A corps perdu (Stand By me)

Stand by me de Rob Reiner, adapté d’une nouvelle de Stephen King

1ère publication le 17/02/16- mise à jour le 13/01/19

Quatre garçons à travers champs

Quatre garçons à travers champs

AUTEUR : JP NGUYEN

Film réalisé par Rob Reiner et sorti en 1986, Stand by me (Compte sur moi en québecois) est une adaptation d’une nouvelle de Stephen King, Le corps (The Body en VO), publiée en 1982 dans le recueil Different Seasons. Parmi les quatre nouvelles du livre, deux autres furent adaptées au cinéma : Les évadés (1994, par Frank Darabont) et Un élève doué (1998, par Bryan Singer).

Atypique à plus d’un titre pour l’époque (une histoire de Stephen King pas vraiment horrifique, un teenage movie sans effets spéciaux), le film fut quand même un succès au box-office et redonna également une seconde vie au tube de Ben E. King auquel il avait emprunté son titre.

- Hey, psst ! J’ai des spoilers sur ce film
– C’est quoi des spoilers ?
– C’est comme des sortes de secrets
– Et tu vas me les raconter ?
– Mais alors tu promets de pas te plaindre après, d’accord ?
– Croix de bois, croix de fer…

Je devais avoir treize ou quatorze ans quand j’ai vu ce film en cours d’anglais, soit un poil (sic) plus âgé que les protagonistes de l’histoire. Quatre gamins d’une douzaine d’années de la bourgade fictive de Castle Rock, dans l’Oregon, qui au début du mois de septembre 1959 partent en excursion pour retrouver le corps de Ray Brower, jeune garçon de leur âge disparu trois jours auparavant.

L’histoire est racontée par Gordie Lachance (Wil Wheaton), qui, une fois adulte, est devenu écrivain et se remémore cet été là après avoir appris une triste nouvelle dans le journal. Le meilleur ami de Gordie et meneur de la bande est Chris Chambers (River Phoenix), dont la famille a mauvaise réputation. Teddy Duchamp (Corey Feldman) est leur camarade un peu fou, victime de maltraitance (son père lui a notamment brûlé l’oreille gauche à la plaquant sur un poêle). Vern Tessio (Jerry O’Connell) est le petit gros, un peu souffre-douleur.

En route pour l’aventure

En surprenant une conversation entre son frère ainé Billy et son ami Charlie, Vern a appris la localisation du corps de Ray Brower. Mais Billy et Charlie ne veulent pas ébruiter leur découverte car elle a eu lieu lors d’une escapade dans une voiture volée. Vern s’empresse de partager l’information avec ses copains et rapidement la bande des quatre décide de partir rechercher le corps, sous le prétexte d’aller faire du camping pendant le long week-end du Labor’s day. Alors que les recherches officielles piétinent, ils imaginent ainsi obtenir leur quart d’heure de célébrité.

Gordie n’a aucun mal à s’éclipser de chez lui car ses parents lui accordent assez peu d’attention, en particulier depuis le décès de son frère ainé Denny (John Cusack, qui apparaît dans deux flashbacks), quatre mois plus tôt dans un accident de voiture. C’était le fils préféré, quarterback de l’équipe de football et vainqueur du championnat. Gordie est plus cérébral mais son don pour l’écriture ne trouve pas vraiment grâce aux yeux de son père, qui lui reproche de surcroît ses mauvaises fréquentations (résumées par « un délinquant et deux losers »).

Gordie et ses potes sont pourtant loin d’être des caïds et leur jeune âge les expose aux brimades de garçons plus âgés comme la bande de Ace (Kiefer Sutherland), à laquelle appartiennent Charlie et Billy, le frère de Vern. C’est d’ailleurs en croisant Ace dans les rues de Castle Rock que Gordie se fait dérober sa casquette des Yankees, cadeau de son frère défunt. Chris a emporté un objet avec une valeur moins sentimentale mais qui aura toute son importance vers la fin du récit : un pistolet semi-automatique, emprunté dans le bureau de son père.

Même si l’action se déroule en 1959, avec des détails bien rendus comme les décors des magasins, l’exemplaire de Gang Busters (oui, il y a un comicbook dans ce film !) que Gordie feuillète, les modèles de voiture caractéristiques de l’époque, ou la sélection de la BO (Everyday de Buddy Holly ou Lollipop des Chordettes), Stand by me a un caractère intemporel. D’ailleurs la seule entorse « historique » dans la bande originale est justement la chanson titre, datée de 1961 (mais la musique n’est utilisée qu’à l’ouverture du film et pour le générique de fin, se déroulant dans le « présent »). Le fait qu’une bonne partie de l’histoire se déroule dans le cadre naturel des magnifiques paysages de l’Oregon (dont la vision me réconcilierait presque avec la randonnée sportive), renforce ce sentiment d’intemporalité.

Mais si ce film de 1986 m’a parlé quelques années après sa sortie et me parle encore aujourd’hui, c’est parce qu’il traite, avec délicatesse et intelligence, des relations humaines à la période charnière de la pré-adolescence. Un âge où tout pourrait/devrait être possible mais où déjà les étiquettes et les stéréotypes peuvent vous coller à la peau. Un âge où on n’est plus du tout un gamin mais encore très loin d’être un homme. La caractérisation très juste, drôle sans être mièvre, de la fin de cet âge tendre est un des points forts du film.

stand_0

Gordie le fragile, Vern le rondouillard, Teddy le cinglé et Chris le dur.
©Sony Pictures
Source : Renatofelix 

Gordie et ses amis ont une cabane dans un arbre, avec un code à secret à frapper pour autoriser l’ouverture de la trappe, mais ils fument déjà des cigarettes. Ils se charrient à propos de leurs mères, s’envoient insultes et jurons mais accordent encore de l’importance aux promesses et aux serments s’ils sont signés. Les garçons débattent aussi bien de la taille de la poitrine d’une présentatrice télé que de la force comparée de Superman et Mighty Mouse, ou encore du fait que Dingo soit ou non un chien. Enfin, ils sont encore suffisamment inconscients pour prendre des risques inconsidérés.

Stand by me capture aussi admirablement la dynamique interpersonnelle au sein du quatuor, avec des personnages à la fois contents du rôle qui leur est dévolu dans le groupe mais cherchant parfois à y échapper sans jamais vraiment y parvenir. A l’image de la voie ferrée qu’ils suivent pour remonter jusqu’au corps de Ray Brower, le chemin des quatre amis semble déjà tracé et, à part pour Gordie, les perspectives ne sont pas très réjouissantes, en particulier pour Chris Chambers, dont la famille à une réputation de voyous. Peut-on échapper au déterminisme social ?

En tout cas, on n’échappe pas à la mort et cette dernière plane sur tout le récit. C’est le cadavre de Ray Brower qui met notre petit groupe en branle. Gordie vit dans l’ombre de son frère décédé, Teddy a des pulsions suicidaires (il tente à un moment d’esquiver un train et Chris évoque un sauvetage in-extremis lors de la chute d’un arbre). Et c’est encore la nouvelle du décès d’un ami qui, au début du récit, replonge Gordie dans ses souvenirs. La mort toujours, qui semble prête à frapper lorsque la bande de Chris et de Ace se confrontent à la fin du film pour se disputer le corps de Brower.

Même si Gordie a déjà été confronté à la mort auparavant (avec la disparition de son frère), c’est bien la découverte du cadavre d’un garçon de son âge qui marquera définitivement son passage à l’âge adulte. Auparavant, la troupe aura traversé toute une série de péripéties : se faisant courser par un chien à la réputation redoutable après avoir accédé à une propriété privée, devant échapper à un train alors qu’ils empruntaient un pont 30 mètres au dessus de la rivière et enfin assaillis par des sangsues après leur passage dans un marécage.

Anecdote de tournage : pour rester dans son rôle, entre deux prises, Kiefer Sutherland, le futur Jack Bauer, continuait à tourmenter ses jeunes camarades !
©Sony Pictures

Mais davantage que l’action, ce sont les moments calmes et les dialogues entre les personnages qui marquent. Les échanges entre Chris et Gordie le long de la voie ferrée sur ce qu’ils voudraient faire de leur vie, les confidences de Chris autour du feu de camp sur un larcin qu’il a commis ou le choc de Gordie devant le cadavre de Brower, sont de beaux instants d’émotion. L’interprétation des jeunes acteurs y est évidemment pour beaucoup. Rétrospectivement, Wil Wheaton a confié que Rob Reiner avait réussi un casting parfait en choisissant des acteurs aux personnalités très voisines des personnages qu’ils devaient incarner.

Wheaton se décrit lui-même comme un jeune très introverti, peu sûr de lui. River Phoenix affichait au contraire une grande confiance en lui et possédait une âme de meneur. Corey Feldman avait une relation conflictuelle avec ses parents et Jerry O’Connell aimait faire le pitre. Grandement guidés par la direction d’acteur de Rob Reiner, les quatre garçons produisent à l’écran une grande alchimie et l’on voudrait bien rester plus longtemps avec eux.

Pourtant, le narrateur révèle que l’aventure fut leur dernière grande équipée commune, la vie se chargeant de les envoyer sur des chemins différents (dans le film, les destins de Teddy et Vern sont peu glorieux mais moins tragiques que dans la nouvelle de Stephen King). Ironiquement, les quatre jeunes acteurs feront tous carrière dans le cinéma mais River Phoenix verra sa carrière finir prématurément suite à une overdose en 1993, à l’âge de 23 ans.

 Je n’ai plus jamais eu d’amis comme ceux que j’avais à douze ans. Mais qui pourrait en dire autrement ? 
Cette phrase vient conclure le film et en résume l’essence : la nostalgie non pas d’une époque, mais d’un âge. J’ai à présent l’âge du narrateur dans le film et lorsque je me retourne sur ma vie, il m’arrive d’avoir un pincement de cœur à la pensée de ces camarades avec qui j’ai parfois partagé des moments forts et que j’ai fini par perdre de vue. Sans pour autant avoir envie de revivre ces moments de mon existence, je les garde précieusement en mémoire.

Film sur l’amitié entre garçons pré-adolescents, mais pas que, Stand by me est une œuvre émouvante, nostalgique, mêlant légèreté et gravité et dont chaque visionnage me laisse toujours songeur voire un tantinet mélancolique, comme pour un ami qu’on ne retrouvera jamais mais dont on aime évoquer le souvenir.

Dans la vie, il faut savoir prendre le bon train mais aussi éviter le mauvais…

Dans la vie, il faut savoir prendre le bon train mais aussi éviter le mauvais…
Source The best picture projects 
©Sony Pictures

17 comments

  • Lone Sloane  

    Une chronique émouvante pour un film qui retranscrit fidèlement le ton de la nouvelle de Stephen King. C’est un auteur qui, outre son talent pour faire apparaître le fantastique et l’horreur dedans le quotidien, a un talent fou pour restituer toutes les humeurs enfantines et adolescentes et la magie nostalgique et parfois macabre des aventures du jeune âge.
    Le recueil dont est tiré ce récit, Différentes saisons, est le parfait exemple de l’étendue du talent de King et a donné naissance à trois des meilleures adaptations ciné avec le Rob Reiner, UN élève doué de Bryan Singer et The Shawshank redemption de Frank Darabont.
    La nostalgie te réussit JP

  • Bruce lit  

    « Hail to the king » 2/4
    Après l’article enamouré de Patrick Faivre pour Carrie hier, c’est au tour de Jean-Pascal Nguyen de se souvenir des affres de l’adolescence le long d’un chemin de fer que l’on appelle la vie. « Stand by me » ou le récit sensible de Stephen King sur la fin de ce je-ne sais-quoi sans autre commencement. La nostalgie est bien ce qu’elle était aujourd’hui chez Bruce Lit !
    La BO du jour : From Stephen King à Ben E King of course : https://www.youtube.com/watch?v=jRbTJRT7SRQ

  • Jyrille  

    Je n’ai pas le la nouvelle mais ton article retransmet fidèlement le ton du film, que j’ai beaucoup aimé même si j’en ai des souvenirs diffus. King est très bon sur cette période de la vie, c’est également le thème central de Ca. Par contre je ne vois pas du tout ce qu’est Un élève doué. Très belle pièce, JP, très émouvante et très juste, que ce soit sur les acteurs ou sur les sentiments éprouvés.

  • Nicolas Giard  

    Beau film. La cassette (années 80 !) avec la bande sonore a bercé mon adolescence.

    La nouvelle de King est toute aussi tragique avec les fin des protagonistes aussi douloureuses à lire que le petit récapitulatif a la fin de American Graffiti sur le sort des protagonistes de ce beau film.

    Le personnage de Ace Merril, le petit caid qui finit en gros con vieillissant, on le connait tous, je suppose.
    J’aime quand le narrateur réussi a écrire ses livres grâce aux conseils éclairés de son ami qui le conseille vivement de quitter Castle Rock, sinon il pourrait se retrouver a partager le sort qui les attend tous : une vie minable coincée dans ce trou.

    une belle histoire, dans le bouquin comme dans le film.

  • Tornado  

    Et bien voilà ! Tout pareil que JP. J’aurais pu écrire le même article (dans le fond), tant je ressens les mêmes choses et j’en tire le même constat.
    Je surnomme d’ailleurs ce film ma « carte au trésor » car, à chaque fois que je le regarde, il me permet de retrouver ce trésor caché qu’est mon enfance ! Avec ces sentiments, cette innocence, cet humour et ces espoirs. Mais aussi ces douleurs, cette mélancolie et cette peur de grandir.

    La scène qui se finit en « gerborama » est fantastique ! Irrésistible ! J’ai déjà montré ce film à des ados et ils accrochent tout de suite, même s’ils le trouvent un brin vieillot. Car il est effectivement intemporel dans ce qu’il raconte.

    On perçoit bien, après deux articles sur le sujet, ce qui fait le succès de Stephen King : Il s’adresse à l’enfant qui se cache toujours au fond de nous. C’est donc très geek !
    Merci JP, pour cette tranche de nostalgie et cet autre pan des « JP’s Secret Origins »…

    • Bruce lit  

      Wow, les gars, z’avez le blues cette semaine ??? Je vais organiser une semaine Mark Millar, moi ou Michael Bay tiens !
      Un petit bijou de sensibilité cet article JP où tu rends un bel hommage à ce joli film d’initiation qui m’évoque que je range parmi les meilleurs teenage movie avec la Fièvre du Samedi Soir, West Side Story, Donnie Darko et bien sûr la Fureur de Vivre de Jimmy Dean. D’ailleurs, pas pour vous emmerder, hein, mais bon….cette vulnérabilité à l’écran, ces gamisn en tee shirt blancs qui fument à l’écran, le destin de River Phoenix mort à 23 ans, lalala….ça vous rappelle euh….
      Sinon, le film a cette dimenssion très humaine, très humble et finalement assez rare pour un truc sorti pendant les années yuppy cocaïné, grosses burnes et aisselles à l’oignon. C’est bien cette allégorie de la vulnérabilité du Complexe du Homard cher à Dolto qui est magnifié ici. A l’image de la BO du film,la plus célèbre ligne de basse du Rock aussi bien appréciée du grand public que de la critique et des musiciens qui touche à l’universalité.
      A ma connaissance, SBM est l’un des seuls romans du King où n’intervient pas le fantastique non ?
      C’est chouette que tu aies pu découvrir ce film en cinéclub JP, les années collège tout ça…
      Pour ma part, j’ai beaucoup plus d’amis maintenant qu’à l’adolescence, une période vraiment merdique à laquelle je ne préfère pas penser. La voie de fer, putain qu’est ce que j’ai pu la longer seul et j’ai bien crû n’en jamais voir le bout….

      A noter de la brute du film n’est autre que le futur Jack Bauer de 24.

      • holdwig  

        De mémoire il y a pas mal de romans de Stephen King où n’intervient pas le fantastique. »Cujo » , « Misery » , « Dolores Claiborne » , « Jessie ».Et sous le nom de Richard Bachman « Chantier » et « Rage »

        Ca fait plaisir de lire des bons articles sur le King , « Carrie » et maintenant « Stand by me ».L’article d’aujourd’hui m’a donné envie de relire « Différentes saisons ».Et justement Bruce si tu veux lire du King hors fantastique , je te conseille « Différentes saisons ».Quatre saisons , quatre nouvelles dont trois adaptées en film « Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank »/ »Les évadés » , « Le corps »/ »Stand by me » et le très dur « Un élève doué ». »Un élève doué » a été adapté en film (Bryan Singer) , l’adaptation est bonne mais je pense qu’il faut lire la nouvelle avant de voir le film.
        [SYNOPSIS ET DÉTAILS
        Interdit aux moins de 16 ans
        Fasciné par le cours de son professeur de sociologie à propos de l'Holocauste, Todd Bowden 16 ans et élève particulièrement brillant, se consacre à des recherches sur le sujet. Un jour il croise un vieil homme en qui il croit reconnaître l'ancien directeur du camp de Patin, recherché pour crimes contre l'humanité, Kurt Dussander. Entre l'élève curieux et l'ancien nazi, d'étranges relations de pouvoir vont se nouer.]
        La nouvelle est vraiment très noire (plus que le film) , quand je l’ai lue je me suis dit que c’était une nouvelle qu’il aurait pu écrire sous son pseudo « Richard Bachman ».Pseudo dont ils s’est servi à une époque pour savoir si c’est son nom ou son écriture qui faisait vendre ses livres.Une écriture beaucoup plus noire et acide que dans les autres romans de Stephen King (Chantier – Rage – La peau sur les os – Runnig Man – Marche ou crève – Les régulateurs).Le secret a été dévoilé par Stephen King quand un journaliste a fait le rapprochement et a voulu le faire chanter.
        Pour en revenir à « Un élève doué » c’est une des histoires les plus horribles du King.Si tu ne l’as pas lu , je te conseille vivement le recueil « Différentes saisons » (Je crois qu’il a été retitré « Les évadés »).

        • Bruce lit  

          « Hail to the king » 2/4
          Jean-Pascal Nguyen est sous charme de la dynamique interpersonnelle au sein d’un quatuor d’adolescents, avec des personnages à la fois contents du rôle qui leur est dévolu dans le groupe mais cherchant parfois à y échapper sans jamais vraiment y parvenir. Stand by me de Stephen King, adapté par Rob Reiner.

          Un élève doué : je l’ai vu en salle à sa sortie, c’était juste après le premier Xmen je crois. On y retrouvait Mc Kellen et Singer. Je me rappelle d’un film extrêmement mou, plat, sans réel suspense. Maintenant je ne suis pas le plus grand Singermaniaque du monde. Il m’aura fallu trois visionnages pour commencer à apprécier Usual Suspects et encore….
          Le dernier Stepehen King que j’ai lu remonte à il y a 16 ans : « La petite fille qui aimait Tom Gordon » qui était ok.

  • JP Nguyen  

    @Lone Sloane et Tornado : je suis nostalgeek mais je me soigne ! Cela dit, c’est difficile. J’ai lu quelque part qu’il y aurait une période, genre entre 15 et 35 ans, où l’on est davantage réceptif aux découvertes culturelles, et qu’au-delà, on a tendance à se refermer, à vouloir toujours revenir à ce que l’on connait. Cela m’inquiète un peu d’arriver à cette phase, mais heureusement, le blog me permet encore quelques (re)découvertes…

    @Cyrille : un élève doué/apt pupil, pas vu ni lu, mais voilà le résumé par wikip :
    l’histoire d’un lycéen qui découvre qu’un criminel de guerre nazi vit dans son voisinage sous une fausse identité et, au lieu de le dénoncer, le fait chanter pour qu’il lui parle de son expérience en tant que responsable d’un camp de concentration, initiant ainsi une relation malsaine et parasitaire entre eux deux.

    @Bruce : les deux autres nouvelles citées en début d’article sont également sans élément fantastique. De même que Misery (adapté aussi par Rob Reiner), même si c’est un peu plus borderline…

    @tous : merci (copyright Patrick Faivre)

    • Jyrille  

      Merci JP ! Cela me dit quelque chose mais je ne l’ai ni lue ni vu. Le pitch est intéressant.

  • Présence  

    Je n’ai commencé à lire des romans de Stephen King que vers la fin de mon adolescence (un auteur n’ayant pas droit de cité dans la bibliothèque de mes parents). Je n’en ai vu aucune adaptation, et c’est toujours un plaisir de les découvrir au travers d’un article. Avec celui du jour, je comprends mieux le pouvoir de séduction de ce récit quand il est lu au bon âge, à la fois un hymne au plaisir de l’amitié éternelle, et un avant goût de la vie adulte à venir.

  • Patrick 6  

    JP copieur ;)
    Ceci dit ton article est excellent ! Well done !
    Dire que je n’ai jamais vu ce film ! A ma décharge il faut avouer qu’à de notables exceptions (la rouquine dont on parlé hier, Shining ou Christine) j’ai généralement été totalement déçu par les adaptations sur grand écran de l’œuvre du King…
    Je rattraperai mon erreur asap ;) Bref merci à toi.

      • Patrick 6  

        Pas mal mais je n’ai pas vraiment été emporté par La ligne verte…

  • Tornado  

    Les évadés est splendide.

    • Jyrille  

      Les évadés (sacré mauvais titre), Shining, Christine, Stand by me, Misery sont de très bons films. La ligne verte m’a ennuyé mais j’ai un très bon souvenir de Simetierre que je n’ai pas revu depuis sa sortie cependant…

  • Tornado  

    Dolores Claiborne, Dead Zone, Creepshow, Coeurs Perdus En Atlantide, Les Ailes de la nuit, La Part des ténèbres. Au rayon téléfilm, Ça, les Tomyknockers, La Tempête Du Siècle, Les Vampires de Salem, Le Fléau, Rose Red. Tout ne tient pas du chef d’oeuvre, mais c’est quand même pas mal.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *