A New Flop or A New Hope ? (Rogue One)

Rogue One – A Star Wars Story, par Gareth Edwards

TEAMUP :  6 PATRICK FAIVRE et TORNADO

Première publication le 27/12/16

MAJ par PIERRE N et BRUCE LIT le 11/05/19

Difficile de trouver des affiches un peu geek de nos jours…

Difficile de trouver des affiches un peu geek de nos jours…

Cet article portera sur le film Rogue One – A Star Wars Story, diffusé initialement en décembre 2016.

Nous vous proposons une lecture en deux temps, avec une partie plus ou moins à charge, et une autre plus ou moins à décharge. Effectivement, comme toujours, depuis très longtemps, que ce soit dans notre galaxie ou dans une galaxie très, très lointaine, il y a des spectateurs plus ou moins contents, et des spectateurs plus ou moins pas contents…

Écrit dans la foulée de la sortie du long métrage dans les salles de cinéma, il est tout de même déconseillé aux fans n’ayant pas vu le film car il colporte quelques menus spoilers venus du fin-fond de la galaxie…

Ça y est, c’est parti ! Un film Star Wars par an !
Nous voici donc face au premier spin-off officiel de la plus grande saga de l’histoire du cinéma, et ce pas moins de 40 ans (ou presque) après le lancement du premier film en 1977 !

Vu le phénomène, étant données les proportions commerciales que prend la chose -que dis-je, le « Léviathan » que devient cette franchise suant les milliards de dollars de recette sur les produits dérivés et la mode du blockbuster intergalactique-, on ne savait plus trop à quoi s’attendre avec cette première irruption cutanée de la galaxie Star Wars. Et, quelque part, ce Rogue One est presque un ovni cinématographique !

Mais, chez Bruce Lit, on n’est pas sectaire, et chacun à droit à la parole s’il se sent de développer le fond de sa pensée. Voici donc le point de vue distinct et autonome de nos deux chroniqueurs de l’espace, qui se sont rués sur cette première déclinaison de la mythologie Star Wars dans le domaine du cinéma 

Pour/Contre…

- Monsieur Pas Content (Patrick) :

« Espace ! Frontière de l’infini vers laquelle navigue notre franchise spatiale. Sa mission de 6 films : exploiter des nanards indigestes et aux mépris des fans s’en mettre plein les poches… »
Euh quoi ? Comment ça je me trompe de franchise ?? Pfff franchement moi je m’y perds au bout d’un moment avec ces concepts bancals étirés tel un chewing-gum usagé…

Plus sérieusement, je dois confesser être allé à la séance de Rogue one le Spin-off de Star wars (le premier si l’on écarte le film d’animation Clone wars)  sans aucun entrain ! Il faut dire que j’avais été extrêmement échaudé par l’Episode VII , qui tenait d’avantage du remake inepte que d’une réelle suite… Un nouvel empereur, un nouveau Dark Vador, une nouvelle Etoile de la mort… Un méchant gout de déjà vu qui sentait bon l’exploitation cynique et outrancière par Mickey d’une franchise acquise à prix d’or !

Mais il faut ceci dit reconnaître aux équipes de Disney un talent extrêmement efficace pour le marketing, de telle sorte que même les détracteurs les plus acharnés du précédent opus iront quand même voir celui-ci ! Du grand art.

Le pitch tout d’abord : L’action se déroule entre les épisodes III et IV. L’Empire règne sur toute la galaxie depuis une vingtaine d’année. La résistance peine à s’organiser et se retrouve prise au dépourvu lorsqu’elle apprend que leur ennemi a mis au point une arme de destruction massive imparable, répondant au doux nom d’Etoile de la mort !
Leurs espoirs reposent sur une bande de rebelles dissidents, menés par Jyn Erso, dont le père n’est autre que le concepteur de l’étoile noire…

Commençons ceci dit par relativiser la chose : alors non Rogue one n’est pas le désastre créatif de l’épisode 7, cette nouvelle mouture est nettement moins indigente que la précédente. Des efforts ont été faits pour instaurer des situations plus crédibles et des enjeux moins grotesques. Un bon point pour le film, même si nous sommes cependant très loin des heures de gloires de la première trilogie !

Il faut dire que l’affaire était mal engagée dès le début. Confier la réalisation de ce blockbuster à Gareth Edwards (dont son précédent film, Godzilla, n’avait pas vraiment marqué les annales du cinéma) était un pari risqué. D’un naturel bienveillant (si si je vous assure) j’avais quand même accordé le bénéfice du doute au réalisateur tant la débâcle de son film tenait surtout à un scénario inepte (même Juliette Binoche n’avait pas réussi à sortir son épingle du jeu !). Les scènes d’action quant à elles étaient plutôt bien menées…

Une sacrée bande de bras cassés

Une sacrée bande de bras cassés
Source : wearyourvoicemag
©Walt Disney Company ©Lucasfilm ©20th Fox

En tout premier lieu, en faisant abstraction de tout jugement comparatif, force est de constater que Rogue one manque cruellement de rythme dans sa première partie. C’est d’ailleurs bien là que le bât blesse, le film alterne les scènes menées tambour battant et celles beaucoup plus lentes et poussives qui plombent considérablement le film.

Tout est dit dès le début et sur la première moitié du film aucune surprise ne vient nous tenir en éveil. Avec un script aussi réduit que la recherche des plans de l’étoile de la mort, rien ne justifie véritablement les 2h10 du film ! Trop explicative, la narration peine à installer des situations et des personnages vraiment intéressants. La palme revenant à Forest Whitaker dont le rôle ne sert… à rien !

Ensuite le second malaise (beaucoup plus factuel celui-là) : avec un concept aussi minimaliste, le scénario est forcément prévisible. La destinée des personnages est évidente dès la moitié du métrage. Sans vouloir spoiler le film la suite de la saga indique clairement qu’il n’y a qu’une seule fin possible ! Pour le suspense on repassera. Du coup les enjeux sont réduits à leur minimum syndical, l’issue étant claire dès le début.

Le parti pris du réalisateur (à moins qu’il n’ait été dicté par les studios) est de prendre le contrepied du reste de la franchise et de présenter un film de guerre classique sur le fond (il est ici question de bataille spatiale entre Empire et Rebelles, mais l’histoire pourrait tout aussi bien être transposée à un combat terrestre entre Nazis et Alliés par exemple…).
De plus, alors que les autres films estampillés Star Wars se concentrent sur les exactions de l’Empire, Edwards au contraire porte son attention sur la Rébellion et porte sur elle un regard beaucoup plus politique et ambigu. Un peu comme l’épisode I  montrait une République trop empêtrée dans sa bureaucratie et dans ses conflits internes pour agir de manière efficace, la rébellion de Rogue one est divisée et incapable de clairvoyance.
La tentative est louable pour se démarquer mais en l’occurrence l’approche géopolitique ne fait qu’alourdir encore plus un film déjà plombé à la base.

L’héroïne et ses deux boulets

L’héroïne et ses deux boulets
Source Allo Cine
©Walt Disney Company © Lucasfilm ©20th Fox

Autre point noir (et non des moindres) de cette nouvelle mouture : son absence de personnalité crédible !
Alors là aussi les protagonistes n’étant pas amenés à apparaître dans les épisodes suivants, les scénaristes nous balancent des héros sortis de nulle part (et qui y retournent en fin de film) !
Nous n’avons tout simplement ni le temps, ni l’envie, de nous attacher à des personnages la plupart du temps caricaturaux et sans profondeur ! A la sortie du film j’étais totalement incapable de nommer un seul d’entre eux tant leur charisme d’huitre n’imprime ni la rétine ni la mémoire !

Le nouveau robot (nouvelle version de C3PO – du reste la voix du doubleur est sans doute la même) est chargé de rendre le film plus léger en jouant le comique de service… pas toujours drôle !
Saw Gerrera (j’ai retrouvé son nom en cherchant sur internet) est extrêmement lourd et lent et ne réussit qu’à plomber encore plus le rythme du film.
Difficile également de croire dans la love story créée entre Jyn Erso et… euh et qui déjà ? (on s’en fout !) bref leur amourette n’est nullement émouvante tant les personnages manquent d’épaisseur, de relief et surtout de crédibilité !

Et que dire du duo composé du Maitre Kung-fu sauce Jedi flanqué de son associé mercenaire Rambo-isant ! Là aussi on ne comprend ni d’où ils sortent ni l’intérêt de leur présence !

Kung-fu Panda chez les Jedis !

Kung-fu Panda chez les Jedis !
Source begeek  :
©Walt Disney Company © Lucasfilm ©20th Fox

Le nouveau « méchant » n’est guère mieux logé (me demandez pas son nom hein) tant il est unilatéral et tant sa seule motivation semble être de conserver son poste de directeur de l’Etoile de la mort ! Un peu comme un salarié craignant de se faire virer, lui ne pense qu’à briller aux yeux de sa hiérarchie ! Sexy demain.

Seule bonne surprise (même si elle suscite la controverse) la présente de Grand Moff Tarkin alias Peter Cushing, le légendaire acteur de la Hammer !
Bon alors tout d’abord ce n’est pas la première fois que l’on voit un acteur décédé s’animer à l’écran. A ma connaissance il faut remonter au Plan 9 from outer spage d’Ed Wood pour trouver pour la première prestation post-mortem d’un acteur. En réalité il s’agissait d’un sosie (approximatif) de Bella Lugosi cachant son visage, derrière sa cape ! (ça c’est du trucage !)
Bien plus tard Alex Proyas dû utiliser de vrais effets numériques (et un habile montage) dans The Crow pour remplacer son acteur principal, Brandon Lee, mort accidentellement pendant le tournage.
Ici, la différence est qu’il s’agit d’un choix délibéré d’animer un acteur décédé il y a 20 ans de cela ! Et en gros plan s’il vous plait !
Les fans de la trilogie originale (et ceux de l’acteur également) sont ravis de trouver un personnage ayant enfin une épaisseur dans ce film, même si cela soulève un débat éthique épineux (à qui appartient l’image d’un mort ? A qui demander l’autorisation ? Qui touchera les droits ? … ) Bonne chance aux juristes de Disney !

Quoi qu’il en soit le visage de Peter Cushing n’est pas tout à fait naturel (même sans rien connaitre de l’affaire, on distingue bien que quelque chose cloche avec ses expressions) et la joie de retrouver cet acteur est en partie gâchée par des effets pas encore tout à fait convaincants.
C’est même un paradoxe quand on y pense, puisque la volonté affichée du réalisateur est de placer son action dans des décors naturels et authentiques ! Alors chercher le vrai à coup de visages retouchés informatiquement… Illogical Mister Spock euh Vador !

En parlant d’effets, si les trucages sont époustouflants lors des batailles, la scène finale est du reste tout simplement incroyable, on s’étonne malgré tout que les croiseurs impériaux ressemblent un peu trop à des Légos flottants ! Ces vaisseaux en 77 cachaient du mieux possible leur nature de maquette, mais on est surpris d’arriver 40 ans plus tard à la même impression de « faux » par le biais de l’informatique !

Alors au final que reste-t-il de la trilogie originale ? Que reste-t-il de sa magie ? Pour Disney la réponse est claire : un recyclage cynique de la nostalgie des fans du « bon vieux temps » ! A quoi bon avoir repris en l’état un scénario existant depuis 1977 ? (c’est mine de rien le générique déroulant de l’épisode IV !) Rogue one se contente seulement de broder des personnages dispensables et des sous-intrigues peu convaincantes.

En liant systématiquement l’avenir de la franchise à son passé (l’épisode 7 recycle l’épisode 4, ce spin-off recycle quant à lui son générique) Disney oublie le principal : s’affranchir de l’ombre des deux premières trilogies est la seule solution de ne pas se condamner au radotage !

Lucas a inventé le premier spoiler de l’histoire du cinéma : il a raconté Rogue One il y a 40 ans de cela !

Lucas a inventé le premier spoiler de l’histoire du cinéma : il a raconté Rogue One il y a 40 ans de cela !
Source Collider /©Walt Disney Company © Lucasfilm ©20th Fox

- Monsieur Content (Tornado) :

Bon… Je ne vais pas insister sur les défauts et donc pas m’épancher sur le manque d’originalité du récit. Je préciserais néanmoins, avant de commencer, que je ne considère pas le film comme un chef d’œuvre et que j’éprouve ici et là quelques menues déceptions, principalement en ce qui concerne la caractérisation des personnages, que je ne trouve pas très intéressants, qui manquent clairement de charisme, de relief et, incontestablement, d’espace (sic !) d’écriture.

Ainsi, le film sacrifie fatalement l’âme de ses protagonistes sur la base d’un cinéma aseptisé qui produit de la franchise avant d’imaginer des histoires. Le résultat est sans appel : A force de coller des personnages sur un cahier des charges balisé à l’avance, à force de commander des scénarios d’après une grille d’évaluation prémâchée, on fabrique du spectacle factice, comme un théâtre de marionnettes brandissant des personnages de carton à bout de bras…

C’est ainsi que toutes les itérations de la saga Star Wars tentent, depuis longtemps déjà, de retrouver le lyrisme séminal de L’Empire Contre Attaque et ses envolées romanesques d’après une ligne de conduite cliniquement balisée. Un schéma contre-productif édifiant, quand on y pense…

Des acteurs de chair qui essaient d’incarner des enveloppes un peu vides…

Des acteurs de chair qui essaient d’incarner des enveloppes un peu vides… 
source Allo Cine 
©Walt Disney Company © Lucasfilm ©20th Fox

Et pourtant, Rogue One ne fait rien d’autre que d’essayer de développer une aventure humaine. Celle d’un groupe de résistants héroïques prêts à sacrifier leur vie pour leurs idéaux.
Et nous retrouvons même le schéma œdipien qui fait l’apanage de la saga Star Wars puisque, dès le départ, l’héroïne Jyn Erso doit vivre avec l’héritage de son père (interprété par Mads Mikkelsen), et ainsi fonder ses choix sur le poids de cet héritage. En bref, les scénaristes Chris Weitz & Tony Gilroy font tout ce qu’ils peuvent pour faire exister leurs personnages, mais se heurtent de surcroît au problème relevé plus haut.
Je dois toutefois préciser que le film passe mieux à la deuxième vision (ben oui, je l’ai vu deux fois, on est geek ou on l’est pas !), car on s’attarde moins sur le tricotage du script et l’on profite nettement mieux de l’attachement aux personnages. Ils leur manque néanmoins un petit quelque chose, incontestablement, qui aurait pu leur conférer une aura véritable.

La réussite et le versant jouissif de Rogue One se jouent donc à un autre niveau.
Certes, il y a du fan-service en veux-tu en voilà avec des caméos et des apparitions en tout genre, dont certaines sont aussi inattendues que sympathiques, avec par exemple l’introduction purement clin d’œil de Cornelius Evazan & Ponda Baba (les deux contrebandiers qu’affrontent Luke & Obiwan dans la Cantina au début de l’épisode IV). Mais il y a avant tout la participation totalement justifiée et légitime de certains personnages de la saga originelle, qui trouvent ici, parfois de manière posthume, la place qui leur est dévolue dans cette mythologie.

C’est le cas du Grand Moff Tarkin (Gouverneur Tarkin en VF), jadis interprété par le mythique Peter Cushing  restitué en chair et en images de synthèse, à travers l’acteur Guy Henry qui prête ses traits à un fake qui ravira les fans, ou pas, certains ayant râlé parce qu’ils trouvent que c’est mal fait. C’est l’éternel débat, un peu stérile, sur le concept des effets spéciaux, sachant que les trucages, même s’ils tendent au réalisme, se sont émancipés il y a bien longtemps de l’objectif de disparaitre, pour justement apparaitre, et se faire remarquer parce que c’est ce qui fait leur charme.
Libre à chacun d’aimer ou de ne pas aimer le résultat, mais voir revivre Peter Cushing en 2016, sur le principe affirmé du caméo destiné au fan, c’est plutôt une idée sympa !

Peter Cushing, le vrai et le fake !!!

C’est le cas également de Mon Mothma, la grande cheftaine de la Rébellion, jadis interprétée par l’actrice Caroline Blakiston, ici remplacée par Geneviève O’Reilly, un sosie tardif.
Si l’on ajoute une courte (mais encore légitime) apparition de Bail Organa (le fondateur de la Rébellion et père adoptif de la princesse Leïa) et une introduction furtive du duo vedette formé par R2D2 & C3PO, on saisit cette volonté de plaire aux fans, à coup de clins d’œil jouant autant sur le fan-service que sur le terreau de la cohérence. Certes, cette orientation est parfois gratuite, car les seuls personnages qui mériteraient de se voir étoffer (Bail Organa, Grand Moff Tarkin et Mon Mothma) ne font en définitive que de la figuration de luxe (ils restent cantonnés aux seconds rôles), mais on va dire qu’il s’agit là du début de l’immersion…

Une immersion qui va se poursuivre dans la forme car chaque atome de Rogue One, qu’il s’agisse de la musique, de l’ambiance, des décors et autres personnages divers, semble retrouver l’âme des épisodes IV et V. On a ainsi l’impression, tout au long de ces 133 minutes, de découvrir un film qui aurait été tourné au même moment que L’Empire Contre Attaque, et qui serait resté depuis dans les coffres de Lucasfilm !

Bien que la bande-son n’ait pas été composée par John Williams, je l’ai trouvé extraordinaire. Certains fans ont (encore) râlé parce que les thèmes habituels de la saga ne sont que cités brièvement au lieu d’être repris en boucle. Mais le compositeur Michael Giacchino a choisi une autre option qui se joue dans le sens du détail, où les tics de maître Williams sont restitués pour servir une toute nouvelle partition, qui se révèle plus inspirée, au final, que celle de l’Episode VII et même de la Prélogie ! Un superbe travail d’héritage, qui réussit à saisir davantage l’esprit que la note en restituant subtilement la substantifique moelle musicale de la saga plutôt que de répéter servilement ses refrains habituels.

Mais l’immersion se poursuit surtout dans le décorum de chaque lieu que traversent nos héros de la résistance. Là encore, le fan retrouve pleinement les sensations du passé avec ces bases rebelles remplies de câbles et de fumée (une solution trouvée sur le tournage de L’Empire Contre Attaque, alors qu’il fallait masquer un décor inachevé en le camouflant sous les éléments du tournage !), ces gigantesques puits technologiques de l’Empire et ces passerelles bordées de lumières, cette ambiance sombre et fascinante au dessus de laquelle plane l’ombre menaçante de Dark Vador, lequel apparait peu, histoire de mieux nous fasciner…

Ces quelques éléments de contexte suffisent à nous transporter au temps de la trilogie originelle, comme si nous voyagions quelques trente cinq ans en arrière…

Entrez dans la Dark Vador tower…

Une fois ce plaisir de l’immersion digéré, il nous reste encore à décider si cette histoire vaut le coup.
Certes, elle ne révolutionne pas la mythologie consacrée puisque, de toute manière, on en connait le dénouement à l’avance !
Nous savons ainsi que Rogue One narre l’histoire du commando de rebelles qui réussit à voler les plans de l’Etoile de la mort, plans que la princesse Leïa cachera dans les circuit de R2D2 avant de l’envoyer dans l’espace, ce même R2D2 qui échouera pilepoil, comme par hasard, chez Luke Skywalker au début de l’Episode IV

Dès lors, il ne faut pas s’attendre à découvrir une histoire jouant les révélations (encore que, pour ce qui est de la faille de l’Etoile de la mort, il y a quand même un vrai développement inédit !).
Tel que voulu par ses concepteurs, Rogue One est un film de guerre dans la grande tradition du genre (on pense à ces missions-suicide, comme dans 12 Salopards ou Retour Vers L’enfer), qui raconte une aventure humaine auto-contenue, comme un épisode de l’Histoire vu de l’intérieur.

Pour autant, Gareth Edwards réussit sa mission en nous offrant le premier film de la saga Star Wars depuis L’Empire Contre Attaque ne souffrant d’aucune incohérence ni d’aucune faute de script ! Et pas un moment l’on ne fait la grimace comme ç’a pu être le cas dans la prélogie avec les révélations débiles (le petit Anakin qui a été conçu par la Force a créé C3PO, Qui-Gon Jin a découvert le secret de l’immortalité dans une pochette-surprise…) ou dans L’Episode VII avec ses choix incohérents (les deux héros débutants volent sans difficulté le Faucon Millenium que recherchent désespérément Han Solo & Chewbaca depuis des années, lesquels récupèrent le vaisseau dès son premier envol car le hasard les a mis sur sa trajectoire… la nouvelle Etoile de la Mort est cent fois plus puissante que l’ancienne mais également cent fois plus facile à détruire, etc…).

L’Etoile de la Mort entre en guerre…

Pour ce qui est de la toile de fond, c’est également très intéressant car cet affrontement entre une Empire galactique et une Rébellion apparemment dérisoire fait écho aux conflits de notre monde moderne en ne nous mettant pas forcément du bon côté (et si c’était nous, l’Empire ?), ce qui nous oblige à remettre en questions nos convictions en la matière !

Si l’on excepte la prestation et les pirouettes de Chirrut Îmwe (un adepte de la Force né trop tard pour être un jedi), les scènes de combat sont d’ailleurs extrêmement bien faites et, là encore, l’immersion est totale pour un affrontement final particulièrement intense et totalement crédible (un rebelle, c’est un guerrier qui n’est pas là pour faire des blagues) !
Et c’est ce qui, fondamentalement, fait la force de ce premier spin-off : Aucune velléité de révolutionner l’univers de la franchise, mais au contraire un soin de tous les instants visant à développer quelque chose de cohérent et d’honnête, sans aucun des compromis bêtement commerciaux ayant jadis complètement gâché la prélogie avec d’insupportables sidekicks à la Jar-Jar Binks, des enfantillages de club Dorothée (le jeune futur Dark Vador qui fait « houps » en dégommant des vaisseaux) et des scènes d’action boursoufflées et lamentables plus proches du jeu vidéo que du cinéma.

Chirrut Îmwe : la Force est avec lui

Chirrut Îmwe : la Force est avec lui
Source Allo Cine 
©Walt Disney Company © Lucasfilm ©20th Fox

Pour l’essentiel, on pourra dire au final que cette histoire de Rogue One n’est certes pas très originale, mais qu’elle narre en toute cohérence un épisode de la saga Star Wars que certains d’entre nous ont toujours eu envie de connaitre, tout en développant les arcanes de la Rébellion, soit une dimension qui restait extrêmement sous-développée dans la trilogie originelle. En gros, Rogue One nous montre ce que les fans veulent voir, ont toujours rêvé de voir, il creuse le terreau de la saga originelle en explorant sa toile de fond, et il le fait bien. Et ça, c’est déjà pas mal, non ?

Enfin, si les personnages ne font pas partie des plus intéressants de la série, ils ne nous assomment pas de blagues ineptes pour les beaufs (seul le droïde K-2SO est pince-sans-rire, mais sans excès) et ne terminent pas leur parcours dans un final nian-nian édulcoré (bien au contraire).
Ajoutez à tout cela le plaisir inconditionnel de voyager dans le temps et dans l’espace comme si l’on avait exhumé un épisode tourné dans les années 80 avec, cerise sur le gâteau, la plus belle bataille spatiale jamais encore filmée, et vous tenez là le meilleur épisode estampillé Star Wars tourné depuis 1983…

Rogue One s’arrête là où Un Nouvel Espoir commence

—–


« Pour quelques review de plus » 2/4

Alors ? ce nouveau Star Wars, New Hit ou New Shit ? Les avis divergent chez Bruce Lit. Retrouvez dans cet article combo écrit à la sortie des salles obscures, les louanges de Tornado et les déceptions de Patrick Faivre.

72 comments

  • Matt  

    Ah je viens de réaliser que j’ai vu Sicario de Villeneuve quand même. Sympa sans être exceptionnel. Bonne ambiance, approche réaliste d’une opération clandestine de la CIA dans un lieu cauchemardesque…mais pas non plus exceptionnel.
    Il faut que je voie Prisoners alors. Et premier contact…et Blade Runner 2049.

  • Tornado  

    Bon, je viens de revoir l’épisode 8…
    Je sais, vous allez me traiter de maso… Mais bien m’en a pris, car je l’ai préféré la 2° fois.
    Je reviendrais en parler plus précisément dans l’article idoine…

    • Jyrille  

      Aaaaahh cool !! :D

  • Matt  

    Bon je sais que c’est pas le sujet mais puisqu’on a parlé de Villeneuve, j’ai vu Prisoners et je l’ai trouvé très bon. Même avis que Jyrille. Peut être un peu long, mais très bien filmé, bien joué, plein de surprises.
    La fin qui nous laisse aussi sur un doute vicieux est sympa.
    Et Villeneuve est définitivement québécois oui, avec un bel accent^^ (vu une interview)

  • Bruce lit  

    Merci à Pierre pour le coup de main sur la MAj pour celui-ci.
    Quel bonheur !
    Pour la première fois en 10 ans, je me suis vu un film à l’ancienne ! Pas d’enfants dans les pattes, de voisins ou Mme peu intéréssée par SW.
    Je me le suis vu sur mon grand écran en 5.1 à fond ! Rhhha l’extase….
    Je rejoins les points de vue de Pat et Tornado même si ma balance penche nettement en faveur de ce dernier.
    Oui, les personnages, je ne me rappelle déjà plus de leurs noms et oui,la première demi heure est chiante à mourir. Mais après je me suis régalé de cette transposition de ces 7 Salopards dans l’univers Star Wars. Tout comme Battlefields, le jeu adapté à la sauce Lucas.
    Tout a fonctionné pour moi. Finalement que l’on ne retienne pas leurs noms participe à l’entreprise tragique de la chose : ce sont des héros de l’inconnu, un gigantesque effort qui représente peu de choses à l’échelle du conflit.
    Les apparitions de l’Etoile de la mort sont assez angoissantes, la mort des personnages réussie, la fin magnifique qui m’évoque la conclusion de Age of Apocalypse.
    J’ai adoré revoir Vador en vilain, j’aurais même aimé le voir plus. J’ai trouvé la voix de J E Jones assez fatiguée par contre.
    La musique est fonctionnelle même si le thème principale reprend celui de l’Attaque des Clones.
    Enfin, je retiens un rôle feminin très attachant.

    • Matt  

      « J’ai trouvé la voix de J E Jones assez fatiguée par contre. »

      Ah ben il a 88 ans quand même…
      Bon tant mieux si ça a marché pour toi.
      Moi je trouve que ça fait trop « film pour fans » avec des rappels nostalgiques partout. ça va bien 5min mais quand tout un film se repose là dessus et qu’on connait déjà la fin à l’avance…bof.

      Enfin j’ai donné mon avis je sais plus où. Sur l’article du 7 ? Bref là ou t’as fait ton teasing habituel « je reviens ce WE »^^
      ça reste néanmoins le film le plus regardable parmi les nouveaux SW.

      • Bruce lit  

        Je ne savais pas que Jones était si vieux effectivement.

  • Tornado  

    Je ne reviendrais pas sur ce que j’ai écrit dans l’article puisque… je l’ai déjà écrit (notamment le bien fondé du fan-service dans ce cas précis (ici c’est réussi là où dans l’épisode VII c’est raté (ici c’est un plus, dans l’épisode VII c’est l’architecture du scénario autour de laquelle tout vient se coller de manière factice et capilotractée))).

    Je me souviens l’avoir préféré la 2nde fois au cinéma. Par contre, la 3° fois sur l’écran TV (en DVX), ça m’avait moins emporté. On verra ce que ça va donner à la 4ème, vu que depuis j’ai pris le blouré…

    Ah… Et y a un truc qui m’énerve, c’est la voix POURRAVE de Vador en VF. Punaise mais ils auraient pu faire un effort bon sang ! J’ai un copain fan de Star Wars (un fou furieux qui a consacré une pièce de sa maison à ça ! un fou) qui fait des imitations à couper le souffle de certains personnages de la saga, dont Vador. Quand il a appris que le personnage apparaîtrait dans Rogue One, il a écrit au distributeur français et leur a envoyé un enregistrement de sa performance pour leur proposer de faire le doublage ! Alors je ne dis pas qu’ils auraient dû engager un inconnu, mais quand même, ça montre qu’il existe des gars capable d’imiter la voix historique de Georges Aminel. Ils pourraient faire un effort ou au moins lui donner une nouvelle voix charismatique, comme ils l’ont fait pour Luke dans l’épisode VIII.

  • Matt  

    Les scénaristes du prochain Star Wars : JJ Abrams (qui sait réaliser mais pas écrire) et le scénariste de Batman vs Superman et Justice League.
    Hum…

    Plus qu’à espérer qu’ils ne vont pas faire leur Avengers Endgame avec un voyage dans le temps qui va faire des retcons partout^^ Parce qu’ils ont tellement foiré toutes les pistes et possibilités dans le dernier film que…bon…
    Et Star Wars n’a pas encore eu droit à ces conneries de voyages dans le temps bordéliques. Ils pourraient faire revenir Luke, Yoda, tout ça^^
    Espérons que j’aie tort hein.

  • Tornado  

    Abrams a super bien écrit ses deux Star Trek. Et SUPER 8. Raison pour laquelle j’étais tellement déçu de son Star Wars.
    Et au fait Mister Matt, je t’attendais sur la redif’ de mon article sur les King Kong japonais…

    • Matt  

      Pourquoi tu m’attendais ? Y’a du nouveau ?
      Et j’étais en Suisse toute la semaine moi^^

      Je n’aime pas les Star Trek de Abrams. Il fait du Star Wars en fait. Y’a tout qui pète, ça se bastonne…on n’est pas dans le trip Robert Wise du premier film. Mais bon…j’imagine que si on n’aime pas le concept plus lent des Star Trek d’origine, le renouveau de Abrams peut plaire. Moi j’en vois pas l’intérêt.

      • Tornado  

        Non, y a rien de nouveau. Je m’étonnais juste de ne pas te lire sur un article parlant de film de gorilles géants japonais, c’est tout ^^

        Pour Star Trek, j’ai juste un avis opposé au tien. J’aime la version d’Abrams tout en aimant les versions classiques. Pour moi aucune ne fait de l’ombre à l’autre. Et il y avait ce concept de rajeunir la franchise en y allant à fond qui m’a emporté. Si j’étais un brin provoc, je dirais que j’adore ces films autant que je trouve l’ensemble des films du MCU à chier :)

        • Matt  

          J’ai eu le temps de rien lire cette semaine. J’ai laissé quelques commentaires sur des articles connus sans les relire, mais j’étais trop pris par mes vacances^^

          Je n’adhère simplement pas à ces films Star Trek en mode bourrin spectaculaire. Si c’est pour que toutes les franchises se ressemblent, j’en vois pas l’intérêt. Des films pas forcément mauvais en soi, mais adressés aux fans de Star Wars plutôt^^ Ou de blockbusters qui pètent de partout.
          Et au contraire quand je regarde un film de super héros, je ne m’attends pas à un truc profondément intelligent mais à un film pop-corn (le concept même des super héros étant peu réaliste et sujet avant tout à divertissement)
          Mais Star Trek c’était pour moi avant tout de la SF plus intello plein d’idées et de concepts scientifiques de geek crédibles. Si ça devient Star Wars avec des largage de bombes dans l’espace (qui n’a pas d’air je le rappelle !! Donc on ne peut rien larguer ! Imbéciles de scénaristes de The last Jedi) ben non quoi, merde.
          Premier contact de Villeneuve fait davantage Star Trek^^

        • Matt  

          Après j’avoue que je ne suis pas attaché à Star Trek pour ses personnages, j’en ai rien à carrer. Ce qui m’intéresse c’est le concept même des découvertes, de la SF posée et imaginative.
          Donc rajeunir les persos, relancer la saga, ça me laisse complètement froid. Je veux voir des films de SF prenants pour leurs idées^^

          Je trouve Into Darkness assez stupide. Alors que souvent les personnages sont réfléchis dans les Star Trek, là c’est « on s’en fout je fais ça quand même » malgré les risques énormes. Une petite punchline et ça passe, on s’en fout, ça fera rigoler le public.
          Ils veulent stopper un volcan avec un réacteur à fusion froide je crois. Euh…la fusion froide ne génère pas du froid, c’est quoi cette science de maternelle ?
          Tu vas dire que je pinaille mais non, ils auraient pu appeler ça autrement, comme un canon cryogénisant ou je ne sais quoi. Là ça prouve vraiment qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent et c’est la honte dans un Star Trek^^

          C’est bien réalisé mais le script est assez naze. C’est un vrai bordel l’histoire avec Khan. Ils le réveillent comme ça, juste lui comme par hasard, pour profiter de son grand savoir qui date de 300 ans en arrière pour construire un vaisseau (euh…ok)
          Je ne me souviens pas des détails mais le plan de Khan est tout pourri. Le script est bourré de scènes prétextes illogiques pour créer les situations requises. Comme quand le scénario nanardesque de Jurassic World 2 requiert qu’un mec ouvre une cage pour voler une dent de dino sinon le film n’avance plus. La stupidité comme moteur du scénar^^
          Et puis pareil on a droit aux reprises de scènes connues, toujours fan service avec le fameux cri « Khaaaaaan »
          J’en ai marre de ça…
          Créez de nouvelles scènes putain !
          On a aussi l’impression que les personnages sont amis parce qu’ils sont censés être amis selon la continuité Star Trek, parce qu’il n’y a absolument rien qui les rapproche, et Kirk et Spock n’ont aucune raison d’être potes dans ces films. Y’a rien dans leurs relations, c’est le néant. Spock est un connard dans ces films, et Kirk un frimeur. Et si les anciens films n’existaient pas, ça n’aurait aucun sens qu’ils soient potes. Ce sont des films qui ne tiennent pas debout sans la continuité^^ Comme les derniers Star Wars d’ailleurs qui jouent sur la fibre nostalgique mais sont super mal écrits et comptent juste sur l’enthousiasme des fans heureux de revoir tel ou tel perso.

          Star Wars j’en peux absolument plus déjà. Oh oh l’empereur va revenir bla bla bla.
          En 2 ou 3 films ils arrivent à faire toutes les pires conneries des comics de super héros avec résurrections, reboot, retcon, scènes choc inutiles pour faire le buzz, méchant inutile sans motivation et dont on ignore tout, etc.
          En fait je m’en fous pas mal de ce qu’ils vont faire dans le prochain film. Même si un miracle survenait et qu’il était bien, les précédents m’ont gonflé donc c’est fini pour moi.

        • Matt  

          Et il paraitrait que Star Trek Beyond écrit par Simon Pegg est clairement le meilleur des 3 nouveaux^^ Mais je ne l’ai pas vu. J’ai laissé tomber.

          • Patrick 6  

            @ Matt : si tu n’as pas aimé les deux précédents tu vas détester le 3ème (Star trek beyond) qui pour moi est le moins bon du lot. Un gentil téléfilm mais avec un gros budget disons ^^ Pour le coup ça pourrait tout à fait faire un épisode de Next generation par exemple. Mais on ne va pas au cinéma pour voir un épisode d’une série je suppose ;)

          • Matt  

            Ah ben j’en connais pourtant qui ont détesté les 2 premiers et bien aimé le 3eme. Des purs fans de Star Trek^^
            Alors sait-on jamais.

          • Matt  

            « Mais on ne va pas au cinéma pour voir un épisode d’une série je suppose »

            Franchement je me demande si ce serait pas mieux…
            Star Trek a toujours cherché à proposer des scénars intéressants, de la politique, des questions éthiques, justement pour aussi contourner son budget ridicule. Les séries sont souvent kitsch mais ont des idées.
            Au cinéma les idées…euh…ça semble passer après les grosses explosions et le spectacle. Et je deviens blasé des scénars indigents et des grosses explosions moi. Je l’accepte dans du super héros parce que…ben…c’est aussi parfois ça en comics^^ C’est un genre de divertissement. Même si certains auteurs transcendent le genre, c’est pas non plus la norme.
            Mais je deviens plus exigeants pour les films qui déjà se prennent au sérieux et peuvent proposer de la SF plus profonde.

          • Jyrille  

            Je suis d’accord avec tout ce que tu dis Matt. Bon j’ai quand même trouvé les nouveaux Star Trek plutôt sympas mais tu as raison sur tout : ce n’est pas du vrai Star Trek, les persos ne sont pas potes, le fan service insupportable etc… Comme toi je n’ai pas vu le troisième.

    • Matt  

      Je précise que ce n’est pas parce que c’est différent que je n’aime pas^^
      Mais parce que visiblement faire les choses différemment maintenant ça veut surtout dire tout rendre spectaculaire et tous publics avec des intrigues d’action simplistes. C’est pas ce que je veux si je cherche un Star Trek. Et je ne suis même pas un gros fan de Star Trek. J’apprécie juste les idées plus « intello » et posées de cette saga moins focalisée sur le BOUM BOUM BADABOUM^^

      Mais je t’accorde que Abrams n’est pas le pire, j’exagère un peu. Mais bon l’autre gars là…responsable des 2 pires films DC…ça fait peur.

  • Matt  

    Putaaaiiinnn

    Mais regardez moi l’affiche du prochain épisode !

    https://cosmicbook.news/star-wars-rise-skywalker-rips-off-palpatine-hot-toys

    Ils ont photoshopé le visage d’une figurine pour l’empereur.
    Sans parler du fait que je te ponds le même poster sous photoshop sans difficulté…et j’suis pas graphiste.
    Ok les figurines Hot toys sont des trucs de 30cm réputées pour leur visage réaliste mais…y’a moyen d’être plus feignant encore ? Pour une licence pareille ?

    Vous vous rappelez des peintures de Drew Struzan ? Ah la lointaine époque…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *