Bienvenue dans la famille (Le Parrain : du Cinéma aux Comics)

Le Parrain par Francis Ford Coppola

Un homme qui ne s’occupe pas de son chat n’est pas vraiment un homme

Un homme qui ne s’occupe pas de son chat n’est pas vraiment un homme

Teamup de : PIERRE N, JP NGUYEN et BRUCE LIT

DVD et Blu-Ray édités chez Paramount

Il fallait bien un trio de contributeurs pour aborder Le Parrain. Mais que raconter sur ce film qui a déjà été largement chroniqué, critiqué, analysé, disséqué ?

Pourquoi pas une enquête exclusive ? Nous vous proposons une infiltration au cœur de la Mafia pour un autre regard sur une œuvre qui a fait date dans l’histoire des films de gangster et du cinéma tout court. Voici les témoignages de Pietro Navarro, Little Jay, consigliere à temps partiel et Don Bruccelli, le Boss du blog.

Avertissement : l’article qui suit a été rédigé à partir d’écoutes illégales du FBI. Les accusations de spoilers ne pourront être retenues par la Cour Pénale.

Les Corleone, une famille encore unie en ce temps-là

Les Corleone, une famille encore unie en ce temps-là

Témoignage de Pietro Navarro sur l’empire Coppola

Les Corleone ? Ceux qui envoient des têtes de chevaux ensanglantés dès qu’ils sont contrariés ?! Pour sûr que je connais ce nom, tout le monde le connait.
Il parait même que Vito Corleone, le patriarche (le Don, plus connu dans le milieu en tant que Parrain) de cette famille, doit son nom au village sicilien dont il est originaire, qu’il a du fuir très jeune à cause de l’assassinat de ses proches.

Avec le temps et une fois arrivé en Amérique, il a grimpé dans l’échelle sociale grâce au crime organisé, dans le but premier de subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants. Au sein de la hiérarchie mafieuse, le clan des Corleone est rien de moins qu’une des cinq familles dirigeantes de cet empire criminel implanté à New York.
Tout allait pour le mieux pour eux jusqu’à la tentative d’assassinat du Don, avec le conflit qui en a découlé, pour aboutir à l’avénement de Michael en tant que nouveau chef de la famille.
Sous sons règne, son empire a prospéré (au prix de l’unité familiale), jusqu’à atteindre une certaine respectabilité dans d’autres business plus légaux. Mais avec cette famille, la violence n’est jamais bien loin, et Michael devra payer pour ce qu’il a fait par le passé, quitte à subir la pire des tragédies…
Dans le genre film de gangsters, cette trilogie c’est le maître étalon (et je ne dis pas seulement à cause de Khartoum, ce pauvre canasson qui ne méritait pas son sort).

La chute du piédestal

La chute du piédestal

Pour son choix d’acteurs, Coppola a eu un flair certain en piochant tour à tour dans la grande période du cinéma italien néo-réaliste de l’après-guerre (le compositeur Nino Rota et Franco Citti, acteur fétiche de Pasolini), chez la nouvelle génération d’acteurs américains alors en train d’émerger et chez ses propres connaissances (James Caan, Robert Duvall, Diane Keaton, ou encore sa frangine Talia Shire), sans oublier les trognes associées aux second rôles (John Cazale, Joe Spinell) et les vieilles badernes des années 40/50 (Sterling Hayden, Richard Conte).

Plus encore qu’un Brando, c’est le choix d’Al Pacino (celui-ci a des origines siciliennes communes avec son personnage) qui constitue le plus gros coup de poker pour le réalisateur. Après l’avoir repéré aux théâtre et dans le Panique à Needle Park de Jerry Schatzberg, Coppola est persuadé d’avoir trouvé l’acteur idéal pour le rôle (l’avenir lui donnera raison), mais les exécutifs de la Paramount ne l’entendent pas de cette oreille.

L’empereur et ses héritiers légitimes

L’empereur et ses héritiers légitimes

Même une fois arrivé sur le plateau, Pacino et sa façon de jouer (forgé par l’Actors Studio et la méthode de Lee Strasberg, l’interprète d’Hyman Roth) sont loins de convaincre tout le monde, et il faudra attendre la scène du restaurant avec Sollozzo er McCluskey pour que les exécutifs du studios soient soulagés, en remarquant tardivement le potentiel que Coppola avec décelé dès le début du casting.

Des tonnes d’acteurs ont passé les auditions pour le rôle (même Caan a été envisagé à un moment donné), alors que ceux que Coppola voulait, et a fini par avoir, étaient déjà partants dès le début. Ces nombreux désaccords sont symptomatiques de l’inflexibilité du réalisateur. Les producteurs voulaient situer l’intrigue dans les années 70 (l’époque contemporaine au moment du tournage) pour que le tournage coûte moins cher ? Coppola privilégie les années 40. Les dirigeants de la Paramount voulaient des stars en vogue ? Coppola choisit une ancienne gloire en perte de vitesse et un petit jeunot peu connu (c’est un sacré risque pour une oeuvre de cette ampleur, puisque le film repose principalement sur les épaules de ces deux-là).

Plus de bisbilles, cette fois ces deux-là sont sur la même longueur d’ondes

Plus de bisbilles, cette fois ces deux-là sont sur la même longueur d’ondes

À une époque où les studios Hollywoodiens privilégiaient les grands blonds à la mâchoire carrée (Redford ayant été envisagé pour le rôle de Michael), la période dorée du Nouvel Hollywood a été marqué par l’avènement d’une génération d’acteurs dont le physique bousculait quelque peu les standards et les canons de beauté en vigueur, avec Dustin Hoffman comme figure de proue de cette nouvelle tendance.

C’est sans doute parce que je l’ai découvert avec ce rôle, mais Al Pacino m’a souvent paru plus juste lorsqu’il conservait une certaine retenue. Le Parrain et sa suite sont représentatifs du niveau du Pacino des débuts, bien cadré et dirigé, et non pas l’actuel laissé en roue libre, connu pour cette tendance au cabotinage dont il est devenu coutumier au fil des décennies (comme De Niro, autrefois si sobre et juste).

Dans ce rôle, il fonctionne à l’économie et à la subtilité, et donc ce type de jeu a d’autant plus d’impact lorsqu’il fait preuve d’un sang-froid glaçant face à un Carlo désemparé, ou encore lorsque sa fureur s’exprime à travers son regard bouillonnant, avant d’éclater dans un éclat de violence au moment où sa femme lui révèle les véritables raisons de son avortement dans le 2 (Coppola avait perçu cette intensité dans le regard de l’acteur, et il a su l’employer efficacement).

Un mariage de courte durée

Un mariage de courte durée

Tout au long du premier volet, Michael Corleone s’impose comme un personnage fascinant dans son évolution. La fatalité du destin fait que c’est celui qui ne voulait pas régner qui hérite de la couronne, alors que pourtant au départ il souhaite se distancier des activités de son père, et Vito lui-même préfère que son fils préféré puisse accéder à une meilleure situation que la sienne, plus respectable.
Lorsqu’il choisi de venir en aide à son père diminué, ce n’est pas un écart passager à son code de conduite par rapport à ce milieu criminel, mais bien un pacte irréversible qui dictera le cours du reste de son existence.
Au cours de la seconde guerre mondiale, il a déjà fait l’expérience de la violence physique, et lorsque Michael échafaude son plan et que la caméra se rapproche de lui, c’est un stratège redoutablement intelligent qui se révèle (Sonny et Clemenza ont beau se moquer de lui, Tom Hagen se montre plus clairvoyant).

Lourdes sont les responsabilités inhérentes au trône

Lourdes sont les responsabilités inhérentes au trône

Même en tant qu’exilé, cette épée de Damoclès plane toujours au-dessus de lui, et les assassinats de Sonny et Apollonia sonnent comme un rappel brutal de la menace qui pèse sur l’ensemble du clan. La parenthèse en Italie constitue un moment de répit, mais cela n’a qu’un temps et les proches de confiance peuvent tout aussi bien s’avérer être des traîtres (Michael l’a appris à ses dépens avec un de ses gardes du corps, ce qui explique son intransigeance avec Carlo et Fredo).

À cause des ellipses, les spectateurs ne peuvent pas d’emblée prendre la pleine mesure de la façon dont s’est endurci Michael après son retour au pays. Cette prise de conscience se fait progressivement, lorsqu’il rembarre assez durement son grand frère et règle impitoyablement les cas de Carlo et des autres. D’après la réaction de Connie et l’inquiétude de Kay, cela n’augure rien de bon pour l’avenir (Michael a consolidé son règne mais le prix est cher payé, et il ne fera que s’accentuer avec les années).

Je fais des trous, des petits trous, encore des petits trous…

Je fais des trous, des petits trous, encore des petits trous…

Plus que le chapelet de scènes dites cultes ou les plans amples avec des tonnes de figurants, c’est vraiment la partie intimiste qui dévoile des trésors d’émotion poignante, lorsque Tom Hagen annonce la mauvaise nouvelle à celui qu’il considère comme son père, ou encore lorsque Vito confie ses regrets à son fils favori concernant la voie qu’il a choisi (cette scène a en plus été écrite en un temps record par Robert Towne, le futur scénariste de Chinatown ).

Les règlements de comptes font partie intégrante du mode de vie des gangsters, mais c’est finalement lorsque la violence s’insinue dans le foyer familial qu’elle est la plus dérangeante (notamment lorsque Carlo tabasse Connie, sa femme enceinte qui ne supporte plus ses infidélités, qu’il n’a même pas la décence de cacher).

Une époque se referme, une autre s’entrouvre

Une époque se referme, une autre s’entrouvre

Il est inconcevable de parler de ce film sans évoquer le travail remarquable de Gordon Willis en tant que directeur de la photographie. Son esthétique du clair-obscur, avec ces teintes ambrées dans des scènes d’intérieurs rendues homogènes par ce voile d’obscurité, confère une majesté élégiaque et funèbre du plus bel effet à la mise en scène, volontairement empreinte d’un certain classicisme (pas la peine de chercher des mouvements de caméra datés et typique des années 70 à la DePalma, le mot d’ordre est à la sobriété formelle, dicté par l’approche de Willis).

Ce visuel s’accorde parfaitement au ton solennel et tragique de l’intrigue, ce n’est pas juste une coquetterie esthétique, elle fait sens, apporte un vrai cachet supplémentaire et complète les décors soignés de Dean Tavoularis. Ce type d’éclairage assez sombre a par la suite fait des émules, notamment en ce qui concerne le style de Darius Khondji, comme on peut le voir dans les films de David Fincher et surtout James Gray, un grand fan de cette trilogie justement (cette influence est bien visible dans ses trois premiers films).

C'est à moi qu'tu parles ?

C’est à moi qu’tu parles ?

Rapport de Don Bruccelli sur son rival Marlon Brando

C’est l’ironie de l’histoire : le plus grand film de l’histoire du cinéma sur la mafia (voire le plus grand film du cinéma tout court) a démarré pour des problèmes de gros sous ! Nous sommes en 1975 et l’écrivain Italien Mario Puzo a soumis à son éditeur un synopsis de 10 pages sur la pègre pour lequel il reçoit une avance de 5000 $. La préoccupation première de Puzo ? Ne pas mettre sa famille dans le besoin à cause de sa passion pour le jeu ! Puzo, flambe cette avance en quelques jours et se retrouve sans le sou. Ainsi lorsque la Paramount qui veut réaliser un film sur le banditisme italien lui offre 12 000$, Puzo accepte sans scrupule et s’attelle à la tache en imaginant son parrain sous les traits de….Marlon Brando !

Puzo le considère à juste titre comme le plus grand acteur du XXème siècle : son magnétisme, sa gueule de voyou, son honnêteté animale en ont fait l’idole d’une génération avant que son comportement excentrique sur les plateaux (il a littéralement rendu des réalisateurs fous, dézingué des budgets par pure vacherie), sa vie privée tumultueuse (il doit souvent quitter des tournages pour échapper à ses ex-femmes, ses maîtresses ou se rendre aux assignations devant les tribunaux) et son gout pour l’autodestruction (le demi-dieu des années 50 est vite devenu ventripotent puis obèse) n’achèvent de ruiner sa carrière.

Magie du maquillage : un quarantenaire bien joufflu se transforme en bouledogue aux joues  creuses

Magie du maquillage : un quarantenaire bien joufflu se transforme en bouledogue aux joues creuses

Lorsque on lui propose le rôle de Vito Corléone, Marlon n’est pas en état de refuser ce qui sera le premier des trois derniers rôles qu’il prend au sérieux (Apocalypse Now bien entendu et Le dernier tango à Paris). Par la suite, d’après ses propres dires il fera la pute pour encaisser le pognon et exercer un métier qu’il méprisait autant que lui-même. Pour l’heure, Marlon se dit épuisé. Il a perdu la foi : comment les studios pourraient vouloir de lui ? Comment à 45 ans pourrait-il incarner un vieillard ?

Alors Brando râle : il renvoie le script de Puzo. Entre en jeu Coppola, installé lui aussi par la Paramount pour économiser de l’argent : il est jeune et moins cher sur le marché que Arthur Penn, Costa-Gavras ou Richard Lester. Il est surtout le seul réalisateur italien de Hollywood pour la Paramount qui veut sentir l’odeur des spaghettis dans le film.
Coppola adhère au complot Puzzo : ce sera Brando ou rien.  Il prend un risque de malade : emmener le script du Parrain une deuxième fois chez le monstre pour le faire changer d’avis. Brando n’en revient pas de tant de culot ! 3 jours après il accepte le rôle à une condition : que le film montre que la mafia est une réponse d’entreprise privée face aux intérêts corporatistes de la nation américaine.

Avec Mario Puzo

Avec Mario Puzo

Reste à convaincre les studios ! Coppola se jette littéralement aux pieds du président du studio : « C’est le plus grand de tous les acteurs. Tout le casting lui mangera dans la main. Le public va venir en masse« . 3 compromis sont alors trouvés : Brando ne touchera aucune avance, devra rembourser le studio à la moindre incartade et…passer une audition ! C’est la mort dans l’âme que Coppola vient rencontrer Brando sur les hauteurs de Mulholand Drive : comment le convaincre sans froisser sa susceptibilité légendaire ?

Contre toute attente, Brando se prend au jeu : il adore se maquiller et se déguiser. Brando se rappelle du visage de son rival/amant James Dean les cheveux tirés en arrière et petite moustache dans Géant. Brando lui veut que le Don inspire à la fois crainte et respect, chaleureux et dangereux. En fait, il envisage de se déguiser en….bouledogue ! Il avale donc de boulettes de papier toilettes pour alourdir ses mâchoires, porte un masque de caoutchouc pour lisser sa peau. Pour Brando, les gens puissants n’ont pas besoin de parler fort. Il adoptera cette voix cassée et asthmatique d’un vieil homme blessé. Consciencieux, il perdra une dizaine de kilos pour le rôle au grand désespoir de la production qui doit refaire ses costumes quelques jours avant le tournage !

20 ans après sa mort, c'est au tour de Brando de copier Jimmy !

20 ans après sa mort, c’est au tour de Brando de copier Jimmy !

Les producteurs ne reconnaissent pas Brando dans son bout d’essai filmé: ils veulent engager ce vieil italien qui joue si bien le Don ! Lorsque Coppola leur révèle qu’il s’agit de l’emmerdeur public numéro 1, ils se résignent : Brando sera bien Don Corléone. Le paria devient chef d’orchestre : Brando est un homme de pouvoir et va, à son tour influer sur la destinée du film. Lorsque la Paramount refusera en premier lieu d’engager Al Pacino ou envisagera à plusieurs reprises de virer Coppola, Brando mettra tout son poids (sic) dans  la balance en menaçant de quitter le tournage ! Une décision courageuse et payante pour le chef d’oeuvre que l’on sait.

Pour la première fois depuis longtemps, Brando passe un tournage plutôt agréable. Il se sent aimé, respecté, écouté. Toutes ses idées, même les plus folles sont acceptées et souvent tiennent du génie. Un chat passe pendant une scène sur le plateau ? Il le chope, le maîtrise et l’intègre à la scène d’ouverture le plus naturellement du monde. Le félin est tellement fier de poser pour l’acteur que son ronron résonne plus fort que les dialogues de l’acteur ! Quand à la scène où Le Parrain meurt en jouant avec son petit-fils il s’agit d’une improvisation suggérée à Coppola qui filme tout ça en quelques prises. L’enfant n’est, bien entendu, pas au courant ! Ses pleurs sont authentiques.

L'ogre et l'enfant

L’ogre et l’enfant

Oh, bien sûr Brando ne peut pas s’empêcher de faire ses fameuses blagues : chuchoter des obscénités à l’oreille de Pacino lors de leur dernière scène ensemble pour le déconcentrer, lester son brancard de 150 kilos en plus de son propre poids au moment de la scène de l’hôpital, montrer ses fesses à l’équipe technique et bien entendu ses fameuses antisèches collées un peu partout : sur les caméras, ses manches ou sur le front de ses partenaires; Brando n’apprenait jamais ses textes à la fois par pure paresse mais aussi parce qu’il considérait que cela entravait la spontanéité de l’acteur.

A deux-trois reprises, Coppola pète un cable car en plus de celà, Brando réécrit ses dialogues ! Mais il a l’intelligence de ne pas braquer la bête et de lui glisser dans ses fameuses antisèches un Fuck you Marlon qui brise la glace ! Lorsque le tournage s’achève, le roi quitte une cour enamourée de jeunes acteurs : Caan, Pacino, Duvall : tous savent qu’ils ont vécu avec le Don une expérience unique.  Brando ne reviendra jamais sur le tournage du volume 2.

Brando refuse son Oscar en protestation du racisme Hollywoodien envers les Indiens

Brando refuse son Oscar en protestation du racisme Hollywoodien envers les Indiens

La performance de Brando lui vaut un Oscar qui sera remarqué : Brando pour protester contre le racisme dont souffrent les amerindiens au cinéma refuse son Oscar et envoie une activiste Apache ! Un coup de buzz phénoménal (Brando était un manipulateur né) comme un coup de gueule sincère d’un acteur qui, on l’a souvent oublié, aura défendu sans angélisme toutes les minorités au cours de sa carrière.

C’est donc tout naturellement que l’on pourrait voir en Red Crown, le chef mafieux de Scalped, une incarnation comics du Parrain de Brando; un personnage Shakespearien qui a trempé ses mains dans le sang pour protéger les siens. Un colosse aigri et généreux, dangereux et protecteur, castrateur et paternel que Brando aurait sans nul doute porté à merveille à l’écran.  Un homme dont la vie est une tragédie qui doit choisir entre ses fils spirituels pour diriger son empire.

Le parrain Indien Red Crow et son fils spirituel Dashiell

Le parrain Indien Red Crow et son fils spirituel Dashiell

Car le Parrain a introduit une dimension shakespearienne que reprendront beaucoup de comics par la suite : l’articulation entre le pouvoir qui corrompt, qui isole et la vie de famille. Une famille qui est à la fois source de réconfort et de corruption puisque c’est pour protéger la sienne que Vito Corleone devient le Don dans le Parrain II.  Cette dimension sera creusée tout au long des 3 épisodes avec son lot de triomphes, de tragédies, de fratricides et de balles perdues.

Une tragédie étrangement concomitante avec le destin de Marlon Brando. Un rôle de Parrain nettement plus à son avantage que la tragédie familiale (un de ses fils légitimes qui tue l’amant de  Cheyenne, la fille adorée de Brando.  Celle-ci finira chez les fous, accusera son père d’être un Corleone et finira par se suicider) qui achèvera de le faire tomber de son piédestal. Il mourra seul et sans famille comme Michael Corleone.

La saga Corleonne se poursuit au procès du fils Brando...

La saga Corleone se poursuit au procès du fils Brando…

Témoignage de Little Jay :

Pendant longtemps à Hollywood, les criminels étaient les méchants de l’histoire. Ils pouvaient être forts, intelligents mais la morale exigeait qu’ils soient punis. Le crime ne devait en aucun cas être sympathique ou séduisant. Le code Hays, en vigueur de 1934 à 1966, avait inscrit ce principe noir sur blanc. Sorti en 1972, Le Parrain est l’un des premiers films à ’émanciper de ce code moral et à profiter de la fin de l’autocensure. Michael Corleone est un chef mafieux. Il trempe dans des trafics, a du sang sur les mains et a commandité de nombreux assassinats. Mais à la base, tout ce qu’il voulait, comme son père avant lui, c’était protéger sa famille.

Michael est un héros de tragédie, cherchant à échapper au destin qui toujours le rattrape, comme il l’énonce dans le troisième opus : « Just when I tought I was out, they pull me back in ! ».
Au début de l’histoire, il est dans le déni lorsqu’il raconte l’histoire de son père et de son homme de main Luca Brasi effectuant une proposition « qu’il ne pouvait pas refuser » à Les Halley, pour lui racheter le contrat du chanteur Johnny Fontane, ami de la famille, sous la menace d’une arme de poing.
« C’est ma famille, Kay. Ce n’est pas moi. »
Mais la tentative d’assassinat sur Don Vito va l’associer malgré lui aux affaires de la famille…

Bib Fortuna, le consigliere de Jabba rappelle Robert Duvall

Bib Fortuna, le consigliere de Jabba rappelle Robert Duvall

Grâce à l’interprétation remarquable de Pacino, comme l’a relevé Pierre N  mais aussi grâce un script très bien travaillé, on s’attache à ce personnage qui devient la figure du mafioso sympathique et fascinant.

Michael Corleone a ouvert la voie à d’autres leaders du crime organisé exerçant une dangereuse séduction sur le spectateur ou le lecteur. Ainsi, le Kingpin de Frank Miller, qui revient aux affaires pour sauver la vie de son épouse Vanessa ; s’inscrit dans un schéma tragique similaire à celui de Michael : en voulant sauver sa famille, il la perd et se retrouve au sommet du pouvoir, mais seul.  Dans le Punisher de Jason Aaron, Fisk abat son propre fils.

Brando et Bronson supplient Wilson Fisk !

Brando et Bronson supplient Wilson Fisk !

Dans DD #188, Frank Miller pousse le bouchon jusqu’à représenter Don Corleone accompagné de Charles Bronson venus implorer la clémence du Kingpin sur des histoires de pourcentages.  Le don sera saisi à la gorge par un Fisk furieux avant que La Veuve Noire alors empoisonnée casse à son tour la gueule au pauvre Marlon qui tente d’empêcher l’audience avec le Parrain de Marvel. De l’humour bien noir qui aura sûrement plu à Brando.

Le Grendel de Matt Wagner est un autre exemple de criminel érigé en héros de l’histoire, même si Hunter Rose a embrassé sa vocation sans aucune réticence, contrairement à Michael. Sa principale part d’humanité provient de la fille qu’il a adoptée et les Grendels formeront à terme une dynastie, tout comme les Corleone.

L’important, c’est la rose…

L’important, c’est la rose…

Une autre famille mafieuse des comics fortement influencée par le Parrain, ce sont les Falcone, régnant sur la pègre de Gotham City. Dans la maxi-série The Long Halloween, Jeph Loeb et Tim Sale effectueront plusieurs clins d’œil à la saga de Coppola, à commencer par la première page où Bruce Wayne déclare dans la pénombre un « I believe in Gotham City » qui fait écho au « I believe in America » qui ouvre le premier film… La scène se déroule d’ailleurs pendant un mariage et on aura également droit aux policiers relevant les numéros de plaque de voiture des invités… Toutefois, les références restent trop souvent superficielles et, alors que les morts s’accumulent dans le clan Falcone, on ne ressent jamais d’empathie pour ces personnages, qui servent juste de chair à canon pour le tueur Holiday, le grand méchant de l’histoire…

Si mon esprit tordu de comicsophile devait tisser des liens imaginaires entre l’univers du Parrain et le monde des encapés, je relierais volontiers le clan des Corleone à celui des mutants de l’école de Charles Xavier. Après tout, les deux forment une famille. Et même si les X-Men sont avant tout une famille élective, ils sont aussi liés biologiquement par la présence du fameux gène X dans leurs cellules… Et parmi eux, on retrouve un beau spécimen de héros/vilain malgré lui en la personne de Magnéto. Un homme qui a perdu sa famille et s’est donné pour mission de protéger son espèce toute entière.

En poussant le bouchon plus loin, j’évoquerais le Dark Knight de Miller. Quoi ? Un super-héros en référence à un mafieux ? Oui mais dans DKR, Batman défend moins la loi que SA loi. Du reste, il brave l’interdiction gouvernementale et se fend même d’une réplique bien sentie :
« Sure, we’re criminals. We’ve always been criminals ». We have to be criminals. »
C’est là le trait d’union entre l’univers du crime organisé, dans sa représentation fictionnelle romantique, et celui des super-héros. Le fantasme de s’élever au-dessus des lois pour faire triompher sa volonté, le plus souvent par la force.
Qui l’eut cru ? En signant la fin du règne des chevaliers blancs d’Hollywood, Le Parrain de Coppola préfigurait déjà la destinée d’un certain Chevalier Noir !

Bruce Wayne chez le Parrain Falcone, avant que les mafieux ne disparaissent un par un…

Bruce Wayne chez le Parrain Falcone, avant que les mafieux ne disparaissent un par un…

D’autres auteurs sont allés plus loin, en faisant carrément endosser le rôle de Parrain par le super-héros de l’histoire ! L’exemple le plus marquant reste sans doute celui de Daredevil par le duo Bendis-Maleev. A la fin de l’arc  Hardcore  (DD v2 46-50), le diable rouge se proclame « Roi de Hell’s Kitchen » dans le bar Josie’s, après avoir vaincu et humilié son rival Wilson Fisk, qui gît à ses pieds.

La lutte pour le contrôle de la pègre constitue d’ailleurs le fil rouge du run de Bendis sur le justicier aveugle. Le premier épisode (Daredevil V2 #26) marquait la chute de Wilson Fisk, qui tombait sous les coups de ses lieutenants et de son propre fils. Mais dans la famille Fisk, quand le père tombe, c’est la mère qui reprend les rênes et fait exécuter tous ceux ayant participé au putsch. Le caractère impitoyable du monde mafieux retranscrit par Bendis et Maleev fait écho à la trilogie de Coppola. Si dans le deuxième film, Michael Corleone n’hésite pas à faire assassiner son frère Fredo, Vanessa Fisk, à la fin de l’arc Underboss, commandite le meurtre de son fils Richard, ainsi que de nombreuses autres exécutions, mises en page dans une succession rapide de cases et donnant une impression de simultanéité tout comme… dans les films de Coppola, qui se terminent tous par l’élimination méthodique des opposants à la famille Corleone.

Un hommage bien exécuté…

Un hommage bien exécuté…

Après s’être refait une santé, le Caïd revient pour reconquérir son empire dans l’arc Hardcore, et l’une de ses premières visites est pour son consigliere. Comme à son habitude, Bendis ignore la continuité en introduisant rapidement un personnage jetable qui sera tué à la fin de son entretien avec Fisk. Mais l’aspect « bras droit / homme de l’ombre » reste bien rendu et contribue à l’immersion dans le crime organisé proposée par le run bendisien. A noter que le premier « consigliere » notable de Fisk avait été introduit dans des épisodes de Spider-Man (Marvel Team-Up #138 – 1984) et s’appelait The Arranger. Ce personnage avait connu son heure de gloire pendant le run de Tom De Falco, effectuant même l’intérim de Fisk, un temps reparti s’occuper de Vanessa, avant de finir assassiné sous la plume de Gerry Conway et les crayons de Sal Buscema (Spectacular Spider-Man #165 – 1990).

Pour en revenir aux Corleone, Tom Hagen, le consigliere, fils adoptif du Don, était interprété par Robert Duvall (qui n’apparaîtra que dans les deux premiers films, suite à un désaccord sur son cachet dans le 3ème volet). Dans le run de Bendis, l’artiste Alex Maleev utilisera les traits de l’acteur pour le personnage d’Alexander Bont, « celui qui était le Caïd avant le Caïd », dans l’arc  Golden Age. Avec son alternance de scènes du passé et du présent, cet arc n’est d’ailleurs pas sans rappeler le deuxième volet de la trilogie du Parrain, où Coppola racontait la jeunesse et l’ascension de Vito en parallèle du règne de Michael.

Alexander Bont : un faciès évoquant un acteur emblématique de la saga des Corleone…

Alexander Bont : un faciès évoquant un acteur emblématique de la saga des Corleone…

Rétrospectivement, l’ambiance polar/mafia choisie par Bendis pour Daredevil n’était pas simplement de la poudre aux yeux. Il y avait en filigrane, une vraie réflexion sur la nature du pouvoir et sur la pertinence du modèle de justice défendu par les « Vigilantes » urbains. En voulant renverser la table, Matt Murdock se retrouvait à la place de son ennemi juré, réalisant de facto les limites de sa croisade : combattre la pègre et voir les Parrains se succéder, ou bien devenir l’un d’entre eux. Dans les deux cas, c’est admettre que le « système » est imparfait et ne peut fonctionner sans ce type de pouvoir même s’il le réprouve officiellement. Et d’ailleurs, dans The Murdock Papers  (DD v2 #76-81) ce n’est pas un super-vilain qui sera à l’origine de la chute de Murdock mais… le FBI !

Eh oui, pendant longtemps, dans les comics comme au cinéma, les criminels étaient les méchants de l’histoire. Mais avec l’évolution des codes et l’irruption dans la culture populaire d’œuvres telles que le Parrain, les cartes se sont brouillées. Les héros emploient parfois des méthodes peu reluisantes, remettant ainsi en cause leur supériorité morale sur les criminels qui, s’ils conservent toute leur dangerosité, ont gagné en complexité, en dévoilant leur âme noire mais fascinante.

Dans la salle, le jeune Hammerhead, dessiné par Bachalo, brise des crânes tandis qu’à l’écran, Fredo brise le cœur de Michael…

Dans la salle, le jeune Hammerhead, dessiné par Bachalo, brise des crânes tandis qu’à l’écran, Fredo brise le cœur de Michael…

—-
La légende du Parrain : des coulisses du tournage aux secrets de Marlon Brando en passant par son influence sur le monde des comics et particulièrement Daredevil, ne manquez pas le dossier du jour chez Bruce Lit.

La BO du jour : laisse aller, c’est une valse

42 comments

  • midnighter  

    étonnant que Pacino ait convaincu les studios dans la scène où il doit convaincre tout les autres personnages qu’ il est fait pour le job; c’ est vrai qu’ il est par ailleurs impressionnant de maitrise de soi par rapport au cabotinage de ces dernières années.
    j’ avais jamais fait le lien avec le maquillage de james dean vieux dans géant; bon en meme temps le plan doit durer 3 secondes et j’ ai vu le film qu’ une fois

    • Bruce lit  

      @Midnighter : Jimmy a trois scènes « vieux ». La première très rapide à son arrivée. La deuxième où il se bat avec Rock Hudson. La troisième où il s’écroule ivre sur scène après un discours inaudible qu’il aura fallu le doubler postmorterm par un ami imitant sa voix. (l’acteur est mort le lendemain de la fin du tournage du film).
      Ça dure plus de 3 secondes, mais bout à bout James Dean apparaît effectivement une demi heure sur un film qui en fait 3. Pour beaucoup, il sauve le film très académique de Stevens du naufrage à chacune de ses apparitions.

  • PierreN  

    Tout comme Eric Stoltz (Pulp Fiction, La Mouche 2) en Marty McFly, il y a des images prouvant que Caan a été envisagé en dernier recours pour le rôle de Michael : https://www.dailymotion.com/video/x4uwrl

  • Bruce lit  

    Je suis très content de cet article en triade et de voir le retour de Pierre. 3 auteurs, trois versions (j’ai pour la première fois demandé aux gars de revoir leur copie. On déconne pas avec Le Parrain). Au final j’adore vos parties les gars.
    Pierre, toi qui sais tout : mais pourquoi Pacino pendant la scène du mariage en Sicile a cet énorme bleu sur la joue ?

    • PierreN  

      Je me suis aussi souvent posé cette question.
      C’est vrai que ce bleu met beaucoup de temps à s’effacer (causé par le flic ripou McKluskey, lorsqu’il l’étale d’un seul coup devant l’hôpital).
      Pourtant lorsque Michael rencontre Apollonia, il y a un écart de plusieurs mois voire même d’un an ou deux (sachant que le premier film va de 1945 jusqu’à 1955).
      A un moment Sonny dit que le docteur a bien arrangé la gueule de son frangin ; peut être que cela a laissé des séquelles. Ça doit être pour ça que Fredo fait une remarque sur son visage à Las Vegas quelques années plus tard.
      https://www.quora.com/In-The-Godfather-why-does-Michael-always-have-a-handkerchief-over-his-face-while-in-Italy

  • Présence  

    Encore un film que j’ai vu, mais pas en salle.

    C’est finalement lorsque la violence s’insinue dans le foyer familial qu’elle est la plus dérangeante. – Cette remarque de Pietro Navarro fait mouche pour moi. Je me souviens encore de cette prise conscience qu’il n’y a pas de possibilité de se conduire en schizophrène et de séparer la sphère privée et publique, de préserver cette dernière des stratégies comportementales développées pour vivre en public.

    La partie consacrée à Don Corleone est un régal de bout en bout. Je ne dis pas cela par crainte de représailles de Don Bruccelli , ou par flagornerie. Ne mettant jamais intéressé à cet acteur, chaque anecdote a été une découverte pour moi, et je suis plutôt content de ne jamais avoir une telle bête de scène à gérer dans mes équipes : ça doit doit être aussi éprouvant que fascinant, aussi enrichissant (par ses apports) qu’ingérable (pour rester dans les rails).

    Extraordinaire la case de Daredevil avec Corleone et Bronson !

    Au départ, Little Jay cache bien son jeu et son intervention se transforme subrepticement en un article sur Daredevil, avec même des compliments sur l’écriture de Bendis. C’était agréable de replonger dans cette riche période de Matt Murdock.

    • PierreN  

      « ça doit doit être aussi éprouvant que fascinant, aussi enrichissant (par ses apports) qu’ingérable (pour rester dans les rails). »

      Christopher Reeves s’est montré assez critique là-dessus (« he doesn’t care anymore »). C’est vrai que dans le premier Superman, il fait le minimum syndical tout en ayant un cachet copieux.
      https://www.youtube.com/watch?v=QDeJcN45F7E

      • Bruce lit  

        Wow ! Merci Pierre ! Je ne connaissais pas ce passage du tout ! Quelle franchise !
        Brando était un personnage aussi admirable que haïssable. J’ai longtemps longtemps longtemps hésité avant de donner son prénom à mon fils…. Mais l’aspect destructeur de ses enfants m’a finalement dissuadé d’appeler mon fils Marlon. Ce n’aurait pas été sain.

        @Matt : hey , les geeks sont censés tout répertorier non ?
        Pour moi, Le Parrain est le plus grand film de toute l’histoire du cinéma. Tout y est parfait : Histoire, mise en scène, production, lumières, interprètes et la fameuse musique de Rota.

        • Matt  

          Je taquine. Mais bon j’ai vu des critiques et des analyses qui essaient de convaincre que Citizen Kane est le meilleur. Ou le parrain. Ou tel ou tel autre film.
          Je trouve toujours ça un peu vain en fait de hiérarchiser et d’en faire une affirmation universelle. Surtout quand on n’a pas vu tous les films du monde^^ (ce qui est déjà impossible) Dis plutôt que c’est ton préféré et ça suffira^^

          • Bruce lit  

            Oui c’est évident mais ça fait partie aussi de l’exercice de style, le catégorique.
            Si on lisait des trucs comme le meilleur film de tous les temps (selon moi) ou Bendis est un con (selon moi) et Moore un génie (selon moi), ce serait un peu lourd aussi. On sait que tout ça est subjectif, c’est le jeu/je (selon moi) :)

    • PierreN  

      « C’est finalement lorsque la violence s’insinue dans le foyer familial qu’elle est la plus dérangeante. »

      Sur ce plan-là aussi, on peut faire le parallèle avec le DD de Bendis.
      Il y a une scène flashback assez réussie, dans laquelle Wilson Fisk rabaisse et violente son jeune fils.
      Cette scène fonctionne, bien que pas spécialement raccord avec la continuité (au début des 70′s, Stan Lee a montré que Richard adulait son père, jusqu’à ce qu’il découvre la véritable nature de son business).

    • Bruce lit  

      @Présence : Don Brucelli est inquiété par d’autres affaires en cours….
      La case de DD : je l’ai relue hier : ça s’étend sur deux pages et c’est vraiment très drôle comme Miller savait l’être.
      Avoir un Brando dans une équipe : oh mon Dieu…
      Brando était un personnage unique, mythique. Je le vois comme un Galactus du cinéma, par delà le bien et le mal, un Saturne dévorant ses enfants mais aussi un Adonis ayant tout simplement définit la virilité du XXe siècle.

  • Matt  

    « le plus grand film de l’histoire du cinéma sur la mafia (voire le plus grand film du cinéma tout court) »

    Ah ce besoin de hiérarchiser toujours^^…
    Savez quoi ? J’ai pas de film préféré de tous les temps. Ou alors c’est purement subjectif par rapport à ma nostalgie (Le 20.000 lieus sous les mers de Richard Fleischer)
    Beaucoup disent que c’est Citizen Kane le meilleur du best, etc. Je sais pas, ça n’arrive jamais à me convaincre ces trucs là.
    Mais bref…article super intéressant^^ Je savais que Brando était un emmerdeur mais je ne connaissais pas ces détails.
    J’aime bien les films comme beaucoup évidemment, mais le 3, vachement moins quand même.
    Sympa le rapprochement avec le DD de Bendis. On a trouvé JP pour dire du bien des anciens travaux de Bendis quand même.

  • Jyrille  

    Les amis, je crois que nous tenons là un des meilleurs articles de l’année. Rien que l’accroche est splendide. Et vos trois persos…

    A part ça, j’ai appris plein de choses, d’anecdotes et de détails que je ne connaissais pas, et ce dans toutes les parties. J’avais immédiatement pensé au Parrain en lisant le DD de Bendis et Maleev de l’époque, mais j’avais oublié. Tu donnes envie de tout relire, JP. Même Un long Halloween. De quelle bd est donc tirée le dernier scan ?J’ai beaucoup aimé tes dernières réflexions sur l’usage du pouvoir et le point commun entre mafieux et « vigilantes »…

    Tu as aussi une famille mafieuse dans le Year One de Miller.

    La BO : classique.

    • PierreN  

      « De quelle bd est donc tirée le dernier scan ? »

      Cette séquence provient du one-shot Amazing Spider-Man extra 1, et tiré plus précisément de l’histoire courte « Hammerhead: Death of a Wise Guy », un prologue à un arc de la série régulière (Amazing Spider-Man 575-576).

      • Jyrille  

        Quelle culture, Pierre ! Merci, je ne connais pas du tout ces épisodes (et j’avoue ne pas avoir retenu tous ceux cités par JP).

      • Jyrille  

        D’ailleurs je devrai également relire le DD de Miller, je ne me souviens pas de cette case. Et enfin me mettre à Grendel et Scalped… que de choses à faire !

  • JP Nguyen  

    Précision : c’est Bruce qui a rajouté l’image du DD de Miller avec Bronson/Brando et s’est chargé du texte associé ! Alors que l’article était presque bouclé ! Quand y’en a plus, y’en a encore ! En creusant, on n’aurait sans doute pu en trouver davantage mais l’article est pas mal en l’état, assez équilibré entre film/Brando/comics…

    J’ai découvert la trilogie assez tard en fait, un dimanche soir au début des années 2000 lors de rediffs à la téloche, je devais avoir autour de 25 ans… Auparavant, on m’en avait raconté certains passages mais ce fut quand même une grande découverte et je suis tombé sous le charme des personnages, de l’histoire, de la musique… Merci à Pierre et Bruce de m’avoir laissé une place dans cet article pour causer d’une oeuvre que j’affectionne particulièrement !

    • Bruce lit  

      Euh…
      L’article c’était quand même ton idée à la base JP. Même si à la base il fallait couvrir la trilogie ce qui semble une hérésie quand on voit la taille de l’article. Pour info, j’ai été le plus récalcitrant des trois à écrire car je devais réviser mon Brando et me relire donc ses bios de références….L’animal a vécu 80 ans contre 24 pour James Dean, c’est plus de boulot….

  • Matt  

    Concernant les frasques de Brando, il est tout de même relativement fréquent que certains acteurs soient des divas. Liz Taylor aurait été insupportable sur le plateau de Cleopatre. Même Jackie Chan ét

  • Matt  

    Concernant les frasques de Brando, il est tout de même relativement fréquent que certains acteurs soient des divas. Liz Taylor aurait été insupportable sur le plateau de Cleopatre. Même Jackie Chan était parait-il pénible et voulait pas mal contrôler la réalisation (surement parce qu’il réalisait lui-même)
    Mais bon hein…

    • Bruce lit  

      Sur les caprices de Brando, c’est mitigé.
      Jusqu’a Apocalypse Now (et encore, s’il a avoué avoir failli se perdre dans le rôle, il s’y est nettement moins investi que pour le Tango et Le Parrain), TOUS les réalisateurs ayant tourné avec lui l’ont qualifié de génie. Même ceux qu’il a fait chier.
      Ces frasques participent à la grandeur du personnage, à sa démesure. On le voit dans cet article : même ligoté pieds et poings liés par des contrats d’assurance, Brando parvient encore comme un sale gamin à incarner un espace de liberté et d’insoumission. Cette imprévisibilité, c’est la vie. Elle échappe aux courtiers, aux assureurs et aux banquiers.
      Le cinéma coûte bcp de pognon , c’est sûr que d’un point de vue comptable, Brando, c’est le mal.
      Mais inversement, ses lubies sont indissociables de son art comme j’ai tenté de le montrer dans ma partie.
      Depuis, cinéma et musique sont devenus raisonnables. Et chiants.
      Pour des fadas géniaux comme Kinski, Brando ou Dean, on a désormais des Pitt, Clooney ou Damon, propres sur eux, respectueux et chiants….. Ce sont des citoyens, des investisseurs ou des faux culs. Pas des personnages.
      Quels acteurs pour les remplacer ? Bale ? Franco ?

      • Matt  

        Euh ouais mais bon…mets toi dans la peau du réalisateur et préfèreras un mec sage^^

      • Matt  

        Le film est un art commun mais bon certains réalisateurs cherchent à faire des films personnels et pour eux ça doit être l’enfer des acteurs capricieux. Tiens Hitchcock n’était-il pas un tyran sur les tournages ? Strict et avec une idée précise de ce qu’il veut ?

      • Bruce lit  

        AHHHHH Génial !!!!
        Je t’ai appris des choses Pierre du coup ?

        • PierreN  

          En effet. J’aime bien Brando aussi dans un de ses rôle des années 60 (La Poursuite impitoyable).

          • PierreN  

            À l’inverse, le western de Penn (Missouri Breaks) dans lequel Brando se travesti m’a laissé complètement froid.

          • Bruce lit  

            C’est pas une réponse ça ;)

            La poursuite impitoyable est un grand film où Brando, comme Jackie Chan a fait preuve d’un perfectionnisme masochiste : passer la journée à se faire casser la gueule encore et encore. Les horribles blessures de son visage sont réelles !
            Tu as vu One Eyed Jack qu’il a réalisé ?

            @Matt : Hitch était surtout chiant avec ses actrices. Les mecs il s’en foutait totalement. Chaplin a la réputation de tyranniser ses acteurs. Comme Kubrick. Qui jeta l’éponge face à Brando sur One Eyed Jack, c’est dire. Lynch a une très bonne réputation de directeur d’acteurs.

          • PierreN  

            « Tu as vu One Eyed Jack qu’il a réalisé ? »

            Non. Ça vaut quoi ?

          • Bruce lit  

            Ah c’est très bien. Très lent et contemplatif. Mais probablement le Western le plus étrange qu’il m’ait été donné de voir.

          • Jyrille  

            J’avais bien aimé Missouri Breaks mais comme je l’ai vu il y a plus de 25 ans il faudrait que je le revoie

          • Bruce lit  

            Qui avait joué au jeu PS Le Parrain ? Je m’y étais bien amusé.

  • Tornado  

    Super article, avec trois voix distinctes et complémentaires. Ça se lit tout seul !
    Et pourtant, on sent qu’à trois vous n’avez fait qu’effleurer le sujet. Ce n’est pas une critique étant donné que ça démontre la richesse assez impressionnante de la saga.
    On a même l’impression que vous pourriez en écrire la suite, et que ça pourrait composer un article en trois parties, avec un focus plus ou moins important sur chaque film à chaque fois.

    Sur mon commentaire à ma zone à propos de « Underboss », j’avais effectivement noté plein de rapprochements avec la saga du parrain et ses « trahisons shakespeariennes ».

    En tout cas, bravo pour ce « petit » focus, car ce découpage avec une partie contextuelle, une partie intime et une dernière référentielle sur l’héritage dans les comics est vraiment très bien vu et finalement très riche. Et maintenant, j’ai trop envie de me refaire la saga !

    • Bruce lit  

      Je suis d’accord Tornado. Je vois cet article comme l’équivalent de ton premier sur le film Conan. Il reste maintenant à explorer son contenu. Mais revoir ces films n’est pas ma priorité.
      Pour anecdote, je me suis marié sur la musique de Star Wars : je peux vous dire que ça pète comme entrée dans une église. Et la première valse avec ma maman, c’était celle du Parrain. Inoubliable.
      Ce doit être une des rares musique de film que j’apprécie d’entendre déclinée à l’envi dans les lieux publics. A Venise, sur une mandoline, c’est tout de suite magique.
      Et au fait, moi, j’aime beaucoup le III. Même avec Sofia Coppola.

    • Bruce lit  

      Un film injustement critiqué : la confession de Michael Corleone au Pape (!), sa tentative poignante de rédemption, le sort de ses enfants, l’interprétation de Andy Garcia, la mort de Michael, le cri silencieux….Tout ça, ce sont des immenses moments de cinéma capable de réconcilier le populaire et l’élitiste.
      seul bémol : musicalement c’est pas terrible sans les scores de Rota.

  • Tornado  

    J’ai toujours entendu dire que Coppola voulait faire un 4° film avec Di Caprio (genre « je le fais que si y a Di Caprio dedans »).

  • Patrick 6  

    Bon j’arrive trop tard, tout à déjà été dit dans les commentaires précédents ! Mais quoi qu’il en soit bravo pour ce bel article où les 3 voix se répondent et se complètent !
    Vous ne parlez cependant pas de la série (le film version longue et coupé en 3 ou 4 je suppose). Vous avez aimé ?
    Ceci dit ce film fut la 1ére fois où je vis Brando. Je n’ai tout simplement pas fait le lien avec ses autres films ! ^^ Son meilleur rôle à mon avis.

    • Bruce lit  

      Ah oui, la version longue….
      Je ne l’ai jamais vue.
      Pierre ?

      • PierreN  

        Je ne l’ai jamais vu. Il s’agit bien de cette version tv des 70′s, mixant les deux premiers films, tout en les agrémentant avec des scènes coupées (la discussion entre Vito et Michael chez Genco après le mariage) ?
        https://www.youtube.com/watch?v=NCd0IXbV10c

        • Bruce lit  

          Ah oui ! Je n’en ai jamais eu de bons échos.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *