Mineur !

Streets of Glory par Ennis et Wolfer

Un héros à dégaine....

Un héros à dégaine….©Avatar

Un type comme Garth Ennis, c’est une bénédiction pour les éditeurs.

Âgé d’à peine 40 ans, voilà un type à la bibliographie impressionnante écrivant des comics plus vite que son ombre, intelligents, caustiques et dérangeants.

Le risque d’être si prolifique c’est que, inévitablement , le risque de redite apparaît. Et c’est le cas avec ces « Rues de la gloire ».

Un ancien as de la gâchette revient en ville pour réparer une vie de couple qu’il a sabordé 20 ans auparavant.

Joseph Dunn va y retrouver son amante mais aussi son pire ennemi et un promoteur de chemin de fer véreux. Violence, scalp, fusillades et quelques tortures bien senties sont au programme. Le talent d’Ennis est là.

En moins de 6 épisodes de cette mini série ( n’attendez pas de volume 2 contrairement à ce que nos amis de Panini annoncent sur la couverture), il réussit à poser des personnages aux interactions crédibles entre eux, une trame ultra classique mais efficace et toujours son sens du rythme et du dialogue.

J'en perds mes mots...et la bouche qui va avec !

J’en perds mes mots…et la bouche qui va avec !©Avatar

Le tout se lit sans déplaisir. Dunn continue de traduire l’obsession d’Ennis pour les Badass façon Eastwood et Lee Marvin. Il a le cuir plutôt tendre d’ailleurs ce cow-boy : contrairement à la majorité des héros de l’irlandais, il sourit, plaisante et se montre maladroit avec les femmes.

Seulement voilà : il n’ y aucune valeur ajoutée à la relecture et ceci est impensable pour du Ennis. Autrement dit, il ne s’est pas foulé et entre les enfilades de clichés et des thèmes qu’il a mieux développés ailleurs ( amitié virile, un héros de guerre dépassé par son époque, le western crépusculaire), c’est un léger ennui qui pointe à l’horizon.

D’autant plus que les dessins de Mike Wolfer ne sont pas des plus ragoutants: couvertures moches, design du héros stéréotypé, langage corporel figé et décors rudimentaires. Les fans hardcore de Garth Ennis n’y gagneront pas grand chose et les autres se diront qu’il s’agit là d’un travail mineur d’un auteur majeur.

Gros dur !

Gros dur !©Avatar

4 comments

  • Présence  

    Les fans hardcore de Garth Ennis n’y gagneront pas grand chose. – C’est tout moi ça.

    Toujours plus de Garth Ennis : j’attends la suite des rééditions d’Hellblazer.

  • ivan_isaak  

    J’ai eu l’impression à la lecture de ce volume (il a y un moment maintenant) qui ce personnage était vraiment une ébauche au saint des saints de preacher non ?

    • Bruce lit  

      Bonjour Ivan ou Isaac ? Ou les deux ?
      Le saint of killers est antérieur à Joseph Dunn puisque crée au début des années 2000. Il dénote par contre de l’obsession d’Ennis pour cette figure. Je te conseille, si ce n’est pas fait la lecture du Punisher par Ennis, qui est un moment de lecture incomparble.
      Merci de la visite.
      Bruce

  • ivan_isaak  

    Oui c’est les deux ! Ivan isaak est le nom du personnage principal du manhwa priest. Une superbe série que je te conseille fortement.

    J’avais pas fais attention au niveau des dates de publication. En effet donc, street of glory parait plus brouillon si il est sortit après preacher. Le punisher d’Ennis est sur ma liste… mais ma liste est bien trop longue et mon budget ne suit pas hélas !

    Au plaisir de te relire

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *