Tragique et inéluctable

The Goon tome 6 : Chinatown et le mystérieux Monsieur Wicker par Eric Powell

Une gueule cassée et une jolie pépée

Une gueule cassée et une jolie pépée©Dark Horse

AUTEUR : PRÉSENCE

The Goon est une série publié de manière relativement régulière depuis 2002, par Dark Horse Comics (avec 3 épisodes de démarrage publiés en 19999, et réédités dans un tome numéroté zéro).

Il s’agit de la création d’Eric Powell qui en assure le scénario et les dessins (sauf à de très rares exceptions). La série compte à ce jour (en 2014) 13 recueils. Elle est publiée en France par Delcourt.

L’action se situe dans un bled paumé des États-Unis, dans un environnement rural. Au fil des histoires, le lecteur constate que la prohibition bat son plein et que la pauvreté est très présente. Cela permet de situer la série autour des années 1930. Goon est un individu très costaud se livrant au trafic de diverses marchandises dont l’alcool. Il n’hésite pas à recourir à la violence.

Il est aidé dans la gestion de ses affaires par Franky, un petit monsieur très violent, à la morale très élastique. Outre quelques criminels tordus, les histoires mettent souvent en scène des personnages surnaturels tels des zombies, des goules, ou même des vampires (pas forcément très futés).

Des monstres et des marmots pas si innocents

Des monstres et des marmots pas si innocents©Dark Horse

Initialement, cette histoire est parue sous la forme d’un récit complet (sans prépublication en épisodes) en novembre 2007. Goon ne se réduit à une grosse brute qui frappe fort et qui fait ce qu’il a à faire pour que ses trafics tournent bien et que l’argent rentre. Il est parfois incapable de réprimer ses sentiments et ses souvenirs, comme le commun des mortels.

Dans cette histoire, il doit faire face à un mystérieux individu (Mister Wiker) qui a décidé de s’approprier son territoire en sabotant les opérations clandestines du Goon et en terrorisant ses amis et ses relations.

Goon traverse également une petite crise personnelle car il n’arrive pas à se faire pardonner de Mirna, et des souvenirs de son enfance viennent lui tarauder l’esprit : sa tante Kizzie, Isabella son premier amour, et Xiang Yoa un responsable de triade et un des premiers à avoir tenté de s’imposer sur le territoire de Labrazio.

Un rythme qui n'est pas asservi à la parution en épisode

Un rythme qui n’est pas asservi à la parution en épisodes©Dark Horse

Avec ce tome, Eric Powell s’offre une histoire libérée des contraintes de la production sérialisée ce qui lui permet de tout faire : scénario, illustrations, mise en couleurs et lettrage. C’est aussi pour lui la possibilité de construire une histoire avec son rythme spécifique, sans devoir s’astreindre au découpage en 22 pages qui doivent former une unité cohérente.

Eric Powell choisit d’enchevêtrer passé et présent pour que les 2 époques se répondent et s’enrichissent. Il continue également de développer l’histoire de Goon sur le long terme en revenant sur une scène entre Mirna et Goon, relatée dans un tome précédent (Enfance assassine), ainsi que le début de son enfance (dans le même tome). Ce tome s’adresse donc plus aux lecteurs qui suivent les aventures du Goon depuis le début.

Le premier aspect qui impressionne se situe au niveau de la mise en couleurs. Powell utilise une palette restreinte, avec des tons assez délavés. Il proscrit les couleurs vives et adoptent des couleurs essentiellement ocre foncé pour les scènes du passé, et gris-vert pour les scènes du présent.

Une ambiance rétro et surannée

Une ambiance rétro et surannée©Dark Horse

Ces choix confèrent une certaine forme de mélancolie à l’ensemble du récit, ainsi qu’un aspect un peu rétro. Il utilise également la mise en couleurs pour renforcer l’ambiance, en particulier quand il ne dessine pas de décors une page durant. Le deuxième plaisir de lecture réside dans les illustrations, toujours empreintes d’un esthétisme des années 1940/1950. La gueule cassée de Goon impressionne par sa rudesse et son apparence fermée. Powell réussit à rendre crédible Franky alors qu’il est affublé de 2 grands yeux entièrement blancs, sans iris ni pupille. Powell sait faire coexister des éléments réalistes avec des éléments exagérés et déformés comme dans un dessin animé.

Parmi les éléments réalistes, il est évident qu’il s’est inspiré de Rita Hayworth dans Gilda pour au moins l’un des 2 personnages féminins du récit. De la même manière son hommage aux films de genre est très délectable pour les décors du manoir situé dans le quartier chinois. Powell évoque à la fois le péril jaune du mystérieux docteur Fu Manchu et les décors fastueux hollywoodiens, américanisant, dramatisant et diabolisant l’exotisme des mandarins chinois.

La tentation du jouet inaccessible

La tentation du jouet inaccessible©Dark Horse

Le lecteur découvre également que Powell s’est fait plaisir en insérant quelques pages muettes où il profite à plein de la liberté apportée par le format. Il ya en particulier une scène mémorable de séduction entre Goon et Mirna, une séquence inoubliable dans laquelle Goon se contemple dans le miroir en proie à une émotion ravageuse. Les combats sont moins nombreux que d’habitude, mais ils restent très efficaces et impressionnants.

Eric Powell profite également de cette histoire complète pour mettre l’accent sur le coté tragique de son personnage principal. Fini les blagues énormes et les monstres bas du front, le récit se concentre sur le tragique de l’existence de Goon. L’histoire commence admirablement avec Goon hanté par les souvenirs du passé et la volonté de sa tante de faire de lui quelqu’un de bien.

Goon aussi éprouve des sentiments

Goon aussi éprouve des sentiments©Dark Horse

Ce souvenir en décalage complet avec ce qu’il est devenu s’ajoute à sa souffrance morale et place l’existence de Goon sous l’influence d’un destin funeste et implacable. Mais assez vite, les 2 temps (passé et présent) ont du mal à coexister, à s’enrichir mutuellement. L’histoire au temps présent décrit comment Mister Wicker manœuvre Goon pour l’isoler et le faire tomber. Le lecteur est plongé dans un roman noir de Dashiel Hammett (par exemple La moisson rouge) prenant, mais désamorcé par l’apparence de supercriminel de Mister Wicker.

Par contraste, les scènes du passé sont d’une beauté et d’une séduction vénéneuse irrésistible. L’histoire d’amour est savamment intégrée à la narration, sans mièvrerie, avec même une forme de vacherie cynique. Et les affres émotionnelles du Goon définissent autant le personnage qu’elles le crédibilisent et le font s’incarner en tant qu’individu. En fait cette histoire du passé est tellement intense qu’elle prend complètement le dessus sur celle du présent, jusqu’à la rendre quelconque par comparaison.

Mirna dans une ambiance rétro

Mirna dans une ambiance rétro©Dark Horse

Eric Powell délaisse l’aspect comique et énorme des aventures du Goon pour dévoiler un aspect essentiel de son passé tragique. Les illustrations sont totalement maîtrisées pour une ambiance rétro, sans être vieillotte. Les 2 récits ne se complètent finalement pas, l’un prenant le dessus sur l’autre jusqu’à l’écraser de sa perfection.

Toutefois ce récit dans le passé est d’un tel classicisme et d’une telle intensité qu’il vaut à lui seul la lecture de cette histoire, et le lecteur apprend comment le coté gauche du visage du Goon est aussi vilainement balafré. Les aventures du Goon se poursuivent dans Migraines et cœurs brisés (épisodes 19 à 23).

12 comments

  • Bruce lit  

    je suis très tenté ! Les dessins sont magnifiques et m’évoquent un des films que j’adore : Il était une fois en Amérique. Grâce à ton article, j’ai ce morceau en tête pour toute la journée, ce superbe piano fantomatique…..fffff, des frissons, rien que d’y penser….
    J’étais à deux doigts de me les prendre à Gibert l’autre fois, mais le volume 1 était plus abimé que les autres et du coup niet !! En haut de ma wihlist grâce à ton article.

    • Présence  

      Au fil des tomes la série oscille entre l’excellent et l’indulgent, mais toujours avec une verve et un coup de crayon irrésistibles. Eric Powell fait alterner les récits parodiques et humoristiques, avec une intrigue au long cours sur Goon, Buzzard et les autres.

  • Bastien  

    Bonjour,
    Commentaire très intéressant qui me donne envie de jeter un oeil à la série.
    Les dessins ont l’ai magnifique en plus.
    Merci,
    Bonne journée.

  • JP Nguyen  

    Allez, encore une série à essayer lors de mon prochain passage à la médiathèque (j’ai de la chance, ils ont une dizaine de volumes sur les treize parus…).

  • Tornado  

    Je n’ai lu que le premier, qui ressemble à un galop d’essai et n’est pas exceptionnel. J’y ai toutefois perçu les germes d’un véritable univers artistique à la mythologie postmoderne, un peu comme celui de Mignola mais avec une toute autre spécificité. Du coup j’ai acheté les 10 premiers tomes qui… dorment sur mes étagères !!! 😀

    • Présence  

      Tellement de comics, et si peu de temps pour les lire…

  • Jyrille  

    J’ai les quatre premiers recueils, tu me donnes envie de les relire. J’avais laissé tomber parce que je trouvais que cela se répétait, pour autant c’est une bonne série fantastique qui mélange pas mal de genres et me fait penser un peu à Hellboy (que je connais beaucoup moins). Mais cet épisode m’a l’air alléchant. Quant au dessin de Powell, il est très agréable.

    • Présence  

      A chaque nouveau tome, je me dis que j’arrête cette série parce que l’intrigue principale s’est perdue en cours de route. A chaque fois, je feuillette le suivant et les dessins me font craquer, par leur expressivité et leur force comique.

  • Bruce lit  

    J’étais sur le point hier d’acheter les deux premiers tomes à Gibert et en le feuilletant je me suis rendu compte que l’univers proche de celui d’Hellboy ne m’attirerait pas…Maybe next time…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *