Victime de la Mode (Fashion Beast)

Fashion Beast par Anthony Johnston & Facundo Percio, d’après Alan Moore

Par : TORNADO

VO : Avatar Press Inc

VF : Panini Comics

Non, ce n’est pas du Lovecraft… © Avatar Press Inc

Non, ce n’est pas du Lovecraft…
© Avatar Press Inc

Cet article portera sur la mini-série FASHION BEAST, écrite par le scénariste Anthony Johnston et réalisée par le dessinateur Facundo Percio. Il s’agit d’une création assez particulière puisqu’il s’agit de l’adaptation sous forme de comi-book d’un scénario rédigé initialement par Alan Moore pour le cinéma. Ou quand l’un des plus grands auteurs de comics de l’histoire écrit pour le cinéma une histoire qui deviendra plus tard un comi-book écrit par un artisan mineur de l’industrie concernée…

En VO, l’ensemble a été développé en 2012 chez l’éditeur Avatar Press Inc, qui publie l’essentiel de la production des œuvres d’Alan Moore depuis plusieurs années.
En VF, la mini-série a été publiée en deux tomes par Panini Comics.

Je vous propose une lecture en deux temps, chacun revenant sur mon sentiment à la découverte de chaque tome, en temps réel…

Lorsque vous regarder l’abîme, l’abîme vous regarde aussi… © Avatar Press Inc

Lorsque vous regardez l’abîme, l’abîme vous regarde aussi…
© Avatar Press Inc

Tome 1 :

Le pitch : Dans un futur dystopique, au matin d’un éventuel « hiver nucléaire », le gigantesque salon de Célestine, brillant couturier et figure illustre de la mode, apparaît comme un havre de rêve. Il attire nombre de personnes qui souhaitent échapper à leur morne existence. Sortie de nulle part, une jeune femme nommée Doll va soudain devenir l’égérie de Célestine, qui vit reclus dans son bureau comme un ermite au sommet de sa tour…

Cette mini-série, je crois que l’on peut le dire de cette manière : C’est du vrai faux Alan Moore !
Les couvertures américaines de Facundo Percio (très jolies au demeurant) exposent le nom du créateur de WATCHMEN  en grand, comme une enseigne, avec celui de Malcom McLaren en un peu moins grand juste au dessous, et celui d’Anthony Johnston en tout petit, encore en dessous. C’est pourtant ce dernier qui a véritablement écrit le scénario de cette mini-série !
FASHION BEAST est au départ un projet de Malcom McLaren (ancien manager des Sex Pistols, mais ça, tout le monde le sait). Celui-ci nourrissait un projet de film basé sur une idée précise : Explorer le monde de la mode, et associer le conte de LA BELLE & LA BÊTE avec la vie de reclus menée à l’époque par le célèbre couturier Christian Dior ! Le bonhomme rêve de confier son projet à Alan Moore qui, fasciné par le concept, s’en saisit aussitôt pour rédiger un scénario de 200 pages dans un délai record. Seulement voilà : Le film ne se fait pas. C’était en 1985…

C’est qui celui-là qui écrit le scénario déjà ? © Avatar Press Inc

C’est qui celui-là qui écrit le scénario déjà ?
© Avatar Press Inc

Presque 30 ans plus tard, le scénario de Moore est exhumé et confié à Anthony Johnston, un jeune scénariste de comics (DAREDEVIL – SEASON ONE). Il est dit qu’Alan Moore supervise le projet. Comprenez par là qu’il n’a nullement écrit le scénario proprement dit de cette bande-dessinée…

Quel comble ! Que sont alors ces couvertures qui vendent cette mini-série comme une œuvre d’Alan Moore ? Et bien madame, cela s’appelle une belle opération commerciale, dans laquelle votre serviteur s’est empressé de se vautrer… comme une fashion victim, finalement, puisque ce n’est que la « marque » de Mr Moore qui l’a décidé à acheter la chose !

Pour ce qui est du comicbook en lui-même, c’est forcément décevant si l’on est un tant-soit peu habitué aux créations du maître. C’est moins bien écrit et moins bien découpé. Les dialogues ont moins d’esprit et beaucoup moins d’originalité. C’est simplement beaucoup moins percutant.
Le concept en lui-même éveille bien la curiosité du lecteur. Mais la toile de fond (le monde de la mode dans un futur plus ou moins apocalyptique) ne s’impose pas comme une évidence. Elle apparaît étrange et tirée par les cheveux, là où Alan Moore aurait su lui donner toute son assise et sa cohérence.
C’est bien ce qui fait la différence : Un scénario, c’est du Fond Mais aussi de la Forme. Moore est un auteur brillant, qui possède le sens du détail et qui nourrit son histoire d’une manière de la raconter particulièrement dense, originale et vertigineuse sur les nombreux degrés de lecture. Anthony Johnston ne parvient jamais à se hisser sur le terrain de son ainé, et livre finalement un travail plus ou moins aseptisé, qui ressemble vaguement à V POUR VENDETTA dans l’atmosphère et le décor, mais sans en posséder la puissance de suggestion.

Une mise en page bien balisée. © Avatar Press Inc

Une mise en page bien balisée.
© Avatar Press Inc

Le dessin de Facundo Percio n’est pas mauvais, surtout que ce dernier a la présence d’esprit de ne pas édulcorer le récit en dessinant ses personnages de manière stéréotypée. Doll est une tête à claque vaguement jolie, parfaitement hautaine. Célestine ne se voit que dans l’ombre, mais pourrait très bien se révéler comme un clone d’Alan Moore ! Mais là encore, le découpage des planches, qui rappelle celui des grands travaux du maître, tombe souvent à plat par une simplicité et une linéarité finalement très monotone.

Tome 2 :

Le premier tome m’avait un peu déçu du fait de sa narration clinique et monotone, dont la volonté manifeste de retrouver l’esprit du roman graphique V POUR VENDETTA  ne permettait pas d’en atteindre la force ni la profondeur. En cherchant à singer le style du créateur de WATCHMEN  (planches découpées de manière limpide et symétrique), Anthony Johnston ne parvient pas à retrouver cette perfection teintée de folie qu’Alan Moore réussit si bien à distiller dans les pages de ses comics, sorte de mélange d’esprit et d’humour qui trouve son essence dans le sens du détail. Et c’est ce sens du détail qui manque à cette adaptation de FASHION BEAST, qui fait que l’on ressort de cette lecture avec une curieuse sensation de vide.

Cependant, j’avoue avoir préféré ce second tome au précédent. Car malgré une mise en forme plutôt dénuée de profondeur, la force du récit imaginé par Alan Moore réussit à s’imposer au delà de cette illustration consensuelle.

Bon, finalement, Alan Moore, il est partout ou bien nulle part ? © Avatar Press Inc

Bon, finalement, Alan Moore, il est partout ou bien nulle part ?
© Avatar Press Inc

FASHION BEAST aurait-il pu être un chef d’œuvre de plus dans la carrière du Maître s’il avait fait lui-même le boulot ? On ne le saura jamais, tant il est difficile de savoir exactement où s’arrête sa participation et où commence celle de son disciple.
Toujours est-il qu’en s’inspirant du mythe de LA BELLE & LA BÊTE, Moore avait conçu un conte philosophique mâtiné de science-fiction post-nuke et relevé par une dimension poétique sombre et puissamment romantique. Mais il est probable que la mise en forme trop lisse effectué par Anthony Johnston en atténue quelque peu la portée…
Je ne suis pas tendre avec Anthony Johnston, car il souffre indubitablement de la comparaison avec son modèle. Pourtant, son travail semble se bonifier avec le temps. Et quelques épisodes proposés ici sont plutôt réussis, surtout lorsque le jeune scénariste s’essaie à l’exercice de style, avec par exemple plusieurs planches exemptes de tout dialogue.
Pour résumer, je dirais que la lecture de cette mini-série permet de passer un très agréable moment dans la mesure où le récit est vraiment intrigant, relevé par une dimension romantique hautement lyrique, et bourré de critiques et autres réflexions sarcastiques sur le monde de la mode. Mais tout amateur du travail d’Alan Moore ne pourra que regretter cette entreprise visant à faire croire aux lecteurs qu’il s’agit d’une création du génial barbu, alors qu’il ne s’agit en vérité que d’une copie, en plus fade.

C’est quoi une fashion victim ? © Avatar Press Inc

C’est quoi une fashion victim ?
© Avatar Press Inc

Le dessin de Facundo Percio est très réussi, surtout que l’artiste encre lui-même ses planches avec un trait superbe et puissant. Mais la mise en couleur infographique rend l’ensemble beaucoup trop aseptisé. Je me demande si une version en noir et blanc n’aurait pas été plus efficace.

Bref, une assez bonne série en définitive, mais un objet littéraire étrange en soi, frustrant pour ceux qui en découvrent le développement commercial sous-jacent…
La collaboration entre Alan Moore et Anthony Johnston date aujourd’hui de plusieurs années, puisque elle était déjà à l’œuvre dans ALAN MOORE’S LIGHT OF THY COUNTENANCE (inédit en VF), ainsi que dans la première partie de Neonomicon .

Serez-vous, vous aussi, victime de votre curiosité pour cette histoire ? © Avatar Press Inc

Serez-vous, vous aussi, victime de votre curiosité pour cette histoire ?
© Avatar Press Inc

——-

Alan Moore + Malcom Mc Larren = Anthony Johnston ? 
Uh ? 
Le cas Fashion Beast  à la une de Bruce Lit.

BO : Paul Williams : Phantom Theme (Beauty & the Beast)

Un être reclus dans son antre qui tire les ficelles et fascine les foules. Une histoire éternelle de la belle et de la bête. Tout cela rappelle le chef d’œuvre de Brian DePalma et le thème de Paul Williams…

18 comments

  • Patrick 6  

    Pour la BO « La grande escroquerie du Rock’n’roll » serait plus adapté au contenu du comics si j’ai bien compris ton article ^^
    Hélas il assez courant (souvent aussi avec Gaiman) que la mention « d’après » disparaisse de la couverture laissant penser qu’il s’agit de l’œuvre originale du maitre…
    Hélas fort logiquemet la relative malhonnêteté de la démarche cache souvent un contenu décevant ou une adaptation en demi-teinte.
    Pour le coupe je vais boyicotter l’oeuvre ça me fera des économies, merci à toi ^^

    • Tornado  

      @Patrick : La publication était déjà assez cynique pour que je ne charge pas la mule avec la BO ! :D
      N’empêche que je n’ai pas revendu cette mini-série. Je pense sérieusement me la relire un de ces quatre, et comme le dit Ozymandias, elle fait quoiqu’il en soit partie de l’oeuvre d’Alan Moore, même ainsi sous forme de résidu…

      @Eddy : Tu as raison. Je crois que tu as toi aussi une bibliothèque suffisamment fournie pour ne pas t’obliger à tout lire ! ;)

      @Présence : J’espère que tu reviendras ici en toucher un petit mot lorsque tu auras lu la chose ! :)

      @Matt : Ton bon sens résume très bien la situation !

      @Ozymandias : « Le vrai « crime » dans cette manipulation, c’est de déprécier le travail d’adaptation d’Anthony Johnston »
      - Tu as raison. J’aurais dû insister davantage sur cet élément.

      @Cyrille : Tu peux lire PROVIDENCE. C’est passionnant pour un fan de Lovecraft.
      Je n’ai pas dit que les images m’attiraient. Juste que le dessinateur n’était pas mauvais mais que la colorisation était moche.
      La saison 3 de Penny Dreadful est ma préférée. Malgré un final un peu abrupt.

      @Bruce : C’est Cyrille qui parle de Guillory, pas moi (je n’ai jamais lu Tony Chu) ^^
      En relisant l’article, je me dit que c’est bien parce qu’il est court, mais en même temps écrit à l’arrache. Quand j’ai relu ma propre version du pitch, j’y ai rien compris ! :D (« Dans un futur dystopique, au matin d’un éventuel « hiver nucléaire »</em< = Ça ne veut absolument rien dire !!!).
      Le rédacteur en chef est prié de me faire remonter ce genre de bourde, la prochaine fois ! :D

      • Présence  

        Promis.

  • Eddy Vanleffe....  

    Les objets faits ainsi de bric et de broc sont souvent voué à l’échec. ici sans doute sauvé du désastre par le potentiel qu’y avait injecté Alan Moore à la base.
    Aurais-je eu envie de lancer là dedans?
    Non tant je déteste tous les trucs avec la mention « basé sur… » D’après… »
    Comme tu le dis Tornado, pour le curieux qui aurait envie de résoudre le puzzle et de détecter ce qui reste de Moore…

  • Présence  

    Sympathique de revenir sur cette histoire qui est dans ma pile de lecture, mais que je n’ai pas encore lue. Côté VO, Avatar Press avait été honnête et transparent en indiquant dès les sollicitations de précommande la nature de l’ œuvre, c’est-à-dire la récupération et l’adaptation d’un projet avorté de film.

    Comme tu l’indiques, ce n’est pas la première fois qu’Antony Johnston accepte de réaliser une transposition d’un récit d’Alan Moore, que ce soit des textes courts (The courtyard, Another suburban romance, Hypothetical Lizard). Il est d’ailleurs également un scénariste (un peu pour Marvel), mais aussi de ses propres séries (Wasteland, pas lu) et The fuse (SF + enquête policière, très bonne série). C’est également un auteur de jeux vidéo.

    C’est vrai que la politique éditoriale d’Avatar Press fait très raclage de fond de tiroir, en ayant fait adapter tout ce qu’ils pouvaient trouver d’Alan Moore. Elle fait aussi racolage avec une série comme Crossed (Garth Ennis et suivants). Dans le même temps, ils ont aussi publié les projets les moins commerciaux de Garth Ennis (Dicks, Red rover Charlie), de Warren Ellis (Black Summer, Captain Swing), et d’Alan Moore, avec selon toute vraisemblance aucune interférence éditoriale, un engagement de tout publier, et un savoir-faire réel à gérer les faibles tirages et leur distribution.

    Du coup, en tant que complétiste, je suis quand même content qu’Avatar Press donne à voir les travaux secondaires des auteurs que je préfère, même sous une forme hybride, complétée

    • Présence  

      … Oups !

      …complétée a posteriori par d’autres personnes.

  • Matt  

    Ce que je trouve dommage dans cette histoire, c’est que cette façon de vendre le comics fait même de l’ombre à son scénariste en le comparant direct à Moore.
    Alors ok le nom de Moore doit être mentionné s’il est à l’origine de l’idée, mais faire passer la BD pour sienne, d’une part ça déçoit les fans de Moore, et d’autre part ça compare directement un scénariste débutant pas forcément mauvaise mais pas non plus hyper doué ou hyper expérimenté à un maître, et donc ça fait bobo.

    Tu te poses la question « ce comis aurait-il été un chef d’oeuvre s’il avait été fait par Moore ? », et moi j’ajouterai « ce comics aurait-il été jugé moins sévèrement s’il n’avait jamais été vendu comme une oeuvre de Moore ? »^^

  • Ozymandias  

    Avant toute chose, je précise, moi aussi, que je n’ai pas encore lu ce diptyque, miné par l’opportuniste marketing de Panini. J’ai déjà évoqué dans une chronique qui restera dans les limbes (il faut savoir ménager certaines amitiés) le côté sournois de certaines pratiques, comme d’apposer le nom d’Alan Moore en grosses lettres sur la couverture. Le vrai « crime » dans cette manipulation, c’est de déprécier le travail d’adaptation d’Anthony Johnston. Le peu que j’aie pu lire de cette mini-série m’incite à penser que l’interventionnisme du Magicien de Northampton s’est réduit à une peau de chagrin.

    Du coup, je suis bien heureux d’avoir patienté et récupéré (en VF et en VO) ce titre de manière officieuse, sachant qu’à un moment ou l’autre, je ressentirai la nécessité de m’y plonger sans aucun a priori. Il ne s’agit pas tant d’être complétiste que curieux de lire ce projet qui, somme toute, fait partie intégrante de la bibliographie d’Alan Moore.

    Au final, la chronique de Tornado se montre parfaitement objectif, et rejoint nombre des constats que j’avais pu faire de mon côté, en lisant quelques interviews sur Newsarama et autres. Elle explique bien que ce titre peut être lu, même en sachant que ce n’est pas l’oeuvre que tente de nous vendre Panini. Le problème, bien sûr, sera de le trouver en médiathèque, sachant que les établissements que je fréquente proposent un large éventail des livres du scénariste anglais, mais pas celui-ci. Reste le piratage ou la chance d’avoir des amis qui partagent votre curiosité et disposent d’un portefeuille mieux rempli que le vôtre. :-)

    MÉFIEZ-VOUS DES CONTREFAÇONS !

  • Jyrille  

    Je crois avoir vu passer cette bd mais comme tous les derniers Moore, je suis passé outre… je n’ai pas été victime de la mode comme toi ! Ouf !

    Je ne sais vraiment pas vers quoi me tourner de Moore depuis quelques années. Je devrai déjà me trouver tous ses Swamp Things que je n’ai jamais lus… ptêt en VO tiens. Mais bon, il faut que je défriche d’abord.

    En tout cas, un Tornado court, c’est super plaisant ! Contrairement à toi, les scans ne m’attirent pas, j’y vois du Rob Guillory (tiens je n’ai toujours pas fini Tony Chu…) moins affirmé, ou de l’indépendant un peu sale pas totalement sorti de l’amateurisme… L’histoire peut être intéressante par contre, mais vu ton enthousiasme, je passe allégrement ! Surtout que l’artifice de présenter Moore comme scénariste participe d’une mauvaise foi inacceptable.

    Rien à voir, mais je suis en pleine saison 3 de PENNY DREADFUL (oui j’ai fini la 2) et c’est vraiment bien. L’épisode 3 est un tour de force et comme à chqaue saison et son ou ses épisodes centrés sur Eva Green, il est dans le haut du panier. J’ai même réussi à flipper…

    La BO : aucun souvenir. A réécouter. D’ailleurs je ne crois pas avoir écouté cette BO un jour, juste avoir vu le film.

  • Ozymandias  

    Eva Green porte quasiment la série sur ses (magnifiques) épaules. Elle nous offre de superbes performances d’actrice à chaque saison. PENNY DREADFUL me manque énormément, malgré cette (fausse) bonne nouvelle d’une reprise de la série, mais avec des personnages différents et à une époque plus proche de la nôtre. De fait, j’ai là encore l’impression qu’on essaie de nous fourguer un produit de substitution.

    La BO est tirée d’un des rares films que je considère CULTE.

    • Matt  

      J’ai bien aimé aussi cette série. J’en ai parlé avec Tornado en MP.
      Eva Green n’est pas vraiment mon type, je trouve rarement qu’elle fonctionne quand ils veulent lui filer des rôles de femme fatale. Mais là dans cette série elle est à fond dans le rôle et c’est surement une de ses meilleures performances avec un rôle plus intéressant que d’ordinaire pour elle.

      Et je suis content que ça ne dure pas plus longtemps, même si certains diront que c’est précipité et que ça finit pas bien. Parce que moi les séries trop longues, je les fuis^^
      Très bonne performance de l’acteur qui joue le monstre de Frankenstein aussi.

  • Bruce lit  

    Interessant !
    Je ne savais pas que cette vieille canaille de McLarren s’était lançé dans la BD.
    Pour info, il signe une très bonne reprise de She’s not there des Zombies sur l’OST de Kill BIll.

    Pour le reste, c’ets vrai que c’est gonflant toutes ces vraies fausses adaptations. Mais j’imagine que pour un petit éditeur mettre du Alan Moore sur une cover vaut un tirage de Wolverine.

    @Tornado : du guilory ?????
    @Présence : un fan de Crossed qui traite la série de racoleuse ? Décidément, Présence se lache cette semaine !!

    • Matt  

      Présence a souvent dit qu’il n’a rien contre les trucs racoleurs dans mon souvenir^^
      J’imagine que si c’est assumé, ça ne le dérange pas.

      • Présence  

        C’est exactement ça : si les auteurs me promettent des moments racoleurs et putassiers, j’attends d’eux qu’ils tiennent leur promesse, et dans ce cas-là ça ne me dérange pas.

    • Tornado  

      Non non non Bruce, tu as mal lu : McLaren s’était lancé dans le cinéma, pas dans la BD. C’est le scénario d’Alan Moore pour le cinéma qui a été exhumé et adapté en comic-book.

  • Ozymandias  

    Avatar Press assume pleinement et les séries racoleuses permettent de fournir des fonds à des titres plus « profonds ». Les fonds de tiroir, ça existe chez tout le monde, à la différence que ceux d’Alan Moore sont, in fine, bien plus intéressants que certains comics actuels (non, non, je refuse de donner des noms…).

    @Tornado : Ma remarque concernant le « crime » envers Anthony Johnston pointait Panini et non pas ton travail. Tu as parfaitement remis ce texte dans son contexte. Je connais un peu WASTELAND qui est une série post-apo qui mériterait une traduction en VF (elle s’étale sur plus d’une cinquantaine d’épisodes). J’avais commencé à bosser sur l’adaptation de Hypothetical Lizard pour un forum ; force est de constater qu’il a fait de l’excellent boulot.

    @Cyrille : La saison 3 de Penny Dreadful est ma préférée. Malgré un final un peu abrupt.

    C’est pourtant la moins réussie des trois car on sent que le couperet vient de tomber et que certaines sous-intrigues sont bâclées. Il reste que la qualité d’ensemble est tellement élevée par rapport aux conneries télévisuelles qu’on nous assène chaque semaine qu’on peut facilement fermer les yeux sur ces détails.

    @ Eddy Vanleffe : Non tant je déteste tous les trucs avec la mention « basé sur… » D’après… »

    Attention, certaines adaptations sont vraiment réussies. Il y a eu un nombre impressionnant de nouvelles de Neil Gaiman qui ont donné d’excellent comics. C’est vrai que c’est souvent l’auteur en personne qui se charge du travail, mais méfions-nous quand même de certains réflexes pavloviens.

    • Jyrille  

      Il me reste un épisode avant de finir PENNY DREADFUL et oui, la saison 3 est clairement, de loin, la meilleure, même si je ne l’ai pas encore terminée : les épisodes sont épiques.

  • Bruce lit  

    Horreur !
    Alan Moore a disparu des nuages tags !
    Va falloir y remédier les AMOOReux

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *