Y. M.C.A ! ( Young Marvel Cheung Avengers )

 

Young Avengers et Avengers Children Crusade par Alan Heinberg et Jim Cheung

Première publication le 14/09/14- Mise à jour le 06 /12/16

yav_0

Génération Y

Lion AUTEUR : STEPHANE MAILLARD PERETTI

VO : Marvel

VF Panini

Cet article s’interessera aux Young avengers de 2005 publiés chez Marvel.

En 2005, les comics, à nouveau, me gonflaient. La conclusion de Book Of Ezekiel de Strazynscki me semblait redondante, New X-men était célébré par tous et me faisait fuir, le reste des séries mutantes devenait affligeant. New Avengers de Bendis me navra en 4 épisodes.

Je me rappelle des pubs pour la nouvelle série hype, Young Avengers: They are not what you think. Et des commentaires du vendeur de comics chez qui je laissais de l’argent chaque mois, pour un minimum de sympathie en retour, faisant des plans sur la comète pour cette série. Soupirant, je pris mon ultime paquet de comics de ce magasin, et je sortis.

 

ya_02

Une marée de questions pour ces nouveaux héros

Les Young Avengers, qui « n’étaient pas ce qu’on croyait », donc, étaient 4 ados, ressemblant tous plus ou moins à un personnage adulte. Patriot (Eli Bradley), qui passait pour le leader, avait un air de Bucky, Asgardian (Billy Kaplan) faisait penser à Thor, pour Hulkling et Iron Lad (Teddy Altman et Nathaniel Richards)… Les noms parlaient d’eux mêmes. S’ajoutait Kate Bishop une jeune fille formée aux arts martiaux, à l’escrime et au tir à l’arc, ce qui lui valu le titre de Hawkeye. Et finalement Cassie Lang, fille de Ant-man deuxième du nom, Stature.

Allan Heinberg, plus habitué aux séries TV (The O.C.) signait le scénario, et Jim Cheung (Maverick, Scion), s’affranchissait du diminutif « Jimmy », au dessin. Rapidement, une version « jeune » de la Vision les rejoint et le passé des adolescents finit par les rattraper. Le lecteur se rend compte qu’effectivement, les YA ne sont pas ce qu’ils semblent comme on le voit dans le premier arc « Sidekicks ».

Une douce jeune fille sans pouvoirs... Hawkeye

Une douce jeune fille sans pouvoirs… Hawkeye

Iron Lad ,venu du futur, n’est autre que la version ado du terrible Kang, le conquérant. Ce dernier débarque en pleine réunion des jeunes avec Captain America, Iron Man et Jessica Jones, et l’affrontement se terminera avec le départ de Iron Lad et le retrait des armes et costumes des gamins par leurs ainés. Patriot est bien affilié au Captain, mais sa version initiale, Isaiah Bradley  grand père d’Eli, comme lui est noir. Hulkling est un métamorphe et peut se transformer comme bon lui semble. Asgardian ne déchaîne pas que la foudre, il semble être un sorcier intuitif…

Dans Familly Matters,nous apprenions que non seulement les jeunes gens ne sont pas les « Teen Titans » de Marvel, sidekicks de leurs ainés, mais aussi que leurs origines étaient plus inattendues que prévues. Billy Kaplan retrouva son frère jumeau- Speed, Tommy Shepherd- en somme, les fils perdus de la Sorcière Rouge! Quand à Hulkling, enlevé par le Super Skrull, il apprit qu’il est le fils de feux le guerrier Kree Captain Marvel et de la princesse Skrull Anele, 2 races ennemies.

Fils de Mar-Vell, le Kree

Fils de Mar-Vell, le Kree

Les Vengeurs aidèrent la fine équipe à éviter une nouvelle guerre Kree-Skrull autour de Hulkling, que les deux nations revendiquaient, et se rendirent compte que les jeunes héros ne se laisseraient pas censurer. Écrits par diverses équipes de scénaristes/artistes, les YA firent leur chemin. Commencée en 2010 et s’achevant début 2012 la série de 9 épisodes réconcilia tout les fans autours des Jeunes Vengeurs, tout en servant d’intro au mauvais Avengers VS X-Men.

On y voit Doom demander la Sorcière Rouge en mariage, posséder ses pouvoirs, Magneto rencontrer ses petits-fils, les X-men, X-Factor et les vengeurs s’affronter et Stature et Vision périr.

 Virtuose dans les splash pages, Cheung montre les évènements du M Day

Virtuose dans les splash pages, Cheung montre les évènements du M Day

La blague fût d’à moitié « blanchir » Wanda, en faisant porter le chapeau de Avengers Disassembled à Doom. Un parti-pris un peu stupide, quand on y pense: Tout le monde s’abat sur Cyclope possédé par Phoenix, surtout chez les bien-pensants Vengeurs, mais il est très simple et rapide de pardonner à la Scarlet Witch ou à Xavier post-Onslaught. Malicia, dans Uncanny Avengers lui rappellera néanmoins souvent son rôle lors du « M day ».

Une mini toute en action et en émotion, qui malheureusement oublie parfois le développement des personnages mais reste cohérente et bien ficelée. Avec des rappels de Vision’s Quest, de Knights of Wundagore, ou House Of M… On y perd le côté ado des jeunes, qui donnent presque des leçons à leurs ainés dans leurs connaissances du passé commun…

Things to come dans Children Crusade

On a beaucoup entendu parler de ces Jeunes Vengeurs… D’abord parce qu’en effet, ils n’étaient pas ce qu’ils semblaient être, et qu’Heinberg a fait 12 épisodes de base très ingénieux.
Ensuite, Cheung est un des fers de lance de Marvel, ses dessins ont parfois un petit quelque chose de Barry Windsor Smith ou de Travis Charest (toutes proportions gardées)… Il est aussi important de souligner qu’il est rare de le voir sur une série entière, Children’s Crusade et Avengers: Illuminati étant des exceptions.

Mais surtout, c’est le phénomène du couple Hulkling/Wiccan, dédouané de toute gêne, qui apparaît. Car Hulkling est le petit copain de Billy (Ses équipiers lui faisant remarquer que, aux vues de son homosexualité, le surnom « Asgardian » allait se transformer en blague facile)

On vous gêne pas, les mecs?

On vous gêne pas, les mecs?

Certes, Northstar fût le premier super-héros à faire son coming-out chez Marvel. Le Fauve un moment, a parlé de ça dans New X-men mais l’histoire n’alla pas plus loin, Lobdell voulait qu’ Iceberg soit gay mais les refus de la rédaction furent clairs. On avait plus ou moins Karma qui le laissait entendre chez les New Mutants… mais elle était tellement peu importante, quand elle en parla! Quelque chose d’homo-érotique se passait entre Rictor et Shatterstar avant même que Peter David balance sa bombe (son pétard mouillé?) dans X-Factor.

Non, vraiment,le fait qu’un couple homosexuel soit présenté comme deux super-héros à part entière, sans nulle besoin de faire entrer le lecteur dans la confidence avec mille et unes précautions, c’était une première. Et tout ça chez des ados! D’entrée de jeu, lorsqu’on se penche sur les deux héros, ils sont en couple, il n’y a pas de mise en garde convenue. C’est ainsi, et si vous n’aimez pas, renvoyez ou brûlez vos copies de YA.

 La relation de couple Teddy-Billy bien qu'importante, n'occupe pas souvent une page entière

La relation de couple Teddy-Billy bien qu’importante, n’occupe pas souvent une page entière

Ça a tremblé dans les chaumières Américaines, et une pluie de mails s’abattit sur la Marvel… Mais la majorité des gens étaient ravis! Il y eu des courriers inquiets et même homophobes mais une grande partie se réjouissait ou s’en foutait. Soyons clair, comme en parlait ce lecteur dont le neveu, homo, avait tenté de se suicider et, encore à l’hôpital, se réjouissait de voir dans les comics amenés par tonton des héros « comme lui » qui pétaient la gueule de criminels comme Kang, il était encore rare de montrer deux personnages ouvertement gays débarrassés des images d’Épinal habituelles: Pourtant Teddy et Billy sont des ados comme les autres, hors leur romance moins habituelle.

Hulkling et Wiccan s’aimaient , et n’avaient rien de ces clichés que véhiculent parfois d’autres médiums (ou les mangas, genre DragonBall). Homo, oui, mais courageux aussi, entièrement assumés, et acceptés par leurs potes « normaux ». Ils n’avaient rien de Shun d’Andromède dans Saint Seiya!  Allan Heinberg est homosexuel, et ne s’en cache pas. Et il a amené une certaine conscience à une partie du lectorat, qui était plutôt ignoré ou sous-représentée. Il y avait bien sûr d’autres « héros homos » comme le Midnighter et Apollo d’Authority, mais leur relation n’était pas si intéressante. Adulte, plutôt vus d’une manière comique, et moins mainstream.

Heinberg garde une dose d'humour pour humaniser sa petite famille

Heinberg garde une dose d’humour pour humaniser sa petite famille

Hulkling et Wiccan sont des ados, le moment de la vie où l’on tombe amoureux pour la première fois, la période où on a peur de la différence, l’époque, généralement, des premières blessures. Il y a une étude qui montre combien d’adolescents tentent de se suicider. Cette étude prouve à quel point les ados gays arrivent plus souvent à ce point. La série YA leur montrait que malgré leur « différence », l’héroïsme et l’espoir peuvent être au rendez-vous, comme pour tout un chacun.

Sur ça, Heinberg, grand fan de Roy Thomas, a eu des couilles. Il est aisé de voir que rapidement, les personnages centraux de l’équipe sont ce couple et Speed, le jumeau de Wiccan. Probable aussi que Wiccan soit Heinberg version comic book. Il expliqua combien un personnage homo était plus facile à créer en comic book qu’à la télévision, où le budget est bien plus élevé et les risques financiers plus grands… Il n’est toujours pas facile d’imposer un personnage qui ne soit pas hétérosexuel, quoi que l’on dise.

On peut être homo et casser des tronches.

Il a été plus simple de parler de l’emploi de drogues par un gamin Noir (Patriot) ou du viol de Hawkeye que de la sexualité des deux mutants. Pourtant ces deux personnages ne sont pas définis par cette sexualité. Celle-ci est un point important mais n’est pas un composant essentiel. Tout fan de comics Marvel apprend rapidement qui sont les parents de Wiccan et Hulkling, et il est important de souligner que l’on est loin du fan service: le couple n’est montré que rarement proche, et on ne voit les deux ados s’embrasser qu’une fois, peu avant la fin de Avengers: Children Crusade. Le reste est subtil, sans abus.

 Pour ces jeunes, les questions d'identité sont encore plus nombreuses

Pour ces jeunes, les questions d’identité sont encore plus nombreuses

Chose amusante, à la base, Hulkling devait être un changelin se faisant passer pour une femme (Chimera), pour découvrir ensuite qu’il était de sexe masculin. Billy , toujours amoureux, comprenait alors ses propres attirances. Heinberg ne pensait pas qu’il serait accepté de mettre en avant un couple gay.Depuis, malgré la gueulante internet de Rob Lourdingue Liefeld, Peter David montra un Shatterstar et un Rictor amoureux, et les héroïnes cosmiques Dragon Lune et Phylla Vell ont eu leur idylle. Pour mourir rapidement.

La défense des minorités.Ce thème cher à Chris Claremont dont j’affectionne tant les récits, et qui a disparu pratiquement de X-men avec Fraction, Brubaker et la clique… Ce n’est pas le buzz créé par le mariage de Northstar avec son copain dans Astonishing X-Men 50  par Liu qui change grand chose. Les mutants se sont repliés sur eux-même pendant des années sur Utopia. Young Avengers par Kieron Gillen, Jamie McKelvie, Matt Wilson, et Clayton Cowles finira en 2014 par gagner le GLAAD award (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) mais rien ne serait arrivé sans les deux créateurs Heinberg et Cheung. Quelque chose encore inédit à la boite rivale de Marvel, DC comics, qui semble avoir un véritable problème avec la cause gay…

 Un des moments les plus intimes de la série...

Un des moments les plus intimes de la série…

En ces temps où des glands sont assez motivés pour manifester sous la pluie, dans la rue contre les droits de certains, mais jamais contre l’âge de la retraite ou le niveau des salaires, ce comic book a donné une bouffée d’air frais. Et sûrement de l’espoir pour un mieux à pas mal de jeunes et moins jeunes mal dans leur peau un peu partout dans le monde.

Comme souvent, les comics continuent de parler des minorités, et d’un rêve d’égalité. Et c’est une bonne chose.

C'est une histoire comme les autres - comme le dit Jim Cheung

C’est une histoire comme les autres – comme le dit Jim Cheung

——-

« Seuls sont les indomptés » 2/6
Des homosexuels chez les Avengers ? Oui , mais chez les jeunes !
Qu’est ce qui différencie la relation entre Hulking et Wiccan du renouveau Marvel ? Selon Stephane Maillard Peretti, une authenticité indéniable et un traitement adéquat. Gasp ! On parle bien de Marvel là ?

La BO du jour : c’est bien parce que c’est toi Stéphane….

45 comments

  • Tornado  

    Ce n’est pas que je trouve que tu es maniaque. C’est surtout que pour moi OMD n’annule rien. Il met une fin à une période. Ça n’efface rien, absolument rien de ce qui s’est passé puisque tout s’est bel et bien passé. C’est juste la mémoire et la réalité qui a été altérée. Et même pas celle des lecteurs !
    C’est donc, à mes yeux, un statuquo parmi tant d’autres, en mieux fait que les autres.

    • Matt  

      Mais c’est agaçant qu’il soit à ce point nécessaire à la compréhension.
      Un mec qui n’aurait pas lu OMD et qui lirait une histoire récente se dirait « WTF ? Ils n’ont jamais été mariés ? je suis où là ? Dans un univers parallèle ? »
      Alors que si, par exemple, ils avaient choisi l’option « ils ont cru être mariés », les personnages pourraient toujours continuer d’en parler « éh, tu te souviens quand on pensait être mariés ? »
      C’est une question de facilité d’accès aux histoires aussi. ça a foutu un beau bordel OMD. Et même si tu l’aimes pas; t’es obligé de le lire et de le reconnaitre comme une pièce importante de l’histoire de Spidey. Et ça m’emmerde^^

      • Tornado  

        Dommage parce que c’est super beau ! Du coup je le mets dans mon top 10 des meilleurs histoires de Spidey et je le conseille aux lecteurs débutants, qui sauront donc tout ce qu’il faut savoir sur la question du démariage (et hop, pirouette cacahuète) ! :)

        C’est là où je ne suis pas les fans et leur manière de s’accrocher à la continuité. La continuité étant pourrave (avant il y avait donc la Saga du clone), je prends uniquement ce qui me plait. OMD est pour moi une bonne fin pour son époque. Le reste, on peut le lire comme une continuité parallèle. Ça ne me pose aucun problème. Et de toute manière je n’ai jamais eu la moindre accroche pour le mariage de Peter & MJ. Donc le démariage, je m’en fiche complètement.

        • Matt  

          « Du coup je le mets dans mon top 10 des meilleurs histoires de Spidey »

          Vade retro !!

          Sinon c’est perso comme jugement que tu t’en foutes^^ Et puis je n’étais pas contre une séparation moi. Mais contre la disparition du développement de leur relation avec un cruel déni de son existence.

          Et pour le coup, je trouve que ça force les gens à s’accrocher à la continuité ce OMD. Vu qu’il est impossible de le sauter sans se retrouver largué.^^

  • Tornado  

    Ah mais c’est clair que ce mariage, je m’en fiche comme de ma dernière paire de chaussettes. Ce n’est pas un secret que ce que je veux lire avant tout, ce sont de bonnes BDs. Bien faites, bien racontées. Le reste… Et alors la continuité…

    Mon avis personnel, c’est que la continuité Marvel est débile. Donc je n’y accorde aucun intérêt. Chaque récit, chaque run étant pour moi autonome sinon ça ne m’intéresse pas. Et si d’aventure il fait référence à une ancienne histoire, quelques lignes d’éditorial me suffisent, ou alors ça éveille ma curiosité pour que j’aille lire d’autres sagas (la Saga du Clone par exemple, qui est complètement débile, d’ailleurs). Et je suis tellement convaincu du bien fondé de cet état de fait que j’ai envie de le partager. Mais il apparait qu’il est très difficile de décrocher les fans de leur sacro-sainte continuité. Je pense donc sérieusement à créer un collectif du genre « les accrocs de la continuité anonymes » ou encore « l’amicale des anciens accroc de la continuité » ! Ou tout simplement de proposer une cure de désintoxication de la continuité ! :D

    • Matt  

      Mais t’es peut être un peu trop « anti » continuité au point que tu ne vois pas ce qu’on peut aussi y trouver de bien. Je ne parle pas des multiples résurrections débiles mais d’une évolution d’un perso d’ado chez sa tante à un homme marié etc. Et que du coup revenir en arrière au début c’est un peu la loose.
      Et puis une relation bien construite entre plusieurs persos peut contribuer à la bonne histoire. Donc tout annuler sans arrêt…ça fatigue quoi.

    • Matt  

      Je suis davantage convaincu quand tu dis qu’il faut se faire sa propre continuité en gardant ce qui est intéressant sur un personnage que lorsque tu dis de tout rejeter. Car pour moi c’est aussi ce que les personnages vivent et leur façon d’affronter des problèmes qui font que je peux les apprécier. Si à chaque fois il faut partir du principe que leur passé est vide, il ont quoi d’intéressants ces personnages ?
      Même un divorce traité de manière intelligente et surtout proche des problèmes humains (contrairement à Méphisto magie voyage dans le temps machin) ç’aurait pu être bien foutu.

  • Tornado  

    Je ne rejette pas tout et effectivement je me contente d’une sélection. On est d’accord sur ce point.
    Voilà. Un juste milieu qui me parait acceptable. On y arrive ! :)

  • Jyrille  

    Leo, j’avais oublié cet article, j’aime beaucoup comme tu soulèves les points forts de cette série. Mais je ne la lirai jamais je pense, car je ne comprends strictement rien à toutes ces histoires… Tu vois Matt, là, je suis largué complètement, j’ai même beaucoup de mal à suivre vos échanges avec Tornado.

  • Bruce lit  

    Voilà j’ai lu l’intégralité de la saga…
    J’avoue avoir détesté le premier tome. je n’ai pas trouvé les personnages plus intéressants que ça, une bonne partie du premier arc est squatté par ces putains de Skrulls et Krees. Mais surtout l’écriture de Heinberg m’a gonflé. Je m’attendais à plus …profond. Ici c’est écrit dans le Bendis Way. J’ai même vérifié si c’était pas lui : des séquences entières prétexte à ce que les persos s’envoient des vannes, reprennent le dernier mot du copain pour faire vrai et surtout des séquences toutes prêtes pour une adaptation TV.
    Peu convaincu, j’ai jeté un oeil sur Children’s crusade et là j’ai dévoré. L’écriture est plus sobre même si on est dans le move de l’époque : Scott Summers = gros connard. J’ai bien aimé ce crossover plutôt habile et les difficultés que Heinberg n’a pas contourné.
    Pour le coup les Young Machin sont plus en retrait et la sorcière rouge, magneto et doom sont superbement écrits. D’ailleurs il y a là les fondations de AvsX ainsi que Secret Wars.

    Au final j’ai passé un très bon moment.

    Merci Stéphane.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *