Faire bouger les lignes (Decades: Marvel in the 00s)

Décennies: Marvel dans les années 00 – La une des journaux par Collectif

Un article de PRESENCE

VO : Marvel Comics

VF : Panini

Disponible chez Attilan Comics 

Mise à nu  © Marvel Comicst

Mise à nu
© Marvel Comics

Ce tome est le septième dans la série d’anthologies publiées pour célébrer les 80 ans d’existence de l’éditeur Marvel Comics. Il comprend Ultimate Spider-Man 1, Wolverine: The Origin 2, The Ultimates 1, Truth: Red White & Black 1, Astonishing X-Men 1, Civil War 2, Captain America 25, et une partie du numéro 583 d’Amazing Spider-Man. Jess Harold écrit une introduction d’une page qui revient sur les sorties de chacune de ces séries avec une densité d’information assez faible de type promotionnelle.

Ultimate Spider-Man 1 (scénario de Bill Jemas & Brian Michael Bendis, dessins de Mark Bagley, encrage d’Art Thibert) – Norman Osborn est en train de regarder les résultats d’une expérience génétique sur une araignée dans un laboratoire de son entreprise. Peter Parker se fait enquiquiner par deux zigotos dans l’établissement de restauration des lycéens. Son Oncle Ben arrive ce qui permet de calmer le jeu. Le harcèlement recommence le lendemain dans les couloirs du lycée. Wolverine: The Origin 2 (scénario de Bill Jemas, Joe Quesada, Paul Jenkins, dessins d’Andy Kubert, mise en couleurs de Richard Isanove) – Dog Logan observe Rose O’Hara qui est à sa fenêtre. John Howlett explique à son fils James qu’il doit commencer à prendre des responsabilités et qu’il va l’emmener quand il fera le tour de l’exploitation. Le père de John Howlett trouve que John surprotège James. The Ultimates 1 (scénario de Mark Millar, dessins de Bryan Hitch, encrage d’Andrew Currie) – En 1945, au-dessus de l’Atlantique Nord, un avion militaire emmène des troupes pour un parachutage massif sur l’Islande. À son bord se trouvent Bucky Barnes et Captain America. Les hommes de troupe se demandent ce que peut bien apporter un gugusse dans un costume à l’image du drapeau.

Truth: Red White & Black 1 (scénario de Robert Morales, dessins et encrage de Kyle Baker) – En 1940, Isaiah et Faith Bradley se rendent à la grande fête foraine de New York, en espérant pouvoir aller écouter un discours de William Edward Burghardt Du Bois (W. E. B. Du Bois, 1868-1963). Lors de l’accès à une attraction, ils se heurtent au racisme ordinaire qui fait des citoyens noirs, des citoyens de seconde classe. Dans un bar, Dallas Huxley retrouve son ancien sergent Lucas Evans et ils entament une partie de billard dans un bar fréquenté uniquement par les noirs. Astonishing X-Men 1 (scénario de Joss Whedon, dessins et encrage de John Cassaday) – Tildie Soames, une jeune fille, se réveille en sursaut d’un cauchemar dans lequel un monstre la dévorait. La doctoresse Kavita Rao vient la réconforter. Kitty Pryde arrive à l’école pour surdoués de Westchester et se dépêche de se rendre à la conférence d’accueil qui a commencé sans elle, aux côtés d’Emma Frost, de Scott Summers et d’Hank McCoy.

L'araignée radioactive par Mark Bagley  © Marvel Comics

L’araignée radioactive par Mark Bagley
© Marvel Comics

des Civil War 2 (scénario de Mark Millar, dessins de Steve McNiven, encrage de Dexter Vines) – Une équipe du SHIELD récupère Vulture et Grim Reaper qui ont été neutralisés par Captain America et ses rebelles. Il reste encore 7 jours avant que l’obligation légale de recensement des superhéros n’entre en vigueur. Tony Stark espère que Captain America se rangera à son point de vue. Reed Richards travaille sur le projet 42. Peter Parker s’apprête à révéler publiquement son identité secrète pendant une conférence de presse. Captain America 25 (scénario d’Ed Brubaker, dessins et encrage de Steve Epting) – Captain America s’est rendu aux autorités et il va comparaître en justice pour avoir refusé de se soumettre au recensement. Amazing Spider-Man 583 (scénario de Zeb Wells, dessins et encrage de Todd Nauck) – Peter Parker se rend au discours inaugural du quarante-quatrième président des États-Unis : Barack Obama.

En décembre 1996, l’entreprise Marvel Comics a déposé un avis de faillite. En 1997 le groupe Marvel Entertainment Group est racheté par Toy Biz et devient Marvel Entreprises. Avi Arad, Bill Jemas, Bob Harras et Isaac Perlmutter conçoivent un plan pour redresser la marque. En 1998, Joe Quesada devient le responsable éditorial en chef après avoir été responsable de la ligne Marvel Knights avec Jimmy Palmiotti. Au début des années 2000, l’éditeur Marvel se retire du Comics Code Authority et lance de nouvelles lignes de comics comme MAX et Ultimate. Au vu du volume de la production Marvel dans les années 2000, toute anthologie est vouée à être partielle et partiale. Pour celle-ci, l’éditeur a choisi des épisodes ayant bénéficié d’une couverture médiatique. En (re)découvrant ces épisodes, le lecteur fait le constat de la volonté de l’éditeur d’explorer de nouveaux territoires : une nouvelle origine pour un autre Spider-Man, une nouvelle origine pour une autre équipe des Avengers, une origine pour un Captain America afro-américain, l’origine de Wolverine qui jusqu’alors était restée intouchable, une guerre civile entre superhéros. Le lecteur peut ainsi assister ou revivre la naissance de l’univers Ultimate qui aura existé de 2000 à 2015. Il constate que la narration pour Ultimate Spider-Man n’est pas si différente que ça des autres comics de l’époque, et que l’avantage réel est de pouvoir disposer d’une version du personnage qui repart de zéro, donc accessible à de nouveaux lecteurs. Cette version (et la suivante avec Miles Morales) a duré pendant plus de 250 épisodes, et Miles Morales a intégré l’univers principal (616) de Marvel. Mark Bagley réalise des planches soignées et détaillées, mais fortement marquées par les tics de superhéros classiques.

Crépuscule d'un vétéran par Steve Epting  © Marvel Comics

Crépuscule d’un vétéran par Steve Epting
© Marvel Comics

Il en va tout autrement pour le premier épisode des Ultimates avec une narration beaucoup plus cynique et des dessins hyper réalistes avec un dynamisme cinématique. Cet épisode présente un saut qualitatif par rapport au reste de la production de superhéros industriels mensuels. Cette forme d’écriture fera école par la suite dans l’univers partagé Marvel. D’ailleurs le lecteur retrouve cette sensibilité narrative dans le premier épisode des Astonishing X-Men. Il y a la même approche visuelle de la narration, des dessins fluides et photoréalistes, avec une densité d’informations moindre, et une mise en couleurs très riche. Paul Mounts utilise des teintes foncées et denses pour Ultimates. Laura Martin utilise des teintes plus variées et lissées pour Astonishing X-Men, visant plus un naturalisme un peu plus froid. Frank d’Armata réalise une mise en couleurs tout aussi sophistiquée pour Captain America, avec une approche plus axée sur l’installation d’une ambiance pour chaque séquence. Avec l’avènement de l’infographie, les metteurs en couleurs peuvent devenir de véritables artistes apportant autant aux cases que le dessinateur lui-même. C’est flagrant avec Richard Isanove pour la minisérie Origin où il habille les dessins d’Andy Kubert au point de leur donner une consistance qui n’existe pas dans les traits tracés, simulant la texture gaufrée du papier. D’ailleurs le lecteur se rend compte au bout de quelques pages que le degré descriptif des dessins n’est pas très élevé, ce qui génère une dissonance narrative… enfin pas tant que ça parce que le scénario est particulièrement artificiel.

Jusqu’alors, l’éditeur Marvel avait choisi et imposé de ne pas révéler le secret des origines de Wolverine/Logan, laissant les auteurs rajouter couche après couche de souvenirs pouvant être déclarés faux par l’auteur suivant. Raconter ses origines, le tout début de sa vie brise donc une règle appliquée depuis plusieurs décennies, pour innover. Par comparaison, la mort de Captain America est beaucoup moins novatrice, car la décennie 1990 est riche en superhéros tombés au champ d’honneur… et revenus en bonne santé depuis. Par contre, Ed Brubaker met en œuvre une narration plus sèche mêlant superhéros et espionnage pour un récit haletant et sombre, avec des dessins réalistes avec un encrage appuyé qui apporte une part de ténèbres et de sérieux, en phase avec la nature du récit. Cette situation est l’aboutissement de la guerre civile qui a opposé les superhéros entre eux. Les responsables éditoriaux ont choisi de faire figurer l’épisode 2 dans ce recueil, car c’est celui où Peter Parker dévoile son identité dans une conférence de presse. Le lecteur retrouve des dessins cliniques, reprenant le réalisme de ceux de Bryan Hitch et la froideur de ceux de John Cassaday, pour un récit très malin où les superhéros doivent choisir leur camp, entre 2 possibilités inconciliables. Ils sont pris dans un système où ils n’ont d’autre choix que de prendre parti dans un monde complexe qui ne peut pas se simplifier en un camp des bons et un camp des méchants.

Souvenirs par John Cassaday  © Marvel Comics

Souvenirs par John Cassaday
© Marvel Comics

Au milieu de ces récits, les 2 autres font tâche. Les 9 pages dans lesquels Spider-Man rencontre Barack Obama ramènent le lecteur à un récit très basique, un supercriminel idiot, des dessins s’approchant de ceux de Mark Bagley, et une mise en couleurs extraordinaires de Frank d’Armata, mais déplacée pour ce type de dessins. L’autre épisode qui dénote est celui de Truth réédité par la suite dans Captain America: Truth (2003). Mark Morales transpose l’Étude de Tuskegee (1932-1972) à l’univers partagé Marvel, sous la forme d’une expérience de sérum de supersoldat, menée sur des afro-américains, aboutissant au fait que la création de Captain America s’est faite sur les cadavres des cobayes afro-américains. Les dessins de Kyle Baker sont encore plus en décalage, avec une approche caricaturale des personnages, une simplification des décors, et une exagération de toutes les cases, avec un esthétisme à l’opposé de celui des superhéros traditionnels. Le lecteur apprécie à sa juste valeur la décision de rendre ainsi hommage à cette minisérie atypique, politique et faisant œuvre de devoir de mémoire.

Comme pour les autres tomes à partir des années 1960 (décennie de la naissance des superhéros Marvel), ce tome-ci ne peut pas être représentatif de toute la production pléthorique des années 2000. Comme pour les 2 décennies précédentes, les responsables éditoriaux ont effectué des choix qui rendent compte d’une facette de la production, d’un axe de développement de l’entreprise. Le lecteur voit l’apparition de superhéros plus cyniques (Ultimates, Civil War), d’auteurs ouvertement cyniques et mercantiles (Origin), de vieilles recettes habillées de neuf (Ultimate Spider-Man, rencontre avec Barack Obama), d’auteurs sachant faire passer leur voix (Captain America, et dans une moindre mesure Astonishing X-Men), et d’auteurs ambitieux en liberté totale (Truth: Red, White and Black).Toute une époque

Afro-américain par Kyle Baker © Marvel Comicst

Afro-américain par Kyle Baker
© Marvel Comics


36 comments

  • JB  

    Belle analyse d’une anthologie casse-gueule et manifestement très faible en terme de contenu éditorial. Avec le recul, c’est amusant de voir à quel point la majeure partie de ces récits a influencé les adaptations cinés. Jeunesse de Logan, l’univers Ultimate dont l’aspect visuel a donné le ton du MCU (pas le cynisme de Millar, fort heureusement) jusqu’à Truth qui trouvera un écho dans la série Falcon et le Soldat de l’Hiver.

    • Présence  

      A ce stade-là, je ne qualifierais pas de contenu éditorial, cette page de texte qui ne fait que paraphraser. 🙂

      Merci pour cet éclairage sur le MCU car je n’ai vu aucun de ces films.

  • Tornado  

    Les 10 récits incontournables des années 2000 que j’aurais choisi :
    – AMAZING SPIDERMAN par JMS
    – DAREDEVIL par Bendis
    – SENTRY par Jenkins
    – ULTIMATES par Millar
    – HULK par Jones
    – PUNISHER par Ennis
    – PUNISHER MAX par Ennis
    – ALIAS par Bendis
    – THUNDERBOLTS par Ellis
    – LES FUGITIFS par Vaughan

    Auxquels on peut ajouter CAPTAIN AMERICA par Brubaker, IRON MAN par Fraction, IRON FIST par Brubaker et aussi CIVIL WAR.

    • JB  

      Avis personnel, je ne comprends pas l’engouement général pour les Thunderbolts d’Ellis. L’équipe devient vraiment une pâle copie de la Suicide Squad (des criminels au service d’un leader amoral) plutôt que d’anciens malfaiteurs en quête de rédemption. Même la période « Fightbolts » était novatrice.

      • Eddy Vanleffe  

        l’écriture d’Ellis, je pense, juste ça…
        c’est vrai que même en mode automatique, il livre toujours une prestation fluide, fun à lire et diablement tordue…
        Mais oui sur le fond, ils ont transformé l’ADN des THUNDERBOLTS en Suicide Squad…

        sur le fond je rejoins
        Tornado…
        qu’estce que j’aurais mis…

        1-le Spider-Man de JMS et JRJR c’est sûr!
        2- le Nuff said des X-Men de Morrisson et Quitely
        3-ULTIMATES c’est obligé, peut-être le numéro de transition où Pym bat sa femme…
        4-Punisher de Ennis c’est obligé aussi
        5-Civil War pareil, ça a trop tué le game de chez Marvel
        6-Origins ils en sont trop fier
        7-Bendis sur Avengers ça me parait symbolique, il a regné sur cette franchise qui a régné aussi
        8-Ultimate spiderman oui c’est même le seul truc que retiendrais de Bendis à Marvel finalement
        9-DD de Kenin Smith (trop tôt)? pour l’impact du Marvel kinghts
        10-Iron Man d’Ellis c’est un peu la première pierre du futur MCU (une moitié dans Iron Man 1 et l’autre dans le 3 et la fameuse armure qui deviendra si célèbre…)

        • PierrreN  

          X-statix of course !
          Tangled Web
          FF de Waid
          Iron Man enter the Mandarin
          Loki par Ribic
          Ghost Rider d’Aaron
          Young Avengers
          Silent War
          Gardiens de la Galaxie DnA
          Agents of Atlas
          Soldier X
          Incredible Hercules
          X-Factor PAD
          la production du Slott période post-DC/pré-Spidey (She-Hulk, GLA, Thing, The Initiative)

          • Eddy Vanleffe  

            MY bad, j’ai pas mis mes préférés mais ceux que je verrais bien « définir » Marvel cette décennie, sinon…. il faut que je réfléchisse…

          • Présence  

            @PierreN – Merci pour cette liste. Je m’aperçois que j’en ai lu pas mal. Il me manque quand même FF de Waid, Enter the Mandrin, Silent War, Soldier X (du coup, je vais peut-être craquer pour l’omnibus), et Great Lake Avengers.

          • Eddy Vanleffe  

            voilà une sélection de mes préférés de cette décennie là

            1-ULTIMATE SPIDER-MAN 13
            La nouvelle version des aveux de Peter à MJ … « you’ve Just hit the jackpot, Tyger!”
            2-ASTONISHING X-MEN 1
            Les souvenirs de Kitty en revenant au manoir
            3-ANIHILATION PROLOGUE
            Film de guerre/catastrophe en plein cosmos. Tous les acteurs habituels sont là, fatigués, las ! C’est Fort Alamo dans l’espace.
            4-NEXTWAVE 1-2
            Présentation non-sensique de l’univers Marvel dans toute son absurdité.
            5-MADROX 1
            Où comment L’homme multiple gagne à « qui veut gagner des millions » en faisant appel à la connaissance de tous ses doubles… il décide d’ouvrir un bureau de détective privé.
            6–SENSATIONNAL SHE-HULK 3
            Spider-Man se fait passer pour noir pour gagner un procès contre Jonah Jameson
            7-TANGLED WEB 13
            Les ennemis de Spider-Man se saoulent dans un bar et partagent leurs humiliations que leur a fait subit le tisseur.
            8-MARVEL ZOMBIES 1
            Version “walking dead “ de l’univers Marvel
            9-CAPTAIN MARVEL (VOL 3) 1
            Un nouveau Captain lance vers de nouvelles aventures loufoques enluminées par un Peter David déchainé
            10-HULK (vol 3) 35
            L’épisode nuff said de Hulk fait la part belle à la narration de John Romita jr le patron !

          • Présence  

            @Eddy – Merci pour cette liste

            1-ULTIMATE SPIDER-MAN 13 : je ne l’ai pas lu.

            2-ASTONISHING X-MEN 1 : ça commençait tellement bien, puis ça s’est dégradé de chapitre en chapitre.

            3-ANIHILATION PROLOGUE : très sympathique, merci Keith Giffen.

            4-NEXTWAVE 1-2 : excellent, vraiment drôle

            5-MADROX 1 : bon début. Il faudrait peut-être que je relise cette histoire.

            6–SENSATIONNAL SHE-HULK 3 : un moment extraordinaire que la gêne de Jameson

            7-TANGLED WEB 13 : pas encore lu

            8-MARVEL ZOMBIES 1 : une bonne minisérie, avec l’iconoclasme de voir ces idoles en train d’être mangées par les autres superhéros, même Silver Surfer.

            9-CAPTAIN MARVEL (VOL 3) 1 : pas lu. J’espère toujours que Marvel les rééditera.

            10-HULK (vol 3) 35 : très sympathique.

    • Présence  

      @Tornado – Belle liste. Il n’y a que pour les Runaways où je ne suis pas parvenu à en savourer la qualité.

      C’est sur tes conseils que j’avais lu Sentry, et que j’avais exploré plus avant les productions cette époque, et je t’en remercie.

  • Eddy Vanleffe  

    Cette collection de livres, est très intéressante dans sa conception .
    Comment synthétiser une décennie en quelques numéros.
    Pourtant quelque chose transparaît immédiatement, plus un seul numéro ne peut être vraiment compréhensible sans les précédents ou les suivants… l’ère de l’arc en six numéro, la décompression rend ce volume très embêtant à lire…
    l’analyse de l’époque n’est pas non plus à son avantage… du cynisme,
    j’aurais préféré une édition de TRUTH

    Merci Présence.

    • PierrreN  

      « j’aurais préféré une édition de TRUTH »

      C’est prévu en vo.

    • Présence  

      Cette collection de livres, est très intéressante dans sa conception. – En complétiste forcené que je suis, j’ai lu les 6 tomes. Leur intérêt était de nature varié : entre totale découverte pour les années 1940 et 1960, relecture d’épisodes que je n’avais pas lus depuis longtemps pour les années 1960, 1970, 1980, et semi-découverte pour les suivantes. A chaque fois j’ai été choqué par l’indigence du texte de présentation, et frustré par la sélection trop petite, mais bien content de pouvoir me (re)plonger dans cet univers pour cette décennie.

      C’est vrai qu’il n’y a pas d’histoire complète, ce qu’avait déjà fait remarquer Matt, mais je le savais en les achetant et ce n’est pas ce que je cherchais.

      Dans le même genre d’anthologie, j’avais également lu les gros volumes Marvel Firsts, plus copieux pour les années 1960 (1 tome), 1970 (2 tomes), 1980 (3 tomes), 1990s (3 tomes).

      https://www.amazon.fr/gp/customer-reviews/RTMFOP756EJ2T/ref=cm_cr_dp_d_rvw_ttl?ie=UTF8&ASIN=0785158642

  • Bruce dans le train  

    Excellente remise en perspective aussi bien sur la politique Marvel qu’une mise en comparaison des illustrations.
    Rétrospectivement, la politique éditoriale de Marvel a été la bonne. Cetait ça ou la faillite. Marvel a su rebondir et adapter ses super héros à l’air du temps. Le cinéma était le nouvel Eldorado. Artistiquement, il y aura bcp à dire et j’en ai suffisament parlé sur le cynisme adopté mais d’un point de vue politique c’est implaccable.
    C’est sans doute l’époque qui est detestable et les super héros le reflet.

    • Eddy Vanleffe  

      Tout à fait monsieur Dans le train!
      quand on refera le voyage en arrière quand on aura beaucoup de recul! on réalisera à quel point les comics peuvent refléter les mentalités de leur époque…
      Les X-Men c’est flagrant….
      le constat lui, est ce qu’il est…

    • Présence  

      Rétrospectivement, c’est ce que disait Tornado, des années de créativité remarquable. Comme tu le mets en lumière, les responsables éditoriaux ont adapté leurs produits à l’air du temps, mais par le passé, il y avait également des séries avec une voix dissidente. Quoi qu’il en soit, c’est au-dessus des mes forces et de mes capacités de construire une image synthétique de tout ce que Marvel a pu produire dans ces années-là.

  • Jyrille  

    « Wolverine: The Origin 2 » Ah ben celle-ci je viens de la lire donc je vois très bien de quoi il s’agit.
    « le scénario est particulièrement artificiel » Pour le second épisode ? Peut-être. Mais dans la suite, ça colle parfaitement.

    « The Ultimates 1 » Celle-là je la connais presque par coeur donc je vois très bien de quoi il s’agit.
    « avec une narration beaucoup plus cynique et des dessins hyper réalistes avec un dynamisme cinématique » C’est tellement ça !

    Je dois dire que le Captain America de Brubaker me tente bien. Je dois lire son Winter Soldier qui m’attend.

    Respect comme toujours avec cet article clair et didactique ! Mais pourquoi lis-tu ces anthologies alors que tu as lu ces histoires par ailleurs ? Avais-je déjà posé cette question lors de la chronique précédente sur une autre décennie de ces anthologies ?

    La BO : sympa, je ne connaissais pas en ayant l’impression d’avoir déjà entendu cette chanson. C’est une reprise ?

    • Présence  

      Je n’avais pas lu tous les épisodes : par exemple, je n’avais lu un seul épisode de Ultimate Spider-Man, ni la rencontre Peter Parker & Obama. C’est aussi l’occasion pour moi de les voir sous un autre angle, celui d’une (toute relative) unité temporelle.

      Wolverine: The Origin – C’est un récit qui m’a profondément déplu, du début jusqu’à la fin, à la fois pour les dessins avec des décors en carton-pâte, à la fois pour l’intrigue qui, à mes yeux, ne fait que mettre bout à bout des morceaux préfabriqués, mais ce n’est que on ressenti personnel.

      • Jyrille  

        Merci pour les explications. Je peux comprendre tes deux points de vue, il est vrai que lire ces anthologies permet de voir non seulement la politique éditoriale du moment mais également les modes, les changements de la société, refléter le monde réel.

        Pour Origin, je peux également comprendre, il est vrai que la plupart des éléments futurs semblent parfois simplement être posés, mais j’y ai surtout vu un comics différent, dans un monde pas souvent traité en bd, avec une ambiance de western à la Jeremiah Johnson et des personnages attachants. Enfin, tout ça à partir du 3ème épisode, les deux premiers on ne comprend pas trop où ça va.

    • Bruce lit  

      @Cyrille : j’avais fait découvrir ce duo à Tornado qui avait apprécié. C’est une chanson originale. Je crois qu’elle a été utilisée dans une série. GOSSIP GIRL.

      • Jyrille  

        Merci. GOSSIP GIRL je connais bien. Ma fille et ma femme l’ont vue en entier plusieurs fois. C’est pas du tout pour moi, mais la bande son est toujours excellente. Sonic Youth joue dans un des épisodes, et y ont même un court rôle en tant qu’eux-mêmes.

        XOXO Gossip Boy

  • Surfer  

    Après une longue pause, j’ai repris la lecture intensive de comics au début des années 2000.

    Une très belle décennie pour la maison des idées avec l’arrivée de scénaristes talentueux.
    Un tournant majeur marqué par des histoires visant un public adulte et exigeant.👍

    Certaines d’elles ont été évoquées en commentaire. Je rajouterai le SILVER SURFER : REQUIEM par JMS.
    Et il y en a d’autres

    Malheureusement tout à une fin et j’ai l’impression que l’on est reparti pour un cycle de disettes.
    En ce qui me concerne, je ne trouve chez Marvel que très peu de choses à me mettre sous la dent.
    La baisse de qualité est manifeste et j’ai peur de ne plus être le public visé pour leur publications.😩

    Je pense repartir pour une période de « pause comics ». Je lis actuellement beaucoup plus de franco- Belge et je m’aventure dans les mangas.

    La BO : Bof bof bof…

    • Présence  

      Les séries Marvel qui me plaisent en ce moment : les X-Men de Jonathan Hickman, Spider-Man de Nick Spencer, Eternals de Kieron Gillen, Thor de Donny Cates, Black Panther de Ta-Nehisi Coates, Fantastic Four de Dan Slott, Iron Man de Christopher Cantwell, Daredevil de Chip Zdarsky. C’est déjà pas mal.

      • Eddy Vanleffe  

        @Présence:
        j’ai fait aussi ma petite selection des Marvel récents que j’ai apprécié

        Mes Marvel 2010’s.

        1-IMMORTAL HULK
        Al Ewing tient une bonne histoire t un bon feeling à la fois original et héritant de tous les autres runs. Impeccable.
        2-VISION
        Petit thriller en forme de récit SF vintage avec des relents d’Asimov ou d’Ira Levin. J’achèèète !
        3-ALL NEW WOLVERINE
        Sans ambitions, frais et fun, Taylor commence à se faire remarquer dans le monde du comics.
        4-ROGUE AND GAMBIT
        Hommage à la période Lobdell/Nicieza tout à fait sucré et savoureux
        5-SILVER SURFER
        Reprise du Silver Surfer façon Doctor WHO, amusant et émouvant
        6-AVENGERS ARENA
        Délire à la Battle Royal avec tout un tas de personnages sacrifiables, série encore une fois amusante
        7-le DAREDEVIL
        Mark Waid, prend le contrepied et réinstalle le diable rouge dans son rôle de super héros. Paradoxalement, c’est le meilleur hommage à Miller qu’on ait fait jusqu’à présent.
        8-ALL NEW CARNAGE
        Transformation d’un concept bidon en film d’horreur lovecraftien. Bravo Gerry Conway
        09-MOON KNIGHT
        Warren Ellis est de nouveau missionné pour réorganiser le background d’un personnage Marvel, comme d’habitude, six petits épisodes et puis s’en vont…. Et bien ici c’est réussi ! c’est à la fois imaginatif, synthétique et totalement adaptable pour un format TV…. Les autres auteurs ont depuis repris cette itération.
        10-SPIDER WOMAN
        Après un faux départ en forme de crossover, Dennis Hopeless traite de maternité de modernité et brosse un run excellent pour ce personnage assez obscur finalement

        • Présence  

          J’ai également apprécié plusieurs de ces séries : Immortal Hulk, Vision (un article de ma plume sur le blog), Silver Surfer (un article de ma plume sur le blog), Daredevil, Moon Knight, Spider-Woman pour lequel je commençais à me dire que j’avais été le seul à y avoir trouvé de l’intérêt. 😀

  • Tornado  

    Comme l’a fait remarquer Eddy pour la sienne, ma liste proposait avant tout une sélection de comics plus ou moins équilibrée entre l’objectif et le subjectif.
    Si je devais vraiment sélectionner les comics que j’ai préférés dans les années 2000 et que j’ai gardé précieusement dans ma bibliothèque, ça donnerait ça, sachant qu’effectivement le DD de Kevin Smith, et même les INHUMAINS de Jenkins & Lee ne peuvent pas y figurer puisqu’ils datent de 1998/99 :
    – SENTRY
    – SPIDERMAN par JMS – Toute la 1° partie avec Romita Jr
    – MARVEL ABSOLUTE BLEU/JAUNE/GRIS par Jeph Loeb & Tim Sale
    – DAREDEVIL par Bendis & Maleev
    – ULTIMATES par Millar & Hitch
    – HULK par Bruce Jones
    – PUNISHER MK par Ennis
    – PUNISHER MAX par Ennis
    – LE POUVOIR DES RÊVES par Cherniss-Johnson-Gaydos
    – 1985 par Millar & Edwards
    – SHANNA par Cho
    – ALIAS par Bendis & Gaydos
    – X-FACTOR : THE MOUTANIN TOP par Jensen & Ranson
    – THUNDERBOLTS par Ellis & Deodato
    – LES FUGITIFS par Vaughan
    – CAPTAIN AMERICA par Brubaker & Epting (le 1° arc)

    J’ai également gardé d’autres choses de ma liste précédente, ainsi que d’autres comme par exemple le THOR de JMS, mais que je ne mets pas au même niveau. Et je n’ai toujours pas lu NEXTWAVE, ni MARVEL BOY.

    • Tornado  

      Ah ! il y avait aussi la toute première saison de YOUNG AVENGERS que j’avais beaucoup aimée.

    • Eddy Vanleffe  

      j’aurais pu mettre 1985 et SHANNA que j’avais beaucoup aimé aussi (Ma fille adore SHANNA…)
      LES FUGITIFS aussi d’ailleurs…je rajouterais 1602 d’ailleurs.

      un truc rigolo, c’est le THOR de JMS (pitché par Neil Gaiman d’ailleurs….hasard? je ne crois pas…) on dirait une version Marvel d’American Gods, du coup ben je ne suis pas rentré dans le délire qui en plus au bout des 16 épisodes que j’ai lu n’a toujours pas décollé… prfffou…. Alors que j’ai vachement aimé les One shots de Matt Fraction
      c’est quoi LE POUVOIRS DES RÊVES??

      • Tornado  

        LE POUVOIR DES RÊVES :
        http://www.brucetringale.com/le-pouvoir-de-changer/

        Dans ma liste j’ai encore oublié EXTREMIS et TANGLED WEB, carrément parmi mes tout préférés… 😭

        De cette époque, j’ai également gardé le IRON MAN de Fraction & Larroca, HOUSE OF M et quelques X-men dans la période « 198 » (il faut que je fasse l’article), le DD de Brubaker, son IRON FIST aussi, les ETERNELS et 1602 de Gaiman, le FF 1234 de Morrison, le Dr STRANGE de Vaughan, les 3 premiers deluxe CIVIL WAR et un autre sur SPIDERMAN BACK IN BLACK par divers auteurs, divers THOR par Rodi, Ribic, Oeming, le GHOST RIDER d’Ennis, les MOON KNIGHT de Huston & Finch, le PUNISHER de Remender qui débute à la toute fin des années 2000, le FURY MAX d’Ennis, le HOOD de Vaughan, LA LEGION DES MONSTRES (mini-série), le premier arc des NEW AVENGERS (CHAOS), le CAPTAIN AMERICA de Rieber & Cassaday et le DEADPOOL de Palmiotti. Punaise ! J’en lisais du Marvel à l’époque !

        Et toujours sur mes étagères que je n’ai pas lus en plus de NEXTWAVE et MARVEL BOY : Les FF de Waid & Wieringo, le HULK de Jenkins, le NAMOR de Milligan & Ribic, et deux ou trois autres revues SPIDERMAN…

    • Présence  

      @Tornado – Aaaaaarghhh ! Tu remues le couteau dans la plaie avec Marvel Powerles et The mountain top qui me tentent toujours autant, et dont la probabilité d’une réédition par devient de plus en plus inexistante.

  • Tornado  

    La BO : Oui, Bruce m’avait fait découvrir ce duo et j’avais beaucoup aimé. De la pop vraiment sympa.
    Un titre lumineux que j’ai beaucoup écouté :
    https://www.youtube.com/watch?v=wJsmS2vH_fk

  • Kaori  

    Je n’avais pas prêté attention à ces anthologies. Je ne suis pas friante de ce genre d’ouvrages, parce que ce sont des extraits, qu’on ne va pas au bout des choses. Comme des échantillons pour savoir si tu veux acheter le produit ou pas. Sauf que les échantillons, généralement, ils sont gratuits…

    En tout cas, merci pour la présentation !

    • Présence  

      Oui, j’ai également éprouvé cette sensation d’échantillon payant. Mais je suis faible et j’ai été incapable de résister à la tentation. 🙂

  • JP Nguyen  

    Arf, preuve qu’à l’époque, je suivais vachement l’actu Marvel, j’ai lu quasiment tous ces épisodes, sauf Captain America truth et le Amazing Spider-Man. Et je dois même avoir la version papier de la plupart…

    Je voudrais bien faire un top Marvel des années 2000 mais je crois que je risque d’être redondant avec les commentaires précédents…
    Je citerai quand même en plus Fantastic Four : the End, Supreme Power de JMS, DD : Redemption et DD : Battlin Jack Murdock…
    Planet Hulk était sympa mais son lien avec Word War Hulk le rend un peu moisi…

    • Présence  

      FF the end : c’est grâce à ta force de persuasion que je l’ai lu, et je t’en remercie.

      Supreme Power : excellent, malgré sa structure de fuite en avant, une excellente version Earth One (ou plutôt Earth Marvel) des superhéros DC. 😀

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *