L’âge de raison (Ultimates)

Vive l'Amérique !

Vive l’Amérique ! ©Marvel Comics

Ultimates par par Mark Millar et Bryan Hitch

Première publication le 2 avril 2014. Mise à jour le 03/02/19.

AUTEUR:TORNADO

VO : Marvel

VF : Panini

Ultimates est une série de l’univers Marvel. Mais il ne s’agit pas de l’univers Marvel tel que nous le connaissons exactement.

Le concept est le suivant : L’équipe des Avengers, regroupant certains des super-héros Marvel les plus puissants, est complètement repensée. Il s’agit à la fois d’un remake et d’une réinterprétation de la franchise, avec réactualisation des origines. Pour le côté chiant, disons que l’univers Ultimate est un univers parallèle à celui de l’univers Marvel que nous connaissons. Ce dernier est nommé l’univers de la « Terre-616 ». L’univers Ultimate est celui de la « Terre-1610 »…

La série, réalisée à partir de 2003 par le scénariste Mark Millar et le dessinateur Bryan Hitch, s’étend sur deux saisons (mais trois albums VF chez l’éditeur Panini Comics, qui a décidé de charcuter la saison 2 histoire de multiplier les ventes, en y ajoutant des épisodes bouche-trous ineptes…).

Il est tout à fait possible de lire le premier album tout seul, puisqu’il offre une conclusion réelle. Mais l’histoire trouve une prolongation dans la saison 2, (disponible dans Ultimates, Tome 2 : Secret d’Etat et Ultimates, Tome 3). La suite, Ultimatum, réalisée par d’autres auteurs (Jeff Loeb, David Finch, etc.), est très différente. Bruce en a rédigé un avis contraire : ICI.

Les mêmes... Mais différents !

Les mêmes… Mais différents ! ©Marvel Comics

Si vous êtes un lecteur résolument adulte, qui apprécie moyennement les comics traditionnels pour leur tonalité enfantine, si vous souhaitez lire une histoire de super-héros moderne, impertinente, qui échappe aux clichés inhérents au genre (manichéisme primaire, combats répétitifs inoffensifs dont les héros sortent systématiquement indemnes, résurrections des personnages, dialogues ampoulés, censure, continuité sclérosante…), ou si vous êtes tout simplement un lecteur -ou une lectrice- ouvert(e) d’esprit, cette série est miraculeusement créée et pensée pour vous…

Si vous trouvez que, la plupart du temps, les combats de super-bonhommes en slip sont ennuyeux et sentent le réchauffé, si plus rien ne parvient à vous impressionner en la matière, alors ruez-vous également sur cette série, car La partie graphique est exceptionnelle. Le dessinateur Bryan Hitch est l’un des seuls dans sa catégorie capable de rivaliser avec les plus grands faiseurs de blockbusters cinématographiques à l’intérieur de son médium : celui des comics, celui de la bande dessinée.

Ultimates par Bryan Hitch n’a rien à envier aux films de Roland Emmerich ou de Michael Bay en termes de grand spectacle à couper le souffle. Le bonhomme nous offre ainsi des planches bourrées à craquer de scènes d’action spectaculaires, aux effets spéciaux inédits, constellées de détails et de morceaux de bravoure iconiques.

Grand spectacle !

Grand spectacle ! ©Marvel Comics

Hitch demeure, avec une poignée de ses collègues (Mike Deodato par exemple), un de ceux qui réussissent le mieux à procurer au lecteur une perception quasiment cinématographique des planches de comics. Cadrages grand angle, plongées et contre-plongées diverses, effets spectaculaires à outrance, le spectacle impressionne nos rétines de la même façon que les blockbusters des salles obscures. Une virtuosité absolue, rehaussée par un réalisme et un sens du détail proprement ahurissant !

Le scénariste Mark Millar, s’il n’est guère apprécié par les lecteurs mainstream purs et durs empaquetés dans les comics old-school depuis des décennies, possède justement les germes de la révolution. Ses super-héros sont bourrés de défauts, ils sont ambivalents et corruptibles, fragiles, parfois déviants, toujours humains. Captain America déploie subtilement son patriotisme anachronique et sa mélancolie, liée à la perte de ses repères et de ses contemporains. Iron Man s’assume complètement dan son rôle de jet-setter qui brûle sa vie comme une allumette.

Thor a-t-il raison ?

Thor a-t-il raison ? ©Marvel Comics

Thor nous offre de loin, mais alors de très, très loin, sa déclinaison la plus fascinante depuis sa création sous la plume de Stan Lee en 1963. Mark Millar a donné dans le génie avec l’interprétation de ce personnage en particulier, qui réserve au lecteur un suspense inégalé autour de son identité réelle jusqu’à la dernière minute. La Guêpe est une nymphomane arriviste de premier ordre, mais qui peut plier sous les sentiments. Ant-man est un opportuniste qui rappelle les pires stars déchues du show-business, prêtes à tout pour se raccrocher à la moindre étincelle vacillante… Bref, les Avengers version ultime existent comme des êtres d’une crédibilité totale.

Alors que l’éditeur Marvel refuse de l’admettre en visant éternellement le même cœur de cible, à savoir les enfants et les jeunes adolescents, l’essentiel de son fond de commerce se joue désormais chez les adultes, puisque les lecteurs d’hier, ayant grandi avec les comics du Silver age, sont encore les lecteurs d’aujourd’hui ! C’est ce que Millar a parfaitement compris. Et il y va très fort, n’hésitant pas à caractériser chaque personnage afin de le débarrasser de toute connotation trop manichéenne. Résultat. Soit la version Marvel la plus adulte, la plus ambivalente et la plus cynique de toute son histoire.

Grand spectacle ! (bis)

Grand spectacle ! (bis) ©Marvel Comics

En ce qui me concerne, je me suis senti en phase avec cette lecture, alors que je désespérais, depuis Watchmen, de retrouver un comicbook de super-héros majeur réservé aux adultes. En revanche, le puriste amoureux transit de toutes ces figures dans leur version classique risque d’avoir du mal à les voir aussi malmenées, car on est très loin de la figure héroïque à l’ancienne.

On peut dire que les super-héros version Ultimates par Millar & Hitch, s’ils sont identiques à leurs homologues classiques dans la forme (Captain America est toujours Captain America, Hulk est toujours Hulk, etc.), sont extrêmement différents au niveau du fond… Mais ceux qui franchiront le cap de la nostalgie et du conservatisme éditorial ne devraient pas le regretter, tant la qualité est au rendez-vous.
Cerise sur le gâteau : Le scénario est profond et développe une solide réflexion sur le super-héros entant qu’étendard d’une Amérique mondialiste et impérialiste, ainsi qu’une parabole irrévérencieuse et provocatrice du show business et de ses stars avides de succès et de popularité. Soit un sous-texte passionnant qui hausse la lecture de cette série au rang de création majeure de l’histoire des comics.

A star is born...

A star is born… ©Marvel Comics

Dans la saison 2, Millar et Hitch ont convoqué tout un panel de l’univers Marvel afin de les jeter dans un final apocalyptique d’une ampleur rarement atteinte, où tous nos super-héros préférés américains, aidés pour la circonstance par tous les super-héros européens, combattent le reste des surhumains non occidentaux venus réduire New York en cendres ! Mais loin d’être gratuite, cette débauche cathartique vient étoffer le discours sous-jacent que les auteurs développent depuis le début de la série sur l’impérialisme d’une Amérique violente et agressive, qui a su créer et broder ses plus beaux atours afin de les étendre sur le monde.

De ce point de vue, les super-héros, notamment les plus emblématiques de cet impérialisme (Captain America et son costume tout en drapeau américain), semblent avoir servi leur pays dans une tentative délibérée de faire oublier Mickey Mouse, créé quelques années plus tôt, affirmant que les « gentils » sont aussi les plus forts… Mais, d’une manière aussi logique qu’ambivalente, le scénariste et son dessinateur finissent par se souvenir qu’ils adorent eux aussi l’Amérique, avant de se ranger de manière compulsive et assumée derrière ses étendards sur pattes… Ce sous-texte limpide et cynique, parabole à peine voilée des événements du 11 septembre 2001, contribue de manière éclatante à la richesse d’une œuvre majeure sortie de l’écurie Marvel, toutes époques confondues.

Introducing... Samuel Jackson as Nick Fury !

Introducing… Samuel Jackson as Nick Fury ! ©Marvel Comics

Les Ultimates sont donc aux Avengers ce que Sex and the City est aux sitcoms : Un pavé dans la marre, une déformation irrévérencieuse et provocatrice. Mais il y a du talent dans tous ces outrages, car le sous-texte est d’une richesse hallucinante. Ces super-héros avides de reconnaissance, de popularité et de starification sont des clones de nos stars du show business. Cette Amérique menaçante, violente et agressive qui utilise ses surhumains comme des « armes de destruction massive » est une version à peine forcée de l’Amérique impérialiste bien réelle.

Toutes les qualités d’écriture du scénariste sont particulièrement éclatantes dans sa manière de composer des versions ambivalentes des héros que nous connaissons tous par cœur. De Tony Stark à Nick Fury en passant par Steve Rogers ou Bruce Banner, nous ne sommes plus chez les parfaits gentils, reflet idéalisé de l’âme humaine fantasmée, mais chez des êtres complexes et fragiles, corruptibles et nettement plus proches de la réalité.
Ça vaut ce que ça vaut, mais Ultimates saison 1 & 2 s’impose ainsi pour votre serviteur comme la série graphique, narrative et thématique la plus brillante de sa génération. A ranger à côté de Authority par Warren Ellis (dont Mark Millar a d’ailleurs écrit la saison 2 !). La très grande classe.

Un immense poster dépliant se cache dans la saison 2 !

Un immense poster dépliant se cache dans la saison 2 ! ©Marvel Comics

Côté récits annexes (bouche-trous) :

- Les Marvel Team-Up qui apparaissent à la fin du tome 2, mettant en scène des combats enfantins entre Spiderman, Hulk et la Veuve noire, ne sont absolument pas raccord avec l’histoire principale ! Pire encore : Clairement adressés à un public plus jeune, ils dénotent complètement et gâchent l’intensité de la lecture.Ils n’ont rien à faire dans cette reliure. Le scénariste Brian M. Bendis, s’il s’amuse aux dialogues, se contente ici de dérouler des récits infantiles à l’ancienne, à mille lieues des la série Ultimates. Les dessins sont d’une rare laideur.

- L’épisode Ultimate Annual #1, dessiné par le laborieux Steve Dillon, n’était pas non plus indispensable. Mais il dénote moins en comparaison des épisodes centraux.
- Dans le tome 3, L’annual #2, écrit par Charlie Huston et dessiné respectivement par Mike Deodato (le présent) et Ryan Sook (le passé), est en revanche le bienvenu. Très dense, il met en scène Captain America et le Faucon aux prises avec Arnim Zola, psychopathe nazi qui renvoie directement Steve Rogers (Cap) à ses pires souvenirs de la seconde guerre mondiale. Là encore, le sous-texte racial se révèle très pertinent et trouve parfaitement sa place dans ce dernier recueil.

Et après ?

L’univers Ultimate va évoluer et régresser sans cesse, l’éditeur cherchant désespérément à le rentabiliser. Il va se mêler à celui de la Terre-616 (le Spiderman de l’un rencontrant le Spiderman de l’autre, le Galactus de l’un débarquant chez l’autre, etc). Mais par dessus tout, c’est le cinéma qui va venir mettre son nez dans cette version moderne ! Ainsi, les films Disney/Universal, à commencer par Avengers, s’inspireront massivement de cette version créée par Mark Millar, jusqu’à reprendre sa version de Nick Fury créée à partir de l’acteur Samuel Jackson, dans une forme de boucle bouclée autour de ces deux mediums !

Les Ultimates auront-ils finalement réussi à sortir l’univers Marvel de son marasme infantile ? Hélas, bien sûr que non ! Cette parenthèse fut de courte durée et, rapidement, l’univers Ultimate va basculer dans les crossovers et annoncer à son tour l’éternel retour vers la continuité indigeste. Il finira d’ailleurs par être absorbé par la « Terre 616 » à l’issue du méga-giga-event Secret Wars. Un échec de plus, donc.
Mais, heureusement, ces deux premières saisons peuvent se lire comme un tout autonome et abouti…

Yeaaaaaahhhhhhh ! ©Marvel Comics

28 comments

  • JP Nguyen  

    J’avais lu les 2 saisons à leur sortie, et j’ai relu le tout il y a quelques semaines.
    J’avais adoré et j’aime encore beaucoup même si de menus détails agacent et si les célébrités utilisées (Freddie Prinze Jr, Shannon Elizabeth ) datent le récit et me font me sentir vieux.
    Le point que je ne partage pas avec Tornado, c’est  » renoncer à l’attachement aux personnages » car, malgré leurs défauts, je trouve beaucoup de personnages attachants (Cap et son côté vieux con, Thor plutôt décalé, Banner le mal aimé. ..)

  • Marti  

    Bravo pour cet article qui résume bien toute l’intention de Millar sans pour autant révéler aucune parcelle de l’histoire. Si c’est pas du teasing parfait ça, je suis jaloux devant tant de talent !

    Tu aurais peut-être dû rajouter que le portrait de l’Amérique post-11 septembre et impérialiste qui est dressé par Mark Millar est renforcé dans me volume 2 par une critique pas du tout voilée de la Guerre d’Irak des 2000′s.

    Tu abordes avec justesse la personnalisation de Caprain America en gros con reac’ sans pour autant (volontairement? ) ouvrir la boîte de Pandore : comment avez-vous pris la fameuse réplique de Captain America « y a pas écrit la France là ? » adressée à un ennemi lui demandant de se rendre ? Pour ma.part je trouve cette scène tout-à-fait justifiée par l’histoire de ce Captain America et justifiable par l’Histoire, la vraie : suite à la débâcle de juin 40 (à laquelle s’ajoute un ou deux siècles de stéréotypes) le Français est vu par beaucoup comme un peuple de lâches prompts à se rendre à l’ennemi. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’une version bourrine tout juste débarquée à notre époque du plus dévoué des G.I. nous sortent des perles pareilles… et le « scandale » est devenu d’autant plus ridicule que Cap semble gêné dans l’épisode suivant lorsque Nick Fury lui en reparle ! On notera qu’après une traduction fidèle de lasite phrase lors du premier passage d’Ultimates en kiosque, celle-ci sera purement et simplement censurée par Panini en libraire, le « français » devenant « lâche ». Ce changement est non-seulement une marque d’irrespect envers le.matériau de base, mais en plus un flagrant manque de compréhension de l’écriture de Cap. Je me demande ce que donne enquite le dialogue avec Fury dans cette version qui ne doit plus avoir grand sens. A voir si Hachette reprend cette traduction ou non…

    Pour finir deux remarques/compléments :
    - les récits rajoutés pour grossir le nombre de tomes sont extraits de la série Ultime Team-Up qui a introduit plusieurs personnages d’Ultimates… dans des épisodes considérés plus-ou-moins comme hors-continuité ensuite ! Cette courte série quasiment toujours oubliée a sans doute été l’un des premiers faux-pas de l’univers Ultimate.
    - La boucle est doublement bouclée à présent pour la version Samuel L. Jackson de Nick Fury quia maintenant son équivalent dans l’univers 616 !
    - l’image avec Fury et Haxkeye, elle ne serait pas tirée d’un des récits bien plus ultérieurs signés Hickman ?

  • Tornado  

    @JP : En fait, j’ai trouvé ces trois personnages attachants aussi, surtout le « Cap et son côté vieux con » !

    @Marti : Merci mon grand.
    Pour tout dire, je ne me souviens pas trop du passage sur les français et je n’ai lu que la version librairie. Alors…
    En tout cas, ton point de vue sur la question est pénétrant. Les traducteurs de Paninouille ont sûrement dû faire l’amalgame avec le sentiment anti-français qui régnait au lendemain du 11 septembre. C’est effectivement dommage d’avoir perdu cette dimension en VF.

    Sur la série Ultime Team-Up qui a introduit plusieurs personnages d’Ultimates dans des épisodes considérés plus-ou-moins comme hors-continuité ensuite, je me souviens l’avoir évoqué dans un article sur « Ultimate Iron man » d’Orson Scott-Card. Récit rapidement devenu hors continuité aussi !
    J’aurais effectivement dû ajouter le fait que Sam Jackson a été assimilé à la Terre 616. Pour ma défense, cet article a été écrit le 2 avril 2014 ! Il commence à dater ! Bruce m’a juste demandé d’ajouter le dernier paragraphe. Mais il aurait sans doute mérité une remise à jour plus globale !
    En revanche, pour le scan avec « Hawkeye », j’ai sûrement fait une bourde ! Merci de le signaler pour les lecteurs qui arrivent jusqu’ici.

    • Marti  

      Ah dommage que tu sois passé à côté de cette scène qui a fait parler d’elle plus qu’il n’en fallait à l’époque ! Warren Ellis s’en est moqué dans ses Nextwave d’une manière hilarante : http://goodcomics.comicbookresources.com/2014/11/16/meta-messages-this-e-doesnt-stand-for-america/

      Histoire de démarquer le « vrai » Captain America de l’Ultimate et/ou de montrer que les Américains sont loin d’être tous des « french bashers » primaires, Ed Brubaker s’est empressé dès ses débuts sur Captain America (le #3 pour être précis, sorti deux ou trois ans après le fameux épisode de Millar) de faire se remémorer à Steve Rogers tout le bien qu’il pense de la Résistance français : http://goodcomics.comicbookresources.com/2014/12/21/meta-messages-captain-america-sticks-up-for-france/

      Il est quand même intéressant de souligner (je ne sais plus si tu l’a fait dans ton article) que tout artisan de comics blockbusters « America Fuck Yeah » qu’il peut parfois être, Millar est écossais et que même ses comics les plus « premiers degrés » dans l’écriture de héros américains ne reflètent peut-être pas ce qu’il pense vraiment.

      L’univers Ultimate a eu des ratés sur la continuité dès le départ, Marvel n’a semble-t-il pas trop su sur quel pied danser : établir une continuité sur peu de titres (mais une continuité quand même qu’il faut respecter) ou laisser les auteurs plus libres ? C’est un peu malheureux de voir comment les mini-séries sur Iron Man par Orson Scott Card ont été balancées aux oubliettes du hors-continuité (l’excuse est qu’il s’agit d’une version romancée de sa vie à la TV me semble-t-il), mais dès le départ cet auteur a entamer les hostilités en offrant une origine un peu étrange qui avait du mal à coller avec ce que Millar avait fait dans The Ultimates avec son Toy Stark… qui ne collait déjà presque plus à la toute première apparition du personnage dans Marvel Team-Up !

  • Bruce lit  

    Bon…
    J’au relu la saison 1 aujourdhui….Je n’ai trouvé ça ni mature bien au contraire, ni intelligent (ce que T…pointe dans son article). J’ai même rarement trouvé lecture plus…plus…disons-le, vulgaire (le contraire de la grossièreté assumée de Garth Ennis).
    Je vais prendre un peu de recul pour en parler calmement sans être insultant par respect envers mes poteaux…
    Deal ?

    • PierreN  

      Et le style « blockbuster » de Hitch, il a été à ton goût au moins ?

  • Midnighter  

    En fait, et pour faire le lien avec le massacre à propos de la même série, le problème est que j’aime la version classique depuis la reprise perez buziek jusqu’à des versions récentes mais j’adore aussi cette version modernisée qui reprend les mêmes archétypes de façon différente et tout aussi intéressante pour moi. J’aime cette version et avengers forever. Je crois que ses icônes sont plus puissantes que tout quelques soit la façon dont on les readapte. C’est pour ça que certains d’entre vous ont toujours pas compris pourquoi les films cartonnent.

Répondre à PierreN Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *