Not a boys band…(The Boys)

The Boys par Garth Ennis et collectif

Les p’tits gars ! (y a une fille aussi…)

Les p’tits gars ! (y a une fille aussi…)©Dynamite

Première publication le 24/01/2015- Mise à jour le 230/07/19

AUTEUR : TORNADO

VO : Dynamite

VF: Panini

Cet article porte sur l’intégrale de la série, publiée en VF par Panini de manière exécrable dans un premier temps (TPB séparés en deux pour multiplier les gains et donc arcs narratifs coupés en plein milieu), puis dans la collection deluxe dans un deuxième temps (6 tomes onéreux mais classieux).

Pour les anglophones, Dynamite a assuré la publication américaine pour nettement moins cher.

La série complète s’étend sur 72 épisodes et trois mini-séries, ce qui fait 90 épisodes au total…Traduction de notre ami Alex Nikolavitch.

Vous voulez de la révolution au pays des super-héros ? Non ? Ah oui, c’est vrai, la plus-part des lecteurs de comics de super-héros ne veulent pas que les choses changent et lisent les mêmes histoires depuis 50 ans. Bon, tous ceux-là, vous pouvez sortir !
…………..
Ça y est ? On est tranquille, là ? Bon alors ? Vous la voulez cette révolution ?!!! Ahhh ! Et bien vous allez être servis : les super-héros avaient Watchmen, les simples humains ont The Boys !

The Boys est une série drôle, touchante, novatrice, trash, ddéfoulatoire (ah! ces bastons !), et surtout… carrément maline ! Car ces super-héros détraqués, égocentriques, mégalomanes, pervers, junkies et alcoolos, ne sont-ils pas la métaphore de certaines de nos stars du show-biz bien réelles ? Avoir plus de talent que le commun des mortels a-t-il à voir avec les qualités de l’âme humaine ? Bref, moultes questions déjà amorcées dans le légendaire Watchmen de Moore, ici déclinées en roues libres, avec une verve provocatrice d’une méchanceté ultra-jubilatoire.

Mais attention : A présent, ce sont les humains qui mettent la rouste aux super-héros ! Car une branche de la C.I.A. a doté quelques « gars » (et une fille) d’une force surhumaine, suffisante pour casser la gueule à Superman ! L’équipe est composée de cinq baroudeurs : Billy Butcher (c’est le chef), « P’tit Hughie », la « Fille », la « Crème » et le « Français ».

Le "Français" : Les "P’tits gars" sont des costauds !

Le « Français » : Les « P’tits gars » sont des costauds !©Dynamite

Ma comparaison avec le chef d’œuvre d’Alan Moore ne doit pas être prise au premier degré, car au delà du constat révolutionnaire et réflexif, il n’y a évidemment pas de rapprochement possible. The Boys possède sa propre voix et s’impose comme une espèce de « soap opéra » trash et cynique au pays des comics de super-héros, avec une construction plus ou moins linéaire. Ennis y reprend la plus part de ses thèmes de prédilection, comme la Guerre, l’Histoire et le monde des Services Secrets, ainsi que celui de l’Uchronie.

Les qualités de cette œuvre sont indéniables et en font tout de même l’une des séries les plus denses et les plus riches de son temps : Dialogues formidables, caractérisation des personnages parfaite, multiples niveaux de lecture touchant essentiellement à la production d’œuvres de « masses ». Ainsi, tous les super-héros de l’univers de The Boys sont pensés de manière à réaliser une vaste parodie des super-héros les plus connus du monde des comics.

boys_10

©Dynamite Comics /Marvel Comics

Le dessinateur Darick Robertson cite ses classiques. Hommage ou moquerie ?

Le dessinateur Darick Robertson cite ses classiques. Hommage ou moquerie ?

Dans la forme, la série est très longue et souffre d’un défaut bien réel, car Ennis étire ses arcs narratifs au travers de multiples séquences de parlotte assez interminables et soporifiques, prenant un plaisir manifeste à ne pas donner au lecteur les scènes d’action cathartiques auxquelles il était en droit de s’attendre. Il faut ainsi patienter durant plusieurs dizaines d’épisodes en alternant des moments « énooormes », comme on dit, et des passages à vide frustrants et laborieusement bavards…

Et puis, arrivé au soixantième épisode : Blam ! La claque. Ennis nous offre enfin l’affrontement tant attendu entre tous ces personnages que l’on suit depuis le début et que l’on attendait en désespérant. Un beau cadeau pour le lecteur fidèle qui aura tant patienté avant de savourer ce moment d’anthologie !

Allez ! couchés les enfants ! C’est du Garth Ennis !

Allez ! couchés les enfants ! C’est du Garth Ennis !©Dynamite

Après une interminable série d’épisodes de parlotte, The Boys décolle et nous offre un final dantesque, tel que l’auteur de Preacher en a le secret, et tel qu’il nous le faisait miroiter depuis le début. Il règle ses comptes avec l’industrie super-héroïque en bonne et due forme, dans un bain de sang qui évoque un grand bucher dans lequel il aurait volontiers, on l’imagine très bien, balancé 99% de la production en matière de comics de super-héros, et tout cela de manière impitoyable ! Personnellement, j’ai refermé le dernier livre avec une pêche d’enfer, en me disant que le scénariste ne m’avait pas déçu sur ce climax, et qu’il avait même réussi à me surprendre grâce à un « twist » que je n’avais franchement pas vu arriver !

En réalité, Ennis nous a réservé un final certes dantesque, mais beaucoup plus fin et complexe qu’ouvertement cathartique…Cette conclusion est également une manière de mesurer à quel point la série aura évolué au fil du temps (après six ans d’existence). En effet, il semblait au départ qu’Ennis souhaitait avant tout créer un brûlot sur le monde de l’édition des comics en général et des super-héros en particulier. Il semblait ainsi régler ses comptes avec ses détracteurs (puisque le scénariste déteste ouvertement les super-héros et que ce n’est pas un mystère qu’il n’est pas apprécié de tous pour cette raison en particulier !), tout en proposant une réflexion féroce sur les dérives commerciales des grandes maisons d’édition.

L’envers du décor !©Dynamite

Mais au fur et à mesure des tomes, nous nous sommes aperçu que Garth Ennis renforçait le côté satirique de son œuvre en la nourrissant d’un ensemble considérable de thèmes connexes et de charges à l’encontre de ce qui ne va pas dans nos sociétés modernes capitalistes. Comme dit plus haut, le scénariste à non seulement réinjecté la plupart de ses thèmes de prédilection dans son intrigue (la Guerre, l’Histoire et le monde des Services Secrets, ainsi que celui de l’Uchronie), mais il y a ajouté de surcroît une multitude de références à la culture populaire, et pas seulement celle des comics.

Enfin, il a déroulé, de manière croissante, une critique virulente des USA, du capitalisme et des multinationales, des industriels et de la course à l’armement, du monde de la politique, du show-business, ainsi qu’un véritable réquisitoire à l’encontre du système judiciaire, pointant du doigt la cruauté d’un monde régit par l’argent et le pouvoir. Soit un pamphlet sans concessions sur tout ce qui ne va pas dans ce monde, en forme de caricature cynique, claire, nette et indiscutable…

"P’tit Hughie". Portrait assumé de l’acteur Simon Pegg.

« P’tit Hughie ». Portrait assumé de l’acteur Simon Pegg©Dynamite

Et puis… il y a une cerise sur le gâteau : La saga ne sera jamais allée là où le lecteur pensait qu’elle devait aller. Depuis le début, Ennis s’est évertué à ne pas nous donner ce que nous attendions. Ce fut parfois décevant, voire frustrant, et souvent pénible car plusieurs arcs narratifs ne furent que de longs passages de dialogues plutôt soporifiques.

Mais ce final surprenant s’est construit sur cette attente parfois interminable : les personnages de la série The Boys figurent parmi les plus complexes et les moins stéréotypés de toute l’Histoire des comics de super-héros.

Une confrontation finale tant attendue, mais pas comme on croyait…

Une confrontation finale tant attendue, mais pas comme on croyait…

Les derniers épisodes éclairent donc nos héros et leurs adversaires avec une finesse psychologique et une émotion de tous les instants, à fleur de peau, sans que jamais les séquences ne s’enchaînent sur un sentiment de déjà vu, de déjà vécu et de déjà exploré en matières de lecture. Bref, si j’osais, je comparerais cette saga à de la littérature, au sens noble du terme.

Mieux encore, la confrontation finale entre ces quelques protagonistes se risque à de tels accents shakespeariens, dans un lyrisme sanglant et cruel d’une puissance inouïe, que je pourrais presque avoir la sensation que la forme du récit est semblable à un véritable opéra de papier, là encore sans une once de sarcasmes. Evidemment, les dessins ne sont pas à la hauteur de cette œuvre majeure sur le thème des super-héros, thème régulièrement illustré de manière somptueuse par la multitude d’artistes brillants qui composent les rangs des maisons d’édition américaines.

L’une des couvertures les plus parlantes de la série…

L’une des couvertures les plus parlantes de la série…©Dynamite

Trois personnes se succèdent ainsi aux crayons, à commencer par Darick Robertson, co-créateur de la série. Un dessinateur très surestimé, capable du pire comme du meilleur, infoutu de tenir les délais et de donner deux fois le même visage à n’importe quel personnage. John McCrea n’a jamais été aussi mauvais et vulgaire. Russ Braun a beau avoir progressé au fil des tomes, son encrage laborieux et ses découpages moribonds ne font vraiment pas honneur au script de son scénariste.

C’est un fait : Garth Ennis préfère travailler avec ses copains dessinateurs, quand bien même ils sont médiocres ou irréguliers, plutôt que de s’entourer de professionnels plus talentueux avec lesquels il n’a pas tissé de liens particuliers. C’est un homme fidèle en amitié, et tant-pis pour les lecteurs…

Mais au final, peu importe ! L’aventure « The Boys » aura été longue et intense, parfois laborieuse, souvent drôle et pleine d’émotion, quelques fois éprouvante de violence cathartique. Mais le final magistral aura entériné tous mes espoirs en matière de lecture dense, riche et maitrisée, comme tous les grands classiques du neuvième art, auxquels peut désormais s’ajouter cette énième création de Garth Ennis…

104 comments

  • Tornado  

    Ben y a ULTIMATES de Millar.

    • Jyrille  

      Au même titre que Doom Patrol, je ne trouve pas que Ultimates soit une oeuvre méta sur les super-héros, mais bien un ouvrage de super-héros… moderne, soit, malin et amusant, mais qui ne remet pas le genre en perspective comme The Boys ou No Hero.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *