Grossière étoile (Top 11 Elliott Smith)

Top 11 Elliott Smith

Une playlist de beauté de MAEL M et CYRILLE M

Wish You Were Here

Cet article est dédicacé à Maël M qui m’a aidé à choisir les titres. Il ne pourrait exister sans les sites Wikipedia, Youtube et Genius. Il est également fortement basé sur l’excellent livre de Thierry Jourdain paru à Le Mot et le Reste, CAN’T MAKE A SOUND.

Elliott Smith n’est pas un de mes héros. Il ne le savait pas, mais il est un de mes amis chers, dont je pleurerai toujours la disparition. Alors que ses contemporains Kurt Cobain et Jeff Buckley n’ont jamais eu ce privilège de figurer parmi mes proches. Ils ne faisaient pas partie de la plèbe. Elliott est un ami car il ressemble à tous les losers comme moi.

Pourtant les parallèles entre ces trois chanteurs sont évidents : des gens écorchés, talentueux, guitaristes de génie dans leurs spécialités, des voix d’anges, lourdement drogués et alcooliques, les mêmes brisures avec leurs pères et leurs beaux-pères, un charisme naturel, un changement de nom pour se réinventer, une fin tragique et bien trop précoce. Malgré tous leurs points communs, ils ont une différence de taille : Elliott n’a jamais couru après la célébrité, n’a jamais démarché aucune maison de disque.

Je l’ai découvert trop tard, un an environ avant que deux mortels coups de couteau dans le torse ne nous l’enlèvent définitivement. Aujourd’hui encore, sa mort n’est pas élucidée, et nous ne saurons jamais s’il s’agissait d’un suicide, d’un homicide ou d’un accident. Le mur attenant à un magasin de musique à Los Angeles et qui servit pour illustrer la pochette de FIGURE 8 devint un mémorial avant d’être réduit par l’ouverture d’un bar.

FIGURE 8, le dernier album sorti de son vivant, fut donc mon premier, et je n’avais rien entendu d’aussi mélodique et brillant depuis les Beatles et les Smiths. Elliott était un fan absolu des Beatles, et sur cet album ainsi que le précédent, XO, qui sont les plus travaillés, multipliant les instruments et les arrangements compliqués, cela s’entend. Dans les années 90, il fait partie du groupe Heatmiser, qui essaie de s’inscrire dans le grunge. Mais de son côté, il enregistre sur un magnétophone dans sa cave et les escaliers de sa résidence, seul avec sa guitare, à contre-courant de son propre groupe. Et sans le vouloir, cette cassette de démos sortira telle quelle, sans aucun réenregistrement ni ajout, pour devenir son premier album.

The Wall

Elliott Smith commettra cinq disques avant ce maudit 21 octobre 2003 : ROMAN CANDLE, ELLIOTT SMITH, EITHER/OR, XO et FIGURE 8. Le dernier, en cours de réalisation par son auteur, sortit en 2004, sur base de ses derniers enregistrements. Il ne ressemble pas à ce qu’il souhaitait, FROM A BASEMENT ON A HILL devant être un album double et psychédélique.

La musique était son seul moyen d’expression. Il passait la majeure partie de son temps à écrire des chansons, et ce depuis l’adolescence. Nombre de ses titres n’ont trouvé forme finale que dix ou quinze ans après qu’il les a écrites. Il a cette image de dépressif suicidaire, mais il était plus que ça, il était aussi entouré et amusant, pouvait devenir conflictuel et briser ses amitiés, il était sans concession et ne souhaitait l’aide de personne. Elliott parle de l’intime, du vide, des ruptures, mais en grand timide inadapté, se cache derrière sa guitare virevoltante et ses harmonies irrésistibles. Toutes ces saloperies d’insomnies, de parents absents, de boule serrée au fond du ventre et qui ne veut pas partir, Elliott les a composées.

Voici donc un top 11 de ses chansons. Onze parce que c’est déjà un crève-cœur que de choisir, tant tout est beau chez lui, onze parce que ça me rappelle la blague du film SPINAL TAP et que c’est largement mérité pour Elliott, et enfin onze car les titres sont souvent courts, deux minutes trente de plus ne vont pas vous faire fuir. Mais évidemment, vous trouverez dans cette playlist des morceaux emblématiques de son répertoire, celle qui l’a fait connaître au grand public et lui a permis d’avoir plus de moyens pour enregistrer, et assurément celle qui vous fera pleurer le cœur.

℗ A Geffen Records Release; ℗ 2000 UMG Recordings, Inc.

#1 L.A. (Figure 8, 2000)

En 2009, j’achète GUITAR HERO 5 pour la Wii, a priori un des meilleurs opus de la franchise. Je vois que la liste de titres est vraiment bonne, il y a du Police, du King Crimson, du Iron Maiden, du Sonic Youth et donc notre Elliott avec ce L.A.. Pour le fils, c’est la révélation, et quelques années plus tard, au collège, il rédigera un devoir d’anglais sur ce chanteur. Un titre enjoué et pop qui ne dépareillerait pas sur le WHITE ALBUM des Fab Four.

Punchline
Morning had to come
I’d be walkin in the sun
Living in the day
But last night I was about to throw it all away

℗ A Geffen Records Release; ℗ 1997 UMG Recordings, Inc.

#2 Miss Misery (Good Will Hunting: Music from the Motion Picture, 1997)

En 1997, deux hommes vont connaître la renommée avec le film WILL HUNTING : son réalisateur Gus Van Sant et Elliott, qui ne jouera pas beaucoup ce titre par la suite. Une chanson typique de Smith, qu’il aura grandement remaniée avant qu’elle ne sorte sous cette forme. Une version acoustique, avec un premier jet de paroles, se trouve sur la double compilation NEW MOON de 2007 qui regroupe vingt-quatre inédits.

Punchline
Do you miss me, Miss Misery
Like you say you do?

℗ 2010 The Estate Of Elliott Smith

#3 Between The Bars (Either/Or, 1997)

Le troisième album EITHER/OR est le premier chef d’œuvre de Smith. C’est celui vers lequel je me tourne le plus souvent. Between The Bars met en scène l’alcool qui parle à son usager, entre les bars qu’il fréquente.

Punchline
Drink up with me now and forget all about
The pressure of days, do what I say

℗ A Geffen Records Release; ℗ 1998 UMG Recordings, Inc.

#4 Bled White (XO, 1998)

Un autre titre enjoué aux harmonies vocales travaillées, mais qui cache son jeu. Le titre n’est-il pas « saigné à blanc » ?

Punchline
Because happy and sad come in quick succession
I’m never going to become what you became

℗ 1997 The Estate Of Elliott Smith

#5 Angeles (Either/Or, 1997)

Dès le depart, dès les premiers arpèges, et sans même savoir de quoi il retourne, cette autre chanson sur la célébrité liée à la ville de Los Angeles capture l’auditeur et l’emmène au cœur d’une chambre tamisée, loin des lumières, perdu dans un duvet.

Punchline
Picking up the ticket shows there’s money to be made
Go on, lose the gamble that’s the history of the trade

℗ A Geffen Records Release; ℗ 2000 UMG Recordings, Inc.

#6 Somebody That I Used To Know (Figure 8, 2000)

Mon vœu serait que vous oubliiez totalement le titre de GOTYE qui ressemble tellement à du Peter Gabriel. Car onze ans avant qu’elle ne sorte, la seule, pour moi, à jamais, sera celle de Elliott : les deux morceaux sont complètement différents et ne partagent que leur titre.

Punchline
You don’t need my help anymore
It’s all now to you, there ain’t no before
Now that you’re big enough to run your own show
You’re just somebody that I used to know

℗ 2004 The Estate Of Elliott Smith

#7 Memory Lane (From a Basement on the Hill, 2004)

Encore un titre prenant place à Los Angeles, puisque le titre de ce dernier album, qui apparait dans cette chanson, fait référence aux maisons qu’on y trouve adossées aux collines, comme John Fante l’avait fait auparavant dans son RÊVES DE BUNKER HILL. Smith joue sur les doubles sens entre voyage introspectif de la mémoire et celui vers une adresse physique.

Punchline
This is the place you end up
When you lose the chase
Where you’re dragged against your will
From a basement on the hill

℗ 2007 The Estate Of Elliott Smith

#8 Thirteen (New Moon, 2007)

Elliott Smith était également, tout comme Jeff Buckley et Nick Cave, un grand fan de Big Star, le groupe de power pop des années 70 de Alex Chilton et Chris Bell. Mais tandis que nos deux séducteurs s’attachent au troisième album du groupe, déroutant et sombre (Jeff Buckley reprenait KANGA-ROO), Smith s’attarde sur leur premier, qui alterne titres énergiques et ballades, dont celle-ci, un monologue d’un adolescent de treize ans à son béguin (ou crush pour parler comme mes ados) naissant.

Punchline
Won’t you tell your dad get off my back?
Tell him what we said about « Paint It, Black »
Rock and roll is here to stay

℗ 1994 The Estate Of Elliott Smith

#9 Roman Candle (Roman Candle, 1994)

Voici le versant brut de Elliott à ses débuts en solo. Alors que la musique est calme et douce, le son, la voix, les paroles font preuve d’une grande violence.

Punchline
I want to hurt him
I want to give him pain
I’m a roman candle
My head is full of flame

℗ 1997 The Estate Of Elliott Smith

#10 Say Yes (Either/Or, 1997)

SAY YES conclut son troisième album. Elle est lumineuse et optimiste. Je l’aime tellement que je la trouve universelle.

Punchline
It’s always been « Wait and see »
A happy day and then you pay
And feel like shit the morning after

℗ 1999 The Estate Of Elliott Smith

#11 Because (American Beauty: Music From the Original Motion Picture Soundtrack, 1999)

La balade se termine avec une reprise des Beatles, faite pour le film de Sam Mendes. Si vous avez la curiosité de rechercher toutes les reprises du groupe de Lennon et McCartney, vous arriverez peut-être à la même conclusion que moi : peu se sortent correctement de l’exercice. Reprendre les Beatles, c’est très casse-gueule. Elliott se trouve pour moi en haut de l’affiche.

Punchline
Love is old, love is new
Love is all, love is you

Je vous en cite quelques autres pour la forme si cela vous a plu : Waltz #2, Son of Sam, Pitseleh, Sweet Adeline, Needle in the Hay, No Name #3, Can’t Make a Sound. Merci de m’avoir lu jusque ici !

Elliott par Ed Illustratrice

58 comments

  • zen arcade  

    Oui, quelle tristesse, l’annonce du décès d’Elliott Smith.
    Cette fragilité, cette part de beauté qui étaient mes compagnes et qui se sont éteintes en nous laissant un peu plus seuls pour se consoler de la laideur du monde.
    Elliott Smith fait partie de la poignée d’artistes qui me touchent le plus, aux côtés de John Coltrane, Franz Schubert, Astor Piazzolla ou Sonic Youth.

    • Jyrille  

      Merci Zen Arcade pour ton témoignage.

      • zen arcade  

        Putain, j’ai oublie Nick Cave dans ma poignée d’artistes.
        Lui, ça sera à tout jamais mon musicien préféré, tous genres confondus.

        • Fletcher Arrowsmith  

          Nick Cave : encore un qui m’échappe pour l’instant. A part 1 ou 2 titres ici et là (souvent sur des BOF) je suis totalement candide en Nick Cave.

          Cet article sur Elliott Smith (tiens j’avais été le premier à publier) est dans mes favoris informatiques. Longtemps je suis venu sur le blog en passant par cet article comme chemin d’accès.

          • zen arcade  

            Quel parcours, le grand Nick.
            Je l’ai découvert en 1985 avec The firstborn is dead et mon admiration totale pour sa production et la manière dont il mène sa carrière ne se sont jamais démenties. Tu as 15 ans, tu te prends Tupelo dans les dents et tu ne t’en remets jamais. Dans les années 80, une musique sombre de poète maudit qui avait tout pour me plaire à l’époque. Et puis, il a peu à peu laissé entrer de la lumière dans sa musique et c’était tout aussi beau.
            Ces albums sont magnifiques, c’est un extraordinaire songwriter et en même temps c’est une bête de scène en concert.
            Il peut sortir un disque de rock abrasif et c’est parfait. Il peut sortir un album de crooner et c’est parfait.
            Et quelle capacité à s’entourer de musiciens extraordinaires (Mick Harvey, Blixa Bargeld, Warren Ellis et plein d’autres).

            Bon sinon, pour revenir à Elliott Smith, j’aurais mis Can’t make a sound dans un top 10. Je ne peux pas écouter ce morceau sans que ça me foute des frissons et que je verse une larme.

            En lisant les commentaires précédents, je vois qu’il a beaucoup été question des Beatles.
            J’admire les Beatles et je les écoute régulièrement.
            Mais Elliott Smith, lui, je l’aime. Et c’et pas la même chose.

          • Jyrille  

            Merci beaucoup Fletcher, ça me touche beaucoup. Pour Nick Cave, quand tu veux. Pour commencer, je te conseillerai son album romantique et triste mais tellement fort qu’est THE BOATMAN’S CALL. En électrique, mon favori reste HENRY’S DREAM, mais son PUSH THE SKY AWAY est une bonne porte d’entrée également. Tu trouveras RED RIGHT HAND sur LET LOVE IN.

            Vu trois fois en concert, à chaque fois super, la seconde étant incroyable.

            http://trhansat.blogspot.com/2013/11/nick-cave-bad-seeds-rockhal-esch-sur.html

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *