dans les années 1990), je l’ai revendu ! ‘She’s Not There’, c’est Carlos Santana qui me l’a d’abord fait connaître. A la toute fin de sa bonne période… ‘Nuff Said!

  • Brucing Dead  

    J’aime bien le morceau qu’en a fait Malcom Mc Larren qui sample She’s Not There pour la Bo de Kill Bill.
    @ Jord : Beth est morte ? C’est l’abrutie qui voulait boire un coup en pleine apocalypse. Elle a un pouvoir surhumain celle-là ! Elle m’a dégouté de la série Tv que j’appréciais bcp !

  • Bruce lit  

    Bon…. Elle a eu ce qu’elle méritait ! Ils vont peut-être la ramener en fantôme comme Sarah Wayne machin… Qui avait déjà été ressuscitée dans Prison Break…

  • Jyrille  

    Tiens, mon ancien commentaire a disparu je crois… Bref, je viens de lire ce volume (en VF) et je suis globalement d’accord avec Bruce (y compris sur le fait que l’arc avec Negan était chiant par moments), c’est une très bonne surprise (et moi non plus je n’y croyais plus). Cela dit, même si j’ai moi aussi été épaté par la capacité de Adlard à narrer une vie normale autour de scènes qui parle de pain ou de céréales, j’ai senti par moments mon attention se relâcher. Et par moments, la tension monte vraiment, on sent la menace. Je ne suis pas du tout convaincu par une des trois scènes finales qui forme un cliffhanger, mais à part ça, c’est un très bon volume.

    Par contre, Bruce, tu dévoiles presque tout l’album dans cette chro ! ^^

  • Bruce  

    Ben, la balise spoiler en haut en rouge, elle sert à quoi ?

  • Jyrille  

    Elle est pratique, mais je disais ça par rapport à la discussion sur FB de l’époque avec Anne-Lise…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *