Memento mori (Avengers Hickman)

New Avengers 1 – Everything dies Par Hickman et Epting

PRÉSENCE

Première publication le 04 mai 2014. Mise à jour le 15 février 2020

VO : Marvel

VF : Panini

Album disponible chez ATTILAN COMICS 

 

Les Avengers de l'ombre ©Marvel Comics

Les Avengers de l’ombre
©Marvel Comics

En 2012, Marvel lance l’opération Marvel NOW! Il s’agit essentiellement de profiter de nombreux changements de scénaristes sur des séries majeures pour recommencer les numérotations à 1, ce qui provoque toujours un pic momentané dans les ventes. Après 9 ans en tant que scénariste des différentes séries Avengers, Brian Michael Bendis s’en va s’occuper des X-Men et laisse la place à Jonathan Hickman.

Ce tome comprend les épisodes 1 à 6 de la série « New Avengers » débutée en 2013, écrite par Jonathan Hickman, dessinée par Steve Epting, encrée par Epting et Rick Magyar, et mise en couleurs par Frank d’Armata. Parallèlement, Hickman écrit également la série Avengers, à commencer par Avengers world.

Ce tome s’ouvre avec une page de rappel sur le groupe des Illuminati : Black Panther, Charles Xavier, Reed Richards, Iron Man, Doctor Strange, Black Bolt, et Namor. La page suivante comporte 5 cases au cours desquelles Reed Richards (sur fond noir) s’adresse à une assistance invisible (sûrement les autres Illuminati) en concluant que tout doit mourir, c’est inévitable et il l’accepte. Ailleurs au Wakanda, Black Panther découvre un passage vers une autre Terre où il se bat contre Black Swan (Yabbat Tarru) qu’il réussit à capturer et à ramener au Wakanda.

Fabricants d'armes de destruction massive

Fabricants d’armes de destruction massive©Marvel Comics

Ayant assisté à la destruction totale de cette Terre alternative, il convoque une réunion des Illuminati au Wakanda : les mêmes que précédemment moins Xavier (décédé depuis) avec Captain America en plus. En bref, Black Swan leur explique qu’un désordre cosmique provoque des collisions entre des Terres de dimensions parallèles. Les Illuminati doivent décider de comment préserver la leur (Terre 616) et peut-être enrayer le phénomène. Tous ne sont pas d’accord sur les moyens, mais la première étape est de rassembler les gemmes de l’Infini.

Jonathan Hickman a acquis une réputation de concepteur d’intrigues complexes et sophistiquées d’ampleur inégalée. Lorsque le lecteur commence la lecture d’une aventure des Avengers, il a conscience du cadre de la série. Plusieurs des personnages disposent de leur propre série régulière (Iron Man), ou apparaissent dans une autre (Reed Richards dans Fantastic Four). Le scénariste dispose donc d’une marge de manœuvre réduite puisqu’il ne peut pas développer ces personnages comme il l’entend.

Il lui reste la possibilité de développer des personnages secondaires n’apparaissant que dans « Avengers », ou de concentrer l’intérêt de l’histoire dans l’intrigue. Hickman a décidé de favoriser la deuxième approche. Il a conçu un scénario catastrophe à l’échelle de toutes les dimensions alternatives de la réalité, provoquant un raccourcissement du temps, et donc de l’espérance de vie de tous les êtres.

Le remplaçant de Charles Xavier

Le remplaçant de Charles Xavier©Marvel Comics

Il ressort les Illuminati, groupe créé par Bendis,. Il s’agit d’un groupe occulte des plus grands superhéros de la Terre intervenant lors de menaces d’envergure cosmique. Le danger est un peu conceptuel (avec un diagramme d’explication), mais sa manifestation est très concrète. Le lecteur découvre peu à peu l’étendue de la catastrophe, en même temps que les Illuminati. Il comprend également au fur et à mesure les stratégies qu’ils vont développer et les risques qu’elles comportent, sans compter les sacrifices en vie humaine qu’elles impliquent (destruction d’autres Terres parallèles pour éviter celle de la 616). Au fur et à mesure, le lecteur peut apprécier la réaction des superhéros concernés, en cohérence avec leur personnalité.

Hickman a conçu un suspense implacable, chaque tentative échouant l’une après l’autre, la tension augmentant au fur et à mesure que le secret s’évente, que d’autres individus aux intentions malveillantes prennent conscience de ce qui se trame (Doctor Doom, mais pas seulement). Les membres des Illuminati prennent également conscience de la nature de leurs actes au fur et à mesure, et de leurs conséquences.

Les couvertures cryptiques de Jock (ici les gemmes de l'Infini)

Les couvertures cryptiques de Jock (ici les gemmes de l’Infini)©Marvel Comics

Hickman intègre avec facilité son récit dans la continuité Marvel. Il mentionne en passant à quel point Namor n’est pas le bienvenu dans le pays du Wakanda (voir Avengers versus X-Men). Il développe les points de passage attendus (gant de l’Infini) avec une perspective différente, sans donner l’impression de rabâchage ou de recopie. La menace est de plus en plus palpable, de plus en plus imminente, les héros prennent l’initiative et aggravent la situation de tentative en tentative.

Jock a réalisé 6 couvertures sombres et pleines de sous-entendus, en total cohérence avec la tonalité du récit. Steve Epting dessine une veine réaliste, un peu simplifié avec un encrage légèrement appuyé pour insister sur le sérieux de la situation et la détermination des personnages. Il n’est pas complètement revenu au niveau de détails de ses premiers épisodes sur la série Captain America écrite par Ed Brubaker. Il profite pleinement des séquences se déroulant dans une pièce clandestine, sur fond noir sans décor (mais en cohérence avec le scénario) pour s’économiser sur les arrières plans. Il bénéficie de la mise en couleurs sophistiquée et très élaborée de Frank d’Armata. À l’exception de ce petit regret sur le niveau de détail, les dessins d’Epting comportent le degré de sérieux attendu au vu de l’ampleur des catastrophes survenues, et du caractère global de l’anéantissement qui doit survenir.

Epting gère sans difficulté le nombre de personnages, il réalise des combats plein d’énergie. Il confère une aura de mystère un peu mutine à Black Swan qui en fait un personnage des plus ambigus. Avec cette deuxième série consacrée aux Avengers, Jonathan Hickman reprend le concept d’un groupe clandestin d’Avengers veillant à la destinée du monde à l’insu de tous les autres superhéros. Il réalise l’exploit d’inventer une menace globale (à l’échelle de toutes les réalités) et originale qui justifie pleinement l’existence et l’intervention de ce groupe. Steve Epting et Frank d’Armata réalisent des images transcrivant tout le sérieux de la situation, et la gravité des décisions que chaque Illuminati doit prendre en son âme et conscience. Hickman relie avec discrétion cette série à celle des « Avengers », en particulier avec la réaction de Captain America qui apparaissait comme en rêve dans « Avengers world ».

Les épisodes 7 à 12 de la série « New Avengers » ont été regroupés dans le recueil New Avengers – Infinity. Ils figurent également dans Infinity qui comprend « Infinity » 1 à 6, « Avengers » 14 à 23, « New Avengers 7 à 12 » et « Against the tide » 1 & 2.

Black Swan : une femme fatale

Black Swan : une femme fatale©Marvel Comics

 

26 comments

  • Marti  

    Lors du lancement des Avengers et New Avengers de Jonathan Hickman, mon intérêt s’est immédiatement porté davantage sur la première des deux, pleine de promesse de grandeur et illustrée admirablement, alors que la seconde me paraissait plus fouillis, nébuleuse (la faute peut-être aussi à un anglais un peu plus soutenu que la plupart des productions mainstream). Mais très vite une situation inverse s’est opérée, j’ai fini par trouver qu’Avengers manquait du piquant que je recherche dans le titre et faisait preuve de lourdeurs au point d’en avoir stoppé la lecture mensuelle, remise aux calendes grecques pour le format relié que Panini a eu la bonne idée d’instaurer avec le Marvel NOW!, alors que passé le premier arc New Avengers s’est révélé plus passionnant, on sent que Hickman y est plus à l’aise pour partir vers les récits un peu almabiqués où il excelle mâtiné d’une galerie de personnage aux caractères bien trempés qu’il est plaisant de voir s’affronter sur le plan intellectuel, voire physique pour certains d’entre eux. Sous l’avalanche des sorties récentes j’ai pris du retard sur la série, mais cette article m’a donné très envie de m’y remettre, merci !

  • Présence  

    Je viens de finir le tome 6 d’Avengers et 4 de New Avengers, la mécanique d’Hickman est imparable et les personnalités des superhéros ressortent avec force.

  • Tornado  

    Bon. Ben je crois que je vais peut-être (je dis bien peut-être !) me laisser tenter…

    Je m’explique :
    1) Présence est dithyrambique sur ce run d’Hickman depuis le début.
    2) Apparemment, Panini Comics devrait publier l’ensemble (Avengers + New Avengers + Infinity) sous la forme d’une collection librairie homogène.
    3) Il semblerait que la lecture de ces trois séries se suffise à elle-même.

    D’ailleurs, comment ça se lit. Un épisode des Avengers en alternance avec un épisode des New Avengers ?

    • Présence  

      Non, ça se lit tome par tome, en alternance, ou à peu près parce qu’au début la série Avengers était bimensuelle. En gros, il faut lire les tomes d’Avengers à la suite jusqu’à Infinity, pareil pour New Avengers, puis 1 tome de chaque en alternance.

      A compter des tomes à paraître en VO en début d’année prochaine, Marvel passe à des recueils comprenant les épisodes des 2 séries dans l’ordre de lecture.

  • Tornado  

    C’est encore un poil compliqué ! Mais je suis de plus en plus convaincu par cette lecture dans la collection librairie Marvel NOW !
    Et… Heu… ça va nous mener à combien de tomes en tout, ça ? 🙁

  • Jyrille  

    C’est vrai que l’article et les scans donnent envie. Merci Présence, mais comme toujours, je verrai à l’occasion.

  • Bruce Lit  

    Bon je l’ai lu parce que trouvé en occaz. Le rythme est effectivement haletant, bien écrit, plein de rebondissements.
    Mais le problème reste le même depuis Civil War. Les héros se salissent les mains, il y a encore le syndrome Walking Dead de mettre les personnages devant des choix impossibles. Sauf que, continuité obligé le statu quo vient ternir ce travail remarquable.
    Bravo Présence : tu m’as presque converti même si des passages notamment sur les collecteurs sont inutilement ardus.

  • Matt  

    Une review positive du SHIELD de Hickman :

    https://www.lescomics.fr/recueil-vf/review-shield-marvel/

    Pour ma part j’hésite à me le procurer.
    Je ne doute pas que c’est intéressant. C’est juste ma propre suspension consentie d’incrédulité que je crains de ne pouvoir maintenir^^ ça semble aller très, très, très loin dans le WTF et les personnages « historiques » complètement différents et abusés…et j’ai peur que ça me bloque pour accepter qu’avec de tels délires différents, on ait pu aboutir à un monde similaire au nôtre au XXeme siècle (les mêmes villes, les mêmes monuments, les mêmes présidents, les mêmes guerres mondiales, etc.)

    Mais ça vient de moi ça. La série semble intéressante tout de même.

  • Matt  

    Bon…
    A présent que j’ai vu que je ne peux plus blairer l’univers Marvel post Secret Wars et que je renonce complètement à tenter Secret empire et les séries connexes, je me sis dit « et ce Infinity alors ? Est-ce si bordélique que ça ? »
    Hachette a récemment publié 2 volumes qui permettent de suivre dans l’ordre les épisodes sans jongler avec les bouquins.

    Infinity tome 1 : Infinity 1 à 3 , Avengers 18 à 20 et New Avengers 9 et 10.
    Infinity tome 2 : Infinity 4 à 6, Avengers 21 à 23 et New Avengers 11 et 12

    Donc ça regroupe bien les 3 séries requises (dans l’ordre de lecture je pense parce qu’ils font un boulot correct en général)
    MAIS…la question qui reste : que faut-il lire impérativement AVANT ?
    Faut-il lire les 2 séries avengers jusqu’à l’épisode 17 pour Avengers et 8 pour New avengers ?
    Sur le net dans un « reading order » VO, ils semblent surtout mentionner Avengers mais pas New avengers. Tu confirmes ou pas ? On peut se contenter des 17 épisodes avengers + les 2 tomes Hachette ci dessus ?
    Thanks

    • Présence  

      Mes souvenirs commencent à s’estomper concernant cette histoire. Dans mon commentaire sur amazon, j’indique qu’il faut avoir lu les 2 séries Avengers & New Avengers avant parce que l’intrigue d’Infinity vient s’entremêler à celles en cours des 2 séries. Un extrait dudit commentaire :

      En 2013, Jonathan Hickman prend le contrôle des 2 principales séries Avengers. Infinity est également écrite par Hickman et s’insère dans ces 2 séries Avengers. Du coup l’histoire est donc une continuation directe de ces 2 séries, intégrant une histoire supplémentaire, celle liée à Thanos. Infinity ne correspond qu’à 6 épisodes. Avec cette précision en tête, le lecteur comprend que la lecture de tous les épisodes précédents de la série Avengers et de la série New Avengers est indispensable.

      En réalité, ce recueil développe plusieurs intrigues : (1) celle des Builders issue de la série Avengers, (2) celle des Incursions issue de la série New Avengers, (3) celle de Thanos, et (4) celle du conflit entre Atlantis et le Wakanda issue de New Avengers.

      • Matt  


        Bon…
        Mon portefeuilles te remercie alors, c’est encore trop long et compliqué.

        • Eddy Vanleffe  

          J’ai l’impression qu’avec Jonathan Hickman, il faut lire…Jonathan Hickman…
          c’est sans doute le moyen qu’il trouvé de pouvoir raconter sa grande histoire en ménageant l’Etat Major de Marvel… la faire sauter de série en série un peu comme Aaron sur Thor…

          • Présence  

            Je partage cette façon de voir les choses car on retrouve des éléments de ses épisodes de Fantastic Four dans Avengers.

            J’espère qu’il sera autant en forme pour sa reprise des séries X-Men cet été.

          • Matt  

            Tiens au fait ses Fantastic Four, je ne les vois pas souvent mentionnés.
            Pas bons ?

          • Matt  

            Mais sinon ouais je le trouve pénible cet auteur. Ou du moins il devrait pouvoir faire son truc sur une seule série.
            Ses secret warriors faisaient référence à la fin à son SHIELD, la confrérie du bouclier.
            Ses trucs cosmiques sont éparpillés sur 3 séries…
            Du coup j’ai jamais rien suivi en entier.

          • PierreN  

            Tout est plus ou moins connecté :
            -Hickman utilisait déjà le duo Cannonball/Sunspot dès ses débuts chez Marvel (Astonishing Tales)
            -Nathaniel Richards et d’autres scientifiques font le lien entre Shield et Fantastic Four
            -Le téléporteur australien des Secret Warriors se retrouve chez les Avengers
            -Infinity poursuit les intrigues d’Avengers/New Avengers (les Builders) tout en ménageant une place pour les désidératas de l’éditorial (puisqu’il s’agit de caser Thanos suite à son apparition ciné), en étant donc plus un prolongement de ses runs plus qu’une histoire sur Thanos
            -le Maker (Ultimate Reed) a un rôle dans Secret Wars et fait ensuite partie avec Miles Molares des rares rescapés de l’univers ultimate

          • Matt  

            Bon…j’ai toujours pas renoncé à lire ce Infinity avec ses séries annexes.
            Je viens de passer 1h sur des sites pour trouver la meilleure façon de se procurer ça en VF (vu qu’il n’y a pas d’omnibus bien pratique)
            Le mieux que j’ai trouvé c’est de choper les 3 premiers tomes Marvel Now de Avengers, le premier tome New avengers, + les 2 albums « Infinity » publiés chez Hachette. Il ne manquerait que 2 épisodes dans le tas, les new avengers 7 et 8 (que je pourrais choper avec le tome 2 « new avengers » mais après j’aurais des doublons vu que l’album publie les épisodes 7 à 12, et que les 9 à 12 sont déjà inclus dans les albums Hachette, et bien calés dans l’ordre avec Infinity)
            ça va je devrais pas être trop largué en sautant à peine 2 épisodes ?

          • Matt  

            Je trouve ça dingue qu’aucune publication ne propose un découpage correct. Soit t’as des trous, soit des doublons.
            Même avec le Absolute à 150€ de Paninouille…ben non ! ça commence avec Avengers 14…et t’as aucune publication qui s’arrête au 13, faut soit s’arrêter au 11 soit acheter l’album suivant et avoir 5 doublons d’épisodes…
            Et en chopant les publications Hachette, là t’as tous les épisodes de Avengers…mais c’est la série New avengers ou t’auras soit des trous soit des doublons…

          • Présence  

            Tu m’as intrigué, du coup je suis allé vérifier sur la VO. Le recueil Infinity contient Infinity 1 à 6, Avengers 14 à 23, New Avengers 7 à 12 et Against the tide 1 & 2.

            Il n’y avait pas de recouvrement (ou de trou) sur la série New Avengers, par contre il y en avait un sur la série Avengers : épisodes 7 à 11 dans le tome 2, et épisodes 12 à 17 dans le tome 3. J’ai donc dû acheter le tome 3 pour pouvoir lire les épisodes 12 & 13.

          • Matt  

            Même en VO ils ont foiré le découpage ? M’enfin…
            Bon…ça va faire une bonne dépense. J’espère que je vais aimer.
            En plus il n’y a que toi qui a lu tout ça ici, non ?^^ Pas de second avis…

  • Tornado  

    Tu trouveras mon avis sur la zone. J’ai cordialement détesté…

    • Matt  

      Ah, mais toi…
      Ne le prends pas mal mais bon déjà t’aimes pas le cosmique de Abnett et Laning et moi si^^
      Et j’ai pas trouvé ton avis…
      Tu mets 4 étoiles au début du run. Et sur Infinity, y’a pas d’avis de toi.

  • Tornado  

    Je ne suis pas allé jusqu’à Infinity en fait. J’ai arrêté les frais au tome 3 de la série Avengers. C’est la que tu trouveras mon commentaire le plus défavorable. Arrivé à ce stade, j’avais une bonne vision de l’écriture de Hickman sur son run et j’ai donc cordialement détesté.

    • Matt  

      Ok j’ai vu ton commentaire.
      Bon…tu dis que c’est pas pour toi mais être tout de même impressionné par l’ampleur du truc.
      Il reste de l’espoir que ça marche sur moi^^ Tu ne sembles pas avoir détester comme tu détesterais un « secret invasion », « fear itself » ou je ne sais quel machin naze.

  • Tornado  

    On va dire que j’ai détesté différemment. Ce n’est pas mauvais comme un Secret Invasion c’est sûr. C’est du travail sérieux. Mais c’est aussi hypercompressé et dilaté que du Grant Morrison, l’écriture des personnages en moins.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *