Interview Attilan Comics

Interview Attilan Comics

Un entretien mené par BRUCE LIT

Parce que il n’y a pas qu’Amazon dans la vie, Bruce Lit vous propose aujourd’hui de découvrir le métier de libraire en ligne avec Arnaud de Attilan Comics.

1ère publication le 11/12/19- MAJ le 20/08/19

att_1

Salut Arnaud, tu es libraire par correspondance. Comment en es-tu venu là ?

Bonjour Bruce . J’ai le souvenir, depuis ma plus tendre enfance, d’avoir toujours été un amoureux de BD.
Enfant j’étais abonné au Journal de Mickey, et je lisais aussi beaucoup Pif Gadget et Le Journal de Spirou. De plus, mon père, malgré des moyens assez modestes, avait une belle collection des grands classiques de son époque à savoir : Tintin, Astérix, Modeste et Pompon, Achille Talon, Lucky Luke, Barbe Rouge, Gaston Lagaffe etc.. Je dois avouer que René Gocsinny , Jean-Michel Charlier, Greg et Hergé m’ont donné l’amour de la culture générale, de la lecture et de la langue française.

J’ai découvert les comics un peu plus tard, vers l’âge de 12-13 ans dans les revues Lug et Artima, Mon Journal. Une époque bénie (run Claremont/Byrne sur les X-Men notamment, et Roy Thomas / John Buscema sur plusieurs titres).
Il y a 5 ans , je vivais alors à Toulouse depuis vingt ans, j’ai décidé de tout quitter, la région, mon boulot et ma vie d’alors, et de me lancer dans un métier qui était à la fois une passion, à savoir la BD. Ayant à l’époque quelques contacts dans le milieu comics, j’ai décidé de commencer par là.
Ainsi est né Attilan Comics en référence à la cité mythique des Inhumains, personnages qui me fascinaient étant enfant.

Quelles sont les étapes à franchir : (trésorerie, administration, fond de stock, site web) ?

Créer une boutique est administrativement plus simple aujourd’hui qu’il y a quelques années. On peut ouvrir un compte chez les éditeurs en quelques échanges de mail (sauf des rares qui sont restés à l’âge de pierre).
Le plus difficile au début est la trésorerie : le vieil adage « on ne prête qu’au riche » est toujours d’actualité, les banques étant très frileuses à prêter aux créateurs qui n’ont pas déjà un bon capital de départ. De plus , dans le secteur du livre neuf, les marges nettes sont très faibles. Il faut vendre beaucoup pour se sortir un salaire correct en fin de mois. Parfois, on mange donc des pâtes…
La création d’un site web est maintenant d’une simplicité enfantine, même pour les gens qui n’y connaissent rien (je parle de moi, là), nombre d’hébergeurs fournissant des sites clé en main qu’un enfant de 8 ans maîtrise dans les grandes lignes en quelques jours.

Le quotidien d’un libraire en ligne, c’est quoi ?

Contrairement à ce que beaucoup croient, cela ne consiste pas attendre la commande d’un client, mettre les BD dans un carton, le poster et attendre la suivante.
Il y a beaucoup de travail en amont : les commandes chez les éditeurs, la création des articles sur le site (ce qui prend beaucoup de temps), essayer de se faire connaître car le secteur est très concurrentiel, et surtout biaisé par les géant du web qui ont des avantages déloyaux (à mon point de vue) ; l’administratif, comptabilité, factures prend beaucoup, beaucoup de temps, si vous n’avez pas les moyens de vous payer un comptable. C’est bien connu, la France n’est pas la championne de la simplification administrative….

Enfin, et le plus important pour moi, mais qui prend beaucoup de temps, c’est le contact, et la proximité avec les clients. Toujours essayer d’être le plus réactif possible, aux questions ou sollicitations des clients. Cela pour créer, même sur le web une interaction, une proximité entre les habitués et moi-même, essayer de connaître au plus prêt les goûts ou les attentes de chacun, leur servir une prestation la meilleure possible, créer une relation humaine.
Cela aussi dans le but de se démarquer de la grande distribution ou des géants du net.att_2

Tu peux nous parler de ta clientèle ?

Etant spécialisé à 90% comics, et avec le succès de la vague des films de super-héros depuis une dizaine d’années, je m’attendais à avoir une clientèle très jeune, adolescente ou étudiante.
Or, à ma grande surprise (et joie également) ma clientèle est composée essentiellement d’adultes avec une très forte proportion de trentenaires et de quadras.
Le seul bémol est qu’elle est très majoritairement masculine, le comics, contrairement à la BD franco-belge, ayant du mal à percer dans le lectorat féminin.

Quels sont les articles qui ont le plus de succès ?

En kiosque, mes meilleurs ventes se font sur les parutions d’Urban Comics, surtout depuis le lancement du de « DC Univers Rebirth » il y a un peu plus d’un an
Chez Panini Comics , c’est beaucoup plus irrégulier, sauf l’éternel Spider-Man qui traverse les générations sans sourciller, et les Avengers qui surfent sur la vague MCU.
En revanche, malgré tout ce qu’on peut lire sur les réseaux sociaux, ou les « j’aime pas » s’expriment toujours plus que les heureux, la nouvelle gamme Legacy, s’arrache comme des petits pains. C’est une des causes des ruptures de stock assez rapides, bien que je soupçonne fortement Panini d’avoir diminué ses tirages suite au changement de distributeur.
Du côté du rayon librairie, la gamme Urban Comics se vend très bien, que ce soit les titres récents « Rebirth », que les publications plus anciennes comme les DC Classiques, Deluxe etc..
L’éditeur Bliss Comics me semble connaître une très forte progression, mais je n’ai pas de vision globale.

Inversement, les livres que tu n’arrives pas à écouler ?

Pour ma boutique, ayant une clientèle assez adulte, j’ai beaucoup de mal a écouler le rayon librairie de chez Panini Comics, hormis les intégrales, les Vintage et les Events
Les Marvel Now ! et les 100% Marvel font souvent le chemin retour vers l’éditeur. Il y a de bons titres dedans pourtant
Mais je dois avouer que la politique éditoriale de Panini me laisse perplexe parfois…
Les indés ne se vendent qu’auprès des connaisseurs, sauf si le libraire fait un travail auprès de ses clients pour les faire connaître.


Sur ton mur Facebook, tu es souvent impitoyable avec les films Marvel / Dc. Pourtant, c’est un peu grâce à eux que ta clientèle abonde non ?

Ben….non.
Ma clientèle a une moyenne d’âge plus élevée que ce que l’on pourrait croire, entre 30 et 50 ans. donc des gens qui ont connu Marvel/DC à travers les livres et non par les films.
Ensuite , en ce qui me concerne, et comme tu le sais je suis un grand passionné de cinéma. Ce n’est pas les films de héros en soit qui me dérange. J’ai beaucoup aimé les Burton, Nolan, Raimi, et d’autres. Mais si je suis aussi sévère, c’est parce que ces films pour la plupart n’ont aucun style. Tout est fait à l’avance par les maisons de production, et ces films sont totalement impersonnels. Le réalisateur ne fait qu’appliquer une feuille de route. Donc aucune mise en scène, des acteurs qui ont souvent une brillante carrière par ailleurs mais qui ne sont la que pour encaisser un chèque, et qui lisent 3 lignes de texte sur un fond vert, un humour d’école primaire caca-prout (surtout chez Marvel) qui enlève toute intensité dramatique, bref des jeux vidéos pour ados mais pas du cinéma. Et par dessus tout un politiquement correct et une « bien-pensance » à l’américaine qui me donne la gastro.
Ensuite , j’exagère toujours un peu mes critiques et mes interventions, tu sais bien ….
Après je pourrais aussi être le prince des faux culs et faire semblant d’être d’accord sur tout avec mes clients, aimer les mêmes choses qu’eux, leur dire que je préfère Deadpool par Cullen Bunn à Dark Knight de Miller, et que Thor Ragnarok est digne d’Orson Wells ou de Coppola.
Vous préférez quoi ?att_3

Tu pestais récemment contre la spéculation dans le monde des comics et plus particulièrement sur celle faîte sur la mort des kiosques. Tu peux nous en parler ?

Je ne pestais pas contre la mort des kiosques. C’est un regret car, j’ai découvert les comics là-dedans, comme dit plus haut, mais il faut reconnaître que c’est un désastre économique. Le système de distribution de presse de Presstalis étant géré comme l’économie du Vénézuela, on peut comprendre que des acteurs économiques qui sont là pour faire des bénéfices s’en retirent. Il faut savoir qu’il y avait plus d’invendus qui partaient au pilon que de ventes. A mon avis, ce n’est qu’un début (voir Urban qui a suivi Panini 3 mois après)

Concernant la spéculation, je « pestais » contre des cas précis, je ne faisais pas une généralité. Si demain, je rentre l’édition originale de Tintin au Pays des Soviets de 1929 ou Action Comics 1 , je ne vais pas les vendre 5 € . Ce serait totalement idiot. Que des particuliers vendent leurs albums au prix qu’ils veulent, cela les regarde, on est dans une économie libre , et personne ne met un flingue sur la tempe du client pour payer un truc a un prix qui ne lui plait pas. Ce n’est pas vital comme son loyer ou l’essence de sa bagnole pour aller au boulot, donc il peut d’en passer.

Non, je râlais contre des acteurs professionnels (libraires) , qui alimentent eux-mêmes la pénurie de certains titres pour les revendre 4 fois le prix éditeur , alors que ces titres sont toujours disponibles chez les éditeurs. Et cela est illégal en plus : lorsque j’achète des comics chez Hachette (Panini Comics) ou MDS (Urban) par exemple, il est inscrit sur la facture le prix auquel tout libraire ou revendeur doit vendre ce livre neuf, ni plus, ni moins. Donc si demain, je vous mets Avengers Legacy 3 à 20 € alors que je me suis fais livrer de chez Hachette, non seulement je la mets profond au client, mais en plus je vole sur la marge que je dois redistribuer au diffuseur et à l’éditeur.
En revanche, si je rachète sa collection à un particulier, il s’agit là de livres d’occasions, je suis libre de les revendre au prix que je veux
Enfin, certains libraires, qui sont en rupture de stock, vont acheter les titres restants d’un collègue a prix normal, pour les proposer le lendemain 4 fois le prix sur leur boutique…sympa…
Ces pratiques, qui ne concernent (je l’espère) qu’une minorité de libraires, me dégoûtent au plus haut point.

Comment gères-tu la concurrence de Amazon ou des plateformes comme le bon coin ?

C’est très difficile. On ne lutte pas dans la même catégorie. Il faut savoir que proportionnellement, un indépendant, ou une petite PME paie plus d’impôts qu’Amazon.
Amazon achetant de très grosses quantités de produits, il impose sa marge au distributeur. Les diffuseurs vendent donc leurs BD moins chère à Amazon qu’à Attilan Comics ou ses confères…pour les revendre au même prix !
Le prix pour le client est le même, mais Amazon fait une marge beaucoup importante
Enfin, les frais de port, et là c’eest le scandale ! Comment Amazon gagne de l’argent en faisant des frais de port gratuits ? Tout simplement, parce que la Poste (entreprise publique rappelons-le), offre des tarifs au rabais a Amazon , pour avoir l’exclusivité de la livraison des ses milliers de colis.
En revanche, cette entreprise publique, ne fait aucun cadeau au petits libraires qui paient pleins pots les colis comme les particuliers. Heureusement que des concurrents privés comme Mondial Relay ou autres sont apparus.

Bref : Amazon = moins d’impots , plus de marge, et avantages postaux. Il faut donc essayer de se démarquer, comme je le disais plus haut, par un conseil client personnalisé, une proximité, créer un lien, savoir anticiper les goûts et les recherches des clients, être très facilement joignable, répondre rapidement à toute sollicitation ou question. Quand vous contactez Attilan Comics, ce n’est pas un robot, un centre d’appel, ou un salarié surexploité qui vous répond.

Amazon va toujours mettre en avant les blockbusters ou les productions de masse. J’essaie de mon coté de faire connaitre les éditeurs indépendants, relancer des titres anciens ou oubliés. Quand je commence à connaître les goûts de mes clients, j’essaie de leur faire découvrir des titres qu’ils ne connaissent pas , qui sont en adéquation avec leurs attentes etc.

Tes meilleurs souvenirs de lecteur de BD ?

Ouf ! Quelle question difficile
En comics les X-Men de Claremont/Byrne, tout Conan par BWS puis Thomas/Buscema, pfff…tout Thomas/Buscema
En franco-belge, je suis un collectionneur de classiques : donc mes meilleurs souvenir sont Jacobs, Hergé, Goscinny, Morris, Franquin, Charlier, Giraud, Pratt, etc.

Il y a des titres qui marquent, comme La Ballade de la Mer Salée, La Quête de l’Oiseau du Temps, le Grand Pouvoir du Chninkel ou Theodore Poussin.

Tes derniers coup de cœur que tu voudrais nous….vendre ?

Chez Marvel/Panini :
-tout le run de Nick Spencer sur Captain America jusqu’à Secret Empire.
-Tout Thor depuis sa résurrection post-Ragnarok de Stracszynski/ Coipel à Aaron Dautermann.
-La mini-série La Vision (2 volumes 100% Marvel) , un must !

Chez DC/Urban :
-Un ÉNORME coup de cœur avec l’édition MAN OF STEEL de Byrne (collection DC Classiques).
-Le meilleur titre de 2018 pour moi : THE MANHATTAN PROJECT de Jonathan Hickman.

Les indés :
-Tout Judge Dredd chez Délirium.
-CONAN Les Comics Strips Inédits 1978-1979 par Thomas/Buscema. Un must tant attendu livré dans un superbe album par Neofelis.

Un dernier mot pour les lecteurs de Bruce Lit ?

Vous l’aurez compris, Attilan Comics est une petite boutique en ligne 100% indé , ne dépendant d’aucune chaine ou d’aucun éditeur.
Quelque soit le type de livres que vous aimez, BD, Comics,mangas, littérature etc., que vous achetiez vos livres dans la librairie de votre ville, ou sur internet , achetez vos livres chez des libraires indépendants .

La grande distribution, et surtout les géants du net , sont en train de faire disparaître les libraires, tous comme les disquaires ont disparu il y an vingt ans.
C’est vous , les lecteurs, qui avez les cartes en main, pour toujours avoir le choix de vos lectures, et non pas pour vous retrouver à lire que des produits de consommation de masse. Enfin, un grand merci à Bruce Lit , pour l’intérêt qu’il nous a porté.att_0

——

La BO du jour : vendre par correspondance, c’est s’affranchir des distances. Du gâteau pour Attilan Comics.

16 comments

  • Matt  

    « Enfin, certains libraires, qui sont en rupture de stock, vont acheter les titres restants d’un collègue a prix normal, pour les proposer le lendemain 4 fois le prix sur leur boutique…sympa…
    Ces pratiques, qui ne concernent (je l’espère) qu’une minorité de libraires, me dégoûtent au plus haut point. »

    Ce sont les scalpers ça^^ Et il y en a aussi parmi les particuliers. Alors certes ce n’est pas illégal pour des particuliers de revendre à prix d’or, et personne ne force l’acheteur à mettre ce prix. Sauf qu’il y a des particuliers qui vont acheter le plus d’exemplaires possible d’un tirage limité pour les revendre très cher.
    ça se voit aussi dans le jeu vidéo lorsqu’il y a une production limité d’une version collector ou d’une version physique d’un jeu dématérialisé. Certains professionnels ont même mis un système en place qui interdit l’achat de plus de 2 exemplaires par compte client. M’enfin bon…so le client est malin, il va créer plusieurs comptes avec plusieurs adresses mail.

    C’est un peu dégueulasse les avantages qu’a Amazon. Surtout qu’il parait aussi qu’ils font bosser leurs employés comme des forçats.

    « CONAN Les Comics Strips Inédits 1978-1979 par Thomas/Buscema »

    Tiens je connais pas ça^^

  • Eddy Vanleffe  

    another passionate inteview!!!

  • Jyrille  

    Très complémentaire de l’interview précédente, je vois pourtant plus les points communs que les différences : le conseil et l’accompagnement avant tout.

    Je ne connaissais pas du tout mais il est très intéressant de savoir que ce genre de site existe. Je me demande comment cela se passe concrètement : il faut un hangar ? Ou un garage suffit ?

    Je suis toujours admiratif des entrepreneurs qui transforment leur passion en métier. C’est un sacré challenge, mais cela a l’air de marcher malgré la concurrence déloyale des géants de la distribution. Chez n grand distributeur qui fait des hypermarchés, les livres sont vendus directement avec la remise de 5%, et ce toute l’année. Je ne comprends pas comment cela est possible.

    Merci en tout cas pour l’interview, même si cela donne plus de lectures à noter :)

    La BO : j’adore.

    • Patrick Bapoum  

      Les hypermarchés et plus largement la grande distribution fonctionnent avec des marges assez faibles (de l’ordre de 20% si je ne m’abuse) : le livre, même revendu avec une remise de 5% représente donc un produit à forte marge, qui plus est non périssable.

      Dans une logique commerciale où il faut faire énormément de volume, ça passe bien.

      Vala vala.

      • Jyrille  

        Merci beaucoup pour l’explication !

  • Tornado  

    ITW très intéressante. On apprend plein de choses sur notre jungle monde contemporain dans lequel dominent les lobbies.

    CONAN Les Comics Strips Inédits : J’ai feuilleté. Y a rien à faire… Ce format italien là, je peux pas. rédhibitoire. Je préfère me garder les Savage Sword publiés dans Les chroniques de Conan.
    On m’a offert le recueil de comic-strips de Star Wars par Russ Manning. Très bel objet. dessins magnifiques. Mais je n’arrive pas à lire ce format. J’ai l’impression qu’il manque la moitié du bouquin ! :D

    • Matt  

      On a tous nos tocs hein ^^ (certains avec des tocs très spécifiques d’ailleurs)
      Un bouquin carré, c’est pas vraiment un format à l’italienne quand même.

      En tous cas je sais que tu ne me piqueras jamais la review de Private Eye de B.K Vaughan alors^^ Publié en format à l’italienne plus large que haut.

  • Léo Derocles  

    Hello et merci pour cet article très intéressant.
    Je n’ai jamais eu à me plaindre du boulot chez Attilan. Et cet échange reflète très bien l’esprit qui anime cette librairie.
    Et la lecture me fait penser à une chose : Le furur des libraires se trouve-il dans le numérique ?

  • Bruce lit  

    @Eddy : je te soupçonne d’avoir le même niveau d’anglais que Tornado.
    @Matt : l’interview d’Arnaud m’a effectivement sensibilisé à la concurrence déloyale d’Amazon sur les artisans. Je suis bien content de ne plus oeuvrer pour ces gens là.
    @Cyrille : après tant de désaccords musicaux, ce morceau t’est bien évidemment dédié. C’est un disque qui a beaucoup compté à une époque. Le problème c’est que tous les disques de Cake se ressemblent.

    • Jyrille  

      Merci Bruce ! Oui, Cake, je me suis arrêté au premier album qui est presque parfait. Après, plus vraiment d’intérêt.

  • Présence  

    Un homme qui conseille Manhattan Projects, Captain America de Nick Spencer et Judge Dredd chez Delirium ne peut avoir que toute ma considération.

    Étant très curieux de nature, j’ai dévoré cette interview qui permet de se faire une idée du métier de vendeur par correspondance, spécialisé en comics. Comme Jyrille, j’étais prêt pour les questions suivantes sur le volume de stockage, le nombre d’employés ou des formes de sous-traitance, les angoisses de respect de délais, le traitement des impayés, etc.

    • Arnaud  

      Bonjour
      La vente en ligne empêche tout impayé, car le client doit payer au moment de sa commande.
      Nombre d’employés : 1 (moi ^^) x’est du boulot, mais quand c’est une passion , on ne compte pas ses heures :)

      • Présence  

        Merci pour cette réponse qui satisfait pleinement ma curiosité.

  • Stéphane Trahan  

    La meilleure boutique en ligne pour toutes nos lectures francophones!!! Que ce soit BD, Mangas, Comics ou autre, Arnaud saura satisfaire à nos besoins en lecture.

    Librairie Attilan Comics est la seule librairie qui soit assez à l’écoute de ses clients pour être capable de *me* suggérer des livres qui me plairont.

    - De bons conseils
    - Le juste prix
    - Des colis bien emballé
    - Un site internet simple à utiliser

    Toujours mon premier choix pour mes achats en ligne.

  • PJ  

    J’ai mon propre libraire indépendant en bas de chez moi donc je n’ai pratiquement rien commandé auprès d’Attilan.

    En revanche, j’ai eu l’occasion de lui acheter un Omnibus du Surfeur d’Argent (donc un bon gros pavé, du genre qui vous cale une porte et qui est enclin à bien morfler pendant son transport !) et l’emballage était NICKELLISSIME pour que l’arrivée à destination se fasse dans les mêmes conditions qu’une remise en mains propres.

    -> Une boutique super-sérieuse.

    • Bruce lit  

      Bonjour PJ,
      Tous les retours sur FB concernant Attilan Comics louent effectivement le sérieux de l’entreprise.
      Merci pour ce témoignage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *