Éteignez vos cerveaux, ouvrez les braguettes…

Nemesis par Millar et Mc Niven

Publié le 27  mai 2014. Mise à jour le 11 janvier 2015.

Un Batman méchant avec un zeste de joker euh très méchant aussi...

Un Batman méchant avec un zeste de Joker euh très méchant aussi…©Marvel

Voila le genre de truc qu’Image aurait pu publier à la grande époque de Mc Farlane et ses copains !

Une histoire plutôt bien dessinée, une mise en page dynamique mais avec un scénario même pas bon pour le tri sélectif !

Et ce n’est pas la première fois que le grand Mark Millar, désormais gérant de Millarworld nous fait le coup .

En fait c’est même beaucoup trop souvent à notre goût. Et ce type a de la chance d’avoir dans une autre vie produit Kickass, Marvel Zombies et Ultimates.

Mais interrompons notre coup de gueule pour vous resituer le contexte de l’oeuvre (rires étouffés).

Nemesis est une sorte de croisement entre Fantomas et Batman mais en très méchant. Il capture, torture et exécute les forces de Police du monde entier devant les caméras du monde entier pour…, pour, euh, on ne sait pas très bien en fait. Sûrement pour montrer que c’est lui qui a la plus grosse…. Car, comme trop souvent chez Millar, tout est dans les apparences au détriment du contenu.

Donc Nemesis après avoir terrorisé les frics du monde entier se dirige vers les Etats Unis pour défier le plus grand flic de tous les temps : Blake Morrow (On vous avait prévenu que c était un con-cours de braguette, rires narquois…).

Le président à genoux...

Le président à genoux…©Marvel

Commence alors une partie d échecs, hum, intellectuelle (rires de hyène puante) où, bien évidemment, la famille du héros va être prise en otage avec le… Président des Etats Unis… Ce n’est pas la première fois que l’homme le plus puissant du monde ( hé les copains, moi aussi, je peux l’ouvrir ma braguette ? ) est la victime de criminels patentés. On se rappelle bien évidemment de Donald Pleasence humilié par une bande de Punks dans le légendaire Escape From New York. Ou du cynisme glaçant de Frank Miller transformant Reagan en Cow-boy décérébré dans son Batman. Ou encore dernièrement des machinations politiques de Vought America au sein de la maison blanche dans The Boys de Garth Ennis.

Carpenter, Miller, Ennis, malgré leurs qualités et leurs défauts, voila des gens qui ont pris de vrais risques en mélangeant ultra-violence et méta commentaire sur l’état de la société américaine. Ici Nemesis prend en otage le Président en quelques pages, tout étant ultra condensé comme toujours chez Millar. Ennis aussi avait fait le  coup dans 303 où un vétéran russe de la guerre d Afghanistan abattait froidement et facilement l’homme de la maison blanche.

Boom ! Bang ! Krakoom ! Paf !

Boom ! Bang ! Krakoom ! Paf !©Marvel

Mais encore une fois, ce raccourci scénaristique s’effaçait devant la noirceur et la profondeur de la fable amère d’Ennis. Et dans les multiples parenthèses sociales et existentielles qu’il ouvrait dans son récit. Le principal reproche que l’on peut adresser à Millar ?  Depuis l’adaptation de Wanted et Kickass au cinéma, il n’écrit plus des scenarii mais des scripts avec des concepts tapageurs pour cartonner au box office ! Du vilain au héros, aucun de ses personnages n’a d’épaisseur psychologique, d’ambiguïté ou, de motivation de noblesse. Ses héros  de Millar sont des marionnettes lui permettant de raconter ses histoires sans que l’auteur ne leur donne de voix intérieures.

Le génie de Némésis que Millar met en scène, ne serait ce pas lui-même s’auto-célébrant ?  Hé les Kids, je vais vous inventer un méchant ultra-cool qui sait trop bien se battre et qui est trop malin… Et encore une fois, Millar après Wanted et Kickass 2 fait mu muse avec le viol des femmes ( plus de rires). La question n’est pas de savoir si ça le fait bander ou non. C’est plutôt cette désinvolture irritante avec laquelle, ses femmes sont victimes d’atrocités gratuites pour pimenter une intrigue passablement vide. Ici donc, la fille du président est inséminée par le sperme de son frère…Millar balance cela comme ça, entre deux bagarres, comme une coupure de pub au milieu d un programme racoleur.

J'ai touché ta cravate !

J’ai touché ta cravate !©Marvel

Que Marvel puisse publier cela en dit long sur la toute puissance  de Millar aujourd’hui. Car voici un éditeur qui a arrêté de publier des revues adultes pour ramener ses super héros au bac à sable jouer à touche pipi…. Nemesis , à l’heure où les comics books acquièrent une forme de légitimité est un produit creux, sans âme et assez lamentable.  Voila, c’est fini ! Vous pouvez éteindre la lumière et fermer vos braguettes….

19 comments

  • Bastien  

    Bonjour et merci pour cette review.
    J’étais intéressé par cet album car je trouvais les dessins de Steve McNiven magnifique.
    Au vu de la critique je vais pouvoir faire des économies.
    Bonne journée

    • Bruce lit  

      @Bastien : Le blog est là pour ça, ne pas mâcher ses mots, comparer des expériences de lecture, un peu de méchanceté et surtout s’amuser !
      @Matt : tu vois que je n’ai pas perdu la main sur mes légendes !

  • jyrille  

    Oui, je n’ai pas acheté Nemesis car le second volet de Kick-Ass commence déjà par sentir mauvais. Que de déceptions après The Authority, le premier Kick-Ass, 1985 (super bien ça), The Chosen (bien sympa)… Wanted, je l’ai revendu, pour tout te dire. Je pense que tu as bien fait de chroniquer cette bd que je ne lirai donc pas.

    • Marti  

      The Chosen qui a été renommé en 2008 Amercian Jesus Book One: Chosen, avec la promesse d’une suite qu’on attend toujours.

  • Matt & Maticien  

    Excellent ! J’ai bien ri. Tu lui fais trop d’honneur en le comparant à Batman et Joker. On en est loin.
    PS. Il a un petit côté manga ce comic.

  • Bruce lit  

    @Cyrille : Superior n’est pas mieux !

    • Marti  

      Ah non, quand même, si j’ai trouvé que Superior était surévalué par la critique on est quand même loin de la catastrophe de Nemesis ! Superior c’est plus un 1985 bis dans lequel on en trouve plus le charme de l’original, mais restant tout de même sympathique à lire, notamment pour les plus jeunes qui auront ici quelque chose de sans doute plus accessible que 1985 qui jouait pas mal sur les références aux comics Marvel des années 80.

      • Marti  

        D’ailleurs puisque j’en suis aux comparaisons dans l’oeuvre de Millar, si Superior est un 1985 bis (qui cette fois-ci ne touche plus aux héros Marvel mais fait un pastiche de/rend hommage à Captain Marvel/Shazam et Superman), Nemesis c’est un peu son Wanted bis, sauf qu’on passe ici de la parodie vulgaire et gratuite qui peut tout de même être un plaisir coupable pour certain (mais toutefois loin d’être inoubliable) à une auto-célébration de cette même provoc’ gratuite vendue comme un coup de génie. Nemesis avec un autre nom que Millar sous la couverture et sans les dessins de McNiven (on va quand même laissé ça au récit) n’aurait jamais fait parler de lui, ou alors qu’en mal.

        • Bruce lit  

          @ Marti Il manque effectivement 1985 dans mes bagages pour me faire un avis.

          • Marti  

            1985 fait presque figure d’anomalie dans le parcours de Millar, mais il tend finalement à prouver que le scénariste peut faire preuve d’une certaine sensibilité lorsque le sujet l’exige.

      • Bruce lit  

        Je n’ai pas pu aller au bout de superior du fait des dessins de Yu

        • Marti  

          C’est sûr que Yu faut aimé, il m’a fallu énormément de temps pour apprendre à apprécier ses dessins.

  • Julien  

    C’est pas plus mauvais que certains arcs de Batman, certes ça sent la série des 90’s ou les types se frittent la tête comme ça pour imprimer des pages couleur sang….

    Ce que je peux reprocher à ce « Némésis » c’est que finalement Millar ne va pas vraiment au bout de son concept… J’en dis pas plus pour pas spoiler, mais bon la fin m’a déçue (pour le reste je savais que c’était du comics pop-Corn…. ^^

    C’est marrant en ce moment je lis « Irrécupérable » qui met en scène un « Superman » qui vire taré, façon Injustice, mais en Pire…et c’est pas si mauvais que ça =)

  • Bruce Lit  

    Bonsoir Julien ! Je crois que Nemesis est pensé façon Millar pour être adapté à l’écran. Il me semble également qu’une suite serait en magasin….
    Irrécupérable c’est du Mark Waid ça ? C’est bien ?

  • Julien  

    Oui c’est clair que Millar c’est du pop-Corn, j’en attendais pas plus de ce Nemesis, a part de voir un Batman psychopathe… Ce qui finalement… N’est pas le cas ! (Cf la fin)

    Yep Irrécupérable c’est du Waid…c’est pas trop mal (l’intégrale est dispo en VF donc c’est un bon point). Il y a quelques longueurs (7 tomes quand même) mais finalement j’ai trouve ça pas mal dans l’ensemble… Si j’en trouve le courage ( et surtout le temps) j’essayerai d’étayer mes propos … ^^

    • Bruce lit  

      Ouais….Mais je persiste. Même dans des films Pop Corn, il ya une manière de rendre ça proche de l’excelence. Je suis un grand, immense fan des 2 premiers Hypertension qui ne doivent pas beaucoup au cinéma de Bergman…Il n’empêche que ça pétille, c’est drôle, bien fait, bourré d’idées et ultra efficace à l’inverse de Nemesis qui consiste, comme souvent chez Millar, à mettre en scène un pitch à rallonge.

      • Jyrille  

        Bien d’accord avec toi sur Hypertension !

  • JP Nguyen  

    Bon, le week end dernier, j’ai fait une razzia de Millar à la médiathèque : Hit Girl, Kick Ass 2 et Nemesis.
    Ce dernier m’a bien gonflé, car j’ai vraiment eu l’impression que l’auteur se la pétait grave par l’intermédiaire de son « héros »… Pour le coup, franchement d’accord avec la notation de Bruce…

    • Bruce lit  

      C’est déjà un miracle en soi que Millar soit en médiathèque…..

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *