God is dead and no one cares !

Preacher par Garth Ennis et Steve Dillon

Première publication le 02/02/15- Mise à jour le 30/05/16.

Fier américain !

Fier américain !©Vertigo

 VO : Vertigo

VF : Le téméraire, Panini, Urban

Cet article est un  focus sur l’intégralité de la série Preacher, version comics. Il s’agit d’une rediffusion d’un vieil article exhumé à l’occasion de la diffusion du premier épisode de la série TV sur AMC dont je ne sais si je dois m’y aventurer…

Attention Spoilers divins et autres….

Impossible de ne pas profiter de la réédition de Preacher pour revenir sur un phénomène du Comic- Book qui traumatisa toute une génération de lecteurs.

Je me rappelle parfaitement de ma première lecture de Preacher.  D’emblée je détestais Jesse Custer. Moi qui étais encore chez mes Xmen, je débarquais chez un type qui était violent, parfois cruel, tuait ses ennemis ou les humiliait impitoyablement (que ceux qui ont déjà tenté comme ce pauvre Hoover de compter 3 millions de grains de sable d’une traite sur une plage lèvent la main….). Jesse Custer buvait, baisait,  fumait, se droguait et jurait comme un charretier.

Hoover samuse à la plage !

Hoover s’amuse à la plage !©Vertigo

Je m’apprêtais à balancer le bouquin dans la même poubelle  que Transmetropilitan de Warren Ellis, lorsque j’embrayais sur l’arc Until The End of the World. Tout à coup, l’enfance de Jesse Custer enfant martyr, me le rendait enfin attachant, les sarcasmes et l’ultra violence de Garth Ennis laissaient progressivement place à une certaine sensibilité voire à de la mélancolie.

Et je tombais enfin inconditionnellement amoureux de cette série, l’une des rares à mon sens, à décupler le plaisir de relecture de ses fans. Preacher, je ne m’en lasserais jamais. Jamais ! Rien qu’en survolant les Scans, je me rends compte que CHAQUE page de la série reste un moment d’anthologie.

Une cover magnifique pour une histoire ne l’étant pas moins

Une cover magnifique pour une histoire ne l’étant pas moins©Vertigo

Mais au lieu de nous bassiner avec tes souvenirs Bruce Lit, tu peux nous dire c’est quoi Preacher ? (le pt’it con qui vient de m’interrompre comptera lui aussi les grains de sable de sa plage ndlr) . La saga de Jesse Custer (homonyme d’une ordure complice du génocide amérindien- mais aussi  initiales de Jesus Christ) peut s’apparenter à du grand n’importe quoi. Custer est un  prêtre ayant perdu la foi a hérité d’un pouvoir divin : celui de la voix. Il lui suffit de prononcer un mot pour se faire obéir immédiatement de son interlocuteur.  Custer est en fait l’hôte d’une entité bâtarde Genesis mi ange, mi démon. Custer apprend que Dieu a abandonné son royaume et trahi sa création. Le révérend entreprend alors l’entreprise la plus folle de l’histoire des Comics : traquer Dieu pour l’obliger à confesser ses crimes devant l’humanité ! Et Dieu face à un tel enragé prend peur et va tout faire pour éliminer notre héros !

Rien que d’imaginer ce mélange de Johnny Depp /James Dean comme homme d’église demande d’emblée une certaine indulgence du lecteur. Tout comme cette chasse à Dieu accompagné d’un vampire, d’un homme à tête de fion, du fantôme de John Wayne et d’un cow boy indestructible. Vous l’aurez compris, adapter Preacher au grand ou au petit écran, c’est une entreprise casse gueule tellement les limites du too much sont repoussées.

Jesse version TV: l'adaptation la plus casse gueule du monde...

Jesse version TV: l’adaptation la plus casse gueule du monde…©AMC

Durant cette quête, Custer va croiser sur son chemin des tueurs en série, des pervers sexuels, un eunuque russe, un gars qui se masturbe dans de la viande et surtout Starr, le plus grand de tous les vilains aussi effrayant que grotesque ! Et l’inventaire est loin d’être complet ! Il y a aussi des nazis, une cyclope, des bouseux sortis de Délivrance et des Anges !  Mais très vite, le lecteur perçoit que cette quête divine, Garth Ennis s’en fout complètement ! Alors qu’il aurait pu écrire un Comics de Super Héros où Custer confronte ses pouvoirs face à des hordes d’anges et de démons, Ennis mystifie son lecteur ! Non mon pote ! Tu n’es pas chez Marvel ici !

Parce que Ennis HAIT les super héros et leur infantilisme de boy scout. Jesse doit se servir de son pouvoir 10 fois à tout casser en 60 épisodes. Éduqué à la dure, notre héros n’a pas besoin de pouvoirs pour s’imposer et se faire respecter. La plupart du temps d’ailleurs ses amis lui font remarquer qu’il aurait pu utiliser The Word plutôt que ses poings !

Jesse a un problème de bile....

Jesse a un problème de bile….©Vertigo

Jesse, c’est un type à qui on ne la fait pas: enterré vivant dans son enfance par sa grand mère sadique, témoin de la mort de son père enfant, Custer est une vraie rock star qui ne respecte rien, ni personne et ne se laisse pas intimider lorsque Dieu vient lui parler !

Custer est un fier américain : aussi beauf que touchant, rempli de préjugés notamment envers les français et prêt à donner une seconde chance aux freaks qu’il rencontre, impitoyable et sensible. C’est surtout un homme d’honneur habité par sa mission qui va le conduire à braver mille morts

Ennis n’est pas intéressé par la dimension religieuse de son récit. Ou si peu.En cherchant bien, on y trouve ici et là quelques réminiscences du Sandman, autre star de Vertigo : des Dieux qui fuient leur responsabilité, une parodie de Death, ici représentée en gothique obèse et des créatures fantastiques qui vont contre leur nature :  Le Corinthien et Cassidy ont une certaine parenté physique. Cassidy tente d’être un bon vampire tandis que le Corinthien est un cauchemar qui souhaite exister dans le monde réel.

Mais Ennis est d’avantage attiré par le réalisme que le fantastique raffiné de Neil Gaiman. Car malgré toute sa violence et le trash de ses situations, Preacher est une perle d’écriture, un Western crépusculaire qui, au fil des personnages plus exubérants les uns que les autres,  raconte une certaine histoire de l’Amérique. Celle des Freaks, des laissés pour compte, des marginaux,  des cons, du conformisme et du Vietnam. Et brosse des portraits fascinants. Inoubliables. Imparables.

Tulip et Jesse : c est plus de lamour, cest de la rage !

Tulip et Jesse : c’est plus de l’amour, c’est de la rage !©Vertigo

Arseface est un gamin dont on ne saura jamais le vrai nom. Dans un récit sombre, Ennis raconte l’histoire d’un pauvre gosse qui se fait traiter de pédé par son père parce qu’il a les cheveux longs.  Le jour où il apprend la mort de Kurt Cobain, il se tire une balle dans la tête. Et se loupe. Plutôt que d’en faire une victime, Ennis se fout de sa gueule  (ou ce qu’il en reste) pendant 60 épisodes. Il le tourne en ridicule en apprenti Bruce Wayne jurant vengeance sur la tombe de son père en bavant, et en prononçant des mots auquel personne ne comprend rien.

Paradoxalement, en humiliant son adolescent dont il condamne la tentative de suicide sans ambages, Ennis parvient à redonner à Arseface une dignité voire une certaine noblesse. Plutôt que de le prendre avec des pincettes et de glorifier son handicap, Ennis le traite comme un type normal aussi naif que stupide. Il est le seul personnage qui échappe à la fin tragique de la saga en rencontrant un amour peu banal….

Arseface le bien nommé...

Arseface le bien nommé…©Vertigo

Cassidy, le vampire Irlandais occupe un second rôle prédominant. Présenté en début de série, comme le Wanker (le branleur) de la troupe, il est l’archétype du pote drôle qui aime un peu borderline. Ennis nous trompe une première fois en mettant en scène un Vampire pacifique qui répugne à boire du sang humain. Dans un hors série d’une qualité époustouflante, Ennis peint le portrait de Proinsias Cassidy comme un type plutôt censé. Loin du gothisme morbide  et romantique façon Anne Rice, Cassidy est un type qui aime la vie, mange de l’ail et apprécie le silence des églises.  Impitoyablement torturé par Herr Starr durant Proud Americans, Cassidy est méprisé par Dieu en personne qui le traite d’animal. Le degré d’empathie du lecteur est alors au maximum pour ce bouffon sympathique.

Pourtant à partir de l’arc Dixie Road, Ennis décide de casser le schéma du trio de copains inséparables et fait de Cassidy une menace de plus en plus pesante. Ce qui commence comme une sympathique bluette de triangle amoureux se termine en véritable cauchemar pour Tulip après la mort présumée de Jesse. Alors que clairement, Cassidy ne ressent pour Tulip qu’une attirance sexuelle, le choix de Tulip de coucher avec un être qui la répugne n’est pas si déconcertant. Cette femme au prénom de fleur se fâne loin de Jesse Custer. Coucher avec son meilleur ami n’est clairement qu’ une tentative désespérée pour elle de surmonter le deuil de son amant en côtoyant son meilleur ami.

Entretien avec des vampires !

Entretien avec des vampires !©Vertigo

De fil en aiguille, le lecteur comprend que le vrai héros de la série est Cassidy, un immortel irresponsable qui joue avec les vies qu’il détruit sans disposer du temps devant lui pour acquérir sagesse et sérénité. Cassidy a tout connu : l’héroïne, la prostitution et a été auteur de violences impardonnables envers les femmes. Parmi les innombrables parenthèses que l’Irlandais ouvre, la violence conjugale occupe une place de choix.

Dans le dernier arc, le magnifique Alamo, la finalisation de la  quête de Dieu prend moins de place que le règlement de comptes entre les deux amis. L’affrontement est terrible avec d’un côté, Jesse Custer, homme d’honneur incapable de mentir et de l’autre Cassidy qui supplie son ami prêtre de lui accorder son pardon. Encore une fois Ennis nous a bien eu ! Il met en scène une histoire d’amitié déçue qui surclasse les crimes d’un Dieu idiot.

Ma réplique préférée...

Ma réplique préférée de toute la série…©Vertigo

Brutale en apparence, la série d’Ennis faisait ici montre d’un talent véritablement littéraire en réalité. De quoi parle Preacher ? De rédemption purement et simplement. D’ailleurs l’un des meilleur arc de la série s’appelle Salvation ! Mais cette rédemption n’est pas celle infantile véhiculée par les comics de Super Héros mais résulte d’un effort autant physique qu’intellectuel à constamment renaître des cendres de nos vies précédentes , de nos choix et nos erreurs!

Dans un monde où même Dieu a abandonné ses créatures, Jesse Custer choisit de rester debout et de demander des comptes. Jesse va perdre une oeil mais reste un homme lucide et clairvoyant. Cet amour dévorant que Dieu exige de lui, il n’en a cure. Il est un homme sans peur, n’ayant rien à perdre, donc rien à demander.  Preacher évolue dans les abysses de l’humanité et côtoie l’équivalent de créatures préhistoriques qui se sont développées sans lumières, sans amour, sans âme. Et sans bienveillance d’un Dieu qui pervertit toute notion de Bien , de Mal et du sens à donner à la vie.

Jesse oublie son catéchisme....

Jesse oublie son catéchisme….©Vertigo

Pour Ennis, il ne s’agit pas de naître homme, il faut vouloir le devenir. La vraie grandeur d’âme de Jesse Custer se situe dans son sens des responsabilités et de l’honnêteté. En dépit de sa violence et de son caractère rustre, Jesse est un homme auquel le lecteur apprend à s’identifier en ce qu’il mène le combat de l’homme de tous les jours : ne jamais abandonner ! Exactement comme le Matt Murdock de Frank Miller dont on sait qu’il constitue l’un des rares super héros que Garth Ennis respecte.  Preacher est une fable sur la virilité qui exalte les valeurs masculines sans en faire une apologie patriotique malsaine ou démagogique !

Au contraire, en décortiquant les principes de loyauté, d’honneur, de courage et d’amitié, Ennis rappelle aux hommes qui le lisent leurs devoirs à l’égard du monde que leur lâcheté et leur paresse ont amené à déserté pour des intérêts immédiats comme ce Dieu égocentrique que Custer cherche à abattre. Jesse est un homme capable de discerner chez l’autre la propension au bien. Impitoyable envers ses ennemis, il est celui qui laisse une chance de rédemption à des damnés comme le Saint des Tueurs ou Cassidy. Et même s’il devient borgne au cours de la série, il reste roi au milieu des aveugles du conformisme.

Derrière chaque grand homme se cache une grande femme....Enfin, linverse

Derrière chaque grand homme se cache une grande femme….Enfin, l’inverse©Vertigo

Et puis, il y a aussi les femmes.  La force de la série est de mettre en scène un personnage féminin remarquable, Tulip, qui joue un contre-pouvoir efficace dès que le récit devient trop burné. Tulip n’est pas un modèle de féminisme : elle n’est pas plus jolie que ça, elle se bat comme un mec et fait preuve au combat de peu de scrupules humanistes. Pourtant, elle reste un modèle d’équilibre dans l’univers désaxé de Jesse Custer, celle capable de lui rappeler une fois le carnage terminé au numéro 66 que toutes ces conneries machos n’auront finalement pas servi à grand chose.

Tulip n’est jamais une demoiselle en détresse, une princesse effarouchée perdue dans un monde d’hommes. Au contraire, elle est une femme qui s’est adaptée à la brutalité d’un monde masculin dangereux tout en gardant ses attributs féminins : sensibilité, perspicacité et ténacité.  La même chose pourrait s’appliquer à la mère de Jesse Custer, Jody, dont les retrouvailles constitue une des grands moments de la série.  Ce sont ces deux femmes qui conduisent Jesse Custer vers sa rédemption : l’acceptation de sa fragilité.

Les dialogues de Garth Ennis....

Les dialogues de Garth Ennis….©Vertigo

Lorsqu’il s’avère que Jesse Cow-boy autoproclamé a menti à la femme qui l’aimait, celle-ci, révoltée à l’idée qu’une femme ne mérite pas qu’on lui fasse confiance,  le quitte impitoyablement.  Même si Ennis surjoue leur réconciliation façon Western à cheval vers le soleil couchant, l’émotion est là. Après avoir bravé mille morts et tué Dieu ( ! )  Jesse Custer pleure pour la première fois en 30 ans terrorisé à l’idée de perdre la femme qu’il aime. Cette masculinité réconcilié avec sa part féminine constitue la meilleure fin de Preacher.

Il oppose ici cette virilité moderne à celle archaïque de Herr Starr qui ne voit les femmes comme un utilitaire sexuel ou celle du Saint des Tueurs exclusivement centrée sur la vengeance brutale au mépris de sa propre humanité ( une analogie entre ce personnage et Frank Castle, le Punisher a été développée ici). Starr a force de renier les femmes devient un phallus humain toujours en érection, excité par son propre pouvoir, sans jamais jouir de l’autre…. Pourtant malgré tous ses défauts Herr Starr arrive à attirer l’amour de Featherstone, qui, comme Eric Finch de V for Vendetta, est une femme respectable qui s’est retrouvée dans le mauvais camp. Comme Custer, Starr est borgne mais, lui ne voit que ses intérêts égoïstes malgré une intelligence en tout point supérieure à celle de Jesse.

Starr, viril des pieds à la tête....

Starr, viril des pieds à la tête….©Vertigo

Derrière ses outrances, Preacher est une fable humaniste vibrante volant au secours de  la maltraitance des femmes, des enfants battus et incestés, des animaux maltraités, des noirs pourchassés par le KKK et les héros oubliés du Vietnam. Beaucoup se sentirent trahis par la fin heureuse de la série. Elle n’a pourtant rien d’opportuniste. Jesse, Tulip et Cassidy onnt tous perdu la vie au cours du récit. Cette vie qu’ils retrouvent, c’est leur deuxième chance, une renaissance où ils décident de mettre à profit leur volonté de ne pas refaire les mêmes erreurs. Rien de leurs vies précédentes n’est oublié. Et Cassidy est mort pour ses amis malgré une grosse bourde scénaristique d’Ennis (comment a t’il fait pour laisser un mot dans la poche de Tulip qui l’a quitté ?).

En dépit de la violence du récit, le message de Garth Ennis est plein de vie et d’optimisme. Pourquoi nos moments de bonheurs devraient ils être liés à Dieu et pas à nous mêmes ? Dieu est mort ? Fuck it ! L’homme n’a pas besoin de lui pour être heureux ! Il s’agit juste d’en avoir conscience, de croire en nous même et de notre potentiel à être juste ! Rappelons nous la promesse de Jesse faîte à son père :You got to be one of the good guys, cause there’s way too many of the bad.

Adieu mes amis !

Adieu mes amis !©Vertigo

47 comments

  • Lone Sloane  

    Wow! Tu nous fais plaisir là, Bruce. Lire cette chronique habitée, enthousiaste et consistante comme un steak saignant de bon matin, ca me file la patate pour la journée. You’re the son of the preacher, man.

    • Bruce lit  

      Merci Lone ! C’est rare de te lire le matin. Et merci à JP pour avoir repéré quelques coquilles grâce à lui corrigées !

  • nicolas giard  

    Bravo Bruce, belle chronique !

    En effet, Preacher est l’histoire d’une amitié trahie, celle de Cassidy le violent, brillant de passer pour ton pote au tout début mais capable de te planter dans le dos au moment opprtun.

    C’est l’histoire d’un enfant massacré dans son enfance qui devient un monstre (Starr), d’un autre enfant maltraité qui devien un héro (Custer), d’une famme violentée par le pote de son mec mais qui s’en sort quand même.

    C’est l’histoire d’une belle brochette de détraqués sexuels : pathétique (Bridges, le flic sado-maso), cruel (Quincannon), cruel et pathétique en même temps (T.C et ses poules), vraiment odieux (DeSade le pédophile).

    C’est l’histoire de Dieu, qui a force de jouer au bon Dieu doit rendre des comptes a sacréation et ne peut comprendre l’attitude de Custer.

    C’est l’histoire de bon nombre de familles dysfonctionnelles : la grand-mère intransigeante et obsessionnelle, le frère ainé/oncle brutal, le cousin perver, la figure paternelle décéde mais pourtant omnipresente en Jesse Custer.

    C’est une histoire d’amour qui se finit bien malgré des tribulations qui auraient pu briser ce couple trois fois.

    C’est aussi l’histoire d’un des ados les plus bizarres de l’histoire des comics (Arseface) mais qui lui aussi trouve chaussure à son pied avec la soeur du copain d’enfance de Jesse.

    C’est un des comic-books les plus jouissifs de l’histoire des comics : brutal, sanglant, humoristique, caustique, intelligent, adroit, brutal et sanglant comme un bon Tarantino. Tout cela en même temps.

    Et un bonheur a redécouvrir en seconde lecture des année après sa découverte grâce au label Vertigo.

  • Présence  

    M’enfin ! Il est beaucoup trop court cet article, j’aurais pu en lire le double, pour le plaisir de découvrir ton regard lucide, pénétrant et enamouré sur cette série.

  • Bruce Lit  

    @ Présence : En fait je n’avais pas de plan prédéterminé, juste une commande de Tornado ( rires). Mais je suis d’accord, il y a tellement à dire….Et dans la même semaine, j’ai écrit l’article pour From Hell, ce qui explique que je n’ai peut être pas été jusqu’au bout de mes ambitions.

    @Nicolas : Car Preacher, c’est aussi une certaine histoire de l’Amérique racontée par ses déviants, des parenthèses engagées sur les conflits au Vietnam et en Irlande, le refuse de se prendre au sérieux sur des sujets de société terrifiants et surtout un scénario, quoiqu’en pense Ennis, qui doit beaucoup aux Super Héros : une quête impossible, des super pouvoirs, des méta humains, des résurrections etc.

    Donc oui, il y aurait matière pour d’autres articles, genre le Preacher du mois ! Spécial Saint des tueurs, Herr Starr, etc. Naturellement si quelqu’un veut s’y coller…. Et je n’ai même pas parlé de Steve Dillon qui était mon idole de l’époque avant que sieur Tornado me démontre mon hérésie….

    • nicolas giard  

      Pourquoi est-ce une hérésie d’aimer Dillon ?

      • Bruce lit  

        Ahem ! Tornado va t’en faire une tartine là dessus !

  • Jyrille  

    Je suis frustré. N’en étant qu’à l’épisode 4, je m’interdis de lire cet article et vos commentaires. Et je suis sans doute loin de pouvoir le faire…

  • Tornado  

    Ça fait du bien de se replonger dans « Preacher » !!!

    Le Blog de Bruce Lit ne pouvait pas continuer sans un article sur cette série, d’autant qu’on en parle sans arrêt !

    Il s’agit de l’une des premières séries que j’ai lues lorsque j’ai recommencé à lire des comics (c’était en 2009). Ça a été la claque, une claque fantastique ! Car il y a tout ce que j’aime dans cette série, et en plus c’est magnifiquement écrit !

    « Jusqu’à la fin du monde » est peut-être le chef d’oeuvre d’Ennis ! Le sommet de la saga, beau à pleurer. J’ai rarement ressenti une telle attraction en lisant quelque chose.

    Bravo Bruce, pour avoir relevé le défi ! Je ne saurais dire quel est le passage que j’ai préféré dans ton article, car il y a plusieurs belles envolées (il faut que je le relise à tête reposée).

    Quant à Steve Dillon, je ne me sens plus le courage de le descendre et d’expliquer pourquoi je trouve que c’est un tâcheron. Je l’ai trop fait. J’en suis las ! Je crois que la fois où j’ai définitivement enterré le bonhomme (en ce qui me concerne), ça a été lorsque j’ai écrit mon commentaire à propos du Punisher de Jason Aaron (ET Dillon !) . C’est là :
    http://www.amazon.fr/Punisher-Max-5-Sans-abri/product-reviews/2809426465/ref=sr_1_5_cm_cr_acr_txt?ie=UTF8&showViewpoints=1

    • Bruce lit  

      Éternel débat, même si avec le temps je me range à ton opinion, vieil ami !
      Mais pour faire court je dirais ceci : Dillon, même limité possède un art : celui de faire rire, de trouver la moue d’un idiot, de mettre en scène les dialogues d’Ennis de manière ludique. Souvent j’adore ses profils.
      Et quand même, les séquences Starr, je ne vois personne d’autres que lui pour les dessiner.
      Fin du débat ( en ce qui me concerne).

  • Présence  

    En plus de tous les éléments mis en lumière avec panache et conviction par Bruce, je garde en mémoire cet épisode très bizarre dans le tome 8 (All hell’s a coming), où Jesse Custer prend plusieurs auto-stoppeurs pour une discussion à bâton rompu sur les valeurs de l’Amérique, pays de la libre entreprise et de l’égalité.

    • Bruce lit  

      Oui, curieusement présence, c’est l’épisode que j’aime le moins, tout simplement parce qu’il fait durer de manière interminable les retrouvailles avec Tulip ! Mais oui, c’est un épisode important. Preacher, c’est aussi l’histoire du Texas vu par un Irlandais !!

    • nicolas giard  

      Présence, as-tu une idée de l’identité du dernier auto-soppeur, celui qui parle avec une voix bizarre.

      J’ai jamais compris.

      • Bruce lit  

        Il s’agit d’Elvis Presley qui a simulé sa mort

  • JP Nguyen  

    La première fois que j’ai feuilleté du Preacher, c’était en VF, Editions Le Téméraire. J’ai survolé et reposé direct car les dessins étaient moches et montraient des trucs moches.
    Des années plus tard, j’ai emprunté les tomes 1 et 2 à la médiathèque et ça m’a suffisamment intéressé pour que je les prenne en VO et j’ai descendu la série en quelques mois.
    Je l’ai relue une ou deux fois mais ça fait un moment que je n’y suis pas retourné. Avec mes filles encore toute jeunettes, j’évite de laisser traîner ce genre de BD. C’est quand même une BD qui exige qu’on « entre dedans ». Il faut développer une certaine connivence avec l’auteur, les persos et les conventions de la série pour passer outre les dessins somme toute quelconques et juste fonctionnels de Dillon (qui brille par défaut, lorsque surgissent les McCrea et autres Ezquerra dans les fill-ins), pour aller au-delà du gore, des scènes chocs et des seconds rôles grand-guignolesques. Et c’est seulement au prix de ces « efforts » qu’on peut apprécier ce qui fait tout le sel de la série : l’humanité de ces personnages.
    Nicolas a mentionné Tarantino, et c’est vrai que certains épisodes ou scènes dégagent un feeling similaire. Les « apparitions » de John Wayne, par exemple, rappellent celles d’Elvis dans « True Romance ». Mais pour un lecteur un peu cartésien, ces moments-là peuvent sembler un peu trop WTF…
    En résumé, je « comprends » tout à fait l’attachement que Bruce peut avoir pour Preacher et j’apprécie aussi beaucoup cette série mais je ne la recommanderais pas à tout le monde…

  • Bruce lit  

    @JP : Oui, Preacher n’est pas recommandable ( sur la forme, parce que sur le fond, j’espère avoir démontré la moralité de son entreprise) et c’est bien pour ça que je l’aime. J’ai lu sur le FB de Steve Dillon ( à qui j’ai envoyé l’article) qu’AMC, la chaine de Breaking Bad tournait le pilote de la série ( http://www.ew.com/article/2014/12/03/preacher-tv-series-gets-amc-pilot-order?hootPostID=0abf255a8a15785ff67ecaf0be589fbf).

    Et bien, je vais faire mon chiant, mais Preacher, pour moi , c’est plus important que Watchmen ! Et je ne supporte pas cette idée que cette série se démocratise et fasse l’objet de conversation de gens en mal de trash. Parce que Preacher c’est autre chose. C’est de l’iconoclasme punk, c’est de l’irrévérence étudié, irrésistible qui ne peut pas être nivelé par le bas façon Californication qui a fini par tourner Pipe ( pipi), caca ( sodomie).

    Oui Preacher est vulgaire mais tout cela n’avait que du sens que dans le contexte de l’époque. Aujourd’hui, le bras plein de…chocolat de Jésus de Sade est à la portée du premier Millar venu….Je maintiens que Preacher est une série brillante, une condamnation sans appel de l’aliénation et de la défaite de la pensée de la moitié du globe.

    Et je n’aime pas non plus les comparaisons avec Tarantino, qui, aussi fun soit ses films ne propose à mes yeux que du divertissement sans réel message de fond ( bon , je n’ai pas vu le dernier )….Ennis pour moi, je le situerai d’avantage vers John Waters, les Monthy Python ou….Sergio Leone qui avaient le rire graveleux….Le duel Cassidy / Jesse, c’est du Léone et pas du Tarrantino ! Ennis l’a pour moi dépassé depuis longtemps Tarrantino ! Je le situerai d’avantage du côté des Peckinpah ou Samuel Fuller !

    • JP Nguyen  

      Ah le débat des adaptations ! A l’époque où cela m’importait encore un peu, j’étais agacé que certaines personnes ne connaissent Daredevil que via le film de 2003. Ce ne sera jamais « mon » Daredevil…
      Mais après tout, l’adaptation se rajoute, se juxtapose à l’oeuvre originale, elle ne la détruit pas, elle ne l’invalide pas…
      Simplement, je crois qu’il faudrait arriver à tordre le cou à cette idée que l’adaptation série ou télé soit une consécration. Je l’ai déjà dit, le ciné ou la télé apporte certaines possibilités par rapport à la BD mais en perdent certaines autres…
      Franchement, pour certaines BD que j’affectionne particulièrement, ça me fait toujours chier quand j’entends des trucs du genre « Et puis t’as vu, ils vont en faire un film ! »
      Après tout, on ne dit pas des Misérables : « ah ouais, il était quand même bien ce bouquin, il méritait qu’on en fasse un film ! »

      Côté Tarantino, il n’y a peut-être pas de grands messages dans ses films, mais il y en a plein de petits… Dans Kill Bill, par exemple… Et puis il choisit quand même drôlement bien ses BO… Mais je m’égare…

      • Bruce lit  

        On est d’accord JP ! Il existe de très bonnes adaptations après tout, la carrière de Kubrick est FAITE d’adaptations. Mais, c’es plutôt la démarche d’adapter tout ce qui est publié qui m’agace… Comme si l’écran légitimait le médium original…
        Tarantino : Je n’ai rien contre lui, j’ai adoré ses Kill Bill, mais à l’image de ses BO, c’est un excellent compileur, DJ d’images, mais je n’ai jamais rien vu de lui avec un réel contenu. Il parait que Jackie Brown sort du lot…

  • Bruce Freud  

    Tiens, je viens ď avoir un retour du refoulé ; pourquoi ai je ressenti ľ urgence ď écrire cet article dont je repoussais toujours les échéances depuis plusieurs mois ? Je pense que c est ma maniére d exorciser les attentats Charlie ; Preacher, c est un peu le Charlie Hebdo du Comics ! Un machin irreverencieux qui crache sur les extremismes religieux et derange beaucoup de monde.
    Je reste convaincu qu Ennis n est pas un anti religion forcené mais plutot un dénonciateur des extremismes.

    • Jyrille  

      C’est intéressant ce que tu dis là…

      Purée ça se termine quand la réédition de Preacher ? Encore cinq tomes, pas avant un an au moins ! (pleure)

      • Bruce lit  

        Et du coup, je continue de développer mon idée : je n’ai pas besoin d’une version TV de Preacher pour le dénaturer. Tout comme Charlie Hebdo qui tout à coup se retrouve avec des millions d’abonnés qui ont attendu le carnage pour s’intéresser à l’irrévérence.
        C’est une réaction totalement passionnelle et égoïste ( et totalement inutile, d’ailleurs puisque cela n’empêchera rien). J’ai beaucoup aimé le film Dredd alors que le comics m’a laissé froid !

  • Bastien  

    Bonjour,
    Alors voila une lecture qu’il va falloir que je me refasse.
    J’ai commencé cette série à ma médiathèque et avançant trop rapidement j’ai attendu plus d’un mois sans réussir à récupérer le tome 3, du coup j’avoue avoir abandonné.
    J’ai trouvé le premier acte très moyen mais le deuxième arc était beaucoup plus intéressant.
    Mon gros problème avec ces albums, c’est que je déteste Dillon.
    Je trouve que ses dessins sont grossiers, vulgaire.
    Autant j’ai réussi à me faire à un Darick Robertson, et même à un Juan José Ryp autant les dessins de Dillon arrivent à me faire sortir du récit.
    Je penses tout de même succomber à l’achat de cette série vu les bonnes critiques que vous en faites.
    Je reviendrai faire un commentaire plus abouti que les dessins de Dillon à ce moment là. (Désolé pour le bashing facile mais Dillon pour moi c’est comme Bendis pour Monsieur Lit).
    Bonne journée et merci pour cet article qui me donne envie de redonner une chance à cette série.

  • Bruce Lit  

    Monsieur Lit vous salue bien et a volontairement fait l’impasse sur les dessins de Monsieur Dillon. Pour toute adhésion au club Steve Dillon dessine comme un pied, prière de souscrire auprès de monsieur Tornado, président d’honneur de l’association.

  • Jyrille  

    Je viens de dévorer le second tome paru chez Urban. Bon, j’ai fait l’impasse sur le courrier des lecteurs présent entre chaque épisode, mais boudiou ce que ça m’a plu ! C’est bien loin de ce que j’imaginais en voyant les couvertures de Glenn Fabry à l’époque. C’est excellent. Quels dialogues !

    • Bruce lit  

      Preacher : une des rares séries où j’aimerais perdre la mémoire pour la relire de nouveau ! Content que cela t’ait plu.

      • Jyrille  

        Et je vais continuer bien sûr. Prochain arrêt, le second tome de Hellblazer par Ennis chez Urban.

  • Jyrille  

    Je me suis payé le troisième et dernier tome de Hellblazer par Ennis et le troisième de Preacher. J’ai commencé le Preacher, les premiers épisodes sont au sujet du Saint des Tueurs. Pas fan du dessin (et ce n’est pas Dillon) mais l’histoire me rappelle beaucoup les origines du Punisher.

  • patrick  

    J’ai vu, et ça m’a laissé de marbre!

  • Bruce lit  

    « This is Religion » 1/3
    Mouais….Preacher adapté à l’écran, faut voir (ou plutôt faut pas voir ?). En attendant, retour chez Bruce Lit sur la saga de Jesse Custer, version comics.
    (Les copains ayant été un peu oubliés ces derniers temps b’cause exclusivité Xmen, les contributeurs de la Bruce Lit Teamup prennent le relais du vieux lion sur le blog et le FB à partir de demain ! Rooaaar !!!!).

    « Les vitraux cachent les hypocrites terrés dans leur Eglise// ils y prient non pas pour la paix, mais pour plus de pognon/ celui qu’ils ne peuvent se faire/ c’est la religion et le type sur l’autel est un menteur/ c’est ta religion ». Non, ce n’est pas le sermon de Jesse Custer mais celui de John Lydon pour ouvrir le premier album de PIL: https://www.youtube.com/watch?v=Iax8AMr8RXw

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *