Come as you are !

Le Retour du messie par Matt Fraction et Collectif

Si le scénario était aussi beau que la couverture...

Si le scénario était aussi beau que la couverture…©Marvel Comics

Attention, ce commentaire contient des spoilers concernant la mort de personnages. Les Xmen, depuis le départ de Grant Morrison qui les avait sorti de leur épuisante ritournelle victimaire, sont de nouveau craints et haïs . Depuis House of M, certainement l’event qui aura duré le plus longtemps dans l’histoire de la maison des idée, il reste 200 mutants sur terre que des lobbys fascistes visent à exterminer . Passons sur ce concept absolument stupide puisque une centaine d’individus ne pouvant assurer la descendance de son espèce ne représente une menace pour personne. Et puis, quel interêt d’écrire un bouquin sur la mutation sans mutants, des mutants qui retrouvent leurs pouvoirs de manière artificielle, et ceux qui les ont gardé on ne sait pourquoi… Les scénaristes de l’époque utilisent ce postulat absolument idiot dû au génial Bendis, pour écrire le fort Alamo des mutants. A l’issue du calamiteux Utopia , voici que les mutants vivent en autarcie sur un morceau de caillou. On peut toutefois se demander pourquoi Storm, à l’époque épouse de la Panthère Noire ne leur offre pas l’asile au Wakanda…. Lorsque Nathan Summers réapparaît de son escapade du futur avec Hope , mutants et purificateurs partent à leur recherche , conscients que l’avenir de la mutanité se joue ici .

Hope en plein complexe du sauveur....

Hope en plein complexe du sauveur….©Marvel Comics

Nous reviendrons sur les incohérences du scénario, mais l’ensemble se lit agréablement  fluide. Cyclope continuait d’être le Xman charismatique prenant des décisions allant à l’encontre de ses idéaux pour sauver « son » peuple. Le plan de Bastion est bien huilé et représente une menace réelle pour nos amis. Enfin , puisque la guerre est déclarée , les pertes sont majeures avec le décès de mutants de premier ordre . Le fait , que malgré leur état de siège , les Xmen prennent le temps de pleurer leurs morts et de réfléchir à la « politique » de Cyclope est appréciable. Il est rare que les events laissent la place à la psychologie des personnages . Reconnaissons enfin aux scénaristes de ranger leurs jouets d’une intrigue passablement étirée : X Force est enfin percée à jour , Hope arrête de se balader dans le temps, les effets House Of M commencent à s’estomper. Tout n’est cependant pas parfait : on peut s’étonner que Scott envoie ses amis à la mort sans demander à Cable quel rôle Hope est amenée à jouer. Rappelons en effet que si Bastion et Bishop souhaitent la tuer c’est parce que celle-ci est supposée déclencher un holocauste . Or, les Xmen obéissent aveuglement à leur chef charismatique et de ce fait rejoignent le camps des fanatiques qu’ils ont toujours combattu .

J'ai le coeur blessé, à tout jamais, la la la ( Petula Clark)

J’ai le coeur blessé, à tout jamais, la la la ©Marvel Comics

Le grand absent reste Charles Xavier qui, sous prétexte d’avoir caché l’existence de Danger (réhabilitée depuis) et de Vulcain (porté disparu) voit son autorité et son rêve piétiné. Encore une fois , c’est complètement idiot , la réconciliation entre Scott et Charles ayant été acté dans Xmen Legacy chez Mike Carey. De plus en abritant des criminels sur Utopia , en collaborant avec Namor et en légitimant XForce, Scott Summers n’ a plus de leçons de morale à donner . Enfin , on peut s’irriter du peu développement que les scénaristes font de la révélation des crimes d’XForce : les Xmen modérés réagissent passivement ; il y en a bien ici ou là qui râlent , mais à l’image de Storm cela se résume à refuser de prendre une bière avec Logan . Cyclope avait exclu Charles pour moins que cela… A force de mettre Xavier au placard, de lui coller des balles dans la tête, des complots venant salir le personnage, les scénaristes feront le choix quelques années plus tard d’arrêter le massacre en le tuant, pour une fois de manière judicieuse… Et que dire de Hope, personnage horripilant au possible, pleurnicharde, antipathique, sans charisme ni de personnalité. Son pouvoir est d’imiter celui des autres ! Tout est dit !Elles sont rares les bastons de Super Héros où l’on a envie que les Vilains écrasent la héroïne dans d’atroces souffrances… Certains affrontements sentent vraiment le réchauffé : Lorsque Warlock , Cypher , Illyana affrontent Hodge, ce ne sont pas moins de quatre personnages morts et ressuscités dans les années 90 qui se bastonnent. Absurde!

Les Xmen partent en vrille ! Au sens propre ou au figuré ?

Les Xmen partent en vrille ! Au sens propre ou au figuré ?©Marvel Comics

Et le folklore exige désormais de tuer un Xman voire deux pour chaque crossover. Pourquoi pas, après tout c’est la guerre et l’univers X est suffisamment riche pour débarrasser la moitié du casting. Hélas Fraction, n’est pas Claremont : alors que Jean Grey décédait suite à une continuité d’événements dramatiques rendant, comme celle d’Elektra, sa mort inéluctable, Nightcrawler tombe comme ça, parce que les scénaristes ont dû scéllé son sort à Pierre, Caillou, Ciseau. Quant à Cable, il bat sa belle mère Jean Grey au chapitre des morts-résurrections puisqu’il mourrait pour la troisième fois. 3 ans plus tard, tout ce petit monde a ressuscité et on se demande encore l’intérêt de tuer des personnages quand une simple blessure aurait suffi. Les intrigues secondaires concernant Illyana et le club des scientifiques n’ont absolument aucun intérêt. Enfin, durant la moitié de la saga Cable, faute de pouvoir contacter Cyclope, prend la fuite . C’est dommage qu’un télépathe de niveau oméga n’ait pas pensé à lancer un SOS télépathique non ? Attention, question dessin, contrairement à ce que Panini affiche sur la couverture, David Finch ne dessine qu’un épisode, soit 22 pages sur 300 !  Les amateurs de Terry Dodson seront ravis, quelques couvertures sont magnifiques et dans l’ensemble, le style des dessinateurs est plus cohérent que pour Messiah Complex. Si l’on fait abstraction de ces bourdes éditoriales, de la méconnaissance totale de Fraction de la série qu’il écrit et du bodycount obligatoire pour chaque crossover, Second Coming est le récit le moins pire des crossover des Xmen durant l’ère Fraction.

31 comments

  • Présence  

    L’ensemble se lit agréablement fluide. – En toute mauvaise foi je ne retiendrai que cette phrase…

    … sauf que ton constat sur Cable est d’une pertinence inévitable, et qu’avec le recul des années passées, la gâchis réalisé sur le personnage d’Hope est patent et désolant.

    J’avais également bien apprécié que l’équipe de scénaristes ait réussi à concevoir une menace crédible en la personne de Bastion. Le retour des supercriminels des années 1980/1990 s’est effectué dans la série X-Force, de manière assez astucieuse dans le contexte d’une série continue. En effet ramener à la vie des personnages morts permet de les tuer une deuxième fois, et donc de laisser planer le doute sur l’issue de la bataille. Mourra, mourra pas ? En outre, Kyle & Yost n’avaient pas à détailler longuement les exactions de ces criminels car elles étaient déjà établies.

    Les X-Men obéissent aveuglement à leur chef charismatique et de ce fait rejoignent le camps des fanatiques qu’ils ont toujours combattu . – J’avais bien apprécié ce glissement de positionnement qui, à mes yeux, était justifié par les enjeux de la survie de la « race mutante », avec un aboutissement logique et spectaculaire dans AvX. A mes yeux, les responsables éditoriaux et les scénaristes avaient réussi à proposer une configuration nouvelle et à mener jusqu’à son terme cette dynamique novatrice.

    Mais tout ceci n’enlève rien à la pertinence de tes commentaires, en particulier l’évolution parfois artificielle (comme dans « forcée pour les besoins de l’intrigue ») des caractères des uns et des autres.

    • Bruce lit  

      Le fait que la lecture soit fluide est quand même le minimum ! On est chez les super héros, pas chez Dave Mc Kean. Il s’agit de scénaristes professionnels oeuvrant pour la plus grande maison d’édition du monde !
      Le postulat House of M aurait pu être intéressant s’il avait été mieux mené en s’axant sur les mutants survivants et non une série de séquences zapping de Fraction. Tiens Fraction…j’ais tellement la rage contre Bendis que je l’avais presque oublié celui-là…
      Marvel est résté le cul entre deux chaises : innover comme tu le dis : Cyclope rejette Xavier et brise toute idée de coexistence pacifique et les crossovers lourdingues avec des équipes minables que , comme je l’avais prévu, tout le monde a oublié : Les New Xmen, le club scientifique, rockslide, tous ces charlots qui ont bouffé de la page inutilement…

  • Tornado  

    Promis : je vais le lire et revenir ici en discuter…

  • Matt & Maticien  

    Ps. J’ai beaucoup ri en lisant l’expression « pierre, cailloux, ciseaux ». Vive Bendis et Fraction qui nous permettent de bien rire ;)

  • Bruce lit  

    Ouvrir un blog sur les comics pour mieux humilier les super heros, c est pas de la perversion ca ?

  • Matt  

    Alors…je te trouve un peu dur, Bruce^^

    Pourquoi ? Analysons.

    « Passons sur ce concept absolument stupide puisque une centaine d’individus ne pouvant assurer la descendance de son espèce ne représente une menace pour personne. »

    Ah ! Tu paries que ça ferait quand même chier les abrutis du KKK qu’il reste 200 black ? Surtout qu’on parle de mutants là, qui peuvent naître spontanément de deux parents « normaux ». Ou d’une union entre un mutant et un humain. Et avec des pouvoirs de dingue qui font peur. En plus Bastion est une machine programmée, il vise le risque zéro.

    Ensuite, le départ de Xavier date de Messiah Complex il me semble, non ? Avant leur réconciliation. Il n’est certes pas revenu depuis mais personne ne dit que ce n’est pas justement lié au fait qu’il est déçu du comportement de Cyclope. A moins que j’oublie un détail…

    Bon après on est d’accord que les révélations des crimes d’X-force ne remuent pas assez les foules, que les morts obligatoires sont artificielles et que Hope est un perso gâché. Mais pourquoi évoquer dans ce crossover l’absurdité de la résurrection de certains personnages qui ont eu lieu avant et par d’autres auteurs ? Comme Warlock, Doug, etc. C’est un peu comme reprocher à Lobdell de mettre en scène Jean Grey ressuscitée par Byrne 10 ans plus tôt…
    Pareil pour les crimes attribués à Xavier finalement. Ils ne sont pas du fait de Fraction. Il fait avec ce que les autres auteurs ont bâti (ou détruit) avant lui.

    Pour moi sans être un grand récit, c’est une histoire fort sympathique et agréable. Il y a en effet comme tu le mentionnes un temps accordé au développement des personnages.

    • Bruce lit  

      OUi, un récit sympathique. Sans âme. Sans surprise. Mais sympathique et divertissant. Des fois ça suffit….

      • Matt  

        Tiens j’irais même jusqu’à dire que, hélas, s’il ne restait plus que 200 juifs ou noirs ou autre minorité persécutée, cela galvaniserait même les fanatiques intolérants, tout prêts qu’ils seraient de leur but ultime. Ils mettraient les bouchées doubles pour les achever. Qui se battrait pour les droits de 200 bonhommes ?

          • Matt  

            Quel état, quelle nation ? aurais-je du dire^^
            Ce qui se passe dans Schisme n’est pas idiot d’ailleurs. Si on oublie la nullité de la scène où Wolvie et Cyclope se tapent dessus alors qu’une sentinelle est au dessus d’eux, la situation par rapport aux nations qui ont peur et font des démonstrations agressives avec des sentinelles pour menacer les mutants ne m’a pas paru irréaliste. Que représente un caillou avec 200 bonhommes au milieu de l’océan ? Pourquoi on les laisserait faire chier le monde en les laissant exister hein ? (euh…je me fais l’avocat du diable hein évidemment)

            En ce sens, l’évolution de Cyclope en leader crispé et plus violent est tout à fait cohérente. J’ai relu Schisme dans son édition chez Hachette récemment. Au lieu de faire comme le deluxe Paninouille qui proposait des épisodes « prélude to Shism » qui n’ont rien à voir avec Schisme et qui ont du être produit sans que les auteurs soient au courant de la teneur de l’histoire, ils ont mis 2 épisodes de génération Hope de Kieron Gillen avec des jeunes mutants qui se renseignent sur l’histoire mutante (on ne voit quasiment pas Hope) et leurs questionnements sur la nécessité de se battre ou de fuir.
            Honnêtement j’ai trouvé ça pas mal. Mieux que la première fois que je l’ai lu avec l’ajout de ces épisodes. Mille fois dommage qu’il y ait cette scène à la con au milieu avec les 2 rivaux débiles qui se tapent dessus au moment le plus inapproprié du monde ! ça fait vraiment tâche dans l’ensemble.

          • Bruce lit  

            (Esprit de contradiction)
            J’ai bien aimé Schism. Mieux que Civil War d’ailleurs. Même si effectivement Wolverine agit comme le roi des cons : plastiquer une île entière pour éviter de mettre des enfants en danger.
            L’évolution de Scott Summers en leader crispé et impitoyable est cohérente et bien amenée depuis 10 ans. J’en déteste les effets, l’idée même, mais oui c’est bien scénarisé. de ce point de vue là. Et on en revient à l’article Mutant MAssacre…

          • PierreN  

            Pour le face à face entre Cyclope et Wolvie (même s’il s’agit plus d’un team-up), j’ai préféré celui de Aaron où il discutent autour d’une bière dans WATXM.

          • Matt  

            Schisme aussi c’est Aaron^^
            Mais bon tout est mieux que ce face à face incongru à un moment absurde.
            Ils passent vraiment pour des cons et les gosses dont ils débattaient du sort finissent par leur sauver la peau…
            C’est clairement les jeunes les héros dans Schisme. ça se voit mieux avec les épisodes de Generation Hope.

          • Matt  

            J’ai bien aimé l’épisode centrée sur Idie dans Generation Hope. Elle se considère comme un monstre et comprend la peur des humains. Du coup elle est emmenée au musée de l’histoire mutante par ses camarades où elle voit un peu les sentinelles, Stryker, un témoignage de Rachel qui était une chasseuse de mutants dans son futur.
            Tout ça avant le moment où elle va tuer des membres du Hellfire Club pour sauver les X-men. C’est un chouette ajout qui s’inscrit vraiment dans l’histoire puisque c’est le point de vue de la gamine après qu’elle soit devenue une meurtrière dans Schism #3.

  • James  

    J’ ai beaucoup aimé cette saga…Cela changeait du combat héro contre héro que je n’ aime pas chez marvel…
    Les héros sont face aux pires facho meurtriers qu’ ils ont affronté et on sent bien la menace et le danger dans cette saga..
    Je dois dire que revoir Cameron Hodge et Bastion; c’était cool car c’ est le genre de méchant qu’ on aime détester car ils seront sans pitié mention spécial aux splendides dessins de David Finch dans la première partie….
    Pour le commandement de cyclope pendant cet arc,il montre tjrs son côté froid limite inhumain qui est expliqué par les conséquence de sa fusion avec Apocalypse mais je regrette profondément ce que marvel a fait de cyclope par la suite et son destin pathétique car il est l’ un de mes x-men préféré….

    • Bruce lit  

      @James : oui, la fusion avec Apocalypse aurait pu expliquer bien des choses. Pour le coup la continuité aurait pu aider les scénaristes. Mais, sans doute étaient-ils trop occupés à autre chose que lire les notes des copains d’avant eux.
      Seul, Carey l’a fait pour Legacy et le résultat est immédiatement différent.
      Remender et Aaron aussi. Je ne dis qu’il faille être incollable sur les incohérences des Xmen au fil des années.
      Mais il me semble quand même difficile de mettre en scène par exemple un dialogue entre Wolvie et Magnus en ignorant totalement la souffrance que le second imposa au premier… Imaginerait’on une partie de basket entre Spidey et Carnage ?

  • Matt  

    Tiens j’ai lu récemment un annual de Fraction sur le passé commun entre Frost et Namor. Et que Frost aurait voulu trahir Shaw du temps ou elle était la reine blanche. Mais Selene lui aurait effacé la mémoire à la demande de Shaw. Ce qui explique que dans pas mal d’histoires, dont celles de Bendis, Namor et Emma ne semblent pas se connaitre.
    Bref dans cet annual Frost se venge de Shaw et fait croire à Namor qu’elle l’a buté. Parce que Namor est un emmerdeur exigeant qui voulait lui faire la peau.

    Par la suite vers la fin du run de Fraction Shaw est secrètement emprisonné sur Utopia. Avant que Frost le fasse évacuer et le prive de ses souvenirs pour qu’il lui foute la paix.

    Je sais, je sais Bruce, tu vas me dire « je n’aime ni Fraction, ni Frost ni Namor, j’ai jamais lu ça et je m’en fous » mais je le mentionne parce que…sur ta review amazonienne de utopia tu râles que ça n’a pas de sens que Frost et Namor se connaissent. Si si, Fraction l’avait écrit avant. Emma l’avait juste oublié.
    C’pas bien de crier au scandale de continuité quand on ne la connait pas cette continuité^^

  • Matt  

    « Lorsque Warlock , Cypher , Illyana affrontent Hodge, ce ne sont pas moins de quatre personnages morts et ressuscités dans les années 90 qui se bastonnent. Absurde! »

    Hum…chez Lobdell on a quand même Jean Grey, Cable, Tornade qui étaient morts plus tôt (jamais pigé comment Tornade est revenus d’ailleurs, c’était durant la période ou Claremont fumait la moquette après le siège du péril et elle était revenue sous forme de gamine)
    Et il a tué Magneto, Colossus, Magik, Madrox.
    Du coup bon…aussi naze que soit la mort de Diablo (je suis d’accord, et du coup au final j’ai bien aimé sa résurrection par Aaron), c’est pas nouveau comme manie de tuer. Colossus est mort comme un caca aussi. Héroïquement certes, mais hop en l’espace d’un épisode à peine « oups pour trouver le vaccin, le patient doit mourir » et hop il se tue. C’est aussi précipité que Diablo qui sauve une vie en se sacrifiant.

    Tout ça pour dire que parfois je te trouve vachement bienveillant envers les X-men de ta jeunesse (Claremont et Lobdell) et sévère avec les modernes.^^

    • Bruce lit  

      Pardon, j’avais perdu le fil avec le flux des commentaires.
      1/Cet article a besoin d’une remise en forme. Il est pas trés joli à la relecture.
      2/Alors, pour mémoire, Lobdell ne tue qu’un seul Xman tout au long de son run : Colossus juste avant l’arrivée de Morrison. L’épisode est pas terrible mais prend sens pour qui a lu son run sur les 5 ans auparavant. Il s’agit d’une injonction éditoriale de boucler le chapitre Legacy Virus. Il tue aussi Blink, mais ça , on s’en fiche, elle meurt immédiatement être apparue…
      Jean Grey, Cable et Tornade sont en pleine forme lorsque Lobdell arrive sur le titre.
      Magneto : il est pas mort, il est juste contemplatif ;) C’est Nicieza qui signe l’épisode.
      Madrox = Peter David
      Magik : ah oui, ça c’est Lobdell ! Mon épisode préféré du monde !

      Les résurrections de Warlock, Cypher et Hodge n’ont pas servi à grand chose, si ? On est typiquement dans le cas où l’éditeur fait du fan service en ressuscitant des personnages déjà pas très intéressants à la base. Je suis reconnaissant en effet à Lobdell d’avoir su mener sa barque X sans tuer tout le casting pour vendre du papier. Et pourtant il s’en est bouffé du crossover…

      • Matt  

        « Jean Grey, Cable et Tornade sont en pleine forme lorsque Lobdell arrive sur le titre. »

        Ah ben oui mais Cypher, Hodge, Warlock, c’est pas Fraction qui les a ramenés. C’est ça que je voulais dire. C’est dans X-force de Kyle et Yost qu’ils reviennent je crois. Dans Necrosha.

        Pas de commentaire sur Emma et Namor ?^^

      • Matt  

        Y’a du caca signé Liefeld aussi dans les années 90. Tu ne le mets pas sur le dos de Lobdell^^

  • Eddy Vanleffe  

    Sans doute deux raisons à cela:
    -Claremont, Lobdell et Nicieza ont fait un truc grosso-modo cohérent d’un seule traite. c’est après Lobdell, avec Joe Kelly, Alan Davis, puis re Claremont et Morrisson que la franchise s’est mise à partir en circonvolutions douteuses…
    les premières ont construit un immeuble brique par brique un peu comme certaines églises (tiens-tiens) qui ont été construites sur des siècles par plein des gens différents. au finish ça donne un bâtiment, sur lequel on peut voir des dissonances mais dont l’ensemble peut être quand même beau.

    les nouveaux scénaristes caricaturent à l’envie et répètent de manière rébarbative ce qui a déjà été fait quinze fois.
    ressusciter Jean Grey la première fois a déjà été une erreur, un accroc qu’il a fallu rapiécer, maintenant, c’est juste plein de trous.
    c’est malheureux mais on ne peut plus redresser ça, à moins d’un vrai nouveau départ.
    ce crossover, c’est pas la faute des auteurs ne pouvait pas être bon dès le début.
    flinguer Diablo quelques mois après le décès de son créateur, c’est vraiment jeter le linceul sur une franchise morte.
    la maladie des comics; vouloir changer sans tourner la page, ou tourner la page en donnant l’illusion que rien ne change…

    • Matt  

      Ben moi je vous trouve durs.
      Ce crossover est sympa à lire pour moi.
      Et les soucis de morts et résurections, il y en a depuis les années 80. Tornade a été tué par Havok de manière bien stupide par Claremont par exemple. Personne n’en parle de ça. Il y a des trucs nazes chez vos auteurs préférés mais on leur pardonne.
      Moi j’aime bien les X-men de Morisson, Mike Carey (Uncanny et Legacy), Whedon (ça casse pas 3 pattes mais c’est un bon divertissement, et joliment dessiné) Aaron (Shisme et Wolverine & the x-men) et Remender.

      Fraction je reconnais que je suis guère fan mais je pointais juste des détails qu’on lui reproche alors que ça a toujours existé chez les autres aussi.

  • Bruce lit  

    @Matt : euh chuis pas dur msieur, j’ai rien dit (même si je pense comme Eddy) (à moins qu’il ne pense comme moi).
    Comme je l’expliquais dans mon article Mutant Massacre, j’ai relu ces sagas avec plaisir mais je n’y retrouve plus l’âme de la série et des personnages.

    • Matt  

      T’as juste l’air énervé dans cet article, comme dans le commentaire assassin sur Utopia sur mamazone (j’ai pas spécialement aimé Utopia non plus, mais pour le coup le commentaire de Florence Aze en dessous du tien me semble plus « tempéré » vu que tu t’énerves sur des trucs de continuité qui ne sont même pas faux^^)
      Mais bon ça date ces commentaires, je sors des vieux dossiers^^

  • Matt  

    Bon je ne vais pas relancer le débat, mais après avoir lu quelques passages du run de Fraction sur les X-men…et lu les avis de Présence sur la toile…j’oserais presque dire que c’est pas plus mauvais que le run de Lobdell hein^^
    Et j’aime bien Lobdell (du moins avant AoA et Onslaugh et tout ça)
    Du coup ça veut dire que même si le run de Fraction sur les X-men est un brin « foncitonnel », il n’a rien de honteux. Faut dire aussi que le bonhomme passe son temps à remplir les trous entre 2 crossovers (Necrosha, Utopia, Second Coming, le Dark Reign aussi un peu qui vient s’inviter chez les X-men, Secret Invasion aussi, etc.) Du coup ben ouais des fois y’a pas trop la place de faire un truc génial.
    Mais j’ai bien aimé son Nation X qui fait suite à Utopia et parle de la nouvelle façon de vivre des X-men.

    J’ai déjà dit que je ne trouvais pas le concept de Utopia débile. N’oublions pas qu’à ce moment Osborn est à la tête de la défense nationale des USA. C’est un peu comme un Trump au pouvoir, pas étonnant que la minorité mutante se sente en danger et se rassemble en communauté fermée. Porteur d’espoir ? Certes non. mais débile et facho ? Non plus.

    Et avant ça, les relations que les X-men nouent avec le maire de San Francisco attestait bien d’un rapprochement des mutants avec les humains plus tolérants. D’ailleurs on n’avait jamais vu les mutants faire ami-ami avec les élus humains avant, si ?

    Après c’est sûr que Fraction est constamment embarqué dans des events, et c’est d’ailleurs bien beau qu’il ait pu écrire son « nation X » sans devoir participier à Necrosha (qui polluait X-force, New mutants et les X-men Legacy de Carey)

    Bref c’est pas un super run, mais peut être un run injustement méprisé selon moi.

    • Présence  

      Dans mes bras ! :)

      Lisant ces tomes les uns après les autres, je n’avais pas pris conscience de la rapidité de succession des événements imposés, que tu mets bien en lumière. Ces contraintes m’étaient plus apparues pour les épisodes de Kieron Gillen, plus en dent de scie, mais avec des fulgurances incroyables, en particulier pour le personnage de Unit.

      • Matt  

        J’ai oublié Fear Itself en plus^^
        C’est une période ou les events globaux Marvel impactent aussi les mutants (alors que c’était pas vraiment le cas pour Civil War, World War Hulk, tout ça)
        mais là on a à la fois les crossovers X (Necrosha, Second Coming, utopia) et les events marvel (secret invasion, Dark Reign, Fear Itself)
        Donc ouais bon c’est un peu la galère.
        Et les idées de Fraction, jusqu’au traitement de utopia, je les trouve sympas.
        Beaucoup râlent aussi sur le dessin de Greg land qui est certes très lisse (sourire Colgate, tous les persos sont des top modeles) mais euh…quitte à choisir je préfère encore Greg Land aux dessins tout en muscles des années 90 avec le slip qui menace de craquer sous la pression des stéroïdes^^
        ça se lit bien en gros. Sans être exceptionnel.

  • Eddy Vanleffe  

    C’est vrai, tu as sans doute raison Matt (et toi aussi Présence ^^)
    je suis injuste sur ce run que je juge à l’aune de ce que j’attends de la franchise…
    Ce n’est pas la faute de Matt Fraction soyons clair.
    les multiples Events et crossovers ont rendu le truc très ardu à suivre (comme du temps de Lobdell où tous les crossovers ne se valent pas (je sais pas Phalanx par exemple).
    Utopia est un concept casse gueule, non pas que ce soit inintéressant mais parce qu’il oppose les X-Men à ce qu’il ont toujours symbolisé à mes yeux.
    la métaphore est au coeur de ce comics:
    -Martin Luther King/Malcolm X
    -homosexualité/droit à la différence
    -contre culture chez Morrisson
    -l’Apartheid avec Genosha etc…
    Utopia donne aux X-Men un vocabulaire propre à Israël, citadelle de l »liberté » au beau milieu des ennemis.
    c’est pas idiot. ça reflète l’actualité, c’est un commentaire politique etc..
    SAUF que pour moi:
    les X-Men ont toujours été du coté des victimes et pour dénoncer l’injustice (sociale donc)
    Israël pour moi et je vais sans doute en choquer certains, est aux antipodes de ce message.
    Israël est pour moi le symbole même de l’arbitraire avec un confiscation sauvage d’une terre qui ne leur « appartient » que sur la foi d’une « foi », c’est à dire à mes yeux :rien!
    lire des trucs qui tente d’expliquer cela, de justifier cela, c’est pas pour moi.
    il était temps de passer la main pour moi en temps que lecteur.

    • Matt  

      On peut y voir une façon de dire que les victimes ne sont pas des saints. Israël fut victime aussi.
      Et les X-men ont beau avoir leur « x-force », ils ne vont jamais aussi loin que le Mossad^^
      je veux dire…certes dans les faits c’est une équipe autorisée à tuer. Mais si on lit la série, ils tuent qui ? Des terroristes « purificateurs » qui massacrent des mutants.
      Il fait quoi le Punisher déjà ?
      Et la police, elle tue jamais des terroristes non plus quand la situation l’exige ?
      On ne les voit jamais assassiner des gentilles familles comme dans Minority Report parce qu’ils les soupçonnent de bientôt commettre un crime.
      Le seul dérapage c’est avec le gosse Apocalypse chez Remender. Et c’est ce connard de Fantomex qui le but, et toute la thématique de Remender tourne autour de la légitimité de cette idée de tuer (et c’est intéressant^^)

      Franchement au final ça ne salit même pas tant que ça les personnages. ça les fait passer par une phase paranoïaque compréhensible. Et avant AvX et l’arrivée de Bendis, c’était encore rattrapable avec le retour de l’espoir post-dark reign.

      Mais bon Cyclope qui regrette à peine d’avoir buté Xavier et qui part en mode fugitif révolutionnaire violent, ça commençait à être impossible à rattraper ça…

  • PierreN  

    Une des rares idées que j’aime bien du run de Fraction, c’est celle du groupe de scientifiques (le X-Club), constituant une tentative de s’éloigner un peu de l’aspect « consanguin » (toujours les X-Men entre eux), en alors chercher des personnages moins évidents et/ou plus obscurs (le sarcastique/narquois Dr. Nemesis ou Namor dans une moindre mesure*).

    *le sous-titre de la série Namor de Byrne durant les 90′s, c’était quand même « Marvel’s first and mightiest mutant ». Où comment reprendre une idée un peu oublié des 60′s (X-Men #6) en la remettant au goût du jour 30 ans plus tard, pour mieux surfer sur la vague mutante…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *