Ils s’aiment à l’italienne (Amore)

Amore par Zidrou et David Merveille

Bon baisers de chez BRUCE LIT

VF : Delcourt

La Dolce Vita
©Delcourt

AMORE est un (petit) roman graphique d’une centaine de pages ayant pour thématique 9 histoires d’amour en Italie. Il s’agit de neuf nouvelles avec des personnages différents qui se rejoignent pour le dernier chapitre.
Zidrou est au scénario et David Merveille (quel nom approprié !) illustre ces 9 récits à base de désir, d’érotisme, de sentiments mais aussi de trahisons, de déception et de mort.

Pas de spoils, cette lecture a tous les moyens de contraception nécessaires pour vous donner du plaisir sans lendemains qui déchantent.

Aujourd’hui je vous propose de fuir le marasme (insérez dans ce registre les mauvaises nouvelles quotidiennes qui donnent envie de suicider l’humanité) et de partir en Italie.

On dirait le Sud, le temps dure longtemps. Les gens autour de vous parlent fort et avec les mains, une odeur de café vous serre le cœur, la lumière du soleil couchant n’est jamais la même et au loin on entend des enfants qui jouent par dessus des bruits de vaisselle que l’on range.

Direction : l’Italie
©Delcourt

Zidrou et Merveille entreprennent de décrire en 9 chapitres le plus simple et le plus compliqué des sentiments humains : l’amour. Celui qui nous donne envie de créer, de rêver, de tuer, de franchir des montagnes, de traverser Venise en gondole en chantant du Chuck Berry, de faire l’amour à une belle ingénue dans un village occupé à messer, de se rappeler des gestes visibles ou dérobés de nos parents trahissant leurs désirs.

Tout en voix-off, AMORE propose une lecture vaporeuse de l’amour doux, fusionnel, destructeur, meurtrier, adultère, romantique, menteur et poétique. La douceur du 1er baiser, les palpitations du rendez-vous galant, la volonté de plaire, la terreur de déplaire, les promesses de la chair, la surprise de l’inattendu, les illusions dont on se berce : les auteurs avec ces cartes postales assumées dissertent autour de ces instants que nous avons tous recherchés, ceux qui vont dicter toute une vie durant notre rapport à l’autre, au bonheur et à l’apaisement d’une vie accomplie.

Chic, élégance et sensualité
©Delcourt

L’Italie, ses paysages à la fois villes et villages, sa vie en plein air se prête ici à tous les fantasmes de Zidrou les plus originaux : un écrivain de roman à l’eau de rose qui écrit à la terrasse d’un café, un gondolier cocu qui ne sait pas chanter, une femme qui n’a jamais aimé suite à un viol, un homme qui parcourt le monde à la recherche d’une maîtresse inconnue que sa conjointe a autorisé à chevaucher, un autre qui, au soir de sa vie, énumère à son épouse tous les motifs qui lui ont donné envie de la remercier…

Au fil de ma lecture, je me suis surpris à admirer l’écriture de Zidrou encore plus que d’habitude. Il fait partie de ces auteurs déclencheurs : capable de réveiller au fond de son lecteur des émotions cachées, inattendues mais surtout universelles. Sur au moins deux histoires ce salopard est parvenu à me faire venir les larmes aux yeux sans passer par la case Pathos.

La vie est une chanson.
©Delcourt

AMORE est un chant d’amour, un hymne à la vie. Est-ce pour cela que l’écriture de Zidrou, avec ses métaphores, ses aphorismes, son lyrisme ressemble ici à une chanson avec l’amour en refrain ?
Une piste pas si bête puisque Zidrou conceptualise le prologue et l’épilogue façon ouverture et fermeture d’opéra.

David Merveille, armé d’une bichromie fabuleuse, s’avère être le partenaire de jeu idéal de Zidrou. Il est plus le dessinateur de silhouettes, de leur corporalité et de son langage que de visages somme toute standards et interchangeables. Chaque histoire a sa couleur à la fois pareille et différente pour parler d’amour universel pour une situation individuelle. Il livre des planches d’une discrète sensualité où la lumière du soleil levant ou couchant donne l’énergie nécessaire à ses personnages pour vivre et aimer en corps et en corps.

Un véritable album al dente accompagnée de sauce à la tendresse de chansons à la fois sarcastiques et décalées. Zidrou nous épate encore. Oui mais des Panzanni.

Un album où il fait bon lire.
©Delcourt

La BO du jour

Parfaitement adapté

32 comments

  • Tornado  

    C’est marrant le hasard, je lisais du Zidrou hier soir…

    Voilà qui a l’air très beau. Je vais essayer de trouver ça dans les rayons de ma médiathèque.
    L’Italie me manque. J’essaie d’y aller tous les deux ans. Mais ces quatre dernières années j’ai été infidèle en privilégiant la Corse…

    Tiens, une idée de BO plutôt kitsch, mais tellement Italie : https://www.youtube.com/watch?v=uZsIx-j5gP0

    • Présence  

      C’était quelle BD de Zidrou que tu lisais ?

      • Tornado  

        Le premier tome de SHI. C’est pas mal mais ce sont surtout les planches de Homs que j’ai trouvé époustouflantes !

        • Présence  

          Voilà une série qui me fait de l’œil depuis un petit bout de temps.

          • Tornado  

            J’ai emprunté les 4 tomes à la médiathèque et je les lis en ce moment. Je te fais un retour dès que j’ai fini.

          • Tornado  

            J’ai fini SHI :
            Du blockbuster franco-belge avec une ambiance mélangeant le Londres de Dickens et la mythologie orientale (des démons japonais de type Yokai).
            Le dessin de Homs est le principal attrait de l’ensemble.
            Côté scénario, Zidrou tisse une mythologie ambitieuse avec un sous-texte anti-colonialiste qui ne tient hélas pas ses promesses. Le final est complètement bâclé en même temps que plusieurs fils scénaristiques sont abandonnés ou laissés en jachère (il y a aussi des notes de mauvais goût grivois qui peuvent repousser).
            D’ailleurs, le premier tome d’un nouveau cycle vient de sortir. Je tâcherai de le lire aussi pour voir si ça rattrape.
            Je ne conseille pas la série, donc, même si on passe un bon moment ne serait-ce que pour admirer les planches superbes de Homs et pour l’atmosphère Dickens/steampunk/magie orientale très immersive…

      • Bruce lit  

        Je crois qu’elle était utilisée dans le ASTERIX de Chabat.

        • Jyrille  

          Ah possible.

          • Présence  

            Mince, même moi je connais cette chanson italienne.

    • Bruce lit  

      Oh punaise, cette pochette…

  • Jyrille  

    Merci pour la découverte Bruce, et pour l’article délicieux et plein de bons mots. Ca a l’air super (tous les scans me plaisent) mais j’ai un peu peur d’y croiser pas mal de clichés sur l’Italie. Cela a l’air d’être un peu figé dans le passé, dans une Italie fantasmée, celle des films des années 60 et 70.

    Mais je te crois sur parole quant à l’écriture de Zidrou. Je note donc dans un coin.

    Et pour finir, aujourd’hui, Bruce : AUGURI ! BUON COMPLEANNO !

    La BO : j’adore.

    • Bruce lit  

      Des clichés que Zidrou détourne un peu comme Fab Caro : le Gondolier qui ne sait pas chanter autre chose que du Chuck Berry, c’est du grand art.
      Je n’ai pas trouvé ça figé, c’est au contraire plein de vie, de chaleur humaine et…d’amour.

      • Jyrille  

        Note bien que j’utilise figé dans le même sens que je parle de clichés, pas dans le dessin ou les histoires que je n’ai pas lues, mais plutôt dans la représentation. Mais encore une fois je te crois sur parole.

  • Présence  

    Au fil de ma lecture, je me suis surpris à admirer l’écriture de Zidrou encore plus que d’habitude : un auteur de franco-belge que je me suis également mis à suivre car comme pour toi, il parvient à me faire venir les larmes aux yeux sans passer par la case Pathos, et en plus dans des genres diversifiés.

    • Bruce lit  

      Tu es bien émotif depuis hier toi.
      Pour en revenir à Zidrou, ce gars écrit à une vitesse considérable. Je viens de voir qu’un deuxième cycle de l’ADOPTION avait commencé avec une nouvelle enfant.

      • Fletcher Arrowsmith  

        Bonjour Bruce,

        En deux tomes également ce nouveau cycle de l’ADOPTION. Peut être un peu plus cliché que sur le premier cycle. J’attends la conclusion mais moins convaincu que le premier cycle pour l’instant.

  • Eddy Vanleffe  

    J’y jetterai un coup d’œil par respect pour le chef.
    j’aime bien l’Italie même si je n’y ai jamais foutu les pieds…mais pour l’art, la culture l’architecture, les paysages et le bouffe.
    le mode de vie plein de bruits et de soleil, ça me fait littéralement fuir.
    je hais le soleil,

    • Jyrille  

      L’Italie n’est pas plus bruyante que la France…

      • Eddy Vanleffe  

        Je me doute bien..je parle de l’imaginaire et du mode de vie vendu un peu partout dans la cinéma, la pub et des clichés dont tu parles plus haut…

        En choix de vacances je dis toujours à ma femme » où tu veux mais pas sur la méditerranée … »
        Pour moi le paradis où j’aimerais bien finir mes jours, ce serait une bicoque isolée en Irlande…le premier humain à plusieurs kilomètres…
        un grand jardin pour avoir plusieurs clébards et peut être même des biquettes…
        plus de TV…plus de téléphone
        un bon bouquin le matin, une bonne bd l’après midi et un film chinois le soir…

    • Bruce lit  

      Un pays magnifique, solaire et magique. Celui du plein air, de Venise, Pompei ou de la côte Amalfienne.

  • Surfer  

    Article court (mais qui va a l’essentiel)😉
    Un thème qui me plaît.👍
    La BD à l’air d’être structurée comme un Film à sketches digne des comédies italiennes des années 60.
    L’Italie… j’adore j’y suis encore allé l’année dernière 👍.

    « On dirait le Sud, le temps dure longtemps. »

    Tu aurais pu proposer une BO de NINO FERRER qui est d’origine italienne 😉.

    Le titre de DUTRONC que tu proposes est sympa👍. Je ne connaissais pas. De lui, je n’ai qu’une compilation de ses meilleurs chansons en vinyle. Cette chanson n’y figure pas.☹️.

    • Bruce lit  

      Salut Surfer.
      Le titre de Dutronc aurait été écrit dans sa prime jeunesse. C’est une chanson rare dans la mesure où pour une fois il se montre vraiment tendre et sentimental.
      Tu as eu une superbe version en duo avec Françoise https://www.youtube.com/watch?v=yFfO6yYEu54

      • Surfer  

        Très belle version aussi… Une ballade aux accents de bossa nova… Évidemment je tombe sous le charme👍. Le solo de guitare est très joli.

        Merci pour la découverte de cette chanson méconnue.

  • JB  

    Merci pour cette découverte. J’ai profité de l’article pour voir d’autres reviews sur des ouvrages de Zidrou sur le blog, le moins que l’on puisse dire est que l’auteur est versatile !

    • Bruce lit  

      Il a fait un conte de scifi avec une super idée d’une société où chaque individu suivrait une thérapie sexuelle. Ca s’appelle EVEN mais je n’ai pas été convaincu.

  • Fletcher Arrowsmith  

    Bonjour Bruce,

    merci pour cet article, certes court, mais plein d’amour.

    Les premiers mot et images m’ont fait penser à SUZETTE OU LE GRAND AMOUR de Fabien Toulmé que tu avais ici même critiqué.

    J’aime beaucoup également la sensibilité de ZIDROU. Comme toi il est arrivé à me tirer quelques larmes, en général sur ses albums « moins connus ».

    AMORE est un chant d’amour, un hymne à la vie. Est-ce pour cela que l’écriture de Zidrou, avec ses métaphores, ses aphorismes, son lyrisme ressemble ici à une chanson avec l’amour en refrain ?
    Une piste pas si bête puisque Zidrou conceptualise le prologue et l’épilogue façon ouverture et fermeture d’opéra.
    c’est si joliment dit et conceptualisé. Un peu de douceur dans un monde de brute.

    La BO : je ne connaissais pas cette chanson de Dutronc. Très bon choix. J’aurais également vu du Nino Ferrer, comme Surfer.

    • Bruce lit  

      Hello Fletch.
      Nino était un choix trop évident comme Christophe.
      Effectivement, c’est le deuxième album coup de coeur se passant en Italie après Suzette.
      Tringale n’étant pas un nom très breton, je me demande bien pourquoi.

      • JB  

        J’aurais bien proposé Lilicub, mais je n’ai aucun goût en musique ^^

        • Bruce lit  

          Très sympa Liliclub.
          J’ai toujours aimé ce Voyage en Italie.

          • Fletcher Arrowsmith  

            je valide.

            j’aime bien le WEEK-END A ROME d’Etienne Daho également.

  • Kaori  

    Un article qui va à l’essentiel et qui donne envie ! J’ai beaucoup aimé toutes les petites allusions à des paroles de chansons.

    La BD : pas fan du tout de Dutronc… J’aurais opté pour le VOYAGE EN ITALIE aussi ! Même si je préférais FAIRE FI DE TOUT.

    Ah et je valide aussi SARA PERCHE TI AMO, qui me rappelle tellement L’EFFRONTEE, film que j’adore.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *