Missions rapides et efficaces (X-Men 1)

X-Men 1 par Jonathan Hickman, Leinil Francis Yu, Gerry Alanguilan

Un article de PRESENCE

VO : Marvel Comics

VF : Panini

La famille Summers + Logan
© Marvel Comics

Ce tome fait suite à HOUSE OF X / POWER OF X (2019) qu’il faut impérativement avoir lu avant. Il contient les épisodes 1 à 6 de la série, initialement parus en 2020, écrits par Jonathan Hickman, dessinés par Leinil Francis Yu et encrés par Gerry Alanguilan pour les épisodes 1 à 4, avec une mise en couleurs réalisée par Sunny Gho, avec l’aide de Rain Beredo pour l’épisode 3. L’épisode 5 a été dessiné et encré par R.B. Silva qui a également réalisé les 4 pages de l’interlude Incoming, avec une mise en couleurs de Marte Gracia. L’épisode 6 a été dessiné et encré par Matteo Buffagni, avec une mise en couleurs de Sunny Gho. Les couvertures ont été réalisées par Leinil Yu. Ce tome contient également 16 couvertures variantes réalisées par Russel Dauterman, Stanley Lau, Marco Checchetto, Chris Bachalo, Whilce Portacio, Mark Brooks (*2), Tom Muller, Marcos Martin (*2), Ron Lim, Alex Ross, Mike McKone, Belén Ortega, Kris Anka, Philip Tan.

Scott Summers a été admis peu de temps auparavant à l’école de Westchester. Charles Xavier lui dit d’ouvrir les yeux : ça marche, les lunettes en rubis retiennent ses rayons oculaires. Xavier lui promet de lui montrer bien d’autres choses encore. Au temps présent, Storm, Cyclops, Magneto, Polaris ont investi une base du groupe Orchis. Ils neutralisent les commandos Orchis et finissent par libérer les mutants retenus prisonniers. À bord de l’énorme base spatiale de la Forge d’Orchis, le directeur Killian Devo évoque l’inéluctabilité du conflit contre les mutants, avec Karima Shapandar. Dans la zone bleue de la Lune, plusieurs générations de Summers mangent à la même table. Quelque temps plus tard, dans la même demeure des Summers, Scott vient proposer à Rachel (Prestige) et Nathan (Cable) d’accomplir une mission ensemble : une île se dirige vers Krakoa et il faut y aller pour effectuer une mission de reconnaissance avant que sa trajectoire ne l’amène à la collision inéluctable. Sur place, ils font rapidement face au Haut Conjureur d’Arakko qui fait apparaître trois démons : Uhr’Oggloth, Hool-go-Dir, Dur. La mission suivante est d’aller enquêter sur place : la porte de la Terre Sauvage n’est plus opérationnelle. Sur place, Pixie (Megan Gwynn) et Anole (Victor Borkowski) ne répondent plus aux appels de Scott Summers et Concile Tranquille. Cette mission est confiée à Scott Summers, Sebastian Shaw et Emma Frost.

À Davos en Suisse, le Conseil d’Administration du Forum économique accueille une délégation de Krakoa composée de Charles Xavier, Erik Lehnsherr et En Sabah Nur, avec Scott Summers et Tomi Shishido (Gorgon) comme gardes du corps. La délégation du Conseil est composée de trois élus et quatre invités internationaux : Hodari (élu du Wakanda), Ma Mingyu (ambassadrice de Chine), Reilly Marshal (ambassadeur des États-Unis), Frederico João de Cézare (Brésil), Daniela Gentile (Italie), Ludovic von Bergen (Suisse), Banhi Gahlot (Inde). La discussion tourne autour d’enjeux internationaux tels que le bouleversement de l’équilibre mondial induit par la création de la nation des Mutants, la commercialisation des fleurs de Krakoa, la nature de la cohabitation entre humains et mutants. La mission suivante se déroule en Équateur et est commanditée Charles Xavier, Cyclops, Storm et Wolverine (Logan), et est confiée à Synch (Everett Thomas), Wolverine (Laura Kinney) et Darwin (Armando Muñoz). La dernière mission est réalisée par Mystique (Raven Darkhölme) qui doit implanter un Portail Krakoa dans un lieu stratégique.

Trombinoscope pour aider le lecteur à se repérer
© Marvel Comics

À l’issue de la lecture de House of X / Power of X, le lecteur a choisi son camp. Soit il est écœuré au choix par les changements apportés ou par l’écriture du scénariste, dans ce cas-là, il passe son tour et attend le départ dudit scénariste, avant de recommencer à lire de nouveaux épisodes des X-Men. Soit il a été subjugué par les prises de risques qui introduisent un tout nouveau paradigme et il est impatient de voir comment tout ça va se développer. Il peut également être rebuté à l’idée de l’interconnexion des nouvelles séries au total de 6 lancées en même temps, tout en sachant pertinemment que c’est le modèle économique des comics, et qu’il peut très bien n’en suivre qu’une ou deux et se renseigner sur les autres en consultant des sites spécialisés. Il peut même tester ces nouveaux produits avec le recueil Dawn of X Vol. 1 qui regroupe le numéro 1 de ces 6 séries. Une fois qu’il est arrivé au présent recueil, il a bien conscience des forces de Jonathan Hickman (mettre en œuvre des concepts ambitieux dans une trame de grande ampleur), et du fait que cela peut se faire aux dépens du développement des personnages. La mission du premier épisode se raccroche directement à HOX/POX, avec la nation mutante installée sur Krakoa et l’ennemi incarné par l’organisation Orchis.

Puis le lecteur découvre que le scénariste raconte des histoires en 1 épisode, qui permettent de mettre en scène différentes équipes de taille réduite entre 3 et 6 mutants, avec des missions de nature très différentes : anéantissement d’une cellule anti-mutante, exploration d’une nouvelle île, lutte contre un groupe de quatre mamies octogénaires (Lily Leymus, Edith Scutch, Augusta Bromes, Opal Vetiver), relations diplomatiques, récit d’anticipation, et mission d’espionnage à haut risque. Bien évidemment, les responsables éditoriaux ont confié une telle série phare à un artiste qui a fait ses preuves et qui jouit d’une bonne réputation. Cela fait plusieurs années que Yu, Alanguilan et Gho travaillent ensemble et ça se voit : ils sont rôdés. La mise en couleur vient nourrir les dessins par des textures, des nuances rehaussant le relief, des effets d’ombrage, des effets spéciaux pour les flammes intenses du soleil, pour les superpouvoirs, et en habillant les fonds de case de discrets camaïeux quand rien n’y est représenté.

Les octogénaires de Hordeculture
© Marvel Comics

L’encrage de Gerry Alanguilan (1968-2019) est fin et délicat, tout en sachant faire bon usage des aplats de noir, pour un résultat qui met bien en valeur chaque contour, et donc chaque élément dessiné, en leur donnant du poids quand c’est nécessaire par des surfaces noires un peu fluides. Le lecteur reconnaît rapidement que l’artiste à fort à faire. Ça commence par le nombre de personnages qui apparaît tout du long de ces épisodes, même si l’on ne considère que les quatre premiers. Sous réserve qu’il dispose d’une culture en Mutanité, le lecteur identifie Cyclops (Scott Summers), Storm (Ororo Munroe), Magneto (Erik Lensherr), Polaris (Lorna Dane), Havok (Alex Summers), Vulcan (Gabriel Summers), Wolverine (Logan), Dr. Cecilia Reyes, Cable (Nathan Summers), Marvel Girl (Jean Grey), Prestige (Rachel Grey), En Sabah Nur, Professor X (Charles Xavier), Krakoa, les Starjammers avec Corsair (Chris Summers), Raza Longknife, Ch’od et Hepzibah, puis encore une bonne douzaine d’autres. Même s’il suppose que le responsable éditorial fournit les références de costume pour chaque personnage au dessinateur, ce dernier doit quand même fournir un sacré effort pour n’en rater aucun.

Il est également visible que l’artiste s’est astreint à représenter les différents environnements dans plusieurs cases successives, mettant la pédale douce sur le mode opératoire qui consiste à ne le représenter que dans la case d’ouverture d’une séquence avec une unité de lieu. Là encore, le scénariste ne lui facilite pas la tâche même s’ils sont moins nombreux que les personnages. Le lecteur ressort donc globalement satisfait de la narration visuelle de ces quatre premiers épisodes, même s’ils ne présentent le même panache visuel que HOX/POX. Du coup, il est content de retrouver R.B. Silva le temps d’un épisode car il avait dessiné la moitié de Power of X, même si Pepe Larraz était plus méticuleux sur l’autre minisérie. Sa narration visuelle verse plus dans le comics de superhéros avec plus d’énergie crépitante, et des contours un peu arrondis, pour un spectacle impressionnant. Enfin, Matteo Buffagni donne l’impression de réaliser des planches s’alignant sur l’allure générale de celles de Yu, avec un encrage plus pâteux, mais une narration plus fluide.

En baguenaude en famille
© Marvel Comics

Jonathan Hickman continue sur sa lancée : consolider les structures de son nouveau paradigme et mettre à profit la richesse de l’histoire des mutants. Le lecteur retrouve donc cette nation de Mutants dans laquelle Krakoa occupe une place centrale. Il peut voir différents éléments structurant de cette nation : le commerce des fleurs, le responsable du réseau de surveillance de l’île et de ses portails, le Conseil Tranquille, les mutants remplissant des missions de garde du corps ou d’agents spéciaux, etc. Il apprécie que Hickman alterne la création de nouveaux personnages ou concept (les inénarrables octogénaires de Hordeculture) avec l’utilisation de personnages et concepts déjà existants (les Enfants du Coffre, créés par Mike Carey et Chris Bachalo en 2006 dans le numéro 188 de X-Men). Chaque nouvelle mission s’avère surprenante et rondement menée. Il apparaît que les personnages ne sont pas interchangeables et que leur particularité ne se limite pas à la couleur de leur costume ou à leur superpouvoir : leur histoire personnelle et donc pour partie leur caractère influent bien de manière significative sur la mission et son exécution. Le lecteur peut donc très bien apprécier chaque mission pour elle-même et donc chaque épisode pour lui-même. Il perçoit également de manière diffuse ou de manière plus évidente que chaque crise générant une mission participe à mettre en place des éléments sur l’immense toile de fond des séries mutantes, en vue de développements ultérieurs, mais de manière très organique, sans rien de forcé ou d’artificiel.

Ce premier tome de la série, après le chamboulement de HOX/POX tient quasiment toutes ses promesses. Le lecteur peut éventuellement regretter le choix de Leinil Francis Yu comme artiste, mais celui-ci n’est pas en pilotage automatique et ses personnages impressionnent. Il retrouve toute la richesse thématique et en nombre de personnages des séries mutantes, la rigueur du scénariste, allégés par ce choix d’une mission par épisode. Un comics de superhéros de haute volée.

Faisons preuve de diplomatie
© Marvel Comics

57 comments

  • JP Nguyen  

    Ah, quel vendeur ce Présence ! Malgré mes forts griefs contre l’approche de Hickman trahissant pas mal de personnages je serais presque tenté d’y jeter un œil afin de savoir si je garde quelques restes de « culture en mutanité » !

    Ça continue quand même à ressembler à un gros What If, tout ça…

    • Présence  

      Même si j’ai des trous dans ma culture en mutanité, en particulier des années sans lire de X-Men, j’arrive encore à suivre. 🙂

  • Eddy Vanleffe  

    J’aimerais tellement adhérer à tout cela…
    mais voilà le lien est brisé.
    oui c’est un bon gros « what if…. »

    • Présence  

      Mais je croyais qu’il y avait des lecteurs qui aimaient les What if ?

      • Eddy Vanleffe  

        totalement… j’ai beaucoup aimé l’univers ultimate

  • Bob Marone  

    J’avoue moi aussi que cette grosse cavalerie m’épuise totalement. L’espèce de machine infernale qu’est devenue Marvel me laisse de marbre. Les cross-overs et autres méga-events à base de « on va voir ce qu’on va voir » s’enchaînent comme les pronuciamientos dans une république bananière centre-américaine. C’est triste…

    • Présence  

      Là pour l’instant, mis à part les quelques épisodes des New Mutants d’Hickman, il n’y a que cette série qui m’attire. Du coup, l’effet machine infernale est atténué. Visiblement, pas besoin de lire Sword of X pour pouvoir suivre : je vais donc m’empresser de tirer un trait dessus et de passer à la suite.

      • Fred le Mallrat  

        X-force a quand même des liens entre autre avec Prof X. New Mutants est pas si lié sauf avec les broods mais à ce moemnt là Excalibur amène à X of Swords, marauders a quand même surement la première brèche dans Krakoa qui aura surement des répercussions. Wolverine est assez liée à Force. J ai pas de recul sur Factor.. et Fallen Angels ou Hellions sont justes illisibles.
        Cable? ben X of Swords… mais a part le dessin.. et les chevaliers de l espace pour les nostalgiques de Rom..

        • Présence  

          Tu as pu voir sur le site que je ne partage pas ton ressenti pour Fallen Angels… mais j’aimais déjà l’écriture de Bryan Hill avant et je ne l’ai acheté que pour lui.

  • Nicolas  

    WTF
    Vraiment pathétique tout ça, Marvel à vendu son âme en même temps que cette firme vendait ses personnages à Disney.

    • Eddy Vanleffe  

      @Nicolas.
      Pour le coup je ne vois pas trop le rapport avec Disney et le fait que Marvel puisse faire des trucs qui racolent le public.
      Jonathan Hickman descend plutôt d’une tentative un peu voisine de celle de Morrisson de moderniser la franchise mutante.
      il a posé les bases d’un concept très ambitieux, très auteurisant même et je crois deviner qu’il va articuler son histoire en trois grandes phases (quatre plutôt) Après son HOX/POX, Dawn of X puis là actuellement Reign of X, puis sans doute une sorte de « Twilight of X » pour conclure…
      On est loin à mon avis d’une simple de série de crossovers vides de sens …
      J’accroche pas personnellement, mais c’est réfléchi et artistiquement abouti.

      • Nicolas  

        C’était juste une réflexion désabusée sur Marvel et sur les X-Men en général.

        • Eddy Vanleffe  

          Je la partage en partie, c’est juste la corrélation avec Disney qui m’a parue bizarre…
          Après tout voir les mutants se comporter comme la prochaine race aryenne a de quoi interpeller… ^^

          • Fred le Mallrat  

            Si tu lis bien Marvel Untold Story publiée en VF chez Panini.
            La première vente en 1972 induit déjà un passage du commercial qui n ira qu en s accroissant.. et quelque part Disney est moins problématique que Pelerman dans les 90’s avec sa course folle aux chiffres qui met en compétition les familles de titres marvel entre elles.
            Rigolo aussi que Warner qui possede DC depuis la fin des 60’s ne se reveille et ne découvre son acquisition que quand Disney arrive..

          • Eddy Vanleffe  

            hello Fred…
            Pour Moi le « commercial » n’est pas forcément synonyme de mal absolu, ça peut donner de bons résultats..
            Je suppose avec le recul que MIss HUlk était une idée hyper mercantile, mais c’est l’un de mes personnages favoris grâce à son arrivée surprise dans les FF de Byrne puis sa série solo de Slott défonçait tout. et enfin la verison de Tamaki était pas mal non plus…

          • Fred le Mallrat  

            Je parle juste de la structuration de l editeur qui a donné de moins en moins de liberté à ses auteurs sauf parenthése enchanté où le succés suivait une courbe qualitative.
            Mais dés sa vente en 1972 jusqu au summun de Pelerman qui veut juste du cash avec une compétition interne qui fait que les titres ne sortent plus de crossovers perpetuels (le coupage à l eau de la saga du clone, le fait de lancer des crossing sans véritables idées de quoi faire derrière, onslaught qui devient un cross hors xmen, Reborn…).
            Disney me parait le moins interventionnistes des patrons qu a eu Marvel Goodman inclu.
            Et j ai pas de tendresse particulière pour Disney… Il me semble plus dans le cadre de ce qu etait Warner avant 2008 (tant que vous vendez) avec par contre plus de promos (warner s en tapait.. et n intervenait qu en cas de crise comme pour la DC implosion).

          • Nicolas  

            Comme des Nazis ? Quelle horreur, Chris Claremont a passé des années a raconter les histoires de Magneto ancien survivant d’Auschwitz.

          • Eddy Vanleffe  

            J’exagère à mort, en revanche on y trouve clairement un vocabulaire eugéniste d’une humanité 2.0 autoproclamée assez arrogante …
            Je pense même que l’auteur va en pointer les dérives mais ça prend son temps et jusque là, les personnages ne ressemblent plus du tout à ce qu’ils étaient… des pistes sont lancées à ce propos, mais…ça a un gros goût de « what if » (pris comme cela, ça peut être excellent)

          • Fred le Mallrat  

            Claremont oui.
            Mais comme le souligne Stern dans Avengers Vs. Xmen, Kirby voyait plus un Hitler mutant… et même dans des Cap de 1976.

            Pour moi c est justement le point où Xmen glisse.
            Le moment où tu soutiens un meurtrier de masse (Magneto) ou une fille comme rogie qui n a pas tue juste par malchance (Avengers annual, Rom) par rapport à des Avengers ou FF qui sont des héros et que déjà tu emploies la manière forte.

            Hickmann ou IVX ne font en quelque sorte qu enteriner un glissement qui date des années 80 mais que les fans ne voulaient pas voir car les xmen étaient les « gentils » .. et ca continue pour une partie du public.

          • Eddy Vanleffe  

            Tu n’as pas tort sur le glissement invisible ou sous-jacent depuis les années 80.
            Disons que c’est une question de perceptions…
            Les héros par leurs valeurs morales fortes avaient cette tendance naturelle d’espérer le meilleur et dt donc détendre la mains aux réhabilitations et aux rédemptions, ce que les Avengers (Wanda et Pietro les enfants du meurtriers de masse, le Sowrdsman et dans un sens les Thunderbolts eux même) ont fait plus souvent qu’à leur tout et même parfois cela leur est retombé sur la figure (il y a pas un dérapage de sersi? -C’est ne vraie question je suis une tanche en histoire Avengers)
            et ça pouvait être acceptable.
            Lorsque les choses sont parties en couille après AVX, Remender a répondu avec le salvateur Uncanny avengers la seule tentative durable de faire du vrai « mixte » dans un contexte comme Marvel , un vrai saut au dessus de la barrière.
            c’était intelligent!
            Ici la solution qui est proposée et vraiment bizarrement anti-héroique faisant penser d’ailleurs à la fin de MIracle Man avec cette cité au dessus des hommes…
            De son côté Claremont a fait la critique des X-Men dans son X-MEN THE END avec la conclusion de Kitty qui que l’école de Xavier était un ghetto et que son rêve n’y pouvait s’y réaliser comme ça…

          • Fred le Mallrat  

            Si Sirse ca part en couille 🙂
            Uncanny Avengers est une série qui prend vraiment univers partagé au serieux!!
            Que le Red Skull ignore en général les mutants et que Magneto l ignore généralement n a aucun sens… le fait que les avengers, FF ou autres ne prennent pas à bras le corps le probleme de racisme anti mutant n a pas de sens.. Que kang et Apocalypse en se rencontre pas.. pareil..

            C est un UNIVERS PARTAGE on se fout des familles de titre.. c est une distinction editoriale qui na aucun sens.. et que des lecteurs y voient du sens et le pire de tout!

            Oui c etait la réponse héroique mais Avengers/NA vendaient plus… le lectorat ne veut donc plus vraiment de réponse héroiques mais des réponses prés de sa réalité.

          • Présence  

            Le lectorat ne veut donc plus vraiment de réponse héroïques mais des réponses prés de sa réalité. – C’est une impression qui revient souvent chez mi : le modèle héroïque et pur ne fait plus recette, sans que je sache pourquoi.

            Est-ce que ça fait trop leçon de morale ?
            Est-ce que ça fait trop Irréaliste ? … d’un autre côté on parle d’individus capables de projeter des rayons laser…

  • Chip  

    Je n’ai rien à dire si ce n’est que j’apprécie toujours la clarté des recensions et critiques de Présence, donc je le dis.

    • Présence  

      Merci pour le mot gentil, et l’ajout à ma culture car je ne connaissais par le mot Recension.

  • Fred le Mallrat  

    Je suis pas un anti DOX/HOX/POX.. je lis plus facilement cette periode que tous les xmen des 90’s ou les retours de claremont, Austen ou Milligan.

    Y a de bonnes idées, d autres moins.. le vrai souci est un manque de diversité .. tous les mutants acceptent le statu quo.. plus ou moins.. On a quelques discussions concernant par exemple la cérémonie qui amène un mutant à recouvrer ses pouvoirs et qui est glacante… comme ce qu apprenne les enfants sur Scarlet Witch ou d autres ceremonies ou codes que je trouve assez rétrograde pour des remplacants de l homme dans l evolution.
    Et là clairement on touche les limites.. je ne pense pas que les minorités soient plus un groupe homogène de pensée que les « majorités (qui parfois sont relatives en nombres et auraient donc été renversées facilement).

    Si ce tait si simple, les gens au pouvoirs et les castes sociales dominantes sont en inferiorité numérique et on aurait donc un monde dirigé par les « pauvres ».. car ils penseraient pareils et donc se seraient organisés.
    C est justement le fait que les gens pensent différemment qui fasse qu une partie du non changement vient du fait que les oppréssés voient l oppression soit comme normale soit ne les atteignant pas.

    Mais bref, il y a quand même des moments assez interessants pour le lecteur.. simplement la reflexion me semble découler plus de lui-même que d’une volonté de Hickmann.

    Mais bref je trouve qu on reste dans ce qui est fait depuis Morrison/Casey/Milligan/Macan cad des moments interessants mais quand même pass assez sur le long terme et ca date quand même d au moins 2005… Morrison/Casey/Milligan/Macan n auront été qu ne parenthése que les titres mutants n ont plus vu depuis la fin 80..

    • Bruce lit  

      Macan ? C’est qui, quoi, quand ?

      • Eddy Vanleffe  

        Darko Macan le mec qui avait fait de Cable le Soldier X avec une série très inspirée des guerres civiles comme l’ancienne Yougoslavie.. c’était réaliste, assez adulte dans le thème.

        • Bruce lit  

          Ok
          J’avais lu quelques épisodes

      • Fred le Mallrat  

        Macan sur Soldier X, Milligan sur Static X et Casey sur Uncanny

    • Présence  

      Tous les mutants acceptent le statu quo… plus ou moins. – J’espère effectivement que la suite développera cette possibilité de moins. Déjà, il semble bien que des individus comme Apocalypse ou Mister Sinister voient en Krakoa une opportunité pour se rapprocher de leur objectif personnel.

  • Bruce lit  

    « À l’issue de la lecture de House of X / Power of X, le lecteur a choisi son camp. Soit il est écœuré au choix par les changements apportés ou par l’écriture du scénariste, dans ce cas-là, il passe son tour et attend le départ dudit scénariste, avant de recommencer à lire de nouveaux épisodes des X-Men. »
    Bien, je suppose que ces lignes me sont dédiées. Pour ma part, oui, mon camp est choisi. Je ne reviendrai pas sur le profond dégoût que m’inspirent ces personnages et qu’il est très probable que je ne relise plus de Xmen dans leur continuité en tout cas même après ce run.

    Mais vraiment quel boulot Présence. Rien que le résumé. Tu es notre commis des comics à nous et c’est très bien que tu continues à m’envoyer des articles pour nous donner des nouvelles de cette famille désormais si lointaine…
    Ce qui est en soi amusant puisque lorsque je t’ai connu, on était déjà dans le flash info avec les itérations de Fraction et Gillen.

    • Fred le Mallrat  

      Mails là on entre bien dans le fond du souci.
      Au delà des soucis d ecritures de Hickmann (mécanique pas si huilée que cela dont on voit trop les ficelles et personnages n etant qu un rouage du systeme), hickmann a décidé qu il n ecrivait pas des héros. Il oublie le héros de super-héros… que d autres avaient oubliés avant (Jim Lee, Liefield, Silvestri..).

      Quand je vois la derniere image de New Avengers/Avengers avec Stark et Rogers se battant à mort alors que l univers touche à sa fin: je suis horrifié!!! Même ce connard de Stark reste un héros! Il chercherait un moyen plutot que cela.. mais n est ce aps aussi une vision pertinente du monde..???

      Là je suis choqué que des Kitty Pryde ou Diablo s associe à Krakoa (ou Guthrie par exemple).. mais que Xavier, magneto, Cyclops ou Wolverine trouve ca bien ne me choque pas. c etait leur voie depuis des decennies.
      N est ec aps là aussi une image pertinente du monde?

      Ce qui m ennuie c est que c est pas trés bien ecrit, sans nuance comme toujours avec Hickmann.. ja ime bien son Black Monday Murders (qui ressemble structurellement à HOX/POX/DOX) mais le sujet y est surement pour beaucoup.

    • Présence  

      Bien, je suppose que ces lignes me sont dédiées. – Oui, je peux te dédier ces lignes, mais à d’autres aussi. Ce clivage a l’air d’être significatif chez les lecteurs, bien au-delà du cercle de Bruce Lit. Mais ça a aussi été mon comportement pour le passage d’autres auteurs comme Matthew Rosenberg dont les épisodes ne m’intéressaient pas.

      Continuer à envoyer des articles sur les X-Men : je t’avoue que je pensais arrêter, mais tous vos commentaires sont passionnants. Du coup, je vais préparer celui du tome suivant.

      Oui, c’était une autre époque. J’ai eu l’occasion de me replonger dans les épisodes Gillen, et je continue d’apprécier son écriture.

  • Jyrille  

    Ca me fait plaisir de te voir vent debout pour cette série, Présence, juste pour mon esprit de contradiction puisque rien ne m’intéresse dans les X-Men (je me demande toujours si je finirai par m’offrir le troisième tome de Wolverine and the X-Men chez Panini, si j’ai bien compris). Je dois t’avouer que contrairement à HOX/POX, les scans présents ici ne m’attirent pas du tout. Je salue toujours ta synthèse et tes analyses objectives, surtout que tu pars d’un paradigme : c’est passé ou pas.

    La BO : plus tard. Toujours pas connaisseur de ce groupe, ce qui n’arrivera sans doute jamais.

    • Présence  

      C’est passé ou pas : c’est une position qui revient très fort dans les autres commentaires que je peux lire sur internet. Il n’y a pas beaucoup de tièdes dans ceux que je peux lire.

  • Tornado  

    On touche ici à un univers qui ne m’interpelle désormais plus du tout. A la fois pour la franchise et ses personnages qui ne m’intéressent plus, mais alors plus le moins du monde. Et à la fois pour un auteur de comics dont la froideur clinique me rend allergique.
    Bref, tout cela ne m’inspire que rejet et indifférence.
    Heureusement, c’est écrit par Présence, chroniqueur et ami dont j’apprécie toujours l’approche, laquelle suffit à me tenir au courant de l’actualité aujourd’hui (et demain du passé éditorial) afin que je me sente moins bête et moins largué lorsque l’on aborde ce genre de sujet…

    La BO : Super ! 🙂

    • Présence  

      La froideur clinique de Jonathan Hickman : je n’avais pas pensé à le formuler ainsi, mais je pense que ça fait partie des caractéristiques qui me séduisent dans son écriture.

    • Bruce lit  

      Ben alors là, je suis étonné. Je n’aurais jamais imaginé Tornado écouter The Cult !

      • Jyrille  

        J’ai écouté le titre. Sympa, assez efficace mais pas non plus remarquable. On dirait une reprise de Billy Idol.

        • Bruce lit  

          Ah ah ! C’est surtout un hommage avoué à AC/DC. Tout le disque d’ailleurs. Une des premières production de Rick Rubin qui a fait un travail monstrueux quand tu connais les démos.

          • Tornado  

            Et bien oui. C’est pour ça que ça me plait !

  • Kaori  

    Je fais partie de celles et ceux dont la curiosité a été piquée.
    J’avais bien aimé le 6ème épisode, avec ce conseil qui tourne en tentative d’assassinat déjoué, et les mots très piquants de Xavier.
    Je continue de suivre la série.
    Merci pour ces rétrospectives, Présence, ça fait plaisir d’y voir tant d’enthousiasme, tout en prenant soin de penser aux anciens fans qui refusent de poursuivre l’expérience.

    • Présence  

      Promis : je propose un article sur le tome 2, à Bruce. 🙂

  • Surfer  

    À chaque fois qu’il y a un article de Présence sur les X-MEN de Hickman, je m’aperçois que je n’ai toujours pas lu le HOX/POX .

    Il fut un temps où j’attendais la sortie des comics avec impatience pour pouvoir les dévorer.
    Autre temps, autre époque : aujourd’hui les comics s’accumulent sur mes étagères sans que je trouve le temps/l’envie de les lire !

    Serait-un signe ?

    La BO: je ne vais étonner personne en disant que ce n’est pas mon truc. J’écoute très peu de Hard Rock. J’ai fait l’effort pour le morceau présenté, mais je n’ai pas du tout envie d’en connaître plus.

    • Présence  

      Chez moi aussi, les comics s’accumulent (un peu partout) : c’est aussi un signe de l’augmentation de mon pouvoir d’achat. 🙂

  • Bruce lit  

    En lisant les réactions ici (et ailleurs) je me rends compte d’une chose : parler des Xmen ne revient plus à parler de BD mais bien de politique. Et pas qu’éditoriale, mais bien sociale et c’est à mon avis l’impasse dans laquelle a échoué la licence. Comment faire consensus, d’autant plus que désormais tout le monde peut s’identifier dans le fait d’être rejeté comme les mutants sans avoir bcp en commun les uns avec les autres.
    J’ai aimé les Xmen lorsqu’ils étaient la métaphore de plein de choses et pas seulement un appel à la tolérance. Car je soutiens que la série et ses grandes heures n’ont que très peu à voir avec l’oppression.
    Oui les Sentinelles, DOFP, GOD KILLS, GENOSHA mais entre ça il y avait des combats en terre sauvage, au Japon, contre les Broods ou sur Muir Island qui n’avaient pas grand chose à voir avec la parabole raciale.
    Les comics comme divertissement oui.
    Mais en tant que postulat politique surfant sur les tendances d’aujourd’hui qui ne seront plus celle de demain, voilà qui explique mon désintérêt total de la série. Même le fait d’outer les personnages en fonction de leur sexualité a foiré totalement.

    • Eddy Vanleffe  

      On ne peut plus vrai boss!
      la franchise a laissé de coté depuis un certain moment tout ce qui relevait de la fantasy… chose encore une fois que Claremont équilibrait en grand fan de Edgar rice Burroughs et de Jack Kirby qu’il est…

      • Fred le Mallrat  

        Je trouve que déjà le virage de Claremont avec Romita Jr est déjà un virage où il se recentre quasi uniquement sur la parabole.
        C est là pour moi le souci des X-men depuis bien longtemps. Hickmann c est un point d orgue, un point où c est tellement « in your face » que tu peux pas l ignorer.. et encore en parlant de Fantasy, X of Swaords ne surfe pas vraiment sur des paraboles mais reprend plus de la fantasy pure justement (et d ailleurs .. là on s ennuie serieusement… car le peu qui te faisait penser même contre la volonté de l auteur n est plus là.. à peine les consequences futures pour Storm ou Wolvie te font te poser des questions)

    • Fred le Mallrat  

      Mais oui, je pense que les comics ont oublié les auteurs sériels et se concentrent sur des pitcheurs, des concepteurs et des dialogusistes…
      On perd al saveur d une série sur el long court où le personnage mène un peu l auteur là où il ne veut pas forcement aller et va aussi avec des histoires simples, d attente, d interlude ou juste fun..

      En plus, vu qu il y a un concept ou un pitch, tous les auteurs ou presque vont s attaquer aux mêmes angles, revisiter les mêmes periodes, les mêmes histoires….

      • Fred le Mallrat  

        Bon apres y a de vrais bonnes séries aussi.. J aime bien Runaways qui prend le temps de vivre.. la suicide squad de taylor est à concept mais bigrement maitrisé et courte et immortal Hulk me régale.
        J attend de voir où mène Black Widow mais c est intriguant.

      • Présence  

        L’épisode 3 de la présente série constitue une histoire un peu plus simple avec Hordeculture, même si il est certain que Hickman va les ramener par la suite, ce qu’il a fait lors du crossover Empyre.

  • Matmout Gougeon  

    Bravo Présence pour ces articles de grande qualité. Toujours intéressant notamment d’avoir cette analyse fine du travail des scénaristes, dessinateurs, encreurs et coloristes qui travaillent sur ces épisodes, très inspirant 🙂

    • Présence  

      Merci. Il m’a fallu du temps pour me dire que dans cette chaîne de production industrielle des comics, chaque artisan apporte sa touche créatrice, et qu’ils ne sont pas interchangeables, même les coloristes ou les lettreurs. Du coup, j’essaye à chaque fois de m’interroger sur ce que chacun apporte, pas uniquement sur l’intrigue, avec un mot en passant sur les dessins. Je me heurte bien sûr à mes propres limites, n’étant qu’un lecteur, sans connaissances formalisées sur le dessin, ou sur l’écriture.

  • Fred le mallrat  

    Tiens un article intéressant sur l impossibilité de cohérence sauf dans la tête du lecteur.
    Je reflechissais il y a quelques années à Captain AMerica… mon perso préféré. Je voyais pleins de fans des xmen critiquer le OOC de Morrison, Fraction ou Hickmann ou Bendis..
    En 1988, je decouvre la VO avec Captain AMerica 350 et Thor 400 et je me pose même la question de faux.. je reconnais pas tout a fait « mes » personnages.. Cap est trop poli, trop propre… Thor semble etre une copie de l periode Kirby.. loin de wein..
    Bref il n y a pas de coherence autre que celles que le lecteura rrive à garder ..

    Bon bref
    https://www.cbr.com/official-handbook-marvel-universe-false-promise/?fbclid=IwAR0JU9yJqWVroZnq0VyIN3BDHRe4FGWDXdffFmpILxRYkOmHeVFngs5G-o4

    • Présence  

      Un article bien sympathique : merci de l’avoir signalé car il m’avait échappé.

      Je suis épaté par le fait qu’une personne ait pu lire l’intégralité des comics Marvel depuis Fantastic Four #1 : je n’arrive même pas à me représenter le temps que ça doit prendre.

      Outre la problématique de l’échelle de temps glissante (Tony Stark prisonnier pendant la guerre du Vietnam, l’absence de téléphone portable et d’ordinateur personnel dans les années 1960, 1970, 1980), il me semble que le prolifération de titres dans les années 1990 a rendu impossible toute coordination de type maintien d’une cohérence presque parfaite. Même pour un unique personnage avec plusieurs séries (comme Spider-Man, ou pire Wolverine), le nombre d’événements vécus et la présence simultanée dans des séries d’autres personnage réduit à zéro la plausibilité d’un unique personnage cohérent dans ces numéros.

      • Fred le mallrat  

        Déjà Stan Lee et Kirby n arrivaient pas à rester cohérent (bouclier radiocommandé de Cap, confusion zone negative et le dome qui entoure le grand refuge, prénom de Banner….
        Mais dés qu on a changé d auteurs.. je pense déjà qu on change un minimum.
        Le Cap de Lee/Kirby n est pas celui de Englehart ni de Stéranko.

        Un exemple dont on parlait est Magneto. Lee le voit comme un malcom X, Kirby plus comme un Hitler.. Claremont nous en fera l ami de Xavier et un rescapé des camps ambigu.
        Les personnages féminins sont aussi les plus impactés par l evolution des meours. La Jean Grey de Claremont ne peut pas être celle de Lee

  • Eddy Vanleffe  

    A propos d’héroïsme, notion qu’on a du mal à rendre « vendeuse » en tout cas supposément.
    C’est vrai qu’on vit une période assez « fête du plus bad-ass » et de celui qui aura le plus de victimes sur sa conscience, le pompon venant à la dernière série Birds Of prey où c’est trop cool de tuer des gens…
    Et bien je suis surpris.
    ON se refait avec ma femme la série 24 heures qu’on aura du mal de taxer de « gaminerie », on est d’accord.
    et bien tout le point fort est justement de faire de Jack Bauer ou de David Palmer de vrais héros. constamment à se dépasser à se décarcasser pour faire les bons choix et montrer une probité hors norme et une abnégation caricaturale par moment. Mais voilà, les personnages sont traités comme de vrais héros même physiquement, ils survivent à tout et trouvent toujours une solution à tout

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *