DOIT-ON ENCORE AIMER LES CONTES ET LES COMPTINES POUR ENFANT À 77 ANS ?

Focus : Les comptines pour enfants dans les BD

Article de NICOLAS BAUDOUIN

BRUCE LIT ne serait rien sans les groupe de partage Facebook consacrés à la BD et aux Comics.
Ces groupes sont l’ équivalent dans le monde de la musique des organes de promotion et des salles de concert : vous pouvez avoir le meilleur groupe du monde, s’il ne peut pas se produire dans un lieu rassembleur d’amateurs ou de fans éclairés, il ne se passera pas grand chose.

Le blog est inscrit dans une dizaine de groupes consacrés au Francobelge. Alors que les groupes comics sont très réactifs et souvent dans l’interaction, les groupes BD sont silencieux voire indifférents à la plupart de toutes les publications et pas seulement les nôtres. C’est même à se demander s’ils sont encore en activité, si leurs administrateurs n’ont pas été kidnappés, tant ils ne s’y passe rien, ne s’y dit rien, ne s’y échange rien.

Dans ces territoires occupés par l’ennui et le mutisme où je continue de poster par réflexe pavlovien, se distingue un groupe qui continue de lutter encore et toujours au Balance ton coi : Bubble Family and friends.
Bubble en plus d’être un groupe à l’ambiance chaleureuse, bienveillante et très vivant propose une application pour les passionnés de BD, Comics et Manga permettant de garder sa bibliothèque et sa liste d’envies dans la poche, de se tenir au courant des nouveautés, de lire des articles de fond et aussi de commander ou de réserver ses bulles dans sa librairie préférée.

On y rencontre plein de gens intéressants, forcément passionnés par le neuvième art, dont Nicolas Baudouin, ancien modérateur du groupe, à qui nous laissons aujourd’hui carte blanche.
-Brucenic_0

Dans cet article, nous parlerons de BD qui intègrent ou désintègrent des contes ou des comptines pour enfants dans le monde de brute des adultes et ce pour leur plus grand plaisir qu’ils aient 18 ou 77 ans et même plus.

Ils sont partout ils me pourchassent ! Non, pas les extraterrestres lézards de la série V (quoique, avec tous ces chats sur internet je pense qu’ils ont trouvé une nouvelle backdoor pour une invasion de la terre), mais plutôt les contes comptines pour adultes. Moi qui croyais m’en être défait depuis l’époque des moments délicieux de lecture de ma grand-mère quand je n’étais qu’une petite tête blonde sans barbe grisonnante, je les retrouve sans cesse dans mes lectures de comics ou de bande dessinées.

Cette réflexion m’est venue en lisant le prologue de From Hell de Alan Moore. Dès les premières pages, je tombe sur la dernière case du prologue qui fait référence à une comptine anglophone « the house that Jack built ». Oh monde cruel, m’infliger encore une fois cette comptine cumulative que j’ai entendu mainte fois dans la bouche de ma plus jeune lors de mes années à New York ! Mais non, Mister Moore n’est pas un sadique il nous berce juste un peu avant de nous infliger, dans un pavé aussi monstrueux que fabuleux, la vie des misérables de Londres tombés dans les bas fonts de la prostitution et de l’alcoolisme au sein desquels il décortique les crimes de Jack l’éventreur. L’oeuvre nous révèle même l’identité du sinistre boucher chirurgien de Whitechapel, enfin plutôt l’interprétation de Moore car ces meurtres restent non élucidés dixit Sherlok Holmes lui même. Finalement cette petite comptine était un petit moment de ciel bleu au dessus des pavés sanguinolents de Londres.

©

©Knockabout Comics

Ce mélange sucré salé des genres est aussi très bien intégré dans le premier tome du diptyque de la BD Après l’enfer (Fabrice Meddour & Damien Marie / Grand Angle – Bamboo Edition). Au sud des États Unis, la guerre de sécession s’achève à peine et les survivants essayent de chasser les cauchemars de la guerre civile mais se retrouvent dans un épais brouillard qui cache sûrement d’autres atrocités. Dans ce récit brûlant des affres et traumatismes post guerre, trois ex-confédérés et deux jeunes héroïnes se rencontrent dans cet univers apocalyptique.

Le 13ème amendement sur l’esclavage fut ratifié fin 1865, trois ex-confédérés traversent la Caroline du Sud et sont bousculés par les soldats de l’union malgré leur piteux état. La description de leurs maux et de leurs noms font tilt pour qui connaît le Magicien d’Oz (roman pour enfants de Lyman Frank Baum et publié en 1900) : Hunk est défiguré un vrai épouvantail, Hickory est devenu un homme de fer avec ses morceaux d’obus restés plantés sur son crâne, quant à Zeke il a beau être d’un gabarit de lion il est devenu peureux comme un chaton. Quand Dorothy, la jeune femme et son chien Toto se présentent à leur tour, le casting du Magicien d’Oz est au complet.

nic_1

©Grand angle / Bamboo Edition

Damien Marie ne s’arrête pas là pour autant il ose mélanger un deuxième grand roman dont les images de Walt Disney ont peuplé notre enfance : Alice au pays des merveilles (Les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles n’était pas à l’origine un livre destiné aux enfants mais a été retravaillé pour leur plaire)
« – Le lapin, j’ai suivi le lapin, c’est tout… C’est pas une bêtise, je ne veux pas qu’ils me punissent…
- C’est pas une bêtise, t’as bien fait… je m’appelle Dorothy, et toi?
- A… Alice. »
Outre le nom d’Alice et la vision du lapin qui permettent cette identification, de nombreuses références à cette œuvre vont être subtilement placées au fil des pages : ici une référence à une chenille, là à une vilaine renne ! Bref là aussi l’infiltration ennemie est réussie. Nous ne sommes pas en présence d’une énième mouture d’un de ces contes mais bien un haut fourneau où l’on produit un récit d’acier avec du minerai de fer et du coke. Comme le montrent les illustrations, suite à cette fusion dans l’histoire pour adultes, les personnages sont beaucoup plus trempés et tranchants ce qui donne la saveur que notre palet d’adulte attend de ces lectures. Gageons a=que le tome suivants nous propose encore d’autres traces détournées de ces deux contes pour notre plus grand plaisir.

Afin de boucler la boucle et de se rapprocher de from Hell et son Jack l’éventreur, une envie de relecture m’est venue. Une autre idée culte de mélange de conte pour enfant et du monde cruel des adultes est celle de Régis Loisel qui dans Peter Pan a déformé à loisir l’histoire du roman de James Barrie. Peter y est fils d’une prostitué alcoolique et son père serait l’infâme capitaine Crochet, mais quelle horreur dans une si belle histoire ! Mais il y a pire, bien pire (enfin meilleur, bien meilleur), Peter ne serait-il pas lui-même le boucher chirurgien éventreur de prostitués ? Troublant en tous cas qu’à chaque fois que Peter repasse par Londres il y croise un homme dans un drôle d’état au moment on l’on retrouve des prostitués éventrées. Certes ce n’est pas affirmé directement que Peter est Jack mais que dire de son obsession sur ce qu’il y a dans le ventre des mamans, de ces petites phrases « ce sera la dernière » en regardant une prostituée ou pour justifier son retard auprès de clochette « J’avais besoin de ma calm… de me reposer”. Et pour preuve ultime, il possède un don pour la chirurgie et trimbale une curieuse mallette de chirurgie. Y avez vous songé en lisant ce conte pour adultes ?

Cette injection de conte pour enfants dans ce monde de brute n’est pas juste du chocolat pour grand père de 77 ans, c’est un peu comme ce Tabasco Chipotle qui s’annonce fumé et doux mais dont l’épice relève nos plats et cela trouve parfaitement sa place dans ce récit. Et finalement quand on est enfant au lieu de nous bercer d’illusions et de nous expliquer que les monstres n’existent pas, mieux vaudrait-il nous avouer qu’ils feront partie de nos vie mais qu’heureusement les contes pour enfants aussi ce qui est rassurant. On peut ainsi sans cesse basculer entre deux mondes, de celui des enfants vers celui des adultes ou vice-versa… Car oui on aime ses comptines surtout quand elles n’ont plus la peau lisse et le teint soyeux mais sont bien ridées comme moi du avec mes 77 ans (enfin sur la photo retouchée de FaceApp !)

Si cette comptine « the house that Jack built » a aussi fait résonner en vous un petit son de métal des guitares de Metallica pour le titre éponyme ( album Load 1996) ou vous a propulsé un peu plus dans le passé pour un épisode de « the Avengers » (chapeau melon et bottes de cuir en VF) alors vous tenez surement un sujet pour une chronique supplémentaire sur les comptines pour enfants !

Be seeing you !

©Vent d'ouest

©Vent d’ouest

—–

Où Nicolas Baudouin du groupe Bubble family and friends vient nous parler des comptines pour enfants dans les Bande Dessinées. 

La BO du jour

30 comments

  • Eddy Vanleffe  

    J’ai dévoré cet article avec un pur bonheur y trouvant l’écho des trucs qui me bottent à fond en BD, j’ai donc de nouveaux titres à lire….niark.
    La volonté de « briser » les contes pour leur donner un sens adulte et profondément ancrée dans toute la pop culture dès lors qu’elle sort des cour de récré pour s’installer dans l’univers méta des bancs de fac…
    Depuis au moins Bettelheim et son bouquin psy (ou porno, je ne sais plus) sur les contes de fées…
    les films comme la Compagnie des Loups ont ouvert une passionnante boite de Pandore….
    On a aussi tous les livres de Pierre Dubois….ou Fables…..

    • Nicolas B  

      Merci de ce commentaire … et bonne citation de Pierre Dubois dont Loisel se serait inspiré il me semble.

  • Présence  

    Un article très original pour une thématique sortant de l’ordinaire des articles de l’équipe : bienvenue Nicolas.

    C’est amusant et édifiant de voir ainsi boucler la boucle. Dans son commentaire, Eddy mentionne l’ouvrage Psychanalyse des contes de fées, de Bruno Bettelheim qui met en lumière la fibre psychanalytique des contes. L’article explique bien comment des auteurs font le chemin inverse de nourrir leur œuvre avec ce matériau de l’enfance. il permet de se rappeler que nos peurs, terreurs et traumatismes enfantins font partis de nous jusqu’à la mort.

    • Nicolas B  

      Merci Présence … je vais me chercher cet ouvrage de psychanalyse qui m’aidera surement à grandir !

      • Présence  

        Je ne l’ai pas lu, mais comme il s’agit d’une référence incontournable sur laquelle j’avais pu glaner des informations le concernant à l’époque. Depuis, wikipedia est arrivé et cela permet de se faire une idée concise du concept développé par ce psychologue. Cet éclairage m’a fait considérer autrement les épées de prince et les chaudrons de sorcière. :)

        fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse_des_contes_de_f%C3%A9es

  • Bruce lit  

    Depuis le temps que je pilonne le groupe Bubble des publications de Bruce Lit, il était temps que j’invite l’un de ses membres de l’autre côté du miroir.
    Merci à toi Nicolas pour ce regard atypique et pertinent.
    Moi, je n’ai pas honte de dire que j’ai un problème avec les comptines pour enfants : je les déteste.
    Je les trouve idiotes (le petit lapin qui s’est caché sous un cou….Au secours !) , débiles (cette histoire de souris verte qui se transforme en escargot, c’est jamais passé, même enfant) ou d’un gout plus que douteux :
    Au feu les pompiers, n’est jamais rien qu’une chanson sur la dénonciation et sûrement une condamnation à mort (« c’est pas moi qui l’ai brûlé, c’est la cuisinière »).
    Ne pleure pas Jeanette n’est rien d’autre que l’histoire d’un mariage forcé où la pauvre gamine est pendue par ses parents…

    Non pas que je sois contre la violence dans les contes et les comptines. Je trouve ça la morale assez inadaptée à ce que je veux transmettre à mes enfants. C’est surtout qu’on va dire au parent de leur passer des musiques douces quand ce genre de fadaises est finalement très violentes également.
    Alors à la maison, ils vont écouter du rock , du vrai , pas adapté ou aseptisé. On va traduire les chansons, travailler les rythmes, jouer les mélodies à la guitare plutôt que d’apprendre à un enfant que la cuisinière a foutu le feu au château…
    Même tarif pour les chansons des classiques Disney…Oh bordel, je détestais ça. Tu étais plongé dans un spectacle enchanteur et la plupart du temps , c’était interrompu par des chansons guimauves insupportables (LE LIVRE DE LA JUNGLE étant l’exception)
    Tout ça pour dire ?
    Ah oui ! Vive les fans de LOAD !

    • Matt  

      Alors les contes à la base (les comptines j’en sais rien, mais ça doit être aussi vieux) c’était pas pour les enfants. Ou alors les enfants d’une autre époque^^
      Les contes, dans leur version d’origine rarement retranscrites à l’écrit (ils sont tous issus de traditions orales), c’était cruel.
      Pas de gentil chasseur ou bucheron qui vient sauver le chaperon rouge à la base; Elle se fait bouffer et la morale c’est…fais gaffe aux inconnus…ou aux loups…ou va pas te balader seul, je sais pas trop^^
      Mais ce sont souvent des histoires qui finissent mal, pas loin de contes horrifiques^^

      Tiens regarde ça par exemple :

      https://hitek.fr/actualite/8-contes-fees-veritables-fins-glauques_4031

    • Tornado  

      Entièrement d’accord sur les chansons de Disney et sur l’exception que constitue Le Livre de la Jungle (et les Aristochats).

    • Matt  

      Euh…les chansons Guimauve celles du bossu de notre dame ou on voit un Frollo qui fantasme sur Esmeralda ?
      Ou la meilleure chanson du roi lion qui montre Scar en mode Hitler commandant des troupes de hyènes ?

      Vous parlez des très vieux Disney alors.

    • Matt  

      Franchement les gens sont fâchés contre Disney aujourd’hui et ça se comprend vu l’espèce de monopole qu’ils essaient d’avoir sur les médias et le réchauffé qu’ils nous servent.
      Mais je n’aime pas quand cette colère devient rétroactive et pousse les gens à dire « ouais mais en fait depuis le début c’était nul, ça a toujours été nul Disney bla bla, et même que Walt il était raciste »

      Et au passage, imposer vos goûts à vos enfants…hum…je sais pas hein^^ Je sais que je me mêle de ce qui me regarde pas là, les gens élèvent leurs gosses comme ils veulent (et parfois n’importe comment du coup^^) mais bon…faut aussi les laisser se faire leur propre avis.
      Bruce t’aimais pas les chansons guimauves, mais tu les as entendues. Bon…laisse les gosses les entendre, ils pourront se faire une opinion^^ Et mon dieu, si jamais ils aimaient…ben tu devras faire avec^^

      Je digresse mais bon…les parents qui veulent créer des clones d’eux-mêmes avec leurs gosses en les inscrivant aux mêmes sports qu’ils ont fait, en leur faisant écouter que ce qu’ils aiment eux-même, ça me fait flipper. J’en ai un comme ça dans la famille.
      Je dis pas que c’est ton cas, je me garderai bien de porter un jugement sur ta méthode éducative sans jamais t’avoir vu à l’oeuvre^^ Mais je le dis, c’est tout.

    • Matt  

      Dans Aladdin aussi, certes on peut trouver « ce rêve bleu » mielleuse, mais la chanson du génie est top^^
      Ou même « sous l’océan » de la petite sirène.
      Les musiques plus catchy quoi, elles étaient sympas.
      Il y avait souvent bien sûr la chanson d’amûûûûr chiante, mais bon…

      • Bruce lit  

        @Matt : je parle des classiques Disney : Bambi, BLanche Neige, Rox et Rouki, Bernard et Bianca, Dumbo.
        J’ai complètement arrêté par la suite. Même le ROI LION, je ne l’ai jamais vu. Jusque LA REINE DES NEIGE que je trouve de très bonne facture, même musicalement (oui!).
        Sur les contes, j’étais déjà au courant de leurs racines violentes ayant suivi un cursus de psychologie.
        Je parle d’avantage des comptines que je ne supporte plus.
        Sur l’éducation, on est là dans un sujet tellement vaste… Je ne suis clairement pas le père que j’imaginais être, la paternité est un tel bouleversement que tout ce que tu pensais acquis et certain ne l’est jamais.
        Je n’impose rien à la maison : jusque ses 5 ans, Luna n’a jamais entendu parler de super héros et les deux ont leur installation musicale dans leur chambre. C’est plutôt moi leur victime vu qu’ils me piquent mes CD et mes bouquins !!
        Pour le reste, tant qu’ils me ramènent pas de RAP à la maison, ça devrait aller. Mais on en reparle demain…

        Pour en revenir à l’article de Nicolas, il est singulier de constater que Comptines et Comics prennent un chemin inverse :
        Les comptines et contes sont aseptisés pour nos enfants désormais trop sensibles tandis que les super héros ne font plus rêver mais peur.

        • Matt  

          Eh ! Eh !
          Ce serait marrant qu’ils ramènent du rap^^

          Ahem…pardon.
          Je ne suis point papa donc évidemment je ne sais pas comment on doit gérer ça, les difficultés, etc.

          Ah du coup t’as jamais vu Aladdin, la belle et la bête, Mulan, le bossu de notre dame ?
          Merde c’est quasi mes préférés^^
          Même si évidemment le bossu trahit le livre de Hugo pour préserver les enfants (mais conserve une certaine noirceur tout de même avec le personnage de Frollo assez glauque)

          je t’ai déjà parlé de Notre Dame, la BD de Robin Recht non ? Si t’as vu le Disney, tu apprécies encore mieux le travail de mélange entre graphismes légers « à la Disney » et noirceur du bouquin respectée.

        • Matt  

          D’ailleurs tiens tu apprécieras de savoir (ironie) que dans le remake 3D du roi lion (aucun intérêt), ils ont supprimé les plans qui font un peu trop « 3eme Reich » de la chanson de Scar du dessin animé.
          Parce que houlàlà faut plus faire ça de nos jours, c’est pas assez politiquement correct.

          https://www.youtube.com/watch?v=rJCaGue0y0g

          • JB  

            Il ne faut pas associer le méchant fictif à des salauds réels, je suppose…

    • Nicolas B  

      Merci de m’avoir invité … Il y aura eut LOAD et pourquoi pas RE-LOAD un de ces jours ( de meilleure mouture que celui de la bande James évidemment car ce n’est pas une référence !).

      Un vrai plaisir surtout quand je vois toutes les références que les uns et les autres venez apporter sur le sujet cela me fait dire que je n’ai pas fini d’en croiser des comptines …

      Fan de Metallica et de bien d’autres grands philarmonistes des années 70 à 90 je ne me suis jamais senti obligé d’avoir des musiques pour enfants dans ma voiture et je suis heureux que même ma plus jeune de 12 ans possède quelques bases de musiques qui nettoient la cage à miel comme dirait toton Zegut.

  • Eddy Vanleffe  

    1-2 Freddy vous coupera en deux….

    les comptines ont du être en leur temps le même trucs que les Happy tree friends…un truc qui parait enfantin tout étant trash…
    rien ne m’a jamais gêné quand je devais les chanter à ma gamine, sauf les grands éclats de rire qui interrompait le tout car j’arrive pas à prendre ça au sérieux….
    La nana qui se fait tromper et qui espère voire crever sa rivale sans « au gué vive la rose »
    mais comme Bruce, je me suis dit que mes chansons perso pouvaient être pire alors j’ai chanté plein de berceuses issues mon répertoire.
    voici le top 10 des chansons à dormir
    1-générique de candy
    2-Renaud: Chanson pour Pierrot
    3-Beatles Yesterday
    4-Renaud: En cloque
    5-Générique de Sherlock Holmes
    6-France Gall-bébé requin
    7-Thiéfaine: l’affaire Rimbaud
    8-Beatles Eleanor rigby
    9-Brassens: la mauvaise réputation
    10-Thiéfaine: je t’en remets au vent…

    Je ne comprends le délire sur les chanson disney…ça a toujours été l’ambition et l’un des fondamentaux de ces films que marier chanson/musique et animation…c’est bossé à mort et les resultat est généralement cool…moi aussi ça insupportait quand j’ai découvert akira, Ghost in the shell mais j’ai compris qu’on ne comparait pas ce qui était incomparable au niveau des intentions, du public et de l’industrie concernée.
    je chante tout qu’on veut aujourd’hui…j’adore faire le con et au même titre que je vais me marrer sur partenaire particulier, je vais m’emmerder à chanter « mon prince viendra » quand je dois nettoyer le café que j’ai laisser tomber à terre…

    ma gamine et moi on se nourrit l’un l’autre même si je suis le dominant en musique (avoir une fille fan de Police, Queen,Scorpions, Imagine dragons, Kiss et évanescence, c’est pas si mal ^^) j’interdis rien mais, ma fille sait quand ça passe ou pas et quelle valeur j’ai au quotidien…. donc les trucs incompatibles, c’est assez rare….

  • Nikolavitch  

    Un exemple que je donne toujours de la puissance (et de la profondeur) des chansons enfantines :

    si vous parle du roi Dagobert vous avez tout de suite en tête l’image de la culotte à l’envers. D’un roi un peu benêt de conte de fée qui n’est rien sans son conseiller.

    Sans cette chanson, plus personne ne saurait qui était Dagobert, le nom surnagerait avec Clotaire et Chidebert dans la guirlande des Mérovinviens vite devenus des rois fainéants.

    Pour la petite histoire, dans la famille, Dagobert était le dernier homme d’état. peut-être même le seul. Un homme à poigne qui avait réorganisé et réunifié le royaume, c’est pas rien.

    Alors pourquoi on en parle ? Parce qu’au XVIIe siècle, c’est une chanson qui se moque de Louis XV et de la royauté en général, mais que les lois sur le lèse-majesté conduisent à maquiller. En se moquant d’un roi obscur et oublié, on se moque de tous les rois. dont celui du moment.

    Le temps passe, l’air entrainant subsiste, et se trouve rétrogradé au rang de chansonnette pour enfant (comme à la Claire fontaine, de la même époque). Ce qui assure son immortalité, et par contrecoup l’immortalité de Dagobert lui-même.

    Non, c’est puissant, les comptines. Ça structure vachement de choses dans nos têtes…

    • Bruce lit  

      @Alex : je serai incapable de te chanter les paroles du roi Dagobert. Mais lm’exemple est intéressant mais très cérébral.
      Je ne vois rien de tel dans La souris verte, Carnaval est revenu et Fais Dodo Cola mon petit frère (au secours, je souffre rien d’écrire ces « Tubes »).

      @Eddy : La classe , chanter Bébé Requin à ta loupiote ! La mienne connaît de France Gall : Poupée de cire, Laisse tomber les filles, Dents de lait, Dents de loup
      @Matt : non , je n’ai vu aucun de ces dessins animés. Les derniers à part La reine des neiges, ça remonte à Shrek et Stuart Little, quand je travaillais en foyer. Ça date.

  • Nicolas B  

    @Eddy … alors là je suis admiratif de la profondeur de ton répertoire et de l’éducation que tu prodigues à ta marmaille … Berceuse Eleanor Rigby bravo ! Chez Renaud j’aurais opté pour plus soft que « En cloque » … un mistral gagnant … ou juste pour la rime Greta qui aide aussi à developper les langues des cerveaux éponge de nos bambins.

    @ Nikolavitch: effectivement les comptines cela structure … quoi que, j’ai des doutes car je n’ai toujours pas compris le sens de « maman les petits bateaux » ! Mais c’est pas grave j’ai survécu jusqu’ici je m’en remettrai.

  • Manu  

    Article trèèèèès intéressant, et qui tombe à pic avec une conversation que j’ai eu récemment avec un ami amateur de pop culture et plus âgé que moi de 10 ans.
    Nous parlions des comptines et à quel point ça ne rigolait pas vraiment, mais que bien expliquées, elles servaient quand même à préparer les enfants en leur expliquant que la vie n’était pas douillette.
    La première fois que j’ai lu les vrais contes de la petite sirène ou de Hansel et Gretel, j’ai eu le cafard toute la soirée. C’est alors que j’ai réalisé à quel point mes lectures du moment ( Pif et Hercule, Astérix…) semblaient très niaises à côté de ça.
    Pour autant je pense aussi que certains contes peuvent distiller une trouille monumentale chez certains enfants s’ils sont mal appliqués. Chaque enfant étant différent, l’application n’est pas identique…
    Pour ce qui est des goûts que les parents peuvent transmettre à leurs enfants, je pense qu’il y en a quand même une petite partie qu’on leur transmet malgré nous… Une sorte de transmission générationnelle involontaire. Que l’on soit conscient ou pas de cela, on peut le vérifier ( je parle bien sûr dans le cadre d’un contexte familial où il n’y a pas de problème interne, et où la construction familiale n’est pas bancale).
    En tout cas très bon article, et super choix de musique forcément pour moi ;)

  • Tornado  

    Mes enfants ont grandi avec la collection « Contes & Comptines à Toucher ». Ils sont fans et ont fait leur apprentissage des classiques avec ça. Je leur racontais une histoire chaque soir (je continue encore avec ma fille). Ensuite ils sont passés aux Disney. Je n’ai rien à redire là dessus. Je trouve que c’est très bien.
    De temps en temps je leur suggère une histoire, un dessin animé, un film, une BD. S’ils sont d’accord, on y va. S’ils me disent non, on n’y va pas. Je ne leur impose rien.
    Au final, ils aiment plein de trucs que je trouve chouette -pour leur âge-. Et je suis pour l’instant heureux qu’ils se battent complètement le coquillard des émissions de télé-réalité, du hip-hop, des réseaux sociaux, des smartphones, des tags et autres street art moisis, de Youtube, de The Voice et de Dance Avec les Stars.

  • Eddy Vanleffe  

    J’adore quand je suis d’accord avec tout le monde, soit je suis un mec hyper falot, soit je suis le prochain président! ^^

    pour les goûts transmis volontairement ou non…pas de mérite, je chante les chansons dont je connais les paroles.point! du coup c’est décousu.
    je chantais aussi pendant son bain (Yellow submaine, Santiano, Dès que le vent soufflera, les Prisons de Nantes, Oui-oui et sa voiture jaune…)
    En fait j’ai arrêté de me prendre la tête . au tout début j’ai ressenti une pression sociale de fou quand Oriane était petite, puis rapidement j’ai juste profité pour être moi, de mont coté le plus « gamin » à mon coté le plus « professoral »…après tout qui est plus à même que moi pour véhiculer mes valeurs…
    mais ça s’arrête là… Oriane aime aussi les trucs son temps comme Louane et Angèle,Natoo, les vidéo you tube « DIY » et d’autres trucs …
    j’ai jamais essayé de « forcer » une direction, non je le prend et je vois si on me suis^^…
    j’aimais pas du tout les Disney avant, maintenant je trouve la plupart très bien foutu (à part des trucs comme les Robinson qui m’a grillé les neurones…)
    le seul comics que lit ma descendance en ce moment, c’est Harley Quinn, mais elle adore aussi Shanna de Frank Cho et Batman Un long Halloween…

    comme Tornado, je parle d’un truc elle me dit oui ou non… voir c’est elle qui veut voir un film comme Bohemian Rahpsody pour le fantasme d’un moment partagé avec Queen (totalement fake mais bon).
    Le truc qui m’a fait sourire, c’est quand j’ai parlé de Captain Marvel en disant que c’était une fille Bad-ass, ne soulevant qu’une indifférence polie alors qu’elle a voulu regarder Aquaman bavant sur les biceps de l’acteur ^^ (ils sont un peu trop matures maintenant je trouve, mais à encore faut prendre le train…)

    Je me reconnais dans ce que dit Bruce, j’ai aussi été « sur le cul » en révisant les comptines traditionnelles assez violentes et noires (voire morbides) et j’ai compris qu’elle avaient sans doutes de origines comme pour l’exemple d’Alex, qui ne devaient pas forcément être « enfantines » … c’est ça qui m’a amené à me décomplexer…

  • Jyrille  

    Bienvenu et merci beaucoup pour l’article Nicolas ! C’est juste une mise en bouche tant le sujet est vaste non ? J’avoue être assez inculte en contes et comptines… D’ailleurs je ne vois pas du tout de quel épisode des Avengers tu parles ! Quant à la chanson de Metallica, et bien, disons que je ne suis pas fan et que cet album est loin d’être ce qu’ils ont fait de mieux. Je n’en avais aucun souvenir. Je ne connais même pas ce conte !

    Je n’ai jamais fini la lecture du Peter Pan de Loisel. J’adore le dessin mais j’avais l’impression que l’histoire n’avançait pas, j’ai dû m’arrêter au tome 4. C’est d’ailleurs le seul tome que je possède de cette série…

    Je ne connaissais pas Après l’enfer mais tu donnes envie. Du côté de chez Moore tu pouvais aisément citer LOST GIRLS !

    Je tiens par contre à dire que j’utilise votre application que je trouve très intéressante, surtout dans ses articles. Vous êtes des érudits passionnés qui donnez envie. Par exemple, je me plonge dans ces articles en ce moment, et j’apprends plein de trucs !

    https://www.appbubble.co/decouvrir-les-mangas-ep-3-les-seinen-et-josei-classiques/article/K0a1BjQWVs

    https://www.appbubble.co/decouvrir-la-bande-dessinee-ep-5-les-pepites-meconnues-en-10-essentiels/article/sYtRL2GFPO

    https://www.appbubble.co/decouvrir-les-comics-ep-4-les-graphics-novels-en-10-essentiels/article/gsWdLLmvIt

    Par contre je n’ai pas encore eu le courage de numériser ma bédéthèque… Je dois finir ma cdéthèque d’abord…

  • Kaori  

    Bienvenue Nicolas, intéressant cet article !

    Les comptines sont comme le soulignent Alex Nikolavitch, au même titre que les Fables de la Fontaine, une critique de la société de l’époque.
    Jean qui rit, Jean qui danse se moque quand même d’un homme qu’on torture…
    Bref, ces comptines n’étaient clairement pas destinées aux enfants.
    On dit aussi que le chaperon rouge parle en vérité de virginité… Idem pour Au clair de la lune qui parle en fait de rapports sexuels.
    Pour la souris verte, c’est aussi une violence déguisée, « avec ces messieurs me disent trempez-là dans l’huile (torture…), la souris verte représentant un officier vendéen capturé par un soldat républicain lors de la Révolution Française…
    Et Il était un petit navire et son cannibalisme, on en parle ?

    J’ai fait écouter ces comptines à mes enfants, avec un peu de mal quand même, surtout avec cette histoire de chat battu pour un morceau de fromage ou je ne sais plus quoi, mais sachant qu’ils ne comprendraient pas, tout comme moi à l’époque…
    Mais je préfère largement les chansons de Disney. Ma fille écoute autant les chansons de Disney (impossible de mettre le CD sans que je me mette à chanter Ce rêve bleu et RAF que ça soit une chanson mielleuse, j’aime ce films et ces chansons. Idem pour le roi lion que je connais par coeur…) que les musiques de générique de DA (que je connais aussi presque par coeur…)
    M’en fous que ça soit la honte, j’aime ces chansons et j’adore les chanter avec ma fille.
    Après, elle connait aussi d’autres choses, mais à 7 ans, elle veut chanter des choses qu’elle comprend à peu près…

  • Jyrille  

    Ah, Bruce, au fait, j’ai oublié de saluer ton jeu de mot « Balance ton coi ». C’est fort. GG !

    • Bruce lit  

      Ah, ça me fait plaisir Cyrille. + 1

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *