Dans l’ombre d’une ombre (Batman : Bad Blood)

Batman Vs Robin et  Batman : Bad Blood réalisés par Jay Oliva

Du mauvais sang de BRUCE LIT

VO+ VF : Warner Bros

1ère publication le 28/03/16-MAJ le 10/02/19

Cette review portera sur les deux dessins animés direct to video Batman Vs Robin et Bad Blood sortis respectivement en 2015 et 2016. Batman Vs Robin est une adaptation de La cour des hiboux de Scott Snyder et Greg Capullo. Les deux films, ont été scénarisés par un géant du comic-book : JM De Matteis !

Hé les gars ! arrêtez de vous battre là !  Il vous reste quelques étages pour faire la paix !

Hé les gars ! Il vous reste encore quelques étages pour faire la paix !

1/Batman vs Robin

Batman Vs Robin met en scène la difficile cohabitation entre Bruce et Damian Wayne, le fils qu’il a eu avec la belle Talia Al Ghul. Entraîné pour être un assassin sans pitié, Batman, pas le meilleur exemple d’un père chaleureux, va tenter d’empêcher son fils de sombrer du côté obscur. Et ce n’est pas gagné, car celui-ci, malgré ses 10 ans est prêt à assassiner ses opposants, connait toutes les ruses de Batman et va être désigné par l’inquiétante Cour des Hiboux comme le nouveau tueur de ces Illuminati de Gotham.

L’histoire commence comme un traité d’éducation paradoxale : comment trouver sa voie lorsque l’on est le fils de….?  L’animé fait plus que de mettre en scène deux héros qui se bastonnent pour passer le temps, mais d’un authentique conflit psychanalytique dont JM De Matteis s’est fait le spécialiste au cours de sa carrière.
Rappelons que notre homme a enterré vivant Peter Parker et suicidé Kraven dans Kraven’s Last Hunt, qu’il su tirer son épingle du jeu durant la mal aimée saga du clone en écrivant des pages souvent magnifiques notamment la mort de Tante May et reste l’auteur d’un bijou méconnu, la mini série Iceman, sorte de crossover entre Retour vers le Futur et Sandman.

Un air de Eyes Wide Shut ?

Oh ! certes ! le matériel original ne lui appartient pas puisque introduit par Morrison et Snyder, mais De Matteis, le scénariste du vide, de l’hérédité et des conflits Oedipien était l’homme de la situation. Un habitué des angoisses adultes distillées dans un médium de divertissement.   Comment tuer un père invincible pour s’en affranchir ? Comment élever un enfant resté dans l’ombre d’un homme n’étant lui même qu’une ombre ?  Comment inculquer le respect de la vie d’autrui lorsque l’on est soi-même mort à l’intérieur ? Une épreuve autant pour le père pour le fils ; être ou ne pas être là pour l’autre….

Ajoutez à cela, la tentation pour Damian Wayne de rejoindre cette fameuse cour des Hiboux, autre nocturne en opposition à la Chauve Souris.  A la recherche d’un père qui correspondrait d’avantage  à ses pulsions meurtrières, Damien se prend d’admiration pour L’Ergot, un Batman qui aurait adopté les méthodes du Punisher. Un prédateur qui tuerait d’autres nuisibles. Mais aussi un homme qui a tué -littéralement- son propre père pour voler de ses propres ailes. Un meurtrier que Damian va devoir affronter sur le terrains des valeurs, la vengeance ou la justice, celle que Batman lui a inculquées  et dont il ne parvient pas à s’affranchir.

Deux êtres brisés qui n’arrivent ni à s’aimer ni à se détester…

A de maintes reprises, ce duel entre Bruce Wayne et L’Ergot m’a évoqué celui entre Palpatine et Obi-Wan Kenobi pour le salut de l’âme tourmentée d’Anakin Skywalker. Une histoire pleine de bruit et de fureur pour sauver/corrompre un combattant exceptionnel que Batman tente de préserver du mal non pas par simple amour paternel (on sent bien qu’il en est incapable) mais par souci du bien commun : Batman n’a pas d’amis, que des alliés (merci pour la formule JP Nguyen) et apprivoiser Damian Wayne est pour lui la solution la plus rationnelle pour avoir un criminel de moins dans les rues.

Un presque sans faute avec une VF irréprochable (la voix de Batman est la même que celle des jeux vidéo), des musiques de qualité, des allusions sexuelles explicites, une ouverture cauchemardesque avec un vilain probablement pédophile et des combats ultra dynamiques. On pourra cependant déplorer le charcutage de la mythologie de la Cour des Hiboux ainsi que la résistance physique hors du commun de Batman qui surmonte des blessures invraisemblables sans transpirer ! Mais tout cela est emporté par le souffle épique de cette histoire bien racontée et à l’épilogue surprenant.

Batman Générations

Batman Générations

2/Bad Blood

Après cet épisode naturaliste et plutôt intimiste, l’action super héroïque reprend le dessus. Alors que Batman affronte des vilains patibulaires et patimalins dans un entrepôt, une explosion le laisse pour mort.  Il est en fait horriblement torturé par Tara  et un mystérieux vilain qui semble bien le connaître. Pour donner le change, Dick Grayson enfile la cape de son mentor bientôt rejoint par Damian Wayne et la belle Batwoman.

L’action reprend ici son droit : nos amis affrontent une cohortes de méchants stéréotypés dans le hangar de Lucius Fox avant de retrouver Batman dans un couvent abritant des nones armées de mitraillettes…Pour autant, ces supers bastons gardent cet arrière goût nihiliste. Lorsque notre ligue de jeunes chauve-souris défoncent la porte du couvent, Robin se demande si Dieu va être content du traitement réservé à son lieu culte. Ce à quoi Batwoman lui répond Dieu n’a jamais été là !

Batwoman, une guest de choix !

Bad Blood souffle sans arrêt le chaud et le froid. A l’action échevelée, à certains moments too much (Alfred pratiquant les arts martiaux et tirant au fusil à pompe, des héros toujours plus résistants à des blessures mortelles), une animation parfois paresseuse (m’enfin, il ne semble pas avoir plus de 10 personnes dans les rues de Gotham) succèdent des moments d’une noirceur épouvantable : Batman hypnotisé sur le point de tuer son fils, Tara souhaitant la mort de son amant et traitant son gosse de 10 ans de sale petit bâtard. Lorsque une version adulte adulte de Damian la supplie à genoux de lui donner un peu d’amour, Tara lui tire une balle dans la tête à bout portant. Sang inclus.

On y voit aussi la craquante Kathy Kane draguer une autre femme dans un bar. Bien sûr, ça ne va pas plus loin, mais l’homosexualité de Kathy est bien amenée. A aucun moment l’histoire ne triche concernant cette dernière. Il est dit et montré sans ambages que Kathy a vu périr sa mère et sa soeur jumelle encore enfant abattues par des terroristes.  Un miroir au féminin du traumatisme originel de Bruce Wayne.

Au delà du Batman Teamup, Bad Blood réunit une générations de gamins qui doivent à Batman leur vocation pour la justice musclée, souvent la vie, mais aussi une certaine amertume. Dick Grayson est fatigué de devoir toujours retourner dans l’ombre de son mentor au détriment de sa propre vie. Cette ombre dévorante est symbolisée par le poids de cette cape enfilée dans une cave. Son ambivalence rappelle celles de Peter Parker et de Scott Summers souvent tentés de raccrocher les gants pour bâtir une vie personnelle toujours sacrifiée.

Damien Wayne, doit lui sauver son père pour qui il nourrit des sentiments ambivalents, survivre à sa mère, affronter son moi adulte et Dick Grayson, le Robin légitime. Batwoman doit enfin maîtriser son père qui tente de la tuer et savoir quelle voie suivre : celle de la vengeance ou de la justice ?  On emmétra un bémol au personnage de Batwing moins intéressant qui décide d’enfiler une armure Bath et la maîtrise parfaitement en moins de quelques heures.  On s’étonnera enfin qu’entre les héros et les vilains, une bonne dizaine de personnes connaissent l’identité de Bruce Wayne et les grosses ficelles du lavage de cerveau collectif.

Des héros qui se bagarrent tiraillés entre leur violence intérieure et l’obligation de ne pas tuer, des victoires à l’arrachée sans flinguer son adversaire,  un sous-texte plus que malin sur les efforts réels que ces personnages doivent faire pour dépasser leurs ressentiments personnels, des unhappy endings. Mazette !

Des nones armées jusqu’au x dents ? Omigod effectivement !

40 comments

  • JP Nguyen  

    Ahah, tu as été frappé par le virus des adaptations animées (d’art &) DC !
    Dans ce domaine-là, DC livre de bien meilleures choses que Marvel.
    « débarrassés des mises en scènes spectaculaires, de toute la pyrotechnie Michael Bayesque, d’acteurs venant gonfler leurs CV » : je te rejoins, ces productions animées permettent de rester plus proches de l’esprit des comics, le dessin permettant de faire le lien, sans devoir sacrifier au « réalisme » des tenues en cuir ou para-militaires.

    En général, je tombe sur ces animés sur France 4 et je passe un bon moment. Je n’ai pas encore vu les deux films chroniqués dans l’article mais j’ai vu « Le fils de Batman » (plutôt moyen) et Assaut sur Arkham (plus sympa dans sa première partie, avec un ton étonnamment plus « adulte »). Dans la même collection, les adaptations de DKR et Year One étaient bien faites mais manquaient parfois de souffle.
    En plus ancien, il y avait aussi les 6 court-métrages de « Gotham Knight » qui étaient sympathiques

  • Bruce lit  

    Et si les animés étaient finalement les adaptations les plus originales des comics qui soient ? Tenez ! « Batman Vs Robin » et « Bad Blood » ! Scénarisés par l’immense JM de Matteis, ces histoires ont réussi à séduire votre serviteur qui en temps ordinaire déteste Batman ! La recette de cette réussite uniquement chez Bruce Lit !

    La BO du jour : Dans Gotham la Gothique, tout le monde est hanté par ses fantômes ! https://www.youtube.com/watch?v=MhEm4S-4v_U

    @JPOui, pour avoir vu les animés DKR et Year ONe, je confirme avoir trouvé ça un peu mollasson alors que l’histoire était sûrement plus ambitieuse. Content en tout cas d’avoir l’approbation d’un Bat-Fan.

  • Marti  

    J’ai beaucoup aimé également ces adaptations, à chaque fois De Matteis a su réaliser un étonnant travail de synthèse de plusieurs arcs récents pour livre un tout cohérent et palpitant. Son of Batman était vraiment très moyen mais ces deux adaptations ont su relever la barre. Malgré tout j’ai trouvé que les meilleurs animés de Batman depuis que DC s’est lancé depuis dix ans dans les films animés restent ceux qui ne s’inscrivent pas dans cette continuité proche des New52, et le must doit être Under the Red Hood. J’espère sincèrement que les prochains films Batman au cinéma suivront le même chemin en proposant des histoires mettant en scène la Bat-Family, car ces personnages méritent et donneraient de bons films en plus de se démarquer de la trilogie de Christopher Nolan qui a totalement éludé ce pan de l’univers de la chauve-souris (difficile en même temps d’en vouloir à Nolan quand on connaît les traumatismes qu’on été Batman Forever et Batman & Robin). Les six court-métrages dont parle JP s’inscrivent d’ailleurs dans la continuité des films de Nolan en faisant le lien entre le premier et le deuxième film.

    « patimalin » : un néologisme made in Brucelit ?

  • Tornado  

    Finalement, tu es peut-être prêt pour lire le Batwoman de J.H.Williams III.

    Depuis le début, je trouve que ces animes Marvel et DC sont nettement meilleurs que les blockbusters ciné, quand bien même l’animation est rudimentaire. Il y a un parti-pris harmonieux qui frôle une certaine perfection.
    Je n’ai pas encore vu ces deux là, car je préfère d’abord lire les comics avant de voir leurs adaptations.

    • Marti  

      Tu auras pas mal de lecture alors, puisque les films empruntent à plusieurs arcs. Batman vs Robin s’inspire à la fois des deux premiers arcs de Snyder sur la Cour des Hiboux et au premier arc de la série Batman & Robin de Tomasi et Gleason pour l’intrigue principale, un peu au run de Grant Morrison pour la relation entre Nightwing et Robin/Damian et même un petit peu au décrié premier arc de Tony Daniel sur Detective Comics pour la scène d’ouverture avec son « vilain tout droit sorti du Silence des Agneaux » (dixit l’article) !

  • Bruce lit  

    @Tornado : oui, je dois avouer que ce titre me fait de l’oeil depuis ton article. Quels animés Marvel me conseillerais tu ?
    @Marti : ah oui, tiens, je vais me procurer Son of Batman. Patimalin : un énologisme paresseux, je l’avoue.
    Globalement, qu’avez vous pensé du Batman de Morrison ?

    • Marti  

      Je n’ai toujours pas passé le tome 3, pour des raisons financières je n’avais pas pu me prendre le tome 4 puis avec le retard accumulé je préfère maintenant prendre mon temps et attendre de dénicher les tomes qui me manquent en occasion.

      De ce que j’ai lu cela reste quand même assez déconcertant par moment et Damian est au départ assez insupportable mais Morrison offre des concepts très intéressants (les trois Batmen par exemple) et effectue un fascinant travail de restructuration de la Bat-mythologie.

        • Marti  

          Oui, ce n’est pas non plus totalement cryptique comme The Invinsibles.

    • Tornado  

      « The Invincible Iron Man », « Doctor Strange : The Sorcerer Supreme », « Planet Hulk » et « Thor : Légendes d’Asgard » sont très sympas. Mon préféré est « Next Avengers: Heroes of Tomorrow », une histoire originale avec les enfants des Avengers, dans un futur apocalyptique.
      Je n’ai pas vu encore les suivants.

      • Bruce lit  

        Intéressant ! Rien sur les Xmen ?

      • Marti  

        Non, depuis la mésestimée série TV Wolverine & the X-Men il n’y a rien eu sur les X-Men, hormis quelques rares apparitions (et principalement de Wolverine) dans les séries animées suivantes. De manière générale Marvel n’a pas sorti de long-métrage depuis un moment, mais on en a sur Spider-Man sur le feu pour 2018 par l’équipe derrière l’excellent The Lego Movie.

  • BigBarda  

    Comme tu le dis, charcutage des histoires lues dans les comics. On va dire qu’il s’agit d’une réinterprétation avec mention ‘inspiré par’… Mais ça ne gâche pas le plaisir, plaisir de voir Batwoman à l’écran, de voir une fin souhaitée avec l’arrivée de Batgirl. La cour des hiboux par contre n’est pas mon préféré, dans ce cas là je préfère lire. Sinon, j’attends toujours avec impatience la sortie des prochains animés.

  • Présence  

    Talia lui tire une balle dans la tête à bout portant. Sang inclus. – Je n’aurais jamais cru que ces dessins animés de Batman puissent s’adresser à un public d’adolescents, voire d’adultes.

    De Matteis, le scénariste du vide, de l’hérédité et des conflits Oedipien – D’une manière plus générale, JM DeMatteis a parsemé ses œuvres de ses propres interrogations sur la spiritualité. Son approche n’est pas que psychanalytique ou littéraire, il y a cette question du Bien et du Mal, de l’éventuelle existence d’un être supérieur, de la qualité d’une âme, souvent abordée avec une approche influencée par le bouddhisme.

    • Bruce lit  

      @Bigbarda : je n’ai pas eu l’occasion de t’accueillir. C’est toujours un plaisir d’avoir de nouveaux lecteurs qui commentent ! Comme je l’ai expliqué, je ne suis pas un Bat-Fa, mais j’avais lu le premier volume de la cour des Hiboux dont je ne me rappelle que le cauchemar de Bruce Wayne. Je n’avais pas été subjugué par l’écriture de Scott Snyder (j’ai d’ailleurs revendu tous mes American Vampire- sympathique sans plus-) mais je suis prêt à rééssayer.
      @Présence : naturellement les paragraphes De Matteis ont été rédigés à ton attention. Je suis toujours preneur d’articles sur cet auteur. A bon entendeur…

      • Marti  

        As-tu lu les Detective Comics de Scott Snyder où il écrivait Dick Grayson sous le masque de Batman ?

  • Bruce lit  

    Nope, je suis vraiment Batnaze tu sais….

    • Marti  

      Et tu as déjà essayé des titres annexes comme Gotham Central, les Catwoman de Brubaker ?…

      • Bruce lit  

        Gotham Central : offert par Présence. En temps général, je suis assez friand de ce genre de récit à la Astro City. Mais, comme j’ai déjà pu le signifier, je trouve l’écriture de brubaker très redondante, répétitive. J’avais bien aimé la première histoire avec Mr Freeze. Mais j’ai préféré la performance de Lark pour DD

  • Matt & Maticien  

    Je viens de voir le second batman mentionné. Très enlevé avec une belle épaisseur psychologique des personnages même si je te rejoins sur les points faibles soulignés dans l’article.

    À la fin, cela fait quand même une grosse équipe de bat-fan… Je ne sais pas si cela est compatible sur le long terme avec la personnalité De Bruce Wayne.

  • Farid  

    Le run de Snyder est pour moi surévalué, dont ce « Court of Owls » où Bats se fait piéger comme un débutant.
    A la différence de Morrison qui chamboule tout l’univers avec ses concepts surréalistes.
    En animation je préfère largement,pour Wayne et cie en tout cas,la Dream Team Dini/Timm.
    (Ça rime!)

    • Marti  

      J’ai du retard sur le run de Snyder (j’en suis au tome 7 en VF), mais je trouve cela également surévalué bien que The court of Owls et Zero Year m’aient bien diverti, tout comme le tome 7 et ses histoires en un ou deux numéros. Le problème de Snyder (jusqu’au point où j’ai lu du moins) est qu’il veuille tout chambouler également mais que ses révélations restent à chaque fois trop ambiguës, avec toujours une porte de sortie si jamais le public n’accroche pas. Sans compter que son schéma est toujours le même : un méchant (nouveau ou ancien) surpuissant menace l’ensemble de la ville qui subit de très lourds dégâts, chaque fin d’arc culminant avec une pseudo-révélation.

      • Farid  

        En matière de pseudo-révélations tu n’es pas au bout de tes peines.
        « Snyder m’a tuer »
        Du coup,je me suis refait tous les Legends of the Dark Knight,pas que du bon mais bien au dessus de ce que SS m’a fait bouffer,à mon humble avis…

  • Matt  

    C’est marrant, je ne suis pas le plus vieux ici et pourtant je ne connais que les vieux DA.
    Le batman des années 90, les longs métrages tirés de la même période (batman contre le fantôme masqué qui reste surement l’un des meilleurs longs métrages Batman, films inclus)
    Je n’ai cela dit jamais bien accroché au DA Spider-man des années 90. Et celui des X-men, je suis très rarement tombé dessus, je ne sais pas trop où et quand c’était diffusé. Quelqu’un a connu ?

    Dans les trucs plus récents, j’avais vu la série japonaise X-men en 12 épisodes produite par Madhouse. C’était un peu rigolo de les voir parler en japonais par contre. Mais c’était pas mal. La seule série Madhouse qui tenait la route, parce qu’ils avaient fait aussi des séries Wolverine et Iron Man assez nazes. Je l’avais vu doublée en anglais aussi et c’était plutôt bien fait. Surement parce que c’était les X-men et que les américains n’ont pas voulu faire un doublage tout pourri comme ils le font habituellement sur les séries japonaises (mais comme nous en fait…)

    En long métrage récent, je n’ai vu que Assault on Arkham. Assez adulte ouais, ça s’envoie en l’air et tout. Mais euh…je n’ai pas trop aimé la fin avec un Joker en as du Kung fu, etc. L’action était un peu exagérée compte tenu des compétences présumées des personnages. Autant dire qu’encore une fois j’ai préféré la VO. J’ai de plus en plus de mal avec les VF. La qualité baisse même au cinéma. On embauche des youtubers, des animateurs TV comme Stephane Bern et des footballers comme doubleurs aussi. Maintenant il faut qu’ils soient connus et fassent le buzz nos doubleurs, même s’ils n’ont aucun talent dans le doublage. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est pas la classe nos célébrités.

    • Bruce lit  

      Le DA Xmen des 90′s me gonflait. C’était plutôt fidèle, mais un peu chiant.
      J’ai le DA Killing Joke de Batman dans mes previews.

      • Matt  

        Tu n’as pas vu la série japonaise des X-men ?
        C’est « moins fidèle » (encore que…) mais on s’en fout.
        ça se déroule après la mort de Jean qu’on comprend avoir été manipulée par Mastermind.
        ça se passe au Japon (étonnant, non ?). Les X-men vont chercher celle qui deviendra Armor (Hisako Ichiki présente dans le comics depuis…euh…Whedon je crois)
        Et ils font face aux U-men et à Mastermind qui est le big méchant (ça change pour une fois)
        Il ne faut juste pas s’attacher au générique de fin qui montre des super dessins de plein de persos…qui ne sont pas dans l’anime^^

          • Matt  

            C’est ça :

            http://www.animeka.com/animes/detail/x-men-2011.html

            Niveau dessins et animation c’est classe en plus. Sauf un épisode (le 2 ou 3) qui a été fait pas une autre équipe, j’ignore pourquoi. Mais bon il y avait Fukushima et tout le bordel à l’époque de la production au Japon alors…va savoir.

            Ce n’est pas extraordinaire comme série, certains diraient un peu trop japonisé, mais ça reste tout à fait regardable.

  • Matt  

    Ce constat de Tornado sur la qualité des dessins animés me pousse à poser la question ; pourquoi est-ce qu’on a besoin d’une version live de tout ?
    Tiens c’est comme Ghost in the Shell qui arrive. Je ne dis pas que le film sera forcément mauvais…mais on a déjà 4 ou 5 films d’animation ghost in the shell, 2 ou 3 séries animées, etc.
    Parce que c’est pour les gosses dans l’esprit de tout le monde ? Alors il faut faire des films live ? Ce qui est paradoxal, c’est que l’humour des films est souvent moins adulte que celui des DA.

    Sinon quelqu’un a vu Avengers confidential avec la veuve noire et le Punisher ? Je me rends compte qu’il y en a plein de ces DA. J’ai du retard à rattraper.

  • James  

    Hello Bruce!J’ai vu lors de sa sortie ces 2 animés direct to vidéo!le premier était décevant car il fait l’impasse sur owlman(le prétendu frère de Bruce Wayne)!Le deuxième était plus sympa avec une belle galerie de vilains!Pour moi,le gros problème c’est Damian Wayne !Il a à peine 10 ans et il tient tête à nightwing et batman!Le jeunisme exacerbé est assez irritant sans oublier Talia qui est une fameuse garce(je préfère nettement sa version passé)!Le problème provient du comic de base mal scénarisé de Grant Morrison(l’un des bouchers des x-men)!J’aime aussi JM de Matteis en général mais il ne peut pas faire de miracle avec le travail de Morrison!C’est comme demander de faire un bon anime avec le travail de Bendis c’est impossible!Exemple le trèèèèèèèèès médiocre spider-man new génération!!

    • Bruce lit  

      Salut James.
      Pour cette remasterisation d’un vieil article j’ai supprimé deux paragraphes assez chiants où j’expliquais que Batman était un personnage qui me faisait chier et que ces DA me permettaient de suivre ses aventures à peu de frais. J’ai depuis changé mon fusil d’épaule : il y a désormais des histoires que j’aime beaucoup (voir demain). J’ai lu TOUT le run de Snyder + Morrison. Le premier est divertissant mais catastrophique dans le style. Le second brillant intellectuellement comme d’hab’ avec Morrison avec un amour et une passion suintante pour cet univers (ce qui est impossible à trouver sur ses Xmen).
      Le fait que Damian n’ait que 10 ans ne me gène pas. C’est à peu près l’âge de tous les chevaliers du zodiaque non ?
      De ce fait en retravaillant k’article j’ai revu certaines scènes, qui personnellement, correspondent d’avantage à ce qui m’agréé plus que les films cinéma.
      Le SM New Generation : c’est la première fois que j’en entends du mal. Tout le monde semble unanime et dire que c’est génial. Je le découvrirai en temps et en heure. Toutes ces adaptations ne sont pas une priorité pour moi.

      • James  

        c’est vrai les chevaliers du zodiaque dans le manga ont à peine 13 ans quand ils reviennent au Japon après plusieurs années d’entrainement mais je suis habitué avec les mangas comme pour fly ou dragon ball!Mais dans batman,j’espérais plus de cohérence!En effet,batman bat des adultes de la ligue des assassins donc un enfant ne devrait pas lui donner autant de mal!(même si c’est bizarre de dire cela ^^)!Pour l’anime de spider-man,je n’accroche pas aux dessins et encore moins à Miles Morales et spider-Gwen donc pour un vieux fans de marvel comme moi c’est raté et même si je ne suis pas le public visé! Mais si j’avais vu cet anime étant plus jeune,j’aurais jamais été fan de Miles Morales …

        • Kaori  

          Damian Wayne n’est pas un enfant ordinaire ! Il a quand même été entraîné par la Ligue des Assassins depuis tout petit. Et c’est le fils de Batman. Ca en fait un assassin parfait.
          L’âge n’a jamais été un problème pour moi non plus.

        • Bruce lit  

          @James : ce sont toutes les interactions avec Miles Morales et toute la Spider-Smala qui m’ont fait définitivement décroché du run de Slott dont Présence ne me dit que du bien. Mais je ne peux pas. Avec Imonem et Ramos aux dessins, c’est au dessus de mes forces en VF ou en VO.
          @Kaori : : l’actualité et ses enfants Djihadistes nous donne un triste reflet de ce à quoi pourraient ressembler des enfants entraînés par une Ligue d’Assassins.

  • Kaori  

    Pour continuer l’histoire de Damian Wayne, je te conseille La Ligue des Justiciers vs les Teen Titans, si ce n’est pas déjà fait. J’ai bien aimé le traitement et l’évolution de Damian dans ce film là. J’ai aussi aimé Batman vs Robin et Bad blood, avec une préférence pour le deuxième, contrairement à toi ;).
    Mais ça c’est parce que je suis fan de Batman/Dick Grayson et de la team qu’il formait avec Damian !

    • Bruce lit  

      @Kaori : j’ai lu la mort et la résurection de Damian Wayne. C’était très bien mais en ce qui concerne Batman, je ne ferais aucun effort pour raccrocher les wagons en terme de continuité.

      • Kaori  

        Ce troisième film n’a rien à voir avec ce qui se passe dans les comics concernant Damian Wayne. C’est plus une adaptation de l’histoire de Raven, ils en ont profité pour y intégrer Damian et le laisser se dépatouiller au sein d’une équipe qui essaye d’être une famille. J’ai bien aimé, mais je suppose qu’il faut aimer les Titans pour apprécier ?

        Concernant les comics, je parle de ce qui se passe avant la mort et la résurrection de Damian, juste avant le Flashpoint et le bouleversement des univers. Quand Batman était supposé mort et que Dick Grayson a finalement pris le « manteau » et que Grant Morrison s’est lancé sur le duo improbable mais efficace qu’il formait avec Damian ;).

        • Bruce lit  

          Ok.
          Tu en sais plus que moi sur le sujet ;)

          • Kaori  

            Pour une fois !! ;)

  • Eddy Vanleffe....  

    La trilogie Son of Batman, Batman VS Robin et Bad Blood… en plus de remixer intelligemment les arcs récents sur le Bat forment une agréable trilogie à regarder.
    je préfère cet univers à pas mal d’autre adaptations.
    Green Lantern:First Flight est largement supérieur au film sur le personnage.
    Assault on Arkham est juste le film sur la suicide squad qu’il aurait fallu avoir à la place de la bouille de montage que c’est devenu.
    Constantine m’a surpris pour son ambiance dégueu mais je ne suis pas fan du perso, alors je ne peux pas émettre de jugement.

Répondre à JP Nguyen Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *