Rixes-Men – Les batailles des X-Men de Claremont

Focus : Les batailles des X-Men

Un Teamup signé JP NGUYEN et BRUCE LIT

De 1975 à 1991, l’univers des X-Men fut animé par un seul scénariste : Chris Claremont. Au fil d’intrigues feuilletonnesques faisant progressivement grandir le petit monde des mutants de Charles Xavier, épaulé par des dessinateurs talentueux tels que Dave Cockrum, John Byrne, Paul Smith et John Romita JR, Claremont livra au lectorat de l’époque de grands moments d’émotion et des allégories marquantes sur la tolérance et le droit à la différence.

Mais pour les petites têtes blondes d’alors, les histoires de super-héros en général et des X-Men en particulier possédaient un autre attrait : des combats haletants où s’illustraient les membres de l’équipe, via des passes d’armes soigneusement chorégraphiées, face à une galerie de vilains puissants et charismatiques. Cet article vous propose de revenir sur les adversaires et les confrontations les plus emblématiques de ce run de légende, en mettant l’accent sur tout ce qui faisait le charme de ces bastons loin d’être décérébrées…

Et pour évoquer toutes ces batailles homériques, deux valeureux « anciens combattants de la cause des comics » : Bruce et JP

Batailles d’antan et d’anthologie
(c) Marvel Comics

JP : Commençons par un aveu honteux, j’aime la baston. Au ciné, en BD, en manga, en comics, la violence fictionnelle m’a toujours branché. C’est sans doute parce que je suis taillé comme une arbalète : les batailles virtuelles me fournissent un exutoire cathartique. Cela étant, je revendique un certain raffinement dans mon goût pour la marave sur papier. Je ne me satisfais pas de simples mandales échangées façon pif-paf-pouf, je préfère quand la scène d’action participe à la caractérisation des personnages, avec des attaques et des parades portant leur signature. Et ça, c’était un des points forts de l’écriture de Claremont. Cyclope était un expert de la géométrie spatiale pour atteindre ses cibles par ricochets. Nightcrawler épuisait ses adversaires en les téléportant avec lui. Colossus et Wolverine s’associaient pour exécuter le Fastball Special… Mais leur entraînement et leurs techniques bien rôdées n’étaient pas de trop face à des ennemis leur tenant souvent la dragée haute…

D’ailleurs, les difficultés commençaient dès les exercices en salle des dangers, avec bon nombre d’épisodes s’ouvrant sur une séquence d’entraînement. Mais malgré toute la sophistication des machines utilisées pour tester les pouvoirs de mutants de Xavier, je préférais les séances « décalées », comme celle de UXM #154, où Scott et Ororo utilisaient leurs pouvoirs pour se renvoyer un ballon de volley-ball…

Bruce : Ah, la Salle des Dangers ! Chaque Arc de Claremont devait y commencer. C’est une séquence que j’adorais car elle permettait au scénariste de développer la personnalité des personnages en situation de stress, de travailler leur esprit d’équipe ou de soigner leur trauma.  J’aimais bien la version machine infernale bien plus que celle holographique des Sh’iars.
Je retiens le prologue de Wendigo où Angel qui a réintégré l’équipe se trouve désynchronisé avec une équipe qu’il ne connait pas.  Il se fait sermonner par Wolverine  et l’antagonisme entre le chat et l’oiseau commence ici ainsi que l’amitié entre Storm et Kitty Pryde qui lui donne ici son nom de code. On découvre également que l’aspect physique de Kurt Wagner rebute l’adolescente ainsi et que Xavier s’irrite d’être appelé Charley  par Logan à qui il demande de ne plus recommencer (40 ans plus tard, Logan continue de disconvenir au fondateur des Xmen).
La séance se termine par une dégustation chaleureuse de limonade excepté pour Wolverine qui, sauf erreur de ma part, boit sa première bière, le début d’une longue série… Que d’informations en moins de 6 pages !

J’aime beaucoup aussi la 1ere séance où Kitty traverse les pièges de Xavier, les yeux fermés, une séquence humoristique bienvenue après la découverte des camps de concentration de DAYS OF FUTURE PAST en prologue.  Un fantastique effet dramatique de la part de Claremont.
Citons enfin, le sauvetage de la famille Manequinov lors de la séance de GOD LOVES MAN KILLS.  En fait, ta question me fait réaliser que toutes les séances d’entrainement des Xmen mériteraient un focus tant chacune est scénarisée comme une histoire à part entière. Ce n’est pas pour rien que MUTANT GENESIS, le chant du cygne de Claremont et Jim Lee commence sur une séance d’entrainement d’anthologie !

Plus rude que Fort Boyard : la salle des dangers
(c) Marvel Comics

JP : Bon, maintenant que l’échauffement est terminé, attaquons le vif du sujet. Quels étaient tes adversaires favoris pour se coltiner à la bande à Xavier ? Pour ma part, même si Magnéto est le personnage le plus charismatique et dont la caractérisation a toujours été la plus fouillée, j’ai un faible pour la bande à Mystique, la nouvelle Confrérie des Mauvais Mutants. L’imposant et inamovible Blob, l’incandescent Pyro, le remuant Avalanche et la stoïque Destiny permettaient toujours à Claremont de mettre en scène des batailles aux tactiques renouvelées. Les X-Men n’utilisaient quasiment jamais la même technique pour vaincre un adversaire et devaient souvent passer un sale quart d’heure avant de sortir vainqueur.

Ainsi pour venir à bout de Blob, Colossus et Wolverine utilisaient l’effet de levier (UXM #142), Nightcrawler le téléportait au sommet du Washington Monument (UXM #199) ou Wolverine lui stimulait le nerf sciatique de la pointe de ses griffes (UXM #225)…

Parfois, ces variations dans les tactiques utilisées étaient même rendues obligatoires de par la nature de l’ennemi. Nemrod, la super-sentinelle venue du futur, était capable d’apprendre de toutes ses défaites et ne pouvait théoriquement pas céder deux fois à la même attaque… De manière générale, Claremont s’arrangeait toujours pour présenter les ennemis sous un jour redoutable ce qui était à la fois excitant et agaçant. L’excitation, c’était cette pseudo-incertitude créée à propos de l’issue du combat, ce suspense qui faisait tourner les pages avec empressement pour savoir si et comment les héros allaient s’en sortir. L’agacement, en ce qui me concerne, c’était de voir si souvent les extraordinaires capacités des X-Men banalisées ou minimisées pour pouvoir faire briller leurs adversaires.

Autant face à Proteus, Magneto ou Dark Phoenix, cela avait du sens, autant face aux Mutants de la Terre Sauvage ou aux Reavers, ça empestait la magouille scénaristique…

Cela dit, Chris Claremont utilisait aussi le concept de pouvoirs à géométrie variable pour booster certains héros, comme Dazzler et sa « rafale de photons solides » ou Psylocke, et sa « dague psychique », manifestation physique de ses pouvoirs mentaux…

Bruce :  Mes punching-bags préférés face aux X-Men ? J’aime bien les sentinelles. A l’époque le comic code authority fait rage et on ne peut pas voir des humains se faire éventrer par Wolverine (Marvel s’est largement rattrapé depuis).
Les sentinelles étaient aussi stupides que dangereuses.  Elles apparaissent à des moments clés : La transformation de Jean Grey en Phénix, DOFP ainsi que l’arrivée de Rachel Summers.  C’est un régal visuel de les voir se faire défoncer, déchiqueter, pulvériser par les mutants. Une sentinelle ne se vainc pas en solo, il faut un vrai travail d’équipe. Je n’ai jamais aimé Nemrod, son apparence rose bonbon était ridicule et pour moi une sentinelle doit être aussi haute qu’un building !

Globalement j’aime les ennemis de masse des Xmen : Les Broods, les Morlocks, les Badoons qui induisent des épisodes guerriers où les Xmen sont encerclés par des adversaires pas forcément très puissants mais plus nombreux. L’équipe s’accommode très bien de dramas façon FORT ALAMO. C’est dans ces moments que je préférais les Xmen même si comme toi j’aimais bien aussi l’équipe dirigée par Mystique.

Baston et bulles de pensée
(c) Marvel Comics

JP : Maintenant qu’on est lancé, si on se faisait notre Top 3 des meilleures bastons Claremontiennes ? Je démarre avec mon n°3 : la seconde confrontation entre X-Men et Marauders (UXM #221-222), ces derniers étant venus à San Francisco pour assassiner Madelyne Prior, avec des dessins de Marc Silvestri, encrés par Dan Green.

Les actions remarquables : Rogue envoie valdinguer Sabretooth dans le décor, Scrambler fait disjoncter Havok qui détruit plusieurs étages d’un hôpital, Scrambler (encore) qui neutralise le facteur guérissant de Wolverine mais tombe sur un os (sic) avec son squelette et ses griffes…

Le tournant du match : Dazzler qui dépasse son inimitié pour Rogue et risque la noyade pour la sauver.

Most Valuable Player : Lorna Dane alias Polaris. Possédée par Malice, elle parvient presque à éliminer Madelyne, Rogue et Dazzler, tout en bouleversant totalement le pauvre Havok, abasourdi de voir que sa dulcinée est passée à l’ennemi.

Bruce : Et bien spontanément je dirai les assauts désespérés du Baxter Building durant DAYS OF FUTURE PAST (UXM #142), ce moment où le QG chaleureux des Fantastic Four devient le tombeau de Tornade, Wolverine et Colossus. Tu te rappelles du Fastball Special de Wolverine et Colossus ? (NdJP : Bruce pris en flagrant délit de ne pas lire son comparse – voir plus haut)   Encore un moment de complicité et de confiance entre les deux équipiers où les dessinateurs pouvaient jouer sur le contraste entre la masse imposante de Peter Raspoutine et l’apparence petite et trapue  de Logan. Une technique ludique qui trouve ses limites pendant DAYS OF FUTURE PAST puisque elle met Wolverine à découvert qui meurt horriblement sous les yeux horrifiés du jeune Bruce qui a la chance de découvrir cette saga presque en temps réel.

Le fastball special, c’est pas toujours d’la balle…
(c) Marvel Comics

JP : En n°2, je citerais UXM#202, avec Rachel/Phoenix temporairement boosté par le Beyonder, qui assiste ses équipiers face à trois sentinelles de modèle Omega, le tout illustré par JR Jr et Al Williamson.

Les actions remarquables : Sans pouvoirs, aux commandes du Blackbird, Ororo parvient à neutraliser une sentinelle. Magneto utilise ses pouvoirs de façon originale pour créer un vortex d’air froid afin de geler une sentinelle (quand je vous disais que le Chris tordait un peu les pouvoirs comme ça l’arrangeait).

Le tournant du match : Dès le départ, investie de ses nouveaux pouvoirs, Rachel doit choisir entre sauver ses amis ou assassiner le Beyonder (qu’il est joueur, celui-là)

Most Valuable Player : Rachel, impliquée dans la destruction de 2 des 3 sentinelles

Bruce : J’adorais tous les épisodes avec Arcade, là encore un adversaire débile mais dont j’aimais bien le côté ORANGE MECANIQUE. Les XMEN à « Cauchemar Land » (Murderworld en VO), c’est des séances en salle des dangers sans le bouton –Off. Nos amis y sont éprouvés psychologiquement et mentalement : Colossus devient le prolétaire d’une URSS qu’il a quittée, Wolverine manque de sombrer dans la folie et se retrouve à poil chez Fatalis, Ororo qui copine avec Fatalis et surtout le retour de Iceberg, le X-Man mal aimé de Claremont. Qu’est-ce que j’ai été content de le retrouver dans sa piaule étudiante bordélique en train de se siffler une bière fraiche. 
La séquence la plus spectaculaire reste celle où Nightcrawler se téléporte à l’aveugle pour se retrouver en pleine tempête au-dessus de l’océan (UXM #147). On sent aussi que Cockrum se fait plaisir avec Angel qui après des missiles doit éviter des lasers.

La grande époque des jeux d’Arcade
(c) Marvel Comics

JP : Mon n°1 : une baston sans les X-Men ! La Confrérie face aux Avengers, dans l’Avengers Annual 10 de 1981, avec l’apparition de Rogue, la prison de Rykers comme arène et des dessins de Michael Golden au top.

Les actions remarquables : Destiny annonce une fausse prédiction pour faire tomber le Fauve dans un piège, la Sorcière Rouge lance des sortilèges au hasard et transforme en pierre la créature de feu contrôlée par Pyro.

Le tournant du match : Spider-Woman libère Iron Man, un perso puissant et immunisé aux pouvoirs de Rogue

Most Valuable Player : Rogue, introduite comme une menace redoutable, détenant, au plus fort du récit, les pouvoirs cumulés de Thor, Captain America et Miss Marvel…

BRUCE : Alors puisque tu fais dans l’atypique, je citerai l’épisode I, MAGNETO (UXM #150) où les Xmen retrouvent enfin Scott Summers et doivent affronter le maître du magnétisme privés de leurs pouvoirs. Nightcrawler et Wolverine qui doivent découper la machine infernale du vilain, Ororo suspendue dans le vide après avoir été violemment défenestrée par Magnus, Colossus qui continue de jouer les noyés et Scott Summers dont on découvre enfin le visage sans sa visière et qui fait montre une nouvelle fois de son génie tactique pour affronter le pire ennemi des Xmen sans pouvoirs. Il s’agit d’un épisode majeur puisque c’est ici que l’on apprend le passé tragique du vilain.

Un ennemi magnétique non dépourvu d’éthique
(c) Marvel Comics

JP : Et pour terminer, j’aimerais bien évoquer nos combattants préférés. Pour moi, le meilleur dans sa partie ce serait… Cyclops !

Un génie tactique doublé d’un leader remarquable, capable de remotiver ses équipiers dans le combat face à Proteus (UXM# 127), il arrive à neutraliser toute l’équipe à lui seul lorsque le Mastermind les manipule dans le run dessiné par Paul Smith (UXM# 175). A partir du concept basique de la rafale optique, Claremont et ses artistes avaient décliné toutes sortes d’attaques, du simple ricochet pour surprendre l’adversaire à la rafale par impulsions pour déclencher des vibrations face aux mandroïdes (UXM #118), ou pour amortir la chute de Wolverine toujours face à Proteus (UXM #128)…

Je mentirais si je ne citais pas également Wolverine parmi mes chouchous, même si ses pouvoirs ouvraient à moins de variations dans les coups qu’il pouvait porter. Sa personnalité ombrageuse et son côté samouraï/vieux sage lui conféraient une présence terrible pendant toute la seconde moitié de l’ère Claremont, avec des morceaux de bravoure en solo comme dans UXM#205, face aux Reavers et Lady Deathstrike, dessiné par Barry Windsor Smith.

Enfin, Rogue, avec sa capacité à absorber temporairement d’autres pouvoirs, était une réserve inépuisable d’attaques originales, comme lorsqu’elle prit les pouvoirs de Colossus pour fondre depuis une grande altitude sur la sentinelle Master Mold avec la puissance d’un météore (UXM #247)

Lady Deathstrike or Lady Snowblood ?
© Marvel Comics

Et toi Bruce, tes X-Gladiateurs de prédilection ?

Bruce : Sans surprise Cyclops qui avait le pouvoir d’analyser aussi bien une situation que ses amis.  Un fin stratège incroyable. J’adorais le voir jouer au billard avec sa rafale optique Mon épisode préféré de l’époque est sans doute son combat contre D’Spayre. Claremont n’est pas réputé pour la finesse de son style mais sur ce coup-là il pondait une histoire profonde sur le processus de deuil qu’il fallait, comme Cyclope, prendre à bras le corps pour revivre pour ne pas finir comme un légume incarné par L’homme Chose. C’est brillant.
Mis à part Scott, je n’ai pas d’autres Xmen préféré de cette époque en fait, je les aimais en tant qu’équipe, un tout plus intéressant que ses parties. Les binômes avec Cockrum-Byrne-Smith- JrJr c’est tellement parfait. Cyclope- Logan- Colossus- Storm- Nightcrawler et Kitty, c’est la meilleure équipe de tous les temps, il n’y a même pas d’argumentation à avoir là-dessus. Lorsque Claremont a changé son casting, je m’en suis désintéressé. Je déteste les Xmen de Silvestri, ça fait 30 ans que j’essaie –en vain- d’y trouver des qualités.

Conclusion :

JP : De nos jours, il est fréquent de moquer Chris Claremont pour ses dialogues envahissants, l’usage abondant aux bulles de pensée et ses fixettes sado-maso… On doit cependant lui reconnaître d’avoir contribué à changer les comics mainstream, par l’insertion épisodique de thématiques plus « adultes » au fil d’une intrigue feuilletonesque qui nous captivait grâce à la caractérisation de personnages attachants, jusque dans le cœur de leurs batailles savamment orchestrées.

Bruce : Oui, j’ai lu la première année de X-TREME XMEN et c’était éprouvant…Même ses adorateurs reconnaîtront que Claremont a perdu le Mojo (sic) depuis MUTANT GENESIS.
Mais force est de reconnaître que durant son premier septennat, il aura été le meilleur même si par la suite ça se gâtera sans qu’il en soit particulièrement responsable.
Ses Xmen étaient à la fois matures, dramatiques et j’espère que cet article vous en a convaincus : ludiques.

C’était l’époque des home-runs pour Claremont…
© Marvel Comics

La BO du jour : Johnny Tonnerre, le chanteur préféré de Tornade ?
On ne touche pas à la mémoire de JP et Bruce !

37 comments

  • Bob Marone  

    Quelle érudition ! Pour ma part c’est sans aucun doute le combat contre les sentinelles du dr Lang qui capturent (presque) tous les X-Men. Mais je crois que mon souvenir le plus marquant de cet épisode c’est paradoxalement la couverture du Special Strange d’alors (fin des Seventies) où l’on voit une sentinelle sortir de l’eau à côté du bateau de Xavier. Mais de qui est ce dessin ? Mystère… Mitton ?

    Et tu veux dire quoi en parlant des « fixettes sado-maso » de Claremont ??

    • JP Nguyen  

      Les fixettes sado-maso, c’est par rapport aux nombreuses intrigues avec de la domination/possession psychique. Plus le look du Club des damnés, voire celui des Morlocks…

      • JB  

        Ou lors de sa « Revolution ». Ou dans les X-Treme X-Men. Ou encore dans Sovereign 7. Et son court passage dans les Fantastic Four. La liste est trop longue, en fait

        • Bob Marone  

          Thanks guys ! Je vais lire cet article dès que possible. Je craignais d’avoir loupé une période de Claremont à la John Willie et ça, ça m’aurait fait mal !

          • JB  

            Intéressant : à quand un article sur les points communs entre Gwendolyne ou Fanny Hall d’un côté et les personnages féminins de Claremont de l’autre…

  • Présence  

    Quelle bonne idée d’article car il est vrai que les combats physiques font partie de l’ADN du comics de superhéros et qu’ils sont rarement décortiqués.

    Nemrod, la super-sentinelle venue du futur, était capable d’apprendre de toutes ses défaites et ne pouvait théoriquement pas céder deux fois à la même attaque… Enfin une sentinelle un peu moins massive et pataude que les autres, un ennemi individualisé et plus intelligent, une belle promesse lors de sa première apparition, mais je n’ai pas suivi son évolution.

    Les Broods, les Morlocks, les Badoons : l’avantage des ennemis de masse c’est qu’on peut les tuer au fur et à mesure sans regret puisqu’ils ne sont pas individualisés, une sorte de masse sans identité, donc sans avoir à se questionner sur le fait de dézinguer des êtres vivants dotés de conscience.

    Je partage le goût pour Murderworld : totalement comics (qui peut dépenser une telle somme d’argent pour des bases secrètes impossibles à camoufler dans la réalité), et es moments visuels et psychologiques très divertissants.

    Cyclops : un génie tactique doublé d’un leader remarquable, capable de remotiver ses équipiers dans le combat. – J’étais également très sensible à ses qualités peu communes chez les mutants.

    Un article très original sous forme de thématique passant en revue des moments mémorables, très agréable à lire.

  • Nikolavitch  

    Sur Arcane et Murderworld, j’y vois encore une fois, plus qu’Orange Mécanique, un vilain des Avengers. Pas la bande à Stark, hein, celle à Steed, qui a quand même fourni son lot d’adversaires et de situation aux X-Men au fil des ans.

    • Bruce lit  

      @Niko : The Avengers, Amicalement Votre, je trouvais ça ringard quand j’étais môme. Seuls les génériques me plaisaient. Moi, je préférais Hulk, Kung-Fu, la 4e dimension et Les Envahisseurs. Je te crois donc sur parole.
      Tiens, la piste d’un défi : Claremont étant obsédé par la domination, n’y-a-t-il pas dans l’ADN des Xmen ce qui inconsciemment l’obsède : une espèce DOMINEE par une autre, des HOMO (um…) SUPERIOR qui subissent plutôt que de répondre…

      • JB  

        On pourrait prendre à ce titre l’exemple des Néo, race décrite à l’époque comme supérieure aux mutants et menée par une certaine Domina…

  • Tornado  

    Incroyable, j’ai trouvé, une fois n’est pas coutume, que le taulier était moins inspiré (que JP en l’occurrence) sur un article X !
    La lecture de l’article m’a rappelé plusieurs souvenirs (Arcade, notamment, mais aussi des épisodes dans la salle des Dangers et/ou des affrontements VS Magneto et/ou les Sentinelles).
    Quant à moi je n’aime pas beaucoup les bastons dans les comics de super-héros. Je les trouve souvent gratuites (la sempiternelle et imposée « baston du mois »), mal écrites et -excusez-moi-, infantiles. Peut-être est-ce parce que, contrairement à JP, je n’ai jamais été taillé comme une arbalète ( 😀 ) ? Toujours est-il qu’elles me sortent quasi-systématiquement du récit, notamment dans les Spiderman où je trouve le temps looong en attendant qu’on en revienne au versant soap, qui est vraiment le versant le plus intéressant de cette série.
    En vérité je peux aimer les bastons, mais alors il faut qu’elles soient préparées et amenées de manière organique dans le récit, comme si on ne pouvait pas l’éviter (à l’inverse de ces imbéciles de superslips qui cognent avant de discuter). Exemple avec l’incroyable combat, dans le run de JMS, entre THOR et son grand père devenu une sorte d’entité. Un pur moment de mythologie, intense, cathartique et immersif.
    Tiens vous m’inspirez pour un article sur les meilleurs combats de super-héros. Un TOP 10 ? avec une BO ? Why not… 🙂

  • Nicolas  

    De façon étonnante les X-Men prennent de sacrées raclées face à Proteue, Nimrod, les Marauders, même la Freedom Force dans le run de Claremont. Ce qui en dit long sur l’enseignement et les techniques d’entrainement de Xavier.

    Même s’ils finissent par s’en relever, une fois sortis du cocon de la salle de danger qu’ils peuvent contrôler, ils se retrouvent face à des gros impondérables : les Marauders sont des tueurs professionnels dont les techniques de travail en équipe montrent un niveau d’entrainement supérieur à celui des X-Men

    Proteus, Wolverien n’avait pas prévu le coup. Les Marauders… disons que si Magneto avait suivi es pouvoirs auraient changé la donne.

  • Eddy Vanleffe  

    BASTON!

    Voilà un article qui parle à mon cœur et à mon âme !
    Bravo les gars…
    On oublie trop souvent de se pencher en effet sur les combats et leurs chorégraphies qui sont essentielles (même en novembre) au bon déroulement d’un comics.
    Ils sont graphiques et donnent des visuels inoubliables, que ce soit le Wolverine grillé en plein vol par les Sentinelles, ou le Wolverine qui scraffe Jean Grey qui s’avère être un robot ou encore Wolverine qui renonce à la violence en rengainant, remixant les codes des duels de western.
    Je ne sais pas si je dirais que Wolverine est mon personnage préféré, mais il fascine juste par son visuel, ses armes, son costume, sa morphologie et ses postures. Le « fastball special » est une vraie trouvaille graphique et concrète qui les gamins veulent reproduire comme les « Météores de pégase » dans les Chevaliers du Zodiaque.
    C’est exactement cet ingrédient qui a été perdu au cours du temps.
    Peu à peu le le combat et l’utilisation est passé au second plan. Combien de combats sont à présent réglé en une double page d’attaques générale avec 800 personnages exultant des flashs magenta de toute part. Pouvoir télépathique, rafales plasma, tout est pareil et produit le même effet.
    Ceci réglé, on a le droit à quinze pages de « talking heads » qui se lancent des « bons mots » comme dans Kaamelott (sauf qu’Astier a du talent pour les dialogues…).
    On n’a plus de séquence où Cyclope démontre sa place et son abnégation en sauvant Wolverine par ses coussins de rafales optiques
    Oui, la salle des dangers, que de bons souvenirs et je suis comme vous, bien plus séduit par la version mécanique que par le truc à tout faire shi’ar fait de lumière compacte… ^^
    Mon combattant préféré ? Putain je les aime tous, pour la bonne et simple raison qu’ils leur avaient trouvé des individualités très marquées dans le fight.
    Je vais dire Ororo rien que pour le duel avec Callisto !
    -J’adore le duel Cyclope /Ororo.
    -Le combat des nouveaux à Edimbourg contre le Fléau
    -Cyclope contre tous les X-Men dans le numéro 175 (de mémoire) où Le Mastermind le faisait passer pour le Phénix par illusion.
    Ce climat de chaos quand attaquent les Maraudeurs, la rage de Kitty quand elle dit que sans effort, sil elle voulait elle pourrait les tuer tous…
    Avec les nouvelles contraintes, Claremont ne peut plus exercer l’écriture telle qu’il sait le faire. Du coup il se rabat sur ses autres marottes, des scénettes « slice of life » assez déroutantes où on apprend que Le fauve et Bishop adorent faire à bouffer et un autre des massages de pieds….

    • Bruce lit  

      Rendons à César ce qui est à JP : c’est lui qui a eu l’idée de cet article en hommage aux chorégraphies de ces combats. C’est vrai que lui, parti cet aspect disparaît complétement. Il reste encore des séances sympas en salle des dangers chez Lobdell, mais après c’est fini.
      Le face à face Doom /Ororo, on en parle ?

  • Surfer  

    Un article à raviver la mémoire d’un cinquantenaire atteint d’alzheimer.

    Comme par magie, j’ai eu des flashs en forme d’images subliminales colorées. La réminiscence des pages de mes vieux Spécial Strange.
    J’ai revécu la frustration de pas avoir assez d’argent de poche pour mes BD et pour mes bonbons. Un choix qui n’a pas toujours fait les affaires de mon dentiste.

    Mais que valent des sucreries à côté de la découverte d’une jungle oubliée habitée par Sauron et ses créatures démoniaques.
    Que valent les sucreries face aux voyages interstellaires et la rencontre de nouveaux peuples fait d’hommes oiseaux Shi’ar ou d’hommes reptiliens Badoons…
    Que valent les sucreries face à l’angoisse de voir
    Mesmero exhiber nos mutants comme les Freaks d’un cirque et le soulagement de les voir ensuite délivrés par le retour du Fauve qui aura l’allure d’un monstre avec son nouveau pelage bleu.

    Rien car le plaisir sucré d’une douceur se digère et se défèque.
    Les souvenirs de belles aventures restent à tout jamais.

    • Bruce lit  

      L’épopée des Xmen face à Sauron au Royaume de Ka-Zar fait partie de mes histoires préférées. Un jour si vous êtes sages, je me pencherai dessus.

  • Tornado  

    Tiens, deux réflexions que je me fais :
    1. « Cyclope- Logan- Colossus- Storm- Nightcrawler et Kitty, c’est la meilleure équipe de tous les temps« .
    Ah oui. Bien que je ne sois pas aussi fan que vous, c’est avec cette équipe que j’ai découvert les X-men, gamin, et elle est toujours restée ma préférée. De mémoire c’est celle de « God Loves Man Kills » en plus, donc de la meilleure histoire des X-men…
    2. Comme le fait remarquer Eddy, ces vignettes et ces double-pages où l’on voit une multitude de combattants ont marqué au fer rouge nos rétines d’enfant. Je me souviens que lorsque le premier film de Brian Singer est sorti, un article de Mad Movies le démolissait sur ce point : Le réalisateur, en ne montrant pas la même chose (tous les personnages apparaissant aux quatre coins de l’image), trahissait l’ADN de la série et ratait son adaptation…

    • Bruce lit  

      L’équipe fonctionne encore très bien après le départ de Cyclope. Ororo assure grave. Et puis arrivent Magnus avec son costume violet, Dazzler, Longshot, Kwannon pour remplacer Kitty, Rachel et Kurt, et là,; tout se casse la gueule.
      Tu m’apprends que Mad Movies avait démoli le 1er film. A l’époque, toutes les critiques avait acclamé Xmen. Même Lemaire dans R’NFolk. Même Télérama.

      • Tornado  

        Pour MM ça dépend des chroniqueurs. Parfois il peut y avoir une partie « Pour » et une autre « Contre » lorsqu’un film divise la rédaction.
        Ça fait un moment que je ne les lis plus. C’est dommage mais ils sont devenus trop élitistes. Je ne me reconnais plus tellement dans leur revue. Comme on dit, ce n’est plus « ma » revue. Ça a fini par me faire comme avec la presse rock ! Et puis c’est devenu hors de prix…

  • Jyrille  

    Alors déjà : excellent titre.

    Je pense qu’il n’y a rien de honteux à aimer la baston. Moi-même suis friand de belles batailles ou duels bien chorégraphiés au ciné ou dans les séries. J’ai vu hier que Panini avait réédité en grand format (comme le Dr Strange de Mignola et le Wolverine de BWS) un épisode de Claremont avec Jim Lee : https://forum.sanctuary.fr/t/x-men-genese-mutante-2-0-chris-claremont-jim-lee/186378

    Je me souviens bien du premier scan puisque j’ai encore ce Spécial Strange… C’est beau. Le dessin je veux dire. Il y a quelques années, j’avais commencé à relire des X-men en PDF, et j’avais fortement apprécié DOFP et la saga Proteus. Mais je suis d’accord, la partie avec Arcade était super; c’était de l’aventure un peu à la James Bond avec des vilains cachés riches à foisons, et je rejoins Nikolavitch : c’est plus proche de Chapeau Melon que de Orange Mecanique (où as-tu péché cette comparaison ?). J’adorai cette série, et d’ailleurs je l’aime encore, tout comme Amicalement Vôtre. Ce sont de très bons souvenirs, je suis très client. Même si j’adorai tout autant TWILIGHT ZONE, INVADERS et… les vieux STAR TREK. Je regardai tout ça.

    Je suis d’accord avec Présence également : le sujet de l’article est très bien trouvé et il manquait à ce site. En plus ça se lit tout seul c’est super !

    Le scan de BWS est impressionnant, je ne regrette pas d’avoir acheté le grand format Panini de Weapon X !

    La BO : je ne connais pas, je tenterai plus tard.

    • Bruce lit  

      L’épisode réédité en grand format est le dernier signé par Chris CLaremont avant d’être viré par Marvel. L’article est ici. Même si la méthode est condamnable, je pense que c’était la bonne décision. La fin de règne de Claremont n’est pas à son honneur. Le titre est aussi de JP.

      • Jyrille  

        Merci pour le lien, mais je vais passer pour le moment… De toute façon je n’achèterai jamais ça. J’ai écouté la BO : j’aime bien !

        • Bruce lit  

          Je crois me rappeler que Scorcerse utilise la chanson de Thunders dans A TOMBEAU OUVERT. Effet garanti. On la réentend dans le biopic de Motley Crue. Moi, je l’avais découverte via la reprise émouvante de Duff sur The SPgahetti Accident. https://www.youtube.com/watch?v=nmhGyxGo5eY (ici avec Steve Jones, comme sur l’original)

      • Eddy Vanleffe  

        perso je trouve la saga chez les Shi’ars et le passage Rogue/Magneto en terre sauvage génial, c’est l’épisode que j’ai trouvé quand j’ai repris…
        après oui
        Inferno-Xtinction agenda et seuil du péril… c’est vraiment ce qu’il ya de moins bien chez lui
        je l’ai déjà dit pour moi Uncanny X-men 94 à 226 sans faute!
        -les reavers nul
        -retour des Broods: super
        -Genosha, très bien si ça s’était arrêté là
        -Inferno: ça ne résiste pas à la relecture avec tous les plots détruits par l »éditorial remixé en délire sur le clone de Jean Grey qui s’allie avec les démons….WTF!
        -seuil du péril: Mais qu’est ce qui t’arrive Claremont pourquoi saborder le navire ainsi?
        -X-tinction agenda: nul à chier
        -le retour des shi’ars: ah ben quand même! voilà qui est good!
        -le roi d’ombre: bâclé mais bon thriller quand même.
        -second Genesis: oui bon c’est quand même très bien!

        arrivé de Byrne et portacio: Houston nous avons un problème…
        le frangin de Colossus revient d’une autre dimension…..tululut il n’y a plus d’abonné à votre numéro….
        l’autre série s’en tire pas trop mal avec Omega Red
        Fabian Nicieza et scott Lobdell sont à la barre et il vont introduire X-ectionner’s song: et là je dis banco!

        • Eddy Vanleffe  

          J’ai oublié les épisodes qui transforment Besty en ninja, ils sont très good aussi

  • JP Nguyen  

    C’est une idée d’article qui me trottait dans la tête depuis longtemps… J’avais vraiment besoin d’un partenaire pour que le dialogue soit vivant (et je peux pas tout le temps utiliser la feinte du self teamup).
    Merci à Bruce (de mémoire, il a bouclé l’article un jour de forte fièvre) et merci pour vos retours positifs.

    On s’est un peu restreint pour l’iconographie, il y aurait tellement de choses à montrer…

    Le premier scan est une commission de John Byrne, qui a recréé cette bataille épique le temps d’une illustration de commande.

    • Bruce lit  

      @JP : ah, oui c’est ça. C’était l’épisode suspicion Covid.
      @Eddy : Amen to that. Oui l’épisode en terre sauvage avec Magneto est formidable. La seule et unique collaboration entre Claremont et Lobdell sur Dream’sEnd est pas mal aussi.

    • Jyrille  

      Ah tu as raison, je parlais du second scan !

  • Matmout Gougeon  

    Bonsoir tout le monde et bravo à JP et à Bruce pour cet article qui rappelle tout plein de bons souvenirs de lecture (je me suis relancé depuis cet été dans le run de Claremont sur les X, j’avance doucement mais sûrement ^^).

    J’espère ne pas être totalement hors-sujet dans ma réponse (si c’est le cas, n’hésitez pas à me le faire savoir, j’accepterai la sentence mdr), mais je trouve que Claremont n’est jamais aussi bon que lorsqu’il met en scène des face-à-face entre deux protagonistes. J’ai vite tendance à me sentir débordé lors de grands affrontements, et les grosses bastons sous Claremont ne dérogent pas à la règle :p

    Un petit top 3 de mes face-à-face préférés ?

    3) Logan face au Samouraï d’Argent (UXM#173) : sublime combat entre deux hommes d’honneur, chorégraphié à la perfection par Paul Smith. Seulement 4 pages, un Chris Claremont quasi muet (pas une seule parole échangée), une simple onomatopée (SNAP!) en guise de ponctuation, c’est beau.

    2) Xavier face au Roi d’Ombre pour une Guerre Psi terrifiante (UXM#117) : qu’il est intelligent ce combat, il fallait y penser à ce Plan Astral, une façon ingénieuse de faire combattre un infirme en sortant de la simple « rafale psychique » à laquelle on nous avait toujours habitué. Et qu’il a fière allure ce Xavier en tenue de gladiateur romain. Formidable trouvaille narrative.

    1) Tornade et Callisto qui s’affrontent à mort pour prendre la direction des Morlocks (UXM#170) : chorégraphié par Paul Smith (je vous ai dit que je l’adorais ? haha), c’est la première fois que je voyais une Tornade aussi féroce, prête à prendre la vie d’une adversaire qui l’avait clairement sous-estimée. Pas de super-pouvoir ici, non, simplement deux femmes qui s’affrontent à l’arme blanche. 2 pages plus loin, une seule des deux se tient encore debout et quitte la scène du crime, laissant à terre son adversaire vaincue. Enorme.

    Désolé pour ce hors-sujet, mais il fallait que ça sorte 😀

  • JP Nguyen  

    @Matmout : allez, je vais être sympa, t’es pas hors-sujet vu que tu évoques des bastons !

    Pour le Silver Samurai, sur un site VO (cbr, je crois), ils avaient retracé une filiation entre les duels de Wolvie versus Shingen (par Frank Miller), Silver Samurai (par Paul Smith) et Deathstrike (par Barry Windsor Smith) : des combats à l’arme blanche sur des cases horizontales, avec zooms ponctuels…

    Xavier face au Roi d’Ombre : yes, grand souvenir de jeune lecteur !

    Tornade et Callisto : lu sur le tard, dans ma vingtaine, je connaissais déjà l’issue du combat, moins d’impact sur moi.

    Puisque tu as l’air d’aimer le charclage à la lame, je relance avec le face-à-face Logan/Rachel alors que le griffu veut l’empêcher de tuer la Reine Noire Séléné.
    JR Jr dessine un Wolvie qui se rapproche lentement mais résolument de Rachel/Phoenix jusqu’au SNIKT fatidique…

    • Matmout Gougeon  

      Incroyable le SNIKT face à Rachel, à l’époque où la mort avait un impact réel et où les lecteurs se souciaient véritablement du sort des personnages, finir sur un tel cliffhanger, ça devait être fou !

  • Kaori  

    Encore une belle madeleine de Proust…

    Je partage votre avis sur la salle des dangers. Qu’est-ce que j’ai ri quand Kitty a « passé l’épreuve » !

    Je vous rejoins sur beaucoup de combats et bien sûr sur le meilleur stratège et combattant.
    Je me rappelle d’Arcade et ses jeux de cauchemars, je ne voyais pas le côté ringard, je trouvais ça original, ça changeait des combats habituels.
    Jolie, l’analyse sur le pourquoi des sentinelles et le comics code.

    Pour ma part, même si j’adore beaucoup de combats, celui qui me reste vraiment en mémoire, c’est celui contre le Phénix Noir. Pas forcément pour l’action chorégraphique, parce que même si c’est appréciable, ce n’est pas ce que je préfère dans les comics, mais pour la conclusion. Tout se passe sur le mode psychique, et pourtant c’est rendu de manière tellement « réelle », intense, dramatique et belle.

    Mais j’avoue, j’avais aussi été marquée par la fin tragique de Serval dans le futur…
    Je ne suis pas fan du mode de combat de Logan, trop tranchant, trop brutal pour moi. Peu de subtilité dans tout cela.
    Quant à l’équipe « reine » « dream team », « golden team », tout ce que vous voulez, y a pas photo. Je suis complètement d’accord.

  • Bruce lit  

    Serval, ça sonnait bien.
    Pablo a commandé un Wolverine pour noel, sans aucune difficulté de prononciation.

    • Kaori  

      « sans aucune difficulté de prononciation » – c’est-à-dire ? Il le prononce à la française ou à l’américaine ? ^^;

      Ouais, je reste attachée à Serval, même si ça fait débat parce que rien à voir avec le « carcajou » ou le « glouton ». Franchement, ces noms, on en parle ? Carcajou ça me fait penser aux noix de cajou, donc pas très effrayant, quant au glouton, y-a-t-il besoin d’argumenter ?
      Alors oui, techniquement Wolverine n’a rien à voir avec un serval, mais rien qu’en « entendant » son nom, on arrivait à cerner le personnage. ça en jetait. Tranchant comme lui. Wolverine, ben… ce n’est pas notre langue maternelle donc forcément, ça percute moins… En plus, moi je l’appelle « Volverine » à la française, hein…

      • Bruce lit  

        Serval c’est très bien. Imagine toi en danger de mort. C’est quand même plus facile de hurler SERVAL que Wo-lv-erine, à l’aide ! D’ailleurs la plupart l’appelle Logan ou Wolvie.

        • Kaori  

          Mais oui, tu as raison !! Je n’avais pas pensé à cet aspect d’urgence ! 😉

          • Eddy Vanleffe  

            CAR-CA-JOOOUUUUU!

            si, si ça fonctionne bien… ^^

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *