Anarchy in the UK…

Death Sentence par Monteynero et Mike Dowling

Gaaaarde à vous ! Voilà la sentence de Bruce lit !

Gaaaarde à vous ! Voilà la sentence de Bruce lit ! © Delcourt

VO : Titan Comics

VF: Delcourt

Death Sentence est une mini série britannique  de 6 épisodes publiée chez Titan Comics et Delcourt en France.  Elle a été qualifiée Outre Manche de « purement géniale » par Mark Millar et « d’un Watchmen matinée de Dickens »….ah ?…..

Cet article dévoile des moments clés de l’intrigue

Avec sa petite anglaise mutine et arrogante en couverture , comment résister à l’envie de feuilleter Death Sentence en librairie et de se la faire offrir ? ( oui, vous connaissez maintenant mon dark secret original sin : je suis un infâme profiteur de gens que j’exploite pour me faire entretenir…).

En vérité, Death Sentence ( D S ) commence comme la série Ikigami , continue comme les Xmen avant de virer Black Summer. En Angleterre, de nos jours, règne une nouvelle maladie sexuellement transmissible : le G +. Ses effets sont plutôt  originaux : les sujets connaissent un accroissement phénoménal de leurs activités intellectuelles, artistiques et sexuelles. Ajoutez à celà qu’ils développent des capacités pyrotechniques, télékinésiques ou télépathiques qui en font de vrais dangers publics. La contrepartie est que ce virus détruit aussi leurs corps et que les sujets meurent au bout de 6 mois sans espoir de guérison.

Le personnage de Verity et son adorable langage corporel sauve la série du marasme

Le personnage de Verity et son adorable langage corporel sauve la série du marasme © Delcourt

DS met en scène deux hommes et une femme : Monty, un comique psychopathe qui va mettre l’U.K à feu et à sang, Weasel, un musicien porté sur la dope et la quéquette aussi irresponsable que détestable et Verity, une ado, seule véritable conscience morale auquel le lecteur peut s’identifier.  Chacun va découvrir ses uncanny capacités avant de décider que faire de leur reste à vivre. C’est ainsi que Monty, décide d’installer l’anarchie in the UK et tue pour ce faire des millions d’innocents….Weasel et Monty sauront ‘ils dépasser leur égoïsme pour sauver leur pays ?

Rendons justice à DS : tout cela se lit plutôt bien, plutôt vite et plutôt agréablement. Les caractères sont bien posés, crédibles même si dotés d’une personnalité unidimensionnelle : le charmant psychopathe, le branleur de service, la nénette sympa un peu bizarre. Tous brûlent la vie par les deux bouts et aucune équivoque n’est possible sur leurs pratiques sexuelles : anales, orales, collective.  DS se veut punk-rock avec son lot d’outrance et de scène chocs : la famille royale violée puis exécutée, David Cameron décapité, Obama forcé d’utiliser l’arme atomique.

Monty, le psychopathe de service a la grosse tête....

Monty, le psychopathe de service a la grosse tête…. © Delcourt

Ce n’est pas pour rien que Millar adoube DS ; on y retrouve une écriture urgente, sans aucun temps mort,  divertissante mais finalement plutôt superficielle en dépit des efforts des auteurs à faire du virus G+ la pire menace que l’humanité ait eu à affronter : manipulations de masse, décapitations, partouze collective, youpi, tralala, à mort la censure ! Seulement voilà, Monteynero tombe dans le même panneau que le Warren Ellis de Black Summer : partir d’un postulat scientifique basé sur du jargon scientifique  pour aboutir à j’te déchire ta mère espèce d’connard d’enfoiré d’ta race

En gros, sur les 6 épisodes de la mini série, seuls les 3 premiers servant de caractérisation aux personnages sont intéressants. Et tout occupé à montrer qu’il peut tout péter, Montynero, comme parfois Millar tente de faire d’un pitch un histoire complète. Quitte à délaisser la portée sociologique de son histoire de départ, à centrer une épidémie sur seulement trois individus, à être incapable de mettre en scène le peuple autrement que comme des moutons menés à l’abattoir et à conclure son histoire en oubliant completement son virus G+ et ce qu’il va advenir….Ce qui est paradoxal dans la mesure où toute la série se dote de longs dialogues se voulant philosophiques sur la portée de l’art face à la destruction.

La théorie du complot complètement laissé en rade par les auteurs....

La théorie du complot complètement laissée en rade par les auteurs…. © Delcourt

Un peu moins bourrin que Black Summer que votre serviteur ne tient pas en haute estime, DS est à l’image de ses héros : vulgaire, racoleur, superficiel,  mignon. Cette énième variation des Xmen mâtinée de Watchmen met en scène des apprentis héros qui utilisent leurs dons pour leurs besoins égoïstes et surtout sexuels.

Malgré les efforts des auteurs pour en faire un ouvrage iconoclaste, la métaphore autour du HIV + et du sens de la vie tourne à vide , porté par des personnages emblématiques mais totalement creux…. La sentence est donc une indifférence polie pour cette production archi-calibrée et plutôt conformiste….

Pour la standing ovation, on repassera...

Pour la standing ovation, on repassera… © Delcourt

17 comments

  • Bruce lit  

    Le teaser : « En Angleterre le virus G+ permet à son porteur un accroissement considérable de ses capacités physiques, intellectuelles, et sexuelles. Il donne aussi des super-pouvoirs et une grande irresponsabilité aux héros de Death Sentence avant de finir par les tuer. Mark Millar a adoré ce récit façon Warren Ellis ! Et Bruce Lit ? »
    « la BO du jour : question : peut on encore évoquer la décadence anglaise sans passer par le punk ? Tiens , PJ, t’en pense quoi ? » https://www.youtube.com/watch?v=I2Qlb0qFLFE

  • Matt  

    Alors si j’ai bien tout saisi de ton article, ça doit typiquement être le genre de lecture que je n’aime pas. C’est à dire un pitch qui démarre sur un fond sérieux, qui se la joue intellectuel un minimum, mais qui n’est au final qu’un prétexte pour du craquage total bien vulgaire et racoleur avec toute la provocation gratuite habituelle (le cul sous toutes ses formes associé à l’ultra-violence, etc.)
    Bref tout ce qu’il faut pour dire « fuck la censure » comme tu le mentionnes.

    Ce genre de récit me donne toujours l’impression que les auteurs voulaient se lâcher mais plutôt que de l’assumer en faisant un truc purement divertissant (enfin pour ceux qui aiment le trash…), ils l’ont enveloppé dans une intrigue pseudo profonde mais qui n’aboutit pas parce que c’était pas le but en fait…
    Mais du coup c’est frustrant pour ceux qui étaient venus là à la base pour l’intrigue et qui auraient pu supporter le côté trash si au moins derrière y’avait un vrai développement intéressant. Et encore…je dis ça mais je supporte mieux la violence et la provoc quand le récit ne se prend pas trop au sérieux et que je sais que je lis un truc « con » mais un minimum amusant.

    Si j’avais acheté ça, ce serait poubelle je crois.

  • Bruce  

    Ben voilà, t’as tout compris Matt !

  • ComicsOvore  

    Je te rejoins entièrement DS, n’était pas ceux auquel je m’attendais du tout! C’est très vite parti dans tout les sens, avec une surenchère de qui a la plus grosse et pourtant dieux sait que la Synopsis me donnait envie!

    Même les héros rempli de caricatures (certes) auraient pu avoir un petit plus intéressant pour au final tomber dans le pastiche de la surenchère de j’ai des pouvoirs, je suis trop fort et pas toi!

    Et pourtant, j’avais vraiment la volonté d’avoir un bon équivalent à Millar (n’aimant pas les 3/4 de ses récits) et c’est du même acabit à mon sens. On finit la lecture en se disant que c’est efficace mais on l’oublie très vite.

  • Bruce  

    Ben voilà, t’as tout compris ( bis !)

  • Tornado  

    Merci de me faire économiser de l’argent.
    Cela dit, je ne connaissais même pas l’existence de ce comics !
    Je me rend compte que je deviens tellement sélectif que je ne remarque même plus le 3/4 des livres lorsque je rentre dans une librairie !
    Ces 7 dernières années passées à lire tout et n’importe quoi m’auront au moins servi à aller à l’essentiel, à force…
    En deux jours, via internet, j’ai vendu moult comics. Tous mes Jonathan Hickman (Fantastic Four, Avengers), à part S.H.I.E.L.D. Le premier tome Astonishing X-men par Whedon (j’avais déjà revendu le 2°). J’allège mes étagères petit à petit, et surtout j’affine mes futures listes d’achats. Quasiment plus aucun Marvel (reste Punisher MAX, Spiderman by JMS et Superior Spiderman). Quasiment plus de DC (reste les collection Geoff Johns présente et deux séries Batman.
    Je reste fidèle à Star Wars et à Vertigo. Image redevient également très intéressant. Et je surveille mes auteurs préférés (Ennis, Ellis, Vaughan, Aaron et bien évidemment Alan Moore dès qu’ils publient un nouveau truc indépendant).

    Bon. Désolé si je m’écarte du sujet. Super article Bruce. Tu es au top en ce moment !

  • Présence  

    Comme Tornado : merci pour cet article au double effet. (1) Me voilà averti du contenu de cette histoire, et de son intérêt relatif. (2) Je sais enfin pourquoi elle était mise en avant parmi les comics à suivre (raison que j’ignorais car je n’étais pas tombé sur les déclarations de Mark Milar).

  • Bruce  

    « Super article Bruce. Tu es au top en ce moment ! » Ah ? euh ? Merci 🙂 Je tente d’écrire moins mais mieux, ça fait plaisir de savoir que c’est remarqué. Comme toi Tornado, ma bibliothèque est sans cesse expurgée pour en faire un musée imaginaire idéal. Le DD de Waid m’attire encore comme les xmen de Remender. Après Marvel pourra affublé DD d ‘un costume ABBA, Bendis pourra révéler que Scott Summers louche et les vengeurs pourront crossovver avec les Lego Star Wars, ce ne sera plus mon problème.
    Au contraire, il y a tellement d’autres horizons où investir !!!

    @Présence : si tu as aimé Black Summer, peut être que DS pourrait tout de même t’intéresser.

    • Matt  

      Question qui s’écarte du sujet, mais est-ce la direction déplaisante que prend Marvel qui vous pousse à revendre les Marvel plus anciens que vous aimez ?
      Si c’est le cas, ce serait assez effrayant. Les circonvolutions de la continuité auraient-elles vaincu même Tornado qui normalement s’en fout ?
      Ce serait comme rejeter les vieux Star Wars à cause d’une mauvaise suite récente. ça fait peur. ça voudrait dire que tout le monde serait donc capable de dégouter les gens de grands classiques, en faisant des reboot pourris ou de mauvaises suites ?

      Bon si c’est juste une question de gouts qui changent, je m’incline hein^^ Et ça ne me regarde pas vraiment. Je suis juste curieux parce que j’ai toujours essayé de ne pas céder à revendre tous mes Spider-man à cause de One More Day. Alors que bon…en fait, je laisse gagner les idées à la con si je fais ça.

  • Yuandazhukun  

    Ouais tout pareil ! Qu’est-ce que j’ai épuré dans ma collec ! Quasi plus de marvel à part quelque thor, daredevil et punisher ! Vive Vertigo !!!! Et un peu Images aussi ! Revenons au mouton noir…ça a pas l’air génial et je l’acheterai pas, merci Bruce ! C’est agréable parfois de se dire qu’on passera devant le bouquin et qu’on le feuilletera même pas (oui car merci on est constamment tenté sur plein de choses ! ) donc ouais merci Bruce !

  • Bruce  

    @ Matt : A bien y regarder il est de bon ton de trier le bon grain de l’ivraie chez Marvel : Rétrospectivement, les coups éditoriaux n’ont que peu d’intérêt : les Xmen des années 2000 de Claremont , ceux de Whedon, de Fraction, de Brubaker, les vengeurs de Bendis, les events pourris, le DD et les Thunderbolts de Diggle, qui a envie de lire et surtout de relire ça aujourd’hui ?

    • Matt  

      Ah ouais non c’est sûr qu’il y a des trucs à virer.
      Mais c’est plutôt quand j’ai lu que Tornado n’a quasi plus de Marvel dans sa bibliothèque alors qu’il a quand même fait de bonnes reviews sur un paquet de trucs Marvel que ça m’a surpris. J’ai débarqué ici après avoir lu pas mal de vos reviews intéressantes sur des sagas Marvel alors ça étonne, quoi.

      Je me demandais si c’était un ras le bol global de tout l’univers Marvel suite à certaines décisions éditoriales ou events pourris (ce qui serait dommage, même si bien sûr ça ne me regarde pas vraiment^^) ou juste des gouts qui changent, voilà tout.

      • JP Nguyen  

        Perso, je ne revends quasi rien, et donc pas plus Marvel qu’autre chose… Ces 5 dernières années, j’ai du revendre un seul truc : Batman-Manbat… et c’était autant parce que Cyrille était intéressé que parce que mes tentatives de lecture avaient été infructueuses.
        Un pote m’avait dit : « une collection, ça comporte des erreurs ». Sans adhérer à 100% à sa maxime, je n’ai pas l’objectif de la bibliothèque idéale. Certains choix sont hautement personnels. J’ai l’Omnibus VO du run de DD par Miller/Janson, mais aussi les Visionaries et aussi les vieux Strange en VF : ça fait 3 éditions des mêmes histoires et pourtant chacune à quelque chose de particulier… Les objets livres portent aussi une histoire.
        Mon Dark Knight Returns, c’est une edition HC Tenth Anniversary pour laquelle j’ai économisé plusieurs mois quand j’étais étudiant et que je surveillais dans la librairie Glénat, espérant que personne n’achèterai le bouquin avant moi.
        Donc, tout au plus, je relègue au fond ou je cache, je remise au grenier des trucs que je ne trouve vraiment pas terrible ou que je suis quasi sûr de ne pas relire. (mais je crois que je me suis un peu éloigné du questionnement de Matt, qui lui-même…)

  • Bruce  

    La question n’est donc pas revendre ou pas, mais grenier ou pas grenier ?

  • Tornado  

    @Matt : en vérité c’est un peu les deux :
    1) non, ne t’inquiète pas. Je ne revends pas ce que j’aime. Ou ce que j’ai aimé.
    Je revends ce que je n’ai pas aimé ou, au pire, ce que j’ai aimé et qui a été bousillé par une mauvaise gestion éditoriale qui a tout gâché (les Secret Warriors de Hickman bâclés faute de succès par exemple).
    Ce que j’ai vraiment aimé je le garde. Par exemple, je revends tous mes X-men, sauf « Dieu crée l’homme détruit » et le run de Morrison, que j’adore.
    En revanche, j’ai revendu l’intégralité de la saga « Batman Knightfall » que j’avais trouvée moyenne.

    2) Oui. La continuité Marvel (et même DC) devient tellement insupportable que je n’y accorde plus aucune importance. Ainsi, alors qu’avant je gardais plein de comics pour leur « importance » dans la continuité (du genre la saga du « Phénix noir » ou bien tel ou tel crossover), aujourd’hui je m’en balance totalement. Alors j’expurge. Je revends tout ce que je n’aime pas via internet (aujiurd´hui on arrive a vachement bien vendre) et je réinvestis les gains de mes ventes dans d’autres lectures !

    @JP : comme toi : j’ai gardé mes ancien Strange, Tutans et Nova (et Pif gadget !!!). Je trouve aussi que l’objet donne un sens à la lecture. Même quand c’est infantile, la madeleine de Proust fonctionne !!! 🙂

  • Jyrille  

    G+… Sérieusement ? C’est plutôt mauvais non, comme nom de virus ? Bref, je passe allègrement, merci Bruce de sauver mon pouvoir d’achat. Je remarque encore une fois une lucidité bienvenue, sachant que les coups médiatiques de ce type m’énervent de plus en plus. Et tout est censé se rapprocher de Watchmen… Non mais vraiment, de qui se moque-t-on ?

  • Bruce  

    Oui c’est assez lamentable en fait : il suffit désormais d’être outrancier et d’avoir des super héros qui pètent les plombs pour prétendre faire du Watchmen…. Un peu comme si chaque tueur au couteau au cinéma pouvait se prétendre un apprenti Norman Bates….
    Je me suis laissé tenter par la cover de cet album que je trouve réussie…
    Pour Enigma : VAs y , tu as le feu vert !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *