Interview Fabrice Le Hénanff (Wannsee)

Interview Fabrice Le Hénanff

Propos recueillis par BRUCE LIT

1ère publication le 27/05/19 – MAJ le 19/07/21

Des français qui n’ont plus honte de se rallier au Front National.
La mémoire de Illan Halimi, martyr des gangs des barbares souillée.
Celle de Simone Veil que les Croix Gammées n’ont jamais fait taire.
Des Juifs pour qui il est dangereux de vivre en France…
L’amalgame entre campagne de vaccination et Shoah…

Voilà un article qui, dans l’idéal ne devrait même pas exister en 2021. Pas plus que la BD WANNSEE de Fabrice Le Hénanf, qui raconte la conférence de 1942 qui décida en moins de 2 heures de La Solution Finale. L’historien Raoul Hilberg avait bien résumé le processus de l’horreur Nazie qui décréta aux Juifs au fil des années : « Vous n’avez plus le droit de travailler ici, Vous n’avez plus le droit de vivre ici, vous n’avez plus le droit de vivre tout court. » Ce processus, à l’heure où l’extrémisme  et le populisme voit de nouveau ses bottes cirées par l’inertie  politique et l’injustice est brillamment décrit dans cet album.  Il enfonce des portes ouvertes tout en faisant son devoir de mémoire, au moins chez Bruce Lit.

Une histoire rouge-sang. (c) Casterman

Une histoire rouge-sang.
(c) Casterman

Bonjour Fabrice. Avant de rentrer dans le vif du sujet, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, Fabrice le Hénanff, 47 ans ,originaire de Bretagne et auteur de BD depuis 2001.

WANNSEE est un projet atypique : raconter comment dans une banlieue de Berlin, 15 hauts fonctionnaires du Troisième Reich ont élaboré en moins de deux heures La solution finale qui aboutira au carnage des chambre à gaz et des fours crématoires. Comment t’est venue cette idée et surtout qu’est ce qui t’a fait croire que ce projet trouverait preneur dans la France d’Alain Soral et de Dieudonné ?

J’ai travaillé sur plusieurs projets qui n’ont pas abouti en compagnie de scénaristes, mais en parallèle je conservais dans mes cartons différents projets personnels. WANNSEE en faisait partie. J’en avais parlé chez Casterman vers 2015 mais sans vraiment insister à l’époque, puis je m’y suis remis sérieusement en 2016 et mon éditeur s’est montré intéressé.

Ce qui m’a toujours trotté dans la tête était de parler de la solution finale en BD. Après 2 albums réalisés sur la seconde guerre mondiale (OSTFRONT/WESTFRONT )je ne pensais pas aborder ce sujet tout de suite ,j e ne voulais pas être catalogué comme un auteur qui ne produit que des bd sur cette période. La solution finale mais pas spécialement l’épisode de Wannsee je voulais aborder le processus d’extermination en BD. Je connaissais la conférence mais sans plus.

Quelle a été la réaction des maisons d’éditions à qui tu présentes le sujet de WANNSEE ?

Peu d’enthousiasme …J’ai contacté Casterman et d’autres éditeurs (certains ont répondu d’autres n’en on même pas pris la peine , les joies de l’édition…). Je n’avais pas d’autre piste scénaristique à cette époque. Quelques propositions avec des planches d’essai. Le projet a finalement été pris chez Paquet et chez Casterman à condition que je modifie mon style graphique. Voilà le départ de WANNSEE, plus proche d’abord pour les couleurs d’OST FRONT. Je suis passé ensuite au sépia. Pour en arriver à la dernière phase avec un graphisme plus tableau, plus torturé avec du flou. On s’est arrêté sur ce dernier style.

La conférence de la mort © Casterman

Si je te dis que WANNSEE est la parfaite illustration du chapitre Exécuteurs de l’ouvrage de l’historien Raul Hilberg : EXÉCUTEURS,VICTIMES,TÉMOINS tu serais d’accord ?

Je n’ai pas lu l’ouvrage ,mais si on parle de personnes lambdas qui deviennent des « monstre » alors oui on est dans le sujet.

On ne peut pas dire que tu fuis la difficulté : alors qu’il est de plus en plus difficile voire risqué d’enseigner La Shoah dans nos écoles, tu écris et dessine un One Shot dessus ! Et sans aucune scène d’action ou compromis spectaculaire. WANNSEE, c’est d’abord une entreprise comptable de l’extermination des juifs d’Europe ?

Oui un cabinet comptable macabre, là les ressources humaines de cette entreprise envoie les gens à la mort. L’autre challenge de l’album c’était le huis-clos. Le lecteur assiste à une réunion qui ressemble à celle d’un Conseil d’Administration. Mais on remplace le prix du baril ou les stock options par le sort de toute une population. Des éléments de la solution finale sont déjà en place, mais la conférence de Wannsee démontre, justement, en impliquant différents ministères, que l’on y travaille et que l’on est prêt à passer au stade industriel. Et cette réunion va sceller le sort de millions de personnes ! De plus, on en a une trace écrite, rédigée peu après en comité restreint, et aujourd’hui conservée à la villa qui est devenue un lieu de mémoire et d’enseignement.

Raoul Hilberg et Primo Levi pointaient que la spécificité du génocide juif est que, même aux dernières heures du Reich, tous les ministères étaient réquisitionnés pour oeuvrer à la Solution Finale. Quel a été ton travail de documentation sachant que beaucoup d’archives ont été détruites et/ou, on le voit dans ton livre, falsifiées par Eichmann et Heydrich ?

C’est une réunion administrative. Voilà ce qu’on va faire. On emploie des mots comme évacuer pour tuer.Je ne pense pas que le terme falsifié convienne, le travail d’Heydrich et Eichmann est d’utiliser certains termes pour masquer cette entreprise criminelle. Dans l’album on revient sur Babi Yar près de Kiev, ce ravin où s’est appliquée la Shoah par balle sur des dizaines de milliers de Juifs. WANNSEE c’est aussi montrer qu’ils étaient arrivés au bout de ce système-là. Il fallait passer à autre chose et c’est la solution finale, le stade industriel en planifiant de gazer 60 000 Juifs par jour. Tout l’état, le Reich doit suivre. Tout est décidé, calculé.Il a fallu d’abord trouver le texte d’origine, le protocole de Wannsee et voir ce qu’il y avait à l’intérieur. Cela se limite à quinze pages. Le challenge était de mettre tout le texte dans l’album, suivre le déroulement des débats.

L’aigle et ses proies © Casterman

Nous sommes de la même génération. Je me rappelle avoir rencontré au collège un survivant d’Auschwitz venu enseigner aux gosses que nous étions les dangers de la haine. Ma vie s’en est trouvée changée. Quel a été ton premier contact avec La Shoah ?

Pour moi cela a été la visite avec mon école d’une exposition de peintures qui m’a marqué ,j’avais 12 ans à l’époque. Je pense que ce peintre était David Olère.

Sur ta page Facebook, on voit que tu es fan de comics. Quel a été sur toi l’impact des Xmen de Claremont ?

Toute ma jeunesse Claremont et Byrne ! Et surtout Dieu crée, l’homme détruit de Claremont et Brent Anderson. J’ ai commencé à lire STRANGE et autres publications Lug vers 1984; découverte de Byrne et surtout un peu plus tard le Dardevil de Miller. Donc à la base une culture « comics » qui c’est achevée en 1999 peu de temps avant que je décide de faire de la bd mon métier. Cela a surtout influencé mes découpages. Planches cadres et hors cadres.

Comment as-tu abordé le volet graphique de WANNSEE ? J’y ai vu beaucoup d’influence de Kent Williams….

Kent Williams ? Non, plus Sienkiewicz et Kubert.

Tout l’album est centré autour de nazis qui parlent autour d’une table. Comment découper ces dialogues et les rendre visuellement intéressants ?

Une salle, une table autour de laquelle se concentre l’album: le huis-clos. Une fois qu’on à tourné autour de la table il faut trouver d’autres cadres .
Pour l’aspect statique, j’ai joué sur les champs et contre-champs, les différents plans, des scènes de la Shoah et de ce qui était déjà en cours, des images extérieures de la villa…

Il s’agissait donc de varier les plans mais aussi de créer quelques coupures. Le début de l’album permettait l’arrivée et la présentation des personnages, s’enchaînaient la mise en place de la situation et une première pause. On sort, on fume une cigarette et j’en profite pour raconter la Shoah par balles. La réunion ne sert de toute façon à rien, tout est écrit et on s’en fiche du consentement des uns et des autres. Il m’importait aussi de parler de la question des métissages également abordée lors de cette conférence. Quant à Auschwitz, il n’y a pas de preuve qu’ils aient parlé de ça.

Il était une fois, une bande d'enculés... ©Casterman

Il était une fois, une bande d’enculés…
©Casterman

Ce refus du spectaculaire dans ton album de ce carnage sans précédent, c’est l’influence de Claude Lanzmann ?

Sans doute ,comment représenter la Shoah? Essayer d’éviter le voyeurisme, comment représenter ces nazis? Cela à été la problématique tout au long de l’album.

As-tu rencontré un problème de lettrage ? Les pages 18-19- 31 semblent avoir un lettrage plus appuyé que pour le reste de l’album…

Non ,je viens de refeuilleter l’album je ne vois pas de différences , il y a eu une relecture ,des phrases ont été modifiées des rires supprimés.

Si je peux me permettre une critique, je trouve que les 20 premières pages d’exposition du récit sont fastidieuses. Le récit ne décolle qu’avec l’arrivée de Heydrich, la « star de l’histoire » en … avion !

Pas évident de présenter 15 personnages,cela vient aussi du fait que dans ces 20 premières planches je me cherchais graphiquement .

Heydrich, Eichmann : comment écrire ces personnages abjects et répugnants sans te laisser contaminer par la haine ?

C’était parfois très pesant. J’ai coutume de dire qu’un album de BD, on vit avec pendant toute sa réalisation, de la première ligne du synopsis jusqu’au dernier coup de pinceau de sa dernière case. Pendant tout ce temps, je me suis enfermé dans la même pièce que ces dirigeants nazis, et ça devenait oppressant. Heureusement, je suis revenu à autre chose, à d’autres couleurs. Mais j’ai appris beaucoup de choses avec WANNSEE et je ne pense pas, par exemple, que je dessinerai encore de la même manière en BD.

Le seul personnage à témoigner d’un zeste de scrupules est Kritzinger, le seul dignitaire à avoir témoigné de remords à Nuremberg au cours duquel il fut acquitté. As-tu éprouvé de l’empathie envers lui parmi tous ces monstres que tu écris ?

Aucune.il s’est couché comme les autres mais pour faire durer la sauce je devais y glisser un peu d’opposition, un ressort, mon poil-à-gratter. En réalité, il ne s’est rien passé et, quand bien même, Heydrich aurait dit : fermez-la !

Les Damnés.... Ex-Libris  © Le Hennanf / Casterman

Les Damnés….
Ex-Libris
© Le Henanf / Casterman

Ce qui distingue les Nazis de WANNSEE, c’est à quel point la déshumanisation du Juif est intégrée. Ils organisent « l’évacuation » de la question juive de manière rationnelle sans haine, ni passion. Il s’agit de se montrer audacieux et original pour massacrer vite et bien ! On y retrouve le ton froid et distancié de Robert Merle dans LA MORT EST MON MÉTIER…

Oui. Comme je l’ai dit nous sommes en face d’une sorte de conseil d’administration . Cette réunion est essentiellement organisée pour « mouiller  » l’ensemble des ministères du Reich dans l’organisation de la solution finale .Et ils vont aller au delà des espérances de Heydrich.

Ce que tu montres très bien également, c’est que tous ces fieffés officiers du Reich se détestent tous copieusement mais surmontent leur haine réciproque pour le mal commun…

Leur haine réciproque vient de la nuit des longs couteaux à cela s’ajoute les ambitions personnelles. 

Heydrich est un homme pressé : pourquoi cet empressement à organiser la solution finale en moins de deux heures ?

Wannsse n’est qu’un réunion parmi d’autres ce n’est pas là que s’est décidée la solution finale, elle est déjà en place mais techniquement cela reste « archaïque ». L’armée allemande connait ses premiers revers sur le front de l’est et le temps presse pour liquider les juifs d’Europe. 

La mort est leur métier. Ex Libris © Fabrice Le Hennanf / Casterman

La mort est leur métier.
Ex Libris
© Fabrice Le Henanf / Casterman

Tu sembles objectif en dessinant Heydrich, sa beauté froide. On dirait parfois une star de cinéma. La peur de romantiser le nazi est là ?

Oui toujours. C’est un des pièges quand l’on dessine un nazi,le risque d’une représentation malsaine.

Les personnages évoluent sous des couleurs cendrées : simple souci esthétique crépusculaire ou allusion aux cendres des victimes ?

Pas un souci esthétique, c’est la suite, pas forcément logique. Une étape importante. Casterman m’a ici poussé à me sortir les doigts du …, à y aller. WANNSEE, je le vois comme un album spécial, avec un graphisme lui aussi spécial. Je pense qu’il va être important pour la suite. Il y aura un avant et un après. C’est un album plus crayonné, au traitement plus léger pour mieux plonger vers les ténèbres. À la réflexion, je pense que je me rapproche des caméléons dont il était question dans mon premier album. Dans le sens où j’ai essayé de trouver une réponse graphique à chaque album. La peinture dans H.H. Holmes, l’hyper-réalisme dans WESTFRONT  et OSTFRONT…Ici, il m’a fallu du temps pour trouver la bonne façon de faire. Sans encrer, je ne suis pas bon dans cet art. Mais là où je palliais les défauts de mon dessin par la couleur; j’ai voulu, dans Wannsee, le remettre en avant, ne pas le masquer.

MAUS, YOSSEL, AUSCHWITZ de Pascal Crocci, les BD sur la Shoah ne sont pas si nombreuses. En as tu d’autres à conseiller à nos lecteurs ?

LA 27è LETTRE , ACHTUNG ZELIG de Rosenberg et IRENA de Morvan.

La puissance du silence. © Casterman

La puissance du silence.
© Castermanj

Une composition m’a impressionné : celle de la rafle de Babi Yar en Ukraine : au blabla incessants de ces salopards, tu opposes le silence des victimes dans une séquence où leur supplice est décliné dans chaque branche de l’étoile de David….

Cette planche m’a donné du fil à retordre sur sa réalisation et surtout elle a retardée la sortie de l’album de plus de 2 mois car elle posait problème à la rédaction de Casterman. À la base, il devait y en avoir plus mais c’est la seule qui soit restée. Hormis la composition, c’est le seul symbole de tout l’album pour les Juifs. Et une étoile jaune un peu plus loin. Il y avait tellement de croix gammées qu’à un moment je devais montrer la victime…

Tout au long de l’album un chat et un rat jouent à cache dans les pattes des nazis. Un clin d’oeil à MAUS ?

Oui un clin d’oeil, ils me permettaient de sortir de table, de quitter la complaisance et d’avoir d’autres vues, d’autres pièces à explorer. En plus, avec une dimension symbolique, certes pas des plus fines. Cette idée m’est venue vers la fin de l’album, en me souvenant du film Pour l’exemple que j’avais vu il y a très longtemps et dans lequel des soldats anglais, dans leurs tranchées, organisaient le procès d’un rat qu’ils accusaient de leur voler leur nourriture, de les contaminer, de souiller leurs affaires, etc. Le timing était le bon et je pouvais intégrer à ma grande histoire une autre plus petite, avec cette symbolique un peu lourdingue, du chat chassant le rat et parvenant à l’attraper. Ma crainte étant qu’il me reste assez de pages pour aborder la question des métisses.

Quel a été l’accueil de la communauté juive de France à ton album ?

Je n’ai pas de retours, même de la part de mon ancien scénariste pour l’album MODIGLIANI.

Que dire à tous ces négationnistes qui banalisent ce crime contre l’humanité ? 

Rien ,il y a une loi pour cela ,la loi Gayssot de 1990.

Quels sont tes projets en cours ?

J’ ai de nombreux projets de scénar. Là je viens de proposer BLIGH aux éditeurs ,j’attends … J’ai mis 2 ans pour placer WANNSEE mais là je n’ai pas les moyens d’attendre aussi longtemps alors il faudra peut être me résoudre à changer de métier.

Les révoltés du Bounty, la suite. ©Fabrice Le Hénanff

—-

La BO du jour : La brutalité Nazie décrite dans la plus brutale des chansons

42 comments

  • Zack  

    Passionnant. Je viens de le commander.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *