Nous sommes Légion (Review : Split)

Split par M. Night Shyamalan

Même l’affiche contient des spoilers

Même l’affiche contient des spoilers
©Universal Studios

AUTEUR : MATTIE-BOY

Tous les scans de cet article ©Universal Studios

Nous allons parler aujourd’hui du film Split de M. Night Shyamalan sorti dans nos salles en février 2017.

1ère publication le 11/09/17- MAJ le 19/01/19

Attention, il y aura quelques spoilers. Bon…déjà la bande annonce spoile certains trucs. Alors…euh…ben disons que je ne ferai pas beaucoup plus de spoilers que la bande annonce.

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis pas un aficionado du réalisateur M. Night Shyamalan. Son premier film Le 6ème sens a marqué plus d’un spectateur avec son twist qu’on ne voyait pas venir (enfin…je sais que certains l’ont vu venir mais je ne vais pas mentir, ce n’était pas mon cas). Et aussi avec la structure du film finalement assez bien fichue pour qu’à la seconde vision, on ne trouve rien pour venir contrecarrer cette révélation trop grosse pour être possible. Cela a même donné naissance à une vague de films se reposant sur des twists finaux, très souvent ratés. Au final le twist est devenu un artifice facile très rarement réussi qui part du principe que si on arrive à surprendre le spectateur, alors c’est réussi. Eh ben non ! Tout le monde aurait pu se transformer en Barbapapa à la fin de Star Wars 7 et je vous parie que vous auriez tous été surpris. De là à dire que ça en ferait un bon film…c’est autre chose.

Seulement voilà, Shyamalan lui-même est tombé amoureux de son idée de twist final et a enchaîné les films plus ou moins réussis. Si je fais partie des gens qui pensent que Incassable est plutôt réussi (mais j’y reviendrai), à côté de ça on a eu droit au Village , un film pas honteux mais dont on voit venir le twist à des kilomètres pour le coup. Et surtout on a du subir des films comme Phénomènes atrocement mal joué et hilarant dans sa mise en scène malgré une idée de fond qui aurait pu être intéressante, ou Signes qui use et abuse du concept du fusil de Tchekhov à un point où ça en devient risible.

Pour les curieux, le fusil de Tchekhov est un principe du dramaturge russe Anton Tchekhov qui disait que « si dans le premier acte vous dîtes qu’il y a un fusil accroché au mur, alors il faut absolument qu’un coup de feu soit tiré avec au second ou troisième acte. S’il n’est pas destiné à être utilisé, il n’a rien à faire là ». En gros c’est un principe comme quoi chaque élément mémorable doit avoir un rôle. L’ennui c’est que ça, c’est bon pour une description dans une pièce de théâtre. Pas pour un décor réaliste dans un film qui est forcément rempli d’éléments anodins de la vie de tous les jours. Ainsi, dans Signes , lorsque les verres d’eau disséminés par la fille du héros finissent par servir à vaincre les aliens (la faiblesse la plus nulle du monde) ou que la phrase « swing away » que la femme du héros lui a mystérieusement dit à sa mort était censée prendre tout son sens des années après au moment de botter le cul des aliens en faisant un swing avec la batte de baseball accrochée au mur, ben ça devient involontairement hilarant de bêtise.

Si encore c’était une vision du futur qu’avait eu sa femme pour vaincre les aliens (et même en écrivant ça, je me sens bête), n’aurait-il pas été mieux qu’elle dise « ils craignent l’eau » plutôt que « pète leur la gueule à coup de batte » ? Ah ben merci chérie, on n’aurait jamais deviné que taper un mec avec un objet contondant pourrait faire mal.
Bref…tout ça pour dire que lorsqu’un ami m’a proposé d’aller voir Split au ciné…ben j’ai pas hésité parce que ça faisait un moment que je ne l’avais pas vu et que ça me faisait plaisir…mais j’avais quand même peur de tomber sur un film naze. Enfin, je me disais qu’à deux au moins, on rigolerait ensemble en cas de ratage.
Mais au final, non. Ce n’est pas raté. Bon…ce n’est pas parfait. Mais c’était pas mal.

Le film commence alors que trois jeunes filles doivent se faire raccompagner par le père de l’une d’elles en voiture. Trop occupées à parler entre elles et à regarder leur smartphone, elles montent dans la voiture sans remarquer qu’un type a assommé le père et pris la place du conducteur. Il va rapidement les gazer et kidnapper les trois filles.
Peu de temps après, on revoit ce même type se rendre chez une psychiatre. Il ne se comporte pas du tout de la même manière. Il a l’air enjoué, un peu maniéré, j’oserai même dire un peu gay. Et il bosse dans la mode (ah, le cliché du styliste gay…mais je digresse, on s’en fout). Ce type s’appelle Barry. Mais il s’appelle aussi Dennis. Et Patricia. Et Hedwig. Et Jade. Euh…oui, ce personnage souffre d’un trouble de personnalités multiples. 23 pour être exact (rien que ça.) Son vrai nom est Kevin Wendell Crumb mais sa psy se garde bien de le prononcer car cela pourrait faire des dégâts. L’acteur qui joue ce malade mental n’est autre que James McAvoy (oui, le Charles Xavier des derniers films X-men) qui livre ici une performance incroyable.

Il est donc suivi par une psychiatre, le Dr Karen Fletcher jouée par Betty Buckley. Mais une de ses personnalités les plus agressives, Dennis, a kidnappé les trois filles et les retient dans une sorte de sous-sol aménagé. On suppose que le personnage est un veilleur de nuit mais on ignore où il travaille exactement. Certaines autres personnalités sont au courant des agissements de Dennis bien sûr. Mais seulement les pires. Patricia, bien que plus douce, semble aussi tordue que Dennis. Quant au gentil Barry, il semble se faire de plus en plus rare.
On comprend que Dennis et ses « complices psychiques » gardent les filles pour nourrir « la Bête ».

Un rôle multiple

Un rôle multiple
©Universal Studios

Le film tourne autour de ce personnage à la psyché fragmentée et des trois filles qui tentent de s’échapper du sous-sol où elles sont enfermées. Parmi elle, il y a l’héroïne du nom de Casey Cooke interpretée par la très mignonne Anya Taylor-Joy (qui a apparemment fait de l’effet au boss. Rappelez-lui qu’il n’est pas libre les gars, et qu’elle n’a que 21 ans.) Bon…sinon pour toi Bruce, elle a aussi joué dans The Witch si tu veux la revoir. (Et la polygamie alors Mattie Boy?- Ndr).
Où en étais-je ? Ah oui ! C’est la plus débrouillarde des trois. Pour le coup, les deux autres ne sont pas des idiotes pour autant, mais elles cèdent plus facilement à la panique (ça peut se comprendre) alors que Casey semble savoir prendre son mal en patience pour se montrer plus subtile. On se demande même si elle n’a pas déjà vécu une expérience traumatisante similaire par le passé.

Elle essaiera notamment de piéger une des 23 personnalités du ravisseur, un jeune garçon de 9 ans (enfin je crois, je n’ai plus le chiffre exact en tête), pour s’enfuir. McAvoy est d’ailleurs assez irrésistible en gosse de 9 ans. Malgré le côté effrayant de sa maladie et de ce qu’il réserve aux filles, il reste hilarant quand il est habité par la personnalité du gamin.

Mais revenons à la Bête. Le film part en fait avec une sorte de handicap. Il ne va pas forcément dans la direction à laquelle on s’attend. Il démarre sur fond de thriller avec un criminel souffrant d’une maladie mentale, mais il va dévier vers le surnaturel. Je parle de handicap parce que du coup ça a surement motivé les annonceurs à révéler certains éléments surnaturels dans la bande annonce. Pour le meilleur et le pire. Ne pas le révéler aurait pu être une bonne idée. Sans être le twist du film (d’ailleurs il n’y a pas réellement de twist à proprement parler à la fin, plutôt une référence), c’est ce qui aurait pu nous surprendre le plus. Mais d’un autre côté, sans être conscient de ça, les spectateurs auraient pu être déçus de ce revirement.

Bref…toujours est-il que la Bête serait une manifestation de toutes les personnalités unifiées qui donneraient accès à des capacités cérébrales normalement inaccessibles au commun des mortels et qui aurait aussi des répercussions physiques. Le mental qui forge le physique en gros.
Le psychiatre ne croit pas en la Bête mais Dennis semble penser qu’elle va venir et qu’elle va vouloir se nourrir d’être impurs, trop gâtés, non-meurtris. Car pour lui, la souffrance est une forme d’élévation. C’est du moins certainement ce qu’il s’est imaginé dans son monde car avec tous ses troubles, il se sent capable d’atteindre un potentiel enfoui. Et son choix s’est porté sur les trois filles car il les considère comme pourries gâtées.

Tout va bien, docteur. Je vous assure. Je ne séquestre personne dans un sous-sol
©Universal Studios

La prestation de Betty Buckley (le Dr Fletcher) est à saluer car elle parvient en tenant une conférence Skype sur les manifestations de la maladie de son patient à faire paraître cette idée de potentiel enfoui accessible via une psyché fragmentée crédible, ou du moins pas ridicule malgré le parti pris de construire un film de méta-humains le plus ancré dans la réalité possible. Notre suspension consentie d’incrédulité n’est pas trop ébranlée et on attend de voir ce que ça va donner lorsque la Bête arrivera.
Le film distille un suspense efficace dans une atmosphère de huis clos dans ce sous-sol. Il y a bien des passages à l’extérieur lorsque le criminel rend visite à sa psy, mais le gros du film se passe dans le sous-sol. Les filles vont devoir redoubler d’ingéniosité et échapper à cet homme qui est plus qu’un homme.

Un élément sympa à relever, et pas si anodin que cela, est une analogie que je me suis faite avec Légion, le fils de Charles Xavier. Il est cocasse que l’acteur qui a joué Xavier me fasse penser au fils de ce dernier dans le comics, mais le concept n’en est pas si éloigné. Légion (David Haller) dans les X-men est un garçon à la psyché fragmentée qui possède divers pouvoirs qu’il « débloque » en fonction de la personnalité qui est aux commandes. Et on comprend bien que si toutes ses personnalités étaient unifiées, il serait le plus puissant mutant du monde. Bon…ici on ne part jamais dans les superpouvoirs (quoique…) mais sur le principe c’est assez similaire. C’est comme si Shyamalan faisait son film de méta-humains en changeant les codes du genre.

Casey tente l’approche psychologique avec le gamin
©Universal Studios 
Source Study Breaks 

Et quel autre film de Shyamalan vous fait penser au monde des super héros ? Oui, Incassable , c’est ça. Incassable était un film qui pour le coup nous surprenait avec une révélation qui nous dressait le portrait d’un monde habité de héros et de vilains. De gens opposés. Un twist qui a déçu pas mal de monde, justement pour son côté surréaliste avec une mythologie de comic book. Disons que c’est surréaliste si on s’attend à un film plus réaliste. Est-ce pour cela que cette fois on nous a privé de cette surprise dans la bande annonce ? Pour que personne ne râle que cela dévie vers le fantastique ?

Pour moi Incassable , au-delà de sa vision manichéenne du monde avec des super héros et des super vilains, nous dressait un portrait très sombre du destin. Il y a dans ce film une approche fataliste qui nous dépeint comme prisonniers d’un rôle attribué par le destin, avec certains humains qui vont naitre forts et n’auront jamais trop de soucis de santé, et d’autres qui vont souffrir terriblement à un point ou, à moins de disposer d’une force morale bien supérieure à la normale, ne pourront que finir du côté obscur. Le personnage de Bruce Willis est d’ailleurs assez mou et peu motivé à l’idée d’aider les autres. Il n’a rien demandé. Tout comme le personnage de Samuel L. Jackson souffrant de l’horrible maladie des os de verre (ostéogénèse imparfaite) n’a pas pu réussir dans la vie avec un tel handicap autrement qu’en passant du côté obscur. C’est une idée assez effrayante que développe le film.

Mais je m’égare. Cet article ne concerne pas Incassable . Mais croyez-moi, c’est tout comme. Je n’en révélerai pas davantage sur la résolution de l’intrigue de Split pour éviter les spoilers, mais je vais à présent parler de quelques éléments que j’ai trouvé ratés.

Le premier défaut du film concerne le passé de l’héroïne. Je ne peux pas trop en révéler comme je l’ai promis, mais je disais qu’elle avait du vivre une expérience traumatisante par le passé. Eh bien l’ennui c’est que cet aspect là de son vécu semble traité par-dessus la jambe, sans réelle résolution. Si bien que, même si cet élément joue un rôle dans sa capacité à survivre, il est assez mal foutu. Disons que ce n’était peut être pas la peine d’aller jusque là juste pour justifier son « avantage » dans une certaine situation, surtout si c’est pour que son problème personnel ne soit pas résolu à la fin du film. Ouais, ce n’est sans doute pas clair pour vous si je ne suis pas plus explicite. Alors disons seulement que ce n’est pas la peine de mélanger un film de genre avec un drame social si on ne sait pas trop quoi faire du drame social.

Huis clos souterrain

Huis clos souterrain
©Universal Studios
Source Dead Central

Un autre élément m’a perturbé. J’hésite à vous dire qu’il s’agit d’un spoiler parce que le film semble traiter la chose comme si c’était important alors que je n’ai pas saisi pourquoi. Dans le doute vous pouvez vous rendre au prochain paragraphe après le scan suivant si vous voulez éviter d’en savoir trop. En gros à la fin, on comprend que le sous-sol était celui d’un zoo. La caméra se promène sur les animaux d’une étrange façon comme si on devait être étonnés. Et le must, c’est quand une journaliste déclare à la télé que le ravisseur était habité par les personnalités des animaux du zoo.

Euh…quoi ? J’ai eu très peur d’un twist pourri de Shyamalan mais en fait il n’y a absolument rien qui vient étayer cette idée. On dirait juste que la journaliste se paie le luxe d’y aller de sa petite théorie bullshit. Mais pourquoi ? Les personnalités s’appellent Jade, Barry, Dennis, Patricia…quel rapport avec les animaux ? Non, aucun. Je n’ai pas compris ce délire. Ok, c’est juste une phrase entendue à la télé en arrière plan mais pourquoi cette impression que la révélation du lieu de travail était importante ? Bon à la limite je peux comprendre l’idée de « la Bête » qui se rapprocherait d’un instinct animal dont la naissance dans l’esprit du tueur aurait été favorisée par la vie au contact des animaux. Mais ce n’est pas clair et je ne vois pas trop en quoi c’est censé être surprenant. On pensait déjà plus tôt dans le film à une réémergence de facultés primitives et d’instinct animal sans avoir besoin de savoir qu’on se trouvait dans un zoo. Enfin…ça semble anecdotique au final. Et je précise que je n’ai rien lu sur le net avant de faire cet article. Je n’ai pas voulu me faire influencer par les théories qui germent à chaque fois. Je ne suis pas certain qu’il soit nécessaire de toujours aller chercher super loin.

On n’échappe pas non plus à quelques scènes typiques de Shyamalan. A savoir des scènes bizarres qui n’ont guère de sens. Par exemple, au début, lorsque le fameux kidnappeur rentre dans la voiture avec les 3 filles, il gaze les deux à l’arrière pour les endormir et ne fait rien à la troisième sur le siège passager. Il prend son temps, reprend son souffle, enlève son masque protecteur. Il est impossible qu’il n’ait pas vu la 3ème fille assise juste à côté de lui. Paralysée de peur, elle ne fait rien non plus. Si dans son cas, on peut mettre ça sur le coup de la terreur qui peut nous paralyser en dépit du bon sens, quel est le motif du méchant pour attendre sans rien faire ? Surtout qu’au bout d’un moment, ben hop il la gaze aussi. Okaaay. On va appeler ça les « moments Shyamalan » tant c’est typique de son écriture qui veut paraître bizarre et inconfortable mais échoue assez souvent pour devenir juste incohérente.
Et pour finir, on pourra aussi trouver l’idée des différenciations vestimentaires des diverses personnalités un brin tirée par les cheveux. Je comprends bien qu’il s’agit de donner vie à d’autres personnages visuellement, et je ne suis pas psychiatre donc j’ignore si les troubles de la personnalités asujettisent les malades à ce genre de rituel identitaire, mais j’ai du mal à imaginer le personnage partir se rhabiller à chaque changement de personnalité, même dans les situations les plus tendues. Enfin…ça reste du cinéma et je pense que les troubles d’identités multiples sont souvent représentés de manière plus caricaturales que réalistes pour des raisons de divertissement.

Malgré tout c’est un film sympathique qui se hisse parmi les plus réussis de ce réalisateur avec un concept intéressant, servi par des interprétations d’acteurs excellentes. Anya Taylor-Joy s’en sort très bien dans son rôle et James McAvoy est littéralement habité par toutes ses personnalités. Et pourtant j’ai vu le film en VF. Je dis ça parce que souvent, les VF actuelles me déçoivent et foutent en l’air le jeu des acteurs. Là, non. Donc je me doute que ça doit être encore meilleur en VO.
Sans être un chef d’œuvre, je ne regrette pas pour autant d’avoir vu ce film. Cela annonce du meilleur en tous cas dans la filmographie de Shyamalan.

Tout de suite, la suite !

——
Encore plus fou que Legion et incarné par l’acteur de Charles Xavier, Split, pur produit geek entre fantastique et mutananité. Mattie Boy laisse parler la voix du coeur pour vous en faire écho chez Bruce Lit.

La BO du jour : un héros avec quatre voix dans sa tête qui sort d’un psy. Les Who à leur plus haut niveau pour la dernière fois de leur histoire.

49 comments

  • JP Nguyen  

    Une review qui contient au moins deux perles : le fusil de Tchekov, que je ne connaissais pas, et la transformation en barbapapa à la fin de l’épisode 7 (attention Mattie-Boy, ils vont te piquer l’idée! )
    Merci, tu as bien couvert le sujet sans spoiler et je saurais à quoi m’en tenir si ce film atterrit dans une watch-list de VoD.

  • Tornado  

    Et bien ça fait plaisir d’apprendre que Shyamalan se remet sur les rails avec un bon film, qui lui correspond bien. J’étais un inconditionnel de sa filmographie jusqu’à « The Village », que j’aime beaucoup en dépit de son 1° twist facile (mais qui en réalité en dissimule deux autres plus subtils), qui dessine une fort belle galerie de personnages et développe une assez passionnante toile de fond, en plus de dérouler de superbes tableaux romanesques portés par le sublimissime bande-son de James Newton-Howard. Un grand film, malaimé pour de très mauvaises raisons à mon sens (la plupart des critiques l’ayant démoli pour ne pas avoir été le film qu’ils auraient voulu qu’il soit !).
    Le script de « Signes » était certes un peu bancal mais le film était porté par une mise en scène et une interprétation solide (en plus de la superbe bande-son de James Newton-Howard…).
    J’ai par contre lâché le réalisateur avec ses films suivants, à travers lesquels il tentait désespérément de convaincre les critiques qu’il n’était pas aussi nul qu’ils le prétendaient. Du coup, il se ridiculisait de manière très embarrassante en accentuant les procédés d’écriture de ses premiers films, qui devenaient de plus en plus caricaturaux.
    Ensuite il a tâté du blockbuster, et le seul que j’ai vu était une bouse infernale avec la famille Will Smith en roue libre sur une planète agressive.

    Du coup je suis content d’apprendre qu’il se remet un peu sur les rails…

  • PierreN  

    Comme Tornado, je suis très fan du Village (dont l’intérêt ne se limite pas à son twist), mais la suite de la carrière du réalisateur faisait peine à voir (souvenez vous de cette une d’un journal, qui proclamait hâtivement : Shyamalan, le nouveau Spielberg). Sa filmo semble reprendre des couleurs ces derniers temps et c’est tant mieux.
    La gamine du film The Witch est d’ailleurs celle qui a été choisie pour jouer Illyana Raspoutine dans un film sur les New Mutants (et il y a encore une actrice de GOT dans ce casting, celle qui interprète Arya).

  • Eddy Vanleffe  

    Split le film qui a lui-même plusieurs personnalités.
    J’ai eu du mal à le prendre au sérieux, la performance de Mac Avoy qui semble avoir bluffé tout le monde m’a fait marrer, surtout à cause de l’écriture des personnalités au fond (le gay, la femme, le gosse,le méchant très méchant) en tout cas je trouve l’actrice Tatiana Maslany dans Orphan Black au moins aussi douée que ce qu’on voit là.
    Le reste m’a pas trop gêné et le passé de l’héroïne pas trop développé m’a juste fait pensé qu’il le serait dans le film suivant puisque de toute évidence, ça amène une suite…
    J’avais même pas relevé l’histoire du zoo, (j’étais déjà parti pisser?)
    Un film sympa mais pas déboussolant en fait…

  • Patrick 6  

    Le problème quand on est un réalisateur et qu’on a pondu un chef d’œuvre très tôt en carrière c’est qu’il est très dur de l’égaler par la suite… Et en effet je te rejoints un peu sur ce point, il n’a jamais réussi à réussir son exploit originel.
    A ton instar j’ai été un peu déçu par « Incassable » dont la fin au lieu de nous étonner, tombe complétement à plat ! Avec une autre fin le film aurait peut-être pu dépasser 6éme sens, mais là…
    « Signes » et « Village » ont de bonnes idées et partent sur de bons concepts mais restent un peu décevants.
    Petit changement de direction avec « La jeune fille et l’eau » qui est distribué par Disney et se veut donc gentil et tout public… (A vrai dire je ne vais pas trop en parler car le film ne m’a laissé aucun souvenir !!)
    « Phénomènes », une idée tout simplement géniale (une épidémie de suicide ! Waow ! Un vrai choc !) mais totalement desservie par des acteurs en dessous de tout (impossible de ne pas rigoler devant leur pauvre prestation).
    J’ai vu il n’y a pas si longtemps « The Visit » où il renoue avec ses « films à twist » distrayant mais pas vraiment convainquant.
    Après avoir lu ton article je ne sais pas trop quoi penser du dernier… En tous cas je ne vais pas me ruer pour aller le voir ^^
    Mais en tous il faut reconnaître au réalisateur de savoir écrire des scénarios intrigants… au départ ;)

    • Matt  

      Oui phénomènes et son idée de la nature qui dégage des toxines qui poussent au suicide c’était une bonne idée. Mais les acteurs sont hilarants. Et même le script est idiot. La scène ou ils courent pour échapper…au vent. Mouais…bon courage, les gars ! Apparemment les toxines vous rendent tous cons aussi^^

      Pour Incassable, je suis tenté de te dire que tu reproches au film qu’il ne soit pas comme tu veux qu’il soit^^ (dixit Tornado). Mais je comprends parfaitement que ce choix puisse décevoir. Mais c’était aussi cohérent (dans la mythologie d’un truc de super héros), osé et…et au final il a le droit de raconter son truc de super héros. Là pour Split on dirait qu’ils ont voulu éviter dans la promo du film que ce soit une surprise pour éviter la déception de ceux qui n’ont pas aimé incassable, mais au final je pense qu’ils nous en ont trop révélé. Je dis que je spoile peu mais en fait je spoile pas mal. Mais la bande annonce spoile déjà…

      Je suis d’accord que ce réal à des idées mais souvent il les développe mal ou d’une façon bancale qui les rendent presque drôles.
      Pour le dernier ben…je ne peux pas t’en vouloir. Mon article n’est pas fait non plus pour donner envie puisque je l’ai trouvé sympa mais avec des défauts. Disons aussi qu’à présent j’ai du mal à prendre ce réal au sérieux avec ses précédents films. Donc j’y allais un peu en guettant le truc débile. C’est pas sympa certes mais à force on se méfie quand on a rigolé devant certains de ses films. Et j’en ai pas trouvé de trop flagrants. Donc en effet, pas parfait mais le non-fan du monsieur que je suis a toléré le truc. Donc c’est un pas dans la bonne direction.

  • Matt  

    Merci pour vos retours.

    @JP : Content de t’avoir appris un truc alors. ça t’a plu mes Barbapapa ?^^ Ouais, j’suis pas un fan des twist surtout quand ils sortent de nulle part.

    @Tornado et…tout le monde en fait : Pour le village, en effet le film n’est pas honteux comme je le dis mais je ne suis pas très fan.
    Par contre pour moi le réal avait déjà commencé à devenir une caricature de lui-même avec « Signes » que je trouve ridicule avec son pseudo twist sur l’utilité des objets du décor, la phrase de sa femme mourante censé lui faire comprendre de taper avec une batte (hein ? il avait besoin de ça pour y penser ? Franchement c’est pas involontairement hilarant ?) et aussi les aliens les plus nuls du monde qui craignent les portes (sans commentaires…) et l’eau (et ils débarquent sur une planète remplie d’eau…).
    Oui après c’est bien joué, les personnages sont assez ridicules quand ils se mettent des trucs en aluminium sur la tête et croient tout et n’importe quoi sur les aliens en fonction de ce qu’ils lisent dans les bouquins…mais là je pense que c’est volontaire.
    Mais c’est blindé d’incohérences et de trucs comiques.
    J’ai vu ce film presque à sa sortie et à la fin j’étais très perplexe. Je ne comprenais pas ce que les gens trouvaient à ce film ultra bancal qui cherchait absolument à caser un twist à la con sans que ce soit nécessaire.

    @Eddy : je n’ai pas trouvé le film parfait non plus, je comprends ton ressenti. Après je ne pense pas que McAvoy soit censé faire peur. Du moins certainement pas quand il incarne le gosse. Je l’ai trouvé marrant aussi selon ses personnalités. Mais ça ne gêne pas. On ne peut pas toujours le prendre au sérieux selon les scènes mais disons que le film est quand même un pas dans la bonne direction, sans être excellent.

    • Bruce lit  

      Ah oui, excellent ta comparaison Barbapapa :)

  • Bruce lit  

    @Matt: une revue détaillée et méticuleuse dans laquelle je me reconnais beaucoup. J’apprends aussi cette histoire de fusil de Tchekov souvent utilisé dans les Thrillers. Je me rappelle que Haneke avait déjoué le truc d’ailleurs dans sa première version de Funny Games avec un couteau dont on pensait qu’il sauverait cette pauvre mère de famille.
    Par contre, et un autre lecteur fait aussi cette remarque sur FB, je n’ai aucun souvenir d’incarnation de l’esprit animal que tu décris dans le zoo. Sans doute parce que à ce moment le film perd son charme et prend une tournure grand-guignol en contraste avec le début du film, notamment avec James Mc Avoy qui parvient à ramper sur les murs…
    Comme toi, je suis resté dubitatif quant au sort de l’héroïne : comme souvent, et je l’ai déjà reproché à Millar, le viol des femmes est traité….par dessus la jambe par les scénaristes, un truc qui permet d’obtenir des supers pouvoirs de résilience ici. Pourquoi pas, mais honnêtement un « simple » autre drame dans la vie le permettrait aussi.

    Maintenant avec ce réalisateur, j’ai un problème. Je fais partie de ceux qui avaient pigé le twist de 6ème sens au bout de 40 minutes. Je ne m’en vante pas, c’est juste que j’ai un problème avec le rythme de ses films….Tous les personnages ont l’air de se lever d’une nuit affreuse. Ils èrent hagards du début à la fin en se demandant what the fuck is going on…Comme tu l’as dit, Bruce Willis dans Incassable qui ère ensuqué du début à la fin du film, c’est du pur Shyamalan. Je le trouve très bon pour la mise en place de l’intrigue, de l’ambiance et puis il y a toujours un moment où ça pssssshit…..
    Maintenant il y a plein de bons trucs dans Split, ce n’est pas un nanar, c’est un honnête divertissement bien interprété mais, il y a toujours ce problème de rythme commun à tous ces films.

    @Pierre : rien que pour voir Anna Taylor, je jure de visionner les Nouveaux Mutants dont je me fiche pourtant éperdument.

    • Matt  

      On est assez d’accord pour le rythme et la direction d’acteurs. Ils sont tous mous et parlent lentement, de manière amorphe. Ou alors ils sont ridicules comme dans « phénomènes ».

      Pour le truc des esprits des animaux, je jure l’avoir entendu. Dans le bar à la fin avant de voir…tu sais qui. Une journaliste parle à la télé et sort un truc du genre « il s’agissait des personnalités des esprits des animaux dans lequel travaillait le suspect, etc. » Je m’en souviens bien parce qu’à ce moment là mon pote qui avait reconnu la musique d’Incassable en fond sonore me tirait la manche en disant « attends on va voir tu sais qui, j’en suis sûr » et moi j’étais là « mais attends j’écoute, ils disent de la merde à la télé, là »

      Et va voir « The witch » si tu aimes bien cette actrice. Il est pas mal en plus comme film d’horreur. Lent et bizarre mais assez différent du film d’horreur de base à base de jump scare.

      • Bruce lit  

        Accordé ! Je vais voir The Witch ^¨^

      • PierreN  

        « On est assez d’accord pour le rythme et la direction d’acteurs. »

        Et la mise en scène dans tout ça ?
        Je peut comprendre les réserves sur les scénarios, la propension aux twists et la manière de diriger les acteurs, mais s’il y a bien à mon avis un plan sur lequel le réalisateur a prouvé sa maîtrise, c’est celui-là (« Le Village » étant peut-être le plus admirable du lot sur ce plan-là).

        • Matt  

          Mais euh…j’ai rien dit à ce sujet. Oui c’est vrai qu’il y a des choses sympas dans ses films. Si j’ai regardé tous ses films c’est que je gardais espoir. Je crois surtout qu’il a été qualifié de nouveau Spielberg bien trop vite et qu’il a voulu enchainer (ou qu’on l’a poussé à enchainer, je ne sais pas) des films qui sont devenus des caricatures de ses premiers succès.
          Je me souviens mal du village, j’avoue. Je l’avais trouvé bof, mais je n’ai rien de spécial contre ce film non plus. Je ne me souviens pas d’abus de twists (même si je l’ai vu venir) ni de jeux d’acteurs involontairement nazes. Juste que voilà il ne m’a rien laissé comme impression.

          Au fait tu parles d’Anya Taylor Joy quand tu dis « gamine » ? Elle a quoi ? 2 ans de moins que toi ?^^

          • PierreN  

            Oui mais elle a plus un visage d’adolescente je trouve, c’est comme Michael Cera qui est habitué aux rôles d’adulescents lunaires en raison de son physique, alors qu’i doit avoir dans les 30 piges.
            Et puis les Nouveaux Mutants sont censés être des ados, non ?

          • Matt  

            Ouais d’ailleurs j’en reviens pas qu’elle a 20 ans l’actrice qui joue Arya Stark. Bon ok elle a grandi mais elle avait donc déjà 14 ans aux débuts de la série. J’aurais pas cru.

  • Simkin  

    Un film très moyen pour moi, surement un de ses plus mauvais. Seul la toute dernière scène (que je ne dévoilerai pas) a suscité mon intérêt. Mais je ne peux pas trop en dire non plus sous peine de spoiler le seul intérêt du film…

    Et idem que Eddy Vanleffe, le jeu d’acteur de Mac Avoy ne m’a pas emballé. On ne peut pas dire que ca soit un mauvais jeu d’acteur, mais rien de bien mémorable non plus. Certes il joue plusieurs personnalité etc, mais en soi ce n’est pas une prouesse quand on est acteur je pense.

    • Matt  

      Marrant je trouve qu’il tient mieux la route qu’un paquet de ses films. Que ce soit au niveau du jeu d’acteur (quand bien même on ne le trouverait pas exceptionnel, il n’est pas hilarant de médiocrité comme dans Phénomènes, le dernier maitre de l’air, etc). Et l’intrigue tient la route même si on part dans le fantastique. Pas de twist obligatoire quitte à pondre n’importe quoi comme dans Signes, une ambiance huis-clos réussie.
      Pas génial certes mais pour moi c’est une amélioration par rapport à ses derniers films.

      • Simkin  

        Oui, il est mieux que certains c’est vrai, mais pour moi ce film reste dans la veine de ce qu’il a fait depuis 2004, c’est à dire pas grand chose. Alors pas le plus mauvais, c’est sur, mais je pense même avoir préféré signes ou le village.

        Et pour le twist… y’en a quand même un petit même si c’est pas vraiment basé dessus. Mais je suis d’accord avec toi, un twist à tout prix c’est idiot.

        Dans ce film j’ai détesté le dernier tiers (ceux qui l’ont vu comprendront). Et la 1ère partie aurait put être sympa, mais en fait je n’ai ressenti aucune angoisse, rien. Ca ne passe pas vraiment. Ca se regarde tranquillement, sans ressenti particulier, ni peur ni oppression ni rien en fait… J’ai attendu de voir où l’histoire allait m’emmener (avec déception à la clé).

        Un peu comme Get Out, même si celui ci est, pour ma part, plus oppressant dans sa 1ère partie. Mais idem, après un twist assez évident en fait, le final fait flop (je n’ai plus d’autres mots en « F »…).

        Dans un autre style, mais toujours fantastique et là pour le coup vraiment oppressant, le must est It follows. Ce film est tout simplement incroyable. Aux amateurs du genre et à ceux qui auront le courage de lire ce commentaire, je ne peux que le conseiller!

        • Matt  

          Je comprends bien et je respecte ce point de vue.

          pour ma part je n’ai pas pris ce film pour un film d’horreur censé être particulièrement flippant. Plus comme un thriller avec un mec qui a des troubles de la personnalité et qui s’avère capable de débloquer un potentiel enfoui. C’est presque lui le perso principal en fait, du coup en effet on n’a pas forcément peur pour les filles en question.
          Le réal veut se faire sa saga de films de méta-humains en se basant davantage sur les codes du thriller que du film de super slips. Mais bon forcement vu qu’il veut faire du fantastique, on dérive un peu dans le surnaturel. Je comprends que ça ne plaise pas, comme Incassable par exemple, mais c’est voulu. Après ça ne se marie pas forcément de la meilleure des façons, c’est pour ça que je n’ai pas crié au génie sur ce film, mais c’est une idée sympa.

          Perso j’ai un sacré problème avec les films d’horreur de nos jours qui reposent surtout sur les jump scare, les effets gores choquants et les cris perpétuels des victimes aux prises avec un vilain masqué qui torture pour…on ne sait quelle raison (le scénario sans doute, il fallait un méchant qui fait des trucs sales). C’est toujours pareil et souvent ça ma gonfle.
          Du coup là on se trouve dans un cas ou c’est presque le méchant le perso principal. Et je pense que si ce film s’était déclaré comme « adaptation d’un comic book de super héros » du genre Legion justement avec ses multiples personnalités qui débloquent des pouvoirs, la tournure fantastique n’aurait choqué personne. Mais si c’est un concept original qui n’est pas tiré d’un comic book, j’ai la sensation que les gens acceptent moins le volet « super pouvoir » et trouvent ça couillon.

          Encore une fois je ne nie pas les problèmes du film, mais c’était pas mal je trouve de tenter un truc comme ça qui ne soit inspiré d’aucune BD mais qui rappele pourtant un peu les super héros comme Incassable (mais casse gueule)

          • Simkin  

            Oui je suis d’accord avec le coté super héro / super vilain du film, mais je pense sincèrement que la 1ere partie était censé être oppressante (cf les scènes d’enlèvement, la séquestration etc…) Ce coté là est pour moi raté.

            Je n’aime pas les films d’horreur non plus hein pour info. Du coup je pense bien que tu n’as pas vu It Follows. Si je peux me permettre un conseil regarde le.

          • Matt  

            Ok je prends note pour It follows. Et merci d’avoir partagé ton avis sur le film.

            J’aime bien les films/BD d’horreur moi en général, mais pas trop ce que c’est devenu ces dernières années. ça vire trop souvent dans le torture porn machin, berk.

          • Simkin  

            Dac, tu me diras ce que tu en as pensé ca sera intéressant!

  • Présence  

    Comme JP et Bruce, merci pour cette explication du principe du dramaturge russe Anton Tchekhov, car je ne connaissais ni l’expression, ni le principe.

    J’ai bien aimé l’analyse sur les moments Shyamalan. Il m’est toujours difficile de distinguer mes interprétations et les intentions de l’auteur. Qu’est-ce que l’auteur voulait dire ? Qu’est-ce que j’en ai compris ? Dans quelle mesure le message a été déformé par les modalités d’expression, puis par ma propre interprétation à l’aune de mes expériences personnelles ?

  • Eddy Vanleffe  

    Le truc le plus horrible en terme du fusil de Tchekov, c’est « Batman begins » ou rien, rien rien n’est du au hasard…
    Avec cette phrase répétée 200 fois dans le film « Pourquoi tombons-nous Bruce? Pour mieux nous relever… »
    le stéthoscope, la pierre trouvés au fond de la grotte, la collier, les chauves souris à l’opéra…la fleur qui donne des hallus…
    J’ai déteste ce film pour cette lourdeur abominable alors que Year One….

    • Matt  

      Il faudrait que je revoie ce film car il ne m’a pas laissé un bon souvenir non plus. Au final de Nolan, je n’ai aimé que son 2eme film Batman. Les autres, non.

      • Eddy Vanleffe  

        pareil!
        (c’est concis)

        • Matt  

          Et ce malgré pas mal de scènes WTF…notamment celle ou il tombe d’un immeuble, déploie sa cape 2m avant de toucher le sol…mais n’a pas une égratignure.

          Tiens si tu veux dans un de mes commentaires en bas de page, j’énumère des trucs WTF.

          http://www.brucetringale.com/batmania-vs-burtonmania/

  • Jyrille  

    Je n’ai pas vu beaucoup de films de Shyamalan : le 6ème sens et ce Split. Je n’ai vu ni Incassable ni Signes ni Le village (à part la fin, disons le dernier quart d’heure). Le 6ème sens est un film que j’ai détesté car ma femme a compris le twist au bout de 20 minutes de film (pendant que moi, je m’emmerdais poliment). Du coup j’ai perdu deux heures de ma vie pour rien.

    Mais j’ai beaucoup aimé Split, c’est un excellent divertissement très bien joué. Je dois avouer que je n’avais pas fait attention à cette histoire d’animaux (pour moi, c’est surtout que le lieu est fatalement compliqué à trouver), et que pour ce qui est des fringues, je trouvais ça étrange mais sympa car très visuel.

    Mais maintenant, il faut que je trouve le courage de regarder Incassable. N’étant pas du tout fan du réalisateur, il pourra se passer pas mal de temps avant que je m’y mette.

    Ton article est très bien, tu n’en dévoiles pas beaucoup et j’aime bien les interrogations que tu soulèves.

    Quant à la BO, c’est un Who que je n’ai pas trop écouté. A chaque tentative, je m’y ennuie.

    • Bruce lit  

      @Cyrille : Quadrophennia a une pêche incroyable. C’est le meilleur Who de leur période américaine. La voix de Daltrey sur « Love reign o’er me » est formidable.

  • Jyrille  

    Ah et le premier film à twist qui m’a marqué, c’est Usual Suspects. A partir de là, on a eu une tonne de bouses basées sur ce principe.

    • Matt  

      Merci pour ton retour.
      Oui Usual Suspects était très sympa en effet. Un twist bien fichu et une bonne histoire. Mais comme tu le dis, le twist est devenu commercial et on a eu plein de trucs ratés.
      Je comprends que tu ne sois pas bien fan de ce réal. Et tant mieux si tu as apprécié le film^^

      • Jyrille  

        J’ai vu Usual Suspects un nombre non raisonnable de fois (genre huit ou neuf) et je ne m’en lasse pas. Je pense que c’est dû au fait qu’on nous y raconte plusieurs petites histoires autour du fil conducteur, que tout ne repose pas sur ce twist, que les acteurs sont bons… Depuis, Bryan Singer n’a pas fait un seul bon film je pense. Mais il produit Legion (la série) et a dû produire d’autres trucs cools.

        • Matt  

          Bon perso j’ai déjà dit que j’ai trouvé sympas les 2 premiers films X-men mais c’est pas ton cas. Tu préfère les nouveaux…que je trouve à chier avec des castings nazes, trop de persos inutiles, etc…mais bon chacun son truc^^

        • Bruce lit  

          Singer a produit Dr House et a réalisé le premier épisode

          • Eddy Vanleffe  

            X-Men les films avec le recul et après avoir tout vu, je ne garderai que le premier.
            il est bref, sec, concis, débarrassé jusque à la cordes de toutes les scories super-héroïque mais en gardant la moelle et le sens profond de ce comics. chaque échange aurait pu être écrit par le Claremont de la grande époque.
            le reste…c’est depire en pire à chaque film… :(
            De Synger j’

          • Matt  

            T’as raison je pense. Je trouve encore le 2eme film sympa, et First Class est le plus correct des nouveaux, mais le reste c’est du trop plein de personnages pour faire des cameo aux fans des comics, des erreurs de casting etc.
            Le premier est sans doute celui qui essaie le moins de faire « coucou regardez y’a plein de persos des BD, on fait plein de clins d’oeil aux fans même si on sait pas quoi foutre des persos » et qui se concentre sur le fait…ben…d’être un film. Après on peut ne pas aimer les libertés prises par rapport aux comics mais au moins ça ne ressemble pas à un produit dérivé.

  • Eddy Vanleffe  

    oups
    De Singer j’ai bien aimé Un élève doué (avec David Schwimmer « Ross » et Ian Mac Kellen déjà)

    Et en film à twist, celui qui m’a fait le plus d’impression finalement c’est LES AUTRES d’Alejandro Amenabar

    • Matt  

      Je l’avais oublié celui-là, oui. Et le principe qu’au final les fantomes ne soient pas ceux qu’on pense n’est pas une mauvaise idée pour un twist.
      J’aime bien les films de Amenabar d’ailleurs. Ouvre les yeux aussi a un bon twist (ignoblement remaké plan par plan par le film Vanilla Sky avec Tom Croute…)

      • Simkin  

        LOL merci pour le spoil!
        voilà pourquoi je ne lis que rarement commentaires et articles sur internet… Je ne ferai plus d’exceptions.

  • Fred  

    Shyamalan poursuit avec ce film son interprétation du cinéma de genre. Associé à Jason Blum, producteur à succès spécialisé dans les films d horreurs, il met en scène ce scénario de série b avec un brio technique. L image est belle, le son oppressant.
    A la vision du film un malaise se dégage graduellement. Le calvaire des jeunes filles est filmé avec complaisance. La caméra de Shyamalan s attarde longuement sur la plastique des actrices. Le scénario oblige ces dernières à se dévêtir pour le plaisir coupable des spectateurs.
    Le film rappele donc les films de vidéo club avec les films d exploitation : productions à petits budgets destinés dans un premier temps au drive il puis aux sorties vhs qui étaient très rentables.
    Dans le cas de Split on a un scénario prévisible tourné avec des moyens hollywoodiens.
    Ce film m a déçu et le petit twist final n apporte rien.

  • Bruce lit  

    J’ai vu Phénomènes hier et ce n’est vraiment pas phénoménal….
    Après un prologue brillant, c’est un film qui met 1h40 à démarrer ! Beaucoup de bonnes idées, de bonnes situations mais Zooey Deschanel que j’avais adoré dans Yes Man joue comme une patate, Walberg s’emmerde et a depuis descendu le film et puis une fin tellement ouverte que c’en est une fumisterie !
    Bordel, pendant au moins une heure, on nous fait comprendre qu’il y a une crise dans ce couple parce que….Deschanel a mangé un tiramisu avec un collègue de boulot ! Que le pouvoir de l’amour détruit celui maléfiques des plantes ??? Putain, que c’est con !

    Quel gâchis !

    • Matt  

      T’as pas rigolé au moins ?^^
      C’est un film que je trouve involontairement comique avec le jeu d’acteur grotesque, les dialogues improbables (et si on parlait à une plante, si on parlait d’une pharmacienne mignonne, de hot dogs, de tiramisu), les situations absurdes (essayons de courir plus vite que le vent…)
      C’est grotesque^^ Même si l’idée de départ pouvait être bien, l’exécution est nanardesque.

    • Matt  

      Pour le jeu d’acteur, je ne sais pas qui il faut blâmer. Parce que Wahlberg est ridicule aussi. Je pense que la direction d’acteur de Shyamalan est aux fraises, Je le vois bien dire aux acteurs « fais une tête surprise et prononce cette phrase » mais euh…c’est ridicule m’sieur… »pas grave, fais le ! »

    • Matt  

      C’est encore plus marrant en VO d’ailleurs.
      A un moment ils croisent un soldat isolé à pieds qui semble paumé. Et je ne sais plus ce qu’il dit en VF mais en VO, au lieu de dire « merde » ou « zut », il dit « cheese and crackers » pour exprimer sa frustration.
      Je crois que tout le monde avait la dalle sur le tournage. Les hot dogs, les tiramisu, les crackers au fromage…^^

        • Matt  

          Zooey est enceinte c’est ça ? Mouais…
          J’aime bien aussi comme ils attendent à peine 5min avant de se dire « oh et puis zut on sort de la cabane pour mourir avec notre enfant »^^
          Bon et je ne parle même pas du fait que si ce sont des toxines, une maison ne protège de rien du tout. C’est pas étanche…
          Enfin c’est pas du tout comme ça qu’il faut faire un film d’épidémie selon moi^^ Là c’est presque comme un slasher avec le vilain vent auquel il faut échapper en courant. Ouais ben…courage, hein.

          • Bruce lit  

            Oui elle enceinte d’un enfant qui ne représente rien pour un couple qui se fait la gueule pour un tiramisu.
            La vague se déplace dans le jardin du luxembourg sans que l’on sache, putain, de quoi parle ce film…

          • Matt  

            ça parle de rien, c’est le réal qui veut se la jouer Kubrick avec des situations bizarres, des pauses dans les dialogues, des images censées être inquiétantes (la vieille qui marche à reculons…qui n’es pas une technique de suicide il me semble^^)
            Mais comme n’est pas Kubrick qui veut, ça donne juste des airs bien comiques au film^^

          • Eddy Vanleffe  

            Ok il faut que je le revoie ce film, il a l’air trop marrant!
            Ça m’éclate cette histoire de tiramisu… :)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *