A la croisée des mondes parallèles

Planetary-d_un-monde-a-l_au

Des vrais et des faux crossovers…©DC Comics

AUTEUR : TORNADO

Ce recueil, sorte de « bonus » au milieu de la série Planetary offre trois récits distincts d’une cinquantaine de pages chacun.

Le principe consiste à confronter les membres de Planetary avec d’autres personnages de l’univers Wildstorm et surtout de celui de DC Comics.

Mais, à part le premier, on ne peut pas véritablement parler de crossover.

Jugez plutôt :

1) Rulling The World (clin d’œil au mot « Planète »…) : Une invasion extraterrestre offre l’occasion aux deux équipes phares de l’univers Wildstorm (The Authority et Planetary) de se rencontrer.

En réalité, ils ne se rencontrent pas, voire même s’évitent, mais participent chacun à sauver le monde.

Le scénariste Warren Ellis, créateur de ces deux équipes, propose ici un épisode directement connecté à ceux de la série Planetary.

Comme un air de Superman...

Comme un air de Superman…©DC Comics

Pour apprécier et comprendre ce récit, il vaut mieux avoir lu avant le recueil The Authority, et surtout les deux premiers tomes de Planetary (Tome 1 et Tome 2). En revanche, cet épisode, le seul véritable crossover du présent recueil, n’est pas indispensable aux séries principales. Il s’agit tout de même d’un bonus de luxe. Les dessins de Phil Jimenez, superbes, s’imposent comme la cerise sur le gâteau.

2) Terra Occulta (clin d’œil au mot « Planète »…) : La version naturaliste des trois principaux membres de la JLA (Superman, Batman & Wonder Woman), lutte contre l’équipe de surhommes la plus maléfique du monde : Planetary !

Planetary et The Auhority : La rencontre ?

Planetary et The Auhority : La rencontre ?©DC Comics

Cette fois, il ne s’agit nullement d’un crossover, mais clairement d’un « elseworld », c’est-à-dire une version alternative évoluant dans une réalité distincte. Ellis s’amuse comme un petit fou en imaginant ces versions complètement différentes de ses personnages et des trois principaux super-héros de l’histoire des comics.

Sa verve continue à faire des miracles dans une sorte d’alchimie entre l’humour caustique référentiel et les situations science-fictionnelles les plus ébouriffantes, mais il ne parvient pas toujours à rendre ce récit très intense, qui finit par s’écrouler sous le poids de son sujet, faute d’une histoire trop courte. Les dessins de Jerry Ordway, très classiques, servent par contre très bien le thème.

3) Night On Earth (clin d’œil au mot « Planète »…) : Les membres de Planetary arrivent à Gotham, à la recherche d’un tueur en série. Par un hallucinant concours de circonstances, ils se retrouvent à voyager dans les mondes parallèles, où un homme déguisé en chauve-souris fait office de justicier…

Clairement l’épisode le plus drôle et le plus jouissif de notre recueil. Ellis, complètement déchaîné, profite de son entrée dans l’univers DC pour utiliser le concept de Crisis on Infinite Earths. Il balade son équipe dans une multitude de versions alternatives de Gotham City afin d’y convoquer un florilège de l’histoire éditoriale du personnage de Batman.

lijah Snow meets, le Dark Knight de Frank Miller !

lijah Snow meets, le Dark Knight de Frank Miller !©DC Comics

Le connaisseur pourra ainsi se régaler de reconnaître notamment la version de Frank Miller, celle de Neal Adams ou encore la version télévisée ultra-comique avec Adam West !

Le concept de cette histoire n’en fait définitivement pas un crossover. Mais il s’agit de la perle entre les trois. Ellis construit un récit référentiel sur l’histoire éditoriale de Batman en parvenant à rester intègre par rapport à la série Planetary.

Le personnage de John Black, avatar tragique de l’Homme chauve-souris, est bouleversant. Si l’on creuse profondément dans cette histoire de multivers, on en trouvera probablement les failles scénaristiques, mais franchement ça n’a guère d’importance en regard d’une telle générosité en termes d’imagination et de complicité avec le lecteur. Les dessins de John Cassaday, le dessinateur attitré de la série, sont au top ! 5 étoiles.

Warren Ellis nous offre ici un bonus de luxe à sa série, l’une des meilleures qu’il m’ait été donné de lire dans le monde des comics. J’aurais eu tort de m’en priver !

On ne s'en lasse pas : Adam West is back !

On ne s’en lasse pas : Adam West is back !©DC Comics

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *