With Teeth (Babyteeth)

Babyteeth par Donny Cates et Garry Brown

Bébé veut se faire les dents ! © Aftershock

Bébé veut se faire les dents !
© Aftershock

Une revue bifluorée signée BRUCE LIT

VO : Aftershock

VF : Snorgleux

Entre l’apocalypse ou les spoilers, à vous de choisir le moindre mal de cette review.

BABYTEETH est une série indépendante publiée chez Aftershock, scénarisée par Donny Cates et dessinée par Garry Brown.  Il s’agit ici du premier tome traduit en VF chez Snorgleux dans une chouette édition plus grande que l’originale US.

Merci à Cédric des éditions Snorgleux pour m’avoir fourni en scans, ceux-ci étant quasiment introuvables sur le net.

Coup double pour Snorgleux qui à peine avoir publié la nouvelle bombe de Garth Ennis, JIMMY’S BASTARDS se lance dans une série rafraîchissante  et totalement folledingue : BABYTEETH.  Et Dieu sait que ce n’était pas gagné d’avance, étant donné que l’on peut légitimement se demander si dans le contexte de surcharge éditoriale de Comics, il y a encore de la place pour une nouvelle histoire d’Antéchrist.

Le pitch : Saddie est à peine agée de 16 ans qu’elle accouche d’un enfant, qui, à sa naissance déclenche un tremblement de terre.   Un nourrisson c’est déjà pas simple , mais pour notre jeune mère les tétées vont tourner au cauchemar quand le petit Clark (oui, comme un héros SM) va n’accepter pour se nourrir que le sang de sa mère. Ajoutez à cela un père militaire, une soeur droguée et psychopathe,  une kyrielle de tueurs à gages déterminés à tuer Clark désigné comme le nouvel antéchrist et vous obtiendrez le début tonitruant d’une série qui promet beaucoup.

Il a pas l'air très catholique cet enfant ! © Aftershock

Il a pas l’air très catholique cet enfant !
© Aftershock

Tout comme le fabuleux KISS ME, SATAN de Victor Gischler et Juan Ferreyra, BABYTEETH tape dans le Grindhouse facile à lire, à aimer spontanément tant l’ouverture est bouillonnante d’énergie pouvant rappeler les débuts d’un Mark Millar avant que le genious autoproclamé se fasse serrer sur le boulevard du bon goût pour racolage actif.
BABYTEETH n’emprunte à aucun moment la poésie d’un Gaiman et ne prétend à aucun moment à muscler l’intellect de son lecteur. Mais il suffit de relire le premier épisode pour constater qu’en 22 pages Donny Cates fait passer, mine de rien, une foultitude de personnages marquants que l’on adopte de suite dans une chronoloigie façon xxx ago / Now !, un gimmick qui aura marqué le Y, THE LAST MAN.

Car BABYTEETH séduira à coup sûr les admirateurs de BK Vaughan tant certaines similtudes entre les deux oeuvres : Yorrick se retrouve pourchassé par la planère entière après après qu’un évenemment ait décimé le genre mâle de la planète. Saddie est une nénette un peu paumée dont la naissance de son enfant va précipiter notre monde vers sa chute. A l’Apocalypse supposée arriver va se se superposer le bouleversement de cette fille mère partagée entre l’amour et la peur que son bébé va lui inspirer.

Heather : une autre idée de la féminité... (C) Aftershock /Snorgleux

Heather : une autre idée de la féminité…
(C) Aftershock /Snorgleux

En outre le comportement badass de sa soeur Heather et son armement évoquent sans ambages la bodyguard de Yorrick, l’agent 355, tout du moins pour l’attitude. Car physiquement, Heather semble descendre de la redoutable Tambi de STRANGERS IN PARADISE. Cates et Brown ont su créér un personnage qui crève l’écran et vole littéralement la vedette à sa soeur toutes les fois où elle apparaît.

En moins de 140 pages on rencontre des tueurs, des démons, une secte et même un instant Ennis du meilleur effet avec un massacre de poules totalement gratuit et jouissif.  Mais on s’attache tout de suite à la famille complétement dysfonctionnelle de Saddie. A peine les premières tartines de merde avalées par nos amies, que s’enclenche un joli mécanisme de lecture : on voudrait protéger Sadie et sa famille de ce qui les attends tout en se réjouissant de ce qui leur arrive.

Des psychopathes à l'humeur volatile.... (C)Aftershock /Snorgleux

Des psychopathes à l’humeur volatile….
(C)Aftershock /Snorgleux

Certaines ficelles sont énormes, notamment la narration qui voudrait que Saddie raconte son histoire à Clarke en se filmant sur son téléphone et en forçant les codes narratifs : le langage de l’héroïne venant à point nommé raconter l’histoire dans toute sa fausse maladresse.   On ajoutera l’option bien pratique d’avoir un père ancien militaire pour venir jouer les gros bras toutes les fois où une scène d’action l’exige. Et l’irruption d’une mascotte façon raton laveur des enfers qui sera sûrement amené à jouer le rôle du singe Ampesand de Y, THE LAST MAN.

Graphiquement les dessins de Garry Brown évoqueront les ambiances de OUTCAST ou de SWEET TOOTH : le trait de l’illustrateur est très Rough, mâtiné d’un encrage gras tel que le pratiquait Charlie Adlard dans WALKING DEAD avant l’arrivée de  Stephano Gaudiano.  Ses cases sont énormes, son dessin volontairement inabouti est particulièrement convainquant lors des scènes d’action où les personnages semblent échapper à leur illustrateur face au danger de la situation.

Si le niveau d’horreur est très en deçà de ce que peut proposer un CROSSED, le suspense proposé par BABYTEETH est entier et le rythme de lecture des mésaventures de Saddie et son fils passe à une allure effrénée. On ne peut que souhaiter qu’au royaume de toutes ces petites séries qui s’éteignent parfois dans l’indifférence général, BABYTEETH trouve son lectorat et confirme l’essai d’un premier tome en état d’urgence de raconter son histoire, parfois trop sans doute. Et d’attendre que ces dents de laits se transforment en dents de loup.

Forcément, ce genre de séquence à la Daredevil, ça fait plaisir ! (C)Aftershock /Snorgleux

Forcément, ce genre de séquence à la Daredevil, ça fait plaisir !
(C)Aftershock /Snorgleux

—–

Et vous, si vous appreniez que votre bébé était l’antéchrist vous feriez quoi ?  BABYTEETH débarque chez Bruce Lit, rameutez votre true blood !

La BO du jour :

24 comments

  • Patrick 6  

    Des références à Y the last man et Strangers in paradise… OK Banco ! Levez c’est pesé, j’achète ^^

    Bon ceci dit graphiquement j’émets quand même quelques réserves tant, comme tu le signales, le trait semble inabouti et limite brouillon sur certains scans… Voir le résultat sur la longueur d’un album.

    La série est terminée aux US ou elle continue à ce jour ?

  • Présence  

    Un héros SM : c’est qui se personnage Sado-Maso ? :)

    Cet article tombe bien car c’est une série que j’ai délaissée à sa sortie, et quelques mois plus tard Donny Cates est devenu la coqueluche des scénaristes de Marvel. En fait je lui ai préféré la lecture de Redneck publiée par Image Comics. Là aussi, la narration est un peu légère, privilégiant le grindhouse à tout le reste. J’avais beaucoup apprécié le trait râpeux de Garry Brown que tu décris bien, dans ses collaborations avec Brian Wood pour The Massive (anticipation géo-écologique) et son prologue The Ninth Wave, ou The Black Road (récit de vikings se déroulant en l’an 1000).

  • Tornado  

    Oui, apparemment Donny Cates est le nouveau scénariste qui monte. Tous les fans de mainstream semblent accorder leurs violons (effet tribu ???) sur son travail marvelien.

    Ça a l’air chouette mais le problème c’est qu’avec toute ma pile de lecture qui touche les cieux, je ne vais pas me lancer dans une nouvelle série dont je n’ai aucune idée de la durée. Car désormais je suis devenu comme ça : J’attends que les séries soient terminées et qu’elles aient une excellente réputation avant de me lancer. Et de préférence en intégrales. Je suis donc devenu le pire client du monde des comics !
    Tiens, ça me fait penser que Delcourt m’avait affirmé que « Tony Chu » devait être réédité en intégrales début 2018… :(

    • Jyrille  

      Oh ! C’est pas le cas ? Comme je n’ai jamais fini de lire la série et que je n’ai aucun tome, je suis client pour une intégrale ! Je suis un peu comme toi Tornado. Par exemple, je n’ai que le premier tome de Black Science. Et je n’ai pas fini Scalped…

  • Matt  

    Bon bah concept partiellement intéressant, dessin qui ne me plait pas, série pas finie…je passe.
    Je suis pas loin d’être comme Tornado^^ Je n’exige pas encore que tout sorte en intégrales mais sinon c’est pareil.

  • Eddy Vanleffe  

    Ça a l’air marrant…
    Bon moi, ça me rappelle un film: baby blood comme concept. j’avais vu ce film par hasard sur M6 et c’était Bleuurgh!…

  • Ozymandias  

    Heureux de constater qu’il y a un autre fan de KISS ME, SATAN. J’avais traduit officieusement cette mini-série DARK HORSE pour un forum et j’aimerais bien la voir publiée en VF. Comme quoi, ça fait du bien d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

    J’ai, à l’instant où j’écris ces lignes, lu uniquement le premier épisode en VO. Je ne dirais pas que c’est un futur classique, mais comme stipulé dans la chronique, on s’attache relativement vite aux personnages. Je dois confesser aussi que la thématique du bébé maléfique me fascine depuis ROSEMARY BABY.

    Le trait rough du dessinateur n’est pas un obstacle, bien au contraire. J’y vois une parfaite adéquation entre le fond et la forme. Les jolis petits mickeys, ça va bien cinq minutes aussi. Du coup, un trait dysfonctionnel pour parler d’une famille qui l’est tout autant : j’adhère.

    Je partage néanmoins les craintes de certains concernant la pérennité de ce titre. Donny Cates, tout comme Cullen Bunn, devrait être capable de cumuler plusieurs séries sans problème, mais il reste à savoir si le public américain, d’une part, va continuer à s’intéresser aux aventures de Saddie et, le cas échéant, s’il en sera de même pour le lectorat VF. Je constate que certains titres ont vite disparu du catalogue GLÉNAT COMICS : THE BUNKER et plus récemment SHUTTER qui proposent tous deux un dessin aux antipodes de l’académisme.

    La graine est semée, reste à savoir si nous aurons droit à un bel arbre ou si une gelée précoce/tardive viendra faire avorter le projet. Dans tous les cas, je conseillerais d’attendre la parution du second tome pour investir.

    PS : J’ai bien aimé la petite pique à l’encontre de Millar. :-)

    PS 2 : Les enfants vous font flipper ? Visionnez donc Chromosome 3 de David Cronenberg. Ce film est une apologie de la vasectomie.

    • Matt  

      Très bien Chromosome 3, même si le titre VF pue la m… (ça m’a fait me demander s’il y avait un 1 et 2 avant…)

    • Eddy Vanleffe  

      c’est le cas de tous les comics aujourd’hui…
      même Marvel, ils annoncent tous les mois des séries qui disparaissent au bout de six mois…
      le problème, c’est qu’on passe à côté de tous les bons trucs à force de ne pas oser (moi le premier), et les seuls gagnants là dedans ce sont les Avengers of west coast legacy season two… ou Batman.
      Moi, ce babyteeth me tente bien.

    • Présence  

      Pour l’instant la série Babyteeth tient son rythme de parution ; l’épisode 14 est annoncé pour décembre 2018.

  • Vindicator  

    Et hop,commande passée, tu es redoutable Bruce. Très belle vanne antimillar. Toujours belle plume pour des articles de plus en plus courts.

  • Ozymandias  

    Eddy Vanleffe : Au contraire, j’ose trop souvent !! Je suis DC et Marvel uniquement en téléchargement VO. Je n’aime pas les traductions de Panini et j’ai toujours lu les titres mainstream de DC en anglais. Qui plus est, je suis grand consommateur de titres indés et de BD euro. Le souci, c’est que mon portemonnaie a bien du mal à suivre le mouvement. Du coup, je ne me considère plus vraiment comme un collectionneur, mais un lecteur éclairé, dans le sens qui choisit scrupuleusement les bouquins qu’il va mettre dans sa bibliothèque.

    • Eddy Vanleffe  

      Je ne suis plus Marvel et DC. ces univers sont sous respiration artificielles et il est temps de débrancher…
      je me laisse tenter par des indés qui me semblent prometteurs. Je me casse la gueule trop souvent mais je suis bien attiré par ce que propose Snorgleux ou Glénat…

  • Jyrille  

    « Mark Millar avant que le genious autoproclamé se fasse serrer sur le boulevard du bon goût pour racolage actif. » : Superbe saillie, à la fois pertinente et très joliment tournée.

    La dernière planche est splendide et tout ça m’a l’air fort sympathique mais je vais faire l’impasse… Je n’ai jamais lu Y the last man et je n’en ai pas envie. Bizarrement, tu parles de poule et j’ai immédiatement le Poyo de Tony Chu en tête.

    Merci pour l’article, t’es en forme chef !

    La BO : j’ai réécouté le titre. C’est pas mal, mais ça manque de tripes pour moi. Première déception de NIN pour ma part. Ici je la vois bien dans un film de David Fincher ou de John Woo pour illustrer une scène de boîte de nuit. Plutôt inoffensif.

  • Matt  

    Il y a toujours des thématiques en semaine pour les articles u fait ? C’est réservé à Facebook ?

    • PierreN  

      Oui, et celle-là c’est « les personnages féminins dans les titres indés ».

      • Bruce lit  

        J’ai loupé le truc. Rétrospectivement : Violent Femmes eut été encore plus adapté.

        • Jyrille  

          Ah oui ! Too bad.

  • Bruce lit  

    Hello a todos et sorry pour les réponses tardives mais en ce moment un truc qui s’appelle boulot qui paie les comics me demande de beaucoup payer de ma personne.
    @Matt : oui, les thématiques continuent bien sûr. La semaine dernière était consacrée aux pirates et aux vikings, cette semaine aux femmes dans les comics indépendants avec un nouvel épisode de FR vendredi. Cerise sur le gateau, j’ai le plaisir de rencontrer Mr Nguyen demain en tournée parisienne.

    Globalement je suis comme Tornado et Matt : j’aurais tendance à me lancer dans des séries clôturée ou en voie de l’être. Ne serait ce que parce que souvent il me faut relire le tome d’avant pour me remettre dans le bain et que ça ne correspond plus à mon rythme de lecture de quand j’étais fauché et que je lisais et relisais le même comics.

    @Cyrille : tu ne crois pas si bien dire puisque les clips de cet album sont signées…Fincher !

    @Ozy : avec Présence, nous sommes donc 3 dans ce monde à avoir lu Kiss me Satan. J’ai revu Rosemary’s Baby l’an dernier. C’est un grand film mais j’avais le souvenir d’une fin plus ouverte, plus mystérieuse.

  • OmacSpyder  

     » Une revue bifluorée « , cette petite intro incisive pose déjà le ton! J’ai vu cet album en librairie et la couverture est en effet plutôt attirante.
    En le feuilletant j’ai eu l’impression que l’histoire allait tambour battant, ce que confirme ton article. Un rythme soutenu semble ainsi former la veine du récit, les dessins juste sombres comme il faut se trouvant en adéquation avec ce propos.
    Forcément comme l’a dit Ozy on a en tête Rosemary’s Baby. Mais ici les autres semblent plutôt enclin à jeter le bébé au bûcher qu’à lui vouer un culte de voisins de palier!
    Cela donne envie de savoir jusqu’à quel sacrifice cette jeune mère va aller pour sauver son bébé. Amour maternel d’une mère dont le bébé pompe la vie même (certaines mères pourraient s’y retrouver ) face au sort du monde.
    Et si c’était sacrifier son bébé qui précipitait la fin du monde? L’amour maternel est-il l’antidote à l’apocalypse? Ça donne envie de la suivre cette jeune Sad-die…

    • Bruce lit  

      @Omac : on est vraiment dans un début d’histoire. Tout ce que tu décris est mis en chantier. J’ai oublié de parler des covers qui sont toutes assez stylisées malgré leur simplicité.

  • JP Nguyen  

    Après lecture de l’article, j’oscille entre « pourquoi pas » et « je passe mon tour ». Peut être que si je tombe fortuitement dessus en médiathèque…

    • Bruce lit  

      Putain, les mecs, de vrais pisse vinaigres ! Cachez votre enthousiasme :)

      • Matt  

        En même temps tu parles d’une série pas finie hein…
        ça peut devenir naze, ça peut durer 30 tomes pendant 10 ans, etc.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *