Du dessin animé aux produits dérivés (Tortues Ninja)

Encyclopeggek  : Les tortues ninja

AUTEUR : MATTIE-BOY

1ère publication le 20/04/17- MAJ le 16/02/19

Aujourd’hui nous allons parler des Tortues Ninja . Et plus précisément du dessin animé et de quelques BD obscures que je possédais dans mon enfance. Je finirais aussi avec un mot sur quelques films.

Les tortues et leur ennemi juré The Shredder

Les tortues et leur ennemi juré The Shredder

Et puisque je n’aurais pas pu trouver seul toutes les informations sur certaines publications, je trouve correct d’insérer un lien vers le blog d’une personne s’étant attelée à la tâche de référencer tous les numéros d’un magazine paru en Grande Bretagne. Pour un topo sur la genèse de la franchise des héros en carapace et le comics qui les a vues naitre, je vous redirige vers le très bon article de Présence.

Mais pour ma part, ce n’est pas via les comics que j’ai connu ces personnages. Mais via la série animée de 1987 qui fut rediffusée durant les années 90. Un dessin animé produit à la base pour vendre des jouets, un peu comme Les maîtres de l’univers . Et tout comme eux, l’ambiance du dessin animé était moins sombre que la version papier.

Mais je dois vous avouer que je me moque pas mal de cette différence de ton. Primo parce que j’ai d’abord connu la série animée au ton léger et comique, et deuxio parce que j’ai toujours trouvé qu’un concept aussi ridicule que quatre tortues humanoïdes mutantes adeptes de ninjutsu qui portent des noms de peintres de la renaissance entraînées par un rat géant et qui affrontent des robots ninja à la solde de Shredder et Krang le cerveau alien extraterrestre…ben ça passait très bien avec une ambiance délirante qui ne se prend pas au sérieux.


Le générique que j’attendais après l’école sur France 3 durant les Minikeums

Commençons par une présentation rapide des principaux personnages. Tout d’abord nos quatre tortues. Leonardo (bandana bleu) est le leader ennuyeux, Donatello (bandana violet) le génie, Michelangelo (bandana orange) le « party dude » qui fait des blagues. Quant à Raphael (bandana rouge), ça dépend des versions. Dans les films (souvent ratés) c’est le rebelle brutal alors que dans le dessin animé, c’est plutôt le sarcastique qui brise le 4ème mur pour faire des clins d’œil au spectateur.

Ils ont une amie humaine, April O’Neil, reporter pour Channel 6 dans le dessin animé, ou assistante du méchant docteur Baxter Stockman dans le comics. C’est un peu le personnage qui se fait capturer sans arrêt. A sa décharge, elle est parfois marrante et courageuse et ne passe pas son temps à pleurnicher. C’est juste que foncer dans le tas pour avoir un scoop quand on ne sait pas se battre, ça se finit souvent par un enlèvement.

Le maître des tortues est Splinter, un rat mutant expert en arts martiaux. Leurs ennemis sont Shredder, le chef ninja du clan des Foot (oui, leur emblème est un pied nu !), ses deux imbéciles de mutants Bebop et Rocksteady (un phacochère et un rhinocéros) et leur patron à tous, Krang, un cerveau alien rose, tyran de la dimension X, qui ressemble à un chewing-gum mâché et se balade dans l’estomac d’un androïde en slip.
Si ça, ce ne sont pas des personnages hauts en couleur, alors je suis un ornithorynque mutant !

Ils font peur les méchants, hein ?

Ils font peur les méchants, hein ?
Source Disney War 
© Citel Video

J’étais très fan du dessin animé lorsque j’étais petit. Et après avoir eu la curiosité de regarder quelques épisodes plus récemment, j’ai été surpris de voir que certains restaient très sympas à suivre. C’est davantage pour les enfants, mais la série a un bon sens de l’humour. Certaines répliques humoristiques sont même étonnamment intelligentes, comme par exemple un passage où Donatello s’écrit « quelle façon de mourir ! Vaincus par les commodités modernes… » lors d’une attaque d’appareils ménagers qui prennent le contrôle de la ville. Ce à quoi Raphael le sarcastique répond « il doit y avoir un message là derrière » (en VF c’est carrément « c’est surement le futur de notre société »). Je pense aussi à un écran qui se sépare en 2 lorsqu’April se plaint du retard des tortues afin que celles-ci puissent lui remonter les bretelles en lui disant qu’elles sont un peu occupées à se battre contre les méchants. Un exemple de 4ème mur brisé.
Je pourrais encore citer Krang le grand méchant à la voix extrêmement aigue (dont j’étais très fan car j’ai toujours aimé les personnages grotesques de cerveaux gluants) qui, tout tyran qu’il soit, pleurniche devant une sitcom sentimentale. Ce n’est donc pas juste kitsch et daté, c’est volontairement parodique et amusant.

Les titres des épisodes étaient également bien souvent des références à des classiques de la SF vintage. Comme par exemple The Incredible Shrinking Turtles ( The incredible shrinking man ), It Came from Beneath the Sewers ( It came from beneath the sea , un film avec une pieuvre géante animée par Ray Harryhausen), Attack of the 50-Foot Irma ( Attack of the 50-Foot woman ), Turtles at the Earth’s Core ( At the Earth’s core ), Invasion of the Turtle Snatchers, etc.

Je pense aussi à trois extraterrestres dans un épisode qui portent les noms de Klaatu, Barada et Nikto (les 3 mots d’une formule à prononcer au robot Gort du film de 1951 The day the earth stood still ). Ce sont des gags que les plus jeunes ne peuvent pas relever, et même si la série s’adressait à eux, on sent que les responsables derrière le cartoon s’éclataient bien. Ce sont des éléments agréables à découvrir une fois adulte.

Bien sûr c’était une série à petit budget et la qualité d’animation était très inconstante comme s’il y avait plusieurs équipes de production. Mais pour moi cela reste une bonne série de mon enfance légère et amusante, et avec de bons doublages français. Pour une série produite pour vendre des jouets, je lui trouve de vraies qualités. Je préfère même l’histoire derrière l’identité de Splinter à celle du comics ou des films. Dans le dessin animé, c’était un humain nommé Hamato Yoshi qui a muté en rat. Il fut déshonoré à cause de son rival Oruku Saki (Shredder). Les deux personnages ont donc un passé commun qui rend leurs rencontres intéressantes. Dans le comics, Splinter était un rat domestique qui a appris les arts martiaux en imitant son maître avant de muter en humain. Euh…je ne dirais pas que c’est stupide et illogique car il y a déjà pas mal de délires irréalistes, mais en tous cas, ça ne rend pas la relation Shredder/Splinter intéressante.

Demoiselle en détresse professionnelle

Demoiselle en détresse professionnelle
Source TV Tropes
© Citel Video

Mais nous ne sommes pas là pour parler uniquement de la série animée. Nous allons aussi parler de produits dérivés en rapport avec la lecture. Dans les années 90, c’était la folie des tortues ninja. Il y avait des comics, un dessin animé, des films pour la plupart mauvais mais qui maintenaient la hype, des jeux vidéo et un paquet de jouets. Et il y avait aussi des magazines pour enfants qui trainaient dans les rayons presse des supermarchés.

Sachant que j’étais fan, vous vous doutez que lorsque je me baladais dans les grandes surfaces et que je tombais sur un magazine ( Tortues Ninja , il me le fallait. Il s’agissait de magazines publiés par les éditions du Tournon avec une VF souvent assez mauvaise (avec des « les mecs, ma poule, etc » de partout). Mais il y avait 2 ou 3 courtes histoires des tortues ninja par magazine. Et pour la plupart, elles n’ont jamais été rééditées ailleurs. C’était un peu naïf, les histoires étaient courtes, alimentaires. Ce n’était pas de la grande BD. C’était même plus enfantin que le cartoon. Mais un vrai plaisir de fan de découvrir 40 pages de BD pour 20 francs dans un magazine. Donc ouais, je trouvais ça sympa à lire.

Hé ! J'ai retrouvé des histoires que j'avais gamin !

Hé ! J’ai retrouvé des histoires que j’avais gamin !
© Fleetway Publications

Le problème de ces magazines, c’est que les numéros ne mentionnent pas tous l’année (ni le mois) donc il est difficile de les dater. Quelques recherches m’ont permis de mettre la main sur un blog référençant les numéros. Il semblerait que les magazines compilaient des numéros de la série officielle US TMNT adventures publiée chez Archie Comics et des histoires courtes inédites. D’où sortaient ces histoires inédites alors ? Eh bien du Royaume Uni. En effet, en France la publication des magazines se basait sur celle du Royaume-Uni. A une différence près. Chez nous, nous avons eu plusieurs publications. La première a commencé en octobre 1990 et se composait d’une quarantaine de numéros. Les premiers numéros, comme ceux de nos voisins anglais, publiaient les TMNT adventures avant d’y mélanger des histoires originales dessinées par Sandy James et Mike Austin pour le groupe éditorial britannique Fleetway Publications. Les couvertures étaient d’ailleurs identiques à celles publiées au Royaume-Uni. Ces numéros avaient aussi un grand nombre de pages de jeux (mots croisés, etc.) et de publicités pour des films.

La seconde série se nommait Cowabunga (le cri de guerre des tortues) et fut publiée dès janvier 1993. Cette fois, c’était une édition typiquement française qui rééditait quelques histoires de la première série et ajoutait d’autres inédits britanniques. Les parutions se sont raréfiées en 1995, passant de mensuelles à bimestrielles voir trimestrielles. C’est plutôt celle-là que j’ai connue, ainsi que la suivante.
La troisième série nommée « Tortues ninja », comme la première, a vu le jour autour de 1996/1997. Elle est reconnaissable grâce aux couvertures en papier glacé. Les numéros étaient débarrassés des pages de jeux et publiaient donc en général une histoire supplémentaire à la place, ce qui faisait entre 3 et 4 histoires.

Les premiers épisodes de Tmnt Adventures adaptaient des épisodes du cartoon. Ici, la rivalité Shredder/Splinter

Les premiers épisodes de Tmnt Adventures adaptaient des épisodes du cartoon. Ici, la rivalité Shredder/Splinter © Fleetway Publications

Récemment j’ai donc voulu me procurer à nouveau certaines de ces revues (car bien évidemment quand j’étais ado j’ai fait la bêtise de m’en séparer en pensant que j’étais « trop grand et mature » pour ces conneries. Bravo !) Et donc c’est en récupérant ces revues via Internet que l’idée de faire cet article m’est venue. C’est certainement moins bon que les comics plus récents puisqu’il s’agissait de petites histoires pour les enfants, mais que voulez-vous…c’est un peu une madeleine de Proust, et je me fiche un peu des nouveaux comics.

Comme le disait Tornado dans son témoignage nostalgique sur Pif Gadget, même sans avoir envie d’acheter des rééditions de ces histoires conçues à la va-vite, il y a tout de même quelque chose de magique à se replonger dans les vieux magazines de notre enfance. Et puis pour le coup, on peut toujours apprécier les dessins car les artistes britanniques n’avaient pas deux mains gauches. Leur style donnait même presque l’impression que la BD pouvait être pour adultes.

Des dessins américains enfantins mais très expressifs côtoyaient le style plus menaçant des inédits britanniques

Des dessins américains enfantins mais très expressifs côtoyaient le style plus menaçant des inédits britanniques
© Fleetway Publications

Les artistes Sandy James et Mike Austin ont aussi travaillé sur les couvertures de ces magazines et autres produits dérivés comme des jaquettes de VHS, des publicités, des jeux de cartes, etc.
Les histoires britanniques étaient indépendantes et ne se souciaient guère de continuité puisque le Technodrome (la forteresse de guerre géante de Krang) était souvent à des endroits divers sans qu’on sache vraiment comment il avait atterri là. Il faut savoir que dans le dessin animé aussi, le Technodrome est la plupart du temps coincé soit au centre de la terre, soit dans la dimension X, ou encore en Antarctique. Le plus souvent vidé de ses réserves d’énergie. Quelques rares épisodes étaient consacrés à son retour mais il était rapidement renvoyé à un autre endroit après avoir subi de graves dégâts. Comme son design est assez chiadé, il devait surement coûter trop cher à dessiner en action. Du coup on nous faisait passer le truc pour une machine si puissante que les tortues devaient tout faire pour qu’elle ne soit jamais opérationnelle. Bref…dans ces BD c’est un peu pareil, il est souvent immobile aux quatre coins du monde ou dans la dimension X.

Depuis, les tortues ninja ont eu droit à de nouvelles séries de comics avec leur créateur originel Kevin Eastman au scénario, d’autres séries animées, des films d’animation et des films live. C’est un peu trop pour moi. Je garde un attachement fort au cartoon et à quelques vieilles BD mais je ne ressens que peu d’intérêt pour toutes les déclinaisons de la franchise. Cela dit, s’il y a bien une série dont je me moque des « trahisons » du matériau de base, c’est bien celle-là. Le premier comics, même s’il est violent, n’était malgré tout pas censé être pris tant que ça au sérieux. C’était un détournement over the top des super slips. Comme je l’ai dit, pour moi c’est parodique et par conséquent plus adapté aux interprétations différentes qui sont d’ailleurs légions. Certaines nouvelles séries animées font D’April une ado de 15 ans et de Shredder un extraterrestre à l’allure de Krang (comme si les deux personnages avaient fusionné).

Le technodrome dans le dessin animé et dans les BD : même (absence de) combat

Le technodrome dans le dessin animé et dans les BD : même (absence de) combat  /
Source Jor-Ellis Island 
© Citel Video
© Fleetway Publications

En tous cas, ce ne sont pas les films produits par Michael Bay qui vont me donner envie de m’intéresser davantage à la franchise. Les tortues n’ont pas été très gâtées avec les adaptations cinématographiques. Je n’avais pas aimé le reboot sorti en 2014 et la suite sortie en 2016 peut se résumer à une seule chose : fan service. C’est en effet le premier film qui porte à l’écran Bebop, Rocksteady et Krang, et forcément comme beaucoup de grands gamins qui ont connu la série de 87, j’avais envie de les voir en live.

Sauf que les producteurs se sont reposés là-dessus et le reste du film n’a rien d’intéressant. Et je ne parle pas du scénario car je peux accepter un scénario de nanar avec une idée de base aussi farfelue que celle des tortues ninja, mais disons plutôt qu’il n’y a aucun effort de mise en scène, de suspense, rien. Des personnages évoluent à l’écran sans jamais être introduits de manière menaçante ou mémorable. Et chaque élément potentiellement cool ne dure que 2min car il faut laisser de la place pour d’autres trucs à compresser en 2h de film. Je mentirais en disant que j’ai tout détesté. Certaines scènes d’action sont chouettes, j’ai apprécié Krang, mais j’ai bien conscience que c’est parce que j’accepte de me laisser prendre par la nostalgie et je ne peux pas défendre ce film objectivement. Il se contente d’un public de niche et espère que leur rêve de gosse de voir certains personnages au cinéma suffira à masquer la paresse flagrante dont ils font preuve en refusant d’assembler les pièces de leur puzzle pour en faire un truc vraiment cohérent. Sans parler du fait que le cartoon pour enfants arrive à avoir un humour plus adulte que les blagues de pet auxquelles nous avons droit dans le film.


Le cerveau alien créé par Stan Winston pour la série B délirante Invaders from Mars de Tobe Hooper (1986) qui a potentiellement pu inspirer le personnage de Krang

Quant à Megan Fox dans le rôle d’April, elle fait si peu d’efforts pour être crédible qu’elle semble encore plus dépourvue de vie que les effets numériques.
Enfin, j’ajouterai aussi que le film est irregardable en VF. C’est moi ou c’est de pire en pire les doublages français ? Peut être que si on cessait de choisir des youtubers à la mode ou des types comme Cyril Hanouna, Stéphane Bern et autres présentateurs d’émissions de variétés pour doubler des acteurs professionnels, ce serait mieux. Ah, c’est la classe nos célébrités françaises hein ! Et même quand certains montrent quelques talents d’acteurs auxquels on ne s’attendait pas, leur timbre de voix est souvent aux antipodes de celui de la voix en VO.

Non, je crois hélas que le meilleur film sur les tortues ninja reste celui de 1990 (le premier d’une trilogie). Le seul des trois qui ne soit pas un complet gâchis. Oh, ça ressemble un peu à un film Power Rangers kitsch avec les costumes en caoutchouc des tortues, mais l’effort reste louable et l’envie de raconter une histoire est là.

En ce qui concerne les longs-métrages animés par contre, une œuvre intéressante reste surement le film anniversaire Turtles forever sorti en 2009. Le principe est un peu celui des univers parallèles de Marvel. Trois univers se côtoient : celui de la série animée de 1987, celui de la série animée de 2003 (qui ne m’a jamais intéressé) et celui du comics avec un passage final épique en noir et blanc aux côtés des tortues plus violentes du comics d’origine. Un film hommage qui embrasse trois univers différents plutôt que d’alimenter la guéguerre idiote pour décider lequel est le plus légitime. Une bonne idée, même si cela s’adresse davantage aux connaisseurs.


Rencontre de 3 versions des tortues ninja

Pour conclure, je dirais que le phénomène tortues ninja ne peut se comprendre que si on l’a vécu. On ne peut pas nier que, même si je reproche aux films de trop capitaliser sur la nostalgie des fans, il paraît difficile d’imaginer qu’un tel concept puisse perdurer sans avoir recours à ce genre de stratagème. Après tout, si les créateurs du premier comics ont tué Shredder dès le premier épisode, c’est parce que de leur propre aveu, ils ne savaient pas qu’ils en feraient un 2ème. C’était une satire du genre super-héroïque. Qui pouvait imaginer qu’une sorte de parodie pourrait devenir une franchise lucrative ? D’ailleurs je ne sais pas qui a eu l’idée de produire des jouets et un dessin animé, mais c’était un commercial visionnaire. En dessin animé comique pour enfants, ça fonctionnait aussi, mais il paraissait difficile de tenir sur la durée avec une idée de fond aussi bizarre sans titiller la fibre nostalgique des fans.

Finalement, le cartoon, plus que le comics original, a été le catalyseur de nombreuses séries et films. Sans lui, ces personnages seraient peut être morts et enterrés depuis longtemps et n’auraient pas fait resurgir de nouvelles séries de comics. L’aspect commercial n’a donc pas que de mauvais côtés. Même si pour ma part, je préfère m’en tenir aux versions comiques puisque je trouve le concept trop absurde et dépourvu de réflexion pour être intéressant dans un registre sérieux.

Et au détour d'une page de BD, on trouvait parfois des petits dossiers, comme celui-ci sur Bruce (l'autre)

Et au détour d’une page de BD, on trouvait parfois des petits dossiers, comme celui-ci sur Bruce (l’autre)
© Fleetway Publications

——

Du comics au dessin animé, du dessin animé aux films en passant par les goodies, Mattie Boy raconte SES Tortues Ninjas; qui sont sûrement aussi un peu les nôtres.

33 comments

  • PierreN  

    À l’instar d’autres franchises comics (Men in Black, The Mask, le Fantôme du Bengale, The Crow), les Tortues Ninjas font partie de cette catégorie d’oeuvres que j’ai seulement eu l’occasion de connaître par le biais de leurs adaptations lors de ma prime jeunesse, et même si je n’ai pas le comics initial comme référent, je garde un bon souvenir de cette série. Au moment de ses multiples rediffusions, ma préférence allait tout de même pour d’autres programmes (Batman, Tintin, les Zinzins de l’espace, le laboratoire de Dexter, Minus et Cortex, Bip Bip et le Coyote, tous les dessins animés de Tex Avery).

    « Enfin, j’ajouterai aussi que le film est irregardable en VF. C’est moi ou c’est de pire en pire les doublages français ? »

    C’est vrai que c’est de plus en plus médiocre sur ce plan (la VF du dernier film des FF est tellement nulle), alors qu’il y avait encore de bon doubleurs auparavant, par exemple dans les 70’s, lorsque le doublage était assuré par des comédiens vénus du théâtre, où encore plus récemment dans le cadre de Batman TAS, avec Richard Darbois et celui qui double le Doc dans Retour vers le Futur.

    • Matt  

      Il ne s’agit pas de devoir comparer les dessins animés. Oui, Batman c’est mieux que les tortues ninja. Tout comme un bon film c’est mieux qu’un nanar. Mais ce sont des plaisirs différents^^ Et je maintiens que c’est une série qui tient la route grâce à son second degré. Du moins c’est sympa pendant les 3 premières saisons. Après il y a de moins en moins de bons épisodes.
      Sachant qu’il ne faut pas se fier au listing français des épisodes.
      La première saison fait 5 épisodes dont 3 qui sont sortis seulement en VHS et 1 jamais traduit en VF.
      Du coup à la télé on avait le premier épisode de la première saison puis direct le premier épisode de la saison 2 quand le Technodrome est dans la dimension X.
      La 3eme saison est celle ou le Technodrome est revenu sur terre mais a coulé au centre de la terre (l’épisode que j’ai mis plus bas fait partie de la saison 3)

    • Matt  

      Je n’ai jamais aimé les Zinzins de l’espace et le laboratoire de Dexter par contre…

    • Matt  

      C’est Pierre Hatet qui double le doc (Christopher Lloyd)
      Il faisait un bon Joker. Et je me plaignais justement dimanche dernier du fait que la VF du long métrage « batman la releve : le retour du Joker » a une VF bien naze, et que ce n’est plus lui qui double Mark Hamill dans le rôle du Joker. Et la nouvelle voix du Joker est nulle.

  • PierreN  

    Malgré les bons souvenirs (les méchants tous plus ridicules les uns que les autres, le charisme mammaire d’April, l’obsession des Tortues envers la pizza, le rôle de Splinter en mode vieux sage tel Yoda) je n’ai toutefois jamais eu envie de la revoir. Je vois que le Nostalgia Critic a lui aussi un certain attachement pour cette série… https://www.youtube.com/watch?v=P0o0ID0VfNU

  • Matt & Maticien  

    Souvenir effectivement d’une série culte. Je me rappelle du jeu tortue ninja qui a accompagné le lancement de la game boy (et ousemblese nouvelle ère du jeu vidéo) !

    Le générique du DA était très réussi pour l’époque selon moi. C’est peut être dangereux de regarder ces anciens épisodes mais tu sembles indiquer que cest regardable;)

    Il existe une nouvelle série animée diffusée par France 3 appelée TMNT. On y retrouve l’esprit de la série animée adapté à notre époque. April est désormais une jeune fille qui a du punch et l’humour est toujours présent. Un bon point d’entrée pour les jeunes qui donnent aussi qq produits dérivés. Un oeuf de Pâques Kinder en contenait un par exemple.

    • Matt  

      Je trouve ça regardable oui, justement parce que c’est humoristique. Il y a des épisodes bien ratés, mais certains super et bien animés.
      Un de mes épisodes préférés (avec, tels les X-men, les tortues qui essaient d’expliquer que ce sont des héros dans une émission de télé humiliante)

      https://www.youtube.com/watch?v=e264TsPGl8U

      Je n’ai pas précisé que cette série était censurée pour je ne sais quelle raison (car ce n’est pas violent). Il y a en effet plein de bouts d’épisodes coupés en VF, généralement lors des bastons.

    • Matt  

      Et il y a véritablement des blagues qui sont drôles. C’est ultra référentiel et plein de sarcasmes.

      Et parfois des trucs comme Krang qui explique à Shredder quoi faire, lui qui répond « mais tu m’as déjà dit tout ça » et Krang « silence ! je le disais pour les spectateurs qui viennent d’arriver »
      Ces blagues de 4eme mur sont assez rares mais du coup tellement imprévisibles que ça marche.

  • JP Nguyen  

    Je n’ai jamais accroché à cette série, ces persos, même si j’ai vécu la période marketing du dessin animé.
    Anecdote : j’étais en séjour linguistique dans une famille allemande et je découvrais sur une chaîne satellite la série « Super Friends ». Du super-héros à la téloche ! Mais je n’ai pas pu regarder la fin de l’épisode car le petit garçon de la famille a voulu changer de chaîne pour regarder… les Tortues Ninja !
    Le générique allemand est très bof, je me rappelle juste des dernières paroles : « Sie sind die Absolut Gut ».

    Sinon, sur le mag scanné, les journaleux de l’époque se sont plantés car ils ont mis une photo de Bruce Le, un sosie de Bruce Lee. Le vrai Bruce avait plus la classe. (oui, pour moi, ça reste lui, le vrai Bruce, sorry Boss).

    • Matt  

      Après tu étais peut être trop vieux aussi, non ? ça reste un programme plus pour les enfants, même si pour moi ça tient la route. Je ne pense pas qu’à 20 ans j’aurais accroché. Maintenant je trouve ça agréable mais c’est aussi la nostalgie.

      Je me disais que le Bruce Lee avait quand même une tête bizarre, comme s’il était allé voir un coiffeur étrange.

      • Tornado  

        Je me souviens de la grande époque des vidéo-clubs. Les VHS de Bruce Lee représentaient le Graal. Ces enfoirés de vidéo-clubs ne les louaient pas et les réservaient à la vente pour 500 fr (75 euros). Du coup on pouvait louer une pléthore de Bruce Le, Bruce Li, Bruce Ley et Cie. Mon père nous avait héroïquement acheté la VHS de « La Fureur de Vaincre », qui a fait chauffer les têtes de lecture du magnétoscope pendant des années ! Je raconte d’ailleurs cette anecdote dans l’article que j’ai écrit sur le blog. Enfin, je suis fier d’annoncer que je ne suis jamais tombé dans le panneau et que je n’ai JAMAIS regardé un seul film dérivé de la BruceLeexploitation, hormis le détestable et pourtant officiel « Jeu de la Mort 2 », que j’ai refusé de revoir sur l’édition du coffret Blur-ray de l’intégrale des films de Bruce Lee…

        • Matt  

          Techniquement le premier « jeu de la mort » est un gros fake aussi. Le film ne ressemble à rien et utilise un sosie de Bruce.

          Dans un des reportages sur Bruce Lee (j’en ai 2 en DVD), il y a l’intégralité des rush retrouvés avec le vrai Bruce. Principalement les combats de chaque étage jusqu’à Kareem Abdul-Jabbar. Des images qui ne sont pas toutes présentes dans le film.

          Tiens si ça t’intéresse :

          https://youtu.be/ALKAZ2wyo5M?t=3507

          Tu peux aussi regarder depuis le début, il est bien ce reportage.

          • Tornado  

            Tout ça est présent dans le coffret de l’intégrale des films (voir mon article !).

            « Le jeu de la Mort », un gros fake. Oui… Et pourtant, c’était notre préféré quand on était gamins ! Il y avait quelque chose de magique dans ce film, à l’époque. Le film était forgé dans l’esprit de son époque, au point que personne ne remarque que plus des 3/4 du film avaient été tournés sans Bruce Lee ! (les passages en moto étaient extraordinaires, de même que le combat dans les vestiaires). Par contre, les images du blu-ray sont tellement nettes que l’on voit parfaitement, pour le coup, que ce n’était pas Bruce Lee, alors qu’avant on ne s’en apercevait pas. Comme quoi, chaque fois que l’on gagne quelque chose, on en perd une autre…

          • Matt  

            Pour ça que j’suis pas si fan que ça des blu-ray moi^^
            Je trouve que souvent, on ne gagne rien du tout. Image plus nette ? Oui, pas pour quoi faire ? C’était plus que regardable avant aussi. Je ne dis pas qu’il faut en rester aux VHS mais bon…les blu ray ça fait du mal aussi parfois…

            Moi j’ai toujours préféré la fureur du dragon dans un film un peu anti-japonais au propos discutable mais avec un Bruce Lit en mode fanatique super violent mémorable.
            Et Operation Dragon est sympa aussi.

            Un article de toi ? Ah oui, tiens…je n’avais lu que celui de JP.

          • Bruce lit  

            un Bruce Lit en mode fanatique
            Oh qu’il est beau celui-là…..Merci Mattie Boy 🙂
            Je ne suis absolument pas nostalgique de ce DA. Pardon…mais je le trouvais stupide. En fait, je me rends compte que je n’ai aimé aucun dessin animé américain même de super héros. Je trouvais les graphismes anguleux de DB Z et la violence de St Seiya si attrayante que rien ne m’intéressait. J’ai donc loupé tout le second degré que tu décris ici. Too late for me. Je l’ai déjà dit ma seule approche positive avec les tortues ninjas fut le jeu megadrive, c’est dire….
            Belle madeleine en tout cas…

          • Matt  

            Hum…aurais-je confondu la fureur de vaincre et la fureur du dragon ?

          • Matt  

            @Bruce : Fichtre ! Le lapsus ! A force d’écrire Bruce Lit, je me plante^^
            Eh ! On est d’accord que c’est un peu débile comme DA. Mais c’est clairement du second degré complètement assumé. Du coup je trouvais ça très fun.
            Mais bon…chacun son truc. Et puis encore une fois, ça marche surement mieux quand on voit ça gamin. Si tu as dépassé la quarantaine, tu étais peut être trop vieux à l’époque pour ça.

          • Bruce lit  

            Trop vieux…non….puisque j’ai continué à regarder DBZ jusque 25 ans….
            Ce est sûr, c’est que à cette époque je voulais du méchant et de la violence, ça oui…

          • Matt  

            Mais pourquoi tant de haine ? ^^

            DBZ ça fait moins enfantin que tortues ninja quand même. Disons que ça supporte bien d’être revu même adulte. Les tortues ninja, moins quand même. Moi ça ne me gêne pas mais c’est aussi par nostalgie, et même si j’avoue que des blagues fonctionnent encore maintenant, au niveau du ton de la série, c’est plus enfantin à cause de cette absence de violence, de sang, de tragédie. C’est très gentillet.

  • Tornado  

    Avant même de voir que je suis cité ( 🙂 ), j’ai senti que cet article était motivé par la nostalgie d’une époque disparue.
    Je n’éprouve aucun attachement à cet univers et je me demandais récemment ce que foutait Urban Comics en mettant en avant la promotion de leurs comics Tortues Ninjas. Je comprends mieux à présent !
    L’an dernier, mon fils a tenu à regarder des dessins-animés Tortues Ninja après avoir commandé au père-noël les jouets (il a les 4 tortues, 5 ou 6 méchants, un camion et une moto). Il a tout de suite accroché à la 1° série, nettement moins aux épisodes plus récents en 3D. Je crois qu’il accroche carrément plus aux vieux dessins-animés vintage en règle générale ! Il a regardé ça en boucle pendant quelques semaines, avant de revenir aux Scoubidou…

    Je trouve aussi que les doublages VF sont de pire en pire. Le doublage de Rogue One est un sommet de platitude, sans parler de l’abominable voix qu’ils ont filé à Vador. Clairement, ceux qui s’occupent des doublages ne font aujourd’hui plus aucun effort. L’époque de George Aminel, de Roger Carel et de francis Lax est révolue. Quel dommage…

    • Matt  

      Oui, nous ne sommes pas de la même génération après tout. Il ne va pas y avoir beaucoup de gens dans la team qui auront accroché au dessin animé. Je vais me sentir seul mais tant pis.

      Moi j’ai découvert ça comme ton fils quand j’étais petit et ça fait plaisir de voir que la première série fonctionne encore sur les enfants d’aujourd’hui^^

    • Matt  

      Je me souviens que je n’avais pas de jouets tortues ninja, mais que je m’étais construit un technodrome en Lego. Un super gros dans lequel on pouvait mettre des personnages, et je prétendais que 4 bonhommes Lego étaient les tortues.

  • Matt  

    Pour les doublages, attention dans le film Lego Batman, des noms qui font rêver :

    Blaise Matuidi (Flash) et Antoine Griezmann (Superman), 2 footballers…
    Stephane Bern pour Alfred
    Wartek (youtubeur) pour Hal Jordan

    Bon…je ne veux pas prétendre que ce sont forcément de mauvais acteurs, mais il semble tout de même qu’on ne les a pas embauchés pour leur expérience dans le doublage.

    On a quand même vu que Cauet dans Garfield…c’était pas ça quoi (enfin…le film est déjà mauvais sans lui, mais bon…)

  • Tornado  

    @Matt : Nous nous comprenons parfaitement…

  • Présence  

    Effectivement ces dessins animés ne sont pas de mon époque car j’étais déjà trop vieux. Mais je découvre avec grand plaisir ce que fut cette Tortues mania dont j’ai souvent entendu parler, sans avoir jamais regardé un seul épisode. Kevin Eastman est effectivement revenu co-écrire des épisodes de comics assez récemment, en ayant revendu les droits des personnages il y a de cela des années. Quant à Peter Larid, l’autre co-créateur des Tortues, je ne sais pas ce qu’il est devenu.

    Je comprends ton attachement pour la version film de Krang : il est superbe.

  • Jyrille  

    Merci encore Mattie pour m’apprendre autant de choses sur une franchise que je ne connais pas. Je n’ai jamais regardé ou lu un épisode des Tortues Ninjas car comme tu le dis, le concept est tellement ridicule qu’il ne peut être qu’un gros délire sur base d’humour absurde. Or il me semble que ce n’est pas du tout le cas et que comme tu le soulignes, les différents supports ont du mal à trouver leur voie. Et à chaque fois que je suis tombé sur le DA de 87, je ne pouvais pas regarder tellement l’animation était mauvaise et les dessins laids. C’est le même studio qui faisait le DA Ghostbusters ? Ca se ressemble je trouve.

    J’ai beaucoup aimé la partie sur les comics de ton enfance que tu compares à Pif Gadget, cela me parle bien plus et je comprends ainsi ton attachement à ces personnages.

    Graphiquement, rien ne me plaît ici, tu aurais pu mettre un scan de Megan Fox 🙂

    Je ne verrai ni ne lirai tout ça, ton article est donc très précieux !

    • Matt  

      Je ne supporte pas Megan Fox alors ça ne risque pas.

      Eh ben…en tous cas cet article est la preuve qu’il faut parfois du courage pour affirmer ses goûts parce que si j’avais su à quel point personne ici ne ressent le moindre intérêt ni le moindre ressenti positif sur cette franchise, j’aurais surement renoncé à en parler. On n’écrit certes pas pour que tout le monde soit d’accord avec nous, mais on n’écrit pas non plus pour que ça n’intéresse que soi-même^^ Petit moment de solitude, là. Mais bon…
      Espérons que ce vécu ait parlé à certains lecteurs timides qui ne s’expriment pas en commentaires.

      • Jyrille  

        Il ne faut pas écrire pour les autres, Matt, mais bien pour soi. Cela permet surtout de faire connaître un point de vue sur une oeuvre (ou une franchise dans ce cas) inconnue ou connue de loin, mais par le biais d’un passionné ou d’un amoureux, ce qui est forcément enrichissant. Tes doutes sont donc pour moi inutiles, cet article mérite d’exister comme tous les autres. Jamais je ne me suis demandé s’il fallait que j’écrive sur tel album ou telle série. Une seule fois je me suis dit que j’allai le faire pour quelqu’un en particulier, mais avant tout je voulais le faire pour moi-même depuis longtemps (c’était l’article sur la trilogie Toxic de Burns).

        • JP Nguyen  

          Je plussoie totalement le commentaire de Cyrille. Du moment que c’est bien écrit et construit, cela n’est pas grave si ça ne rencontre pas immédiatement d’écho…
          Les Tortues Ninja sont une franchise qui a cartonné, ton article et ton expérience aident à comprendre une partie du phénomène.
          Hey Cyrille, pour l’instant, je reste donc le seul à avoir utilisé une photo de Megan Fox dans un article, non ? (sur l’article Transformers, en compagnie d’autres bimbos)

          • Jyrille  

            Je crois bien que oui ! On n’est pas prêt de la revoir par ici…

      • Kaori  

        Bah, y a moi !

        Alors, ce n’est pas une vraie madeleine pour moi, parce que je pense être un peu plus âgée que toi (moi c’était les playmobils que mon frère avait transformé en Hulk, Spidey, DD, Cap America…).

        Par contre, oui je regardais le DA, c’est pour ça que je suis venue sur ton article 2 ans après (j’aime bien la partie encyclopegeek du site !).

        Alors déjà, je vais rétablir un truc : non Leonardo n’était pas le leader ennuyeux, parce que c’était mon perso préféré (encore un leader qui portait le poids des responsabilités sur ses épaules…).
        J’aimais bien la VF, April était assez agaçante, mais la série était agréable à regarder. J’adorais le Cowanbanga :-).

        Concernant la dernière série, mes enfants regardaient, et j’étais super mal à l’aise, y a des monstres partout, des trucs dégueus, mais finalement ça n’a pas fait peur à mes enfants.
        Je ne suis pas fan de la série, intéressante mais sans plus, par contre, je me rappelle d’un épisode où on voit la série de 1987 dans un écran, j’avais trouvé ça génial !

        Enfin bref, tout ça pour dire que moi, ça m’a fait plaisir de trouver un article sur les Tortues, et c’est plaisant de voir que chacun a son propre vécu et son propre ressenti et qu’il ne faut pas en avoir honte. Ca me parle beaucoup !

        • Matt  

          Ah ben ça fait plaisir, je me sens moins seul^^

          (même si j’aime pas Leonardo^^, il était pas marrant. Mais j’aimais bien l’épisode ou les bad guys déclenchait un blizzard sur New York et que Leonardo se remettait en question en tant que chef et ne se sentait pas à la hauteur. Là au moins on le sentait exister^^)

          Franchement parmi ces vieilles séries créées pour vendre des jouets, j’ai pas honte de dire que je trouve que les tortues ninja tient encore la route. Le doublage est bon, les premières saisons sont funs (après ça se gâte). Et le second degré omniprésent ne rend pas le truc hyper niais.
          Contrairement à Transformers par exemple, qui se prend au sérieux alors qu’il se passe des trucs WTF ridicules tout le temps^^
          Tortues ninja est clairement une parodie avec des méchants qui pleurnichent devant une sitcom romantique ou d’autres trucs ridicules clairement assumés.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *