Les femmes viennent de Vénus (Comment aborder les filles en soirées)

Comment aborder les filles en soirées par Fàbio Moon et Gabriel Bà

Les bienveillantes

Les bienveillantes

Une leçon de drague signée BRUCE LIT

VO : Dark Horse

VF : Urban

Tous les scans de cet article@Moon/Ba/Dark Horse/Urban

Comment aborder les filles en soirées est l’adaptation graphique par les frères Moon-Bà d’une nouvelle de Neil Gaiman (How to talk to Girls at parties) parue initialement dans le recueil : Des choses fragiles (2006).  La traduction de Patrick Marcel est, comme à son habitude, de qualité.

Contrairement à ce que l’on peut lire ça et là sur les reviews de la toile, il ne s’agit pas d’une collaboration directe entre le papa de Sandman et les auteurs de Daytripper, le scénario,  les dessins et la mise en couleur étant intégralement le fait des deux frères brésiliens.

Si les femmes viennent de Vénus, les spoilers enflammés viennent de Mars….

Nous sommes en 1977. L’Angleterre chavire sous les décibels Punk mais la voix du jeune Enn est étouffée par bien pire que la sauvagerie des Pistols ou des Stranglers : la timidité. Doté d’un physique quelconque, chaque soirée avec son ami Vic tourne au fiasco : non seulement son pote/rival est bien plus joli que lui mais il est aussi beau parleur.  Contrairement au poème de Rimbaud, le jeune homme est bien sérieux à l’aube de ses 17 ans mais aussi bien puceau (ce qui en ces années là est quand même un peu honteux…).

Incapable de trouver des sujets de conversation avec les filles, Enn passe  ses soirées à observer l’amusement des autres. Jusqu’au moment où il va tenter de faire sonner ses cordes vocales plus fort que la musique d’ambiance. Manque de pot, les 3 nanas qu’il va accoster sont aussi canons que bizarres : il ne comprend pas un mot des délires mystiques qu’elles déclament.  Se pourrait-il qu’elles viennent-littéralement- d’un autre monde ?

UIne jolie mise en page aérée au détriment d'une véritable immersion dans l'Angleterre punk de '77

Une jolie mise en page aérée au détriment d’une véritable immersion dans l’Angleterre punk de ’77

En moins de 60 pages, le lecteur reconnaît autant la patte de Gaiman que des frères Moon-Bà. C’est en fait la grande qualité et la faiblesse de ce récit : selon son humeur ou son attente face à ces pages, il appréciera d’être  en territoire connu ou, c’est mon cas, sentira poindre doucement mais invariablement le même ennui que son personnage éprouve après le premier accostage d’une jolie blonde.

Oh, bien sûr, il y a ici la même poésie Gaimanesque, des passages qui sonnent vrais notamment quand est évoqué le rapport du narrateur au Rock, au Punk, à  Bowie et Kraftwerk.  C’est toujours un plaisir de lire sur cette époque fondamentale de la musique,  dernière fulgurance sociale d’une Europe pour la dernière fois meneuse musicale avant la revanche sur le grunge de la britpop. Et Gaiman, qui donnera à son Lucifer le visage de Bowie, celui de Tori Amos au Délire,  écrira une histoire magnifique avec Alice Cooper avant d’épouser Amanda Palmer la meneuse du rock cabaret Dresden Dolls, n’est pas le dernier à savoir bien en parler.

Souvenirs de nos soirées bières-décibels-bécots

Souvenirs de nos soirées bières-décibels-bécots

Aussi empoté soit-il, il n’est pas difficile de s’identifier à Enn et à cet âge où une certaine aspiration à la pureté le dispute à la sexualité rampante. Enn, c’est forcément l’un d’entre nous à une étape de l’adolescence où toutes nos fiches mentales rédigées en cabeza  pour paraître sans disparaître  devant l’autre, se volatilisent comme neige au soleil face au sourire ravageur d’une fille qui tout à coup vous paraît si inaccessible que le monde, le votre en tout cas, semble soudain être un carrefour encombré de ralentisseurs et de feux rouges quand tout vous prédisposait à foncer. Un monde où l’on déteste l’ami qui réussit mieux que vous, sa musique de merde vers laquelle on reviendra des années plus tard l’amertume dissipée et les oreilles enfin ouvertes.

Un monde réécrit par une fertile imagination où ce qui aurait dû être dit et fait apparaît plus grand que ce qui s’est réellement passé.   C’est ce que l’on appelle l’esprit d’escalier et Gaiman en donnait une jolie définition dans Death, même si Sexton Furnival y était autrement plus déprimé que Enn.  Pour le reste, le connaisseur de Gaiman évolue dans ses obsessions habituelles : le chiffre 3 (celui des bienveillantes de Sandman) illustré par la Blonde, la Brune et la Rousse que Enn accoste.  L’articulation entre magie et réalisme.  Le mystique et le quotidien.

Sexy ou inquiétante ?

Sexy ou inquiétante ?

Seulement voilà. Tout ça on l’a déjà lu ailleurs; ces nénettes tout en Verbe qui s’incarnent dans une enveloppe physique, ces  connexions entre délire et poésie qui évoquent Délirium, encore ici incarnée en rouquine. Et les affinités des Femmes aux secrets de l’univers faisant d’elles nos muses, nos nymphes, nos déesses quand nos limites de mâles  se contenteraient d’en faire des amantes ou des servantes.

A ce titre, le dessin des frères Ba-Moon est certainement leur  travail le plus chaleureux. Loin de l’austérité antipathiques de leurs Deux Frères, leurs aquarelles et leurs sens de la composition permettent au lecteur de voyager entre les différents tableaux de l’histoire sans s’ennuyer visuellement.  On passe d’une cuisine à une verrière en passant par le salon de danse de manière harmonieuse au fil de couleurs chaudes appropriées.  Le trait à la Craig Thompson est moins torturé qu’à l’accoutumée.

Parle avec elle !

Parle avec elle !

On y trouve d’ailleurs un très sympathique clin d’oeil à la saga du Phénix Noir avec une adolescente incandescente, une histoire qui partage quelques similitudes avec les propos de Gaiman puisque Jean Grey était aussi l’hôte d’une entité cosmique se gaussant de son pouvoir sexuel sur les hommes. On sourit également lorsque Enn compare le profil d’une de ses conquêtes aux femmes de Conan le Barbare.

Pour le reste, ce gentil féminisme caché dans un conte adolescent est bien inoffensif et disons-le malgré tout le respect pour le grand Neil, vaguement démonstratif. Au delà de la poésie qu’inspire la femme et les sous textes trop appuyés (hommes et femmes ne parlent pas le même langage : les premiers sont terre à terre quand les secondes sont célestes), on est en droit de se dire : euh…oui…et ? 

Mais de quoi qu'elle me cause ?

Mais de quoi qu’elle me cause ?

Chacune des trois fées évoquent leur venue au monde, la limitation qu’impose leur incarnation de chair et le plaisir du langage (les mauvaises langues diront du verbiage). Et…?
On se rappelle déjà que Death  racontait son expérience de l’humanité à Dream en la résumant au plaisir d’avoir mangé un hot-dog. Et…?

Cette nouvelle a sa vie intrinsèque, son rythme, oui, mais Enn aurait pu rencontrer 10 gonzesses de plus à cette soirée (qui n’en est pas vraiment une d’ailleurs puisque nous sommes en pleine journée) que les propos de Gaiman n’auraient pas changé tout comme son plaisir, déjà perceptible dans Sandman, de glisser des phrases musicales et vaguement énigmatiques et surtout très gratuites dans les bulles de ses personnages.

Le genre de baiser qu'on oublie pas.

Le genre de baiser qu’on oublie pas

Lorsque la soirée se termine en eau de boudin (comme bon nombre de nos soirées adolescentes), j’ai renfermé le bouquin en soupirant : Et ?….Tout ça pour ça ?  On est censé être dans  de l’écriture haut de gamme sur portée littéraire.  On est sur le travail le plus accessible des frères Moon-Bà, également portés tout au long de leur oeuvre sur du Comics indé exigeant mais toujours un peu vain.  Je n’ai pas lu le matériel original de Gaiman, mais l’histoire n’a rien de très marquant ni de transcendant.

Un film de John Cameron Mitchell vient de sortir avec  Nicole Kidman et Elle Flanning qui semble faire d’avantage place au contexte social de  1977 et développer l ‘histoire de manière plus conséquente : une obligation pour tenir une et heure et demie au cinéma.   Un film qu’il me faudra voir pour réévaluer ce nouveau bouquin des frères Moon-Bà, qui, encore une fois resteront classés dans ma catégorie attachiants….

Ah, tout de suite, c'est pas la même ambiance !

Ah, tout de suite, c’est pas la même ambiance !


Aujourd’hui chez Bruce Lit, on évoque la question cruciale de tout mâle qui se respecte : Comment aborder les filles en soirée ? La réponse est donnée par Fàbio Moon et Gabriel Bà d’après une nouvelle de Neil Gaiman. Poétique mais un peu creux. Voici pourquoi :

La BO du jour : Les femmes viennent de Vénus et Bowie de Mars

31 comments

  • Matt  

    Je déteste ce genre d’histoires. Et peut être faudrait-il voir si la nouvelle de Gaiman n’est pas en cause, parce que ce n’est pas forcément la faute des auteurs de la BD si c’est décevant.
    Mais bon c’est franchement pas pour moi ces trucs.
    Déjà je déteste le titre qui te présente ça comme une histoire qui va te donner des conseils universels qui marcheront pour tout le monde (ce qui est une connerie, et donc très prétentieux)

    « Enn, c’est forcément l’un d’entre nous à une étape de l’adolescence où toutes nos fiches mentales rédigées en cabeza pour paraître sans disparaître devant l’autre, se volatilisent comme neige au soleil face au sourire ravageur d’une fille qui tout à coup vous paraît si inaccessible que le monde, le votre en tout cas, semble soudain être un carrefour encombré de ralentisseurs et de feux rouges quand tout vous prédisposait à foncer. Un monde où l’on déteste l’ami qui réussit mieux que vous, sa musique de merde auquel on reviendra des années plus tard l’amertume dissipée et les oreilles enfin ouvertes. »

    Tout ça est vrai mais passé ce traitement qui parlera à certains, l’histoire est bien obligé d’évoluer et de proposer quelque chose. Le mec va finalement parvenir à ses fins grâce à je ne sais quelle méthode à la con qui ne fonctionne qu’au cas par cas et alors que le début de l’histoire pourrait être assimilé à un portrait réaliste d’une époque de la vie parfois difficile, la suite ne pourra être que frustrante parce que hop le mec finira par réussir ce qu’il veut d’une façon qui ne peut pas marcher pour tout le monde, et sans que 10 ans de solitude se soit écoulé comme ça peut être le cas pour des gens.
    Donc au final ce genre d’histoire semble vraiment avoir la prétention d’expliquer ce qu’il faut faire, ou ce qui aurait du être fait pour éviter l’échec trop longtemps. Ce qui est prétentieux, faux (car chacun est différent et il n’y a pas de méthode miracle) et presque insultant parce qu’au final on a envie de dire aux auteurs « de quoi j’me mêle ? Pourquoi vous portez un jugement sur mon adolescence foirée ? »
    C’est un peu comme ces mecs qu’on a tous du connaitre qui viennent te dire comment tu dois vivre, combien de nanas tu dois te taper pour être un vrai mec, pourquoi tu dois absolument sortir dans des boites et aimer faire la fête sinon t’es qu’un mec coincé, etc.
    En gros, ça me sort souvent par les yeux ces histoires.

    • Patrick 6  

      Euh Matt sans vouloir présager des intentions de Gaiman, je pense que le titre est avant tout à prendre au second degré, ou disons qu’il se fait le reflet de l’interrogation du protagoniste.
      Ce n’est nullement un mode d’emploi « voilà ce qu’il faut faire pour chopper d’la meuf weshwesh » ^^
      Ou alors il faut comprendre qu’il ne faut parler qu’aux Aliens… au choix :))

      • Matt  

        J’y peux rien, ces BD sociales que tout le monde aime je les trouve toujours prétentieuses et presque insultantes^^ Sans doute que le sujet me touche trop.
        Je veux dire…c’est comme ces jugements sur les « Tanguy » qui prennent le modèle de la famille unie pour pointer du doigt le mec qui reste chez ses parents sans aborder les familles recomposées, les parents seuls et vieux isolés qui peuvent avoir besoin de leurs enfants et qui changent pourtant la nature de la vie à proximité des parents. Il y a toujours ces clichés des types de familles, des types de geek, de « losers » qui n’arrivent à rien…mais qui finalement soi-disant font le bon choix pour réussir. Alors qu’il n’y a pas de bon choix universel, les situations sont toujours très différentes en fonction des gens, de leur éducation, de leur famille, des occasions qu’ils ont eu dans leur vie, de l’endroit où ils ont vécu, etc.
        J’ai toujours l’impression que ces BD ne peuvent plaire qu’à ceux qui ont vécu exactement la même chose de la même façon que c’est raconté dans la BD. Parce que les autres qui n’ont pas vécu ça de la même façon peuvent prendre certains « conseils » ce ces BD comme des remarques très prétentieuses de gens qui pensent détenir la vérité universelle sur la façon dont il faut vivre.

        • Mantichore  

          C’est pas des conseils, c’est une nouvelle fantastique.

          C’est pas une bédé sociale, c’est à peine s’il y a un vague cadre autobiographique.

          Moi, j’aime pas ces critiques qui se plaignent de choses sans les avoir lues.

  • Patrick 6  

    Woaw ! 2 étoiles seulement, « attachiants » … La vache tu n’y vas pas de main morte ^^
    Bon en effet, je parlais hier des adaptations auxquelles l’auteur n’a pas participé directement et du sentiment de vacuité qu’elles suscitent souvent chez moi (désolé pour Owen Nobody….) et celle-ci ne fait pas réellement exception dans le sens où elle n’est pas exactement inoubliable…

    Cependant la bd se laisse lire agréablement et le graphisme des frères Moon-Bà est parfaitement adapté à cette histoire assez barré et surréaliste.
    Le développement est plutôt bien mené même si, en effet, on a un peu l’impression que l’histoire ne va nulle part. La BD fonctionne surtout je pense à l’identification au personnage principal (perso j’ai été attiré par ce recueil avant tout pour son titre avant même de voir qu’il s’agissait d’une adaptation de Gaiman, c’est dire ^^) je crois que tout le début de l’histoire rappellera beaucoup de souvenirs à bien des lecteurs de ce blog (masculin comme féminin d’ailleurs).

    Défaut majeur malgré tout, que tu relèves d’ailleurs, l’histoire n’est absolument inscrite dans une époque, sans marqueur temporel on pourrait penser que l’action se passe de nos jours ! Même au niveau des fringues des protagonistes d’ailleurs ! Voilà un superbe raté de cette œuvre qui a été corrigé par le film qui lui pour le coup s’inscrit à 100% dans l’Angleterre Punkoïde !
    Et pour répondre à ton interrogation le dernier tiers du film a été « rajouté » à l’histoire (trop courte sans cela pour faire un long métrage).

  • Matt  

    J’ajouterai, dans ce qui ne me plait pas, c’est toujours ce besoin de réussite dans les histoires. Les histoires qui parlent de boulot, d’histoires de cœur, etc…faut toujours que ça se finisse avec le mec qui trouve ce qu’il cherche. Si c’est pas un témoignage que la réussite, c’est tout ce qui compte…
    Ce qui m’intéresserait davantage, c’est un portrait d’une jeunesse qui échoue, qui apprend à vivre avec, qui grandit, avec un message comme quoi le mariage, la nana, le boulot, la maison et les enfants, c’est pas forcément THE objectif, qu’on peut vivre autrement, ou du moins qu’il y a des raisons de ne pas sombrer dans la dépression et les envie de suicide si on ne se conforme pas à la majorité des couples qui ont « réussi » à former le joli moule de la société moderne.
    Bref…

  • Eddy Vanleffe  

    Et bien moi, je dois avouer que ça me parle…
    les couleurs ont un relief particulier.
    Je ne pense pas qu’il faille prendre le titre comme un guide comme ceux publiés par Bamboo mais au contraire comme une distanciation de ces guides….
    la vision sur les femmes qui sont bien trop célestes pour nous, est un thème sur lequel par contre je recule dorénavant lorsque celles-ci nous ramènent bien souvent au sol, à une réalité bien concrète toute en niveau de vie, besoin terrien et solidité d’un métier représentant sécurité et confort.

  • Tornado  

    Bon, pour moi ça manque clairement de vampires et de karaté. Bizarre pour du Gaiman ! :D

  • Bruce lit  

    @Patrick : on est d’accord sur tout en fait. Deux étoiles ? Peut-être une réaction impulsive à l’ensemble de la biblio des frères Ba-Moon qui ont le don de m’exaspérer. J’ai été un peu dur sans doute, mais je ne le regrette pas.
    @Matt : je comprends ta réaction face à ce qui peut sembler être du conformisme littéraire. Autant Gaiman ne fait pas mouche à tous les coups chez moi, autant il reste à mon sens un vrai original qui prend souvent la défenses des outsiders, des perdants ou des laissés pour compte. Tout Sandman rengorge de portraits riches de personnages plus extravagants les uns que les autres. Je retiens notamment que 30 ans avant tout le monde, il plaide pour l’homoparentalité.
    Concernant le titre, j’y vois également du second degré. Gaiman n’est jamais prétentieux. les Ba-Moon, si.
    @Tornado : Keee-ya !
    @Eddy : je confirme que mon épouse est pragmatique et terre à terre. Le rêveur, c’est moi.

    • Matt  

      Je comprends.
      Mais si on commençait par arrêter de parler de ces gens en les qualifiant de « perdants » ?^^
      C’est quoi un perdant ? Un mec qui n’a pas réussi financièrement ? Sentimentalement ? Un mec qui n’a pas la femme et les gosses à un certain age ? Pourquoi ce ne serait pas le mec marié mais alcoolique et qui bat ses enfants ? Pourquoi ce ne serait pas le mec super populaire et riche mais qui bat sa femme ? C’est pas plus grave quand même ? Est-ce que ce ne sont pas les criminels qui méritent d’avoir ce surnom insultant ?
      Bon…t’inquiète pas je comprends bien que ce n’était pas ton intention d’insulter qui que ce soit^^ Je dis ça parce que justement…ce qui me gonfle dans tous ces films, BD ou quoi que ce soit qui parlent de gens aux comportements qui ne rentrent pas dans la norme, c’est que j’ai toujours l’impression qu’on en fait tout un flan pour pas grand chose. Non pas que je considère que ces gens n’ont pas d’importance, loin de là (éh…j’en fais un peu partie) mais on les pointe trop du doigt en fait. Que ce soit par pitié ou par méchanceté. Ou même par compassion, au final, pourquoi faire ? Parce qu’ils ne sont pas comme tout le monde ? Mais c’est quoi être comme tout le monde ? Même ceux qui sont rentrés dans le moule de la réussite cachent des trucs variés. Comme je le dis, il peut y avoir des gens bien mais des gros tarés aussi parmi les gens « en apparence » mieux intégrés et pas « perdants ».

      Est-ce que ces BD font quelque chose à la limite pour défendre ces gens pointés du doigt où est-ce qu’elles renforcent ce sentiment d’anormalité par rapport à la masse ?

      • Bruce lit  

        Le mot perdant veut tout et rien dire.
        Chez Marvel par exemple, c’est Peter Parker ou Bobby Drake qui ont des pouvoirs mais une poisse phénoménale rendant leur victoire à la pyrhus. C’est personnellement mon critère subjectif, ces personnes et on en connait tous, sur qui la guigne semble s’acharner. Comme dans un casino : le gars qui arrive et qui gagne le jackpot sans transpirer tandis que de pauvres mecs y jouent depuis des heures….Il y a des gens pour qui la vie semble plus facile (en apparence) que d’autres. Ceux pour qui la vie est moins douloureuse, pénible ou angoissante. En apparence Tony Stark est un gagnant // la version traditionnelle de Peter. Ce n’en fait pas un meilleur super héros et encore moins un meilleur être humain.
        Je crois que tu as lu Sandman Matt. Sabndaman a beaucoup plaidé pour l’homoparentalité. A ce titre, c’est un médium populaire fantastique écrit par un mec brillant qui, pour ma part, a contribué avec 6 Feet Under à changer mon regard sur les homos.

        • Matt  

          Oui, je disais juste que…le pouvoir des mots, c’est pas rien.
          On parlait du harcèlement à l’école il y a quelques temps. Je ne pense pas qu’un mec qualifié de loser toute sa vie soit quelque chose d’anodin. ça laisse des traces. C’est une pression sociale. Encore plus quand on entend des discours de politiques qui vont dans ce sens pour qualifier les inutiles à la société. Faut pas s’étonner de l’augmentation des dépressions hein…

      • Eddy Vanleffe  

        Toutes les expressions comme « loser » « perdants » ‘laissés pour compte » ou « adulescents » ou même « geek » sont des termes maladroits pour circonscrire une réalité un peu abstraite…
        Qu’est-ce que la réussite?
        élever des chèvres dans le Larzac?
        être auto-entrepreneur?
        être utile aux démunis?
        être riche vite?
        avoir un pouvoir politique
        avoir un rayonnement social important?
        être célèbre?

        aux détours de tout cela, ceux qui se cherchent encore font figure de « non casés »… ou de « perdants » , si le mot est malheureux, les œuvres qui parlent de nous les abordent avec douceur et bienveillance la plupart du temps… ces oeuvre souvent tentent de bâtir un pont justement entre les gens , de comprendre ce phénomène…

        « I’m a loser » John Lennon le criait justement … parfois les mots revêtent des sens insoupçonnés….
        Le mot « Ch’ti est un mot parisien moqueur (une insulte en fait) ceux qui parlent mal français dans le nord du Pays… c’est devenu de manière un peu aberrante une identité…

  • Jyrille  

    Merci Bruce de sauver un peu mon porte-monnaie ! Quoiqu’il en soit, après avoir lu trois romans de Gaiman, avoir vu American Gods la série télé et surtout posséder tout Sandman et ses premiers travaux avec Dave McKean (Violent Cases, Punch), je crois que je vais arrêter Gaiman pendant très longtemps.

    Je ne savais pas qu’il était marié à la chanteuse des Dresden Dolls ! J’aime bien ce groupe cabaret comme tu le soulignes.

    Le dessin me semble ici bien européen mais surtout bien passe-partout. Comme si les frères brésiliens ne pouvaient se projeter dans l’ambiance londonienne, ce que je peux aisément imaginer.

    La BO : chef d’oeuvre.

    • Bruce lit  

      @Jyrille : j’ai tellement écouté cette chanson que j’ai du mal à la supporter désormais. Mais il y a 10 ans, oui je la trouvais chouette.

  • OmacSpyder  

    J’ai de temps en temps saisi cet album en rayon puis l’ai reposé à chaque fois. Ton article risque de me le faire lâcher pour de bon. Et d’en finir avec cette valse hésitation.
    En même temps, c’est un peu de cela dont il s’agit. Y aller ou pas? Et à l’arrivée, qu’est-ce qu’on risque? De ne pas y comprendre grand’ chose d’emblée. De réaliser que le pas franchi n’était que le premier, et que ce n’est pas, contrairement à l’adage, que le premier qui coûte… C’est peut-être même l’inverse : le premier ne coûte rien. Ce sont les autres qui amènent à y laisser sa peau!
    Alors forcément on ne tombe pas tous sur des aliens. Et on n’est pas tous des microbes. (Ça vous fait penser aux p’tits diables ceux qui connaissent? ;) ) Mais quand même : La femme (celle qui, selon Lacan, n’existe pas), c’est quand même une drôle d’affaire.
    Eddy VL peut y voir une tromperie en disant qu’elle sont en réalité bien pragmatiques, c’est justement ça qui est étonnant. Parce qu’on pourrait ajouter : oui, mais pas que! (Les fans d’homophonie approximative gagnent ici un double sens). Et voilà bien le fond de l’histoire comme de celui du titre : il y a tromperie sur l’affaire. Là où les petits hommes se posent un peu la question sur « comment ça s’aborde les filles? » (homophonie bis repetita), les mêmes filles se demandent :  » Et après? ».
    Bref, si elles sont dans le même espace parfois, elles ne sont pas dans la même temporalité. Cqfd ( ce qu’il fallait déconstruire).

    • Bruce lit  

      @Omac : il m’est toujours bizarre de savoir que j’ai dissuadé un lecteur. Mon ego de chroniqueur est flatté de la confiance de son lecteur et de la reconnaissance de mes arguments. Mais de l’autre, il s’agit bien entendu d’un avis subjectif et sans doute que ton gout pour la poésie que je crois percevoir chez toi, Omac, aurait fini par l’emporter sur le message un peu bancal de cette nouvelle.
      Il disait quoi Lacan sur les femmes ?

      • OmacSpyder  

        @Bruce : Alors disons que je regarderai une dernière fois avant de trancher. Il est vrai que la poésie semble au rendez-vous mais il faut que celle-ci soit au service du propos, et pas juste un écran de fumée.
        Lacan sur les femmes? Oh, il disait simplement que « la femme n’existe pas »^^

        • Matt  

          ça doit vouloir dire quelque chose d’un peu plus développé que ça^^ Sinon on peut dire qu’il s’est bien planté non ?^^

          • OmacSpyder  

            Bien vu Matt! Il serait surtout mal barré en soirée! ;)
            Cela signifie, si je fais un énorme raccourci, qu’il n’y a pas « la » femme, au sens d’une universalité mais « des » femmes, au sens d’un rapport singulier au désir.
            En bref, ça complique les soirées! ^^

          • Matt  

            ça marche pour tout type de groupe non ? Le concept des généralités, tout ça…
            Il n’y a pas LE gay non plus.
            Et si on étend à autre chose que l’identité sexuelle pour en revenir à ce que je disais plus haut^^, il n’y a pas LE gros, LE geek, LE adulescent (j’écris comme je veux !)
            Il n’y a que des individualités qui ont des expériences, des attentes et des vies variées.
            Et donc c’est une connerie de pointer du doigt ces gens^^
            Et même un peu vain ou maladroit de parler d’eux comme s’ils étaient tous pareils.
            Mais je détourne complètement ton truc et je m’égare^^
            M’enfin…z’avez l’habitude.

  • Présence  

    Une belle critique qui met bien en lumière l’ambivalence du ressenti du lecteur Bruce. Je dois dire que ce qui m’attire dans ce récit, c’est avant tout la partie graphique, car je trouve le travail de frères Moon & Ba très chaleureux, en particulier dans Daytripper. Dans le même temps, savoir que je vais retrouver du Neil Gaiman pur jus en tant que romancier me refroidit fortement. Je n’attends pas d’une nouvelle la même chose que d’un roman, donc ce n’est pas la densité relativement faible qui me fait fuir. Par contre ma sensibilité n’est pas du tout la même que celle de Gaiman. Je suis capable de constater la virtuosité et la richesse de son écriture, son inspiration et son humanité, et je ne saurais pas expliciter ce qui ne me convient pas ou me manque.

    Du coup, tu as vraisemblablement réussi à dissuader un 2ème lecteur potentiel. :)

    • OmacSpyder  

      @Matt : Le point de vue que j’énoncais concerne le registre de l’inconscient et de l’humanité. Et celle-ci, jusqu’à preuve du contraire, se divise en deux : homme ou femme. Les catégories que tu cites sont des catégories sociologiques, ce qui fait qu’en effet ce sont des groupes « culturels » avec des typologies hétérogènes.
      Pour l’homme et la femme, c’est une division de fait. On est soit l’un soit l’autre. Ou on se revendique de l’un ou de l’autre. Et dans ce sens, là où l’homme se définit par une certaine universalité quant à l’orientation de son désir, ça n’est pas le cas de la femme qui échappe à ce principe. C’est en ce sens qu’elle n’existe pas « en tant qu’une ».

      Et de ce fait, second principe, puisqu’il n’y a pas complémentarité entre homme et femme, (tu vas aimer) : « il n’y a pas de rapport sexuel »!
      Pour le coup, les hommes sont mal barrés!^^

  • JP Nguyen  

    Wow, je te trouve sévère dans la notation, Bruce !
    Après, c’est ton ressenti et tant mieux si tu ne pratiques pas le consensus mou…
    Pour ma part, vu que c’est un one-shot et que j’avais apprécié DAytripper (sans l’ériger en chef-d’oeuvre ultime), je lirais peut-être celui-là si l’occasion se présente un jour (saisir l’occasion, c’est la base de la drague, non ?)

    • Bruce lit  

      @JP : est-ce que cette Bd m’a divertie ? -Non….
      est-ce qu’elle m’a émue ? Absolument pas….
      Qu’en ai je tiré ? Rien
      Est-ce que j’ai lu mieux ? Oui, et du meilleur Gaiman (notamment Nobody Owens)
      Est ce que j’ai envie de la relire : Jamais dans cette vie
      Comment la qualifierai-je : mignonne, mais vide
      Est-ce que les meilleurs peuvent se planter ? La réponse est dans la question
      Est ce que je relirai du Gaiman à l’avenir ? Sans aucun doute, vraiment
      Et les deux frangins brésiliens ? Non, au bout de trois déceptions, faut pas se faire souffrir.
      Suis-je soupe au lait ? C’est plus la saison des soupes, si ?

      Donc, deux sur cinq, ça peut sembler cassant, mais il est vrai que les Ba-Moon me gonflent depuis un petit bout de temps

  • OmacSpyder  

    Finalement, comme le dit JP, on en revient aux fondamentaux : s’il y a ouverture ou sur un malentendu, ça peut marcher :D

  • Jyrille  

    Rien à voir : je dois écouter des trucs qui ne me plaisent pas forcément (pour les jouer, ce qui est largement plus cool) mais cela permet de découvrir des choses. Je sais désormais que je n’aime vraiment pas Thin Lizzy (à part quelques titres, j’ai écouté deux albums et un album solo de Phil Lynott je n’irai pas plus loin) mais la pochette de Jailbreak me plaît : https://img.discogs.com/3wpRiW1rfEeFqSjZKB6lJa2jz3g=/fit-in/600×597/filters:strip_icc():format(jpeg):mode_rgb():quality(90)/discogs-images/R-398776-1501976624-8387.jpeg.jpg

    A priori il s’agit d’un dessin de Jim Fitzpatrick, de 1976 donc. Vous connaissez ce dessinateur ?

  • JP Nguyen  

    C’est marrant que les 2 frangins « t’énervent ». Après tout, ils font leurs trucs et ne « polluent » pas des personnages mainstream pour lesquels on pourrait avoir un attachement.
    Pour les scans de l’article, j’aime bien les couleurs mais pas trop le trait. Je n’ai pas ressorti Daytripper mais je ne me souvenais pas que les personnages étaient aussi…. « étirés ».
    Au fil de ton article, Bruce, je perçois une certaine attente de lecture qui manifestement a été déçue… Personnellement, je ne m’attends plus trop à lire un truc « bouleversifiant » et en tous cas, ça ne peut pas arriver à chaque bouquin que je lis (ma dernière grosse claque, c’était le Dark Night de Dini/Risso, ça remonte à 2 ans, maintenant…)
    Du coup, le « Et… ? », je pourrais l’appliquer à pleins de trucs sympas mais pas transcendants lus dernièrement.
    En exagérant, je pourrais appliquer le même genre de critique à des lectures pourtant cultes.
    Gaston Lagaffe : un employé fainéant et tire au flanc accumule les gaffes au bureau. Et… ?
    Astérix : des gaulois résistent à Jules César, déjouent ses plans et s’envoient un grand banquet. Et… ?

    En fait, plus j’y réfléchis, plus je me dis qu’il faut que je lise ce bouquin pour savoir si j’adhérerai à ton point de vue ou pas… Argh, si même les critiques négatives me poussent à lire, je suis pas sorti de l’auberge….

    Ah oui, sinon pour la BO, pour réévaluer la performance de Bowie, on peut écouter (juste 5 secondes) la reprise massacrée par Patrick Bruel…

    • Bruce lit  

      @Cyrille : je n’ai jamais été fan de Thin Lizzy. J’avais écouté par curiosité quelques albums sachant que le guitariste Snowy White y officiait avant de rejoindre Pink Floyd. Et….?

      @Jp : j’essaie de décrire mon plaisir de lecture inexistant. C’est un joli tableau bien exécuté qui n’éveille rien en moi : ni empathie, ni sourire ni de larmes. Il existe aussi la lecture « simple » aux plaisirs gratuits ; j’ai lu la semaine dernière le Red Ranger de Landsale, un western encore axé sur la vengeance mettant en scène des héros noirs. On ne peut pas dire que ça vole très haut, mais il y a de l’action, une écriture proto Ennis qui prouve qu’il y a un pilote dans l’avion, du trash et de l’humour. Je n’en suis pas sorti plus intelligent mais hautement diverti.
      Pour « Comment aborder… », aucun de mes paramètres ne s’est allumé. On y parle de musique, de femmes, de sexe et de sentiments (mes thèmes préférés) comme en tête de chapitres. On peut comparer ça à du Almodovar par exemple. L’homme a ses thèmes de prédilection, toujours les mêmes, mais parfois il est brillant, d’autres moins.
      Ici l’équilibre entre le conte et la fresque social est toujours bancal. En gros, c’est un petit « film » indépendant prétentieux dans sa modestie.
      Gaston me fait hurler de rire depuis 35 ans. Il y a un équilibre unique entre le dessin et la prose de Franquin. Des gaffes oui, mais beaucoup d’humanisme, une critique engagée du capitalisme et une apologie de l’indolence. Ce sont aussi les coulisses d’une maison d’édition comme Spirou et ses rythmes de production. C’est enfin une galerie de portraits fendards tout en gags : la fille timide mais chaude (tiens, encore une rouquine), le comptable coupé de ses sentiments, le flic obtus, l’homme d’affaire impulsif. Après Gaston, impossible de voir une mouette ou un chat de la même manière et de ne pas sourire en secret avant de signer un contrat. Un génie poétique bien plus convainquant que les efforts des deux frangins qui, je le répète, m’ont toujours fait bailler?
      Asterix : ben, tout d’abord de bonnes bagarres, des bons mots et un génie du gag. Uderzo et Gosciny exploitent l’art séquentiel à merveille dans Asterix Legionnaire avec le personnage de Courtdetennis. Quand tu les relis 20 après, tu restes époustouflé par Le domaine des Dieux et son analyse impitoyable de la banlieue parisienne, l’administration dans les 12 travaux d’Asterix ou de l’audace d’Asterix en Corse.
      Dans les deux cas, les relectures abondent de sens alors que la primo du conte de Gaiman donne tout sans convaincre.

      • Jyrille  

        Je m’en doutais pour Thin Lizzy. Mais ce dessinateur alors ?

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *